The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -53%
GACHI Batterie Externe 26800mAh
Voir le deal
24.94 €

Partagez
- Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ruby Finley
The Exiles
Trader
Ruby Finley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/01/2020
Messages : 1101
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby   Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby - Page 2 EmptySam 21 Mar 2020 - 19:24
C’était moi ou… Il venait de me mater ouvertement ?
Je n’avais pas rêvé, non ? C’était vraiment bizarre. On aurait dit que Joaquin prenait conscience qu’il n’avait pas une gamine en face de lui. J’étais départagée entre le rire et l’incompréhension. Il fallait croire que, lui aussi, s’était laissé berner… Mais je ne savais pas vraiment quoi en penser. C’était plus prudent de perdre du poids pour que les regards continuent de passer sur moi sans s’arrêter mais… Ce n’était pas désagréable non plus. Et puis, j’avais toujours eu une apparence fluette qui me faisait passer pour plus jeune que mon âge, même avant l’apocalypse. Je devrais être tranquille là-dessus et continuer de pouvoir en jouer.

Je décidai de faire comme si je n’avais rien remarqué, alors que nous montions en voiture. Je le trouvais étrangement conciliant, alors qu’il était prêt à me ramener tout ce dont j’avais besoin, et même à supporter quelques heures de shopping. Nous étions bien partis pour toute la journée, là. Oui, toute une journée seule avec Joaquin… Ca faisait longtemps que ce n’était pas arrivé. Est-ce que ça me manquait ? Aucune idée. Nous étions une équipe fonctionnelle avec un duo dysfonctionnel. Nos compétences se complétaient à merveille, mais ça s’arrêtait bien souvent là. Nous n’arrivions à nous entendre que lorsqu’il s’agissait de monter des expéditions pour de la récupération. Le reste du temps, on ne faisait bien que se supporter dans la même pièce.

Je calai mon fusil contre mon épaule pour sortir mon calepin tout neuf, depuis le siège passager. J’avais la manie de tout consigner sur plusieurs cartes de Seattle, pour m’éviter quelques surprises désagréables. Je répondis d’un ton égal : « Techniquement, on aura moins de mal à trouver des lits en mezzanine dans des appartements de petite taille sous les combles de grands immeubles. C’est typiquement ce qu’ont les étudiants pour gagner de la place. » Il n’avait pas dû faire d’études, lui, pour ne pas le savoir. Le contraire m’aurait étonné.

A mon grand soulagement, Joaquin s’était contenté d’une réponse évasive pour une fois. Il avait la sale manie d’insister simplement pour pouvoir mieux se foutre de ma gueule ensuite, quand il savait pertinemment que je n’avais pas envie d’en parler. J’avais encore bien en travers de la gorge ses remarques suffisantes quand je lui avais confié mes peurs. Il n’avait attendu qu’une occasion pour m’enfoncer. En même temps, pourquoi ça m’étonnait ? Je m’étais attendue à quoi, qu’il me réconforte peut-être ? J’avais été idiote de venir le trouver ce jour-là. Ce n’était qu’un sale enfoiré.

Et à peine cette pensée venait de me traverser qu’il se fendit d’une remarque gentille. J’écarquillai les yeux, en lui lançant un nouveau regard confus. « Ah oui ? C’est nouveau ça. » Je ne pouvais pas m’en empêcher, c’était plus fort que moi. Je me retournai un peu vers lui, dans le véhicule. « Je croyais que j’étais insupportable ? Ou alors, je t’ai manqué après quasiment deux mois sans me parler peut-être ? » Je laissai échapper un rire avant de secouer la tête négativement. Je regardai le paysage cette fois, pour ne pas laisser mon agacement reprendre encore le dessus. J’avais tellement envie de le secouer et de lui hurler dessus que j’en étais la première surprise. Je devrais être capable de prendre davantage sur moi, mais avec lui, c’était comme impossible. Il me faisait perdre mes moyens bien trop facilement. Je désignai finalement un haut immeuble non loin. « On va là-bas. Il faut que tu tournes à droite à la prochaine. Il y a un petit magasin de fringues au rez-de-chaussée aussi. »


« Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois ils gagnent. »
Revenir en haut Aller en bas  
Joaquin Hernandez
The Exiles
Trader
Joaquin Hernandez
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 29/12/2019
Messages : 628
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby   Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby - Page 2 EmptyDim 29 Mar 2020 - 11:58
Okay Joa’, maintenant tu ranges tes yeux et tu oublies qu’elle a des seins. Ou un joli cul. C’est le mieux à faire avant que tu t’en prennes une ou qu’elle pète un câble. Pas comme si je savais pas que c’était une femme jusque-là, qu’on soit bien d’accord. Avec un putain de potentiel. Mais je sais qu’elle faisait tout pour pas qu’on la remarque. Et que je dois me la sortir de la tête.

Bref. Je toussote de nouveau, plus pour garder une contenance qu’autre chose, plutôt content de devoir me focaliser sur la voiture. Parce que même le reste me laisse un rien dubitatif. J’ai jamais prétendu comprendre les gonzesses, qu’on soit bien d’accord. Elles ont même souvent tendance à me casser les couilles. Mais elle c’est juste… j’en sais rien. Je pige encore moins comment elle fonctionne que les autres. Et si j’ai toujours pas totalement décidé si j’ai plus envie de lui en coller une ou de la sauter, je me rends compte que plus le temps passe, plus c’est la deuxième option qui prend le pas sur la première. Sauf que c’est mort. Je me répète ça en boucle avant de ranger ça dans un coin de ma tête et de l’ignorer, comme d’habitude.

Et j’ai un bref regard quand elle sort son calepin, non sans esquisser un sourire plus franc cette fois. J’ai presque l’impression de retrouver nos vieilles habitudes. Faut dire que notre duo fonctionne bien quand on essaie pas de communiquer. Ouais, je sais, dit comme ça c’est bizarre. Mais c’est le cas. Et à sa remarque, j’ai un silence. « Ah oui. En effet. Y a aussi certains centres de réinsertion. C’est souvent des lits en mezzanine avec un bureau en dessous. Histoire de gagner un max d’espace. Je saurais où aller si besoin. » A défaut d’avoir fait des études, ce genre d’endroits, je connais. Et même pas pour moi, c’est dire.

Je me concentre sur la route pour éviter d’avoir à affronter son regard alors que je roule tranquillement, évitant les ornières et autres trous que le temps a commencé à creuser dans le bitume. C’est fou comme en quelque années la nature reprend ses droits partout. Bientôt, on finira par plus pouvoir rouler à moins d’avoir un 4x4 de compétition. Les racines commencent à vraiment tout défoncer un peu partout. Mais, pour un mec qui a passé la plupart de sa vie entouré de béton, j’avoue que c’est pas désagréable. Et à ses questions qui n’en sont pas vraiment, je laisse filer un silence, mes doigts tapotant le volant. Avant que je lâche, les yeux toujours rivés sur la route. « J’ai été un vrai connard. Et oui. Tu m’as manqué. Même si je suis bien conscient que c’est pas réciproque. » Je sens mes mâchoires se contracter et je finis par me taire de nouveau avant de hocher la tête à ses indications. « Droite à la prochaine. Okay. Je visualise le magasin. » Et c’est plutôt calme autour de nous. Je vais pas m’en plaindre même si je dirais pas non à me défouler en éclatant une ou deux têtes de rôdeurs là de suite. Et il me faut pas longtemps pour me garer devant, à moitié sur le trottoir. Je suis vraiment parti pour une virée shopping donc. C’est parfait. Tout simplement parfait.  


« Nous sommes chacun notre propre démon et nous faisons de ce monde notre enfer. »
Revenir en haut Aller en bas  
Ruby Finley
The Exiles
Trader
Ruby Finley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/01/2020
Messages : 1101
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby   Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby - Page 2 EmptyLun 30 Mar 2020 - 16:29
Je  lançai d’un ton faussement innocent, avec un sourire malicieux aux lèvres sans même le regarder : « Tu es malade, Joa’ ? T’arrêtes pas de tousser. » J’avais le regard rivé à mon bloc-notes, où j’avais commencé à esquisser les contours d’un petit oiseau dans la marge, maintenant que je lui avais indiqué la route. Je relevai parfois la tête pour vérifier qu’on ne s’égarait pas ou qu’un rôdeur ne passait pas malencontreusement sous les roues du véhicule. C’était la cause la plus courante de panne de la plupart des véhicules encore capables de rouler actuellement. C’est fou ce qu’un morceau de chair en décomposition pouvait faire comme dégât parfois.

Je l’écoutai me parler de centre de réinsertion. Ils avaient des lits en mezzanine là-bas aussi ? Je ne savais même pas où ils pouvaient se situer dans Seattle. Je ne les avais jamais considérés comme des sites intéressants à fouiller. Peut-être que je devrais revoir mon jugement, finalement. « Ah oui ? Ils ont d’autres trucs intéressants, là-bas ? » Je ne lui demandais pas s’il était déjà allé dans l’un d’eux, avant tout ce merdier. Je risquais plus sûrement d’éclater cette petite bulle de tranquillité à lui poser de nouveau des questions sur son passé. Je ne pouvais pourtant pas m’empêcher d’y penser, même d’une façon très pragmatique. « On devrait aller dans ton ancienne prison, un jour. Si on pouvait mettre la main sur de l’équipement anti-émeute… Et tu connais bien le coin, en plus. » Ca le tenterait ? Sûrement pas. Pourtant, ça me paraissait une bonne idée. Je venais vraiment de lui proposer de se refaire des sorties en duo, alors même que celle-ci n’avait pas officiellement commencée ? Je devenais optimiste, ma parole. Il y avait encore 70% de chances que tout vire au fiasco, parce que ma tête ne lui reviendrait subitement plus.

Peut-être qu’il ferait comme s’il n’avait pas entendu la proposition, après tout. La voiture cahotait tellement sur la route qu’on peinait parfois à s’entendre. Au moins, les rôdeurs se tenaient à distance. On était davantage gênés par les véhicules accidentés. Mais, au final, c’était plutôt moi qui crus mal entendre. Non, sérieusement… Il venait de s’excuser à demi-mots là ? C’était même pire. Il venait de se qualifier lui-même de vrai connard, et surtout avouer que je lui avais manqué. La mâchoire m’en tomba, littéralement, alors que je me retournais vers lui pour lui lancer un regard ahuri. Même pas une remarque désagréable ou une pointe de mauvaise humeur ? Non ? Rien de tout ça ? Il devait vraiment être malade. Je commençais même à me demander à quel point c’était grave. Ou alors, peut-être qu’il projetait de se barrer. « Qu’est-ce qui te prend là, d’un coup ? Tu ne comptes pas me fausser compagnie, j’espère ? » J’attrapai un bout du tissu de l’écharpe à mon cou, comme pour lui brandir comme preuve. « C’étaient pas des cadeaux d’adieu, hein ? » C’était trop bizarre de l’avoir vu débouler devant ma chambre avec ce carton, pour me déblatérer des excuses, sans aucune raison, avant de me lâcher le trésor aux merveilles dans les bras. Il avait peut-être eu la même idée que moi, mais à retardement. Mais… Il n’avait pas le droit de me faire ça ! Bon, d’accord, j’y avais sérieusement songé… Sauf que j’étais revenue. J’étais restée. Je ne comptais plus m’en aller ! « Putain, Joa’. Il y a prescription maintenant ! Je dois faire quoi pour que tu changes d’avis et que tu redeviennes normal ? Explique-moi là, parce que je n’arrive vraiment pas à te suivre. » Je le fixai très sérieusement, alors qu’il venait d’arrêter le véhicule le long du trottoir.


« Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois ils gagnent. »
Revenir en haut Aller en bas  
Joaquin Hernandez
The Exiles
Trader
Joaquin Hernandez
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 29/12/2019
Messages : 628
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby   Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby - Page 2 EmptyJeu 2 Avr 2020 - 11:38
Ouais, okay, j’ai vraiment pas été discret cette fois. En temps normal, elle se rend compte de rien. Ou elle l’ignore royalement allez savoir. Et là, elle se fout gentiment de moi. Je me contente de laisser échapper un grognement en réponse, le regard rivé aussi sur la route. Non parce que si je louche encore sur elle, c’est à coup à m’emplâtrer dans un poteau. Autant dire que je préfère me péter le cou que de devoir expliquer pourquoi je me suis foiré. Bref, je papote d’autre chose. Son lit. C’est bien son lit. Ou pas on est d’accord.

Et à sa question, j’ai un silence pensif. « J’y suis allé qu’une fois, pour voir mon beau-frère qui avait fait de la merde. Mais j’ai souvenir qu’ils avaient à bouffer aussi. Une espèce de cantine. Pas d’armes, c’était pas le but. Des médocs par contre, pour les camés en manque. Faudrait voir donc. » Je me perds un instant dans mes pensées avant de grimacer quand elle parle de la prison. Vrai que ça pourrait être utile, mais retourner dans ce cauchemar m’enthousiasme pas plus que ça. « Ca fait une trotte jusque-là. Même avec une bagnole, faudra compter au minimum la journée pour y aller. » J’ai un temps, avant de reprendre. « Je connais bien ouais. Quand tout a commencé, on s’est barricadés à une vingtaine dans le réfectoire. Les seuls qui avaient survécu aux quelques jours de bordel. » Bordel. C’est un putain d’euphémisme quand j’y pense. Je me demande si elle a une petite idée de ce que la vie là-bas durant ces quelques semaines a pu être. Et je fronce les sourcils, avant de reprendre. « On a pas vraiment eu le temps de récupérer du matos intéressant. Et quand j’ai parlé de me casser sur Seattle, j’ai pas vraiment eu envie de traverser la prison infestée de ces saloperies. Donc ouais, à moins que les types qui sont restés soient toujours là, y a ptet moyen de trouver des trucs intéressants. » Ca me fait mal au cul de le reconnaître. Mais je la laisserais y réfléchir si elle pense que ça en vaut vraiment la peine avec les autres. S’il le faut, j’irais. Sans être jouasse, faut pas déconner.

Je sais pas pourquoi je lui balance le reste par contre. Je parle trop, beaucoup trop. Elle est contagieuse en fait putain. Je lui lance un regard en coin quand elle commence à monter d’un ton et qu’elle me montre l’écharpe. « Tiens, j’avais pas tiqué que tu la portais. » Ouais, ça me fait plaisir qu’elle ait pas tout bazardé. Me suis pas cassé le cul pour rien. Je laisse filer un silence à ses questions, avant de souffler, mes doigts tapotant sur le volant. « J’y ai pensé. A me barrer. J’y pense encore des fois. Même si je saurais pas vraiment où aller. » Pour lui foutre la paix, pour plus qu’elle ait peur de moi ou que j’ai plus peur de ce que pourrais lui faire si je perds le contrôle. « C’était pas des cadeaux d’adieu. Quand je vais fouiner tout seul et que je trouve des trucs qui me font penser à toi je les ramasse. C’est tout. » Pas besoin de chercher plus loin pour ce que je peux lui avoir refilé.

Je finis par me garer et par laisser filer un soupir alors que je relâche le volant. Je me tourne aussi plus franchement vers elle et je la regarde longuement, la mine sérieuse. « Je déteste quand t’es… lisse. Fade. Comme t’as été ces dernières semaines. Alors ouais, j’essaie de piger ce que je dois faire pour que tu redeviennes toi-même. Aussi casse-couilles que tu puisses être, c’est… mieux. » Putain, qu’est ce qu’elle me fait pas dire sérieux. J’ai vraiment envie qu’elle me gonfle à blablater tout le temps ? Qu’elle vienne me raconter des trucs dont j’ai rien à foutre ? … à croire que oui, même si je m’en rends compte que maintenant. La vie, c’est bien de la merde, je vous le dis moi. J’ai quand même une ombre de sourire avant d’ajouter. « Je croyais que tu pouvais pas me blairer quand j’étais normal ? » C’est légitime comme question. Et puis, au point où on en est...


« Nous sommes chacun notre propre démon et nous faisons de ce monde notre enfer. »
Revenir en haut Aller en bas  
Ruby Finley
The Exiles
Trader
Ruby Finley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/01/2020
Messages : 1101
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby   Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby - Page 2 EmptyMar 7 Avr 2020 - 19:09
Joaquin avait un beau-frère, donc. Apparemment, ce type n’était pas plus clean que lui, pour avoir été en centre de réinsertion. Ca devait être une affaire de famille… Pourquoi ça ne m’étonnait pas plus que ça ? J’évitais d’en faire la remarque. C’était un coup à me faire encastrer contre la fenêtre du pick-up. Déjà qu’il avait lâché une information sur son passé sans même s’en rendre compte, il ne fallait pas trop en demander d’un coup… Surtout que je venais de lui parler de son ancienne prison, et à voir la tête qu’il faisait, l’idée de retourner là-bas ne l’enchantait pas vraiment.

J’haussai les épaules en réponse. « Une journée, c’est rien. » On partait souvent pour une journée complète, quand il était question de faire des excursions à l’extérieur… C’était le coût en essence qu’il faudrait surtout justifier par des nouvelles armes, outils et protections bien utiles. Il y avait toujours un aspect gains et risques à prendre en compte, même dans le nouveau monde. Et, encore une fois, Joaquin ne se révélait pas avare en informations. Il était même bavard, en fait, à me raconter autant d’anecdotes sur sa vie subitement. A croire qu’il avait besoin de rattraper le temps perdu. « Si vous n’avez pas songé à piller les lieux, d’autres ont pu le faire à votre place. Une prison, c’est un lieu idéal pour survivre à l’apocalypse. » Je lui lançai un regard de biais, sans rien rajouter. Il avait peut-être vécu les premiers jours comme un enfer sur terre, mais s’ils avaient tout laissé en l’état… Joaquin n’avait pas idée de la pépite d’or que représentait son ancienne prison. « …Mais si les rôdeurs les ont dissuadés, alors on a tout intérêt à aller vérifier ce qu’on peut récupérer sur place. » C’était fou tout ce qu’on pouvait imaginer à court ou moyen terme pour améliorer son quotidien, quand on faisait partie d’un groupe. Je pouvais enfin songer à quantité de nouveaux projets, plus ambitieux les uns que les autres, ma liberté retrouvée. Je risquais même d’être trop occupée les prochains mois pour songer uniquement à remplir le frigo. Le rêve, non ? J’allais peut-être réellement me sentir bien, dans ce nouveau groupe.

A un détail près, Joaquin. Il y avait toujours entre nous quelque chose de latent, prêt à exploser à la moindre étincelle. Faire partie d’un groupe n’avait pas arrangé la donne, loin de là. Ca m’avait seulement permise de faire un peu sans lui. Je pouvais me taper le luxe de ne pas lui adresser la parole pendant des semaines, sous prétexte qu’il s’était comporté comme un parfait connard, et sans que ça n’impacte mon taux de survie. Il avait découvert à quel point je pouvais avoir la rancune tenace car, contrairement à lui, j’avais passé pratiquement une année entière à survivre seule. Je savais me passer des gens, m’occuper sans rechercher la compagnie. Je me plongeais dans mes livres ou dans mes dessins pour oublier la noirceur du monde. Lui, il croyait seulement savoir le faire. Il avait beau être taciturne, Joaquin avait toujours vécu au sein d’une meute sans réussir à s’en défaire, alors même qu’ils ne les supportaient pas. J’avais peut-être attendu trop longtemps avant de revenir vers lui. A quel point il s’était senti au pied du mur, pour me faire des excuses pareilles ? J’avais ma réponse maintenant. Au point de vouloir se barrer. Pourtant, je ne l’aurais pas cru capable de le faire. Je pensais qu’il se serait adapté mieux que moi, dans cette nouvelle grande prison plein de flics. « Je croyais que tu te plaisais ici. » Le mot était peut-être un peu fort, mais c’était son idée à la base non ? Il en avait besoin plus que moi.

Ce n’était pas des cadeaux d’adieu, d’accord. C’était seulement… Parce qu’il pensait à moi. Je m’enfonçai à nouveau dans mon siège, un peu décontenancée. Il y avait une caisse entière de moments où il avait pensé à moi, ces dernières semaines. Si elle faisait le poids de ses remords, ils pesaient sacrément lourds. « Pourquoi tu as attendu aussi longtemps ? » Je n’arrivais pas à le comprendre, vraiment pas. Même avec ses explications.

Il s’était tourné vers moi, avec cet air sérieux. J’avais du mal à le fixer en retour. Ce qu’il disait… Ca me perturbait juste un peu plus encore. Je secouai la tête pour toute réponse. « Quel éternel insatisfait. » Je lui rendis un regard plus incisif. « Je te signale que je fais précisément ce que tu m’as demandée. Et ça te convient toujours pas ? » Je soufflai avec un peu d’amertume avant d’ouvrir la portière. Impossible pour moi de maintenir plus longtemps son regard, ça remuait trop de choses. « Il va peut-être falloir te décider sur ce que tu veux, alors. » J’enfonçai la portière dans quelque chose de mou, qui me grogna aussitôt dessus. Je m’écartai un peu de la main décharnée qui se tendait vers moi pour chercher mon couteau, et lui planter dans l’œil. J’espérais que c’était le seul à m’attendre à la sortie pour me tenir la porte là… A croire qu’on faisait tout pour que je reste un peu plus longtemps cloîtrée à l’intérieur. Je n’arrivais plus ni à ouvrir la porte, ni à la refermer maintenant. Je poussai un soupir agacé en me retournant à nouveau vers Joaquin, alors que j’avais laissé sa question volontairement en suspens. Je répliquai avec une once de colère : « Je ne supporte pas les types qui se permettent de me cogner parce qu’ils ont peur de perdre la face ou parce qu’ils veulent simplement avoir raison. Tu crois que tu es le premier à réagir comme ça ? Non, loin de là. Par contre tu es bien le premier que je n’ai pas cherché à flinguer pour ça. Ca te va comme réponse ? »


« Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois ils gagnent. »
Revenir en haut Aller en bas  
Joaquin Hernandez
The Exiles
Trader
Joaquin Hernandez
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 29/12/2019
Messages : 628
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby   Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby - Page 2 EmptySam 11 Avr 2020 - 15:24
Si je prenais deux minutes, je me rendrais compte que je parle beaucoup trop. Jamais j’en ai dit autant à Ruby sur ma famille. Pas parce que j’en ai honte, même si je suis à peu près sur qu’elle trouverait encore un moyen de se conforter dans l’idée que je suis un looser qui vient d’une famille de merde et qui mérite ce qui lui est arrivé ou une merde du genre, mais parce que ça la regarde pas. Ca regarde personne ce que j’ai pu vivre ou être avant ça. Et, surtout, je suis à peu près sûr que tout le monde s’en branle en vrai.

Enfin là, si ça intéresse Ruby, c’est pour ce qu’on pourrait y trouver. Et je sais qu’elle a raison. J’ai une grimace avant de hocher la tête à contrecoeur. « Ouais, c’est rien une journée. Je sais. » Je soupire avant d’essayer de me rappeler dans quel état on a laissé tout ça. « Pour arriver à le faire, il aurait fallu passer la cour pleine de rôdeurs. Y avait… en fait, ils ont voulu nous évacuer au début. Ils ont fait la connerie d’ouvrir les portes pour faire entrer les bus. J’étais à l’infirmerie quand la mutinerie a commencé. Entre les prisonniers qui foutaient le bordel et les rôdeurs, ça a été un putain de carnage. Alors je pense que ceux qui connaissaient le coin ont dû se dire que c’était un mauvais plan. Et la prison est vraiment paumée, loin de tout. » Donc ouais, doit y avoir de quoi faire. « On… pourrait en parler aux autres. » Même si ouais, j’ai définitivement pas envie de revivre une énième fois ce cauchemar que je revois bien souvent quand je dors. Sauf que je vais pas lui dire à haute voix, d’autant que j’en ai déjà trop dit.

Je suis d’ailleurs étonné qu’elle en profite pas pour me balancer une pique comme elle sait si bien le faire et qui, comme à chaque fois, me ferait sortir de mes gonds. C’est même le contraire, même si la tension monte petit à petit entre nous et qu’il suffirait encore une fois d’un rien pour que ça pète. Mais elle fait des efforts on dirait. Et moi aussi. Donc on va éviter d’encastrer sa tête contre le tableau de bord et de toute façon, j’en ai pas envie pour le moment. Je garde le silence quand elle reprend et je finis par hausser les épaules. « C’est pas une question de se plaire ou pas. Mais d’être… à sa place. » Et là, c’est plus compliqué. Je lui lance un regard alors qu’elle m’interroge de nouveau, sans bien savoir quoi répondre. Avant de souffler, d’un ton bourru. « Parce que je... » Je fronce les sourcils, cherchant mes mots. « Parce que je savais pas comment tu réagirais. » Que je sais toujours pas trop d’ailleurs.

Je me renfrogne à mesure qu’elle continue, sentant mes mâchoires qui se contractent. Ouais, j’aurais mieux fait de la fermer en fait et je souffle, un peu plus sèchement. « C’est pas aussi simple. C’est pas tout blanc ou tout noir, merde ! » Et je pige pas. J’ai l’impression qu’elle me prend pour un con à me dire qu’elle fait ce que je lui ai demandé et j’apprécie moyen. Sans compter qu’elle joue encore avec les mots pour pas changer. Le truc qui me gonfle encore plus quoi. Mais qui semble l’énerver encore plus que moi, ce que je pige encore moins. Je fronce les sourcils alors qu’elle détourne les yeux et qu’elle essaie de se barrer. Mais finalement, elle en est empêché par une de ces saloperies et finit par se tourner de nouveau vers moi. Et si je me sens bouillir quand elle reprend la parole, au point d’en serrer le volant de toutes mes forces, je reste con à la fin de sa phrase. « Quoi ? » J’attends pas vraiment de réponse et j’ouvre la portière de mon côté pour faire le tour de la bagnole et faire le ménage à coup de talon et de couteaux. Ca me prend quelques minutes et je finir par déblayer le chemin et par ouvrir sa portière. « Ça veut dire quoi ça ? Tu m’expliques ? » Non parce que là, soit elle vient de dire que, d’une certaine façon, je comptais un peu pour elle ou un truc du genre, donc ça colle pas trop avec le fait qu’elle puisse pas me blairer, soit… C’est autre chose. Et j’ai rien compris. En attendant, j’enfonce mon couteau dans le crâne d’un rôdeur qui rampe entre nous et la porte du magasin. « La voie est libre. »


« Nous sommes chacun notre propre démon et nous faisons de ce monde notre enfer. »
Revenir en haut Aller en bas  
Ruby Finley
The Exiles
Trader
Ruby Finley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/01/2020
Messages : 1101
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby   Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby - Page 2 EmptyDim 12 Avr 2020 - 12:09
J’avais presque oublié à quel point les hommes pouvaient être lâches parfois, d’autant plus quand ça concernait directement le sexe opposé. Voilà que Joaquin, pourtant toujours si sûr de lui, se mettait subitement à chercher ses mots… Et tout ça pour me dire quoi ? Qu’il n’était pas venu me trouver plus tôt par peur de ma réaction ! C’était le monde à l’envers. Qu’avait-il à craindre, au juste, d’une petite blonde comme moi ? Que je le juge peut-être ? Je lui rendis un sourire ironique, me fendant d’une pique bien sentie : « Je t’aurais pas frappé, tu sais. » Je ne répondais pas par la violence quand ça ne me plaisait pas, moi. Au moins, j’avais l’explication sur son apparition soudaine et si matinale, et sa disparition tout aussi soudaine après ses quelques mots d’excuse et son paquet largué. Mais si Joaquin avait eu le moindre doute sur ma rancune tenace à ce sujet… Il avait la confirmation que je ne lui avais pas encore pardonné pour autant.

Il s’énervait, encore. C’était sa réponse habituelle, quand il n’avait plus rien à rétorquer… Je répondais à sa colère en lui opposant la mienne, avec une véhémence inhabituelle pour moi. « Bien sûr que si, c’est très simple ! Sois un peu plus comme ça, un peu moins comme ça Ruby… Mais merde ! Je suis qui j’ai envie d’être, et tu n’as pas ton mot à dire ! Tu n’as aucun droit sur moi, tu entends ? » Je le fusillai du regard, le souffle court. J’étais la première surprise, d’avoir sorti une chose pareille. Je m’étais achetée un peu de courage, depuis la dernière fois. Je ne savais pas si c’était le fusil contre mon épaule qui m’en donnait un peu, ou simplement de ne plus me sentir seule. C’était peut-être également aussi les paroles pleines de bon sens de Yulia. Les exilés, cette famille dysfonctionnelle, m’avait apportée bien plus que je ne l’aurais cru au début. Ca avait pris du temps pour que je ne me sente plus en danger constant dans un groupe, avec les antécédents que je me traînais, mais j’avais moins peur d’eux, de dire ce que je pensais vraiment… D’être enfin un peu moi-même, pour ce que ça pouvait encore signifier quand on avait oublié. C’était peut-être bien ce que Joaquin entendait par là. On ne se plaisait pas ici, mais… On était plus à sa place qu’à errer sur les routes, pour survivre un jour de plus. On pouvait enfin songer à construire quelque chose, et ça changeait notre regard sur ce qui nous entourait.

Je n’avais pas envie de m’excuser pour cet éclat de colère un peu gratuit, un peu inhabituel aussi… Surtout que je voulais clairement l’entendre me donner raison depuis le début pour arrêter de jouer la comédie. J’avais eu ce que je voulais au final, il s’était excusé, il avait reconnu ses torts… Alors pourquoi lui balancer ça à la tête ? Parce que… C’était libérateur, en vérité. Je me sentais soulagée d’un poids. Je restais sagement sur mon siège passager pendant que Joaquin se défoulait sur les rôdeurs qui avaient jeté leur dévolu sur le pick-up de Markus. J’aurais pu passer par la porte conductrice pour sortir, mais j’attendis qu’il débloque ma propre portière. Je croisai à nouveau son regard clair, alors qu’il semblait un peu plus calme, et qu’il reprenait notre conversation comme si de rien était. Il était prêt à écouter, maintenant ? Il fallait croire que oui. Il avait fallu le temps. « Ca veut dire que je n’ai pas oublié ce que tu as fait pour moi. » Je n’avais aucune honte à le reconnaître. Je ne cherchais même pas à être gentille avec lui, pour une fois. « J’aurais tenté de tuer Dany à ta place, si tu ne l’avais pas fait, mais j’en serais peut-être morte. Sans doute même. » Je le fixai sans détour cette fois, alors que je m’étais tournée plus ostensiblement vers lui. « J’aurais certainement tenté de te tuer également si tu avais posé la main sur moi, mais tu ne l’as pas fait. Tu as pris soin de moi, tu as veillé sur moi, sans jamais rien me demander en retour. Je t’ai laissé entrer dans ma vie, Joa’… Tu n’es ni l’un de ces cons idéaliste et altruistes qui vont se faire dépouiller et tuer par le premier venu, ni un de ces salopards qui chercheront juste à prendre ce qu’ils veulent et abuser de moi avant de me tuer. C’est pour ça que je suis restée avec toi, même si tu as la violence dans le sang. » Je le repoussai gentiment pour passer après avoir remis mon fusil en bandoulière, pour vérifier à mon tour que la voie était libre. Je refermai la porte du pick-up derrière moi, avant de lui faire face à nouveau, les yeux dans les yeux. « Maintenant, si tu es incapable de te contrôler et que tu cherches encore à me frapper… Tu viendras pas te plaindre si tu finis avec une balle dans le pied. » Je lui rendis un sourire factice, avant de tracer ma route. « Je fais des efforts moi aussi, tu vois ? » J’aurais pu décider de viser plus haut.

Je m’arrêtai devant l’enseigne, levant haut le regard. « Bon, on commence par où ? »


« Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois ils gagnent. »
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby   Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Mirrors show us what we look like, not who we are... | Ruby -
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: