The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -53%
– 53% sur le Ventilateur sur pied OCEANIC ...
Voir le deal
22.88 €

Partagez
- Books are the mirrors of the soul... | Ruby -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nolan Wilson
Nolan Wilson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/11/2019
Messages : 419
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: Books are the mirrors of the soul... | Ruby   Books are the mirrors of the soul... | Ruby - Page 3 EmptyLun 9 Mar 2020 - 16:11
Elle a l’air soulagée par ce que je lui raconte. Je crois. Faut dire que je sous-entends qu’elle ne devrait normalement pas perdre son bras. Donc encore heureux que ça lui plaise. Sinon je serais tombé sur quelqu’un de vraiment bizarre. Et, comme à chaque fois que je me retrouve dans ma peau de médecin, quelles que soient les circonstances, je me fais plus bavard et sûr de moi. Parce que ça, je gère donc. Quoi qu’il arrive. C’est rassurant quelque part, de voir que je suis encore au moins capable de ça. A défaut du reste.

...parce que ouais, le reste, c’est pas terrible. Déjà quand elle pose sa tête sur mon épaule, je me fige comme… bon comme un mec qui a approché personne depuis des mois. Je parle même pas de coucher avec une fille hein, ça j’ai oublié quand c’était. Juste… de la proximité. Je retiens un soupir avant de secouer la tête. « Non, si j’essayais de te draguer, je serais en train de bafouiller et je serais pathétique... » Je lève un sourcil avant de reprendre, comme si de rien était. « Remarque, ça peut en effet être le cas. T’as pitié de moi ? C’est un bon indice en général. » Bon, en réalité, pas du tout. Enfin avant c’était pas ça. Quand j’ai plus été dans l’ombre de Tom et que j’ai eu besoin d’oublier Cass’, autant dire que j’ai eu aucun problème à trouver comme séduire les filles avec mon sourire colgate et mon petit air paumé d’étudiant en médecine. Ca marchait à tous les coups. Mais ça aussi, c’était dans une autre vie.

Je finis de me concentrer sur son bras et je suis soulagé de voir qu’il y avait pas tant de chair abîmée que ça. Elle a suffisamment douillé et, si tout va bien, demain ou après-demain je pourrais lui faire quelques points. Et ça ira. Enfin, autant que ça puisse aller dans ce nouveau monde. J’ai un rire quand elle relève la tête et croise mon regard, avant de hausser les épaules. « Hé, c’est comme ça qu’on réclame ? Et tu veux pas que je te traite comme une gamine, c’est pas ma faute si t’as dit non ! » Un peu de légèreté, ça fait pas de mal. Surtout qu’elle semble aussi s’y accrocher pour pas tomber dans les pommes. Ce que je peux comprendre, vu sa maigreur, elle doit pas avoir beaucoup de forces.

A sa remarque, je la dévisage un instant de bas en haut avant de souffler, songeur. « Parait que ça se faisait pas trop de manger du chien avant. Mais les temps changent. Et vu que je te donne entre 12 et 120 ans, je risque pas de jouer aux devinettes, je risque trop gros si je dois payer pour chaque tentative. » Je lui tapote l’épaule un peu maladroitement quand elle étouffe son cri, inspirant et expirant doucement, comme pour lui rappeler comment faire. « J’ai fini pour aujourd’hui oui. Tu sais qu’il va falloir que je recommence dès que ça fera un peu moins mal, hein ? » Au reste de ses propos, j’ai un temps, sans bien savoir quoi répondre. Et puis je finis par souffler, un peu indécis. « Tu peux pas faire à manger pour le moment, t’as déjà du mal à pas tourner de l’oeil. Et même si t’as pas faim, t’as besoin de manger. » Je commence à ranger mes affaires. « … je… même si je suis tout seul, même après tout ce temps je me dis que… s’il y a plus gens sympa, si on perd tout ce qui reste de notre humanité... à quoi ça sert de survivre ? Je joue pas au super héros non plus. J’évite de te demander des faveurs contre des soins et je te propose des pâtes au ketchup. C’est quand même… dingue que ça soit pas la norme. » Parce que ça devrait. Sinon on est juste des monstres bons à mourir les uns après les autres. Et hors de question que je le devienne perso. Je sais pas si c’est son cas à elle, ce qu’elle peut penser ou pas. « Tu veux dormir un peu le temps que je prépare la bouffe ? » Je désigne le coin que je me suis aménagé pour dormir. « J’ai descendu un matelas et des oreillers. Je préfère squatter une seule pièce, au moins je sais d’où viennent les bruits comme ça. » Je dois vraiment paraître bizarre quand j’y pense. Mais bon, blessée ou pas, elle a toujours son arme. Donc elle pourra se défendre si elle l’estime nécessaire.




“You love me. Real or not real?"

Revenir en haut Aller en bas  
Ruby Finley
The Exiles
Trader
Ruby Finley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/01/2020
Messages : 1292
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Books are the mirrors of the soul... | Ruby   Books are the mirrors of the soul... | Ruby - Page 3 EmptyMar 10 Mar 2020 - 20:12
Je devrais peut-être lui préciser qu’il bafouillait déjà, et qu’il était un peu pathétique à le faire. On aurait dit qu’il était socialement inadapté, incapable de parler normalement à une fille quand ça n’impliquait pas de lui dresser un diagnostic santé. Remarque, ce ne serait pas le premier depuis l’apocalypse. Je n’avais plus vraiment de doutes sur le fait qu’il était bien seul, et ce, depuis déjà un moment. J’avais tout de même du mal à le suivre, alors qu’il me demandait sans détour si j’avais pitié de lui. Je répondis d’une voix pâteuse : « T’es en plein dedans, tu sais ? » Je le laissais faire ses propres déductions ensuite. Je n’avais pas envie de m’engager sur ce terrain, alors que c’était seulement de l’humour. Je risquais de le vexer à le traiter avec pitié ou de le faire miroiter en continuant de parler de drague. L’un comme l’autre était une mauvaise idée. J’avais besoin de lui et… Je ne comptais pas lui proposer de le remercier de la sorte pour ses bons soins, même s’il était mignon dans tous les sens du terme. Il fallait dire que je lui accordais un taux de survie frôlant le zéro absolu.

Je décollai ma tête de son épaule pour reprendre un peu de distance, maintenant qu’il avait fini. « Hey… Je savais pas que tu allais me proposer du chocolat aussi. » J’aurais mangé n’importe quoi là. Rien que l’idée d’avoir du chocolat risquait de me faire saliver. « Et j’ai pas dit non. » Je n’aimais pas vraiment sa façon de m’observer de bas en haut. C’était moins gênant quand toute son attention était focalisée sur la plaie dégueulasse à mon bras, en vérité. Il me donnait de… 12 à 120 ans ? Il se foutait vraiment de moi. Je rétorquai aussitôt : « J’ai seize ans. » Il n’allait jamais croire un mensonge pareil. Ou alors, si c’était le cas, je ravalerais ma fierté. J’avais l’impression que me rajeunir auprès de lui me rapporterait le gros lot. Et on me donnait souvent moins que mon âge, mais pas à ce point-là.

Je grommelai quelque chose d’incompréhensible alors que Nolan parlait de me charcuter à nouveau le bras dans quelques jours. On verrait à ce moment-là. Je me traînais vers le matelas qu’il m’avait désignée, pour m’allonger un peu. J’avais la tête qui tournait, chaud et froid par intermittence… Mais cette douleur cuisante au bras me maintenait encore éveillée. Trois ans plus tôt, je me serais peut-être mise à pleurer comme une gamine oui. Mais par les temps qui couraient maintenant, je m’estimais surtout chanceuse d’être tombée sur lui. Il venait de me soigner, proposait de m’héberger… Et même de me faire des pâtes en puisant sur son propre stock pendant que je me reposais. Peut-être qu’il avait raison et que mes standards étaient devenus assez bas maintenant. Je n’avais plus beaucoup foi en l’humanité. « A quoi ça sert de survivre ? » Je marquai un temps d’arrêt, à fixer le plafond, mon bras valide replié sous ma tête pour la maintenir. « Quand on perd tout ce qu’il nous reste d’humanité, on devient simplement des animaux, pas forcément des monstres. Tu crois que ça les empêche de vouloir vivre à tout prix ? Tu crois qu’ils tuent par plaisir ? Non, seulement pour se nourrir et se protéger. C’est pas plus compliqué que ça. » J’avais eu nombre de fois cette discussion avec Wyatt. A l’époque, je m’étais posée les mêmes questions que Nolan. Je me demandais si je méritais encore de vivre après avoir tué un homme. Le vieux chasseur m’avait assuré que oui. Depuis, je ne comptais pas le nombre de vies que j’avais dû prendre, parce que c’était eux ou moi. Et pour ça, je n’hésitais pas à tromper ou à faire preuve de lâcheté. Pourquoi ? Parce que nous étions tous devenus des animaux. On ne valait pas mieux et pas moins qu’eux. La morale ne rentrait pas en ligne de compte. On faisait ce qu’il fallait pour survivre et voir le lendemain, tout simplement. J’avais, depuis longtemps, réglé ce cas de conscience. Si je ne l’avais pas fait, j’aurais fini par me faire tuer. « T’as de la chance de pouvoir encore t’accorder ce luxe, mais ça ne durera pas Nolan. Tu finiras par te faire tuer, si tu continues comme ça. » Je penchai la tête dans sa direction. « Prends-le comme un conseil d’ami. »


« Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois ils gagnent. »
Revenir en haut Aller en bas  
Nolan Wilson
Nolan Wilson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/11/2019
Messages : 419
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: Books are the mirrors of the soul... | Ruby   Books are the mirrors of the soul... | Ruby - Page 3 EmptyMar 17 Mar 2020 - 20:23
Je m’attendais pas vraiment à ce genre de rencontre. En vrai, je m’attends plus à grand-chose ces derniers temps. J’ai pourtant eu des bonnes surprises, comme de retrouver Emerson, mais on va pas se leurrer, ça fait des mois que je vis en suspens. Espérant vaguement que je vais le retrouver au coin d’une rue, qu’ils sont pas morts, qu’ils m’ont pas oublié. Que je vais pouvoir les serrer dans mes bras et oublier tous ces mois perdus. Sauf que je sais que l’espoir est probablement le pire des maux dans ce nouveau monde. Et que ça finira probablement par me tuer. Ca ou la solitude, je saurais pas trop dire. Pour le moment, la question ne se pose pas. Si un jour, je finis pas réellement me demander si tout ça en vaut la peine, je saurais que c’est fini.

Enfin, là, dans l’immédiat, je dois éviter de me perdre dans ce genre de conjectures. C’est déjà assez compliqué au quotidien alors, forcément, quand je commence à me demander si j’ai un avenir, c’est encore pire. Même si, à la réflexion, ça aurait peut-être été moins pire que… ça. Je sais même pas pourquoi je me sens rougir et piquer du nez. « … ah euh… je… merde. Ca se dit que je suis pas intéressé de toute façon ou j’aurais l’air du type qui essaie de se rattraper tant bien que mal ? » J’ai une moue et un soupir avant de me focaliser sur ce que je sais faire. Et au moins, je suis rassuré de ce côté-là. Sauf gros souci, elle devrait s’en tirer. Et j’ai de quoi faire si elle a de la température ou autre. Mais je vais pas gaspiller toutes mes cartouches pour rien.

J’ai un rire silencieux à sa répartie. « Tu t’attendais à une image ou un bon point ? Dans le doute, toujours prendre l’air intéressé. Et t’as pas dit non mais t’as demandé si t’étais une gamine. Ca voulait un peu dire la même chose non ? » Quand elle me dit son âge, je lève un index dans sa direction et je me contente de souffler, amusé. « Et moi 75. Mais y a pas de soucis si tu veux pas dire ton âge. C’est comme ton nom. Je comprends. » Après tout, on se protège comme on peut. « Mais quand même, ça se fait pas de se vieillir autant. » J’ai un sourire malicieux avant de lui raconter la suite du programme. Qui a pas l’air de vraiment lui plaire mais là, ce sera à elle de voir ce qu’elle veut faire. Après tout, je vais pas la forcer à rester et à subir le reste si elle en a pas envie. A sa remarque, j’ai un silence songeur, fixant le vide. Avant de souffler, d’une voix douce. « Un jour, tout ça finira. On retrouvera jamais le monde d’avant je sais bien. Mais si on tient jusque-là, on peut peut-être arriver à … quelque chose de mieux. » Ou de pire, j’en suis bien conscient. Mais j’essaie d’y croire. « Les hommes ont toujours tué par plaisir. Ou par convoitise. C’est encore pire maintenant. Les objets de convoitise ont juste changé. Donc je pense que si, c’est plus compliqué que ça malheureusement. Mais le principal, c’est de pas oublier qui on est. » Sinon on est foutus. Et, quand elle reprend, j’ai un sourire un peu triste. « Tu sais, je suis tout seul depuis plus d’un an. Et toujours en vie. Alors non, je changerais pas ma façon d’être. Parce que j’ai déjà beaucoup trop perdu pour me permettre de perdre le peu qui me reste. » Je me relève et je pose avec douceur une main sur le sommet de son crâne. « Merci pour le conseil en tout cas. Tu veux dormir avant de manger ou tu tiens le coup ? » Tout en parlant, je me dirige vers mon sac de randonnée, déballant réchaud, casserole et ce qu’il faut pour un dîner de fête. Ou un truc du genre.




“You love me. Real or not real?"

Revenir en haut Aller en bas  
Ruby Finley
The Exiles
Trader
Ruby Finley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/01/2020
Messages : 1292
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Books are the mirrors of the soul... | Ruby   Books are the mirrors of the soul... | Ruby - Page 3 EmptySam 21 Mar 2020 - 19:54
Et le voilà qui se remettait à bégayer, un peu piteux. Je soufflai ce qui s’apparentait presque à un rire, trop épuisée pour en témoigner plus dans l’immédiat. Je n’avais, de toute façon, pas envie de répondre à son interrogation. Il n’était pas intéressé ? Tant mieux. C’était un peu vexant, mais surtout un soulagement pour moi. J’avais la sensation que, dans d’autres circonstances, il n’aurait peut-être pas dit la même chose. Mais là, vu mon état, ce serait clairement abusé de répondre par l’affirmative. Bien sûr, ça n’en arrêtait pas certains… Mais Nolan était médecin. Je pourrais sans doute fermer l’œil sans craindre qu’il ne cherche à en profiter pour me tuer, ou pire.

J’avais pourtant encore du mal à m’abandonner au sommeil. La pièce avait arrêté de tourner lorsque j’avais posé ma tête sur l’oreiller, encore un peu fiévreuse. L’alcool aurait dû m’aider à dormir, mais la douleur continuait de pulser à mon bras. Je me roulais en boule en le calant contre mon abdomen, dans un réflexe de préservation. Je tentais vainement de me concentrer sur la conversation de Nolan, qui avait à peine besoin de moi pour l’entretenir. C’était agréable de discuter avec quelqu’un d’autres que mes morts, pour une fois. Je poussai un profond soupir alors qu’il en rajoutait une couche, cependant. Il semblait persuadé, sans raison aucune, que je lui avais donné un faux nom. Et si c’était le cas ? Tout le monde le faisait, ça changeait quoi ? « Quelle importance ? On s’en moque. Les noms ne veulent plus rien dire maintenant. » Je pouvais bien m’appeler comme je voulais. Tout ce qui m’incitait à conserver mon propre prénom, c’était le souvenir des paroles de mon père, qui aimait dire que j’étais le plus beau joyau du monde…

Je cillai un peu, le regard humide. Traîtresse de vodka. « Je m’appelle Ruby Lexie Finley. J’ai 26 ans en réalité. » Je n’avais pas vraiment menti pour mon nom. Pour l’âge, c’était une boutade. Il n’était pas tombé dans le panneau. Il en avait même rajouté une couche, cet idiot. Je rigolais un peu, sans mot dire, avant qu’il reprenne un ton plus bas. Oui, Nolan était un parfait idiot. Il semblait persuadé que tout allait avoir une fin, que le monde renaîtrait sous une autre forme. « Tu en parles comme si on sera encore là pour le voir. » On ne tiendra pas jusque là, tous les deux. J’étais fiévreuse sur ce lit à cause d’un simple chien qui m’avait trouvé à son goût. Et lui ? Il me soignait gratuitement. J’étais faible, oui. Nolan était pire encore… Il était altruiste. « J’ai connu quelqu’un comme toi, altruiste à l’excès. » Je soufflai doucement, en fermant les yeux. « Ca l’a tué plus sûrement encore. » Je souris un peu. « Tu as seulement eu de la chance jusqu’à maintenant… Et le privilège d’être médecin, ce qui te rend assez utile pour qu’on ne cherche pas à te tuer. » Je soufflai avec dépit. « J’aurais dû étudier la médecine, moi aussi. Tout le monde s’en fout de l’aéronautique maintenant. »

Je rouvris les yeux sur le plafond, songeuse. « Changer, c’est s’adapter, Nolan. Tu es seul depuis un an, tu viens de le dire. Qu’est-ce qui te reste encore à perdre ? » Moi, je n’avais plus rien à perdre depuis longtemps. C’était ce qui nous rendait le plus dangereux, et peut-être le plus susceptible de mourir aussi.


« Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois ils gagnent. »
Revenir en haut Aller en bas  
Nolan Wilson
Nolan Wilson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/11/2019
Messages : 419
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: Books are the mirrors of the soul... | Ruby   Books are the mirrors of the soul... | Ruby - Page 3 EmptySam 4 Avr 2020 - 11:05
Je sais pas si c’est la pitié ou autre chose qui l’empêche d’en remettre une couche et, fondamentalement, c’est pas plus mal. Ca m’évite de continuer ce constat déprimant de mes capacités sociales envolées. Je me dis vaguement qu’elle aurait halluciné si elle m’avait rencontré avant. Que ce soit avant la fin du monde ou même il y a quelques mois, quand j’avais encore ceux qui comptaient vraiment. Dire que je ne suis plus la même personne est un doux euphémisme, même si j’ai encore assez d’esprit pour me souvenir de qui j’étais. De ce que je ne veux pas être. On verra combien de temps ça dure, mais je m’y raccroche encore tant bien que mal.

J’ai une grimace compatissante à la voir se rouler en boule et, alors que je m’active, je fais un détour pour déposer une couverture sur elle. Je vois bien qu’elle lutte mais, tant qu’elle a envie de discuter, je vais pas dire non. Même si j’arrive la plupart du temps à m’accommoder de la solitude, je me rends bien compte à quel point pouvoir parler à autre chose qu’à des hallucinations, c’est plutôt une bonne chose. C’est bien ce qu’Emerson m’a dit quand je l’ai croisée. A sa répartie, j’ai un bref haussement d’épaules. « Y a beaucoup de choses qui veulent plus rien dire. C’est pas pour autant qu’il faut les abandonner. Un nom c’est… une identité. Que ce soit le nom que tu aies de base ou celui que tu as choisi. Il te raccroche à tes souvenirs ou, au contraire, il te permet de couper avec ton passé. Et puis… c’est bien de se dire que, même si on est tout seul, il y a quelqu’un qui sait encore qui on est… tu crois pas ? » Ouais, ouais, je parle trop. Et pour pas dire des trucs bien constructifs. Je soupire intérieurement avant d’esquisser un sourire quand elle reprend. « Enchanté Ruby. C’est un joli prénom. Et on a pas tant d’écart que ça au final, j’aurais pas cru. Moi c’est Nolan Wilson donc. Je vais avoir 29 ans. Si c’est pas déjà fait. Hum. J’ai du mal avec les dates en vrai. » Si c’était qu’avec ça…

Au reste, mon sourire se fait plus franc. « Je sais bien que je serais probablement pas là pour voir ça. Ca m’empêche pas de me dire que c’est pas non plus totalement impossible. Et si j’étais pas altruiste, tu serais en train d’agoniser dans un coin de la pièce, je pensais pas que tu t’en plaindrais là de suite. » Je le dis sans animosité, même si je suis bien conscient qu’elle as pas tort. Enfin, j’ai pas envie de le reconnaître, ça ferait que me conforter dans l’idée que je suis un mort en sursit. « Désolé que t’aies perdu quelqu’un à cause de ça. Et je sais pas si j’ai eu de la chance. Je me suis pas trouvé chanceux quand j’ai du exploser la tête de ma sœur transformée en rôdeur pour éviter qu’elle bouffe mon amie. » J’ai une grimace, me perdant un instant dans des souvenirs particulièrement désagréables avant de hocher la tête. « Mais je comprends. Ce que tu veux dire. Je suis utile pour survivre. Je l’ai bien vu quand je vais au no man’s land. Mais toi tu seras utile plus tard. Dans quelques semaines, quelques mois. Quand les gens auront envie de vivre. S’il reste plus beaucoup de médecins, des gens aux compétences aussi pointues, c’est encore plus rares. Tu faisais quoi exactement ? »

Je fixe l’eau que je viens de verser dans la casserole alors que je sors un paquet de pâtes que j’ai eu en échange de soins la semaine dernière, gardant le silence à sa question. Avant de souffler, à mi-voix. « Mon humanité. Je sais que la plupart des gens ne s’en encombre plus. Mais je peux pas. L’abandonner. Ce serait renoncer à ce que je suis depuis toujours. J’ai voulu être médecin depuis que j’ai 7 ans Ruby. Pour aider les gens. Pour éviter qu’ils souffrent. Je vois pas comment abandonner ça. » Et j’en ai pas envie.




“You love me. Real or not real?"

Revenir en haut Aller en bas  
Ruby Finley
The Exiles
Trader
Ruby Finley
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 02/01/2020
Messages : 1292
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Books are the mirrors of the soul... | Ruby   Books are the mirrors of the soul... | Ruby - Page 3 EmptyJeu 9 Avr 2020 - 18:43
Il était tellement… Gentil et prévenant. A croire que cette espèce existait encore, même par les temps qui courraient. Je me pelotonnai sous la couverture qu’il venait de jeter sur moi, alors que j’avais de plus en plus de mal à rester éveillée. J’entendis à peine la question qu’il me posait, en vérité. Il n’avait pas de mal à tenir une conversation pour deux, lui. J’imaginais sans difficulté qu’il ne voyait pas tous les jours quelqu’un, que la solitude devait le peser aussi sûrement que moi. Nolan cherchait encore un sens à tout ceci. Il se raccrochait à une identité, à des idéaux, à quantité de choses qui n’avait plus la moindre importance à mes yeux maintenant. Pourtant, à l’entendre, il était encore plus paumé que moi.

Nolan Wilson… Il ne devait pas être médecin depuis bien longtemps, quand la fin du monde nous était tombée sur le coin de la tête. Et moi ? Il ne me manquait que quelques mois d’étude pour décrocher mon diplôme d’ingénieur. Non, nous n’avions pas tant de différence d’âge que ça… Et pourtant, il avait cette façon de parler comme s’il devait s’adresser à une gamine. Il faisait de même avec tout le monde ? A se demander qui il cherchait à rassurer, lui ou moi ? Je lui rendis un sourire fatigué. « Ca fait combien de temps que tu n'as pas vu quelqu'un ? » Je sentais encore la pression métallique du fusil dans mon dos. Je ne comptais pas m’en séparer, même dans mon état actuel. Il devait bien s’en être rendu compte. Ca, ça avait du sens pour moi.

Je n’étais pas du tout réceptive à son discours de bien-pensant, si bien qu’il se sentit obligé de replacer les choses dans leur contexte. Alors… Oui, effectivement. S’il n’était pas aussi altruiste, je ne serais pas là, roulée en boule sous une couverture, mon bras soigné et avec un plat de pâtes qui m’attendrait au réveil. « Je vais payer ma part, ce n’est qu’une avance. » Je tenais à lui rappeler, pour qu’il ne croie surtout pas avoir sacrifié inutilement quelques unes de ses ressources. Je n’insistais pas sur le sujet. S’il avait envie de continuer sur cette ligne de conduite bienfaitrice, grand bien lui fasse. Je gardais mes précieux conseils pour moi, s’il n’en voulait pas. Je survivrais sans doute un peu plus longtemps que Nolan Wilson à l’apocalypse.

Pourquoi il s’excusait, pour Warren ? Ce n’était pas lui qui avait tiré. Je n’allais pas m’excuser en réponse pour sa sœur. Pourquoi il me racontait tout ça ? A croire qu’il avait besoin d’une petite séance de psychanalyse pour se remettre d’aplomb. Oui, sauf que j’aimais ce qui était mécanique, mathématique et logique. L’être humain ne l’était pas assez à mes yeux. Il avait toqué à la mauvaise porte pour espérer avoir un tant soi peu de compassion. Je concluais simplement, à son drame familial : « On a tous perdu quelqu’un. » Je préférais ignorer ce qu’était devenue ma famille, même si je ne me faisais pas beaucoup d’illusions. Ils n’étaient jamais venus, c’était pour une bonne raison non ? C’était mieux comme ça.

Je soufflai ce qui s’apparentait presque à un rire, chargé d’amertume. Tout le monde s’en foutait de ce que j’étais capable de faire. Ils ne voyaient qu’une jolie petite frimousse blonde et inoffensive… Et ça m’allait, la plupart du temps. Être ingénieure, ça n’avait du sens plus que pour moi. « Je travaillais sur des prototypes, chez Boeing… Mais les avions civils m’intéressaient assez peu. Je préférais tout ce qui touchait aux satellites, aux drones, et aux avions militaires. L’avenir était plutôt là-dedans, à l’époque. Les avancées étaient phénoménales. Maintenant… Ca n’a plus d’importance. » Plus aucune.

Et l’humanité non plus, n’en avait plus aucune. J’avais renoncé à la mienne depuis déjà des années, pour espérer survivre un jour de plus. J’avais eu des remords la première fois que j’avais dû descendre quelqu’un, même s’il comptait s’en prendre physiquement à moi. Et depuis ? C’était devenu… Plus facile. Wyatt m’avait mis en tête que nous n’étions pas si différents des animaux, que ce n’était pas un mal de vouloir survivre. Je ne faisais rien qui n’était ni bon ni mauvais. Je faisais seulement… Ce qui était nécessaire, ni plus ni moins. « Parfois, on est obligé d’abandonner ses rêves. On se bat déjà pour garder la raison. » Je cillai un peu, avant de fermer les yeux pour de bon. « Je suis contente pour toi, Nolan, si tu as pu continuer de faire ce dont tu rêvais. Vraiment. » Et jalouse, aussi. Je l’enviais tellement.


« Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois ils gagnent. »
Revenir en haut Aller en bas  
Nolan Wilson
Nolan Wilson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 16/11/2019
Messages : 419
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: Books are the mirrors of the soul... | Ruby   Books are the mirrors of the soul... | Ruby - Page 3 EmptyVen 17 Avr 2020 - 13:37
Je me doute que, comme les autres, elle doit me trouver trop naïf, trop sympa, trop… un paquet de trucs qui font que je suis pas adapté au monde qui est devenu le nôtre. Pour autant, je suis toujours en vie, j’arrive à m’en sortir et je me vois pas me comporter autrement. Même si ça doit me coûter la vie au final, j’aurais été celui que je voulais être jusqu’au bout.

Je me frotte le visage, cillant quand elle me pose sa question alors que je me rends compte que je suis tout simplement incapable d’y répondre. « Je… quelques semaines ? Mois ? Je sais plus. C’est compliqué de garder le fil. » Je crois que c’était au no man’s land la dernière fois. J’ai quand même un sourire avant de souffler, un rien malicieux. « Je suppose que tu comptes pas dans le calcul hein... » Mais, dans le fond, c’est pas vraiment important. J’ai un bref haussement d’épaules au reste de ses propos avant de lui répondre, d’une voix douce. « Ouais, je sais. Je fais de l’investissement à moyen terme là en vrai. » Tu parles. Même si elle avait rien à donner en échange, je serais assez con pour la nourrir sans raison. Et je hoche la tête au reste, me demandant vaguement si je dois ajouter Cass’ et Tom à la liste des gens que j’ai perdus avant de chasser cette pensée avec un froncement de sourcils.

Parler de ce qu’on faisait avant, c’est plus simple, moins déprimant. Ou pas selon le point de vue mais j’en suis pas vraiment conscient vu que je continue de me raccrocher à ce que j’ai toujours aimé faire. J’hésite un instant à lui dire que si, ça en aura un jour de nouveau, mais ce serait relancer un débat et, vu sa tête, j’aimerais plus qu’elle se repose. Alors je me contente de soupirer doucement, laissant filer un silence songeur. « C’est pas vraiment ce que je rêvais de faire tu sais. Soigner quelqu’un qui s’est fait mordre dans des conditions d’hygiène qui doivent se faire retourner dans leur tombe la plupart des médecins c’est pas trop un but dans la vie. Mais au moins, si j’arrive à sauver quelques vies, c’est… mieux que rien. » Je finis par me relever et par attraper une autre couverture. « Tiens, ça te fera un oreiller, dors. Je veille sur toi. » Et j’ai un sourire un peu triste avant d’attraper un bouquin, tout en surveillant les pâtes. Elle aura un truc à se mettre dans l’estomac au réveil, c’est déjà ça de pris.

***

Je fronce les sourcils en retirant son pansement en silence, la mine concentrée. Depuis deux jours, elle a été bien HS. C’était pas uniquement dû à sa blessure mais plutôt à un cumul. Malnutrition, fatigue, peur… tout ce qui l’aurait probablement tuée si elle avait pas croisé ma route au bon moment. Elle a ouvert les yeux pour manger un truc, boire un peu et j’ai sacrifié quelques médocs pour m’assurer qu’elle finirait par se relever pour de bon. Et je cache pas que j’ai pas été inquiet. Faut dire que j’avais pas spécialement envie qu’elle se réveille en rôdeur. Déjà, j’aime pas trop tuer les gens, qu’ils soient morts ou pas, mais elle, ça aurait un sacré échec quand même.

Alors, forcément, maintenant qu’elle tient à peu près assise sans tanguer, qu’elle peut parler sans que la fièvre prenne le dessus, je suis plutôt content. Même si sa plaie est pas aussi propre que je le voudrais. Mais ça pourrait être pire. Ouais, ça peut toujours être pire. « Bon… je vais pouvoir faire les points, la plaie est consolidée. Ca va faire mal. Ouais encore. » Au moins, cette fois, je m’inquiète pas sur sa capacité à supporter la douleur. Elle a bien repris des forces depuis qu’elle a débarqué dans ma planque, mais j’attends quand même qu’elle valide, même d’un signe de tête. D’autant que je viens de sortir le fil et l’aiguille et que c’est le genre de trucs qui peut faire tourner de l’oeil à n’importe qui. « Ce serait bien aussi que tu… te changes. Et que tu te… laves un peu. Pour… enfin... tes fringues sont un peu crades et… » Et elle aussi, mais j’ose pas trop le dire à haut voix parce que ça se fait pas, encore moins maintenant qu’avant. Hem… « ...bref, j’ai une bassine et de l’eau dans la pièce d’à côté. Je dois avoir des fringues mais elles seront trop grandes pour toi. Le faire avant que je fasse les points, ce serait mieux. Si tu peux pas te lever je... » Je me gratte le menton, songeur. « Je peux tout amener là. Au pire. » Tout en parlant, je continue de préparer mes affaires, l’air de rien.




“You love me. Real or not real?"

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Books are the mirrors of the soul... | Ruby   Books are the mirrors of the soul... | Ruby - Page 3 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Books are the mirrors of the soul... | Ruby -
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: