The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -34%
Bosch 2607017160 Coffret clé à cliquet ...
Voir le deal
17.22 €

Partagez
- Gâcher son enfer avec son paradis -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joey A. Adams
Joey A. Adams
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 08/12/2019
Messages : 314
Age IRL : 25
MessageSujet: Gâcher son enfer avec son paradis   Gâcher son enfer avec son paradis EmptyMer 29 Jan 2020 - 18:08
GÂCHER SON ENFER AVEC SON PARADIS
Feat. Selene Sweetnam


Voilà un peu plus de deux semaines que Joey n'avait pas parlé à Selene ; ce n'était pas faute d'avoir essayé. Depuis ce dérapage, elle semblait l'éviter. Une chose était sûre, Joey s'en voulait. Mais d'un autre côté, cette mésaventure avait concentré le jeune photographe sur autre chose que ses démons quotidiens. Ce qu'il regrettait ? D'avoir risqué de gâcher une belle relation. Il tenait beaucoup à Selene. Elle lui était apparue comme une âme complètement à part des autres, peut-être parce qu'elle était en marge ces derniers temps en tant qu'ancien leader du Fort mais aussi parce qu'elle était confuse. Elle était apparue ainsi face à un Joey complètement désynchronisé par rapport au reste du groupe, à fleur de peau et incapable de s'ouvrir aux autres.

Selene avait fait partie des personnes qui avait réussi à donner envie à Joey de rester ici. Sa présence avait quelque chose de rassurant, Joey se montrait toujours – de manière réservé – assez enjoué à l'idée de la croiser ou de passer du temps avec elle. Petit à petit, Selene apparaissait comme certaines autres personnes au Fort comme un point de repère pour le photographe qui avait encore du mal à comprendre qu'il ne devait pas rester focalisé de manière obsessive sur sa soeur et son ancien groupe mais qu'il pouvait avoir ici même, des attaches, des relations qui lui permettraient de se reconstruire. Bien sûr, il y avait Ludwig, Olivia ou encore Alexander, qui restaient des personnes avec qui Joey passait volontairement du temps, et apprenait petit à petit à s'exprimer davantage, mais avec Selene, c'était encore différent.

Il n'avait cessé de se répéter : "Mais t'as pas honte espèce de crétin ?! La nana était en pleine position de confiance, ça se passait bien et il fallait que tu t'emportes comme un adolescent." En fait, profondément, Joey s'en voulait. Il s'en voulait parce qu'il avait peur que la pianiste pense à mal de sa personne, pense qu'il ne s'agisse en fait que d'un manipulateur, un profiteur qui a tendue la main vers elle uniquement pour profiter d'elle et en demander davantage. Ce n'était pas le cas mais il jugeait lui-même son comportement comme déplacé. Après tout, qui lui disait qu'il lui plaisait, à elle ? Malgré tout, malgré les jours passés à être resté à l'écart et à n'avoir pas osé aller vers elle pour demander à discuter au propos de cette nuit-là, Joey n'arrivait pas à s'enlever cette pensée de la tête. "J'suis vraiment qu'un con."  Se disait-il en appuyant sa tête sur ses oreillers, allongés dans son lit, dans le dortoir. Il était midi passé et la plupart de ses colocataires vaquaient à leurs occupations ou attendaient leur tour pour une ration de ragoût. Joey n'avait pas faim, il était là, le bras derrière la tête appuyé contre la tête de lit et soupira en repensant à cela.

Sur le coup, il n'avait pas pensé à mal : pour lui, ce baiser n'avait été qu'une manière simple pour exprimer des choses complexes. Il voulait lui montrer son soutiens, lui expliquer qu'elle n'était pas seule et qu'il voulait qu'elle sache qu'elle comptait beaucoup pour lui, qu'elle lui avait permis de s'intégrer un peu plus et d'avoir envie de rester parmi eux, au Fort. Mais non, au lieu de dire ça habilement, Joey l'avait simplement embrassé. "Mais quel con..." Murmura-t-il pour lui-même, en se plaquant sa main de libre sur le front. À se lamenter sur lui-même, il n'avait pas entendu que quelqu'un était arrivé à la hauteur de son lit, juste derrière la tête de lit.


code by black arrow


JOEY ALBERT ADAMS

Où nos corps épuisés sous la mousse espagnole Ressemblent aux marbres usés, brisés des nécropoles Où nautoniers des brumes dans l'odeur sulfureuse Des moisissures d'épaves aigres et marécageuses Nous conduisons nos âmes aux frontières du chaos...
Revenir en haut Aller en bas  https://mielisonaclod.home.blog/ 
Selene Sweetnam
Administrateur
Selene Sweetnam
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 7763
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Gâcher son enfer avec son paradis   Gâcher son enfer avec son paradis EmptyJeu 30 Jan 2020 - 17:22
Elle n’arrivait pas à oublier. Bien que tout se passe bien avec Connor, bien qu’elle ait enfin l’impression de sentir les premiers effets bénéfiques de son suivi avec Mary, elle n’arrivait pas à oublier. Chaque fois que son esprit vagabondait, Selene se revoyait dans le salon du chalet avec Joey, en pleine nuit. Elle ressentait la chaleur qui l’habitait à ce moment, la sensation de bien-être, leur complicité indicible… et le baiser qu’ils avaient échangé.

- ¿ Qué haces, mama ?
- Hum ? Pardon Effy. Tu as fini ?
- Oui, assura la petite.

Mais la musicienne vit bien que non. Elle avait confié à Elizabeth le soin de choisir ses vêtements pour le reste de l’après-midi et la petite avait soigneusement aligné deux pulls et une paire de chaussettes dépareillées, sans penser à la culotte et au pantalon. Pour sa décharge, la jeune femme était dans la lune et n’avait pas supervisé l’entreprise de la gamine qui était tout simplement trop chétive pour tirer le tiroir de la commode où étaient rangés ses jeans.

- Presque, corrigea Selene avec un sourire, viens, je t’aide.

Sans parvenir à se détacher se ses pensées pour le photographe, elle habilla sa protégée et l’amena rejoindre Juliet. Celle-ci allait s’occuper des chevaux et la chipie à la crinière brune héritée de sa maman adorait assister « tata Juliet » quand elle était à l’écurie. De son côté, la musicienne était supposée aller aider Summer aux plantations ; elle faisait son possible pour relancer des plans afin de compenser ceux qui avaient été détruits par la pluie.

- Et merde…, grogna-t-elle en passant devant le dortoir.

Elle n’avait pas encore vu Joey de la matinée et il n’était pas au repas, alors elle supposait qu’il s’y trouvait encore. Désolée pour l’agricultrice mais de toute façon, Selene n’arriverait pas à se concentrer tant qu’elle n’aura pas parlé avec son ami. Ce n’était pas difficile, pas vrai ? Il suffisait de le remercier, de lui dire qu’elle avait été très touchée par son aide, mais qu’elle était en couple avec Connor. Ah oui : et qu’elle ne voulait pas que leur baiser change quelque chose à leur relation. Ils pouvaient être… cool.

- Waw, osa-t-elle une fois à hauteur de son lit, je t’avais jamais entendu insulter quelqu’un avant… cette personne a dû faire quelque chose de grave.

C’était stupide comme entrée en matière. Elle voulait le faire rire – ou au moins sourire. Une réaction qui lui permettrait de la voir autrement que comme la fille qui l’avait plantée après l’avoir embrassée ou comme la paumée qu’il avait ramassée au milieu de la nuit, sous l’averse qui l’avait rendu malade pendant une dizaine de jours. Une moue gênée tordit alors les traits ivoirins de Selene dont la chevelure cascadait sur ses épaules graciles chaudement redessinées par les mailles en cotte-anglaise d’un pull.

- Salut. Euh… on peut genre… discuter ?


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas  
Joey A. Adams
Joey A. Adams
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 08/12/2019
Messages : 314
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Gâcher son enfer avec son paradis   Gâcher son enfer avec son paradis EmptyJeu 30 Jan 2020 - 19:30
GÂCHER SON ENFER AVEC SON PARADIS
Feat. Selene Sweetnam


La scène devait être comique d'un point de vue extérieur. Joey ne s'était pas attendu à de la visite et lorsqu'il entendit la voix de Selene parvenir jusqu'à ses oreilles, il sursauta si fort qu'il tomba de son lit. La voir lui adresser la parole, alors qu'elle avait semblé avoir tout fait depuis plus d'une dizaine de jours pour l'éviter... Cela rendait difficilement prévisible sa visite. Joey ne s'attendait pas du tout à la voir venir vers lui, commençant même à réfléchir s'il ne fallait pas qu'il prenne les devants pour aller lui parler. Selene semblait penser que Joey en avait après quelqu'un alors que la vérité était tout autre puisque Joey s'en prenait à lui-même. Le photographe se releva en s'appuyant contre la tête de lit en faisant la grimace. "Désolé. Tu m'as fait peur, je t'avais pas entendu arriver. J'étais... Perdu dans mes pensées on va dire." Se justifia-t-il en se passant la main derrière la tête, frottant sa nuque avec un sourire en coin un peu gêné se dessinant subitement sur le visage.

Que devait-il faire ? Faire comme si tout allait bien ? Faire comme si il ne repensait pas à cette soirée, qu'il ne pensait pas à elle, souvent ; et qu'il se trouvait crétin d'avoir pu gâcher toute leur relation avec ce baiser. Pourtant au fond de lui, Joey savait qu'il mentait : il avait envie de ce baiser, parce qu'extérieurement, Selene lui plaisait et qu'intérieurement, elle était une véritable énigme, une oasis de réconfort rencontré dans une période si sombre de sa vie. Mais la pianiste vint délivrer Joey en lui proposant de discuter. Joey pensait encore une fois devoir faire des pieds et des mains pour devoir prendre son courage et lui proposer qu'ils se parlent, mais elle avait, encore une fois, prit les devants. "Oh... Ouais bien... Bien sûr."

Joey s'assit sur le bord de son lit avant de faire glisser son corps par la force de ses bras jusqu'à ce qu'il se tienne contre le mur, appuyant sa tête contre ce dernier en évitant de fixer Selene pour ne pas paraître trop insistant, idiot, ou débordant d'affection. Au choix. "Ça... Ça va mieux ? Juliet m'a dit que t'étais un peu prise de la gorge ces derniers jours." Dit Joey. Il aurait voulu rajouter "puisque tu m'as évité depuis cette nuit-là", mais même si Joey n'avait pas spécialement de filtres, il ne voulait tout de même pas être blessant. Selene devait avoir ses raisons de toutes façons et il devait respecter cela. Après tout, c'est lui qui avait fait ce geste, dans un moment où la jeune femme était potentiellement vulnérable émotivement. C'était lui qui était à blâmer dans l'histoire, il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même. "J'étais passé aux box des chevaux pour te voir mardi dernier mais... T'y étais pas." Avoua-t-il en se risquant à poser son regard sur elle après avoir fait l'effort de l'éviter pendant tout le temps qu'il avait parlé. Il la vit là, plantée devant lui : il tapota alors tout naturellement à côté de lui pour lui proposer de s'asseoir : "Tu veux t'asseoir ?" En un sens, Joey était content de pouvoir lui parler à nouveau. L'entreapercevoir dans des couloirs et des regroupements de résidents n'était pas suffisant pour lui, elle lui avait manqué finalement.


code by black arrow


JOEY ALBERT ADAMS

Où nos corps épuisés sous la mousse espagnole Ressemblent aux marbres usés, brisés des nécropoles Où nautoniers des brumes dans l'odeur sulfureuse Des moisissures d'épaves aigres et marécageuses Nous conduisons nos âmes aux frontières du chaos...
Revenir en haut Aller en bas  https://mielisonaclod.home.blog/ 
Selene Sweetnam
Administrateur
Selene Sweetnam
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 7763
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Gâcher son enfer avec son paradis   Gâcher son enfer avec son paradis EmptySam 1 Fév 2020 - 1:51
Le malaise de Joey était palpable. Il y avait de quoi : c’était entièrement de sa faute. La musicienne se mordit légèrement la lèvre, désolée de constater comme elle l’avait affecté, mais elle tint bon. Elle savait ce qu’elle avait à faire et son ami méritait qu’elle ne s’écarte pas de sa démarche. Timidement, elle hocha la tête et lui répondit honnêtement :

- J’étais malade surtout. Un… bon gros rhume, avoua la pianiste dans un soupir, du Juliet était on ne peut plus littérale, elle eut un petit rire gêné, j’ai passé pas mal de temps allongée à essayer de dormir.

Car elle manquait de sommeil, c’était un fait. Quand ce n’était pas ses cauchemars qui la réveillaient, c’était ceux de Hope. Il avait fallu du temps à Selene pour accepter de lâcher du leste et que quelqu’un d’autre s’occupe de la fille de sa complice d’enfance. Le jeune homme l’invitait à s’asseoir et à vrai dire, elle ne s’imaginait pas refuser. Elle contourna donc le lit pour s’installer à ses côtés, adossée à la tête de lit. Une distance pudique restait instaurée entre eux, ses yeux bleus trouvaient un intérêt existentiel au motif de ses couvertures.

- Je sais… je sais que je te dois une explication, commença-t-elle doucement, tu es… tu as été vraiment super avec moi… alors je te dois la vérité, elle se grignota l’intérieur des joues, la jambes droite tressautant frénétiquement, si… si le conseil a décidé de m’empêcher de m’armer ou de retourner en expédition, c’est… c’est parce que je suis malade, Selene ferma les paupières : elle avait le vertige. Faire le grand plongeon avec sa famille de la prison n’avait pas été si dur mais là, c’était une épreuve, je parle pas de mon rhume. Je serais… je suis schizophrène. C’est… c’est ce qu’ils ont dit, « ils », ces personnes qui l’avaient étudiée ces dernières années, il m’arrive de… d’avoir des absences où je ne contrôle plus ce que je fais, ou d’entendre des choses, ou… ou de ne pas savoir gérer ce que je ressens.

La musicienne prit une courageuse inspiration et leva ses prunelles sur son voisin. Son cœur tambourinait avec rage. C’était forcément long à encaisser, dur à absorber, mais elle n’avait pas d’autre choix. Elle avait trop vu ce que donnaient les ravages des mensonges pour endurer une fois de plus de ruiner une amitié avec ses non-dits. Peut-être Joey partirait-il en courant, mais elle préférait qu’il l’abandonne parce qu’elle avait été honnête que parce qu’elle avait joué avec le feu.

- En fait, je contrôle rarement ce que je ressens, reconnut-elle fébrilement, alors des fois… des fois je… tu étais gentille avec moi, alors je me suis… j’ai cru…, elle perdait le fil, mordit férocement sa lèvre pour couper net le flot de mot et reprendre plus sereinement, je voulais que tu saches pour ne pas que tu souffres après, car elle finissait toujours par faire souffrir les gens, Mary m’aide à… à essayer de vivre avec mais… je ne suis pas quelqu’un avec qui tu aurais envie d’être, le photographe avait besoin de douceur, de rire, le lumière, elle était tout l’inverse, et j’ai plus ou moins une relation avec… euh… avec Connor, elle n’osait à nouveau plus le regarder, ses yeux fixaient un point invisible, tu veux bien… tu veux bien qu’on soit amis, comme avant ?


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas  
Joey A. Adams
Joey A. Adams
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 08/12/2019
Messages : 314
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Gâcher son enfer avec son paradis   Gâcher son enfer avec son paradis EmptySam 1 Fév 2020 - 17:50
GÂCHER SON ENFER AVEC SON PARADIS
Feat. Selene Sweetnam


Joey savait très bien que Selene était tombée malade. Pas étonnant, puisque c'était lui qui l'avait trouvé sous une pluie battante. Il avait fait son possible pour qu'elle n'ait rien et soit hors de danger, mais il n'avait pas pu empêcher la nature de profiter d'un âme frêle et peu vêtue sous la pluie. Elle n'avait pas très bonne mine et des cernes pouvaient se distinguer sous son visage. Des cernes nettement plus marquées que d'ordinaire, car dans un monde comme celui-ci, tout le monde en avait de toute façon. Le matelas bougea à peine lorsque Selene s'assit à ses côtés. Tous les deux avaient l'air de deux adolescents gênés, assis côte à côte, les mains à quelques centimètres l'une de l'autre en prenant le soin de ne pas s'effleurer, le regard fuyant.

Seulement, ce qui allait suivre était bien loin de ce que pouvait imaginer Joey. Mais plus la pianiste parlait, plus tout faisait sens dans son esprit. Il n'était pas stupide, il avait bien compris que le comportement de Selene, sous la pluie, le fait qu'elle ait été inconsciente de la présence de Joey et de son acte, était inhabituel. Ca ne pouvait pas être dû à un pic de fièvre ou à de la fatigue, c'était quelque chose de plus grave. Seulement, le photographe avait tellement été concentré sur l'action du moment présent qu'il avait complètement fait passer cette information au dessus de son esprit. Quand Selene prononça le mot "schizophrène", les paupières semi-closes, la voix pleine d'émotion, Joey eut un mouvement brusque et plaça sa main sur celle de la pianiste. Il sentait physiquement toute la souffrance, tout l'embarra, toute la difficulté que vivait Selene au quotidien. À cet instant, ce "lien" qui avait l'air d'unir les deux jeunes avaient presque l'air physiquement visible. Ils semblaient enfermés dans une sorte de bulle où leurs émotions s'entrechoquaient et se croisaient.

Seulement, le fait qu'elle dise qu'elle ne savait pas ce qu'elle ressentait vint sonner dans l'esprit de Joey. Si elle ne savait pas ce qu'elle ressentait, peut-être que cela voulait dire qu'elle avait quitté brusquement la pièce parce qu'elle n'avait pas agi de son plein gré ? Non, du tout, mais parce qu'en réalité, elle ne voulait pas faire souffrir Joey. Pourquoi ? "Je..." Commença Joey avant qu'elle ne poursuive. Elle insista sur ces mots. Elle ne voulait pas qu'il souffre. Joey se sentait à la fois révolté contre la vie elle-même, et légèrement vexé parce que Selene ne pensait pas à lui demander son avis. Mais ce n'était réellement envers elle qu'il était vexée, mais envers la situation générale. Malgré son anxiété et ses peurs, Joey était en pleine possession de ses moyens. Il savait ce qu'il ressentait et il était presque sûr que c'était quelque chose de plus fort qu'une simple amitié.

Sans s'en rendre compte, leurs mains étaient toujours soudées l'une à l'autre. Il tourna les yeux vers elle. Il voulait qu'elle le regarde, mais lorsqu'elle mentionna Connor, Selene fixa un point indéfini, incapable de lever la tête vers le jeune photographe. "Selene, regarde-moi." Avait-il demandé tout doucement. Ça n'avait rien d'impératif, il voulait simplement qu'elle le regarde. Parce qu'avec elle, il se sentait existé et occupé à un millier d'autres choses qu'aux démons habituels auxquels il était confronté d'ordinaire. "Tu sais que j'aime profondément être avec toi..." Sous-entendu qu'il n'attendait pas forcément de grandes embrassades ou quelque chose de puissant. Ils avaient naturellement eut une relation particulière, depuis le premier jour dans le box jusqu'à cette nuit là dans le petit salon, sous les couvertures. Ce Connor, Joey ne le connaissait même pas. Il n'avait pas souvenir d'avoir croisé ce type au campement un jour et à bien y réfléchir, il n'était même pas sûr que cela l'intéresse vraiment.

"J'avais pas compris, cette nuit-là, y a deux semaines, que ce n'était pas une crise de somnambulisme..." Murmura-t-il en esquissant un demi-sourire en coin, un air presque amusé sur le visage. Elle le savait, Joey n'était pas stupide et depuis tout le temps qu'il était au campement, personne ne l'avait jamais entendu juger qui que ce soit. Ce n'était pas aujourd'hui qu'il allait commencer. Cependant, il avait monstrueusement envie de lui expliquer que s'il l'avait embrassé cette nuit-là, ce n'était pas parce qu'elle avait été vulnérable, ni parce qu'il s'attendait à ce qu'elle soit au contraire souriante et lumineuse, mais parce que cette connexion l'attirait à elle comme un aimant. Il n'avait pas pu s'en empêcher. En ce moment-même, il sentait une tension presque malpable dans l'air, comme de l'électricité statique qui faisaient se dresser les poils de ses avant-bras. "Je n'ai jamais rien dit ou fait qui aurait pu te faire penser que j'avais cessé d'être ton ami." Expliqua cependant le photographe d'une voix assez neutre.


code by black arrow


JOEY ALBERT ADAMS

Où nos corps épuisés sous la mousse espagnole Ressemblent aux marbres usés, brisés des nécropoles Où nautoniers des brumes dans l'odeur sulfureuse Des moisissures d'épaves aigres et marécageuses Nous conduisons nos âmes aux frontières du chaos...
Revenir en haut Aller en bas  https://mielisonaclod.home.blog/ 
Selene Sweetnam
Administrateur
Selene Sweetnam
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 7763
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Gâcher son enfer avec son paradis   Gâcher son enfer avec son paradis EmptyDim 2 Fév 2020 - 1:20
Le contact de la main de Joey l’avait fait sursauter mais elle ne s’y était pas soustraite ; elle n’y arrivait pas. C’était déjà trop difficile de lui raconter ce qu’elle venait d’avouer et à vrai dire, la musicienne s’attendait à ce qu’il parte en courant. Schizophrène, c’était un mot qui faisait peur. Même à elle, le terme paraissait disproportionné, mal adapté, exagéré. Son ami l’appela à le regarder, elle eut toutes les peines du monde à obtempérer. Lentement, ses yeux bleus s’arrachèrent à la contemplation aveugle du tissu pour croiser ceux du photographe. Il avoua aimer profondément sa compagnie, Selene se pinça les lèvres mais ne put retenir un faible « moi aussi… ». Finalement, elle secoua la tête pour s’arracher à la tension qui régnait et tissait une toile invisible qui l’étouffait.

- Non, toi non…, répondit-elle – et effectivement, il n’avait jamais cessé de se comporter comme le meilleur des amis, mais moi, je t’ai menti et…je t’ai laissé tomber dans le salon après qu’on…, la musicienne n’osa pas finir sa phrase mais la façon avec laquelle elle s’humecta la lèvre inférieur prouva qu’elle repensa au baiser, je t’ai blessé, dit-elle comme un constat et non une question, je suis désolée… j’essaye de retrouver des repères, alors je ne peux pas… enfin…

La jeune femme poussa un soupir : elle n’arrivait tout simplement pas à lui expliquer. Ce n’était pas un bon moment pour elle pour avoir une relation avec quelqu’un pour laquelle elle avait des sentiments. Avec Connor, ce n’était pas pareil. Ils s’appréciaient beaucoup, ils étaient complices, mais il n’y avait pas « d’amour » à proprement parler. Ils étaient deux aimants qui s’étaient trouvés au bon moment – ou au pire moment. Ils se magnétisaient, ils se plaisaient, mais c’était probablement une passion qui ne saurait durer : les démons les rattraperont bien trop vite.

- Je comprendrais que tu préfères prendre tes distances avec moi… c’est aussi pour ça que je t’ai prévenu : pour que tu puisses ne pas…

… « t’accrocher ». Une fois de plus, elle avait le mot sur le bout de la langue et une fois de plus, il n’était pas sorti. Selene se sentit grelotter. Elle avait mal au ventre aussi. Le tableau de ses relations depuis le début de l’épidémie était sombre. Gabriel ? Il avait disparu et s’était fait tuée en essayant de la sauver d’une folie stupide ; Eli ? Il l’avait menacée de s’enfuir avec leur fille et l’avait quitté car elle était incapable de soigner leur relation. Simon ? Elle n’avait jamais su l’aimer à sa juste valeur et il n’était pas revenu de sa tentative – sans doute – de lui prouver qu’il état capable de se mouiller.

- Je ne veux pas que quelque chose t’arrive à cause de moi, parvint-elle à articuler, et plus les gens sont proches de moi, plus il leur arrive des choses…, murmura-t-elle.

Devait-elle regarder du côté de ses meilleures amies ? Flann avait été violée et tuée. Abigail était tombée dans un piège d’une bande de fous et avait été mordue. Ashley s’était fait mutilée par des sociopathe qui l’avait assassinée pour l’utiliser comme rôdeur épouvantail pour sa propre fille. Andrea s’était fait couper et dévorer le bras par des cannibales. Juliet était relativement sauve, par miracle. D’un geste brusque qu’elle n’avait pas contrôlé, Selene avait retiré sa main de celle de Joey. Elle était maudite… mieux valait qu’il ne la touche pas.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas  
Joey A. Adams
Joey A. Adams
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 08/12/2019
Messages : 314
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Gâcher son enfer avec son paradis   Gâcher son enfer avec son paradis EmptyDim 2 Fév 2020 - 15:35
GÂCHER SON ENFER AVEC SON PARADIS
Feat. Selene Sweetnam


Joey l'avait entendu, ce "moi aussi" qui démontrait qu'il n'avait pas non plus agit bêtement, par rapport à ce baiser qu'ils avaient échangé. Il avait culpabiliser des jours durant, en imaginant être un "immonde connard" – selon ses propres dires – parce qu'il avait embrassé Selene à un moment où elle était plus que vulnérable. Mais les propos de la pianiste lui faisaient comprendre qu'ils pensaient tous les deux quelque chose de similaires, ils pensaient tous les deux à une attirance supérieur, quelque chose de naturel dont ils ne pouvaient pas s'extirper, comme une maladie incurable qu'ils essayaient de nier, sans oser citer son nom.

Selene semblait se sentir coupable de lui avoir caché la vérité par rapport à sa maladie, mais Joey ne comprenait pas ce qu'il y avait à se reprocher. Elle n'avait tout simplement pas commencé à connaître Joey en le recouvrant tout de suite d'un linceul de "moi je, moi je", que beaucoup de personne avaient l'habitude de faire lorsqu'ils tissaient des liens. Joey ne pouvait pas lui en vouloir de n'avoir pas pensé qu'à elle en devenant son amie. Le jeune photographe secoua la tête, il esquissa presque un sourire lorsqu'elle arrêta sa phrase en se remémorant leur baiser. "Tu es en train de t'excuser parce que tu m'as d'abord raconter ce que tu aimais, qui tu étais avant de me parler de cette chose qui te hante... Je ne vois pas pourquoi j'irais te blâmer pour ça." Lui expliqua-t-il en penchant la tête sur le côté, parce qu'il trouvait ça parfaitement logique et sain.

Joey soupira après Selene, en baissant la tête. Tous les deux savaient parfaitement de quoi il était question les concernant. Elle semblait avoir mentionné ce Connor comme une entité à part de leur possible relation, quelque chose qui n'était même pas comparable à Joey. Peut-être que c'était Joey, qui était à part de Connor... Dans un sens comme dans l'autre, peu importait au photographe. Ce qu'il comprenait, c'était que Selene s'imposait des barrières entre elle et lui pour tout simplement ne pas qu'il arrive malheur. Comme une poisse persistante dont elle avait l'impression d'être recouverte. Ce qu'elle dit confirma ce que Joey pensait. Il soupira de nouveau lorsqu'elle parla des proches de Selene. Son discours avait quelque chose de nombriliste malgré elle, mais Joey ne pouvait pas lui en vouloir.

"Tes proches..." Murmura-t-il en répétant ce qu'elle venait de dire. Joey était compté parmi ces proches dans la tête de la pianiste. Ce qu'il comprenait surtout, c'était ce mécanisme d'auto-défense qu'elle semblait construire petit à petit autour d'elle. Une forteresse froide et obscure qui rendait cette relation beaucoup plus compliquée. Que devait dire Joey, s'il entrait dans son jeu ? Devait-il aussi refuser toute relation parce qu'il avait vu tous ses proches disparaitre, parce qu'il n'avait pas été assez fort pour les protéger. Etait-ce à cause de lui finalement ?

"Tu ne peux pas m'interdire de t'aim... De... J'veux dire..." Commença Joey avant de s'arrêter brusquement, avant de lâcher un rire qui n'avait rien de joyeux, un rire à la fois embarassé et agacé. "On peut pas être responsable de toutes les drames auxquels on a assisté." Ajouta-t-il précipitament avant de se lever d'un bond du lit pour lui faire face. Il se passa une main dans les cheveux et fixa Selene. Il avait à la fois envie de la prendre dans ses bras et de partir en courant en la laissant à son tour seule face à tout cela. Joey n'était cependant pas comme ça. Il avait du mal à s'exprimer parce que, pas loquace d'ordinaire, il voulait trouver les mots justes. Mais les pensées se bousculaient dans sa tête, contre cette phrase qu'il avait faillit dire. "T'es pas responsable, je suis pas responsable, personne est responsable d'une seule mort à moins d'avoir appuyé soi-même sur la gâchette." Joey avait dit ça d'une voix rauque, le regard vide en prenant en considération pour lui-même le fait qu'il n'était pas "responsable", bien qu'il pense le contraire.

Il soupira et s'assit alors en tailleur en face de son lit, en levant la tête vers Selene, qui le surplombait désormais. Là, sa voix était beaucoup plus calme, avec une once de curiosité : "T'as pas fini ta phrase tout à l'heure... "Pour que tu ne puisses pas quoi" ?" Il fixa le regard bleu de la pianiste et esquissa presque un sourire, pour lui montrer qu'il n'était pas en colère après elle. De toutes manières, le mal était fait, elle ne pouvait pas l'empêcher de l'apprécier, de s'être attaché à elle. De l'aimer ? En bonne autruche, Joey n'osait y penser.


code by black arrow


JOEY ALBERT ADAMS

Où nos corps épuisés sous la mousse espagnole Ressemblent aux marbres usés, brisés des nécropoles Où nautoniers des brumes dans l'odeur sulfureuse Des moisissures d'épaves aigres et marécageuses Nous conduisons nos âmes aux frontières du chaos...
Revenir en haut Aller en bas  https://mielisonaclod.home.blog/ 
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Gâcher son enfer avec son paradis   Gâcher son enfer avec son paradis Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Gâcher son enfer avec son paradis -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Une journee en enfer [DVDRiP]Action

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: