The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -36%
Nike Air Max Tailwind IV pour Femme en promotion
Voir le deal
109 €

Partagez
- Until the Dawn take us -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 2262
Age IRL : 26
MessageSujet: Until the Dawn take us   Until the Dawn take us EmptyDim 5 Avr 2020 - 2:20
Elle se tient là, sur le pas de la porte. Pantoise. La bouche ouverte comme si ça mâchoire cherchait à fuir l'harmonie de son visage. L'adolescente savait ce qu'elle allait trouver ici. Ou plutôt, qui elle allait trouver. La rumeur s'est vite répandue dans le camp. Zelda a tout d'abord refusé d'y croire. Les heureux hasards n'existent plus vraiment dans ce monde. Les agréables surprises sont condamnées à l'oubli. Et pourtant lorsqu'on lui a confié la tâche de guider le nouveau venu à travers le camp pour le lui faire visiter, l'australienne a bien dû se résoudre à accepter la vérité : Dawn se trouve bel et bien dans l'enceinte de Fort Ward. Elle ne s'est pas vraiment réjouie pour être honnête. Elle se retrouva forcée d'ajouter un nom sur la liste des personnes qui s'accaparent une place dans l'estime de June. Mais la curiosité ne tarda pas à se manifester : à quoi peut bien ressembler cet ancien avocat ? Il est forcément digne d'intérêt puisque la Boss l'a choisie pour atteindre les sommets de la justice américaine. Elle sait qu'il n'était qu'un outil, un faire-valoir. Mais il ne peut pas être que ça ! C'est impossible ! Son idole ne saurait se satisfaire d'un mâle quelconque, elle qui rechigne déjà à laisser des gens entrer dans les premiers cercles de ses connaissances. Alors... dans son lit ?! Non, c'est évident : Dawn est une personne exceptionnelle. Et cette visite guidée allait lui offrir la chance de pouvoir instiguer par elle-même à ce sujet.

Seulement elle ne s'était pas attendue à tomber sur un apollon pareil. Et la voici donc figée, face à lui, tétanisée par l'émotion et le désir. Qu'il est beau... Il lui faut de longues secondes pour retrouver un semblant de maîtrise de soi et ramasser le petit dossier qu'elle a laissé choir au sol aussitôt que leurs regards se sont croisés. Est-ce cela que l'on appelle le coup de foudre ? L'image d'Eddie s'évapore instantanément de ses pensées mais celle de Sean continue à faire de la résistance. Zelda déglutit avec difficulté, choquée par la puissance des émotions qui la submergent. « Je... Heu.... Ouais ? » balbutie-t-elle avant de se passer une main dans les cheveux d'un air sensuel. Adam a dit que ça rendait les mâles fous. En sera-t-il pareil pour celui-là ? « Alors... Donc... » continue-t-elle à bredouiller. Un sourire contrit plus tard, elle daigne enfin se décocher une gifle mentale pour laisser transparaître autre chose qu'une adolescente gênée. « Salut ! » Elle ne trouve rien de mieux à dire dans l'immédiat. Son regard se fait fuyant et le cramoisi de ses joues, trop flagrant. L'avantage c'est qu'elle a réussi à détacher ses yeux de lui. Et pourtant ces derniers la supplient déjà de leur accorder un instant de contemplation supplémentaire. June a vraiment bon goût ! Ça, c'est indéniable ! Une personne qui en douterait, c'est une personne qui n'a jamais vu ce véritable mâle alpha de la virilité...

Mais les secondes continuent de s'égrainer. Sa crédibilité aussi, probablement. Alors l'adolescente fait un ultime effort pour s'extirper de ce merveilleux océan qui la submerge et dans lequel elle ne demande pourtant qu'à se noyer. « Moi, c'est Zelda ! Mais tu peux m'appeler Z ! Ou même comme t'as envie, en fait ! J'm'en fous ! » Il pourrait l'appeler d'un nom d'oiseau qu'elle pourrait encore s'en satisfaire. L'essentiel, au final, c'est qu'il l'appelle. « Et toi t'es Dawn, alors ? » Par pitié, qu'il lui confirme que c'est bien lui et qu'elle passera une bonne partie de la journée avec lui. Juste une demi journée. Elle s'en satisfera. Puis elle en redemandera à nouveau. Ça, elle le sait déjà. Mais pour l'instant il s'agit de profiter de l'instant présent. « T'es... Wouaw... T'as vachement musclé ! » Cet homme est définitivement parfait ! Comment June a pu opter pour une femme alors qu'elle avait une mec pareil dans sa vie ? Une fois n'est pas coutume, les choix de la Boss lui semblent bien obscurs. À moins qu'il s'agisse simplement d'une histoire de préférence sexuelle ? Ouais, en fait, c'est ça ! « Tu veux... On s'fait la bise, okay ? » Elle ne lui demande pas vraiment l'autorisation avant de se mettre sur la pointe des pieds pour lui claquer des bisous. Et en plus ils sent trop bon ! Il sort de la douche ou quoi ? Comment elle aurait voulu arriver quelques minutes plus tôt pour le voir en serviette... « Donc bon... Alors... Moi c'est Zelda, du coup ! Et j'suis là pour te... pour te... pour t'faire visiter l'camp, d'jà, hein ! Et on verra après ! » Faut dire que tout d'un coup, elle ne manque pas de projets en ce qui le concerne... « T'as besoin... genre... d'te déshabiller pour enfiler des trucs plus adaptés à l'extérieur ? » Si le dieu d'Eve Madeleine existe bel et bien, ce serait vraiment sympa qu'il lui donne un coup de pouce et lui offre l'opportunité de le voir retirer son haut....


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Dawn Phelbs
Dawn Phelbs
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 03/04/2020
Messages : 35
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: Until the Dawn take us   Until the Dawn take us EmptyMar 7 Avr 2020 - 3:22

Zelda & Dawn

Fangirl : begins


Le Monde de Dawn venait de s'écrouler une seconde fois. A l'inverse de la dernière fois, il n'avait même pas eu le temps de voir la chose venir, d'élaborer un plan. Sa passivité naturelle avait été pris de cours et il avait été contraint et forcé d'en subir les conséquences. Il avait tout perdu, la femme qu'il aimait, son foyer, ses amis. Tout était parti en fumer. Il en était à se demander pourquoi lui y avait réchapper si ce n'était pour contempler en silence une page de sa vie qu'on n'avait pas tourné mais arraché. Tout ça pour arriver ici. Par rapport à tout ce qu'il avait vécu, c'était le paradis sur Terre. Le confort y était bien meilleur que ce à quoi il s'était habitué ces dernières années. Quelle ironie que cet endroit était celui qu'il était censé au début de la crise. 5 ans, c'était le temps qu'il lui avait fallut pour arriver jusqu'ici. 5 ans à vivre parfois comme un animal, à subir les souffrances les plus atroces pendant que d'aucun vivaient une vie tranquille, presque normale. Le mieux dans tout cela, c'était qu'il était venu pour y retrouver sa femme. Enfin, si il pouvait vraiment l'appeler comme tel, June n'en avait plus la dénomination qu'administrativement parlant. Les dernières années passés en sa compagnies et sans cette dernière avaient fini par éteindre tout sentiments amoureux à son égard. Peut-être était-ce ce qu'elle avait cherché à faire depuis le début. Ou du moins depuis qu'elle s'était rendu compte que les émotions qu'elle ressentait vis à vis de son mari n'étaient nullement similaires aux siennes. Alors il était là, assis sur le coin de son lit dans ce qui semblait être le dispensaire du camp à se demander ce qu'il devait bien faire. Devait-il rester ? Se faire sa place ici ? Au milieu de gens qui se connaissaient depuis longtemps ? Devait-il reprendre la route à sa recherche ? Ils avaient déclaré que tous ceux qu'ils avaient trouvé sur place avaient rendu l'âme, mais peut-être c'était-elle sauvé avant ? Pouvait-on alors dire qu'elle l'avait abandonné ?

Songeur, il passa sa main droite sur son crâne. Oui son crâne, pas ses cheveux. Le choc ayant nécessité quelques points de suture, on lui avait rasé un joli triangle à la tondeuse, alors il avait arrangé le tout en égalisant. Sa barbe cependant était restée, il l'avait un peu élagué, mais elle restait assez fournie. Tellement songeur qu'il n'entendit pas arriver la personne qui ouvrit la porte. Le bougre commençait déjà à se relâcher, voilà donc les effets d'une nuit de sommeil sur un véritable matelas. Pendant un certain temps, elle resta inerte. Totalement immobile. C'était presque si Dawn ne parvenait pas à voir un léger filet de bave s'échapper de sa bouche entrouverte. Plusieurs seconde s'écoulèrent, l'avocat en vint à se demander s'ils ne se connaissaient pas d'avant l'apocalypse et qu'il l'avait complètement effacée de la sa mémoire. Ou alors peut-être qu'elle faisait un avc, ou quelque chose comme ça. Une cacahuète avalée de travers sinon ? Sans qu'elle le quitte des yeux, elle se pencha en tâtonnant pour ramasser ses papiers. Le quarantenaire, n'avait pas bougé d'un poil. Fidèle à sa réputation, il restait d'un calme absolu, attendant qu'elle lui explique ce qu'elle voulait. "Ouais". C'était tout ? Pas plus ? Un sourcil interrogateur mais pas moins discret se haussa à la recherche d'un peu plus de précision. Quelque balbutiements plus tard, l'adolescente parvint à lui décrocher une salutation, ce qui ne manqua pas de lui arracher un léger sourire. Qu'est ce qui pouvait bien la plonger dans un tel état de confusion ? Était-ce la première fois qu'elle faisait cela ? Pourtant la première expression qui lui était venue au visage n'avait pas été la timidité mais la surprise. Pourquoi était-elle rouge comme une pivoine et avait elle le regard fuyant à présent ? "Bonjour jeune fille." fit-il simplement sur un ton chaleureux, de sa voix roc et fatiguée.

Alors elle changea du tout au tout. Le moulin à parole semblait être lancé. Un véritable raz-de-marée d'informations vinrent se déverser sur le nouvel arrivant. Comme si elle désirait le noyer de ses connaissances. Dawn n'était pas particulièrement habitué à se faire bousculer oralement de la sorte à moins d'être dans un exercice oratoire bien précis. Puisqu'elle parlait pour deux, autant en profiter pour faire de sa parole une denrée rare et précieuse. Il n'était pas bien difficile de prendre l'avantage oralement sur une personne qui avait peut-être trente ans de moins. Il n'y avait pas d'honneur majeur à cela. C'était son simple petit plaisir personnel. Commençait donc la phase d'observation, dieu seul savait à quel point elle pouvait durer longtemps avec Dawn. "Bien joué Sherlock, on ne peut rien te cacher. De toutes façons je suppose que la rumeur de mon identité n'est plus vraiment secrète, n'est-ce pas ?" Poser des questions dont on avait déjà les réponses pour se donner un côté supérieur intellectuellement. Ca marchait bien ça. Décidément le bougre n'avait rien perdu de ses quatre années d'abstinences oratoires. Tout se passait donc pour le mieux jusqu'à ce qu'elle le prenne totalement de cours. Alors qu'il se levait pour s'apprêter à la suivre -il n'y avait pas besoin d'être un génie pour deviner qu'elle allait demander de la suivre- elle lui claqua la bise. Comme ça. Sans même attendre une réponse. Tout ça en précédent la chose d'un compliment sur son physique, sur ses muscles. Où diable était-il tombé ? Ses sourcils se froncèrent légèrement en guise de réaction. Peut-être était-elle française. Paraissait que c'était typique de chez eux de se coller la joue de la sorte. Oui. Son manège était plutôt évident. Mais Dawn voulait lui laisser le bénéfice du doute. Et il aurait bien voulu pouvoir continuer à le faire si elle ne l'avait pas invité à se déshabiller là, maintenant. C'était quoi la prochaine étape ? La main au cul ? De sa part à elle hein.

Les sourcils n'étaient plus seulement froncés, ils traduisaient toute la confusion qui régnait en lui. Tout ceci était parfaitement anormale et immoral. "Je crois que je vais me contenter de ce que j'ai sur moi c'est.. gentil ! On peut y aller si tu veux, je ne veux pas abuser de ton temps, tu dois avoir plein de choses à faire." Oui, c'était bien ça. Essayé de changer le sujet. Si ça se trouve, elle n'avait pas pensé à mal, c'était juste lui qui n'avait pas les yeux en face des troues. Comment diable un gaillard comme lui pouvait-il se retrouver impuissant face à une frêle jeune fille pareille ? Non pas impuissant, plus désarçonné. Non, la raison voulait que cela soit impossible. Elle ne cherchait définitivement pas à profiter de sa personne, elle était simplement maladroit. D'ailleurs ça devait certainement l'ennuyer de lui faire la visite, à tout les coups elle le faisait pour chaque nouvel arrivant. "Zelda, si tu veux je peux visiter tout seul, tu peux en profiter pour aller voir tes amis. Ca doit être plus sympa pour toi d'être avec les gens de ton âge." Non, il n'avait pas appuyé plus que ça sur les derniers mots. Ou alors juste un peu (beaucoup) plus. De toutes façons c'était sûre qu'elle allait dire oui. Les jeunes n'aiment pas ce genre de corvées. Du temps libre c'est tout ce qu'il leur faut pour faire leurs trucs de.. de d'jeun's quoi. Qu'il avait honte d'avoir pensé ce mot.
AVENGEDINCHAINS


oh, for fuck's sake
if we are not now that strength which in old days, moved earth and heaven; that which we are, we are; ▬ One equal temper of heroic hearts, made weak by time and fate, but strong in will to strive, to seek, to find, and not to yield. + Ulysse - Tenyson.
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 2262
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Until the Dawn take us   Until the Dawn take us EmptyMer 8 Avr 2020 - 8:13
C'est sûr que la rumeur de son retour s'est distillée dans tout le camp. Il faut dire qu'il est plutôt rare que June se déplace en personne pour s'enquérir de l'état de santé d'un patient... Elle ne sait pas qui est à l'origine de cette histoire mais elle comprend aisément les mécanismes qui ont facilité la propagation de l'information. Il y a beau avoir des dizaines et des dizaines de survivants à Fort Ward, ils vivent tous dans un environnement clos. Ou presque. Les gens ont besoin de s'occuper. Et les nouveautés, quelles qu'elles soient, attirent forcément l'attention des gens. C'est aussi humain que logique. Dawn, lui, se doute déjà de cette évidence et la lui fait remarquer en se massant le crâne. Zelda ne peut pas s'empêcher de penser à quel point il est sexy quand il fait une chose pareille. Et d'un autre côté, Adam lui a dit qu'une personne qui se touche les cheveux à votre présence est une personne à qui vous plaisez. Un sourire ne tarde donc pas avant de se dessiner sur les lèvres de la jeune australienne. « Plus vraiment secrète ? » relève-t-elle, amusée par sa manière de s'exprimer. « Ça, c'est un euphéminisme ! C'est carrément l'principal sujet de discussions des gens depuis  qu't'es arrivé ! » Et ce n'est rien de le dire. L'adolescente suppose qu'il y a aussi une part de sadisme derrière cette évidence : la plupart des personnes du groupe doivent attendre avec impatience la suite des événements. Elle compte parmi ceux-là. Avec la présence de Valentine, les choses risquent de devenir assez amusantes...

Toutefois elle perd vite son sourire absent lorsque son aîné lui annonce qu'il n'a pas besoin de se changer et qu'il se contentera des vêtements qu'il porte sur le dos pour visiter le camp. L'avantage c'est qu'il précise qu'il ne souhaite pas abuser de son temps. Il est altruiste ! C'est plutôt bon signe. La gamine rougit davantage et hausse les épaules. « Oh, t'sais... Tu peux abuser d'moi comme tu veux ! Te gêne pas ! » De son temps comme de son corps, d'ailleurs. Est-ce que c'est lui, le bon ? Elle se passe une main dans les cheveux avec l'espoir qu'il remarque ce signe d'intérêt qui, toujours selon Adam, est plutôt explicite. « Et puis ça m'fait plaisir d'te faire plaisir ! T'es nouveau alors faut bien qu'on s'occupe de toi ! D'autant plus qu'tu vas sûrement être un peu paumé, au début ! Mais c'est normal, t'inquiètes pas ! » En réalité elle aime bien accueillir les nouveaux et leur faire visiter Fort Ward. Parce qu'elle est sociable, déjà. Mais aussi parce qu'elle peut ainsi se faire une idée sur le caractère des personnes. Et puis parce que, parfois, elle tombe sur un Dawn tout abandonné qui ne demande qu'à trouver l'amour, le vrai, dans les bras d'une adolescente... « J'vais commencer par t'montrer où j'habite ! Comme ça, en cas d'soucis, tu pourras super facilement m'trouver ! D'ailleurs faudra pas hésiter à v'nir me voir pour me poser des questions ou juste... ben... me voir, en fait ! J'suis vachement disponible pour les gens comme toi ! » À savoir les mâles alpha abandonnés par June, qui portent de la barbe et des points de suture.

Mais elle doute qu'il le fasse. L'homme a beau sembler parfait au premier abord, il semble aussi la considérer comme une enfant. Comme l'extrême majorité des gens, en fait. D'ordinaire, elle aurait argué le contraire et gonflé sa poitrine naissante pour bien montrer qu'elle est presque devenue une femme. Mais là, vraiment, elle n'a pas le coeur de lui rentrer dans le lard... « Oh, t'sais, j'préfère les gens de ton âge à toi ! » Ce n'est pas du tout exact. En venant jusqu'ici, elle avait déjà hâte de retrouver l'Armée de June et de pouvoir fumer l'un des joints de Connie. Mais à présent, tout à changé ! « En fait j'ai un corps qui a quinze ans et vingt-six jours mais tout l'monde m'dit qu'je suis d'jà super mature ! » prétend-t-elle, espérant avoir l'air un peu sérieuse. « 'Fin... Presque tout l'monde ! » C'est à dire personne... Mauvaise menteuse, la gamine préfère largement changer de sujet. « Mais d'toute façon les autres jeunes du camp sont en cours en c'moment ! Moi j'ai été bannie d'l'école alors j'me r'trouve souvent seule en pleine journée... » C'est une longue histoire sur laquelle elle ne compte pas non plus s'attarder trop longtemps, d'ailleurs. De ce qu'elle en sait, Dawn était aussi un avocat. Alors il ne doit pas trop aimer les délinquantes... « Mais ça va, hein, j'le vis bien ! » Pas tant que ça, au final. Mais au moins elle peut dormir un peu plus longtemps le matin. L'ennui c'est qu'elle voit un peu moins Sean. Lui, il doit sûrement être content. Elle, en revanche...

Finalement l'adolescente invite d'un mouvement du bras son aîné à la suivre. Elle le guide dans les allées, lui distillant conseils et informations au sujet des habitants ou des règles du camp. Elle lui indique évidemment que Levi est un psychopathe lorsqu'ils passent devant sa colocation puis se retrouvent devant la sienne. « Cette fenêtre, là, c'est ma chambre ! » lui indique-t-elle. « Tu peux utiliser le petit tuyau d'évacuation sur le droite pour y monter directement, si t'as b'soin ! Si c'est en pleine nuit vaut mieux qu'tu passes par là parce que sinon mes colocataires vont s'poser des questions... » Le tuyau supporte son poids - elle a déjà pu le vérifier à nombres de reprises lors de ses expéditions nocturnes - et avec un peu de chance, celui de Dawn. Combien pèse-t-il, en fait ? Elle l'observe de haut en bas en se mordillant les lèvres puis décide d'augmenter un peu ses chances de le conquérir. « T'es au courant, en fait ? Qu'ta femme est devenue homosexuelle, j'veux dire ! » Est-ce qu'ils ont déjà eu l'occasion de parler de ça ensemble, lui et June ? Elle ne sait pas vraiment si elle est en droit d'évoquer le sujet ni même si la rouquine appréciera. Mais pour une fois, considérant l'enjeu, elle décide de prendre le risque. « Elle est avec Valentine ! Une bouffeuse de grenouilles ! C'est aussi la planteuse du camp ! Et crois-moi quand j'te dis qu'elles sont hyper heureuses ensemble... » Non, en fait, elle n'en sait rien. la rouquine ne parle que rarement de sa vie privée. Et encore moins de ses sentiments. Mais voilà qui devrait le dissuader de reconquérir la Boss. Ils sont peut-être mariés mais on dirait que leur union ne veut plus dire grand chose en ces temps d'apocalypse. L'australienne dépose une main à peu près compatissante sur l'avant-bras de l'ancien avocat fédéral. « T'as envie qu'on en parle ? » Elle est tout à fait disponible pour évoquer ses problèmes de coeur. Elle doute qu'il existe un meilleur moyen pour se rapprocher de lui. À part, peut-être un strip tease. Mais il fait froid et elle n'a jamais fait une chose pareille. Et puis elle passerait sûrement pour une perverse...


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Dawn Phelbs
Dawn Phelbs
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 03/04/2020
Messages : 35
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: Until the Dawn take us   Until the Dawn take us EmptyJeu 16 Avr 2020 - 0:31

Zelda & Dawn

Fangirl : begins


Dawn eut un petit sourire. Sa question était évidemment rhétorique. Si d'aucun auraient été assez nerveux, anxieux, voir même paniqué à l'idée que leur nom soit sur toutes les lèvres et que la moindre peux d'yeux se braque sur eux, cela ne l'inquiétait guère. L'ancien avocat ne se faisait pas d'illusions, s'il restait, d'ici quelques temps on aurait tôt fait d'oublier sa présence, voir même son prénom. L'intérêt qu'on lui portait tout à coup, et sans doute celui de ladite Zelda, retomberait aussi tôt. L'autre solution pouvait aussi être de mettre les voiles. Pas forcément en prenant la poudre d'escampette, ni d'une manière simplement théâtrale, simplement en se saisissant de quelques affaires. Après tout, était-il capable de vivre encore en présence de son ancienne femme ? Ou même d'autres personnes ? N'était-il pas fatigué de tout cela ? L'attachement n'était qu'un prémisse de la douleur dans toute sa vie, peut-être que le mieux était d'y renoncer. Seulement ce dernier faisait parti intégrante de qui il était. Il donnait sans concession, partageait, aimait sans attendre quoi que ce soit en retour. Alors la solution était peut-être de s'isoler, de vivre en ermite. Peut-être était-ce la plus sage des opportunités, loin des enjeux, loin des mauvais comme des bons. En avait-il seulement le courage ? La force ? Dieu seul le savait. Pour l'heure il se contentait de suivre sa pipelette de guide. Sans doute qu'elle avait été choisis pour ce rôle pour son débit de paroles, jamais elle ne cessait d'ouvrir la bouche. Non pas que cela le dérangeait vraiment, Dawn était de ces gens qui aimaient bien écouter, observer ses semblables. "Les gens se lasseront." Fit-il lascivement, presque passivement. Il n'était qu'une méthode, un brin de nouveauté dont ils auraient bientôt fait le tour.

Il finit de sortir de sa torpeur en entendant les mots de sa cadette. Intérieurement il eut un frisson de dégoût en imaginant pareille chose. Cette gamine avait véritablement les idées mal placées. Difficile d'imaginer que c'était uniquement la faute de quelques années d'apocalypse, elle devait avoir cela en elle depuis le début. "Le moins possible je te l'assure !" Répondit-il en essayant de se montrer le plus convaincant possible. Difficile de lui faire comprendre que cela n'arriverait jamais sans se montrer trop offensant. Et ce n'était pas trop son genre que d'essayer de froisser les gens en générale, alors l'une des premières personnes qui l’accueillait dans un camp qui l'avait soigné ? Il ne s'y risquait pas. Et puis après tout il n'y avait pas de mal à savoir où elle habitait, s'il se perdait cela peut toujours aider. Du moment que cela en restait là évidemment. Il ne se sentait pas vraiment le besoin de savoir quel lit elle occupait. Quel luxe tout de même, se permettre de loger ainsi dans de véritables habitations, dans de vrais lits. Au cours de ses années d'errance, Dawn n'avait jamais connu pareil confort. Alors il est vrai que tout à coup, il était plutôt intéressé à l'idée de s'installer lui aussi. Mais il ne pouvait se laisser influencer de la sorte, il lui fallait prendre son temps, décider de quand et comment agir. Il ne devait pas se retrouver dans une situation où il devait trop à ces gens, ce serait se rendre redevable et être en position de faiblesse. Quelque chose qui ne lui était pas vraiment profitable.

Docilement, il la suivait à travers les allées. Difficile de savoir quelle surface exacte couvrait leur camp. Mais force était de remarquer que leur organisation devait-être particulièrement rodée. Le contrôle aux frontières de leur territoire devait-être impeccable, sans quoi c'était l'invasion assurée. Marcher ici c'était presque comme faire un bond dans le temps. Tout semblait déconnecté de la vie qu'il avait eu ces dernières années. C'était comme si le temps s'était plus ou moins figé, ou plutôt comme s'il avait ralentit. Ils avaient eu le temps de voir venir l'apocalypse, de s'y préparer convenablement. Continuant de l'écouter, il fronça les sourcils, comme s'il désapprouvait ses paroles. "Bannie de l'école ? Comment peut-on refuser l'accès au savoir à quelqu'un de ton âge sur des choses élémentaires ? Qu'est ce que t'as bien pu faire pour en arriver là ?" Cela avait le don de profondément le contrarier, et ce même s'il n'en montrait qu'un léger mouvement sourcilière. "C'est pas vraiment le problème, ce qui m'emmerde c'est qu'ils le fassent et parviennent à dormir quand même sans se dire qu'ils ont failli à leur tâche d'enseignement." Étrange mixe oral que celui-ci, entre vulgarité, langage simplifié et soutenu. C'était tout le paradoxe de sa personne, terriblement humain mais jamais bien loin de son ancienne tâche d'avocat.

L'écoutant sagement en bon élève appliqué, il suivait ses paroles du regard. Déjà, il n'était pas parvenu à retenir le chemin depuis le dispensaire jusqu'ici, mais en plus elle voulait le faire grimper à la gouttière ? Pourquoi faire dans tous les cas ? Aller dans sa chambre ? Mais elle ne pensait donc qu'à ça ? C'était ça les jeunes de l'apocalypse ? Des assoiffés du sexe qui sautaient sur le premier inconnu de trente ans plus âgé ? C'était à eux qu'on allait remettre les clefs de l'humanité ? Dawn n'était vraiment pas confiant à cette idée. "Il y a bien longtemps que je ne grimpe plus aux tuyaux d'évacuation, et presque aussi longtemps que ces derniers ne supportent plus mon poids tu sais." Lui adressant un sourire chaleureux il continua. "Ce serait plus pratique de trouver un autre moyen, je tiens pas à passer pour le quarantenaire qui sort avec une adolescente, on aurait pas fini d'en parler." Eh bien voilà ! Avec ça il parviendrait à désamorcer la bombe Z. Peu-être que son cerveau en plein développement finirait par reprendre le pouvoir sur ses hormones. Son plan pour ne pas subir un harcèlement sexuel de la part d'une enfant semblait enfin fonctionner. Du moins jusqu'à ce qu'elle se décide à lui décrocher un uppercut phénoménal. June était devenue lesbienne ? Sa femme, s'était trouvé une femme ? La femme qui lui avait volé une dizaine d'année affectivement parlant, avait une femme ? Il le sentit monter petit à petit, prendre possession de tout son corps, à commencer par son ventre qui se contracta. Il fut alors pris de soubresaut qui lui faisaient avancer le buste vers l'avant. Son nez souffla fort, une fois, deux fois, la troisième fut de trop. Dawn ne put empêcher ce fou rire tonitruant. Un fou rire si puissant, comme un tsunami. Une vague surpuissante qui emportait tout sur son passage. Les larmes lui montaient aux yeux, ses abdominaux devenaient douloureux, c'était à peine s'il parvenait à tenir debout. Et ce rire, un rire du fond de ses entrailles qui secouait toute l'allée. Petit à petit, il parvint à retrouver son calme, sa maîtrise de lui même. Pendant quelques secondes encore il fut cependant pris de quelques coups d'éclats très bref. A l'aide de grandes respirations il termina maître de la situation. S'essuyant les yeux, il tâcha de faire bonne figure. "Tu veux dire que ma femme est actuellement engagée dans une situation conjugale avec une autre femme ?" Répondit-il finalement en tâchant de ne pas éclater de rire au moindre mot. "Il me semble que c'est un motif raisonnable de divorce, t'en penses quoi ?" Bon sang que c'était amusant. 
AVENGEDINCHAINS


oh, for fuck's sake
if we are not now that strength which in old days, moved earth and heaven; that which we are, we are; ▬ One equal temper of heroic hearts, made weak by time and fate, but strong in will to strive, to seek, to find, and not to yield. + Ulysse - Tenyson.
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 2262
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Until the Dawn take us   Until the Dawn take us EmptyLun 27 Avr 2020 - 21:39
Alors peut-être que les gens se lasseront de lui, oui. Après tout les effets de mode ou le pouvoir de la nouveauté finissent toujours par s'estomper. Mais la plupart des humains sont bêtes. Car Zelda ne voit pas trop comment on pourrait finir par oublier la rafraîchissante présence de Dawn. Ce mec est un véritable soleil pour l'âme et le coeur ! « J'imagine qu'les gens s'lasseront, ouais... Mais en c'qui m'concerne ça n'arrivera jamais ! » lui promet-elle. Car c'est bien ce qui lui faisait peur, n'est-ce pas ? Qu'il soit rassuré, donc ! « Que j'sois brûlée vive si j'manque à ma parole ! » Voilà qui devrait le convaincre qu'il pourra toujours compter sur elle. Elle enroule ses mains autours du puissant bras de son aîné comme pour lui transmettre à travers ce contact toute la puissance de sa conviction. « Toi et moi, c'est clair, on est un peu des âmes soeurs... » Elle l'espère, en tout cas ! Mais ce qu'elle a vu de lui jusqu'à présent tend à la conforter dans cette opinion ! Il faut dire qu'il lui en faut peu...

Elle fait une petite moue lorsqu'il lui assure en retour qu'il viendra la déranger le moins possible. C'est très gentil de sa part. D'ailleurs elle suppose qu'il ne s'agit que d'une forme de gentillesse. Cet homme est parfait : il n'aime pas ennuyer les autres ! N'est-ce pas merveilleux ? « D'accord, l'moins possible ! Mais aussi souvent qu'nécessaire, hein, surtout ! » Elle réussira bien par lui faire comprendre qu'il sera toujours le bienvenue dans sa chambre. Dans le sens pas sale du terme. Car ils ne se connaissent pas encore vraiment et qu'ils ont encore toute la vie devant eux pour s'apprivoiser. Quoique... Ouais, peut-être un peu moins que toute la vie, en fait ! Car Dawn est peut-être un apollon mais... un apollon qui a déjà pas mal vécu, malheureusement ! Elle redoute déjà le jour où la mort viendra les séparer...

Dawn lui confirme une nouvelle qu'il est l'homme parfait lorsqu'il s'insurge contre le fait qu'elle ait été bannie de l'école. Enfin quelqu'un qui la soutient !! Elle hoche la tête tristement, préférant se faire passer pour une victime à consoler que comme une adolescente rebelle qui a défié l'autorité d'Aodhan. « Mais grave !! » s'exclame-t-elle lorsqu'il lui annonce qu'elle a le droit d'avoir accès à un enseignement élémentaire ! « J'ai dit à peu près la même chose à M'sieur Kaines quand il m'a bannie ! J'étais un peu horrifiée à l'idée d'avoir d'longues vacances, t'vois ? Parce que j'adore apprendre et... heu... abreuver mon esprit avec des trucs et des... machins ? » Elle ne se trouve pas vraiment crédible pour le coup. Et encore moins lorsqu'elle est obligée de parler des raisons qui ont mené à son exclusion. « Disons que... comment dire... Il s'pourrait qu'j'aie un peu, sans faire exprès, donné à couteau à May pour tuer Roza ! » grimace-t-elle. Ça a l'air un peu absurde, dit comme ça. Elle en est consciente. C'est pour cette raison qu'elle tente vite de dévier la discussion : « Tu vois qui c'est, ces deux-là ? May c'est une blonde américaine et Roza c'est un peu la même chose sauf qu'elle est plutôt du genre borgne russe ! » May brille par sa beauté tandis que Roza est la seule à n'avoir qu'un oeil dans le camp. C'est sûr, il va vite se rendre compte de qui elle parle !

Puis la déception revient vite à la charge lorsque Dawn lui annonce que les tuyaux ont décidé de ne plus supporter son poids. Elle a ainsi une bonne excuse pour l'étudier attentivement de la tête au pied et lui tourner littéralement autours pour pouvoir baver un instant devant son divin postérieur. C'est pas bien d'avoir des pensées coquines envers un adulte, non ? Elle a un peu honte... Non, en fait, trop pas ! Il a un cul de dieu ce mec... « Ok bah j'vais m'débrouiller pour trouver une échelle, alors ! » lui annonce-t-elle lorsqu'il lui dit qu'il va falloir trouver un autre moyen pour se voir. Comme ça il n'aura pas à jouer au singe pour monter en cachette dans sa chambre. Il n'y aucun problème sans solution. Quant au fait de se faire passer pour le quarantenaire qui sort avec une adolescente... « Oh y'a vraiment pas d'mal tu sais ? C'est l'apocalypse donc bon... Tout l'monde s'en fout un peu des vieilles règles ! Et puis si ça peut t'rassurer, dis-toi qu'les New Eden sont vachement plus horribles avec les filles ! T'serais pas l'pire ! » Mais oui, d'accord, il ne serait pas non plus le meilleur non plus... Mais c'est un détail, ça ! Et les détails, on peut facilement les ignorer !

Quoi qu'il en soit, elle est franchement étonnée lorsque son aîné explose de rire au moment où elle lui annonce qu'il est cocu ! Normalement il aurait dû être effondré ! Et là, elle aurait pu l'envelopper dans ses bras protecteurs et déposer quelques bisous rassurants sur sa joue. Mais rire ?! Non ça, vraiment, elle ne l'a pas vu venir ! Zelda observe donc l'ancien avocat fédéral avec un scepticisme certain. Est-ce qu'il est devenu fou ? Ce serait bien sa veine... « Ah ouais et même bien engagée, s'tu veux mon avis ! » lui répond-t-elle lorsque son interlocuteur lui demande si elle est engagée dans une situation extra conjugale. « Même qu'elles s'engagent aussi des espèces d'oeufs qui vibrent ! Donc ouais, c'est du sérieux ! » Autant réduire ses éventuels espoir à néant dès maintenant. C'est pas bon de lui donner de faux espoirs si tant est qu'il ait envie de reconquérir June. Ce qui n'a pas l'air le cas puisqu'il évoque maintenant un possible divorce ! « Ouais, grave ! Faut la divorcer à fond, là ! » l'encourage-t-elle en arborant, sur son visage, un air parfaitement sérieux. « Ou alors faut tuer Valentine ! C'est un peu au choix, en vrai ! » Il existe plusieurs façons de résoudre un problème, non ? « Mais surtout, j'pense qu'il faut rendre June un peu jalouse ! Pour la forme, t'vois ? » Elle se mordille les lèvres et lui décoche un petit regard séducteur avant de s'approcher de lui. Selon Adam, il faut savoir forcer la bulle des gens. Alors c'est exactement ce qu'elle essaie de faire en cet instant : « Si tu veux, j'peux p't-être t'aider à c'niveau-là ? » Elle n'est qu'altruisme et compassion, après tout !



Can you remember who you were, before the world told who you should be ?

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Dawn Phelbs
Dawn Phelbs
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 03/04/2020
Messages : 35
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: Until the Dawn take us   Until the Dawn take us EmptySam 2 Mai 2020 - 2:56

Zelda & Dawn

Fangirl : begins


Difficile de savoir s'il s'agissait d'un rire sincère ou de quelque chose de plus nerveux. A la limite de la folie tout en restant par ailleurs terriblement sincère. Comme si cinq années de survie se relâchaient tout à coup, comme si une adolescente nymphomane venait de le mettre face à la réalité. Sa vie n'avait été que mensonge et il en prenait enfin conscience. Pourtant il n'était pas réputé pour être long à la détente. Force est de constater que sur ce coup là, il n'avait pas vu la chose venir. Tout faisait beaucoup plus sens tout à coup. Nul doute que si cet enfant était au courant le reste du camp l'était aussi, alors si une partie des regards était tourné dans sa direction ce n'était pas uniquement pour son ancien statu maritale ou pour la nouveauté de sa présence, mais pour observer la suite des événements. Dawn lui même avait du mal à savoir comment il devait réagir, s'il devait s'énerver qu'on lui ai caché pareil secret ou s'il devait en profiter pour repartir sur des fondations plus stables. Mais l'étaient-t-elles vraiment si stable ? Quand on faisait le point sur sa situation on pouvait en douter fortement. "Je ne pense pas que tuer quelqu'un soit une façon de résoudre un problème jeune fille." Fit-il sur un ton qui se voulait sévère. Diable, les enfants de nos jours étaient d'une violence. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'ils ne soient pas tous comme elle. "Pour divorcer encore faudrait-il qu'il y ai un mariage à annuler tu sais. Je crois que ça fait bien longtemps que ce n'est plus le cas." Reprit-il sur un ton plus pensif. L'avocat voyait clair dans le jeu de l'ex-écolière. Il ne savait toujours pas s'il devait s'en amuser ou craindre ce comportement. La voilà qui reprenait son regard comme s'il était déjà dans son lit. Dieu seul savait à quel point cela ne risquait pas d'arriver. A part si elle engageait ses homologues minimoys pour le séquestrer, peut-être qu'à une vingtaine ils auraient des chances de venir à bout de ses forces. Pliant les genoux, il se mit donc à sa hauteur. "Ca tombe bien que tu dises ça." Répondit-il sur un air de confidence. "Parce qu'il y a cette doctoresse que j'ai eu l'occasion, disons de croiser, et qui m'est sympathique." Acheva-t-il. D'aucun se seraient sans doute amusé de la situation comme un chat avec un moineau qu'il venait d'attraper. Mais l'originaire de Boston ne pouvait s'empêcher de trouver malsain l'idée de nourrir les fantasmes d'une mineur de trente ans de moins que lui. Autant tuer le poussin dans l'oeuf. Il était loin d'être désireux de faire du mal à Zelda, bien au contraire, il ne désirait que son bien, mais pour cela il fallait la replacer sur les bons rails.

Se relevant, il lui esquissa un large sourire. Mieux valait changer de sujet, il voulait éviter de froisser son guide trop longtemps. "Et si on continuait la visite ? Ce serait malheureux que le seul endroit où je puisse me rendre soit chez toi." Certes, ce n'était sans doute pas la meilleure chose à dire après avoir écrasé son petit coeur entre ses grosses mains, mais il faisait comme il pouvait. Le cas de figure était inédit et il était loin d'être un as de l'improvisation. "Les vieilles règles comptent toujours. Surtout dans un endroit comme ici. Dehors c'est une autre affaire. Mais en société, on ne peut pas permettre ni autoriser de bafouer les droits d'être humains. Enfin merde, t'as quoi 13 ? 14 ans ? Comment cela peut te venir à l'idée de participer à la mise à mort de quelqu'un ?" Plus le temps passait et plus il réalisait la portée des paroles de l'enfant. Elle n'était qu'innocence, mais une innocence morbide, affreuse et effrayante. Elle l'avait dis avec tant de simplicité. "Tu n'as sans doute pas eu la même enfance que moi. Mais on parle tout de même de la vie d'une personne !"

Tant bien que mal, il avait tenté de combattre cette curiosité étrange et mauvaise. Cette graine qu'avait planté Zelda à l'instant où elle avait évoqué la vie de cette personne. Les dents à moitié fermées, il glissa à bas mots. "Ca te dérangerait de me montrer rapidement qui c'est, cette fameuse mangeuse de cha.. grenouilles ?" Cela lui avait chatouillé le bout de la langue de lâcher ces mots, mais il était en présence d'une enfant, il ne pouvait se permettre ce genre d'écarts. "Mais de loin hein, juste que je vois qui c'est..." C'était tout bonnement incompréhensible. Il n'y avait aucune raison à cela, pourtant il ressentait une certaine jalousie à l'idée que June soit avec quelqu'un d'autres. Après tout lui aussi avait profité de son absence pour rebâtir sa vie, et pendant un temps cela avait tenu la route. Pourtant, cette nouvelle le rongeait à vitesse grand V. Toutes ces années partaient en fumée comme un bout de papier au dessus d'un briquet. Cela lui faisait plus mal que ce qu'il voulait admettre. "Tu crois que j'arriverai à vivre ici ? Après tout ce temps passé dehors, avec June ici, avec Valentine. Tu crois qu'il y a une place ?" Sa question était infiniment sincère, remplie de doute, d'incertitudes
AVENGEDINCHAINS


oh, for fuck's sake
if we are not now that strength which in old days, moved earth and heaven; that which we are, we are; ▬ One equal temper of heroic hearts, made weak by time and fate, but strong in will to strive, to seek, to find, and not to yield. + Ulysse - Tenyson.
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 2262
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Until the Dawn take us   Until the Dawn take us EmptySam 2 Mai 2020 - 10:17
Elle arque un sourcil lorsque Dawn lui annonce qu'il ne croit pas que le meurtre puisse résoudre un problème. Zelda ne peut pas s'empêcher de se questionner : est-ce qu'il était vraiment marié à June ? Ils ne se ressemblent pas vraiment. Ou alors leurs points communs ne sautent pas aux yeux. Ils sont peut-être les deux facettes opposées d'une même pièce ? Un peu prise au dépourvu, surprise par le ton à vocation sévère de son aîné, l'adolescente finit par hausser les épaules. « Ce n'est p't-être pas l'unique solution, non... » concède-t-elle avant de lui adresser un petit sourire en coin. « Mais c'est sûrement la plus efficace ? » C'est bien une question qu'elle est en train de lui poser. Elle n'aime pas particulièrement l'idée de tuer une personne. Mais les mois passés avec June, à bénéficier de son enseignement, l'ont dotée d'un certain pragmatisme. Ce n'est pas beau et ce n'est sûrement pas bien. Mais il n'y a plus grand chose de bon dans ce monde... « Donc... t'es officiellement célibataire ? » lui demande-t-elle lorsqu'il lui fait remarquer que son mariage est mort depuis longtemps. Oui, c'est bel et bien le seul point qui l'intéresse en cet instant. Devrait-elle faire preuve de compassion ? Sûrement. Mais l'homme n'y semble pas très sensible. Pas pour l'instant, du moins. Mais elle a l'avantage d'être plutôt opiniâtre lorsqu'elle souhaite obtenir quelque chose...

L'adolescente s'observe se mettre à genoux et un fol espoir l'envahit brusquement : est-ce qu'il compte lui faire sa demande ? Déjà ? Alors qu'ils viennent à peine de se rencontrer ? Non, là, ça va quand même un peu trop vite... Toutefois ses attentes irrationnelles sont vites douchées lorsqu'il évoque cette doctoresse qu'il trouve fort sympathique. L'australienne plisse les yeux et fait de son mieux pour garder un air neutre. Ou, du moins, qui ne trahit pas les hurlements de son petit coeur. « Quelle doctoresse ? » Le ton est un peu abrupte. Presque accusateur. Il n'aurait probablement pas dépareiller dans la bouche d'une épouse délaissée qui s'inquiète des heures tardives de rentrée de son conjoint. Et, donc, il n'a rien de légitime. « C'est quoi son prénom ? J'dois sûrement la connaître... » Deviendra-t-elle un réel problème, cette inconnue du corps médical ? Si oui, elle retire ce qu'elle vient de dire au sujet des solutions : le meurtre, c'est une bonne chose ! « En tout cas June n'sera jamais jalouse d'une fille du dispensaire ! » affirme-t-elle, défiante, avec une note de dédain. Peut-être qu'elle parviendra à le faire changer d'avis ? Et avec un peu de chance, à ne pas paraître trop jalouse dans la foulée !

Blessée, consciente qu'elle n'a pas réellement le droit de l'être alors qu'elle vient tout juste de rencontre Dawn, Zelda se contente d'acquiescer lorsque ce dernier lui propose de continuer la visite. Est-ce qu'il était obligé de présenter les choses ainsi ? Qu'est-ce qu'il y a de malheureux à venir la voir ? « Ouais, suis-moi ! » glisse-t-elle sobrement en l'invitant à poursuivre leur avancée. En chemin son aîné lui parle des anciennes règles. Elle ne comprend pas immédiatement qu'il s'agit d'un reproche. L'adolescente marque un temps d'arrêt lorsqu'il lui demande comment elle peut songer à tuer quelqu'un malgré son jeune âge. Outre le fait qu'elle soit un peu vexée par ce rappel, l'australienne le trouve également bien naïf. Et attachant avec cette candeur qu'il continue de trimbaler dans son sillage après plusieurs décennies d'existence et, surtout, un mariage avec la Boss. Oui, ils parlent effectivement de la vie d'une personne... Et alors ?  « Nos vies n'valent plus grand chose, aujourd'hui... » se contente-t-elle de répondre, haussant à nouveau les épaules. « J'pensais comme toi, avant ! Mais j'étais bête, à l'époque ! Après j'suis d'accord qu'on a besoin d'règles ! Mais forcément, faut qu'elles soient adaptées à ce nouveau monde...  » Elles doivent être aussi cruelles, sinon plus, que celles que leur imposent les circonstances. Elle aimerait bien d'un monde sans violence, sans victimes. Mais les principes hérités du temps jadis, aujourd'hui, ne mènent nulle part sinon à la mort. Il faut s'adapter pour survivre. C'est l'autre, là, qui disait ça ! C'était quoi son nom, déjà ? Darwin, non ?

Quoi qu'il en soit, Dawn possède indéniablement un don : celui de la surprendre ! Elle ne pensait pas qu'il voudrait en apprendre plus sur Valentine et encore moins qu'il veuille la voir de ses propres yeux. « Tu s'rais pas un peu maso sur les bords, toi ? » s'étonne-t-elle. Mais pourquoi pas, après tout ! Si ça peut lui faire plaisir... « Viens ! Les serres n'sont pas trop loin et avec un peu d'chance, à cette heure, l'autre briseuse de couple doit s'y trouver ! » Une étrange pensée lui traverse l'esprit : et s'il tombait lui aussi sous le charme de la française ? Ce serait un peu le comble, ça, non ? « Et ouais, sinon, elle bouffe pas des chats ! Pas à ma connaissance en tout cas ! » s'amuse-t-elle. Son petit lapsus ne lui a pas échappé ! Si les européens mangeaient des chats, ça se saurait. Valentine est sûrement un peu dérangée mais quand même pas à ce point...

Et voici Dawn qui lui demande si elle pense qu'elle arrivera à vivre ici. Zelda ne répond pas immédiatement. C'est la première fois qu'on lui pose une question pareille. D'ordinaire, les gens pensent surtout à mériter leur place pour ne pas retourner à l'extérieur. Aucun d'entre eux n'a manifesté un tel doute. Cet homme est clairement spécial. Mais ça, elle le savait déjà ! « Si t'as réussi à survivre à l'extérieur, t'arriveras à vivre ici ! Tu verras ! » lui assure-t-elle. « La vraie question c'est pas vraiment d'savoir s'il y a une place pour toi à Fort Ward mais plus si t'auras l'courage d'la prendre... Mais si t'as peur d'voir constamment la Boss et ta cocufieuse s'rouler des pelles, t'peux être rassuré : elles sont super discrètes ! » Il n'aura pas à détourner le regard. « T'inquiètes pas, va ! Tu finiras quand même par t'sentir chez toi, ici ! Et tu peux compter sur moi pour t'aider à t'intégrer ! » Elle lui décoche un petit clin d'oeil. Et plus tard, lorsqu'ils parviennent enfin en vue des plantations, Zelda s'accorde un instant pour observer les différentes personnes qui s'affairent sur place. Elle tend finalement son doigt vers une noiraude élancée, aussi jolie que chiante. « Tiens, c'est elle ! Celle qui porte les petits bacs, avec les cheveux noirs ! » lui indique-t-elle. « Valentine Vador James, fermière numéro une du camp ! » Elle juge néanmoins de préciser quelque chose dans la foulée : « Au début j'pensais qu'elle avait couché pour réussir mais en fait, elle est assez compétente ! Même qu'on a des fraises ! » Sa méfiance envers la française ne doit pas l'empêcher d'être objective. « Tu veux que j'te la présente ? À deux, on pourrait lui mettre la misère... » L'idée est tentante, non ?


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Until the Dawn take us   Until the Dawn take us Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Until the Dawn take us -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: