The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -40%
Casque sans fil Bluetooth Bose QuietComfort 35 II
Voir le deal
229 €

Partagez
- L'ours et la souris -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ruby Finley
The Exiles
Trader
Ruby Finley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/01/2020
Messages : 1134
Age IRL : 30
MessageSujet: L'ours et la souris   L'ours et la souris EmptyLun 4 Mai 2020 - 18:33
Pourquoi rien ne voulait simplement fonctionner comme je l’espérais ?
J’étais au bord de la crise de nerfs, à essayer de démêler ce que j’avais pu faire de travers dans les raccordements pour qu’il y ait un problème à l’arrivée. Je venais de déjà tout consigner dans un nouveau calepin, sur le toit du motel, face aux panneaux solaires. Après avoir soupiré pour la cinquième fois sans parvenir à démêler le problème, je renonçais pour aujourd’hui. J’allais perdre quelques heures de travail qu’il me faudrait rattraper le lendemain, mais il me fallait absolument l’avis de Markus sur ces réglages, au risque sinon de passer pour une imbécile. Ca aurait été plus simple si Oxana avait accepté que nous soyons deux sur le projet, bien sûr… Mais j’avais proposé de travailler seule, alors maintenant, il fallait assumer derrière. Puis bon… A retravailler avec Markus, j’avais l’impression d’avoir doublé mon temps de stage de fin d’années. Je l’aurais mérité ce diplôme ! J’avais des questions plein la tête sur le trajet du retour, repassant en revue tous les derniers branchements que j’avais effectué pour déterminer si c’était une erreur de ma part ou un dysfonctionnement du système au niveau des panneaux solaires. Je n’arrivais pas à démêler la situation. Pour autant, ce n’était pas si compliqué d’effectuer un raccordement… Juste un peu technique, et surtout affreusement long.

A force, je connaissais le trajet par cœur. Vu l’éloignement assez faible avec le no man’s land, je n’avais aucun mal à m’orienter seule et éviter la plupart des rôdeurs, à condition de rentrer quand il faisait encore jour. Je m’étonnais simplement d’être maintenant la seule à faire ce trajet sans personne pour me raccompagner… Les garçons de la distillerie avaient étrangement déserté le motel les semaines passées, que ce soit Joaquin ou même Anton. Comment on pouvait arrêter du jour au lendemain de s’y rendre ? A moins qu’ils soient tous subitement maqués. Ce serait vraiment la raison ? Après plusieurs semaines à travailler sur la remise en route du réseau électrique, j’avais vraiment dû rater des épisodes. Après tout, Joaquin passait maintenant le plus clair de son temps en sortie avec Allïa, pour des missions de récupération… Quant à Anton, je ne le croisais pas si souvent, et ça valait sans doute mieux. Il faisait encore plus peur que d’habitude. Comme quoi c’était possible.

En parlant du loup, je me figeai en poussant la porte de la salle commune. Je ne m’attendais pas à trouver Anton un livre à la main dans un des fauteuils, seul. J’avais subitement envie de me déplacer à l’intérieur sur la pointe des pieds pour qu’il ne me remarque pas. A défaut, je rentrais un peu la tête dans mes épaules, en lâchant un piteux : « Euh… Bonsoir. » Je traversai la salle commune vers la cuisine en m’aidant d’un tabouret pour récupérer un fond de céréales. Ca me ferait office de repas, en l’absence des autres. Il était sans doute encore trop tôt pour qu’ils soient rentrés, mais j’avais du travail qui m’attendait après. Je m’installai en tailleur dans un autre fauteuil, en tâchant de ne pas faire trop de bruits en mangeant. J’avais mis un de mes écouteurs, mais j’étais plus occupée à tenter de lire le titre du livre que tenait Anton en me penchant un peu plutôt que de choisir ma musique. Je vis surtout ses mains ensanglantées. Il avait dû frapper quelqu’un particulièrement fort. Je grimaçai un peu avant de me lever, délaissant mon bol sur la table. Je fouillai rapidement dans la pharmacie avant de revenir vers lui, déposant le nécessaire entre nous deux pour soigner ses plaies. « Tu as besoin d’aide ou ça ira ? »


« Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois ils gagnent. »
Revenir en haut Aller en bas  
Anton Donovan
The Exiles | Chasseur de primes
Chat Noir
Anton Donovan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 28/12/2019
Messages : 526
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: L'ours et la souris   L'ours et la souris EmptyMar 5 Mai 2020 - 12:39
La douleur que morale commençait doucement à s’estomper chez Anton. Quelques jours plus tôt, il avait aidé Salem à reprendre son chez elle, son ancien garage… Ce jour-là, il s’était laissé aller à une sauvagerie libératrice avec l’aide de la blonde. Ses mains en gardaient les séquelles, elles lui faisaient très mal, mais il avait négligé de les soigner jusqu’à présent. Car même si Salem l’avait aidé à se changer les esprits. Il entendait encore les mots de J. et la douleur venant de ses mains l’aidaient à ne pas en tenir compte. C’était presque un comportement d’adolescent, idiot, qui n’apportait rien mais tant pis.

Entre ça et le livre qu’il tenait entre les mains, le casque sur les oreilles et parkway drive en fond, il parvenait à oublier l’air de fureur qu’avait Johanna. L’ouvrage dans ses mains parlait des procédures de distillation, comment fabriquer de la bonne bière principalement. S’ils devaient se mettre à en faire, alors autant apprendre à le faire correctement. Il leva légèrement les yeux quand quelqu’un entra dans la pièce, c’était Ruby, cette petite puce maligne. Elle le salua avec une sorte d’hésitation… Les deux ne se parlaient que rarement, comme si elle avait peur de l’approcher. Plusieurs mois s’étaient écoulé pourtant depuis la disputent et le nez cassé de Joaquin, dont il avait pris la défense, peut-être qu’un jour elle et lui pourraient tenter de communiquer ?

Dans tous les cas, il vit la jeune femme se poser non loin de lui avec un bol de céréales. Ça le renvoya à un souvenir lointain, presque effacé, de lui qui avait huit ou neuf ans, regardant encore son père comme s’il était un surhomme et lui tournant autour pour attirer son attention. Non pas qu’il pensait ça d’elle, mais ça le fit sourire. Du coin de l’œil, il constatât qu’elle tentait de lire le titre de son livre. Mais il ne bougea pas, il suffisait qu’elle lui demande. Soudainement, la jeune femme se leva et revint pour poser des bandages et du désinfectant sur la table, entre eux. Lui demandant s’il aurait besoin d’aide.

Anton posa son livre avant de regarder ses phalanges… Tu pourrais m’aider je pense, il va falloir bien serrer et avec une main… pas facile quoi. Merci Pendant que Ruby commençait à désinfecter ses plaies. L’ancien flic lui parla, entre deux petits soufflements douloureux. Il détestait toujours autant ça, alors que pourtant, il accumulait les blessures depuis des années. Merci Ruby… « Processus de fabrication de la bière et implication histoire que celle-ci. » C’est pas un grand titre, mais c’est passionnant à lire. Tu savais que presque toutes les sociétés du monde ont fait de la bière à un moment ou à un autre ? Il savait que Ruby était quelqu’un d’intelligente, plus que lui certainement, et de curieuse, parler de ça pourrait être un moyen de briser la glace, bien trop épaisse depuis le temps.

Il en profita aussi pour simplement demander à Ruby : Comment tu vas au fait ?




La violence ne résout-elle vraiment rien ? . .

The Exiles :
 
Revenir en haut Aller en bas  
Ruby Finley
The Exiles
Trader
Ruby Finley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/01/2020
Messages : 1134
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: L'ours et la souris   L'ours et la souris EmptyMer 6 Mai 2020 - 17:35
Je ne savais pas du tout comment il allait réagir. Anton était plutôt étrange ces derniers temps, si bien que je le pensais capable de tout… Mais l’ancien flic se serait réfugié dans sa chambre s’il voulait vraiment qu’on le laisse tranquille. Il l’avait déjà fait, les jours précédents. Là, on aurait plutôt dit qu’il avait massacré quelqu’un à coup de poing pour évacuer toute la colère. J’espérais pour lui que ce n’était pas un rôdeur. Ce serait con de mourir comme ça.

Il avait bien entendu besoin d’aide pour soigner ses plaies aux mains, ce n’était pas évident de le faire seul. La question était plutôt pour savoir s’il souhaitait que je le laisse tranquille. Dans ce cas-là, je me serais contentée de finir mon bol de céréales avant de regagner ma chambre sans demander mon reste. J’avais appris, après plusieurs mois passés ici, qu’il ne valait mieux pas insister quand les autres n’étaient pas d’humeur. Et ils étaient rarement d’humeur égale. Mais Anton avait évacué la pression et devait être dans un bon jour, car il accepta aussitôt.

Je me saisis de ses mains pour commencer à les désinfecter avec application. « Ca risque de piquer un peu. » Il s’en doutait, mais qu’il ne vienne pas me le reprocher surtout. J’avais bien vu la tête qu’il venait de tirer, alors que je devais gratter du sang séché. En même temps, il aurait pu s’en occuper plus tôt au lieu de bouquiner… C’était vraiment un irresponsable là ! Je secouai un peu la tête, dépitée, sans faire pourtant le moindre commentaire. J’avais l’impression d’avoir fait ça un nombre incalculable de fois maintenant. Ce n’était pas le premier type violent qui croisait ma route, loin de là. Ca ne m’empêchait pas de craindre les gestes brusques, comme s’ils risquaient de me frapper. C’était arrivé trop de fois pour que je parvienne à complètement me détendre. Sauf qu’Anton me remerciait, lui. Je risquai un regard dans sa direction, alors qu’il semblait même enclin à faire la discussion. Il avait dû surprendre mon coup d’œil à la couverture de son livre. Anton était beaucoup trop perspicace et observateur, je n’arrêtais pas de le dire. Les flics étaient les pires ! « Ca ne m’étonne pas, la bière c’est la vie. » Je me fendis d’un bref sourire, qui peinait à percer. « C’est l’alcool le plus facile à faire. Parfois c’est même plus simple que de se procurer de l’eau potable. Il le disait, ça aussi, ton bouquin ? » Je relevai un peu la tête vers lui, pour le détailler avec curiosité. « Pourquoi ça t’intéresse ? Tu veux nous aider à remettre la distillerie en route ? Il y a plein de choses à faire, si tu veux… » Mais il avait l’air de préférer casser des gueules, comme tous les autres chasseurs de primes ici. C’était nous, les petites mains. Les siennes, elles étaient immenses. Il pouvait bien faire disparaître ma tête à l’intérieur, s’il le voulait.

Je lui rendis un regard hésitant, alors qu’il me demandait subitement comment j’allais. Alors, celle-là, je ne m’y attendais clairement pas. « C’est plutôt moi qui devrais te demander ça. T’es fâché ? » Je n’étais pas dupe. Il rentrait tard, souvent amoché comme aujourd’hui. Il n’allait plus au motel, et en plus, il sentait parfois l’alcool. Je n’étais peut-être pas souvent là ces dernières semaines, mais ça me paraissait évident. Anton n’allait pas bien.


« Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois ils gagnent. »
Revenir en haut Aller en bas  
Anton Donovan
The Exiles | Chasseur de primes
Chat Noir
Anton Donovan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 28/12/2019
Messages : 526
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: L'ours et la souris   L'ours et la souris EmptyMer 6 Mai 2020 - 23:16
Pour la première fois depuis plusieurs jours, il sourit, à demi, mais il sourit. Il ne porta pas cet air de psychopathe sur le visage, simplement de quelqu’un trouvant amusant la réaction d’une autre personne : Je ne te savais pas si fan d’alcool. Mais ouais, il dit que la bière était souvent plus potable que l’eau. C’est pour ça qu’on va trouver des bières peu fortes dans beaucoup de région du monde. Au même titre que le vin d’ailleurs. Puis, quand Ruby lui demanda en quoi ça l’interessait, il la regarda avec un air sérieux :

Ça m’intéresse car l’ignorance est le pire des vices Ruby. C’est ce que j’ai appris quand j’étais gamin. On habite tous ici, ouais je suis plus du genre à « frapper, hurler, torturer et tuer » Mais je ne vais pas vous laissez vous taper tout le boulot. J’pourrais jamais vraiment comprendre tout, mais ne serait-ce que pour les travaux de forces, je peux aider. Il avait besoin de se vider l’esprit et si ça pouvait être aussi autre chose que de détruire… alors ça ne serait que positif

Il sourit à Ruby avant de faire une grimace quand celle-ci lui déposa une compresse de gaz sur la main. Ce n’était pas très agréable, mais il se força à continuer à lui parler. Il trouvait amusant que la jeune femme le prenne pour un bourrin, ce qu’il était certes mais se pensait quand même plus que ça : Tu sais, j’ai étudié aussi les équations sur la déformation des matériaux après notre dispute, tu te souviens ? Je voulais voir si celles que tu m’avais montrées étaient correctes. Résultat… aucune putain d’idée

Mais ce semblant de bonne humeur, qu’il avait en évoquant ce souvenir et cette situation disparue bien vite quand elle lui demanda si LUI allait bien. Question presque rhétorique, depuis dix jours, il s’absentait pour se laisser aller à divers penchant, vidait sa réserve à un rythme alarmant. Ce n’était qu’une question de temps, de jours, avant qu’il ne fasse une bêtise. Il ne pouvait se confier à Salem sur les raisons de son état, et Dana ne lui semblait pas indiquée… Mais si Ruby lui posait la question.

… Tu… ouais je suis fâché… contre moi-même. J’ai gâché mes chances d’avoir un début d’histoire d’amour car je ne peux pas garder ma queue dans mon froc. il ferma le poing pour voir si les bandages le gênaient… Non ça allait, mais il allait vraiment devoir se calmer sur les poings. Sinon il finirait par se briser une main. J’ai… un peu laissé aller ma colère dernièrement, mes vieux travers d’avant l’apocalypse… laisse tomber tu n’as pas envie de savoir tout ça. Je vois que tu as déjà assez peur de moi…

Il avait ajouté cette dernière phrase avec une pointe de regret, il repensait au conseil de J. qui lui disait de tenter de construire des choses. Mais il était simplement incapable de faire autre chose que de détruire, mais surtout lui-même. Ce qu’il avait apprécié le plus dans sa sortie avec Salem, ne fut pas de reprendre le garage d’une amie. Ce fut de massacrer ces pillards et de s’arracher la peau des phalanges sur leur visage.




La violence ne résout-elle vraiment rien ? . .

The Exiles :
 
Revenir en haut Aller en bas  
Ruby Finley
The Exiles
Trader
Ruby Finley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/01/2020
Messages : 1134
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: L'ours et la souris   L'ours et la souris EmptyVen 8 Mai 2020 - 12:05
C’était moi ou… Ah mais oui ! Anton venait bien de sourire ! C’était discret, mais ça le rendait presque sympathique. Le « presque » était important. J’étais quand même occupée à arranger une compresse sur ses phalanges ensanglantées, ça voulait tout dire de ses passe-temps habituels quand il n’était pas calmement installé dans ce canapé avec moi. Mais je commençais à avoir doucement la certitude que je ne serais pas la prochaine cible de sa colère. Il était calme maintenant. Je lui rendis alors son sourire, un peu moins factice que le précédent, en levant un doigt à sa remarque. « Fan de bière, je précise. J’ai fait une overdose de vodka durant les soirées étudiantes… L’odeur suffit à me donner la nausée. Surtout ne le répète pas à Yulia, d’accord ? Elle risquerait de faire un scandale ! » Je soufflai ce qui s’apparentait presque à un rire avant de reprendre, avec un brin de nostalgie : « Mes amis étudiants adoraient la musique, les concerts… Et la bière. » Cette ambiance me manquait, souvent. « Alors la bière a le goût des bons moments. »

J’arrangeai le bandage sur ses doigts meurtris en serrant assez fort pour qu’il ne se défasse pas facilement, tout en essayant de lui laisser assez de marge de manœuvre. Ce n’était pas si difficile, vu qu’Anton n’était pas le premier à casser des gueules que je rafistolais. Je pensais que c’était la seule chose qui l’intéressait de faire, mais il était plutôt ouvert à tout pour aider à la distillerie. Il avait parlé à la mauvaise personne s’il souhaitait un peu de tranquillité. Mon regard brillait subitement, les idées s’entrechoquant dans ma tête. J’avais toujours quelque chose à leur trouver à faire ici. Joaquin n’avait jamais le temps de s’ennuyer. Et même en mon absence, je laissais une liste détaillée d’objet de récupération sur le frigo chaque matin pour lui avant de partir, juste histoire de lui rappeler désagréablement mon existence. Je la désignai du doigt à Anton. « Alors là, si tu veux aider, pas besoin de le dire deux fois. Tout est là. On aurait besoin de récupérateurs de pluie et d’un chauffe-eau thermodynamique. C’est extrêmement lourd à porter. Joaquin et Alexander n’y arriveront pas sans aide. Il faut aussi des canalisations, des filtres… Maes et moi, on a fait une liste détaillée du nécessaire pour rétablir l’eau courante, mais il y a du travail. » Il n’aurait pas le temps de s’ennuyer, à peine de broyer du noir, s’il s’attelait à aider sur un chantier pareil. Et puis, peut-être que ça lui ferait du bien de construire quelque chose, plutôt que de tout chercher à détruire.

Je relevai un peu la tête quand il me parla subitement de notre première rencontre, alors que je lui avais balancé un cahier plein d’équation écrite à la va-vite, pour lui faire comprendre que j’étais ingénieure en aéronautique, pas membre d’un gang. La vérité, c’était sans doute que j’avais été les deux depuis l’apocalypse… Mais avec Dana prête à exploser la tête de Joaquin, tout reposait sur ma capacité à me montrer le plus inoffensive possible. Je secouai la tête, alors qu’Anton m’avouait sans détour qu’il n’avait rien compris à ces équations. Il avait bien fait semblant, ce jour-là. « Elles étaient fausses. Sous le coup du stress… J’ai écrit n’importe quoi pour chercher à vous convaincre. » J’avais eu peur pendant des mois qu’un coup de feu déchire l’air en pleine nuit, après cet épisode. Valérian n’avait rien arrangé à mon angoisse, bien évidemment. Trouver ma place, parmi toutes ces fortes personnalités, avait pris beaucoup de temps. J’avais toujours la crainte de me faire frapper ou pire… Mais ça ne disparaîtrait jamais vraiment.

J’étais persuadée qu’Anton allait m’envoyer sur les roses, mais il n’en fit rien. Je relâchai sa main pour le détailler longuement, alors qu’il me confiait sans détour les raisons de sa colère. Oh… Il y avait un cœur tendre sous cette carapace dure comme la pierre. J’allais finir par croire que j’étais la plus pourrie du lot… Mais le savoir sentimental le rendait subitement bien moins terrible. On était loin de l’image du gros dur qui beuglait sans arrêt et réglait tous ses problèmes par les poings. Anton s’était subitement mis à bégayer un peu, sans doute un peu gêné d’en parler. « Tu ne seras pas le premier dans ce cas-là. » Quoi ? Les mecs fidèles, depuis l’apocalypse, se faisaient encore plus rares. Je n’étais pas plus étonnée que ça. « Si tu tiens vraiment à elle, tu devrais trouver un moyen de te racheter auprès d’elle plutôt que de chercher à te détruire, Anton. Le premier pas serait de reconnaître ses erreurs… Et après, tu pourrais sans doute lui expliquer en quoi elle est si spéciale pour toi. » Et là, j’espérais pour lui qu’il trouverait les bons mots, parce que c’était quitte ou double. « Mais il faudra faire preuve de beaucoup de patience. » Venant de quelqu’un qui avait la rancune tenace quand on lui pétait le nez, je pouvais lui certifier… Il allait galérer.

Je relâchai sa main pour récupérer mon bol de céréales, m’enfonçant à nouveau dans le canapé. Je me figeai un peu, alors qu’il venait de souligner ma peur. Bon, d’accord… J’avais du mal à le cacher. Je n’allais pas faire la fière maintenant en cherchant à le nier. « T’es pas le premier mec violent que je côtoie, loin de là. Et… Les flics ne sont pas forcément les moins pires. Quand tu avais pour mission de protéger les autres, de rendre la justice… Tu peux que vriller. » Je fixai mon bol, la mine plus sombre. Je n’avais subitement plus très faim. Je relevai la tête vers lui, un peu plus hésitante. « La dernière fois que j’ai vu quelqu’un déconner comme toi, parce qu’il avait perdu de vue pourquoi il se battait… Aussi fort qu’il était, il a fini par en mourir. »


« Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois ils gagnent. »
Revenir en haut Aller en bas  
Anton Donovan
The Exiles | Chasseur de primes
Chat Noir
Anton Donovan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 28/12/2019
Messages : 526
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: L'ours et la souris   L'ours et la souris EmptyVen 8 Mai 2020 - 15:35
La bière rappelait des bons moment à Ruby… oui, à Anton aussi… il lui rappelait le temps de l’innocence, jeune policier, déjà violent, mais pas aussi bouffé par ses névroses et par son expérience. Il repensa à l’école de police, à son diplôme, à sa première patrouille. Beaucoup de bons souvenirs étaient associés à ce liquide. Rêveur, il murmura : ça sera notre petit secret, laissons Yulia dans l’innocence de ce scandale.

Ruby eut l’air surprise quand Anton déclara et persista dans le fait des aider. Mais elle réagit bien assez vite, lui parlant de tout ce qu’il restait à faire. La liste était longue… un chauffe-eau thermodynamique. Anton en avait entendu parler une fois ou deux… ça semblait tellement irréel. Mais Ruby semblait vraiment dire qu’ils pourraient avoir de l’eau chaude. Après l’électricité, l’eau chaude. Cet endroit semblait devenir un vrai foyer au fur et à mesure que les semaines passaient. L’arrivé de Maes semblait avoir grandement aidé Markus et Ruby dans l’affaire : Je n’ai pas de contrats pour le moment… va falloir que je me change les idées alors ouais, pas de problèmes, je vais aider Xander et Joaquin et je vais faire tout ce que tu as à me demander Il s’interrompit pour grimacer alors qu’elle s’occupait de sa deuxième main.

Anton éclata de rire quand celle-ci lui avoua que les équations étaient fausses. Il ne jugea pas ce fait, qui l’amusait vraiment plus que tout. Non, à la place il déclara d’un ton amusé : Tu pourras m’en écrire une vraie et juste alors la prochaine fois ? Quand je te dis que je suis curieux de tout, ce n’est pas une plaisanterie La jeune femme s’éloigna de lui, quand elle eut enfin terminé de poser le pansement. Ça faisait du bien finalement… Il lui en devait une.

Puis Ruby lui donna des conseils sur comment tenter de récupérer sa relation avec J. C’était compliqué car en fait, ce qu’elle lui demandait de faire. Il lui avait déjà dit avant… pour la convaincre de lui laisser sa chance. Il ne répondit pas tout de suite à ça, préférant d’abord se concentrer sur ce qu’elle disait sur les policiers.

En regardant ses mains, il répondit à Ruby, qui s’était réfugié avec son bol de céréales dans son fauteuil. C’était assez étrange comment les gens pouvaient se comporter d’une situation à une autre. Jamais il n’aurait deviné, en la voyant, là, en boule sur un vieux fauteuil que Ruby était en fait quelqu’un d’aussi courageuse. J’ai parlé avec Joa un jour et je lui ai dit exactement ce que tu m’as dit, pas avec les même mots. Mais, clairement…Les flics sont certainement pire que les autres. J’ai certainement fait plus de saloperie au nom de la loi que Joaquin à l’époque. Mais je m’en fichais… ça marchait.

Pour le moment, je n’ai pas le droit de mourir. J’ai trop de choses à faire… Il soupira en refermant correctement son livre : Tu sais ce qui est drôle… Elle m’a dit la même chose que toi. Exactement la même chose. Que je devrais arrêter de détruire. Ces mots m’ont touché et j’ai réussi à pardonner à quelqu’un. Grace à ces mots, j’ai reconstruit un lien que je pensais brisé, Anna et moi. Elle doit avoir ton âge, je l’ai rencontré au début de l’épidémie et maintenant, elle est comme ma fille. C’est grace à Johan… *tousse* que j’ai réussi à le faire Il tourna la tête pour cacher sa confusion… non pas qu’il avait honte de se montrer faible, mais avait du mal à prononcer le nom de la jeune femme. Depuis qu’elle le lui avait interdit, c’est comme si ça le brulait.
Tu as déjà été amoureuse Ruby ? Au point de vouloir changer ce que tu es pour elle, ou lui ?




La violence ne résout-elle vraiment rien ? . .

The Exiles :
 
Revenir en haut Aller en bas  
Ruby Finley
The Exiles
Trader
Ruby Finley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/01/2020
Messages : 1134
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: L'ours et la souris   L'ours et la souris EmptyJeu 14 Mai 2020 - 18:31
J’étais un peu surprise. Celui qui me faisait face était bien éloigné de l’image que j’avais habituellement d’Anton. Il était calme, curieux, et même… Prévenant. Je n’étais pas certaine de l’avoir entendu rire comme ça auparavant, ou pas avec moi. Où était le policier colérique qui répondait par la violence à ses problèmes, suspicieux et accusateur ? Je savais encore moins sur quel pied danser avec lui, mais je me contentais de sourire en toute simplicité. S’il était de bonne humeur, prêt à aider, autant en profiter non ? « Je ne doute pas que tu leur seras très utile, en attendant ton prochain contrat. » Je ne comptais pas lui donner de raison de s’énerver contre moi. Vu l’état de ses mains, mieux valait ne pas être la prochaine cible… Mais faire autre chose que de briser des crânes lui ferait sans doute du bien. Anton se sentirait sans doute mieux s’il changeait un peu d’environnement, s’il aidait à construire quelque chose ici même. Il serait peut-être plus souvent comme maintenant.

Je lui souris plus franchement, alors que mes anciens cours l’intéressaient réellement. « Je pourrais te passer mes cahiers d’étude, si ça t’intéresse… Mais tu ne voudrais pas plutôt étudier avec moi comment remettre la distillerie en route ? » J’haussai les épaules. « L’aéronautique, ça ne sert plus à grand-chose maintenant. Ce qu’on peut faire ici, par contre, c’est important. » Je croyais vraiment qu’on pourrait remettre cette distillerie en état, y vivre ensemble, et même produire de l’alcool dans une certaine mesure. Si ça devenait possible, on aurait quelque chose d’intéressant à troquer.

Je ne connaissais pas cette femme qui nous l’avait à ce point changé, mais je lui en étais un peu reconnaissante. Pourtant, Anton devait être conscient d’en avoir un peu trop dit, parce qu’il ne s’engagea pas sur ce terrain. J’écoutai attentivement ce qu’il voulait bien me dire de lui-même, sans le forcer. Il avait visiblement besoin de parler. En même temps, dans cette distillerie… Il n’y avait pas vraiment d’oreille attentive. Ils passaient tous le plus clair de leur temps à se grogner dessus. Au début, ça m’avait terriblement angoissée. Maintenant… Ca m’amusait surtout.

Je déposai mon bol vide sur la table basse avant de ramener mes jambes sous moi. J’enregistrai les noms qu’il me donnait, même si je peinais à suivre son histoire. Mes mots faisaient écho en lui. Je retenais surtout ça. « Il n’y a plus vraiment de différences, maintenant. Les gens biens sont déjà morts, il reste surtout des survivants. » Ceux qui étaient encore prêts à défendre leurs idéaux l’ont peut-être fait jusqu’au bout, mais ils ne sont plus vraiment là pour en parler. Un flic, un militaire… C’était surtout devenu pour moi quelqu’un qui sait manier une arme mieux que moi. Les forts ont toujours eu tendance à vouloir imposer leur volonté aux plus faibles… Sauf si ceux-là savaient retourner la situation à leur avantage. Tout n’était pas à jeter. J’avais beaucoup appris, grâce à eux.

Et il y avait beaucoup de femmes dans la vie d’Anton, comme de par hasard. « Tu l’aimes vraiment, ça se voit. » Je lui souriais en retour, mais sa dernière question me décontenança un peu. Si j’avais déjà été… Amoureuse ? Je réfléchissais déjà à la réponse qui convenait de formuler, avant de me rappeler des paroles de Yulia. Ca ne servait à rien de mentir là-dessus, même si être soi-même… C’était bien trop compliqué. Déjà, ça demandait de se regarder en face, et de s’accepter. Je soupirai. « Non… Je ne crois pas. » Je relevai la tête vers lui. « Mais si quelqu’un m’aime vraiment, il ne me demandera pas de changer pour lui. Il m’accepterait tel que je suis. » Ce n’était jamais arrivé. J’avais toujours été celle qu’on voulait que je sois, ce qui entraînait toujours des déceptions au bout du compte. « Tu dois le faire pour toi, surtout si tu en as la force. Qu’est-ce que tu voudrais pouvoir changer ? »


« Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois ils gagnent. »
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: L'ours et la souris   L'ours et la souris Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- L'ours et la souris -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: