The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-36%
Le deal à ne pas rater :
Nike Air Max 270 React – Chaussure pour Homme
102 € 160 €
Voir le deal

Partagez
- Let us start -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 1343
Age IRL : 27
MessageSujet: Let us start   Let us start EmptyJeu 7 Mai 2020 - 11:30
Le 12 mars, à la distillerie.

Un calme inhabituel régnait à la distillerie, ce matin-là. La plupart de ses habitants étaient en effet absents ou reclus dans leurs chambres, vaquant à leurs propres occupations. Dans la salle commune, qu'illuminait une pâle lueur matinale, se trouvaient cependant Ruby, Joaquin, Yulia et Valérian, chacun installé dans un fauteuil rebondi et bariolé de la pièce. Au centre du cercle qu'ils formaient, une carte de Seattle, couverte d’annotations, avait été dépliée sur une table basse, prête à recueillir de nouvelles informations.

Deux jours plus tôt, Ruby et Dana étaient revenues en piteux état à la distillerie, après avoir été attaquées par trois hommes au No man’s land. Trois hommes qui avaient tenu la blondinette responsable du meurtre de leur précédent chef. Ces individus avaient appartenu à l'ancien groupe de Joaquin, une association d'ex taulards aux agissements plus que douteux. C’était du moins ce qu'avaient succinctement expliqué l’hispanique et Ruby à Valérian et Yulia, avant que la blondinette ne soit prise en charge par la russe.

Si Ruby et Dana avaient écopé, au cours de cet affrontement, d'estafilades sans gravité, la blondinette avait cependant paru secouée aux yeux de Valérian - qui, depuis, la couvait régulièrement de regards anxieux.

Il n’y avait pas à dire : Ruby avait un don pour s’attirer des ennuis ! Si bien que le grec songeait sérieusement à lui coller un coéquipier à chacune de ses sorties. D’autant plus depuis cet accroc au No man’s land : la blondinette et Joaquin avaient, de toute évidence, des ennemis dans Seattle. Des ennemis que le duo était susceptible de croiser au No man’s land et qui chercheraient, de surcroit, très probablement à venger la mort de leurs trois compères. Ce qui pourrait un jour mener ces salopards à découvrir la distillerie.

La menace que représentait cet autre groupe n’était donc pas à prendre à la légère. Aussi, Valérian et Yulia avaient-ils tenu à ce que le duo leur rapporte le plus rapidement possible toutes les informations dont ils disposaient à son sujet. Il n’était pas seulement question de protéger Joaquin et Ruby de ces salauds, mais bien l’ensemble des exilés.

Après avoir échangé quelques banalités, Valérian s’éclaircit la gorge et prit enfin la parole : « Merci à vous deux d’être venus. » commença t-il avec l’ébauche d’un sourire : « Inutile de tergiverser : comme nous vous l'avons dit, Yulia et moi sommes prêts à agir contre ton ancien groupe, Joaquin. Non seulement pour vous protéger tous les deux deux ; mais également, et plus largement, pour protéger l’ensemble de la distillerie. » Et ainsi mettre un terme aux agissements de ce groupe au demeurant dangereux.

« Contrairement à ces types, nous avons, grâce à vous deux, l’avantage de savoir qui est notre ennemi. » Le groupe adverse ne savait effectivement pas qui était responsable de la mort de leurs hommes. Ce qui était un excellent point pour eux : « Avant d’élaborer une quelconque stratégie, il est nécéssaire que nous sachions exactement à qui nous nous mesurons : combien sont ces salauds ? Où se trouve leur planque ? Est-il possible de l'infiltrer ? Comment sont-ils équipés en terme d’armement ? » énuméra alors Valérian sur ses doigts : « Tout ce que vous serez en mesure de nous apprendre à leur sujet deviendra un atout pour nous. »

Les yeux du grec se tournèrent vers Joaquin : « Si tu le veux bien, et seulement si tu le veux bien, j’aimerais que tu nous racontes ce que tu as vécu en compagnie de ce groupe. » dit alors le grec, conscient que ce ne serait pas une partie de plaisir pour l'hispanique : « Ton récit nous aiderait en effet à connaitre le profil de ces types, leurs motivations et, plus généralement, ce dont ils sont capables. » Valérian s'installa plus profondément dans son fauteuil et plissa les yeux : « Ces hommes... Il s'agit de tes anciens codétenus de prison, c'est ça ? »


You wear your honor like a suit of armor. You think it keeps you safe, but all it does is weigh you down - George R.R. Martin.

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Ruby Finley
The Exiles
Trader
Ruby Finley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/01/2020
Messages : 1291
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Let us start   Let us start EmptyVen 8 Mai 2020 - 13:04
J’avais prévu le coup, suite à la demande de Valérian. Je ne savais pas vraiment à quelle sauce je risquais d’être mangée, si bien que j’avais fouillé dans mes carnets les plus anciens pour retrouver mes annotations de l’époque. Ma sale manie de tout consigner avait du bon, vraiment. Je me souvenais avoir noirci toutes ces lignes à l’abri du regard de Joaquin à l’époque, quand il partait nous ravitailler en me laissant en arrière à cause de ma blessure à la cheville. J’avais dû compter entièrement sur ce parfait inconnu qui m’avait extrait de leurs griffes sans rien me demander en retour. On en avait fait du chemin depuis…

J’avais gagné la salle commune d’un pas lent et difficile. J’étais un peu raide au niveau des genoux, vu que ça ne faisait que deux jours depuis nos déboires. Yulia s’était occupée de Dana et moi comme deux beaux porcs-épics en verre, à nous retirer les fragments un à un avant de bander le tout. J’allais vraiment songer à me trouver des protections pour les coudes et les genoux, à l’avenir… Ca m’éviterait ce genre de désagréments. Malgré tout, je pouvais difficilement m’en plaindre. Sans l’intervention de Dana, je serais probablement morte à l’heure actuelle, ou en bien plus piteux état, aux mains de ces connards. L’idée avait de quoi me faire frémir.

Valérian prenait la menace très au sérieux. Il avait déplié une carte de Seattle sur la table basse, pour un petit briefing matinal. J’étais un peu gênée à l’écouter. Ils allaient vraiment nous défendre ? Ces problèmes ne les concernaient pas directement. Ils auraient simplement pu exiger, suite à cette altercation, que l’on débarrasse le plancher. Peut-être qu’ils auraient fini par les trouver ici… Mais les chances restaient minces. La distillerie n’était pas connue du grand public, ni même des informateurs du no man’s land. D’un geste hésitait, je posai mon carnet ouvert à côté de sa carte. J’en feuilletai quelques pages avant de m’arrêter sur une carte d’un quartier précis. S’ils étaient prêts à nous aider contre eux, je n’allais pas les en empêcher, loin de là. « Tout d’abord, ils ne peuvent que soupçonner la présence de Joaquin à mes côtés. Pour eux, il s’est simplement tiré. C’est moi leur cible, ça peut avoir son importance… Surtout si vous avez besoin d’un appât. » Je ne l’aurais pas proposé en temps normal, mais j’avais passé suffisamment de temps dans une de mes vies antérieures à jouer les appâts pour m’en sentir capable, avec un plan bien rôdé. Je pointai du doigt la carte de Valérian, avec la mienne griffonnée à côté. « Leur base principale est dans cette maison-là. » Je l’annotai sur sa propre carte, avant de tracer un rond assez large autour. « La dernière fois qu’on les a vus, c’était en août 2019. Le rond là, c’est leur secteur. Il s’est étendu au fil du temps… C’est pour ça que j’ai fini par me faire prendre dans leurs filets. Ils récupèrent toutes les filles qu’ils croisent pour… » Je me stoppai en me redressant un peu. Ils avaient besoin d’un dessin encore ? Non, ça devrait aller. « A l’époque, ils étaient une vingtaine. Suite à l’assassinat de leur chef, Dany, par Joaquin… Je pensais que le groupe aurait éclaté, mais quelqu’un a dû prendre le relais et s’imposer à leur tête. Et, de toute évidence, il l’a fait en désignant le coupable et en les réunissant autour d’une chasse à l’homme. » Autrement dit, je devais être un argument bien pratique pour les souder autour d’un objectif commun. J’étais persuadée qu’ils ne se donneraient pas autant de peine pour venger Dany, sans ces raisons-là. « J’ai reconnu deux de ses hommes, quand Dana est venue me prêter main-forte, mais le troisième ne me disait rien. Ils ont pu renforcer leur effectif entre temps, ou perdre du monde… Si le groupe n’a pas tellement bougé, on peut espérer qu’ils soient une quinzaine. Ils sont armés, bien sûr. » Je lançai un regard de biais à Joaquin, qui devait en savoir plus long que moi à ce sujet. Très honnêtement, je n’avais pas fait attention à tout leur attirail. Tout, pour moi, était létal. Par contre, contrairement à lui, j’avais scrupuleusement étudié toutes mes portes de sortie… « Avec une jolie fille en solitaire, quelqu’un peut s’infiltrer assez facilement, mais elle sera désarmée à l’arrivée, et les risques sont conséquents. Sinon, la maison en elle-même est solidement barricadée. Il y a constamment du monde à l’intérieur pour surveiller. J’avais aperçu une porte, à l’arrière, qui mène à la cour. Je ne me souviens pas d’un accès par le toit. »

Je me rejetai en arrière dans le fauteuil, alors que Valérian demandait plus spécifiquement à Joaquin de lui raconter en détail ce qu’il avait vécu avec son groupe. Joaquin m’en avait parlé à demi-mots, mais ça lui avait pris des mois pour le faire. Et encore, je ne connaissais pas tout. Je n’avais passé que deux semaines parmi eux, sans leur adresser la parole. Je me souvenais vaguement des filles qui étaient là-bas, et de leurs regards surtout. Ce n’était pas la peur qui les animait, le pire… C’étaient celles qui étaient éteintes, comme mortes de l’intérieur.


« Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois ils gagnent. »
Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 2254
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Let us start   Let us start EmptyVen 8 Mai 2020 - 13:47
Ouais, comme il dit mais en moins coincé, que je lance à la suite de Valérian, qui vient de finir son laïus.

Je lui lance un regard moqueur et un brin blasé parce qu’il est trop tôt pour blablater autant. Même si de fait, la situation l’impose. J’avise Joaquin et Ruby d’un autre regard pour les encourager à causer, parce que c’est pour ça qu’on est là. Ruby a pris sa dose y’a quelques jours à peine, et sans Dana, on sait pas trop dans quel état on l’aurait retrouvé. Le truc c’est qu’ici, on aime pas trop quand on s’en prend à des potes bizarrement, donc on entend pas ne pas agir en conséquence. La blonde se met finalement à causer pour nous expliquer ce qu’elle, elle sait.

Mais on a conscience que c’est Joaquin qui aura le plus de réponses à nous fournir, parce qu’il y a été plus longtemps, et visiblement d’un autre bord que Ruby. J’ai du mal à trop saisir le fonctionnement de ces mecs : pour tenir des filles tranquilles, de ce que je comprends, il faut être suffisamment nombreux, une vingtaine même pour nous, ça peut vite tourner au vinaigre et c’est pas ce qu’on veut. Je laisse Ruby livrer tout ce qu’elle a à donner mais y’a quelques zones d’ombres quand même qui me permettent de pas tout saisir.

Pourquoi ils en auraient après toi alors que c’est Joaquin qui a tué le chef, ce Dany, c’est ça ? que je demande à Joaquin directement d’un regard vers lui. Je pince les lèvres. Dans la foulée, c’est Lily qui nous rejoint et vient me sauter sur les genoux pour se caler contre moi. L’animal est pas en reste quand il s’agit de squatter : J’suis pas sûre de comprendre tout, je t’avoue, et vous avez été pas mal ensemble dehors avant de nous rejoindre, je partirais pas du supposé qu’ils vous croient pas ensemble pour le coup, que j’ajoute en gratouillant la tête de la chatte.

Un soupir m’échappe. C’est encore trop obscur, mais on est là justement pour éviter que ça le soit encore. Il faut qu’on parle et qu’on réfléchisse. Dans un premier temps :

Mais il est pas question que tu serves d’appât, t’as déjà pris assez cher comme ça pour qu’on te renvoie à la casse, et j’ai pas que ça à foutre que la recoudre : Si on doit les infiltrer, faut quelqu’un qu’ils connaissent pas de toute façon, ça peut être autant une fille pour aller avec les autres, qu’un mec pour faire la sale besogne avec eux quelques temps, le temps d’en connaitre un peu plus sur eux, et de pouvoir livrer les informations dont on a besoin. Surtout s’ils continuent leur recrutement, on doit en profiter, que je souffle dans la foulée.



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Joaquin Hernandez
The Exiles
Trader
Joaquin Hernandez
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 29/12/2019
Messages : 807
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: Let us start   Let us start EmptySam 9 Mai 2020 - 20:42
Je devrais être soulagé. Qu’ils prennent l’affaire autant au sérieux. Qu’ils nous donnent l’impression d’être acceptés dans ce qui commence à devenir une petite famille. Que les gens soient là pour veiller sur Ruby, surtout vu les circonstances. Mais en vrai, je me sens plus en colère qu’autre chose. Contre ces connards. Contre le hasard ou le karma qui nous en veut. Et au final, surtout contre moi. Parce que j’ai pas su faire les choses correctement. Parce que j’ai pas eu les couilles de faire ce qu’il fallait. J’aurais probablement tous les buter ce soir-là. Faire plus. Faire mieux. J’en sais rien. Mais surtout, j’aurais pas dû fermer les yeux en espérant que jamais cette histoire nous rattraperait. Parce que ça, c’était aussi stupide que naïf.

Je reste assis un peu en retrait, mon regard fixant le vide et les mâchoires contractés alors que les premiers échanges commencent. Je laisse Ruby attaquer, histoire de me remettre les idées un peu en place, même si je garde en tête chacune des paroles prononcées par Valérian. Seulement si je le veux bien. Est-ce que je veux remuer toute cette merde ? Est-ce que ça servira vraiment à quelque chose ? J’en sais foutrement rien. Je sais même pas si j’arriverais à me sentir mieux après ça. Et je continue de garder le silence, alors que clairement, ils attendent que je prenne la parole. Je me frotte l’arrière du crâne, sans les regarder, avant de secouer vivement la tête et de souffler, non sans arriver à effacer totalement les traces de panique dans ma voix. « Pas de fille en infiltration. Surtout pas. Jamais de la vie. Mais un mec ouais. Pourquoi pas. Histoire d’être sûr que rien n’a changé. » Je lève les yeux vers Ruby, sans bien savoir quoi penser à l’idée qu’elle serve d’appât et soulagé que Yulia s’y oppose même si, au final, ce serait pas la pire des idées.

Je finis par me redresser, me passant les mains sur le visage et ignorant le fait qu’elles tremblent un peu. « Je vais ptet commencer par le début. C’est… une partie des types de la prison ouais. On a été une dizaine à se tirer de là-bas après le premier hiver. On a suivi un mec qui a pris le lead et qui a commencé à recruter le temps qu’on arrive à Seattle. Dany était dans le lot. » Je fronce les sourcils, alors que les souvenirs que j’avais envie d’enterrer bien loin remontent à la surface petit à petit. « Vous vous doutez qu’aucun de nous était des enfants de chœur. On était enfermés pour meurtre, viol… ce genre de joyeusetés. Et on avait tous participé au… putain j’ai même pas de mot pour ça… au bordel qui a suivi l’invasion de la prison par ces saloperies. On a été une poignée à survivre tout l’hiver. Et ça a juste … aggravé les choses. Pour mal d’entre nous. Quand on est arrivés à Seattle, on était plus des humains. Plus vraiment. » Compliqué d’expliquer les choses, mais je me dis que ça peut aider à comprendre leur fonctionnement. « Ca tout de suite été… hyper hiérarchisé. Un chef. Deux lieutenants. Et le reste. Tout le monde avait une mission, que ce soit chercher du matos, garder la maison ou les filles. Personne discutait les ordres. En général, si ça arrivait, le mec se faisait buter direct, histoire de rappeler qui commande. Et ça marchait bien. J’ai été lieutenant au début, jusqu’à la mort de notre premier chef, pendant le tremblement de terre. Je m’occupais de chercher la bouffe, de quoi améliorer notre confort. L’autre lieutenant, c’était Dany, s’occupait de trouver les filles. »

Je serre le poing avant de reprendre, d’une voix neutre. « Certaines étaient… plus ou moins volontaires. Se faire passer dessus par un groupe d’ex-taulards était visiblement moins pire que de rester seule dehors. D’autres l’étaient pas. Dany les droguait pour les tenir tranquilles. Jamais plus de cinq ou six, histoire de pas se faire déborder. Y en a qui finissaient par disparaitre. Elles se tiraient ou … Les autres… étaient éliminées quand le chef en avait marre. Sauf quand t’en avais qui tapaient dans l’œil de l’un de nous. » J’inspire longuement. « Quand notre chef est mort, Dany a pris le lead. Et il a tout fait pour m’évincer. J’avais trop d’influence pour lui, je limitais ses délires et j’essayais de calmer le jeu comme je pouvais, mais il a augmenté le nombre de filles. Et je sais pas ce qu’il leur faisait mais putain… elles sortaient de là le regard vide. Tout le temps. De mon côté, j’ai voulu partir du groupe avec… quelqu’un. Et il a réussi à le savoir… et à me briser. Hors de question de perdre son petit toutou. Il a pris deux lieutenants, les pires saloperies du monde. Je pense que c’est l’un d’eux qui a pris la tête du groupe maintenant. Même si à mon avis, ça a dû couter quelques vies pour qu’ils puissent assoir leur autorité. » Je me rends compte que je suis un peu brouillon mais c’est compliqué, bien plus que je l’aurais cru. Alors je souffle, dans un murmure. « Désolé. J’essaie de me focaliser sur les détails importants, mais faut que j’arrive à sortir ça pour arriver à prendre un peu de recul. Sinon je vais me noyer tout seul dans ce merdier. »

J’ai un bref regard en direction de Ruby, sans bien savoir pourquoi. Et je reprends, toujours sur le même ton dénué de vie. « Ils sont capables de tout. Sauf de construire quoi que ce soit. C’est un groupe qui tue, viole et prend pas la force parce qu’ils ont pas envie de faire autrement. On a plus d’une fois pris des petits groupes isolés au piège. Pas plus de deux ou trois personnes. Les mecs se faisaient dégommer la gueule, les femmes avaient le choix de se joindre à ce foutu harem ou de crever. Tout ça parfois pour une putain de boite de conserve. Dany était le pire de tous. Mais il avait ce don d’entrainer ses hommes, de les convaincre de faire tout ce qu’il voulait. C’est pas le cas des deux autres. Alors, à moins qu’un autre type ait pris le lead, ils doivent être divisés et ptet qu’avec un peu de bol, certains sont partis. » Je suis pas sûr d’avoir vraiment réussi à donner l’ambiance de ce groupe, ce qu’on a vécu ou le danger qu’il représente. Et je regarde chacun de ceux qui m’entourent, en silence attendant de voir s’ils ont des questions, avant de reprendre, ma voix se faisant un peu moins morne. « A moins qu’ils nous aient croisés depuis l’été dernier, ils auront plus tendance à croire que je me suis flingué, que j’ai été bouffé par un rôdeur ou un truc du genre. J’étais vraiment… au bout du rouleau avant que Ruby débarque. Personne pourrait s’imaginer que j’ai eu les couilles d’aller buter Dany après que je l’ai laissé… faire le reste. J’étais un bon petit toutou. Rien de plus. Mais on peut en jouer aussi. » Je soupire longuement, fixant le plan, avant de regarder Valérian puis Yulia. « Ces mecs sont des ordures. Je l’ai été aussi. Je le suis probablement encore. Ils méritent de crever parce que rien les arrêtera. Ils continueront d’abuser des pauvres filles qui auront le malheur de croiser leur chemin et de tout prendre sans scrupule. Ce sont des animaux qui ont perdu le peu d’humanité qui leur restait. Mais l’avantage, c’est qu’ils ont perdu leur cerveau et celui qui leur donnait des ordres. Alors même s’ils ont eu le temps de se réorganiser, personne est comme Dany. Ils sont plus facilement atteignables. » Je désigne le calepin de Ruby. « Je peux avoir une feuille ? » Histoire de faire un vrai plan de la baraque donc. « … Vous êtes sûrs de vouloir faire quelque chose ? » Putain, j’ai beaucoup trop parlé moi. Et je me lève pour aller chercher un truc à boire, les épaules basses et avec l’envie de frapper un truc en passant.


Nous sommes chacun notre propre démon et nous faisons de ce monde notre enfer...
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 1343
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Let us start   Let us start EmptyMer 13 Mai 2020 - 21:45
La remarque moqueuse de Yulia ne manqua pas de froisser Valérian qui lui jeta aussitôt un regard furibond. Les mâchoires légèrement verrouillées, il résista cependant à l’envie puérile de répliquer et se tourna résolument vers la blondinette, tandis que celle-ci prenait la parole, soulignant une fois de plus être la cible de l’ancien groupe de Joaquin. Groupe qui ignorait manifestement tout du devenir d’hispanique - ce qui pouvait s’avérer être un atout pour eux, selon l’angle qu’ils choisiraient d’adopter pour éliminer ces types. C’est tout du moins ce que songea Valérian, avant de se pencher sur la carte de Seattle pour constater la zone que délimitait la blondinette : « On va avoir besoin d’un plan aussi détaillé que possible de cette maison. » marmonna t-il en se frottant le menton d’un air pensif.

Ses yeux sombres se posèrent sur Ruby lorsqu’elle mentionna sa capture et le sort que réservaient ces salauds à leurs captives. Malgré lui, une interrogation s’insinua dans l’esprit du grec : qu’avait subi la blondinette entre leurs mains ? Non. Il ne voulait pas le savoir - vraiment pas : « Combien de temps es-tu restée avec eux ? » demanda t-il toutefois d’une voix qu’il s’efforça - sans grand succès - de rendre dégagée. Yulia renchérit alors avec une nouvelle question à l’adresse de la blondinette, ce qui permit à Valérian de balayer cette interrogation de son esprit. Les sourcils légèrement froncés, il hocha la tête à la remarque suivante de la russe : « Oui, ils ont très bien pu vous apercevoir tous les deux. Ne serait-ce qu’au No man’s land. Quoique, j’imagine qu’ils se seraient manifestés depuis longtemps si ça avait été le cas. » ajouta Valérian, songeur. Le duo se rendait effectivement régulièrement à l’entrepôt pour le troc et nul doute qu’une altercation aurait éclatée bien plus tôt si ces types les y avaient aperçus.

Valérian opina par ailleurs du chef lorsque Yulia s’opposa fermement à l’idée que Ruby fasse office d’appât. C’était beaucoup trop dangereux et le grec n’avait pas la moindre envie de servir la blondinette sur un plateau d’argent à ces salopards. Du reste, Valérian partageait l’avis de Joaquin : compte tenu du comportement de ces types vis-à-vis des femmes, il était hors de question d’en jeter une dans les mailles de leurs filets. Ça aurait été leur faire courir un risque bien trop grand : « Pas de fille, non. » trancha t-il alors, à la suite de l’hispanique.  

En silence, Valérian avait ensuite écouté sans l’interrompre le récit de Joaquin - le menton posé contre les doigts d'une main, le regard rivé vers l’hispanique. Il devinait sans mal que le fait de revivre ces événements était éprouvant pour Joaquin, aussi le laissa t-il vider son sac en silence, sans le contraindre à éclaircir les rares zones d’ombre qui clairsemaient son récit. Attentif, le grec releva cependant tous les éléments susceptibles de leur être utiles. Il fit ainsi le tri au sein des informations que leur fournissait l’hispanique et mémorisa nombre de détails, les épinglant scrupuleusement dans un coin de son esprit.      

Une certaine gravité avait gagné les traits du visage de Valérian lorsque Joaquin s’interrompit finalement, manifestement éprouvé par son récit : « Et certains. » lui répondit Valérian avec une froide détermination - après avoir échangé une oeillade avec Yulia.

Le grec adressa alors un bref hochement de tête à Joaquin, le remerciant silencieusement de leur avoir révélé tant d'éléments sur son passé - passé dont il avait de toute évidence honte. Tandis qu'on tendait une feuille à l'hispanique, Valérian s'exprima franchement : « Peu importe ce que tu as pu faire avec eux, Joaquin. L’essentiel est que tu sois avec nous, maintenant. C’est tout ce qui compte. » Et ça voulait tout dire aux yeux du grec.

Alors que Joaquin se revenait avec un verre d’eau, Valérian se mit à réfléchir à haute voix : « En résumé, nous avons affaire à un groupe instable, aussi bien désorganisé que divisé. » Ce qu’ils pourraient exploiter ; comme une faille capable de semer le désordre chez leurs ennemis : « Les infiltrer me semble être une idée intéressante. Quoique dangereuse. Placer l’un de nos hommes dans leur camp pourrait en effet se retourner contre nous, si ces types venaient à le percer à jour. » En plus de risquer la vie de leur allié, celui-ci pourrait en effet très bien révéler l'existence et la position de la distillerie à leurs ennemis : « Mais face à une vingtaine d’hommes au profil violent - et de surcroit bien équipés, une confrontation ouverte me parait bien plus dangereuse encore. Certes, les nôtres sont très capables de se battre, mais l’issue d’un tel affrontement est trop floue à mes yeux pour prendre ce risque. Nous devons d'abord en apprendre davantage sur eux. Découvrir leurs failles, leurs faiblesses et frapper au moment le plus opportun. »

Valérian s’enfonça à nouveau dans son fauteuil et joignit ses doigts d'un air pensif, comme il le faisait autrefois face à ses employés. Le grec s'adressa alors à Joaquin : « Ces deux lieutenants, dont tu as parlé : Qui sont-ils ? Et sur quels critères recrutent-ils leurs hommes ? » À savoir : comment pourraient-ils attirer leur attention ? « Si nous envoyons l’un des nôtres chez eux, reste à savoir comment nous pourrions maintenir le contact avec lui... Via le troc, peut-être ? » songea alors le grec, s’adressant davantage à lui-même qu’aux autres : « Il faudra s’assurer que ces échanges n’éveillent pas les soupçons de ces types. »


You wear your honor like a suit of armor. You think it keeps you safe, but all it does is weigh you down - George R.R. Martin.

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Ruby Finley
The Exiles
Trader
Ruby Finley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/01/2020
Messages : 1291
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Let us start   Let us start EmptyMer 20 Mai 2020 - 0:05
J’avais déjà – un peu – expliqué la situation quand nous étions revenues Dana et moi en sale état, mais nous avions alors abrégées pour panser nos plaies. Ce n’était pas très étonnant que des zones d’ombre persistent pour eux, même si Joaquin entreprit de les résorber une à une. Je ne me souvenais pas l’avoir entendu un jour autant parler, et pourtant, l’hispanique s’était montré incroyablement loquace ces derniers temps avec moi. Sauf que, malgré tout, il n’avait jamais voulu me révéler toute son histoire. Il ne s’apprêtait à le faire que maintenant, parce que le danger était réel là-dehors. Joaquin ne pouvait plus se contenter de fermer les yeux, alors que son ancien groupe de taulards nous avait acculé jusqu’aux portes du no man’s land. Une part de moi aurait apprécié qu’il se confie plus tôt là-dessus, mais j’étais mal placée pour lui reprocher. Je pouvais parler pendant des heures de futilités, mais ce qui était réellement important, je le taisais également.

Ce qu’il nous décrivait là, c’était la genèse d’un gang. Tous ces sales types, enfermés pour les pires crimes que l’on pouvait commettre avant que l’apocalypse ne rebatte les cartes, avaient toujours eu l’habitude de fonctionner en gang. La seule différence ? La Loi n’était plus un garde-fou pour eux, ils avaient pu s’adonner à leurs pires instincts sans risquer de représailles, parce qu’ils étaient déjà une unité solide en sortant de taule. Ce n’était pas si différent des militaires qui m’avaient recueillie, mais eux avaient encore un semblant de sens moral alors. Ma mâchoire s’était crispée, l’expression sombre, alors que Joaquin décrivait plus en détail le sort qu’ils réservaient aux filles qu’ils capturaient. J’avais senti le regard de Joaquin sur moi, et même celui de Valérian, mais je fixai résolument le mur en face de moi. Je me sentais aussi vide qu’en colère, dans un mélange assez paradoxal. J’avais l’impression que l’ouvrir maintenant risquait de briser quelque chose en moi. Je préférais me concentrer sur toutes les belles idées qui florissaient dans mon esprit, sur comment les rayer de la face de la terre.

Quand Joaquin me le demanda, j’arrachai plusieurs feuilles de mon calepin en lui posant le crayon face à lui. J’aurais pu faire le plan également, mais j’avais l’impression qu’il avait besoin de s’occuper l’esprit. Je ne regardai pas vraiment Valérian, qui m’interrogeait pourtant directement. J’eus un haussement d’épaules. « Je suis restée avec eux quelques semaines, tout au plus. » Je relevai pourtant la tête au son étrange de sa voix. Sérieusement, c’était à moi de le rassurer sur ce qu’on avait pu m’infliger là-bas ? « Ils m’ont pas mal amochée pour réussir à me capturer, parce que je n’ai pas voulu me laisser faire. J’avais tapé dans l’œil de leur chef, alors ils m’ont… Réservée, pour lui. Mais Joaquin l’a tué avant qu’il ne tire son coup. » C’était cru, surtout pour moi. J’étais un peu énervée, même si c’était parfaitement idiot. Peut-être parce que Valérian se préoccupait de ce qui avait pu se passer dans ce groupe-là, sans savoir ce qui avait pu se passer dans les autres. A quoi s’était-il attendu, après avoir tué Warren ?

Je poussai un soupir agacé. « D’accord, pas de fille en infiltration. Elle aurait été assurée de ne pas se faire abattre, contrairement aux mecs. Il va falloir la jouer subtile pour ne pas éveiller leur attention. » Au moins, les informations de Joaquin nous donnaient de bons indices sur leurs méthodes de recrutement… En espérant qu’elle n’ait pas changé. « C’est certain, ils ont continué de recruter après la mort de Dany, sinon j’aurais reconnu tous ces types. » Il y avait sans doute une carte à jouer. On avait besoin de davantage d’éléments pour agir, et une taupe, c’était un bel atout. « Quand je parlais de jouer les appâts, ce n’était pas pour toquer à leur porte pour me rappeler à leurs bons souvenirs… Ni Joaquin ni moi ne pouvons nous révéler à eux, on perdrait l’avantage. Par contre, un des chasseurs de primes peut jouer l’indic’ auprès d’eux, en leur faisant miroiter qu’il sait où me trouver. » Après tout, c’était un peu leur job. Et puis, je ne serais pas étonnée qu’une prime soit bientôt affichée avec ma tête, suite à la perte de trois de leurs hommes. « S’il la joue assez fine, il pourra peut-être bien intégrer temporaire leurs rangs, ou alors… On pourra leur tendre une embuscade avec de fausses indications, pour un interrogatoire musclé. Dans un cas comme dans l’autre, on aura nos renseignements. »

Je dessinai d’un air pensif sur mon carnet le plan du quartier, tel que je m’en souvenais, tout en leur exposant un semblant de plan. J’entourai certaines zones, en rayai d’autres… « Dès qu’on en saura assez, on pourra leur tendre un piège. Le plus simple serait de précipiter des zombies sur la maison, et de profiter de la diversion pour les aligner. On peut se placer en embuscade sur les toits, et avec l’électricité ici pour recharger n’importe quoi… Il y a bien moyen de bricoler de quoi faire pas mal de bruits, si je désosse une voiture de flics par exemple. » C’était basique, mais efficace. « A condition, bien sûr, qu’ils n’aient pas changé de planques ou ne les ai pas multipliées, mais ça notre infiltré devra l’apprendre. »

Je raturai de mon crayon jusqu’à ce que la mine accroche la feuille, avant de me décider à relever la tête pour les regarder un à un. « Vous savez que c’est de la folie. » On risquait de perdre quelqu’un du groupe qui n’avait rien à voir avec ça. Je voulais agir, bien sûr, mais je ne comprenais pas pourquoi ils prendraient autant de risques pour nous, pour moi. Ca ne faisait pas sens. Personne ne ferait une chose pareille, alors pourquoi ? J’étais sur le point de leur poser la question, mais la peur me retint de le faire. J’avais désespérément besoin de leur aide, même si ça voulait dire qu’ils pourraient en mourir. Le pire, là-dedans ? J’étais prête à les laisser faire quelque chose que je n’aurais sans doute jamais le courage de faire pour eux.


« Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois ils gagnent. »
Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 2254
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Let us start   Let us start EmptyMer 20 Mai 2020 - 11:55
Donc, on est sûrs qu’ils perpétuent ce que faisait l’ancien chef, Dany, c’est ça ? Je demande ça pour être sûr, ça parle tellement ici que je me perds un peu.

Faut dire qu’il faut resté concentré et c’est pas toujours mon fort quand on y pense. Enfin, je me focalise quand même sur l’histoire de Ruby d’abord, celle de Joaquin ensuite, et je dois bien admettre qu’ils l’ont pas eu simple. Celle de Joaquin a quelques rebondissements qui font passer son errance pour un vrai champ de guerre, pas si étonnant qu’il soit chafouin avec le recul. Et l’entendre causer aussi longtemps, je pense que ça l’épuise autant physiquement que mentalement. Il a pas l’habitude.

Au bilan, faut dire quoi alors ? Désolée pour la merde que vous avez subi mais faut avancer maintenant ? Pas sûre que ça pose une bonne ambiance. Quoi qu’il en soit, je laisse Joaquin se vider de tout ce pus qui lui pourrit l’existence avant de laisser aux autres prendre la parole.

Sacré CV, que j’ajoute simplement au sujet de ce Dany.

C’est difficile quand même d’être à la fois un sacré enculé et un pur fils de pute. J’veux dire, même moi si je me force, j’arrive pas à être une merde pareille. Mais c’est pas le sujet faut croire, et les interventions des autres se poursuivent pendant que je réfléchis longuement à tout ça. Mettre tous ces éléments en place, ça prend du temps, de la concentration, je suis pas sûre d’être la plus stratège du lot quand on y pense.

Juste, je connais suffisamment bien la nature humaine pour savoir que partir du principe qu’on va leur coller une branlée, c’est mal engagé. De fait, on peut en avoir très très envie, et de très bonnes raisons au passage, c’est pas pour autant que ça va arriver. Et pour jamais être déçu, faut pas d’attente. Alors, on va le faire hein, mais croyons pas qu’ils vont pas nous attendre malgré tout.

Partons pas du principe qu’ils sont cons comme des tables, si ça vous dérange pas. Pour que ça tienne le coup si longtemps après votre départ, c’est qu’ils sont assez malins pour réussir à fonctionner ensemble. Et oui, c’est une donnée suffisamment importante pour être remontée dans cette conversation.

Pas que je les prends pour des demeurés, mais les plans qu’on fait aujourd’hui ressembleront à rien quand on les appliquera dans tous les cas. Et autant j’ai rien contre les aligner et les défoncer comme Ruby le suggère, autant si y’a encore des nanas entre leurs griffes, je suis pas sûre d’avoir envie de les sacrifier après qu’elles aient pris cher dans leur dignité.

Faudra quand même attendre pour obtenir vengeance. Je les regarde un à un. Pour les prévenir. Mon index les désigne : Si on vous retire vous deux de l’équation et toutes les filles du groupe, il reste plus grand monde. Anton a marqué « flic » sur son front, Jaren est trop droit pour parvenir à faire quelque chose comme ça, et avec sa gueule de Boyscout, on ira pas loin.

C’est pas contre eux : dans le feu de l’action, je suis contente de les avoir à mes côtés et pas contre moi. Mais fondamentalement, c’est vrai : ils sont moralement au-dessus du panier quand on compare à ces sacs à bêtises là.

Je parle même pas de Markus ou de Neil, ou Jake, que je dis dans la foulée. On enverra pas Valérian tout seul au casse-pipe, c’est inconscient et il serait foutu de se faire sérieusement enrôlé, et surtout, j’ai pas envie de le sacrifier ou de l’envoyer sous les roues du bus. Je déconne, tire pas cette tronche, que je dis pour détendre l’atmosphère. On doit apprendre d’autres trucs en attendant. D’ancien abri, d’ancienne victime, d’ancien lieu de pillage peut-être, j’en sais rien mais des trucs sur eux qui impliqueraient pas de les infiltrer dans l’immédiat.



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Let us start   Let us start Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Let us start -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: