The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -36%
Aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V9
Voir le deal
166.49 €

Partagez
- Keepin' it cool -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 1200
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Keepin' it cool   Keepin' it cool - Page 3 EmptyMar 5 Mai 2020 - 23:15
Le visage rougi à cause des efforts qu’il déployait pour transporter ce foutu frigo dans les escaliers, Valérian s’était finalement avoué vaincu - tandis que sa détermination, ou ce qu’il en restait, était achevée, raillée et piétinée aussi bien par le sarcasme de Joaquin que par le poids de cette saloperie. Qu’ils aillent se faire voir, tous les deux ! songea le grec, absolument furieux, tout en déposant difficilement la chose dans les escaliers avant de se redresser pour masser son dos endolori. Merde, il lui faudrait bientôt une canne à ce rythme-là ! Un peu plus et il se brisait les vertèbres, c’était certain !

Tandis que Joaquin s’appuyait avec nonchalance contre le frigo, Valérian serra les poings et le fusilla du regard. La mine hilare, l'hispanique le railla alors ouvertement et souligna sans détour le fait qu’il aurait été nettement plus simple pour le grec de se placer à l’avant du frigo plutôt qu’à l’arrière.

« Je… » bredouilla alors Valérian, décontenancé, tandis que son visage prenait une dangereuse teinte cramoisie. S’il était furieux, le grec ne trouva cependant rien à répliquer. Il était en effet parfaitement conscient de sa propre bêtise et du ridicule dans lequel il s’était drapé. Une fois de son plus, son ego démesuré avait pris le dessus sur la raison et lui avait donné des ailes. Et il s’en mordait les doigts, à présent !

« Je… (le grec hésita une nouvelle fois avant de passer à l’attaque) J’ai simplement besoin de faire une pause, merde ! Je suis parfaitement capable de porter cette saloperie jusqu’au pallier ! » vociféra alors Valérian, dans un ultime élan de mauvaise foi : « On irait beaucoup plus vite, d’ailleurs, si tu m’aidais un peu, enfoiré ! » enfonça t-il le clou, véritablement furibond : « Au lieu de te foutre de ma gueule ! »

Si ses mains tremblaient, ce n’était plus à cause de l’effort. Non, Valérian était hors de lui ! Cette situation était parfaitement humiliante et le sourire narquois de Joaquin lui faisait, en outre, l’effet d’un tison qui exacerbait cette honte, cette colère qu’il sentait bouillir en lui. S’il n’y avait pas eu ce frigo entre eux, le grec se serait probablement jeté sur son partenaire pour lui faire regretter ses railleries. C’était dire à quel point il était excédé !
 
Sur le pallier, Neil s’était immobilisé, la main dans son paquet de bonbons, et observait la scène, les yeux écarquillés : « Euh… Calmez-vous, les gars. » bredouilla t-il, hésitant manifestement à aller chercher des renforts.

Ni une ni deux, Valérian se tourna vers Neil et s’écria : « TA GUEULE, NEIL ! »

Alors qu’il braquait à nouveau son regard en direction de Joaquin, furieux, la mâchoire du grec manqua soudain de se décrocher : loin de perdre la face, l’hispanique lui avait en effet tout bonnement proposé d’aller chercher Ruby ou Yulia pour le remplacer et faire le travail à sa place. Que venait-il de dire ? Les yeux ronds, Valérian fixa sans mot dire Joaquin et papillonna des cils d’un air parfaitement ahuri. Il avait osé ?

Un silence s’abattit alors sur la cage d’escaliers, pendant lequel personne ne se risqua à faire le moindre geste : parfaitement immobile, Valérian fixait Joaquin - et vice-versa, tandis que Neil les dévisageait tous deux nerveusement, son paquet entre les mains : « Espèce de salaud… » fut tout ce que marmonna finalement Valérian, tandis qu’apparaissait un sourire incrédule au coin de ses lèvres : « Espèce d’enflure ! » ajouta t-il plus franchement avant de se fendre, contre toute attente, d’un rire franc.

Jusqu’alors sur la défensive, l’attitude de Valérian changea du tout au tout : victime d'un brusque accès d'hilarité, il dut en effet prendre appui sur le frigo, tandis que sa cage thoracique était secouée d’incontrôlables spasmes et que des larmes apparaissaient au coin de ses yeux : « Ah ah ! Oh, merde… » haleta t-il difficilement avant d’articuler : « Tu me paieras ça, Joaquin ! Les filles… C’est la meilleure. »

Il craquait pour de bon.

Recouvrant finalement son calme, Valérian secoua la tête, toujours aussi incrédule, puis leva un regard espiègle vers Joaquin : « Très bien. Changeons de place, espèce de salaud. Mais je te préviens : si je vois encore un sourire narquois suspendu à tes lèvres, je lâche sans hésiter cette saloperie de frigo. On verra bien qui rigole, alors ! »


You wear your honor like a suit of armor. You think it keeps you safe, but all it does is weigh you down - George R.R. Martin.
Revenir en haut Aller en bas  
Joaquin Hernandez
The Exiles
Trader
Joaquin Hernandez
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 29/12/2019
Messages : 628
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: Keepin' it cool   Keepin' it cool - Page 3 EmptyDim 17 Mai 2020 - 18:15
Je me demande à quel moment ça va merder. Ou déraper suffisamment pour qu’un truc qui me fait marrer comme jamais tourne mal. Parce que ouais, ça tourne toujours mal. Quand j’arrête de faire mon bourru, quand je me mets à déconner et à me sentir à l’aise, généralement, c’est là que je me prends une grosse tarte de la part de ce putain de karma de merde qui me rappelle quelle est ma vraie place. Et autant dire que c’est jamais bien glorieux. Et là, ça fait des mois que ça va de mieux en mieux. Que je commence à me sentir moi-même, que je me dis que je suis peut-être pas juste un connard ingérable et que je peux arriver à construire un truc.

Alors je me dis que ouais, j’aurais mieux fait de la fermer, de porter ce foutu frigo sans faire de commentaires. Le bon petit toutou ouais. Qui obéit bien au patron sans rien dire. Ca je sais bien faire en temps normal. Mais j’ai peut-être été trop con à croire que je pouvais faire autre chose finalement. Je me fige totalement quand il commence à gueuler et que je le vois bouillir sur place. Et je sens mes muscles se tendre, comme si j’attendais le moment où il allait se jeter sur moi. Heureusement que le frigo est entre nous. Je hausse les épaules en direction de Neil, qui, comme moi, attend de voir ce qui va se passer et s’attend probablement lui aussi au pire.

Et je fronce les sourcils quand Valérian finit par rompre le silence. Mes mâchoires se contractent et j’en viens même à sursauter quand il se met à rire. Dans le genre animal sauvage apeuré, je crois que je me pose là. Putain, j’avoue que je sais même pas comment réagir au final, alors qu’il se marre tellement qu’il s’appuie sur le frigo. Je bats des cils en le regardant, toute envie de me foutre de lui envolée alors que je sais toujours pas s’il a envie de me casser la gueule ou autre. Qu’on soit d’accord, je suis bien conscient que j’aurais aucun mal à l’éclater contre le mur. Mais j’en ai pas envie, même si je suis totalement largué là.

Je finis par piquer du nez un instant, sans bien savoir quoi faire. Avant qu’il ne reprenne encore la parole. Et si son regard s’est fait espiègle, je me dis que le mien doit plus dire grand-chose là. J’essaie quand même vaguement de me bricoler un sourire, comme si tout roulait, avant de désigner un coin du frigo puis la marche sur laquelle il est posé. « Arrange-toi pour le déposer là, le temps que je contourne. » Je me débarrasse de mes gants et je lui lance, le regard toujours fuyant. « Tiens. Là et là. Les points d’appui. » Qu’il s’inquiète pas, il est pas prêt de le revoir le sourire narquois. J’attends qu’il s’exécute et je prends appui sur le frigo pour passer par-dessus. Je me retrouve à sa hauteur et je désigne la place que je viens de quitter d’un mouvement du menton, me contentant de souffler, d’une voix neutre. « Tu me dis quand t’es prêt. » Ouais, moi non plus je m’attendais pas à ce que ça se passe comme ça. Et je me retiens à grand peine de mettre un grand coup de pied dans ce putain de frigo de merde.


« Nous sommes chacun notre propre démon et nous faisons de ce monde notre enfer. »
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 1200
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Keepin' it cool   Keepin' it cool - Page 3 EmptyVen 29 Mai 2020 - 23:26
Alors qu’il couvait l’hispanique d’un regard malicieux, Valérian fut surpris de voir Joaquin tout à coup se renfrogner et disparaitre derrière une expression maussade résolumment hermétique. Un éclat d’incertitude mêlé de crainte brilla l’espace d’une seconde dans le regard sombre de l’hispanique, avant de s’éteindre à son tour - laissant place à une muette et profonde résignation.

Ce brusque changement de comportement fit l’effet d’une douche froide à Valérian qui contempla sans mot dire son partenaire : Que s’était-il passé, exactement ? Un instant, Joaquin se moquait de lui et faisait preuve d’un culot outrageux ; et l’autre il rebroussait brusquement chemin, la queue entre les pattes, comme s’il avait été frappé en plein visage par Valérian. De toute évidence, l’hispanique regrettait s’être laissé aller en sa compagnie et s’engonçait à présent dans une muette soumission avec l’espoir de se faire oublier - voire de disparaitre de la vue de Valérian. C’était surprenant. Déconcertant, vraiment.  

Les lèvres pincées, Valérian s’interrogea alors : qu’avait bien pu vivre Joaquin pour que de tels réflexes soient ancrés en lui et le commandent avec autant de facilité ? En un claquement de doigts, son audace avait en effet disparu au profit d’une peur poignante - viscérale, dont le grec discernait sans mal les remous dans l’attitude aussi bien muette que prostrée de l’hispanique. C’était lui qui avait causé ça ? À cause de ce ridicule élan de colère qu’il n’avait su contenir au fond de lui et qui avait jailli de ses tripes de façon tout à fait inopportune ? Pourquoi avait-il réagi de la sorte, au juste ? Pour dissuader Joaquin d’abîmer davantage son ego quant l'hispanique avait, au contraire, eu toutes les raisons de le faire ? Quel crétin il faisait, vraiment !  

Au sourire crispé de Joaquin, Valérian eut quant-à lui l’air penaud : « D’accord. » marmonna t-il simplement avant de s’exécuter et de déplacer le frigo pour permettre à l’hispanique de le rejoindre. Au fond de lui, le grec sentait une insidieuse culpabilité le gagner et serrer ses lèvres en une ligne nette et contrite. Il ignorait cependant quoi dire pour désamorcer cette embarrassante situation - ce malaise qui creusait entre eux un fossé et s’épaississait à mesure que s’éternisait ce silence absurde. Vite, il fallait dire quelque chose ! Mais quoi ?  

« Merci. » bredouilla t-il en attrapant maladroitement les gants de Joaquin, avant de se glisser à son tour par-dessus le frigo pour prendre la place de l’hispanique. Un nouveau silence s’installa entre eux, pendant lequel ils se dévisagèrent gauchement, puis Valérian fit signe à son partenaire qu’il était prêt. Quel idiot ! Pourquoi ne disait-il rien ? Lui qui avait d’ordinaire la langue si pendue ! Son propre comportement lui échappait et le grec se sentait, à vrai dire, parfaitement désemparé face au mutisme de Joaquin.    

Être placé à l’avant de frigo simplifia sensiblement la tâche à Valérian qui se retint cependant de pousser de nouveaux jurons tandis qu’ils progressaient silencieusement dans l’escalier. Ce faisant, il réfléchit activement à ce qui venait de se produire et se maudit intérieurement de son incapacité à enrayer ce malaise.

Après quelques minutes de labeur, les deux partenaires atteignirent finalement le pallier où ils déposèrent avec un infime soulagement le frigo et se redressèrent - aussi bien échevelé qu’essoufflé dans le cas de Valérian : « Merde, il était temps ! » grimaça t-il en reprenant difficilement son souffle, les mains sur les rotules.
 
Son regard croisa alors celui de Joaquin et Valérian se mordit les lèvres : « Écoute, euh… » Merde, c’était plus difficile encore à dire qu’il ne l’avait imaginé : « Je suis, euh, désolé de m’être comporté comme un crétin. Je n’aurais pas dû m’emporter comme ça. Ton comportement était justifié. Et, euh, voilà... C’est ce que je voulais te dire, en fait. » Acheva t-il maladroitement en haussant les épaules avec l'esquisse d'une désinvolture qu'il était loin de ressentir.


You wear your honor like a suit of armor. You think it keeps you safe, but all it does is weigh you down - George R.R. Martin.
Revenir en haut Aller en bas  
Joaquin Hernandez
The Exiles
Trader
Joaquin Hernandez
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 29/12/2019
Messages : 628
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: Keepin' it cool   Keepin' it cool - Page 3 EmptyDim 31 Mai 2020 - 12:17
Y a des souvenirs qu’on aimerait garder éloignés, qu’on pensait avoir oubliés. Autant dire que j’en ai un paquet en stock des comme ça. Parfois, c’est parce que j’aimerais juste ne pas repenser à des moments agréables de ma vie bien trop peu nombreux, mais là pour le coup, c’est pas vraiment le cas. C’est même tout le contraire putain. Le pire ? C’est que je vois bien que Valérian a pas pigé ce qui me passe par la tête. En vrai, je suis pas sûr de bien piger moi-même. Comment je peux expliquer que c’est juste des putains de réflexes, que je pensais disparus depuis le temps ?

Etre un bon toutou, obéir à ceux qui ont le pouvoir, ne pas les contrarier. Les règles de base quoi. Que ce soit en taule ou dans un gang. Au fond, ça change pas grand-chose que ce soit l’un ou l’autre. Mais ça reste un truc difficile, pour pas dire impossible à expliquer à des types comme Valérian, qui ont jamais eu à s’écraser pour sauver leur cul. Et puis, vu le profil, soit il se ferait buter direct, soit il prendrait le lead. Le genre de petit mec hargneux capable de buter le type qui se serait foutu de lui devant tout le monde, juste pour rappeler qui est le patron. Pourtant, je sais bien qu’il est pas comme ça. J’ai l’esprit tellement embrouillé que j’arrive même pas à être cohérent en vrai, je m’en rends bien compte.

L’ambiance est sacrément pesante alors qu’on finit de grimper les escaliers. J’inspire longuement alors que je le redresse et je regarde le bestiau, la mine dubitative. « Faudra pas qu’on le branche de suite. » Ouais, je sais, j’aurais pu faire mieux niveau répartie, mais j’arrive encore pas vraiment à trouver les mots sur tout ça. Je sais même pas si ça en vaut vraiment la peine en vrai. Je suis sur le point de me tirer sans demander mon reste, quand Valérian prend la parole. Et je me fige avant de soupirer longuement. Je me passe une main sur le visage avant de secouer la tête. « C’est… pas toi. » J’hésite un instant avant d’ajouter, d’un ton un peu bourru. « On a bien bossé. » Je fais quelques pas après avoir récupéré les gants, avant de finir par inspirer et par me tourner vers lui. « Quand j’étais gamin, notre famille a tapé dans l’œil du dealeur du coin. Le genre belle gueule qui avait tout ce qu’il voulait. On pouvait se marrer avec lui mais, dès qu’il avait l’impression que c’était contre lui, ça partait en couilles. Je me rappelle qu’il avait déboité la gueule de ma sœur, sa femme donc, parce qu’il considérait qu’elle l’avait humilié en public. En taule, c’est pas mieux. Que ce soit les matons ou les gros caïds, quand tu l’ouvres pour balancer un mot d’esprit et qu’ils ont l’impression que ça froisse leur égo ou leur putain d’image, tu le paies, d’une façon ou d’une autre. Et autant dire que les nuits qui suivent sont pas celles que t’as envie de garder à l’esprit. » Je fronce les sourcils, avant de grimacer. « Le chef de notre groupe a déjà flingué des types juste parce qu’il trouvait qu’ils leur manquaient de respect pour une blague à la con. »

J’ai un sourire sans joie et je reprends, essayant de me faire un peu moins bourru. « J’essaie de me persuader que t’es pas comme ça. Mais on se connait pas vraiment. Et le meilleur réflexe quand t’as face à toi un type qui pète un câble quand tu te fous de lui et quand tu le connais pas, c’est de la fermer en espérant que ça passe sans que tu sois celui qui se fera flinguer sans raison. Ou viré de la distillerie. » Evidemment que j’en suis venu à me demander si Valérian pourrait pas me dégager juste pour un putain d’égo froissé. Ce serait carrément pas le pire truc que j’ai vu. « J’ai pas dit que j’étais logique. Ou cohérent. J’ai juste… besoin de temps. C’est différent ici. Vous êtes différents. Mais je dois encore l’accepter. » Et accepter l’idée que je peux vraiment avoir une place ici. J’ai un temps avant de souffler un rire. « J’ai beaucoup trop causé putain. Je m’occuperais de caler le frigo dans la cuisine après, faut que je souffle un peu là. Saut si t'as un autre truc à faire et que t'as besoin de moi. » Je pensais pas parler de moi autant, ou de cette façon. Enfin, c’est fait. Je me dis qu’après tout ça, il prendra pas ombrage que je me tire là non ?


« Nous sommes chacun notre propre démon et nous faisons de ce monde notre enfer. »
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Keepin' it cool   Keepin' it cool - Page 3 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Keepin' it cool -
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: 
- Seattle -
 :: South-East :: Georgetown :: The Exiles
-
Sauter vers: