The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -79%
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
Voir le deal
22.95 €

Partagez
- Heal me once again. -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 12/04/2020
Messages : 90
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Heal me once again.   Heal me once again. - Page 2 EmptyVen 17 Avr 2020 - 18:08

Heal me once again.


[message perdu à cause d'une grosse bourde de....moi-même]    Arrow  Arrow  Arrow



+Remember us ...+
...... BETTER THAN WE ARE
And wait for it, it always comes and you always go, with the curse of the savior wasting his faultless hands cleaning a mirror
Revenir en haut Aller en bas  
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
Graphiste
Roza Votiakova
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 3129
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Heal me once again.   Heal me once again. - Page 2 EmptyLun 20 Avr 2020 - 13:34

Heal me once again.

"Je ne te juge pas tu sais." Lâché entre le fromage et le dessert, c'est rassurant à entendre de la part d'un membre du personnel médical. Elle ne prend pas pour autant la peine de répondre, ne voyant que peu de raisons pour se pencher sur la polémique du jugement facile, de la perception des autres à son égard et de la définition même d'une relation de confiance. Elles savent déjà à quoi s'en tenir. Deux points plus tard, moult grimaces et petits râles, le rire léger de sa sauveuse lui arrache enfin un petit sourire. "C'était bien moi..." Une Roza bien différente de l'actuelle mais qui avait néanmoins pu conserver son métier durant son long séjour au lycée où les corps défilaient pour se faire encrer une dernière fois. Y a pas à dire, ça lui manque vraiment. Il faut peut-être qu'elle songe à demander à ce qu'on lui ramène du matériel mais l'idée lui semble quelque peu saugrenue vue sa position et sa nouvelle bêtise, l'on ne risque pas de lui faire de cadeaux.

Et ça devient dur, sacrément dur, ses forces se font la malle allant de paire avec l'endorphine naturelle qui lui permettait jusqu'ici de tenir sans trop rechigner. Sa tête en plus d'être lourde tourne sévèrement. La couturière à l'oeuvre l’encourage à tenir encore un peu, encore trois ou quatre petits points. Elle hoche lentement la tête en guise d'assentiment et serre les dents en fermant l’œil. C'est drôle comment une simple phrase peut vous ramener quelques années en arrière. Elle se revoit dire exactement la même chose à ses anciens clients, au bout d'une longue séance de quatre heures, quand ils étaient sur le point de flancher et qu'il ne restait que quelques dégradés à faire pour terminer le tatouage.

Le pansement posé, la slave cesse son défilé de grimaces et soupire lourdement tout en se redressant doucement. L'instruction lui est donnée de rester assise et l'encrée s'y atèle avec plaisir en attendant sagement le retour de Maeve. "J'bouge pas." Soyons franc, elle ne le peut pas surtout, pas tout de suite, les jambes sont trop cotonneuses et la nausée l'en empêche. Le bras tendu est donc finalement attrapé, elle s'y appuies juste le temps de glisser du tabouret, pour le reste, elle fonce vers le mur et suit progressivement la marche. Ce n'est pas un élan de fierté mais la slave juge avoir assez donné en matière de contact physique douloureux.

"Nan, rassurez-vous, c'est normal. Connerie en cours de chargement. "Je fais souvent cet effet là aux femmes. J'aime bouleverser leur croyances." Touche d'humour particulière, ça fait déjà un moment qu'elle ne s'est pas prêtée à ce genre d'exercice, elle est un peu rouillée mais pas moins ravie de retrouver un peu de cette ancienne Roza sûre d'elle et blagueuse. "J'aime susciter la surprise." Qu'il s'agisse de visite nocturne imprévue ou de retourner une hétéro, dans ce lointain passé, elle adorait ça.

Avec peine, elle arrive au canapé et s'y enfonce lourdement avant de tendre le bras valide vers la brune. Son regard se perd rapidement sur la cheminé en face d'elle d'où elle distingue une petite série de photos sur le dessus. Pas beaucoup de visuels à se mettre sous la dent. L'un d'eux semble être une photo de famille et l'autre une réunion festive entre collègues. Aucun duo la dedans comme le voulait  la tradition des couples unis. Aucune réunion de pote non plus autour d'un verre ou dans un bon restaurant... "Vous vivez seule ici ?" Elle se doute très fortement de la réponse et si elle doit ranger Maeve dans une case, c'est à première vue celle des tristes célibataires acharnés dans leur travail, ce qui ne serait pas bien étonnant de la part d'une chirurgienne.



JUST A ROSE, ROOTED IN THE DIRT.

Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 12/04/2020
Messages : 90
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Heal me once again.   Heal me once again. - Page 2 EmptyMar 21 Avr 2020 - 17:05

Heal me once again.
Accompagnant sa patiente jusqu'au salon et plus précisément au canapé, la doc ne peut se retenir de lever les yeux au ciel face à la répartie de la russe. Certes, elle venait d'initier ce micro débat et méritait le retour de bâton. Secouant la tête à la négative, la jeune femme ne peut retenir un léger sourire d'étirer le coin de ses lèvres. La tatouée avait au moins le mérite d'être rafraîchissante dans son quotidien millimétré, à défaut de savoir se tenir dans un bar et de s'intégrer à leur communauté. « Je ne voudrais pas être blessante mais vous sonnez comme un cliché lesbien assez énorme mademoiselle Votiakova. » Son sourire ne se dépeint pas quand elles arrivent finalement au canapé et elle laisse la jeune femme y prendre place. « Mais je suis certaine qu'elles ont toutes renié le Dieu de l'hétérosexualité pour tes beaux yeux... » Le ton est dubitatif, voire même un brin moqueur, et bien que ce ne soit pas vraiment dans ses habitudes que de se lancer dans les joutes verbales, elle ne peut nier y prendre un certain plaisir, oubliant pendant quelques instants le reste de ses problèmes.

Prenant place aux côtés de l'Européenne sur le sofa, elle sort le tensiomètre qui date d'une bonne dizaine d'années et l'entoure doucement autour du bras de Roza, évitant soigneusement que sa peau entre en contact avec la sienne. Serrant les attaches en velcro, elle pompe à plusieurs reprises pour comprimer le haut de son bras, les yeux fixés sur le cadran dont les mesures pourraient être plus encourageantes mais loin d'être anormales au vu des circonstances. Desserrant l'appareil, elle le retire tout aussi doucement, le posant sur la table basse devant elles. « 11/4 » Précise-t-elle en reportant son attention sur la russe. « Je te déconseille de boire de l'alcool dans les jours qui viennent, ni de pratiquer un quelconque exercice physique intense ou modéré. Privilégie l'apport en protéines pour palier à une éventuelle anémie à cause de la perte de sang. Tu as une légère baisse de tension mais rien d'anormal ou d'alarmant. On va tacher de garder le cap » Et prenant une feuille de papier et un stylo qui traîne sur la table, Maeve note pour elle-même ses propres indications afin de rien oublier. « Tu risques de ressentir des vertiges et des nausées pendant quelques jours, encore une fois rien d'anormal mais si tu vois que ça persiste viens me voir. » Et ses yeux se portant sur son bras bandé elle ajoute « De toute façon je veux te revoir dans trois jours au dispensaire pour vérifier ta blessure. Je ne veux risquer aucune infection. »

Ce qui avait un jour été d'une banalité sans nom pour elle dans son milieu professionnel prenait tout de suite une gravité plus grande à l'heure actuelle. Une simple coupure pouvait s'infecter, une petite infection se généraliser et engendrer une septicémie, puis la mort, puis un réveil non naturel etc...
Prévenir au lieu de guérir, tel était son nouveau credo.

Encore prise dans ses pensées toutes médicales, elle met quelques instants à répondre à la jeune femme quand une nouvelle question personnelle pointe le bout de son nez. N'ayant pas vu le regard de la tatouée s'attarder sur ses souvenirs personnels immortalisés en photo, elle se méprend sur le réel sens de l'interrogation. « Oui, j'ai échappé à la corvée de la colocation à l'installation du camp. Je te l'ai dit, je suis chanceuse. » Si on enlevait le vaccin et tous les effets secondaires depuis l'été dernier, sa vie n'était pas trop désagréable en comparaison à d'autres.
Plongeant à nouveau ses yeux dans le sien, la doc hésite à lui retourner la question, consciente qu'elle pourrait glisser sur un terrain dangereux et/ou douloureux. Mais ça l'intrigue, ce qui se cache derrière la carapace. Il a été si aisée d'être bourreau avec Roza, si facile pour certains de la détester. Ça ne devrait pas être compliqué de lui offrir ne serait-ce qu'un minimum de considération après tout ce qu'elle avait subi. « Et toi ? Quelqu'un t'attend en dehors de ces murs ? »

Combien de personnes étaient concernés par sa venue ici et donc son absence ailleurs ? Combien de vies chamboulées, en dehors de la sienne ?



+Remember us ...+
...... BETTER THAN WE ARE
And wait for it, it always comes and you always go, with the curse of the savior wasting his faultless hands cleaning a mirror
Revenir en haut Aller en bas  
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
Graphiste
Roza Votiakova
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 3129
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Heal me once again.   Heal me once again. - Page 2 EmptyDim 26 Avr 2020 - 17:00

Heal me once again.

Elle ? Un cliché lesbien ? Vraiment ? Touchée ! Faut admettre qu'elle transpire le lesbianisme par tous les pores de la peau, un regard sur l'androgyne aux cheveux courts et on est fixés. Quant au fait qu'elle balaye aisément le dieu de l'hétérosexualité, c'est aussi une évidence mais le ton dubitatif de la chirurgienne la pique, c'est qu'elle est taquine sa vis-à-vis, assez pour lui arracher un petit sourire en coin de lèvres. L'ancienne Roza aurait sauté sur l'occasion pour lui prouver ses dires, la nouvelle Roza range juste l'information dans un coin de sa caboche, ce serait dommage de perturber de trop une des rares personnes de confiance de son entourage, il y a trop à perdre.

Le tensiomètre se rapproche, la slave se tend légèrement à son approche, mais rien qu'une seconde, elle connait la prudence et la compréhension de la doc'. Exercice dans laquelle elle brille de nouveau par ailleurs et l'encrée n'a plus qu'à supporter les pressions du vieil appareil contre sa peau. 11/4 ? Ce n'est pas une donnée qui lui parle mais Maeve vient tout de suite l'illustrer derrière sans oublier d'y ajouter les instructions vitales quant au bon rétablissement de sa patiente nocturne. Privilégier l'apport de protéine ? La donnée lui arrache un petit rire nasal tout juste audible, elle mange uniquement ce qu'on lui donne, des pâtes, du riz, peu de viandes et peu de légumes. Elle note cependant l'information et n'hésitera pas à demander à la nonne de lui en apporter en douce. Pour les exercices physique et le fait qu'elle doive y mettre un terme pour quelques jours, ça, en revanche, c'est un peu l'angoisse.Y a qu'avec ça qu'elle arrive à se vider la tête et à atteindre ses objectifs pour en arriver à un corps parfaitement sculpté pour la survie. "Reçu..." Conclue t-elle tout bas, profondément déçue par ces mauvaises nouvelles, maudite May...

Pour sa nouvelle question personnelle, la russe interprète rapidement la réponse donnée, pas de colocataires ni de couple à l'horizon donc, la chirurgienne doit aimer la solitude, peut-être. Elle lui retourne même la question et ça, elle ne l'a clairement pas vu venir. Elle ne lui répond pas immédiatement, soudainement plongée dans l'hébétude, elle lève son œil clair vers ceux de son interlocutrice. Hors torture, c'est bien la première qu'on lui pose en toute innocence la question. "Je... oui... quelques personnes." Connor, Riley, Markus, Lisandro, Eli, Andrea, Monroe, Romy, Duncan, Daniella, Yulia, les Barnett et d'autres... Et tout devient noir alors que leurs visages s'effacent un à un. Rabaissant son museau vers sa blessure, elle reprend après une longue inspiration. "Mais je... je suis certaine qu'ils ne m'attendent plus... désormais." Ça fait déjà un an qu'elle a disparu sans laisser de traces, c'est assez long et conséquent pour faire son deuil. "Dehors quand on disparaît plus d'un mois, c'est suffisant pour vous enterrer définitivement." Il n'y a bien que Markus pour s'entêter et son dernier échec avec cet appel radio à du l'aider à tourner la page. À l'heure actuelle, elle est persuadée que plus personne ne la cherche. "Et ça me convient, je préfère les imaginer tourner vers leur propre survie plutôt qu'à me chercher et se mettre inutilement en danger." Elle serre doucement ses mâchoires et déglutit juste derrière. Au fond d'elle, elle sait qu'un jour elle leur fera face et ce jour là, aucun ne serait capable de la reconnaître. Aujourd'hui, la révolutionnaire est éteinte, ce n'est plus qu'une vendue qui se tiendrait devant eux, une lâche qui au bout de deux semaines de torture et d'un oeil délogé à la petite cuillère a cédé pour lâcher tout ce qu'elle savait à leur sujet. "Et c'est mieux comme ça. Même si ça fait mal." Elle a clairement trop honte et trop peur de leur réaction, tout aurait été si simple si Maeve et le personnel médical ne s'étaient pas prêté au serment d'Hippocrate pour la remettre en état mainte et mainte fois avant de la renvoyer au charbon. "Ça m'aurait clairement facilité la vie si vous m'aviez laissé crever comme je vous l'avais demandé à l'époque." Ouuuuh la petite pique très maladroite que voilà, il faut dire qu'elle s'est elle même retranchée dans son propre trou pour le coup, Maeve a sans le vouloir réussi à titiller là où ça faisait mal. Au dernier jour de son calvaire, l'oeil en moins et le corps scarifié de toute part, Roza avait supplié de toutes ses forces (aussi minces étaient-elle) les médecins de la laisser mourir en paix, opportunité manqué, les ordres de June étaient clair à l'époque, il fallait la garder en vie à tout prix. Roza leur doit la vie mais elle a encore un peu de mal à le digérer, en particulier ce soir, maintenant qu'elle en a clairement vécu le rejet et le désir de la faire souffrir des uns et des autres dans ce putain de bar, elle est de retour au fond du trou. Mais elle le sait, Maeve n'a rien à voir là dedans, entre serment et ordre, celle-ci n'a finalement fait que son devoir. Qui plus est, la chirurgienne s'intéresse à elle et voilà comment elle est la remercie ? Putain ce qu'elle est conne, ce qu'elle s'en veut, elle ne sait vraiment plus communiquer... "Non.. je... pardon.... c'était.... nul..." Malaise, stupeur et tremblement, elle tente la fuite et prend appuis de son bras valide contre le dossier du canapé pour tenter de se redresser mais la force d'assumer son geste lui manque et victime d'un violent tournis, elle retourne aussitôt au fond du canapé, larme à l'oeil.




JUST A ROSE, ROOTED IN THE DIRT.

Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 12/04/2020
Messages : 90
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Heal me once again.   Heal me once again. - Page 2 EmptyLun 27 Avr 2020 - 17:52

Heal me once again.

Pensive, la doc ne peut s'empêcher de regretter sa question. Gratter la couche écornée du passé des autres était rarement une bonne idée, elle le savait pourtant, après avoir écouté les récits des nouveaux arrivants se succédant au dispensaire. Ils avaient tous une histoire, sordide pour la majorité d'entre eux : les infectés et les risques encourus par leur simple présence, la vie d'errance, d'inconfort, la faim, la peur permanente, les humains et les vices de certains après un certain temps sans lois ni autorités pour contrôler leurs bas instincts, et les choix parfois impossibles à surmonter. Et malgré les discours, malgré l'empathie, elle ne pouvait qu'imaginer ce qu'ils avaient tous vécu sans pouvoir se mettre totalement à leur place. Roza avait elle aussi perdu tous ses contacts en arrivant ici, tous les liens créés au fil des années, les possibles amitiés. Et Maeve ne peut s'empêcher de penser à ses proches, à ses parents, septuagénaires tous les deux et probablement morts depuis longtemps. C'est en tout cas cette conviction profonde qui nourrit un deuil de cinq ans. Et eux ? L'ont-ils cru morte aux débuts de ce cauchemar, ou la croyaient-ils capable de s'en sortir malgré tout ? Se sont-ils illusionnés jusqu'à la fin, ou comme elle, se sont-ils faits une raison ? L'ont-ils pleuré ?
Sa patiente semble convaincue qu'à défaut de l'avoir oubliée sa mort est pour tous une amère évidence. Et c'est triste. Incroyablement triste.
L'envoi de la pique qui lui est directement adressée est plus difficile à digérer. Elle se souvient parfaitement de ce moment, un peu d'ailleurs. Le corps meurtri, le bandage au visage, les cicatrices encore boursouflées et les brûlures apparentes, ça avait été la volonté à l'instant T de la jeune femme. Et Maeve aimerait lui dire que, penchée au-dessus d'elle, cette dernière avait hésité à lui offrir ce que la russe demandait, qu'elle avait envisagé la laisser partir en paix pour ne plus avoir à souffrir. Mais ça n'avait pas été le cas. Au-delà des ordres stricts de June, de la morale humaine et de la justice, restait cette volonté farouche de ne pas échouer, de ne perdre aucune vie. Ça n'avait rien à voir avec un quelconque serment prêté avant l'officialisation de ses débuts, pas plus qu'avec la volonté de préserver la vie quelle qu'elle soit. C'était plus égoïste, plus prétentieux, et bien moins glorieux. Elle refusait d'abandonner, de s'avouer vaincue,

Au cours de ses années d'exercice à l'hôpital, ça avait souvent donné lieu à des fins plus heureuses. Comme cette femme de vingt ans refusant une huitième opération pour tenter de vaincre une scoliose handicapante pour sa vie de femme, sociale, et intime. Maeve avait fini par la persuader, certaine qu'elle parviendrait à réussir là où d'autres avaient échoué. Huit opérations, des mois de rééducation, d'apprentissage, de suivi, et puis un petit ami, l'université, le mariage...
Ou bien ses collègues refusant de sauver la jambe d'un homme passionné de marathon. L'amputation avait été jugée préférable, plus sûre... plus facile surtout. Quinze heures d'intervention, et là aussi, de longs mois de rééducation. Certes, il n'avait plus jamais été capable de courir un marathon, mais il avait réappris à marcher, sans prothèse, sans artifices. Il avait pu recommencer à courir, retrouver cette liberté perdue.
Combien de fois avait-elle été contre l'avis des gens, égoïstement pour se sentir mieux, et involontairement rendu leur vie plus belle, plus agréable ? Roza dérogeait cependant à la règle. Même après tout ce qu'elle avait vécu, son intégration était un fiasco par bien des aspects, ce soir en était la preuve. Pourtant, la doc ne désespérait pas. Ça demanderait du temps, mais elle était certaine que l'européenne pouvait trouver sa place ici, parmi eux.

S'apprêtant à répondre à son invitée surprise, elle la voit tenter de se redresser, levant les yeux au ciel alors que cette dernière retombe mollement au fond du canapé. « Où est-ce que tu crois aller ? » Se relevant, elle se baisse, assez pour tirer sur le bas du sofa pour en sortir une couverture du rangement prévu à cet effet, la déposant à côté de la jeune femme. « Tu ne peux pas balancer leur quatre vérités au visage des gens et fuir dès que tu sens le vent tourner, ça ne fonctionne pas comme ça. » Le ton reste calme, elle n'est ni énervée ni agacée. « Écoute, je ne m'excuserai pas de t'avoir maintenu en vie. Jamais. Tu peux me blâmer, dans une certaine mesure je crois que je comprends le sentiment.» Elle hausse vaguement les épaules, choisissant de passer outre la réplique de la tatouée et ne pas jeter de l'huile sur un feu qui n'a pas de raison de s'embraser. « J'espère qu'un jour tu te sentiras reconnaissante pour tout ça. Pas vis-à-vis de moi, juste... d'être en vie. » C'était tout le mal que la jeune femme pouvait lui souhaiter. Trouver ses marques, trouver un sens à tout ça, trouver sa place, et à défaut d'être heureuse, au moins satisfaite d'être en vie. « Tu vas rester ici cette nuit. Tu n'as personne pour te raccompagner et je ne suis pas d'attaque pour te soutenir jusqu'à chez toi. Et avant que tu veuilles jouer les femmes fortes et indépendantes, protester ou je ne sais quoi, je préfère préciser : ce n'est pas négociable. Tu as perdu du sang et je ne veux pas risquer un malaise au beau milieu de la rue. »



+Remember us ...+
...... BETTER THAN WE ARE
And wait for it, it always comes and you always go, with the curse of the savior wasting his faultless hands cleaning a mirror
Revenir en haut Aller en bas  
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
Graphiste
Roza Votiakova
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 3129
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Heal me once again.   Heal me once again. - Page 2 EmptyVen 1 Mai 2020 - 12:24

Heal me once again.

La russe a toutes les peines du monde à se relever, entre ses jambes lourdes et ses sens qui l'abandonnent, elle arrive tout juste à relever le menton et bat de la paupière dans une légère grimace d'inconfort. Ce n'est pas la meilleure des situations pour elle, son antre sombre et poussiéreuse reste son fidèle fort contre la faune locale et passer la nuit ici se résume à rester en alerte. A t-elle d'autre choix ? Pas vraiment non. Elle n'a plus qu'à assumer sa double conneries, son lamentable état d'une part et sa mauvaise langue d'une autre. Deux erreur qu'elle a pourtant appris à contrôler depuis son arrivée ici, autant pour ce soir, l'on peut dire qu'elle n'a presque presque plus aucun repère pour adapter correctement son comportement. Faute à la situation qui met ses nerfs à rude épreuve mais aussi au temps qui permet à la slave de retrouver peu à peu de sa réelle essence, celle qui la veut plutôt impulsive, entêtée et orgueilleuse. Heureusement, sa sauveuse reste très différente d'elle, à l'excès inverse, plutôt tempérée, réfléchie et bienveillante, c'est de bienvenue pour apaiser tout ça.

La chirurgienne la recouvre d'une couverture, délicate attention qui rabat aussitôt le museau de la tatouée vers le parquet. Aucun son ne quitte ses lèvres désormais honteuses, Maeve est occupée à lui remettre les idées en place avec la patience qui lui va si bien. Roza écoute avec attention, pousse un soupir à peine audible et finit par acquiescer lentement devant elle. Mouvement qu'elle cesse quand il est question de reconnaissance, ses sourcils se froncent et son front se dessine de quelques rides. "Qui vivra, verra..." Remettons les choses dans leur contexte, avec ce qu'elle vient de faire ce soir, ne finira t-elle pas sur le pilori le soir suivant ? Elle n'est pas dans la tête de June et ignore encore qu'elle sera sa décision, comme elle ne serait pas étonnée que les présents du bar s'empressent de se présenter à sa porte avec leurs lots de torches enflammées et leur demande de bûcher dans l'espoir de continuer le spectacle. Non, elle ne sait pas de quoi demain sera fait et Maeve insiste avec la conviction du médecin pour la garder ici. À juste titre, elle doit rester ici et reprendre des forces afin de pouvoir espérer retrouver sa grotte. "Très bien. J'bougerai pas." Le canapé est confortable et la couverture chaude, alors pourquoi pas. "Vous avez pas un cacheton pour dormir ?" Ou diminuer l'anxiété, par exemple ? Dans son état, la fatigue a beau être présente, ses songes refusent de s'éteindre et la garde en alerte. Panaronïa possiblement justifiée, d'un coup, on frappe à la porte et la slave s'en redresse aussitôt sans pour autant réussir à quitter le canapé. C'est que Jill, la jeune ex-flic qui devait être de garde ce soir là, retrouver Roza n'a pas été difficile pour elle, suffisait de suivre les gouttes de sang jusqu'à arriver dans le secteur et comprendre qu'elle ne pouvait être qu'ici plutôt que dans un buisson à se vider connement de son sang. "Et vl'a la fucking cavalerie..." Marmonne t-elle tout bas en levant les yeux au plafond avant de se laisser retomber au fond du canapé.

La maîtresse des lieux s'y rend mais son invitée nocturne ne reste pas de marbre, au contraire, y a bien un petit élan de panique qui la pousse à se pencher pour s'appuyer contre la table basse afin de se redresser. L'adrénaline fait le reste et elle clopine sur la pointe des pieds vers la porte fenêtre du salon. La couverture est toujours sur son dos, elle est gelée et ne s'imagine pas fuir sans elle ! Fuir ? C'est vraiment ce qu'elle compte faire ? Impossible dans son état, elle le sait, mais c'est plus fort qu'elle sur l'instant présent, la crainte est trop grande. Quand la chirurgienne revient seule dans le salon, la russe n'a pas énormément progressé et vient tout juste de faire coulisser la porte fenêtre devant elle. Avant de s'y engouffrer, elle lance un regard par dessus son épaule et remarque bien vite la présence de son hôte, seule. Sa mine pâle s'en retrouve marqué par la surprise : "Ah..." Pas de peloton d'exécution avec elle ? La russe s'est emballée, Jill venait seulement s'assurer de sa présence ici et des soins en cours. Maeve a visiblement réussi à la rassurer pour mieux la congédier. "Je prenais juste un peu... l'air ?" Y a pas à dire, elle mentait vraiment mieux que ça par le passé.




JUST A ROSE, ROOTED IN THE DIRT.

Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 12/04/2020
Messages : 90
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Heal me once again.   Heal me once again. - Page 2 EmptySam 2 Mai 2020 - 0:06

Heal me once again.

« Si j'avais de tels cachets je serais la première à les utiliser, désolée... » Ses cernes et ses traits tirés parlent pour elle depuis trop longtemps déjà. Ses insomnies, régulières, sont devenues chroniques, accentuées par le stress accumulé avec les effets secondaires du vaccin et rien pour palier à ce manque cruel de sommeil. La jeune femme ne rêve d'ailleurs que de son matelas et de sa couette, espérant glaner quelques heures auprès de Morphée avant que le soleil ne vienne à nouveau les visiter.
Et comme si le destin persistait à saborder toute tentative d'apaisement, des coups frappés à sa porte la font sursauter et tourner son attention sur la porte, se redressant du canapé. « Ne bouge pas, je m'occupe de la cavalerie... » Soutenant quelques secondes le regard de sa patiente surprise, la doc finit par combler la distance jusqu'à l'entrée, entrouvrant la porte sur …. Jill et uniquement elle. La cavalerie se compose donc d'une seule cavalière nocturne, et Maeve se place dans l’entrebâillement de la porte, bloquant ainsi toute hypothétique tentative d'intrusion.  Avant même que la jeune femme ne pose de questions, le médecin préfère prendre les devants, n'ayant finalement pas d'autre chose à se reprocher que d'avoir fait son travail. « Oui elle est ici et non, elle n'est pas en état de vous suivre pour... je ne sais pas ce que vous avez prévu pour elle. » La brune est lasse, fatiguée, le manque de sommeil commence à se faire sérieusement ressentir et elle n'a ni l'envie, ni le courage, et encore moins la patience débattre sur ce genre de sujets présentement. « June voudra... » Encore une fois Maeve ne laisse pas le temps à sa vis-à-vis d'entrer dans des détails superflus sur les consignes données plus haut, ne souhaitant ni mettre sa patiente en danger, ni contrarier leur leader, mais surtout, bien au-dessus de toutes ces priorités, retarder davantage son retour au lit. « … savoir où elle est. Je vous l'affirme, Roza est ici. Elle présentait une plaie profonde au bras nécessitant des soins d'urgences que je lui ai donc prodigués ici même. Elle a perdu du sang et sa tension est faible, je déconseille donc fortement, en ma qualité de chirurgien, le transport et le possible interrogatoire de ma patiente. Elle a besoin de repos. » Elle lit l'hésitation dans le regard de Jill, talkie en main, et en profite pour continuer son petit laïus. « Je me porte garante pour elle. Roza viendra vous trouver à la première heure demain matin, même s'il faut la tirer par la peau des fesses. En attendant, elle reste sous ma responsabilité. » Et d'ailleurs où pourrait-elle bien dans son état et dans un camp aussi bien gardé. « Bonne fin de soirée Jill... »

N'attendant pas que la jeune femme lui réponde et bafouant tout sens de la politesse, elle referme doucement la porte, non sans avoir entendu quelques crépitements distinctifs et l'affirmation que Roza se trouvait bel et bien chez la doc. Retournant au salon afin de rassurer la principale intéressée, la quarantenaire se heurte à un canapé vide, la faisant stopper ses pas au milieu du salon. Attirée par du mouvement au niveau de la baie vitrée arrière, elle constate que la russe est déjà à mi-chemin de prendre la tangente. Portant une main lasse au niveau de ses yeux, elle les ferme quelques instants, les frottant doucement avec la pulpe du pouce et de l'index, secouant la tête lentement de gauche à droite. « Ne bouge pas je m'en occupe. C'était si compliqué à comprendre ? Ne. Bouge. Pas... » La question est une pure rhétorique et c'est un regard plus froid qu'elle lance sur sa patiente, fatiguée de ses enfantillages incessants. « Tu as exactement trente secondes pour ramener tes fesses sur ce canapé et ne plus en bouger Votiakova. Trente. Secondes. » Et parce que même lasse, elle reste médecin, elle se rapproche de la jeune femme, lui offrant une nouvelle fois son bras pour la conduire jusqu'au divan, les mâchoires serrées. « J'ai glissé et je suis passée par une fenêtre, le chat du voisin m'a griffé, je me suis cognée contre la baignoire, ma tête a rencontré accidentellement un meuble, je voulais prendre l'air... faut vraiment que tu revoies tes excuses tu sais... » Le ton souligne son agacement alors qu'elles parviennent à nouveau au sofa et elle aide la jeune femme à se rasseoir. « Je reviens, et cette fois, ne bouge pas d'un millimètre. »

Repartant dans la cuisine, elle remplit un verre d'eau pour l'européenne, le déposant sur la table basse devant elle. Son regard à nouveau posé sur la tatouée, elle inspire profondément, se rendant compte qu'il est quelque peu injuste de se décharger de la pression accumulée ces derniers mois sur elle sous prétexte d'une réaction puérile. « Désolée... je suis un peu sur les nerfs et je n'ai pas beaucoup dormi ces derniers jours. » Détournant les yeux, elle finit par expirer bruyamment, repensant à la visite éclair de Jill. « Ils te cherchaient. Je me suis portée garante pour toi en leur disant que tu irais te présenter à eux demain matin. Ne me fais pas le regretter s'il te plaît. » Le calme est revenue, et la requête sonne plus comme une demande qu'un reproche. « Ça va aller ? »



+Remember us ...+
...... BETTER THAN WE ARE
And wait for it, it always comes and you always go, with the curse of the savior wasting his faultless hands cleaning a mirror
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Heal me once again.   Heal me once again. - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Heal me once again. -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: