The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -46%
Vélo électrique 26′ VELOBECANE -7 ...
Voir le deal
649.99 €

Partagez
- La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ruby Finley
The Exiles
Trader
Ruby Finley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/01/2020
Messages : 1449
Age IRL : 31
MessageSujet: La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés   La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés EmptyLun 3 Fév 2020 - 20:46
Je sursautai subitement, le cœur battant la chamade.
J’ouvris les yeux sur le noir complet, ce qui m’angoissa encore plus. J’étais persuadée d’avoir entendu un coup de feu, mais il avait résonné au lointain. J’avais halluciné ? Peut-être. J’étais tellement… Fatiguée. J’ouvris un peu mon sac de couchage, dans une vaine tentative pour m’en extraire, avant de sentir le froid s’insinuer partout. Des travaux de réaménagement… Tu parles ! Il fallait tout refaire ici. Ca ne servait à rien de remettre l’électricité sans une bonne isolation. Le bâtiment allait disjoncter en permanence.

Je me redressai en position assise pour vérifier par la fenêtre. Il faisait encore nuit noire à l’extérieur. Quelle heure était-il exactement ? Trois heures… Quatre heures peut-être ? A priori, tout était calme à la distillerie. J’étais prise de vertige, rien qu’avec ces quelques mouvements. Je manquais clairement de sommeil. Dire que ce n’était que la première nuit que je passais ici… J’allais vraiment pouvoir continuer, rester ici, avec la boule au ventre ? Joaquin dormait dans la pièce d’à côté. Je me demandais constamment si Dana n’allait pas finir ce qu’elle avait commencé, pour régler définitivement la question. Et Anton ? Il était peut-être intervenu pour les calmer, mais ce type était presque aussi parano que moi, ce qui plaçait la barre haute. Et je suis sûre que ma tête entière pourrait disparaître dans ses deux mains ! Mais c’était surtout de Valérian dont je devrais me méfier… Il mettrait un point d’honneur à me rendre la vie impossible, et ça pouvait aller loin, peut-être trop pour ce que j’étais en mesure de supporter. Je ne le connaissais pas assez bien pour le dire. Et ceux que je ne connaissais pas encore, c’était même pire. Je pouvais m’attendre à tout, ce qui ne m’aidait pas à cesser de m’angoisser. Je soupirai profondément en appuyant ma tête contre le mur. L’enfer… C’étaient les autres.

Au moins, Valérian ne m’avait pas enfermée à double tour dans une cellule, même s’il m’empêchait de sortir seule de la distillerie. Je me levai pour pousser la porte, comme pour vérifier, et jetai un œil à droite à gauche dans le couloir. J’avais encore mon duvet sur les épaules alors que je me glissai comme une gamine jusque dans la chambre d’à côté, pas verrouillée non plus. Je me fis le plus discrète possible pour éviter de réveiller l’ex-taulard, qui risquait sinon d’être d’une humeur massacrante… Enfin, si on excluait le fait qu’il l’était tout le temps non ? Je me plaçai derrière lui, au plus loin contre le mur du fond, à ma place habituelle. Il avait sans doute déjà compris, depuis longtemps, que je l’utilisais comme bouclier humain même la nuit, à prendre cette place stratégique. En cas d’intrusion, il serait le premier à prendre. Je me roulai en boule, disparaissant complètement sous le duvet. Je me laissais bercer par le bruit de sa respiration, régulière, jusqu’à trouver à nouveau le sommeil. Va savoir si c’était sa présence ou simplement que j’étais trop crevée à force… Mais, malgré le sol dur sous mon épaule, je m’endormis presque immédiatement.


« Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois ils gagnent. »
Revenir en haut Aller en bas  
Joaquin Hernandez
The Exiles
Trader
Joaquin Hernandez
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 29/12/2019
Messages : 1118
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés   La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés EmptyMer 5 Fév 2020 - 15:14
Elle est là. Je l’ai enfin trouvée. Après tout ce temps.

Pour la première fois depuis le début de cette foutue épidémie, j’ai un sourire franc qui se dessine sur mes lèvres. Sans ironie, sans arrière-pensée. Et j’ai les larmes aux yeux. Je vais pouvoir la serrer dans mes bras et lui demander pardon de pas avoir été là. Alors que je lui avais promis. Mais je me fige, avant de faire un pas en avant. Si elle me reconnait pas ? Si elle m’envoie chier ? Pire encore, si elle me reconnaît et qu’elle veut pas me voir ? J’ai l’impression que mes tripes se retournent dans tous les sens et j’ai du mal à respirer.

Mais c’est pas grave, j’y vais quand même.

Je commence à marcher. Et puis à courir vers elle. Elle tient la main de son petit frère. Il a tellement grandi. Il a quel âge déjà ? 6 ans ? 7 ? Putain, ça craint de pas se rappeler de l’âge de son fils non ? Pas plus que le reste au final. Mais c’est pas grave on a dit, je me ferais pardonner ça aussi. Je finis par arriver, juste derrière eux. Et par poser la main sur l’épaule de ma fille. Par souffler son nom, d’une voix pleine d’espoir.

Pour la voir se retourner.

Ses orbites sont vides. Son visage est… oh putain. Elle perd des morceaux de peau, la chair pend et a pris une teinte dégueulasse. Et elle a des plaies partout. Le pire ? C’est quand elle ouvre la bouche et qu’elle lâche d’une voix qui résonne dans ma tête. « Pourquoi tu nous as abandonnés papa ? Pourquoi on est morts à cause de toi ? »



Et je me réveille en sursaut, avec l’impression que mon cœur va s’échapper tellement il bat fort. J’essaie de reprendre ma respiration, de me rappeler où je suis. Me faut bien quelques secondes pour piger et pour me convaincre que c’était juste un putain de mauvais rêve.

… juste ça ouais.

Comme toutes les nuits ou presque.

Je me passe une main sur le front, grimaçant en voyant de la sueur. Il fait froid, je devrais pas être dans cet état. Foutus cauchemars. Il commence à faire jour et c’est pas plus mal. Au moins, je distingue les objets dans la pièce et je vais pas me mettre imaginer tout et n’importe quoi. Ca me permet de revenir à la réalité. J’essaie de respirer correctement avant de me figer en voyant un truc roulé en boule dans un coin. Et des mèches blondes qui dépassent. « Fait chier… » A peine un murmure et je secoue la tête. Si elle continue de faire ça, je vais devoir lui trouver un matelas. Elle va être foutue de se péter le dos et m’accuser ou une merde du genre.

Je soupire longuement, conscient que j’arriverais jamais à me rendormir, surtout avec la lumière qui commence à percer pour de bon. Alors je me lève, m’arrêtant un instant à la hauteur de Ruby. Pour poser ma couverture par-dessus son duvet. Qu’elle nous fasse pas une pneumonie en plus du reste, je suis pas sûr d’y survivre. Et j’attrape le comics que j’ai piqué à Yulia et une lampe torche. Pour m’assoir contre la porte de ma chambre, fermant les yeux quelques instants.

C’était juste un mauvais rêve ouais. Mon cul.


Nous sommes chacun notre propre démon et nous faisons de ce monde notre enfer...
Revenir en haut Aller en bas  
Ruby Finley
The Exiles
Trader
Ruby Finley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/01/2020
Messages : 1449
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés   La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés EmptyJeu 6 Fév 2020 - 0:33
Je me sentais tellement bien, dans ce cocon de chaleur. Si bien… Que je finis par me réveiller dans un petit sursaut, comme si ma conscience m’intimait de rester un minimum aux aguets. J’ouvris lentement les yeux sur une clarté aveuglante. J’avais envie de m’enfouir à nouveau dans mon duvet lorsque je sentis un poids supplémentaire sur mes épaules. Une autre couverture ? Je la repoussai un peu pour me redresser en position assise, cherchant vivement Joaquin du regard.

Il était là, appuyé contre la porte de la chambre. C’était étrange… Durant une poignée de secondes, je m’étais demandée s’il n’avait pas simplement décidé de partir sans demander son reste, en me laissant là en plan. Après les événements des derniers jours, ça ne m’aurait même pas surprise. Mais il fallait croire que c’était ma façon de faire, pas la sienne. Je penchai la tête sur le côté, tout en continuant de le détailler, lâchant d’une voix encore endormie : « Pourquoi t’es encore là ? » Vaste question. Sans doute qu’il ne prendrait même pas la peine de me répondre, ou qu’il ferait semblant de ne pas comprendre. Je n’avais pas envie qu’il me sert le même discours débile qu’à Valérian, à savoir qu’il était ici uniquement pour me protéger. Non sérieusement, même cet idiot de Valérian n’avait pas dû en croire un mot. « Elle a bien failli te faire sauter la cervelle. A ta place, je ne me serais même pas posée de question. » J’aurais tracé ma route, ou… Je l’aurais tué. Je lâchai, dans un souffle ironique. « Tu le vis comment d’habiter sous le même toit que des fous de la gâchette, alors qu’on n’est même plus armé ? » Oh, c’était sans doute la parole de trop, cette fois. Il se contenterait de me dire que je suis décidément trop bavarde, même au réveil.

Je soupirai, profondément. En même temps, s’il voulait que je me la boucle, soit il me passait son livre, soit il libérait le passage vers la sortie. Pourquoi il s’était mis là, en me coupant toute échappatoire ? J’étais incapable de dire si ça me rassurait plus que ça m’angoissait. Sans doute que ça dépendrait d’avec quel pied il s’était levé. J’ouvris mon duvet, simplement pour m’assoir sur mon tas de couverture, les genoux remontés contre ma poitrine. Je préférais rester loin de lui tant que je n’étais pas certaine, surtout qu’il était un peu… Bizarre. « T’es sûr que tu vas bien ? » Je n’étais pas sûre non plus de vouloir connaître la réponse à cette question. Mais ça me coûtait quoi de faire la gentille avec lui de temps à autres ? Il fallait bien ça pour qu’il évite de me trucider. Surtout que j’avais la sensation affreuse et permanente qu’il me manquait quelque chose. A quel point je pourrais trouver un second couteau en excursion, que je pourrais planquer dans mes vêtements sans que ça se voit ? J’angoisserais peut-être un peu moins.


« Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois ils gagnent. »
Revenir en haut Aller en bas  
Joaquin Hernandez
The Exiles
Trader
Joaquin Hernandez
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 29/12/2019
Messages : 1118
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés   La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés EmptyVen 7 Fév 2020 - 10:14
Je sais pas trop combien de temps elle met à se réveiller. Fondamentalement, on s’en branle, on est bien d’accord. Mais je suis quand même étonné de la voir dormir aussi bien. Surtout dans ma piaule. Elle doit vraiment être claquée. Moi je tourne les pages de mon comics, laissant mes pensées vagabonder vu que ça demande pas vraiment de concentration.

Et j’ai un bref sursaut quand j’entends sa voix. Putain, sérieux, à peine les yeux ouverts et direct une question. Elle est balèze quand même, y a pas à dire. Je referme soigneusement la bd et je la fixe un instant, songeur. « J’suppose que tu parles pas de de cette pièce. Sinon je t’aurais juste dit que j’suis là parce que c’est ma chambre. Ce serait à toi de me dire ce que tu fous là. » Enfin, je le sais. Je me doute que c’est juste pour avoir un rempart supplémentaire en cas de problème. Sauf que c’est pas super cohérent avec le reste. « Je pensais que tu serais ravie de plus m’avoir dans les pattes. J’suis étonné que tu me fasses assez confiance pour dormir là. »

Le reste vient préciser le fond de sa pensée. Et je hausse une épaule, non sans esquisser un sourire. « T’es impressionnante. Réveillée depuis trente secondes et déjà un milliard de questions. T’es jamais fatiguée ? » Elle a du bol, je suis trop perturbé par mon rêve pour l’envoyer péter de suite. Et puis, dans le fond, ses questions sont légitimes. Je suppose. « T’as hâte que je me casse ou quoi ? » Je continue, comme si cette histoire me concernait pas vraiment. « Elle me butera si elle en a envie. Que j’ai une arme ou pas, que j’sois là ou ailleurs. Alors au moins, ici, je suis au chaud. Et tu sais… j’ai buté mon premier rôdeur à mains nues. Je peux me défendre. » Et si elle doit me crever, je ferais tout pour l’emporter avec moi. De toute façon, c’est pas comme si c’était vraiment important, ce que j’allais devenir. Oh, je suis pas en déprime ni rien, c’est juste qu’on s’en fout au final.

A sa dernière question, je la regarde, un brin perplexe, mon regard accrochant le sien quelques instants avant que je secoue la tête en me marrant. « Pose pas de questions si tu te fous de la réponse Ruby. » Comme si savoir si je vais bien l’intéressait. En vrai, je me doute de ce que ça cache. Alors je reprends, d’une voix tranquille. « J’vais rien te faire, si c’est ce qui t’inquiète. Si tu veux sortir, tu le dis, je te libère le passage. Je me suis juste dit que ça te rassurerait de voir un obstacle en plus entre toi et le reste du monde au réveil. » Je m’étire longuement, sans bouger de ma place. A elle d’assumer et de dire ce qu’elle a dans le crâne. Merde, pour une fois que j’attends pas juste qu’elle la ferme. Comme quoi, tout arrive.


Nous sommes chacun notre propre démon et nous faisons de ce monde notre enfer...
Revenir en haut Aller en bas  
Ruby Finley
The Exiles
Trader
Ruby Finley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/01/2020
Messages : 1449
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés   La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés EmptyVen 7 Fév 2020 - 14:46
Deuxième option. Joaquin avait choisi de faire semblant de ne pas comprendre, évidemment. J’apprenais à le connaître à force, même s’il était toujours aussi imprévisible. Une vraie bombe à retardement. Au moins, il avait décidé de se mettre à parler aujourd’hui. J’aurais seulement préféré que ce soit pour dire autre chose que des conneries ou poser des questions dont il connaissait déjà la réponse. « Tu sais très bien pourquoi je suis là. » Parce que c’était ma place, ici. Je piégeais les accès. Joaquin dormait au niveau de la porte, moi de la fenêtre, dans la même pièce. Toujours, depuis des mois. Mais à l’entendre, c’était sa chambre, comme si je venais d’empiéter sur son espace vital. Et le pire, c’est qu’il arrivait à retourner le truc. Un jour, sa mauvaise foi allait l’étouffer dans son sommeil. Ou alors, ce serait peut-être moi. « Tu te fous de moi, Joa’ ? C’est toi qui passe ton temps à dire que je suis insupportable. C’est parce que tu le voulais qu’on est là. Parce que ta conscience te disait que ce serait mieux de déposer le chat noir dans un carton d’adoption plutôt que de lui rompre net le cou à la longue. »

Je m’appuyai contre le mur du fond, en lâchant un profond soupir, encore emmitouflée dans mes couvertures. « Si j’avais voulu me débarrasser de toi, tu ne crois pas que ce serait déjà fait ? » Je me serais enfuie, pour ne plus jamais revenir. J’avais déjà hésité plusieurs fois à le faire, mais systématiquement, j’avais fini par revenir après ma petite excursion. J’avais passé près d’un an à devoir me débrouiller par moi-même, et l’histoire aurait mal finie sans lui. Je ne l’oubliais pas. A deux, tout était plus facile. Joaquin était utile. Le problème avec lui, c’était qu’il avait tellement la violence dans le sang que j’en faisais aussi les frais. Et faire la gentille ou la mignonne ne l’énervait qu’encore plus.

J’étais obligée de mesurer mes paroles avec lui. Je l’avais bien compris, depuis qu’il m’avait pété le nez. D’ailleurs, il faudrait que je remercie Dana au moins pour ça. Elle avait un bon coup du droit. Alors, à l’entendre parler de confiance, l’envie me prenait un peu de rire. Je n’en fis rien. Je ne fis même pas un commentaire, alors qu’il se plaignait déjà que je l’assomme de questions. J’avais oublié qu’il était un peu lent… Trois questions à répondre, c’était un peu trop pour lui. « Je suis incapable de dormir correctement sans mon couteau. » Je faisais des efforts pour lui éviter d’avoir à assimiler plus de dix mots en réponse à toutes ses questions. Il avait beau les tourner en simples commentaires, il était mal placé pour critiquer. « Et je serais déjà morte depuis longtemps si je prenais plus de temps à me réveiller, tu sais. »

Je m’attendais à ce qu’il se tire après avoir manqué de se faire flinguer mais… Non, il était encore là à me servir des excuses bidonnes. Parce qu’il faisait chaud ici. Ce bâtiment était mal isolé, il faisait plus froid encore que dans nos anciennes caches bordel. « Si tu arrêtais de mentir deux secondes, juste pour voir ? Et ça te va bien de crâner alors que deux flics sont là dehors, prêts à te faire la peau au premier faux-pas. Et quoi, tu t’en fous ? Je te pensais inconscient, mais en fait, t’es juste suicidaire. » Mais bon sang, qu’est-ce qui ne tournait pas rond chez lui ? Il se pensait capable de gérer la situation, alors qu’il s’attendait à mourir à tout moment ? C’était comme si la perspective d’une mort imminente ne le gênait même pas. Ça lui arrivait d’arrêter de raconter n’importe quoi ?

Et voilà qu’il m’envoyait clairement sur les roses, parce que j’avais tenté de faire la gentille. C’était à parier mais… Je me figeai un peu quand Joaquin reprit la parole pour tenter de me rassurer sur ses intentions peu claires. Ce type me connaissait un peu trop bien maintenant. C’était facile de comprendre qu’il me faisait peur, bien plus encore maintenant qu’autrefois, mais… J’avais besoin de lui. C’était cette routine entre nous qui me rassurait, brisée parfois par ses éclats de colère que je cherchais à éviter au mieux. Je ne répondis rien, c’était inutile. Je ne voulais pas spécialement qu’il bouge de là, maintenant qu’il venait de m’assurer qu’il le ferait sans discuter.


« Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois ils gagnent. »
Revenir en haut Aller en bas  
Joaquin Hernandez
The Exiles
Trader
Joaquin Hernandez
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 29/12/2019
Messages : 1118
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés   La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés EmptyMar 11 Fév 2020 - 10:08
Tiens, j’ai l’impression que, pour une fois, c’est moi qui lui porte sur les nerfs et pas l’inverse. Probablement parce que je joue au con à faire celui qui pige pas ce qui se passe, ou pas totalement. Mais je suis curieux de voir ce qu’elle va me sortir. « Je pensais que tu te sentais en sécurité avec deux portes qui nous séparent. Pas en étant du même côté que la mienne. Donc j’suis curieux. » J’ai un temps avant de la fixer, non sans esquisser un sourire. « Ravi de voir que tu penses que j’ai une conscience. » Pour le reste, difficile de la contredire. Pas que j’ai envie de l’abandonner, loin de là même, mais la peur de la tuer reste là, omniprésente. Et de tuer la dernière parcelle d’humanité qui tient encore le coup malgré tout. Mais je sais pas si elle comprendrait. Ou, pire encore, je me dis qu’elle pourrait tout à fait comprendre.

Au reste, je plisse les yeux, avant de grimacer. « T’avais encore besoin de moi. Je suis un connard et t’as peur de moi. Mais je pouvais encore te protéger un minimum. J’étais utile. J’ai comme un doute sur le fait que ce soit encore le cas. Enfin si, tant que t’auras plus peur des autres que de moi. » Comme quoi, tout peut arriver. J’ai un temps avant de souffler, à mi-voix, reprenant ses paroles au mot près ou pas loin. « Et tu crois que si j’avais voulu me débarrasser de toi, ce serait pas déjà fait ? Que je me serais fait chier à venir jusqu’ici ? Et que je me ferais chier à prendre sur moi pour y rester ? »

Quand elle me dit qu’elle est incapable de dormir sans son couteau, j’ai un bref hochement de tête. Je comprends, tout comme le reste, même si je me garde bien de répondre à ses autres questions. Autant pour l’emmerder que parce que j’ai pas envie de le faire. « Tu peux me filer le pull derrière toi ? » Et j’attends quelques secondes, avant de laisser filer, d’une voix bien plus calme que d’ordinaire. « J’vais pas le redire deux fois. Alors écoute attentivement Ruby. » Je me redresse un peu et je la fixe dans les yeux longuement, avant de reprendre. « Je sais ce que c’est d’être incapable de se défendre. D’attendre la nuit qu’on vienne me chercher pour me passer à tabac. De subir des trucs pires encore. D’être soumis à la bonne volonté de ceux qui ont des armes. Alors t’as deux options. Soit tu prends les choses comme elles viennent parce que t’as pas de prise dessus. Soit tu pètes un plomb à te demander quand est-ce que ça va tomber. Parce que tu sais pas quand ça arrivera ou si ça arrivera. Je sais pas si Dana aura les couilles de finir ce qu’elle voulait faire. Je pense que non. Parce qu’elle se croit encore du côté des gentils. Qu’elle pense pas avoir les mains aussi dégueulasses que les nôtres. Mais si elle décide de le faire, elle aura pas de répit tant que ce sera pas arrivé. Au moins là, je peux la voir venir et être capable de me défendre. Ce qui sera pas le cas si ça vire en chasse à l’homme. » Je soupire longuement après ce qui doit probablement être le plus long monologue que je lui ai jamais fait. « Je suis pas suicidaire ou inconscient. J’essaie juste de faire avec les cartes que j’ai en main. Et l’autre possibilité étant de me tirer en te laissant là, elle était exclue d’office. » D’autant que j’ai comme un vieux doute sur le fait qu’elle me suivrait si je repartais.

Encore que, j’en sais trop rien au final. Je commence à bien la connaître et, si elle doit choisir entre le confort relatif des lieux ou sa sécurité, elle hésitera pas. Et pour le moment, je reste probablement une option moins pire que de rester face à des flics qui voudraient ma peau et n’auraient plus qu’elle en défouloir. « Alors, tu veux que je bouge ou pas ? Et pourquoi tu veux savoir comment je vais Ruby. Sois honnête. » Je me rends compte que je lui mens rarement à elle. Pour pas dire jamais. J’évite de lui répondre quand ça m’emmerde mais sinon, j’ai toujours joué franc-jeu avec elle. A ma plus grande surprise.


Nous sommes chacun notre propre démon et nous faisons de ce monde notre enfer...
Revenir en haut Aller en bas  
Ruby Finley
The Exiles
Trader
Ruby Finley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/01/2020
Messages : 1449
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés   La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés EmptyMar 11 Fév 2020 - 15:06
Pourquoi il insistait à ce point ? Comme s’il avait besoin que je lui dise les choses, alors que d’habitude, il se moquait pas mal de ce que je pouvais penser de lui. Il ne m’écoutait même pas parler. C’était le monde à l’envers, là. Il voulait sûrement m’entendre dire à quel point j’avais besoin de lui, c’est tout. Ça le rassurerait, peut-être ? Il arrêterait de me cogner sans raison, quand ma tête ne lui revenait plus ? Impossible de savoir avec lui. Ce type était bien trop inconstant pour que je puisse avoir la moindre certitude le concernant, et c’était bien là tout le problème.

Mais ses silences en disaient plus long encore. J’avais vu juste sur ce qui l’avait poussé à m’amener ici. C’était bien pour cette raison que sa répartie était aussi pauvre. J’aurais cru entendre un gamin qui me rétorquait du toi-même, à défaut de meilleurs arguments. « Je viens de te le dire, Joa’. Je n’ai pas mon couteau. Je ne voulais pas rester dormir dans cette grande pièce vide, seule et sans moyen de me défendre. » C’était plus clair, comme ça ? Je le fixai intensément. « J’aurais toujours besoin de toi. Et on est tous devenu des connards, ça n’a pas d’importance. Même si tu ne méritais pas mieux que de te faire tabasser et casser le nez par Dana, après ce que tu m’as fait. Il y a peut-être encore un Dieu dans ce monde pourri pour me rendre justice, finalement. » J’étais encore trop énervée contre lui pour me montrer conciliante. De toute façon, lui dire ce qu’il voulait entendre ne fonctionnait jamais avec lui. Rien n’était capable de le calmer. Et il voulait que je sois sincère avec lui, alors pourquoi je me priverais de lui en mettre plein la gueule ? « C’est quoi ton problème ? Tu te comportais comme ça aussi, avant ? Tu battais ta femme quand ça te plaisait pas, et après quoi ? Tu la couvrais de cadeaux en lui répétant que tu serais toujours là pour elle, que tu la protégerais ? Putain, mais arrête tes conneries ! » Finalement, c’était peut-être lui qui allait me demander de sortir, avant qu’il ne pète à nouveau un plomb sur moi. Je répliquai froidement : « Pourquoi j’aurais besoin que tu bouges ? Si tu me frappes, je crie. Il y aura quelqu’un pour m’entendre, cette fois. Je n’ai plus de raison d’avoir peur de toi. »

Je roulai en boule le pull derrière moi pour le jeter dans sa direction à travers la pièce. Hors de question que je me lève pour lui donner en main propre. Je croisai les bras sur mes genoux repliés, sans le quitter du regard. Non, je n’avais plus de raison d’avoir peur de lui. S’il me faisait du mal, certains s’en donneraient à cœur joie de le remettre à sa place. Valérian lui-même l’avait laissé entendre. Même s’il ne m’appréciait pas, il avait encore quelques limites qu’il n’était pas prêt à franchir.

Les paroles de Joa’ avaient l’aspect de mise en garde, mais il n’en fut rien. En vérité, je n’étais pas certaine de l’avoir entendu parler autant un jour, et encore moins se confier sur ses propres sentiments de l’époque. Au début, je n’étais pas vraiment prête à le croire. Lui, incapable de se défendre ? Ça m’étonnait, rien qu’à le regarder. Sauf que ce qu’il me confia éveillait comme un écho en moi. Je ne l’aurais pas imaginé si passif face au danger, et encore moins l’entendre dire qu’il était resté uniquement pour moi. « Tu reproduis seulement un schéma familier, Joa’. Ca t’allait peut-être plus que tu ne le crois d’être en taule avec des flics pour te tenir à l’œil, finalement. Mais moi, ça ne me plaît pas. Je n’ai pas envie d’être en prison. Il y a d’autres options, figure-toi. Il y a toujours un moyen de retourner la situation à son avantage. »


« Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois ils gagnent. »
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés   La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- La route des enfers est facile à suivre, on y va les yeux fermés -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: