The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -87%
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
Voir le deal
19.20 €

Partagez
- Heal me once again. -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
Graphiste
Roza Votiakova
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 3129
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Heal me once again.   Heal me once again. - Page 3 EmptyMar 5 Mai 2020 - 20:28

Heal me once again.

Avec sa stupide tentative de fuite, celle qui lui assure de réaliser quelques mètres avant de possiblement s'écrouler comme une conne, elle ne peut pas entendre le répondant de la chirurgienne comme sa façon de gérer d'une main de fer la fameuse cavalerie. Tant pis pour elle, à la place, elle a le droit à son rapide retour et un agacement certain quant à son puéril comportement. Ce n'est pourtant pas le but de sa démarche, dictée uniquement par la peur et l'instinct de survie mais il est vrai qu'elle doit apprendre à refaire confiance et changer clairement d'attitude. Toujours plus facile à dire qu'à faire ce point là. Aussi, l'instruction de ne pas bouger étant aisé à comprendre, la réaliser en revanche, c'en est d'une toute autre difficulté.

Elle comprend la déception de la doc, aisément même et s'exécute quand l'ordre lui est donné de revenir. Le bras tendu est même drôlement apprécié et utilisé dans l'optique de rejoindre le canapé. L'effort n'en reste pas moins considérables, sa tête est toujours aussi lourde, nauséeuse et exténuée, le combo n'est pas le meilleur. Maeve profite de cet instant, pour déverser un peu de sa frustration conséquente sur elle, à juste titre encore là. La slave encaisse de marbre et en silence l'énumération de ces dernières mauvaises excuses. Pas de sourire fière ou mutin à l'horizon. Non, elle ne fait pas la maligne là le ton donné est clair : elle a plutôt intérêt à la fermer.

Retour à la case départ, elle s'autorise à bouger contre indication et remet convenablement la couverture sur ses épaules dans l'espoir d'y calmer les frissons qui lui secouent l'échine. Au retour de la chirurgienne, elle tend rapidement son bras valide vers le verre d'eau et l'attrape pour ramener le Saint Graal contre elle tout en conservant son mutisme de coupable. Décevoir, c'est vraiment son super pouvoir, elle commence à avoir l'habitude. Mais son aînée s'aventure sur le terrain de l'excuse et lui arrache pour l'occasion un haussement de sourcil. Elle redresse aussitôt son œil clair vers la chirurgienne mais celle-ci s'en est déjà détourné et en fait de même avec le sujet en enchaînant sur la venue de Jill et l'accord passé. "J'irrrrai." Répond t-elle tac-au-tac avant d'enfin porter le verre d'eau à ses lèvres. L'ambiance est plus légère, c'est de bienvenue, l'occasion de s'expliquer peut être prise. "Vous savez... quand j'sorrs mes excuses pourrrries.... à la base, c'est pas pourrr vous saouler." Elle baisse son museau et louche sur son verre désormais à moitié vide, et non à moitié plein. "C'est plutôt pour me prrrotéger. En vous sorrrtant de la merrrde à chaque fois, je rends tout ça moins rréel, moins sérrieux, moins vrrais... ça me laisse du temps pourr encaisser." Est-ce qu'elle voit l'idée ? Pas sûr, autant l'illustrer. "Pour exemple... Vous prrréférez quoi ? Qu'on rrigole pourr le coup de la grrriffure du chat du voisin qui m'a ouvert la paume ou..." Elle se coupe juste le temps de laisser un peu de suspens pour la seconde et réelle version histoire : "...ou que je vous sorte de but en blanc que la coupure n'est autre que celle d'un morceau de verre qui m'a servi  d'arme dans le but de transpercer l’œil de Zelda contre qui j'ai pété un plomb simplement parce qu'elle m'avait collé une claque sans prévenir ?" Quelle longue phrase, y a pas d'arrêt, y a plus d'accent, y a plus de "R" roulés pour le coup. La phrase est trop longue, flemme de rouler les r ? Non, simplement que se cacher derrière son image de russe émigrée, ça aussi, c'est une barrière de protection. "Moi, je préfère l'histoire du chat panthère." Toujours mieux que d'avouer qu'on a pas su se contenir, que son haptophobie a grimpé d'un cran  au point d'agresser une gamine. Surtout que sans l'intervention de Stanley, la slave ne peut pas garantir la suite de l'histoire comme étant un happy ending. "Idem pour la baignoire, c'était quand même vachement plus fun de vous dire que j'avais glissé dessus pour m'y éclater gentiment l'arcade comme une conne... plutôt que de vous avouer que c'était Arizona qu'avait décidé de jouer à la conne et de m'y éclater la tête sans prévenir sous prétexte qu'elle pensait que je préparais une évasion." Bon ok, ce jour là, la militaire avait trouvé quelques denrées de type conserves cachées dans un de ces placards. Son agacement et l'insolence de la russe à garder le silence quant à l'utilité de ces rations de secours l'avait poussé à en venir aux mains. Mais bon, l'idée est là. "Et donc pour vous répondre, oui, ça va." Tiens, nouvelle connerie, bien sûr que ça va pas, c'est évident non ? "Et le jour où je vous sortirai plus mes conneries, non, ça n'ira pas." Ou le contraire ?




JUST A ROSE, ROOTED IN THE DIRT.

Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 12/04/2020
Messages : 90
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Heal me once again.   Heal me once again. - Page 3 EmptyMer 6 Mai 2020 - 16:16

Heal me once again.


Instant suspendu dans le temps, la jeune femme devient silence alors qu'elle prend place sur la table basse, face à la russe et ses confessions nocturnes. Elle ne sait si la blessure ou la soirée sont responsables de ces aveux soudains mais elle ne dit mot quand, après autant d'heures passées à réparer son corps meurtri, elle parvient enfin à apercevoir ce qui se cache sous la dure carapace de Roza Votiakova. C'est un autre personnage qui se découvre face à elle, bien loin de l'image qu'elle en avait jusque là, et aux antipodes de ce que pensent probablement les autres. Les failles se révèlent, les doutes aussi. Les siens. Attentive, ses sourcils se froncent quand une mélodie différente lui parvient aux oreilles. Dans la spirale de mots qui percutent ses tympans il lui faut quelques secondes pour comprendre ce qui dénote. L'accent. Disparu. Les ''r'' deviennent plus doux, les sons moins gutturaux, et de ses origines slaves impossible maintenant d'en deviner la trace. Maeve ouvre la bouche pour protester, questionner, mais les mots se meurent dans sa gorge, se sentant soudainement incroyablement stupide. Elle ne trouve aucune logique qui justifierait la simulation d'un accent et ça la frustre, plus qu'elle ne veut bien l'admettre. Il faut dire que la jeune femme, prétentieuse, n'a pas pour habitude qu'on la prenne pour une idiote et que le sentiment lui est de ce fait étranger, et parfaitement désagréable. Pourtant, au-delà de la surprise et de la colère qui naît à ce constat, les mots trouvent leur chemin dans sa petite tête embrumée, s'ancrant dans son esprit plus durement encore.
Il n'est jamais aisé de se retrouver en quelqu'un au travers de ses interrogations, moins aisé encore de se retrouver confronter à une réalité qu'elle préférerait ignorer. Zelda, Arizona... les yeux au sol, la doc évite soigneusement de croiser le regard de son invitée, elle qui manie le syndrome de l'autruche mieux que personne. Combien de fois, au cours de ces cinq dernières années, avait-elle choisi volontairement de fermer les yeux sur certaines actions des Remnants ? Combien de fois avait-elle préféré détourner le regard sur des sujets qui auraient terni l'image du camp ou égratigner sa propre morale, sa propre conscience ? Combien de fois avait-elle opté pour le silence et le flou en prenant l'excuse de la survie ? Beaucoup trop... sans jamais pourtant le regretter. Ne pas savoir était parfois la clé pour continuer d'avancer, pour continuer de vivre. Si on ne pouvait pas en accepter l'idée mieux valait se coller une balle en pleine tête tout de suite. Vivre ici et maintenant comportait des sacrifices, à une échelle différente certes, mais des sacrifices quand même. Les siens étaient de ne pas se poser trop de questions sur la pérennité de Fort Ward et de choisir d'oublier les heures sombres pour se focaliser sur le présent et le futur incertain.
C'est pourquoi elle ne parlerait pas de ce qui s'était passé au bar ce soir. Ce n'était pas son rôle d'être juge, et encore moins bourreau. Cette charge ne lui incombait pas. Apprendre à fermer les yeux, tel était la clé de sa sauvegarde physique et mentale ici. Et pourtant... « La vérité » souffle-t-elle doucement en relevant ses yeux vers ceux de l'Européenne. « Je choisis la vérité. Même si elle blesse, même si elle écorche mon orgueil. La vérité Roza. » Du moins ce soir, pour ce cas précis. Elle se sent hypocrite, à débiter des paroles qui ne trouvent pas écho dans ses actes. Hypocrite au possible.

« Tu feints ton propre accent.... » Ce n'est pas une question, ni une demande de justification. Juste une banale affirmation soufflée dans un murmure alors qu'elle détaille la jeune femme devant elle comme si elle la voyait pour la première fois. Et c'est d'ailleurs peut-être le cas. Passé le sentiment d'avoir été prise pour une idiote, surmontant un ego écorché par la révélation d'un mensonge de plus de dix-huit mois, la Canadienne prend conscience de la confiance soudainement placée en sa personne, de la barrière que vient de faire tomber la Russe en se confiant de la sorte en oubliant les artifices, de l'armure qu'elle vient involontairement de retirer en partie. « Tu ne peux pas continuer comme ça Roza... » Ce n'est pas une vie, ni pour elle, ni pour les autres composantes du problème présent. Jamais elle ne s'intégrerait à leur communauté avec de tels agissements. Si elle ne finissait pas enfermée à nouveau, elle blesserait fatalement quelqu'un et on la tuerait. Elle se ferait agresser en représailles de ces actes et elle mourrait. Elle ne trouverait jamais sa place et finirait par se coller une balle, la finalité restait la même dans toutes les hypothèses formulées mentalement. « Je peux t'aider. Pour ton haptophobie. Ce sera long, et on ira à ton rythme, mais je peux t'aider. » Elle n'était pas psychiatre mais Maeve était convaincue qu'avec de la patiences et des exercices, loin des regards indiscrets et de la pression des autres, elle pouvait aider la Russe à aller mieux. « Je ne peux pas te promettre que tout se passera bien ou que tout ira bien dans le meilleur des mondes, mais je peux au moins te promettre de faire tout mon possible pour que tu ailles mieux, pour tenter de temporiser les choses. Tu peux être un atout précieux pour ce camp Roza, mais si nous continuons tous comme ça sans aller de l'avant, il arrivera un drame et plus rien ne sera pardonnable. Et tout ce que tu as vécu ces dix-huit derniers mois, la force qu'il t'a fallut pour surmonter ton arrivée ici, tout ça n'aura servi à rien. » Strictement à rien. « Je ne trahirai pas les confidences faîtes ce soir. Comme les prochaines si tu sens que tu vas exploser et que tu veux trouver refuge quelque part. Cette porte sera toujours ouverte, si tu es prête à faire des efforts dans ce sens. »

Et comme pour sceller ses dires, ou par volonté de reprendre les choses à zéro, de s'offrir un nouveau départ moins chaotique avec la tatouée, la doc tend une main vers sa comparse. « Maeve Wheelan, enchantée »

Peut-être qu'en choisissant de ne pas fermer les yeux, cette fois, juste cette fois, elle aurait le pouvoir de changer les choses...



+Remember us ...+
...... BETTER THAN WE ARE
And wait for it, it always comes and you always go, with the curse of the savior wasting his faultless hands cleaning a mirror
Revenir en haut Aller en bas  
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
Graphiste
Roza Votiakova
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 3129
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Heal me once again.   Heal me once again. - Page 3 EmptyLun 11 Mai 2020 - 13:21

Heal me once again.

Malgré tout, la chirurgienne ne manque pas de courage et réclame la vérité, aussi bien pour le présent que pour l'avenir. La franchise, que va t-elle bien pouvoir faire avec ça ? Comment ça marche déjà ? Continuer dans cette lancée lui semble être un bon début, mais y arrivera t-elle à terme ? La canadienne sonne peut-être à la mauvaise porte, la russe ne brille pas de sincérité, elle est incapable de ne rien dissimuler comme de ne rien déguiser. Mais ce n'est pas la mauvaise volonté qui l'anime et elle peut essayer, au moins avec elle. Pour l'heure, ça vient de payer, après avoir réalisé qu'elle feintait son accent, son interlocutrice ne lui en tient pas plus rigueur et propose même de l'aider en retour. Est-ce son serment qui la pousse à tendre la main sans discrimination ou est-ce simplement de la pitié ? Ou pire encore, fait-elle comme June en se persuadant que son utilité pour ce groupe soit de taille et qu'elle en vaille ainsi la peine ?

Pour le reste, elle ne peut aucunement la contredire, elle ne peut en effet pas continuer comme ça. Malheureusement, son vécu récent lui apporte un tout autre regard sur la question. Elle a fait l'effort de se mêler à la foule dans l'espoir de développer des liens avec son entourage et voilà où elle en est. La dizaine de points, la douleur, ce bras bandé et cette lourde tête suffisent à eux-même pour réaliser qu'elle vient de faire deux pas en arrière au prix d'un en avant. Compliqué d'avancer à nouveau, pas sans contrôler ses émotions mieux qu'elle ne le fait encore à l'heure actuelle. Aussi, l'aide proposée ne peut que prendre son sens, combattre son haptophobie serait un bon début. La porte ouverte en cas de débordement est aussi de bienvenue mais la russe doute de pouvoir en franchir le seuil sans baigner dans son propre sang, qui vivra, verra.

La main tendue est dévisagée de longues secondes. Les africains tape dans les mains, les chinois font une révérence, les arabes se touche la poitrine, les tibétains tire la langue, les russes agitent de loin la main ou se la serre uniquement entre hommes. Les américains, eux, qu'importe qui leur fait face, ils veulent toucher et étreindre. En général, elle ignore ce genre de salutations, plante son œil dans ceux de son interlocuteur et précise qu'elle n'est pas du genre à serrer la main. Autant là, elle comprend ce nouveau départ et l'utilité d'officialiser les choses comme de les sceller, l'on n'est plus dans le cadre d'une banale présentation. De plus, ne vient-elle pas de dire qu'elle est prête à aider Roza à combattre son mal à l'aise de contact physique ? Si clairement, ce serait dommage de ne pas saluer ce premier effort.

"Enchantée.". Doucement, ses doigts glacés viennent serrer l'outil de travail de la chirurgienne, sa précieuse main. Ce n'est pas la poigne la plus virile du siècle, c'est même tout le contraire, c'est doux et sans prétention. "Roza Votiakova." Voila qui est fait et l'accent est définitivement éteint. Elle sent progressivement ses doigts devenir brûlant, la tête en est plus responsable que la chaleur corporelle de la doc', pour sûr. "Vous proposez une attention aussi poussées à tout vos patients ou j'ai le droit à un traitement particulier ?" Quand même, la chirurgienne lui a indiqué que sa porte restera toujours ouvertes et l'information n'est pas tombée dans l'oreille d'une sourde. Sa main se retire aussitôt dans un geste un peu précipité mais sans plus d'effusion. "Oh... Attendez, ça m'revient..." Elle empêche la chirurgienne de répondre en levant son index en l'air et redresse son œil fatigué au plafond pour s'enfoncer dans ses souvenirs. C'était il y a six ans, elle avait du tatouer toute une bande d'étudiants abrutis en médecine qui lui avait demandé de couvrir chaque dos du serment d’Hippocrate. "Je respecterai la vie et la dignité humaine." quelque chose comme ça. "je les défendrai contre toutes choses nuisibles et injustes " Impossible de de se souvenir de l'ensemble, seulement des passages qui la concerne. "Je garderai les secrets entendus du fait de la pratique de ma profession et les confidences de mes patients, même après leur mort." Ce n'est pas les termes exactes, sa mémoire a ses limites, une chance que le sujet l'avait intéressé sans quoi, elle n'en aurait rien retenu. Lentement, elle rabaisse son museau vers elle et plus précisément vers les prunelles bleues. "C'est donc une histoire de conscience, c'est ça ?" Difficile pour Roza de faire l'impasse sur les réelles motivations de son interlocutrice et pour cause, chaque habitant de Fort Ward ou presque lui avait tendu la main dans le but d'obtenir quelque chose. Zelda pour la piéger, Clarke pour obtenir un professeur pour la boxe, Eve par devoir envers son prochain etc.




JUST A ROSE, ROOTED IN THE DIRT.

Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 12/04/2020
Messages : 90
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Heal me once again.   Heal me once again. - Page 3 EmptyMar 12 Mai 2020 - 17:13

Heal me once again.


Paume contre paume, elle vient sceller ce contrat tacite entre elles sans appuyer sa prise, premier pas vers un long processus physique et mental de guérison. Il n'y a ni cabinet médical ni blouse blanche, aucun diplôme accroché au mur ni odeur aseptisée pour rendre l'instant neutre. Seulement deux êtres humains que tout oppose, aussi bien dans leur survie que sur leur vision du monde, réunies par la force des choses et qui, dans un entrelacs de choix – et leurs conséquences – se retrouvent au bout d'un même chemin, regardant dans la même direction. Roza Votiakova. Un sourire naît sur ses lèvres à l'entente de son nom, comme si elle l'entendait pour la première fois. Elle trouve d'ailleurs cette seconde rencontre officielle plus honnête, plus saine, loin de cette hiérarchie médicale des premières heures et de cette distanciation sociale qui les a unit dix-huit mois plus tôt. Tellement de choses avaient changé durant cette période, pour l'une comme pour l'autre, et bien qu'il serait cruel de comparer leur expérience individuelle, la chirurgienne ne peut que se féliciter d'en être arrivée là avec la russe.
S'apprêtant à répondre à la jeune femme, Maeve ravale ses mots, aidée par la tatouée qui la coupe dans son élan pour lui citer des bribes du serment d'Hippocrate. Son regard se perd un instant dans le vide, tentant de se remémorer la femme qu'elle a été et qui a, un jour, prononcer des mots similaires devant ses pairs avant d'avoir le droit d'exercer la médecine. Surprise de la précision de Roza, il lui faut elle-même un lourd travail de mémoire pour reconstituer cette promesse faîte il y a longtemps : «[...] la santé et le bien-être de mon patient comme ma priorité […] Je respecterai l’autonomie et la dignité de mon patient […] Je ne permettrai pas que des considérations d’âge, de maladie ou d’infirmité, de croyance, d’origine ethnique, de genre, de nationalité, d’affiliation politique, de race, d’orientation  sexuelle, de statut social ou tout autre facteur s’interposent entre mon devoir et mon patient [...] Je n'utiliserai pas mes connaissances médicales pour enfreindre les droits humains et les libertés civiques, même sous la contrainte […] Je fais ces promesses sur mon honneur, solennellement, librement. » Le reste est flou, trop imprécis dans les bribes de sa mémoire. Que peut-il rester de ces mots, par ailleurs, après autant d'années dans ce nouveau monde ? Comment respecter une éthique quand l'humain même ne trouvait plus aucune résonance à ce mot ? Comment défendre la dignité humaine quand tuer était devenu si facile, si banal ? C'était ce que Maeve s'efforçait de faire en dépit de tout, avec de plus en plus de difficultés. Les moqueries ne l'avaient jamais atteintes, pas plus que le mépris déguisé quand on la pensait naïve de croire encore à de telles sornettes. Personne ne comprenait. Personne. Le pourquoi se raccrocher à des principes moraux vides de sens pour certains. Mais après tout, leur avis n'avait que peu d'intérêt, ça ne concernait qu'elle.

Plantant ses yeux dans le regard de sa patiente, elle attend quelques secondes avant de lui répondre, le film de leur histoire commune défilant entre elles. « Si c'était une histoire de conscience je t'aurais laissée mourir sur la table d'opération comme tu l'as demandé. » Bien qu'une part de culpabilité persiste pour sa participation passive aux atrocités subies par Roza, la doc ne pensait pas faire ceci pour pouvoir continuer à se regarder dans une glace. Ce n'était pas aussi simple que ça. À vrai dire la quarantenaire n'avait pas anticipé son aide, ni même cette proposition. Ça avait été instinctif, spontané. Bien loin des réflexions qui torturaient son esprit chaque fois qu'elle devait prendre une décision en temps normal. Ici, dans l'intimité toute relative de sa maison, au beau milieu de cette nuit chaotique, elle ne parvenait pas à mettre le doigt sur une explication rationnelle. « Je n'ai pas de réponse à te donner autre que celle de pouvoir agir sur quelque chose et de le faire. » Il est vrai qu'elle était plus habituée à fermer les yeux ou détourner le regard sur ce qui la gênait d'ordinaire. S'impliquer comme ça dans les problèmes des autres ne lui ressemblait guère, et à ceci, elle n'avait pas plus de réponses à offrir à la russe qu'à elle-même. « Tu n'as de toute façon pas grand chose à perdre si ? » Une question plus rhétorique qu'autre chose alors qu'elle se redresse lentement, étouffant un bâillement dans le creux de sa main. « Je suis fatiguée et tu as besoin de repos, je vais te laisser. »

Rassemblant les affaires apportées plus tôt avec elle, la canadienne s'éclipse doucement, ne se tournant qu'une fois arrivée à l'ouverture du salon. « Si tu me réveilles pour autre chose qu'une urgence vitale, je te tue. » Léger sourire alors qu'elle grimpe à l'étage, la tête lourde de questionnements mais étrangement plus légère qu'en début de soirée. .



+Remember us ...+
...... BETTER THAN WE ARE
And wait for it, it always comes and you always go, with the curse of the savior wasting his faultless hands cleaning a mirror
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Heal me once again.   Heal me once again. - Page 3 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Heal me once again. -
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: