The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-39%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
229.99 € 379 €
Voir le deal

Partagez
- In every end, there is also a beginning -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 2283
Age IRL : 26
MessageSujet: In every end, there is also a beginning   In every end, there is also a beginning EmptyVen 1 Mai 2020 - 0:52
La nuit passée fut, et de loin, la pire de son existence. La caresse de la mort est glaciale. Elle emporte dans son sillage l'espoir, la joie ou l'innocence. Zelda n'a pas réussi à fermer l’œil pendant les longues heures nocturnes. Elle supposait que le simple fait d'être encore en vie parviendrait à raviver une part de son âme. Elle devrait être soulagée, non ? Éprouver de la reconnaissance ou simplement se féliciter de pouvoir encore emplir ses poumons d'air, sentir les rayons du soleil sur sa peau ou les douces caresses du vent. Mais non... Elle n'arrive plus sourire. Elle est fermée. Éteinte. Oui, elle est encore vivante. Mais une part d'elle est bel et bien morte dans cette clairière. Celle de l'enfance, celle qui n'a cessé d'animer l'adolescente jusque-là. L'australienne est en deuil sans même savoir ce qu'elle a réellement perdu. Alors elle n'arrive décidément pas se projeter dans l'avenir ou même se réjouir d'en posséder un. Le futur ne lui semble plus vraiment attrayant. Le passé ne lui a jamais autant manqué. Et le présent, lui, est dénué de tout ce qui faisait autrefois sa saveur...

Elle n'a pas salué Clayton ce matin. Elle aurait voulu qu'il la questionne même si elle n'aurait jamais osé lui donner de réponses. Peut-être qu'il s'est contenté de supposer qu'elle était de mauvaise humeur. Kassidy en aura probablement fait de même lorsque l'australienne a passé son temps à fuir son regard. En fait, elle en veut à tout le monde. Sauf à June. C'est pourtant la rouquine qui devrait devenir le réceptacle de cette colère indicible qui grandit en elle, conjointement à cette peur qui s'est logée au plus profond de ses entrailles. C'est étrange... Est-ce que la victime est sensée ressentir de l'admiration pour son bourreau ? Et puis l'adolescente mérite-t-elle seulement d'incarner la partie lésée ? C'est par sa propre faute qu'elle s'est retrouvée dans cet forêt. Peut-on être à la fois instigatrice et martyr ? Les questions s'accumulent, la mène sur le bord d'un précipice dont elle n'entrevoit même pas le fond. Ses jambes tiennent bon mais sa raison vacille. En fait, elle n'a que vaguement conscience dans dans cette salle de stockage. Elle n'est qu'une automate qui se contente d'exécuter la mission confiée par Quinn : compter les diverses ressources et, en cas de nécessité, y remettre de l'ordre.

Sean est à ses côtés et note les informations qu'elle lui récite d'une voix neutre. Que ce soit ici ou dans le reste du camp, elle est entourée. Elle évolue au sein d'un groupe nombreux, puissant. Et pourtant elle ne s'est jamais sentie aussi seule. Mais elle doit tenir bon. N'est-ce pas le rôle de tout être vivant ? Lutter jusqu'au bout, envers et contre tout, contre un ennemi qui finira tôt ou tard par tous les étreindre ? Le temps. Ou la mort. Mais y-a-t'il une vraie différence entre les deux ? « Cinq boîtes de Betadine ! » murmure-t-elle, sur une note monocorde, à son camarade. Aujourd'hui, c'est leur premier jour de stage avec Quinn. La veille, avant la tombée de la nuit, elle redoutait de devoir accomplir un travail sans réel intérêt. À présent elle s'en fiche complètement. Au moins, elle est occupée... L'adolescente déplace l'escabeau et se penche à présent sur d'autres médicaments. Son doigt les parcourt avec indifférence. Il finit par s'arrêter. Le regard de l'australienne se fait encore plus absent. Puis la rage explose, semblable à un volcan qui aurait trop longuement contenu la sang chaud de la terre dans ses entrailles. Son poing se serre, s'écrase contre l'étagère. Sa chair proteste mais elle l'ignore. Le rythme de ses coups devient moins soutenu. Zelda s'interrompt, écrase une dernière fois ses phalanges contre l'acier du support puis  s’assoit sur les marches de la petite échelle. Elle glisse son front entre ses mains et ferme les yeux. Comment les choses ont pu dégénérer à ce point ?


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Sean J. Finnegan
Sean J. Finnegan
Fiche de personnage
Survit depuis le : 17/03/2020
Messages : 100
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: In every end, there is also a beginning   In every end, there is also a beginning EmptyVen 1 Mai 2020 - 16:13
Après ce moment compliqué, Sean avait remis en perspective certaines choses, et notamment sa relation avec son père. Ce dernier pensait qu’il pouvait continuer à le maintenir en laisse, à décider pour chaque chose qui arrivait dans sa vie. Comme cette histoire de vaccin, qu’il avait décidé seul, ainsi que le sérum ensuite. Par conséquent, lorsque son paternel lui avait demandé de rester à la maison, de faire profil bas, de rester un peu en retrait du reste du groupe, il s’était rué sur ce fameux stage. Il s’agissait de seconder Quinn, de comprendre le fonctionnement des soins au sein du camp.

Et ce, même lorsqu’il avait appris qu’il allait faire équipe avec Zelda. Ils ne s’étaient pas vu non plus depuis cette fameuse nuit, lorsqu’elle avait pris soins de lui, dormi avec lui, et aussi lorsqu’elle avait vu une certaine partie de son anatomie. Mais finalement, il s’était rendu compte que certes, si cette nouvelle ne l’avait pas fait sauter de joie, parce qu’il n’avait pas vraiment envie de se retrouver entraîner dans ses conneries, il était plutôt content de la retrouver. Avec Kassidy, ce n’était pas allé plus loin qu’un petit baiser, elle manquait d’un… Petit quelque chose. Enfin, il ne fallait pas croire qu’il en pinçait pour l’australienne, ce n’était pas le cas hein ! Ou alors il essayait de s’en convaincre.

Enfin, pour l’instant, il n’avait pas à se plaindre. Ce n’était pas le job le plus passionnant du monde, puisqu’ils s’occupaient de l’inventaire de la reserve, mais au moins, ils n’avaient encore eu à vider de bassins ou de truc du style, le genre de chose qu’il redoutait absolument de faire. Non, pour l’instant, il se contentait de noter les nombres que Zelda lui annonçait. Tout en se faisant la réflexion que quelque chose clochait. La blonde n’était pas comme d’habitude.

Déjà, elle ne lui avait pas encore fait de remarque cinglante. Forcément, ça signifiait qu’elle avait un problème, pas vrai ? Et puis, aucun sarcasme, elle ne râlait pas… Elle ne riait pas non plus. Elle se contentait de déblatérer, toujours sur le même ton, sans aucune émotion. Ce n’était pas normal. Il en venait à s’inquiéter pour elle.

Sean nota les flacons de bétadine, conformément au plan. Mais un bruit violent lui fait relever la tête, et hausser les sourcils, inquiets. Elle frappe dans l’étagère, encore et encore. Il reste interdit face à cette scène, sans savoir comment réagir. Il ne sait pas ce qui cause cette soudaine crise, il ne comprend pas, forcément, il ne sait pas.


- Zelda ?

La jeune fille cache son visage dans ses mains, et il pose délicatement son bloc note sur un carton dans le coin. Il s’approche d’elle, et pose doucement ses mains sur ses épaules.

- Je… Qu’est ce qui va pas ?
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 2283
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: In every end, there is also a beginning   In every end, there is also a beginning EmptySam 2 Mai 2020 - 10:17
Elle tressaille lorsque les mains du jeune homme se posent sur ses épaules. Le contact est doux, se veut rassurant. Le geste incarne ce que les mots ne peuvent pleinement charrier. Le premier réflexe de l'adolescente consiste pourtant à fuir le contact. Elle se recule et son dos heurte les marches de l'escabeau. Puis elle abandonne l'idée de lutter contre la sollicitude de Sean alors qu'elle est déjà incapable de combattre les multiples plaies de son âme. Ce qui ne va pas ? Si seulement la langue anglaise était assez riche pour exprimer ce qu'elle ressent en cet instant. Comment résumer la mort ? Pas celle que l'on imagine être assez brave pour affronter mais la vraie, celle qui déverse en vous le goût le plus amer et la terreur la plus absolue ? Pourtant Zelda aimerait parler à son camarade. Elle a besoin de se confier. De tous ceux qui ont réussi à capter sa tendresse ou son intérêt, il est le seul que sa détresse accepte de côtoyer. « C'est bon, j'vais bien ! » souffle-t-elle. Ses envies se heurtent à une réalité qui l'écrase : elle ne peut pas évoquer les raisons qui justifient cette colère ou ces larmes qu'elle peine à contenir. Elle sent la présence de June par-dessus son épaule. Et le souvenir du canon qui se lève en direction de son front est toujours aussi vivace. La crainte étouffe le besoin. Et tout ce que la jeune espionne est capable de faire en cet instant, c'est de hocher la tête de gauche à droite d'un air contrit. Comme si son accès de rage n'était qu'une chose anodine, indigne de l'altruisme de son camarade...

Mais si le droit de s'exprimer librement lui a été retiré, celui de contenter cet absolu besoin de réconfort lui reste acquis. L'adolescente finit par se redresser. Ses paumes se posent sur le dos des mains de l'irlandais, invitant ce dernier à ne pas les retirer. Elles sont chaudes. Rassurantes. Ses doigts glissent à présent sur les bras du jeune homme tandis qu'elle franchit la distance qui la sépare encore de lui. Elle glisse son visage dans le creux de son cou et s'accroche à lui comme si elle craignait de le voir s'enfuir. Elle le sert fort. Peut-être un peu trop fort pour que ce soit agréable. Ses ongles s'enfoncent dans sa chair tandis qu'elle inonde son épaule de larmes. En silence. Sa fierté ? Cette dernière compte parmi les choses qu'elle a perdues la nuit dernière, dans cette clairière inondée par la clarté de la lune. Ce petit jeu auquel elle s'adonnait, ce rôle qu'elle se faisait un devoir d'endosser en présence de Sean n'a plus la moindre raison d'être. Elle est vivante. Ce droit qui lui semblait autrefois acquis est un privilège dont elle a désormais conscience. La vie doit être honorée autrement que par des faux-semblants...

Son étreinte se fait moins martiale, plus douce. La jeune espionne ferme les yeux et s'abandonne à ce contact bienvenue, à cette sensation qu'elle aurait dû découvrir à travers la tendresse des premiers émois et non guidée par ce soulagement malsain mais néanmoins légitime d'appartenir encore au règne du vivant. Ses lèvres se posent sur la peau de l'irlandais. Elles y déposent un fugace et timide baiser. Hésitante, dépassée par la puissance de l'inconnu, elle réitère pourtant son geste. L'une de ses mains s'égare dans la nuque de Sean. Ses doigts caressent l'extrémité de son cuir chevelu. Elle tremble. Mais l'espace d'un infime instant, elle parvient à oublier le poids de cette terreur persistante. Zelda récidive. Avec plus d'assurance, cette fois-ci. Elle finit par venir coller son front contre celui du jeune homme. Leurs souffles se mêlent, dansent avec une étrange harmonie. Elle est incapable de lui décocher un regard. Ses yeux restent résolument clos. L'extrémité de son nez bandé vient taquiner les contours de son homologue. Ses pensées devraient s'envoler vers Kassidy en cet instant. La culpabilité devrait assaillir sa conscience. Mais son amie ne parvient même pas à se frayer un chemin jusqu'à ses pensées. Leurs lèvres se frôlent. Un simple et infime instant. Suffisamment pour qu'une ondée de douceur se déverse en elle. Est-ce pareil pour lui ? Partage-t-il ce frisson qui a donné vie aux plus beaux poèmes ? Elle aimerait que le temps s'arrête. Mais ce dernier continue sa course avec insolence, l'encourage à faire ce qu'elle ne sait justement pas faire. Ses lèvres se déposent avec plus de franchise sur celles de l'irlandais. Avec candeur et hésitation. S'y prend-t-elle bien ? Elle a peur de paraître stupide, que son inexpérience se mue en une évidence absolue pour son camarade ou encore d'être repoussée maintenant, à l'instant fatidique. Combien de filles a-t-il déjà embrassé, lui ? Cette question la taraude trop brièvement pour être réellement digne d'intérêt. Il est avec elle en cet instant...


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Sean J. Finnegan
Sean J. Finnegan
Fiche de personnage
Survit depuis le : 17/03/2020
Messages : 100
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: In every end, there is also a beginning   In every end, there is also a beginning EmptySam 2 Mai 2020 - 14:32
Ce mensonge, ce tremblement dans le fond de sa voix, lui brisent le cœur. Il sait bien, il sent bien, que même si elle veut lui faire croire que tout va bien, c’est faux. Elle souffre, intérieurement, et il ne comprend pas pourquoi, alors qu’il est intimement persuadé qu’il le devrait. Elle s’est dégagée de ses mains, et il n’a pas essayé de les reposer sur elle. Par respect tout simplement, parce qu’elle est maîtresse de son corps et de ses actes, et que s’il y a un bon point à avoir été élevé par sa mère, c’est qu’il a été éduqué au respect du consentement. Aussi, il se contente de l’observer, et de ne pas la lâcher des yeux. Si bien que lorsque finalement, elle hoche la tête de droite à gauche, il comprend bien qu’il avait raison, et qu’elle ne va pas bien du tout.

Il retente sa chance, posant à nouveau ses mains sur ses épaules. Et cette fois, elle ne recule pas. Au contraire, elle vient poser les mains sur les siennes. Sean ne parle pas, il a bien compris que dans cette situation, les mots ne veulent rien dire, les mots n’ont aucun sens, aucune valeur. Seul son regard parle pour lui, assurant à l’australienne qu’il est là, pour elle, et que si elle a besoin d’évacuer une quelconque douleur ou colère, c’est un espace sans danger qu’il crée pour elle.

L’irlandais pensait qu’elle allait crier, lorsque ses doigts se sont mis à courir sur ses bras. Qu’elle allait hurler une rage folle, qu’elle allait se décharger sur lui. Il aurait été prêt à ça, il s’était préparé à encaisser la violence. Il ne lui en aurait même pas voulu, en fait. Peut être même qu’il aurait accepté qu’elle le cogne. Après tout, il l’avait attaqué, elle avait le droit à un coup pour être quittes.

Mais ce n’était pas le cas. La jeune fille se rapproche de lui, et vient se serrer contre lui. Ou plutôt vient le serrer contre elle. Sean sent son souffle chaud dans son cou, et il ne peut pas mentir : cela lui déclenche un long frisson qui court le long de sa colonne vertébrale, hérissant les quelques petits cheveux dans sa nuque. Si au début, il ne sait pas quoi faire, c’est lorsqu’elle se met à pleurer sur son épaule qu’il referme ses bras autour d’elle. Il ne se sent pas digne de cette étreinte, avec ses petits bras, se disant qu’elle aurait sans doute préféré quelque chose de plus musculeux, à voir comment elle reluque les hommes plus âgés et bien mieux bâtis que lui. Il chasse cette pensée assez rapidement : ce n’est pas le problème du moment.

Au fur et à mesure que les minutes passent, il la sent se détendre contre lui. Lui-même desserre légèrement son étreinte. Sa mère lui faisait souvent ça lors de ses colères, ou des gros chagrins d’enfants. Elle le contenait dans ses bras, avec douceur, mais fermement, jusqu’à ce qu’il ne se calme. Et ça marchait à chaque fois, la preuve en était encore faite aujourd’hui. Il sent les lèvres de la jeune fille sur la peau de son cou. Ses yeux s’ouvrent grands, et il ne sait pas comment réagir. Elle recommence, et ses doigts caressent sa nuque. En fait, il ne sait pas si elle est animée par l’envie, ou pas l’énergie du désespoir, et il n’a pas envie de profiter de la seconde option pour faire quelque chose qu’elle pourrait regretter plus tard. Est-ce qu’elle lui plait vraiment ? Certainement, finalement, parce que ses propres doigts caressent à présent le dos de Zelda. Mais pas pour la réconforter non. Plutôt pour essayer de lui donner quelques sensations de bien-être.

Leurs fronts, se rencontrent, leurs nez également. A son tour, il ferme les yeux. Il ne sait plus bien ce qu’il veut ou non, s’il doit faire ce qu’ils s’apprêtent à faire. Si c’est une véritable bonne idée d’embrasser une fille qui pleure. Mais il y a quelque chose, et si ce n’est pas les hormones, il ne voit pas vraiment de quoi il s’agit, qui le pousse à aller plus loin. Il respire un peu plus vite, tentant de ne pas respirer plus fort, alors qu’il sent clairement que son cœur danse à un rythme qu’il ne pensait même pas pouvoir encaisser sans exploser. Elle n’est pas la première qu’il embrasse, ça non. Mais elle est la première avec laquelle il doute autant, avec laquelle il n’ose pas faire le premier pas. Si elle le veut vraiment, c’est elle qui le décidera. C’est mieux comme ça.

Et il n’a même pas à attendre longtemps, ou à tergiverser pendant des heures dans un monologue intérieur, parce que leurs lèvres ne sont plus qu’à quelques millimètres les unes des autres, et qu’il en imagine déjà la douceur. Il l’attend, n’appartenant qu’à elle pour l’instant. Sa bouche vient à la rencontre de la sienne, et il prend ça pour un feu vert.

Elle est si douce, si sage. Il comprend plus que bien que c’est la première fois qu’elle embrasse quelqu’un. Ca se sent. Dans ses hésitations, dans ses tentatives, dans ses manières. Mais il ne relève pas, il ne réagit pas. Il l’embrasse. Avec douceur, avec tendresse. Lorsqu’elle arrête de l’embrasser, c’est lui qui revient la chercher, pour ne pas lui laisser l’hésitation à propos de ce qui vient de se passer. Sa main droite, douce et légère, vient glisser sur la mâchoire de Zelda, puis sur sa joue, pendant qu’il ne quitte pas ses lèvres, glissant ses doigts dans ses cheveux d’or.

Les opposés s’attirent. S’il fallait une preuve encore.




Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 2283
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: In every end, there is also a beginning   In every end, there is also a beginning EmptyDim 3 Mai 2020 - 7:31
Elle retire à regrets ses lèvres et lui, il ne tarde pas à la capter à nouveau avec les siennes. L'étreinte se prolonge, le baiser également. Finalement l'adolescente revoit son jugement au sujet du temps et de son implacable et cruelle course. Oui, on dirait qu'il peut finalement s'arrêter dans des moments de grâce comme celui-ci. Les réserves de l'australienne s'estompent. Elle se laisse simplement guider par l'assurance de l'irlandais. Les choses sont plus simples ainsi. Plus agréables, aussi. Zelda ouvre brièvement les yeux, guidée par une curiosité un peu étrange. Elle les clos presque aussitôt, craignant d'être prise sur le fait ou de rencontrer le regard de son... De son quoi, en fait ? Est-ce vraiment le moment de s'interroger sur le statut qu'elle doit attribuer au jeune homme ? Toujours est-il que l'espace d'un instant, donc, la jeune espionne se retrouve extirpée de son cauchemar pour plonger dans le rêve le plus doux qu'elle ait eu l'occasion de faire. Mais même les rêves ont une fin. Et comme pour symboliser cette évidence, elle finit par séparer ses lèvres de celles de son camarade.

La gêne se manifeste à nouveau. Elle recule d'un pas et son dos rencontre l'escabeau. Elle le stabilise, craignant probablement qu'il se renverse. Elle tente d'ignorer ce désir qui lui commande de se jeter à nouveau dans les bras de l'adolescent. Au final elle reste surtout immobile, choquée par sa propre audace. Elle cherche à lui donner un sens. Elle n'y parvient pas vraiment. Parfois il vaut peut-être mieux accepter que les choses ne puissent pas avoir d'explication... « Hum ! » lâche-t-elle, ne parvenant pas à prononcer des mots qui lui semblent pertinent. La gamine réajuste machinalement sa crinière puis lâche un petit soupir de résignation. C'est bel et bien arrivé ! « Tu restes un p'tit con ! » le prévient-elle, se sentant obligée de le faire. Pas parce que c'est vrai mais seulement parce qu'il est plus simple de jouer la carte de l'immaturité. « Mais... j't'aime bien ! » Est-ce qu'elle l'aime tout court ? Elle n'en sait rien. C'est le genre de questions auxquelles elle ne peut pas fournir de réponses. Mais peut-être que là aussi, elle peut s'en passer ?

Zelda s'acharne à fuir le regard captivant du jeune homme. Tout au plus lui décoche-t-elle de rapides coups d’œils comme pour s'assurer qu'il n'arbore pas un air trop satisfait ou un air moqueur. Elle espère pourtant discerner sur son visage l'ombre d'un sourire absent. Quelque chose qui prouve qu'il a apprécié cet instant autant qu'elle, qu'elle n'a pas la même saveur que les autres filles de leur âge. Que Kassidy ! « Alors ? T'as trouvé comment ? » s'inquiète-t-elle, autant guidée par sa plus candide curiosité que par besoin d'être rassurée sur sa piètre performance. Son attitude devient plus dure, moins douce lorsqu'elle imagine les réactions que pourraient avoir les autres en apprenant ce qu'il s'est passé dans l'intimité de cette réserve. « Juste pour être sûre... On est d'accord que c'qui vient d'se passer, c'était un accident ? Genre un concours de circonstances un peu étranges. Et improbables, même ! » L'adolescente esquisse une petite grimace. Pourquoi faut-il qu'elle gâche cette complicité qui, l'espace d'un instant, était évidente ? Pourquoi sa bouche charrie des mots qu'elle ne souhaite pourquoi pas prononcer ? « Rêve pas, hein ! On r'mettra jamais ça ! Va pas t'faire des idées ! » prévient-elle. tentant de se rappeler des propos de June au sujet de l'amour et des dangers qu'il incarne. Elle ne parvient plus qu'à l'imaginer dans cette forêt, avec cette arme à la main. C'est peut-être cette vision qui la guide à nouveau, presque naturellement, dans les bras de son camarade pour l'embrasser une troisième fois. C'est peut-être la première fois qu'elle se félicite d'être une récidiviste chronique...


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Sean J. Finnegan
Sean J. Finnegan
Fiche de personnage
Survit depuis le : 17/03/2020
Messages : 100
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: In every end, there is also a beginning   In every end, there is also a beginning EmptyDim 3 Mai 2020 - 11:22
Lorsque leurs lèvres se séparent, Sean sourit tendrement. Mais Zelda, elle, recule, et son visage se ferme, alors qu’elle passe ses doigts dans ses cheveux en soupirant. Avant de l’insulter. Et de lui dire qu’elle l’aime bien. Bordel, il n’y comprend décidemment rien aux filles. C’est elle qui est venue à lui, c’est elle qui l’a embrassé, et maintenant elle le repousse ? Comment il est censé réagir ? Est-ce qu’il doit essayer de la conquérir ? Lâcher l’affaire ? L’insulter à son tour ?

Elle évite son regard, et l’adolescent se demande ce qu’il a mal fait. Il n’a pas eu de gestes déplacés, il la laissée aller à son rythme, il n’en a pas profité. Alors pourquoi elle le repousse comme ça ? Il ne peut quand même s’empêcher d’avoir un petit sourire au coin des lèvres. Ca n’avait rien à voir avec les baisers de Kassidy. Il n’avait jamais eu ce frisson là avec elle, même s’il aimait bien la fille de Clayton. Son sourire s’élargit cependant lorsqu’elle lui demande comment il a trouvé ce baiser. C’était typique d’elle, s’enquérir du regard des autres pour se donner une consistance. Il lui répond d’un pouce en l’air. C’était parfait, si on partait du principe qu’un baiser dans les pleurs pouvait être parfait. Par chance, elle n’avait pas eu besoin de renifler, ça aurait cassé toute la magie d’un si beau moment.


- Ah. Heu ouais. Un accident, voilà.

Il a pas vraiment envie que ce soit qu’un accident. Il aimerait bien recommencer, mais visiblement elle non ? Vu qu’elle le prévient que ça n’arrivera plus jamais et qu’il ne doit clairement pas compter là-dessus. En fait, là tout de suite, l’Irlandais est plus que perdu. Il a l’impression d’être une girouette emportée dans tous les sens par le vent, et il ne sait plus trop bien vers quelle direction pointer. D’autant plus que… ELLE SE JETTE SUR LUI A NOUVEAU ?

Il la réceptionne, et évidemment qu’il l’embrasse. Il ne va pas se priver de ça. Mais ses yeux restent ouverts, sous le coup de la surprise. Peut être qu’elle non plus, ne sait pas bien ce qu’elle veut, finalement ? Il va falloir qu’elle se décide, parce qu’il voulait bien la suivre, mais il devait savoir comment…

Lorsque l’étreinte se termine, il pose doucement ses mains sur ses épaules, pour la faire reculer d’un pas, et plonger son regard dans le sien. Il respire un grand coup, pour que sa voix reste calme et posée.


- J’arrive pas à te suivre Zelda. Tu me dis que ça n’arrivera plus, et après tu m’embrasse à nouveau ? Je dois faire quoi en fait ? Je te sers de test ? Et si j’suis tellement con, pourquoi tu fais ça hein ?


Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 2283
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: In every end, there is also a beginning   In every end, there is also a beginning EmptyLun 4 Mai 2020 - 7:00
Il a moins le bon goût d'attendre la fin de leur baiser pour la repousser gentiment et la considérer d'un air qui n'annonce rien de bon. Zelda a appris à identifier ces regards annonciateurs de reproches. Ces prémices d'une discussion à laquelle, en général, elle essaie de se soustraire. L'adolescente se passe discrètement la langue sur les lèvres tout en écoutant Sean manifester ses doutes. Pour le coup, évidemment, elle le comprend. Elle est bien consciente qu'elle n'est pas facile à vivre ni même facile à décrypter. À vrai dire il lui arrive de ne pas se comprendre elle-même... Comme, par exemple, en cet instant ! Elle hausse les épaules et détourne brièvement le regard. Pourquoi les choses simples doivent parfois être les plus difficiles à dire ? « Non, bien sûr que non... Tu n'me sers pas de cobaye ! » se défend-t-elle, un peu peinée qu'il puisse penser qu'elle se serve de lui. Ce baiser, elle en avait envie. C'est la peur qui l'a poussée dans les bras de l'irlandais mais le désir qui l'a encouragée à prendre possession de ses lèvres. Il lui suffirait de le lui expliquer. Ce n'est pas bien compliqué, non ? « Tu gâches tout avec tes questions ! » soupire-t-elle. Mais s'il les pose, c'est bien parce qu'elle a semé le doute dans son esprit. L'australienne lui reproche les conséquences de ses propres manquement. Parce que, malheureusement, c'est la chose la plus facile à faire. « T'as vraiment b'soin d'réfléchir à tout ça maintenant ? » Ne peut-il tout simplement pas profiter de l'instant présent sans penser au futur ? Si June l'avait lui aussi emmené dans cette clairière, il saurait savourer ce moment à sa juste valeur...

Toutefois elle doute qu'il abandonne l'affaire si aisément. Et puis elle ne peut pas non plus ignorer le caractère légitime de ses interrogations. Ils devront de toute façon avoir cette discussion alors... pourquoi pas maintenant ? Il se peut qu'elle n'ait pas d'autres occasions si elle se fie à ce que lui a dit la Boss... « J'sais pas trop quoi t'dire, moi ! » souffle-t-elle avant de se dégager de l'étau rassurant de ses mains pour s'avancer brièvement le long des étagères. Sa main se pose sur un rayon et elle ferme les yeux. « Tu m'plais, voilà ! T'es content ? » Elle s'en veut d'utiliser un ton si mordant. On dirait presque qu'elle vient de lui faire un reproche. Un peu comme s'il l'avait forcée à ressentir quelque chose pour lui. Que penserait June de tout ceci, elle qui l'a mise en garde contre le danger des relations et de leurs influences néfastes pour la raison. Elle hoche tristement la tête et se retourne. « Tu m'plais vraiment ! J'sais pas pourquoi mais c'est comme ça ! » affirme-t-elle. « Faut croire qu'j'suis attirée par les mecs qui essaient d'me bouffer... » Non, elle ne pouvait décemment pas lui offrir un compliment sans y ajouter une petite pique. Un léger sourire taquin se dessine sur ses lèvres tandis qu'elle se rapproche à nouveau de lui. À pas mesurés, pour ne pas faire fuir le rat de laboratoire qu'il croit qu'elle voit en lui...

Peut-être que des gens arrivent aisément à évoquer leurs ressentis mais Zelda, elle, en est tout simplement incapable. Il y a quelque chose de malsain dans tout ceci. Depuis quand est-elle capable d'évoquer la violence ou la mort sans sourciller et de trembler lorsqu'il s'agit d'évoquer la tendresse ou l'affection ? Est-ce que les autres ont raison lorsqu'ils disent que quelque chose cloche chez elle ? « J'suis pas une... J'aime pas parler d'ces choses-là ! J'suis vraiment pas douée pour ça, tu comprends ? » Avec elle, il devra probablement voir au-delà des mots et des évidences. Elle espère que c'est une chose qu'elle pourra compenser autrement ce redoutable désagrément et que Sean considérera que ses avantages compensent ses inconvénients. « J'comprendrais si c'est... éliminatoire ! » finit-elle par lâcher avec, en appui, un petit soupir. « Ou si tu préfères Kassidy, même ! C'est une fille bien ! Et elle est sûrement plus... tolérante que moi ! » Oui, elle comprendrait. Mais elle aurait de toute évidence de la peine à l'accepter. Elle se rapproche à nouveau de lui et glisse ses bras autours de ses flancs. Elle aurait tort de ne pas appuyer sa tirade avec un nouveau baiser à vocation convaincante. Mais il tressaille. Pas à cause du frisson qu'elle se serait enorgueillit d'avoir provoqué. Elle reconnaît ce style de réactions parce qu'elle aussi, elle est passée par là. L'adolescente décoche un regard suspicieux à son camarade puis remonte le flanc de son t-shirt. Et elle n'est pas étonnée de découvrir des stigmates. « Putain, Sean... » murmure-t-elle. « C'est qui qui t'as fait ça ? » Elle a une petite idée de la réponse... « Ton connard de père, c'est ça ? » Zelda sent la colère monter en elle tandis qu'elle effleure délicatement, du bout des doigts, les contours de l'hématome du jeune homme. Ils vont devoir faire quelque chose !


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: In every end, there is also a beginning   In every end, there is also a beginning Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- In every end, there is also a beginning -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: