The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -30%
30% sur les abonnements PlayStation Plus & ...
Voir le deal
41.99 €

Partagez
- CRAFTING OF HAPPINESS -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joey A. Adams
Joey A. Adams
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 08/12/2019
Messages : 484
Age IRL : 25
MessageSujet: CRAFTING OF HAPPINESS   CRAFTING OF HAPPINESS EmptyJeu 27 Fév 2020 - 21:54
CRAFTING OF HAPPINESS
Feat Sari Cunningham


23 février 2020 -

Depuis quelques jours, Joey avait l'impression d'être sollicité de toutes parts. Devoir s'occuper de mille choses lui permettaient de reforger son caractère de survivant, appartenant à un groupe, son groupe. De plus en plus, il considérait véritablement The Haven comme un point d'attache et n'imaginait plus une seule seconde partir pour rechercher son ancien groupe. Est-ce qu'il les avait oublié pour autant ? Bien sûr que non. La nuit, il était bien souvent perturbé par une culpabilité qui le rongeait de l'intérieur, sans pour autant se manifester en journée.

Joey avait également beaucoup de choses en tête : depuis cette journée mouvementé où il avait pu profiter du grain de la peau de Selene, le photographe avait l'impression d'avoir un ouragan dans la tête, le transportant d'une pensée à l'autre sans réussir à se calmer et faire le point sur sa propre personne. En plus de Selene, il y avait la fillette dont elle s'occupait, qui avait gagné une place importante dans le cœur du jeune homme. Hope, complètement muette et traumatisé par ce qu'elle avait vécu quelques temps plus tôt, avait une sorte de confiance en Joey qui lui donnait du baume au cœur. Peut-être qu'en un sens elle lui rappelait sa soeur lorsqu'elle était petite, cette soeur dont il rêvait la nuit. Si Izzie avait disparue dans la nature, il y avait une petite fille au campement qui semblait en confiance en présence du photographe qui appréciait passer du temps avec elle.

Joey avait une idée en tête qui lui demandait la plus grande discrétion : un cadeau pour cette petite fille de dix ans, qui aurait bien besoin d'un nouveau compagnon qui aiderait à la rassurer, notamment la nuit. Le jeune homme féru de dessin avait passé un long moment à dessiner des formes cartoonesques qu'il comptait bien fabriquer de ses mains dans le but d'en faire une peluche. Il y avait des formes humanoïdes, qui n'allaient pas selon lui car elles lui faisaient trop penser à une poupée. À 10 ans, on se détache des poupées pensait Joey. Non, il fallait quelque chose de mignon, qu'on laisse traîner dans un lit la journée sans soucis pour venir le serrer contre soi la nuit sans complexes. Un animal adorable serait la meilleure solution. Joey avait donc misé sur plusieurs animaux avant d'hésiter entre un renard et un singe. Il voulait l'offrir à la fillette et lui expliquer que l'animal symbolisait tout le courage qu'elle avait eu mais aussi le côté malin de la fillette qui était en stase dans son esprit et qui, il en était sûr, n'allait pas tarder à se réveiller d'ici peu.

Il lui fallait du tissus coloré, gai, du tissus qu'il pouvait récupérer sur des vêtements qui ne manqueraient à personne ou trop abîmés pour être utilisés par qui que ce soit. La veille, il avait trouvé quelques chutes de tissus qui avaient appartenu à une parure de lit pour enfant. Orange avec quelques petits triangles colorés de part et d'autre. Mais lorsqu'il avait essayé de commencer ses coutures, Joey devait admettre que l'idée était plus facile à coucher sur le papier qu'à mettre au point réellement. Ce soir-là, c'était un Joey en pleine réflexion technique qui croquait quelques détails sur son dessin, portant son choix sur le renard en peluche. Il était assis sur son lit en tailleur, quelques mèches de cheveux lui tombant sur le visage. En levant le nez pour frotter distraitement la gomme au bout de son crayon sur son menton, le photographe aperçu une jeune femme qu'il n'avait encore jamais vu dans le dortoir. Elle venait sûrement d'arriver au sein du Fort Nisqually et semblait concentrée dans son ouvrage, un pantalon apparemment abîmé par les aléas de la vie vraisemblablement.

Joey hésita. Il se souvenait que lorsqu'il avait rejoint le dortoir après être sorti de l'infirmerie, à la fin du mois d'août 2019, il était dans un état complètement différent que maintenant. Il avait apprécié le calme et le tact des autres survivants qui pour la plupart, avaient respecté son air renfrogné, grignoté par les traumatismes qu'il avait vécu quelques mois plus tôt. Peut-être était-ce le cas pour cette jeune femme, mais Joey avait envie, ces derniers temps, d'aller vers les autres. Si elle ne voulait pas discuter, peut-être pourrait-elle au moins lui expliquer comment réaliser certains points qui lui permettrait de réaliser son cadeau pour Hope. Soufflant pour se donner du courage, jamais très à l'aise à l'idée d'engager la conversation, Joey se leva de son lit et se dirigea vers celui de la jeune femme, concentrée sur son projet. "Euh... Salut. Pardon, j'te dérange peut-être..." Commença maladroitement le photographe en frottant sa main libre contre l'arrière de son crâne, mal à l'aise. "Moi c'est Joey. Je t'avais jamais vu dans le coin... Alors... Enfin j'me suis dit si t'avais besoin de quoi que ce soit..." Une manière assez pathétique pour engager la conversation qui montrait toute l'éloquence d'un Joey qui, même s'il se sentait plus à l'aise dans le camp, était toujours quelqu'un d'assez réservé et pas très loquace au premier abord.

Il se risqua à esquisser un sourire maladroit avant de jeter un oeil à l'ouvrage de la jeune femme, sans oser directement lui poser des questions à ce propos.



JOEY ALBERT ADAMS

Revenir en haut Aller en bas  https://mielisonaclod.home.blog/ 
Sari M. Cunningham
Sari M. Cunningham
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/02/2020
Messages : 111
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: CRAFTING OF HAPPINESS   CRAFTING OF HAPPINESS EmptyJeu 5 Mar 2020 - 20:30
Après son arrivée à The Haven, les deux premiers jours avaient été passés à récupérer.

L’épreuve du conseil passée, on lui avait fait une visite du fort. À vrai dire, elle ne se souvenait pas de grand chose, tant son esprit avait été occupé. Tomber sur une communauté aussi vaste que celle-ci, et acceptant de nouveaux membres, c’était une chance inouïe, presque trop belle. Le soir, Sari s’était évanouie, plutôt qu’endormie, dans les dortoirs. À sa grande surprise, le soleil était déjà haut dans le ciel quand elle se réveilla le lendemain. On avait recommandé de la laisser dormir ; elle subissait un violent contrecoup de deux semaines d’efforts, de malnutrition, d’angoisse, de stress et de chagrin.

Les habitants du fort avaient été patients et généreux, lui prodiguant de la nourriture et des soins malgré son inactivité. Trois jours après son arrivée, ses muscles la tiraient encore, mais elle se remettait sur pieds. C’était plus compliqué pour sa mère.

Le quatrième jour, Paige avait pris de la fièvre et avait été déménagée à l’infirmerie. Le médecin s’était voulu rassurant, lui disant qu’elle avait sûrement attrapé froid après leur escapade dans la nature, mais qu’elle guérirait très vite. La jeune femme passa la majorité de la journée à tenir compagnie à sa mère, et la veiller et à lui faire la lecture. Quand Paige s’endormit, Sari se mis en quête de quelque chose à faire. Tout pour ne pas tourner en rond.

Elle s’était changée, à son arrivée, grâce aux habits emportés dans son sac. Cependant, ils étaient plus légers, davantage adaptés à la mi-saison qu’à l’hiver. Ses vêtements chauds avaient été malmenés par deux semaines passées dans la nature, abîmés par les frottements contre les buissons et les branches basses. Son pantalon, fourré à l’intérieur de duvet, comportait un accroc important, qui n’avait cessé de s’agrandir au fil des jours.

Une personne du fort, à qui on lui avait dit de se référer en cas de besoin, lui fournit du fil. Armée de cette bobine et de son kit de couture, elle retourna aux dortoirs, encore vides à cette heure de l’après-midi, pour repriser sa veste. Elle prit son temps, laissant la familiarité des gestes la transporter dans une autre époque, une plus sereine, sans rôdeurs, où la mort ne l’attendait pas à chaque tournant. Elle s’imagina son village balinais, le son de la jungle dans le fond, le bruit des conversations et des rires plus près, portés par une brise douce. Elle s’imagina serrée dans des vêtements traditionnels, bercée par la chaleur de la saison chaude, les pieds dans l’herbe, en train de coudre un pièce qu’elle irait vendre au marché.

Ce genre de rêvasseries, c’était son quotidien durant les deux premières années de l’apocalypse, sombre période où elle passait de groupes en groupes. Elle n’avait pas remarqué leurs disparitions durant les trois ans à la Triade, sa communauté perdue. Les moments d'absence étaient revenues très vite. Fuir la réalité n’était peut être pas sain, mais c’est ce qui la faisait tenir. Elle arriva, déçue, au bout de son ouvrage. Elle passa au pantalon.

La déchirure était plus petite dans son souvenir ; elle nota aussi que la couture de l’ourlet cédait. Elle devrait le refaire, cela lui prendrait plus de temps que prévu. Cette fois, pas de rêveries. Elle s’attela à la tâche, tandis que le jour s’étirait, essayant de rendre la couture aussi discrète que possible. Ce n’était pas parce qu’elle était une survivante qu’elle devait absolument y ressembler. Elle avait même réussit à dégoter un fil de la bonne couleur ! Un bruissement de tissus la tira de sa concentration.

Un homme de son âge -non, plus jeune- l'approcha. Il lui sembla nerveux, impression confirmée par sa présentation maladroite. Depuis son arrivée, on avait pas cherché à engager la conversation avec elle. Cependant, ses yeux cernés et son expression terne, voire -elle le reconnut avec un peu de honte- complètement fermée, n'étaient des plus engageantes. Elle n'avait pas non fait des efforts pour s'intégrer, sans savoir ce qui la retenait vraiment. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas vu d'autres personnes non-hostiles que les membres de la Triade. Voir autant de nouveaux visages lui donnait le tournis. Elle n'était pas sûre d'être prête.

Ce fut paradoxalement cette gêne chez son interlocuteur qui réveilla la Sari d'avant. Celle qui arborait toujours un  sourire radieux, qui avait un grand sens de l'hospitalité, qui faisait sa priorité de mettre l'autre à l'aise. Se glissant dans sa peau de balinaise avenante, elle répondit gracieusement, sans se rendre compte que sa main s'accrochait à son aiguille et à son fil comme à une corde de secours.

« Merci, Joey. Je m'appelle Sari. » D'ordinaire, elle se présentait toujours avec son nom complet, mais comme il ne l'avait pas fait, elle le suivit, ne voulant pas accentuer son malaise. « Je suis arrivée ici il y a quatre jours, » ajouta-t-elle, comme pour justifier le fait qu'il ne l'avait pas vue avant. Et quelles circonstances l'avaient amenée ici. Le sourire chaleureux trembla un peu. « Avec ma mère. » Seulement elle. Voyant le regard brun glisser vers son ouvrage, elle répondit à la question silencieuse. « Deux semaines dans la nature. » Elle haussa les épaules. « Des buissons, peut-être des ronces. »
Revenir en haut Aller en bas  
Joey A. Adams
Joey A. Adams
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 08/12/2019
Messages : 484
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: CRAFTING OF HAPPINESS   CRAFTING OF HAPPINESS EmptyJeu 5 Mar 2020 - 21:54
CRAFTING OF HAPPINESS
Feat Sari Cunningham


Si Joey n'était pas un bavard, il était soulagé que la jeune femme lui réponde aussi facilement. Il ne sait pas vraiment comment il aurait pu réagir si ça n'avait pas été le cas - probablement aurait-il simplement tourné les talons, embarrassé. Ainsi donc, sa nouvelle colocataire d'infortune s'appelait Sari et était toute nouvelle arrivante au campement. Joey ne pouvait que comprendre tout le mal qu'elle pouvait rencontrer à l'idée de parler à toutes ces nouvelles personnes qui l'entouraient.

Joey se souvenait : quand il était arrivé au campement en août dernier, le simple fait que de se retrouver entouré de nombreux survivants du campement lui donnaient le tournis. Ce n'était pas simplement sa blessure qui l'avait mis dans cet état là, c'était un tout : la chaleur, le choc d'être tiré d'affaire, mais aussi et surtout le traumatisme des événements qui lui étaient arrivés. Depuis, Joey faisait de gros efforts. Il n'arrivait cependant pas encore à parler de certaines choses, notamment de sa mère, qu'il avait totalement abandonné dans une Eglise après l'avoir laissé se transformer. Seul Ludwig était au courant de son secret. Pour la disparition d'Izzie, Joey commençait à s'ouvrir peu à peu. Seulement, il refusait de se confier à propos de ses terreurs nocturnes et de ses démons à Mary, pourtant fine psychologue. Il n'y arrivait simplement pas.

Alors, vivant toutes ces choses, le jeune photographe ne pouvait que compatir au mal d'intégration de la jeune femme. Joey lui adressa un sourire en coin avant de hausser les sourcils de surprise. Cela ne faisait que quatre jours... « Je vois... J'espère que ça va du coup... Ça peut faire... Bizarre de se retrouver ici avec tous ces gens autour. » Joey eut un sourire maladroit, se passant la main derrière la nuque en se frictionnant la base du crâne d'un air gêné. Lorsque Sari mentionna sa mère, le photographe eut le cœur serré... Elle n'était pas arrivée seule. « Oh... Très bien ! J'veux dire... C'est rassurant. Enfin... Enfin tu m'as compris quoi. » Le Joey d'antan, aussi timide qu'un garçonnet refaisait surface : décidément, Joey n'était pas bien doué pour engager la conversation, ni pour dissimulé le fait qu'il n'avait pas spécialement envie de discuter de sa famille en retour.

Il jeta un oeil aux vêtements de la jeune femme, plus particulièrement ce pauvre pantalon qui avait connu des jours meilleurs. Il fit la moue en observant le pantalon et s'autorisa une question : « Tu t'y connais en couture ? » Joey s'accroupit près du lit où elle était assise, avant de tater la poche de son sweatshirt. À l'intérieur, il y avait son petit carnet de croquis qu'il avait glissé à l'intérieur avant de se lever pour se diriger vers Sari. « Pardon... J'te dérange peut-être. J'voudrais pas t'ennuyer... » Marmonna-t-il à demi-voix, de peur de braquer la jeune femme avec sa question si soudainement plongée dans le vif du sujet. Pour la confiance en soi, il y avait encore pas mal de travail. Il fallait simplement que notre Joey se sente un peu plus à l'aise.



JOEY ALBERT ADAMS

Revenir en haut Aller en bas  https://mielisonaclod.home.blog/ 
Sari M. Cunningham
Sari M. Cunningham
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/02/2020
Messages : 111
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: CRAFTING OF HAPPINESS   CRAFTING OF HAPPINESS EmptyDim 15 Mar 2020 - 22:10
Joey sembla se détendre un peu. Sari saisis l’occasion pour l’observer un peu plus. Entre sa carrure qui, sans être frêle, ne ressemblait pas à celle d’un combattant, et la nervosité que donnait une simple conversation, il était loin du stéréotype que Sari pouvait se faire d’un survivant à l’apocalypse. Ce n’était pas péjoratif. Sari elle-même n’aurait jamais pensé survivre aussi longtemps. Si durant trois ans, la peur de rejoindre les millions - non, les milliards - de morts l’avait épargnée, elle avait la sensation qu'un compte à rebours avait redémarré. Une horloge inéluctable, qu’elle aurait trompé, moqué, en vivant en sursis. Sa survie, elle n'en méritait pas grand crédit, elle en était consciente. Elle la devait à tous ceux qui avaient pris les armes pour la maintenir en vie, au début de l’apocalypse, alors qu’elle était prête à se laisser aller au désespoir. Ceux comme son père, convaincus que les gens comme elle méritaient d’être protégés.

Sari avait pensé, au début de l’hiver 2015, que toutes les personnes pacifistes, compatissantes, fragiles, empathiques… en bref, toutes celles qui n’étaient pas prêtes à commettre les pires horreurs pour survivre, disparaîtraient dans les mois qui suivraient... à l’exception de quelques chanceux protégés par d’autres, moins scrupuleux. C’était peut-être un jugement hâtif, mais ce Joey ne lui semblait pas appartenir à cette dernière catégorie. Sari se demanda donc quelle force de caractère il pouvait bien cacher pour avoir tenu aussi longtemps.

Il la tira de ses pensées, en commentant que ça pouvait faire bizarre de se retrouver avec autant de gens autour. C’était un euphémisme. « C’est la première fois depuis le début de l’apocalypse que je rencontre une communauté aussi vaste. De là d’où je viens, nous étions quatorze, et je nous pensais déjà nombreux. »

Sari avait voulu dire ça d'un ton léger, pour faire la conversation, mais fut obligée de constater son échec. De nouveau, le sourire qui flanche, les mains qui tremblent, les larmes qui montent.  D’un geste vif, elle tira sur son aiguille, reprenant son geste là où elle l’avait interrompu. Le fil s’engouffra à l’intérieur de la toile du pantalon, disparaissant aussi rapidement que ses émotions parasites. Il fallait qu’elle enfouisse tout, ce n’était pas le moment. Surtout qu’elle avait perçu chez son interlocuteur un malaise, ou de la pudeur, lorsqu’elle avait évoqué sa mère. Si l'interrogation se lu un instant dans ses yeux, elle n'écouta pas sa curiosité. Tous les survivants, après cinq années de pandémie, de lutte pour la survie dans ce contexte absurde, absolument tous avaient perdu quelqu'un. Elle était assez délicate pour ne pas aborder de sujet sensible avec un inconnu, et encore davantage lorsque la disparition de ses propres proches était aussi fraîche.

Sari cherchait un moyen de changer de sujet quand il lui donna un beau prétexte, en lui demandant de but en blanc si elle s'y connaissait en couture. Elle battit des paupières, déroutée. « Oui, je m’y connais. » Une fois la surprise passée, ravie que la conversation se dirige vers un terrain plus neutre, où elle serait plus à l’aise, elle ajouta avec humour : « Du moins, je l’espère pour toutes les personnes qui ont fait appel à mes services dans le passé. »

Voilà qu’il s’interrompait sur sa lancée pour s’enquérir de son état. Si Joey paraissait plutôt maladroit, il restait prévenant. Elle allait répondre par automatisme, avec un grand sourire, que non, bien sûr, mais les mots ne franchirent pas ses lèvres. À la place, la réponse fut plus subtile, plus sincère : « Si tu me dérangeais, je te l’aurais déjà fait remarquer. » Ne voulant pas le brusquer, elle s’empressa d’ajouter, les yeux ronds : « Avec douceur, bien entendu ! »

Elle lâcha finalement son ouvrage, le posant à ses côtés. « Pourquoi ? » sourit-elle, se référant à la précédente question du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas  
Joey A. Adams
Joey A. Adams
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 08/12/2019
Messages : 484
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: CRAFTING OF HAPPINESS   CRAFTING OF HAPPINESS EmptyDim 15 Mar 2020 - 23:34
Crafting of Happiness
Feat Sari Cunningham


Le fait que Sari le jauge du regard intimida le jeune photographe. Il se trouvait aventureux de s'être accroupi si vite, sans vraiment savoir si elle voulait bien qu'il reste. Mais lorsqu'elle se confia à lui sur ses premières impressions sur le groupe, Joey releva la tête vers elle, avec un sourire timide en coin. « J'étais dans un groupe d'une quinzaine de personnes aussi. Au début, voir autant de monde ça donne le tournis ! » Raconta alors le photographe en laissant échapper un petit rire. C'était un rire mélancolique : il avait perdu sa mère, sa soeur, son groupe entier avant de débarquer malgré lui dans ce groupe de survivants.

Joey se détendit un peu en soufflant, avant d'attendre comme le résultat d'un examen médical de savoir si Sari était douée ou pas en couture. Quand elle plaisanta au sujet du fait d'être seule, Joey cligna plusieurs fois des yeux avant de laisser échapper un rire très léger, cette fois un peu plus convainquant. « Oh... Peut-être tu pourrais m'aider dans ce cas. » Joey soupira, regarda autour de lui comme pour vérifier qu'on ne pouvait pas les entendre et s'installa en tailleur près de Sari qui était assise sur son lit.

« Je voulais fabriquer un cadeau... Un... Enfin. C'est pour une enfant. » Il plissa les yeux en souriant, à moitié mal à l'aise, à moitié content de pouvoir parler de son petit projet personnel. Il sortit d'un air distrait son carnet à dessin et montra les différents croquis de la peluche en forme de renard que Joey essayait de mettre au point. « Tu vois, j'ai essayé de faire de formes simples, je m'étais dit que ça aurait été plus facile à coudre... Sauf que quand j'ai essayé, j'me suis aperçu qu'en fait, j'avais jamais essayé de coudre avant... » Joey évita de regarder Sari dans les yeux, de peur qu'elle ne le juge, avant de hausser les épaules : « Je fais de la menuiserie, je bricole plein de trucs, mais j'sais pas... J'arrive pas avec la couture. »

Il fit un petit bond pour s'approcher du lit de Sari tout en conservant sa position avant de tendre le carnet pour qu'elle le lui prenne des mains. « C'est important... » Murmura-t-il davantage pour lui-même que pour Sari, en regardant le pieds du lit de Sari, en pensant à cette petite fille prostrée qu'il avait trouvé dans la glacière, plongée dans un profond mutisme depuis plusieurs mois, depuis qu'elle avait vécu les pires choses imaginables.



JOEY ALBERT ADAMS

Revenir en haut Aller en bas  https://mielisonaclod.home.blog/ 
Sari M. Cunningham
Sari M. Cunningham
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/02/2020
Messages : 111
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: CRAFTING OF HAPPINESS   CRAFTING OF HAPPINESS EmptyJeu 19 Mar 2020 - 18:47
Joey semblait s’ouvrir un peu. Cela réchauffa le cœur de Sari, mais pas autant que la demande du jeune homme. Malgré sa fatigue et ses muscles tendues, elle se sentie revigorée. Ravie d’être utile, elle accepta aussitôt, sans même attendre des précisions sur la nature du projet dans lequel elle s’engageait. Joey s’approcha pour le lui présenter. Entre leur air presque conspirationniste et la façon dont ils étaient disposés autour du lit, Sari nota avec amusement qu’on pourrait presque les méprendre pour deux adolescents réunis pour une soirée pyjama. Un semblant de normalité au milieu du chaos.

Elle retrouva son sérieux lorsque Joey lui expliqua qu’il voulait fabriquer une peluche pour un enfant, et lui montra ses croquis. Si l’intention était adorable, le petit renard schématisé sur les pages du carnet l’était tout autant. Joey ajouta cependant, avec un regard fuyant, qu’il n’avait jamais cousu auparavant, se justifiant presque en mentionnant ses autres compétences. Ainsi, il faisait de la menuiserie ? Si la situation s’y prêtait, elle aurait applaudi avec ravissement. Un autre amateur de travaux manuels !

« J’ai aussi un intérêt pour la menuiserie, » confia-t-elle, le regard brillant. « Peut-être pourras-tu me montrer un jour comment tu travailles. Je suis sûre que nous avons des techniques très différentes. Je suis aussi preneuse d’une démonstration de bricolage, en général ; j’ai bien peur que mes connaissances ne limitent qu’au bois. » C’était une porte ouverte, une offre d’échanges pour lui montrer qu’il n’avait ni à se dévaloriser, ni à se sentir redevable. Apprendre et transmettre. C’était dans l’ordre naturel des choses, une pratique immuable à laquelle elle serait honorée de participer.

« La couture est moins accessible à un apprentissage autodidacte qu’il n’y paraît, mais les bases ne restent qu’un ensemble de techniques à apprendre. Je peux te montrer comment faire des points, des nœuds, et te guider dans l’assemblage des différentes pièces de tissus. »

Sari prit le carnet avec délicatesse, à deux mains, lorsque Joey le lui tendit, murmurant que c’était important. Elle releva la tête des dessins, curieuse, avant de lui demander : « Cet enfant… Est-ce le tien ? » Elle poursuivit aussitôt, avec douceur, posant avec prudence chaque mot : « Je m’excuse si ma question paraît indiscrète. Dans ma culture maternelle, les enfants sont un sujet de conversation privilégié. »

Un bel euphémisme qui signifiait en réalité « véritable obsession partagée par toute ma famille, les villages environnants et globalement, l’île entière ». Sari tapota le carnet, revenant à la couture : « Tes schémas sont logiques, bien conçus, tu as une bonne base. » Elle les examina plus longuement, avant de continuer : « Pourrais-je voir les tissus, le fil et le rembourrage que tu comptes utiliser ? As-tu des épingles avec toi ? Cela serait plus facile pour maintenir les pièces en place. »
Revenir en haut Aller en bas  
Joey A. Adams
Joey A. Adams
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 08/12/2019
Messages : 484
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: CRAFTING OF HAPPINESS   CRAFTING OF HAPPINESS EmptyJeu 19 Mar 2020 - 21:13
Crafting of Happiness
Feat Sari Cunningham


le fait que Sari se montre si enthousiaste à l'idée de parler et de participer au projet de Joey faisait chaud au coeur. Le jeune photographe ne put s'empêcher d'esquisser un sourire en coin en voyant le regard de la jeune femme s'illuminer. Lorsqu'elle lui dit s'y connaître également en menuiserie, Joey haussa les sourcils avec un sourire enthousiaste qui s'élargissait au fur et à mesure. « J'ai vraiment appris sur le tas... » Avoua Joey en baissant la tête, un sourire gêné sur le visage. « Mais oui, je pourrais te montrer ce que j'ai fait dans la salle des enfants, j'ai pas mal bossé là-dedans. » Expliqua-t-il en haussant les épaules. Si cela lui disait bien évidemment, Joey n'était pas du genre à forcer la main.

Il écouta attentivement les conseils de Sari en hochant la tête, tripotant machinalement les pages de son carnet. « C'est surtout que pour débuter, mon projet est pas hyper facile... » Avoua Joey en haussant de nouveau les épaules, conscient que le challenge n'était pas destiné aux novices de la pratique. Mais Joey était décidé à réaliser ce petit renard, pour Hope, parce qu'elle méritait que ses nuits soient plus douce. Parce qu'il avait gagné naturellement sa confiance, sans véritablement la vouloir et qu'il souhaitait lui apporter ce qu'il pouvait de positif.

La question de Sari fit rougir Joey, comme un enfant avouant cacher un lourd secret pourtant si futile aux yeux des adultes. « Non. C'est une gamine du camp. Elle a vécu plein de trucs horribles tu vois.. Et... Elle me fait confiance. » Joey entortilla ses doigts d'un air gêné et haussa les épaules. « J'veux juste qu'elle passe des bonnes nuits tu vois. » Joey releva la tête timidement vers Sari et esquissa un sourire avant de se pencher sur son carnet, sa tête près de la sienne, concentrés sur la même besogne.

« Viens, mon lit est juste là, je te montre. » Dit alors subitement Joey, plein d'enthousiasme en se levant. Tout son petit nécessaire était entassé dans le tiroir de la petite table de chevet qui constituait son petit coin à lui. Il s'assit sur son propre lit et sortit ce qu'il avait amassé pour le projet : du tissus assez épais, du rembourrage provenant d'un oreiller qui n'avait plus vraiment bonne mine, un petit kit de couture qu'on lui avait prêté et qui contenait deux/trois aiguilles, du fil noir et deux ou trois épingles. Joey lui montra et désigna une vieille chemise ringarde qu'il avait dégoté dans le débarra à vêtements : « J'ai aussi quelques boutons à récupérer sur cette veste, pour les yeux et le nez. » Dit-il en relevant la tête vers sa nouvelle camarade, les yeux plein d'espoir. « Tu penses que ça peut le faire ? »



JOEY ALBERT ADAMS

Revenir en haut Aller en bas  https://mielisonaclod.home.blog/ 
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: CRAFTING OF HAPPINESS   CRAFTING OF HAPPINESS Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- CRAFTING OF HAPPINESS -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: