The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -44%
Fauteuil gaming Arozzi TORRETTA noir
Voir le deal
139.99 €

Partagez
- Every chit chats are important -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zelda Anderson
Modératrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau suisse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 926
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Every chit chats are important   Every chit chats are important - Page 2 EmptyJeu 30 Jan 2020 - 6:46
Edgar était donc le genre de personne qui aimait boire et se droguer en même temps. D'après Maya, ça ne l'empêchait pas d'écrire divinement bien. Peut-être que les substances et l'alcool qu'il ingurgitait lui permettaient d'élever son niveau littéraire ? Zelda elle-même se sent bien plus inspirée après avoir bu un peu de vin ou fumé l'un des joints que Connie adore faire tourner lorsque leur petit gang se retrouve. C'est sûrement pareil pour les écrivains, alors ! Quant à l'époque dont est issue ce fameux Poe... Est-ce qu'ils étaient capables d'imaginer, en ce temps-là, que les morts allaient se relever pour dévorer les vivants ? Probablement pas ! « Il aurait adoré l'monde d'aujourd'hui, ton Edgar, alors ! » Les gothiques, ce sont bien ces gens qui portent des piques partout sur le corps et qui s'habillaient avec de longs manteaux noirs, non ? L'australienne les a toujours trouvés un peu bizarre. C'est comme s'ils adoraient la mort ou, plutôt, qu'ils détestaient la vie. Nul doute que cet écrivain aurait adoré une planète peuplée de cadavres. Il est simplement né un peu trop tôt...

Elle fait ensuite une légère moue quand Maya balaie la perspective d'accrocher des lames à sa prothèse. Zelda aurait bien quelques arguments à lui fournir pour la faire céder et la pousser à bidouiller un peu sa jambe de substitution. Mais elle suppose également que ce ne serait pas très poli d'insister. « C'toi qui vois ! » glisse-t-elle en haussant les épaules. « Mais si un jour tu changes d'avis hésite pas à m'en parler, ok ? J'ai encore plein d'autres idées pour ta jambe ! » Parmi lesquelles un lance-flammes ! Quoi qu'il en soit son aînée a réussi à capter son attention sur un autre sujet. « T'voulais aller en Alaska ? Genre... Volontairement ? Mais... ?! Pourquoi ?! » s'étonne-t-elle. De ce qu'elle en sait, ce n'est pas exactement un endroit accueillant. Il n'y a que de la neige, là-bas. Et une personne saine d'esprit n'a pas vraiment envie d'aller se perdre dans un désert de glace. Son âme d'australienne frissonne rien qu'en imaginant les lieux. « C'est où d'jà, l'Alaska ? » l'interroge-t-elle, songeant à la représentation traditionnelle des cartes de la planète. Ses connaissances géographiques sont loin d'égaler celle d'une adolescente qui aurait suivi un cursus scolaire traditionnel. Et même si l'école de Fort Ward lui permet de rattraper son retard dans le domaine, il n'en reste pas moins que les leçons qu'elle reçoit se focalisent plus sur la survie que la culture générale...

Suite à cette interlude, Maya la rassure très vite : elle n'entend pas la transformer en chanteuse de yodel mais plutôt en princesse de l'apocalypse. L'idée est plaisante et c'est avec entrain que la gamine se relève pour aller chercher le peigne dont sa coiffeuse improvisée à besoin. L'ayant glissé dans la paume de cette dernière, elle reprend docilement sa place à ses côtés pour lui faciliter au maximum l'accès à sa fine chevelure blonde. « J'suis à fond pour l'côté badass mais s'te-plaît, essaie d'pas m'rendre trop adorable, ok ? » lui demande-t-elle avec le plus grand des sérieux. « Les gens mignons sont les premiers à s'faire buter parce qu'ils n'font pas peur !Tandis qu'si t'as l'air ultra méchante, tout l'monde t'fiche la paix ! » Oui, l'apparence est importante. En soit, c'est une arme et un moyen de dissuasion. Zelda l'a bien compris. « En vrai... T'pourrais m'faire r'ssembler à une avocate fédérale, t'crois ? » Ça, ce serait l'apothéose ! Personne n'embête June ! Alors si elle lui ressemble, personne n'osera lui chercher des noises ! Ça relève de la logique la plus élémentaire. Du moins le croit-elle... « Les princesses ça sert à rien, d'toute façon ! Elles existent juste pour s'faire sauver par les mecs qui tuent les dragons ! Genre elles sont juste des r'compenses, en fait ! » explique-t-elle, un brin agacée. « Pis en plus j'suis plus une prolétataire, moi ! » C'est bien ainsi que l'on appelle les personnes issues de ce que l'on appelait autrefois la classe ouvrière, non ? Il est vrai que parfois elle est un peu distraite à l'école...

Viens enfin le sujet qui accapare l'attention de tous les jeunes humains qui commencent à voir autre chose que de simples camarades de jeu chez leurs congénères. Maya lui explique qu'à son âge, elle n'avait pas eu l'occasion de sortir avec beaucoup de garçons. Il faut dire que ça semble être l'époque où elle a perdu sa jambe. Ceci explique donc sûrement cela. Mais la jeune femme est jolie, c'est évident. Elle aurait pu faire des ravages si seulement la vie n'avait pas décidé de priver son corps de l'un de ses morceaux. Elle lui parle de Georges et un léger sourire se dessine sur les lèvres de l'enfant. Elle aurait bien voulu voir ça ! Mais d'un autre côté elle est un brin déçue : elle s'attendait à un mode d'emploi complet, à des règles qu'il lui suffirait d'appliquer pour attirer l'attention du mâle qui accapare la majeure partie de son attention. Là, elle n'est pas certaine de comprendre...« Donc en gros... T'es en train d'me dire que pour attirer l'attention d'un mec, faut être méchante avec lui ? » paraphrase-t-elle, hésitante. L'idée ne lui déplaît pas vraiment. L'avantage, c'est qu'elle n'aura pas vraiment à se forcer et qu'elle restera donc plus ou moins naturelle. « Alors ça va ! Ça, j'peux l'faire ! » Il faut dire qu'elle a de l'entraînement avec Dean...

Maya souhaite bien vite savoir qui peut être ce fameux garçon qui lui plaît. Les joues de l'adolescentes se nimbe d'une jolie couleur écarlate tandis qu'elle se retourne vers son aînée. « Si j'te l'dis, tu promets qu'tu t'moqueras pas ? Même pas un peu ? » Ce n'est pas facile d'avouer ces choses-là. « Bon... C'est Eddie ! T'sais, l'type qui s'est pris plein d'balles ? J'pourrais trop tomber amoureuse de lui, j'crois ! » Oui, bon, d'accord ! Il a au moins trois ou quatre fois son âge. Mais il paraît que l'amour ne s'embarrasse pas de ce genre de frontières. « Il est juste trop beau, c'gars ! Et en plus il est tout célibataire, j'crois ! Pis quand il est sous morphine il est hyper drôle, aussi ! Et en plus il m'apprend à tirer ! Le mec par-fait ! » Toutes les jeunes filles de l'apocalypse rêvent d'un conjoint qui manie le fusil comme virtuose, non ? « L'ennui c'est qu'il a pas l'air hyper intéressé... » Et on se demande pourquoi... « J'crois qu'c'est un amour à sens unique... » se lamente-t-elle tandis que ses épaules s'affaissent. Mais peut-être que sa colocataire aura une solution miracle pour résoudre ce petit problème ?

Et puis finalement l'australienne s'intéresse aux études de son aînée. Cette dernière lui explique qu'elles étaient focalisées sur les Hommes préhistoriques et leur mode de vie. Zelda ne connait pas grand chose sur le sujet. Elle sait un peu ce qui est de notoriété commune ou, du moins, ce qui est souvent représenté sur les images illustrant leurs lointains ancêtres. « Les mecs qui portaient d'la fourrure et qui vivaient dans les cavernes, là ? » résume-t-elle à sa manière. « Ils avaient l'air rigolos, eux, j'trouve ! L'problème c'est qu'ils ont buté tous les mammouths si j'me rappelle bien ? » Sinon comment expliquer qu'on n'en trouve plus aujourd'hui. Il faut croire que depuis ses prémices, l'humanité s'est acharnée à détruire l'environnement, la faune et la flore. Une enfant née au début du millénaire a naturellement été sensibilisée à cette problématique. « T'penses qu'on est une espèce en voie d'extinction, nous, maint'nant ? » l'interroge-t-elle, plongée dans sa réflexion. « J'me dis qu'ce s'rait un peu mérité vu qu'on a été un peu des connards avec la planète et les animaux ! Mais d'un autre côté... » Elle marque une pause. L'ennui c'est qu'elle a toujours eu de la peine à se placer sur l'échiquier du règne animal. Les humains ne sont peut-être pas très avisés. Elle sait qu'ils peuvent se montrer cruels, aussi. Qu'ils sont les seuls animaux à tuer pour le plaisir. Mais elle ne peut pas non plus ignorer qu'elle est une humaine, elle aussi... « Ouais, d'un autre côté ça m'rend triste de m'dire qu'on risque d'finir comme les dinosaures... » Et Maya ? Elle en pense quoi, elle, de tout ça ?


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?
Revenir en haut Aller en bas  
Maya Hillard
Maya Hillard
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une lance dont la pointe est en pierre. Maya l'a conçue elle-même.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 12/01/2020
Messages : 124
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Every chit chats are important   Every chit chats are important - Page 2 EmptyJeu 30 Jan 2020 - 21:54
Every chit chats are important
Feat. Zelda Anderson


Le fait que la jeune fille s'intéresse de manière si puéril à ce que pouvait lui raconter Maya avait quelque chose de touchant. Cette dernière ne pouvait s'empêcher de sourire, se promettant de lui proposer la lecture du Portrait Ovale, façon soirée film d'horreur, avec Kassidy, une couette et une lampe torche. Les deux jeunes filles étaient une bouffée d'oxygène dans cette maison qui pouvait parfois n'être rythmée que par une activité en purement pragmatique et adulte. Il fallait composer dans cette maison avec ces deux adolescentes, qui, malgré le fait qu'elles vivaient en plein territoire apocalyptique, étaient habitées par des préoccupations des gens de leurs âges.

Parler de l'Alaska avait donné un élan de nostalgie à Maya, qui eut un sourire lorsqu'elle entendit Zelda exprimer son étonnement. "C'était dans le cadre de mes études. Je menais des recherches sur une théorie des déplacements humains... Et..." Puis elle s'arrêta. La jeune fille lui demanda où se trouvait l'Alaska. Émue et compatissante, Maya esquissa un sourire presque triste sur le visage avant de caresser les cheveux de l'adolescente. Si ses calculs étaient exactes, Zelda avait à peine 10 ans au début de l'Apocalypse. Il y avait alors énormément de failles dans ses connaissances. Si l'école de la vie s'était chargée de lui apprendre mille choses utiles, elle n'en perdait pas moins ces informations précieuses qui font des Hommes civilisés de fins connaisseurs du monde qui les entoure. Maya, patiente, reformula plus simplement : "Tu sais, à la Préhistoire, les hommes préhistoriques ont quitté peu à peu l'Europe pour simplement vivre leurs vies. Ils n'avaient pas de maisons, ils allaient au gré des saisons, du gibiers, ce genre de choses... Il a bien fallut qu'il y en ait qui arrivent en Amérique. Alors, je suis partie en Alaska pour étudier les traces de ces Hommes." Espérant avoir été assez claire, Maya se souvint justement qu'à l'époque, elle avait été forcée de rester à Anchorage : impossible pour elle, avec son ancienne prothèse beaucoup moins perfectionnée de se mouvoir sur un territoire aussi froid, sec et instable. Maya aurait donné n'importe quoi pour y retourner.

Le sujet de la princesse avait cependant plus l'air de passionné l'adolescente, qui fit partager son aversion pour cette image de la femme. Avec l'Apocalypse, le féminisme était encore une notion dont on parlait parfois, parce que la place de la femme pouvait encore malheureusement être malmené, même dans ces temps des plus troublés, bien qu'on retrouvait parfois, voir souvent, des groupes d'Hommes menés par une femme. Cependant, les conseils en séduction de Maya étaient compris un peu trop au pied de la lettre par Zelda. Maya termina la troisième tresse et s'empara du peigne pour venir crêper l'extrémité pour la faire tenir. "Non ! Pas méchante ! Juste... Toi-même." Mais quand Zelda tomba dans la confidence, Maya ne put s'empêcher d'être peinée pour elle. Il y avait des jeunes gens de l'âge de Zelda dans le campement, mais dans tous les groupes que Maya avait côtoyé, il était vrai que les jeunes ne sont pas proportionnellement présent comparé au nombre d'adultes. Les enfants cependant, fleurissaient toujours ponctuellement. Lorsque Zelda mentionna donc Edward, qui était nettement trop vieux pour elle, Maya pensa à cet homme qu'elle appréciait : sa mère avait dépérit sous leurs yeux et il restait un jeune homme timide plein de charme. Pas étonnant, pensait Maya, que la jeune fille n'y soit pas insensible. "Ah ma puce, c'est pas possible d'espérer quoi que ce soit avec un garçon de cet âge-là tu sais... Ça viendra quand ça viendra !" Prévenait Maya, pleine de sagesse, en frictionnant doucement l'épaule de la jeune fille qui se tenait dos à elle.

La chercheuse but une gorgée de thé avant de poser la tasse quasiment vide sur sa table de nuit, puis elle s'occupa de réaliser une grosse tresse avec les trois tresses qu'elle venait de réaliser. "Les mammouths ont disparu en partie à cause du réchauffement de la planète surtout. Mais oui, c'est un sujet hyper intéressant, c'était vraiment mon truc ! Je me suis toujours demandée si ça valait le coup que j'vous en parle pendant les classes... Ca remonte à si loin, mais dans le monde dans lequel on vit maintenant, j'me dis qu'on leur ressemble pas mal finalement... Retour à la case départ quoi." Raconta la jeune femme en se concentrant sur la tresse de Zelda, en mentionnant la classe, qu'elle animait parfois pour donner un coup de main. Apprendre des choses aux petits et aux plus jeunes lui plaisaient énormément. Elle avait l'intention, pendant les beaux jours, d'apprendre aux autres à réaliser des pointes de flèches en os ou en pierre, ce qu'elle avait appris à faire pendant ses recherches et qu'elle avait déjà pu mettre en pratique de nombreuses fois depuis toutes ces années en territoire zombie. "Je pense qu'on est dans une ère de renouveau. Contrairement à ces Hommes du passé, on a la chance d'avoir plein de connaissances, ce qui va nous permettre de survivre à tout ça. Il va simplement falloir réapprendre à vivre comme ça." Lorsque Zelda mentionna les dinosaures, Maya eut un petit rire et s'appliqua pour finir la tresse. Mais à y repenser, elle s'interrogeait sur ce dont pouvait se rappeler une fille si jeune du monde dans lequel ils vivaient avant tout cela. Car ses maigres souvenirs seraient désormais de plus en plus lointain, mais elle serait un témoin clé pour raconter aux générations futurs le monde dans lequel ils vivaient. "Tu avais quoi... 10 ans quand ça a commencé ? Tu te rappelles quand même du monde tel qu'il était avant... "


code by black arrow


HERE COMES THE SUN

Her sister said that my girl was gone "But come inside, boy, and play, play, play me a song!" I said "Yeah! Here I go" She's kinda cute; don't you know, That after a while of seeing her smile I knew we could make it, a-make it in style!?
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Modératrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau suisse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 926
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Every chit chats are important   Every chit chats are important - Page 2 EmptyVen 31 Jan 2020 - 6:29
L'adolescente imagine plutôt mal la Préhistoire alors que ses lacunes en Histoire sont parfois béantes. Au-delà de l'image traditionnel des Hommes vêtus de peaux de bêtes, chassant à la lance les grands mammifères et taguant des peintures rupestres sur les murs des grottes, cette époque depuis longtemps révolue ne lui évoque pas grand chose. Alors se représenter des sortes de tribus migrant d'un continent à un autre avec les moyens fort limités dont ils devaient disposer, ça relève presque de la science-fiction. Elle veut bien croire Maya lorsque cette dernière lui dit que leurs ancêtres sont venus jusqu'en Alaska en provenance de l'Europe. C'est ce qu'on fait les colons anglais, français et espagnols quelques millénaires plus tard, après tout. Comme s'il s'agissait d'une forme de tradition, peut-être ? « Ils étaient courageux... » souffle-t-elle tandis que elle essaie d'imaginer une foule d'hommes et de femmes poilues traverser l'océan, accrochés à des troncs d'arbre ou quelque chose du genre. « N'empêche... Quelque chose m'dit qu'ils ont bien dû tirer la gueule quand ils ont débarqué en Alaska ! » glisse-t-elle, ponctuant sa remarque d'un petit rire. Se taper autant de bornes pour échouer dans de vastes étendues enneigées ? Ce n'est pas exactement ce qu'elle considère comme une bonne surprise... Mais peut-être que ces gens-là pensaient différemment ? Ou peut-être qu'ils ne pensait pas du tout... À leur place, en tout cas, elle se serait rendue dans les caraïbes ou dans une quelconque archipel ensoleillée !

Maya lui confirme quelques instants plus tard qu'elle peut faire une croix sur une romande avec Eddie. L'homme est trop vieux pour elle... C'est bien ce qu'elle pensait, oui. L'adolescente hausse les épaules et tente de marquer une forme de nonchalance qui ne lui sied guère. Même si c'est ce qu'elle essaie de faire croire, elle ne peut pas prétendre que tout ceci ne l'ennuie pas. « J's'rai bientôt une vraie femme, d'toute façon ! Et avec un peu d'chance il finira par s'rendre compte que j'suis celle qu'il lui faut ! » s'entête-t-elle. La jeune australienne ne compte pas encore lâcher son os. Et puis les garçons sont lents en plus d'être un peu bêtes. Eddie finira tôt ou tard par se rendre compte qu'elle grandit. Et un jour ou l'autre, il pourrait bien la trouver vraiment intéressante. « Et au pire j'tuerai toutes mes concurrentes, hein ! » C'est une stratégie parfaitement viable, non ? Mais elle préférerait tout de même qu'Edward opte pour elle naturellement. Ça lui éviterait bien des problèmes. D'autant plus que June risque de ne pas apprécier qu'elle se mette à sacrifier des forces vives par pur caprice...

Le duo disserte bientôt au sujet de la disparition des mammouths. Le complément d'informations distillé par Maya permet à l'adolescente de mieux comprendre les raisons qui ont mené à l'extinction de cette étrange espèce. « C'est trop pénible les réchauffements climatiques... » soupire-t-elle. L'australienne ignorait qu'un tel phénomène s'était déjà produit par le passé. Alors oui, son aînée à raison d'évoquer un retour à la case départ. Il faut croire que la nature adore les cycles... Même si elle est aussi capable de se montrer innovante. L'apparition des rôdeurs le prouve bien ! Toutefois son interlocutrice marque un point en précisant qu'à l'inverse de ceux qui les ont précédés, l'humanité dispose à présent de vastes connaissances. Est-ce qu'elles seront suffisantes pour éviter l'extinction ? « J'ai pas l'impression qu'ça nous a beaucoup aidés ! Des fois j'me dis qu'on est rev'nus à l'époque d'la Petite Maison dans la Prairie ! Tu sais, la série avec les paysans américains ? Ma grand-mère adorait ça ! » Elle, un peu moins. Qu'est-ce que ça pouvait être niais, ce truc... « D'ailleurs, en parlant d'ça.. .J't'ai d'jà dit qu'j'ai vécu avec des amérindiens pendant plus d'une année ? J'crois qu'on pourrait dire qu'ils étaient un peu préhistoriques, eux aussi. Genre ils avaient une seule télévision et bon, ok, des fusils et même deux-trois voitures. Mais ils avaient aussi gardé pas mal d'leurs traditions et ils vivaient dans des sortes d'maisons en bois. Avec des poêles et tout et tout ! C'était cool ! » résume-t-elle. Maya aurait adoré vivre parmi ces gens qui, au final, étaient adorables.

Quant au fait de se souvenir du monde d'avant... Avant de répondre à son agréable colocataire-coiffeuse-préhistorienne, Zelda décide de s'offusquer gentiment : « J'avais dix et demi ! » corrige-t-elle en appuyant bien sur la demi-année que son interlocutrice entend lui voler. C'est que lorsque que l'on est si jeune, le moindre mois glané à son importance ! « Mais ouais, j'me rappelle un peu du monde d'avant... Seulement plus l'temps passe et plus j'ai l'impression qu'il n'a jamais existé. C'est un peu comme... j'sais pas... un rêve ? » tente-t-elle d'expliquer. En réalité elle se souvient surtout d'un monde qui semblait parfait. En parlant avec les adultes de cette époque, elle se rend pourtant compte qu'il n'était pas aussi merveilleux que ça. Elle était juste trop jeune pour percevoir la part d'ombre qui s'étendait déjà sur l'humanité. « En fait j'crois que j'préférais l'oublier... Il m'rappelle surtout tout c'que j'ai perdu ! J'pense qu'c'est pareil pour toi ? » Ce serait tellement plus simple si le visage de ses parents disparaissaient des tréfonds de sa mémoire. Sans souvenirs, il n'y a pas de souffrance. D'une certaine façon, elle envie les bébés qui voient le jour aujourd'hui. Ils ne pourront jamais mesurer tout ce que les rôdeurs leur ont volé. Ce monde leur semblera juste... bien naturel.

Zelda grimace un peu quand son aînée tire sur ses cheveux et lâche un petit « Eh ! » de protestation. Elle se rend alors compte que l'intéressée à presque terminé sa tasse de thé et s'écarte gentiment de l'unijambiste avant de se relever. « J'vais te r'faire une tasse ! Bouge pas, l'éclopée ! » explique-t-elle, taquine. Il lui semble bien naturel de se charger de cette tâche puisque Maya semble si confortablement installée sur son lit. Et puis de toute façon elle ne lui laisse pas vraiment l'occasion de discuter puisqu'elle se rue déjà à l'extérieur de la pièce, la tasse vide dans les mains. Elle revient quelques instants plus tard avec un breuvage fumant. Elle s'applique pour ne rien renverser, dépose le thé sur la table de nuit de sa colocataire puis revient prendre place à ses côtés pour qu'elle puisse continuer à lui tresser les cheveux.« Dis, Maya... Elle est d'venue quoi, ta maman ? » Il y a bien Eric et Daniel mais... qu'est donc devenue la femme qui lui a donné la vie ? Elle espère que c'est le genre de sujet qu'elle peut peut maintenant aborder avec l'ancienne étudiante. Cela fait déjà quelques semaines qu'elles vivent ensemble, après tout ! Et puis, dans le fond, est-ce qu'il y a vraiment un bon moment pour évoquer ce genre de choses ?


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?
Revenir en haut Aller en bas  
Maya Hillard
Maya Hillard
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une lance dont la pointe est en pierre. Maya l'a conçue elle-même.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 12/01/2020
Messages : 124
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Every chit chats are important   Every chit chats are important - Page 2 EmptySam 1 Fév 2020 - 17:08
Every chit chats are important
Feat. Zelda Anderson


Que Zelda insiste tellement à propos du beau Edward faisait sourire Maya. Il était tout naturel pour une jeune fille de son âge de se poser des questions, mais aussi de rêver voir commencer à même fantasmer sur des figures qui lui paraissaient idéales. Dans ce cas-ci, il n'était pas question d'acteurs célèbres ou de chanteurs et chanteuses à la mode, mais d'un homme du quotidien, celui qui lui plaisait le plus à l'oeil, celui qu'elle pouvait facilement modeler dans ses rêves comme agissant de la manière la plus romantique qu'elle pouvait avoir en tête. Il n'y avait rien de bizarre là-dedans et la chercheuse trouvait même touchant le fait que cette notion de fantasme adolescent perdure même dans ce monde complètement différent.

Maya prit une moue taquine et poussa légèrement l'épaule de l'adolescente qui menaçait de tuer toutes les prétendantes du jeune homme. "Eh ça s'fait pas ! Il est plutôt mignon en plus !" Dit-elle d'un ton faussement puéril avant de se mettre à rire. Elles restèrent quelques minutes à parler de banalités avant que Zelda ne raconte à la chercheuse qu'elle avait vécu avec des amérindiens. Maya fronça les sourcils et secoua la tête de droite à gauche. "Ces gens, avec qui tu as vécu... C'est juste qu'ils n'ont pas oublié leur attachement à la terre, à la Terre même, avec un grand "T". Quand on pense à ses ancêtres, à la nature, on a pas la même vision de la vie que certaines personnes qui ne pensaient qu'à leur argent et à leurs petites opportunités personnelles, tu comprends ?" Expliqua alors une Maya patiente, qui trouvait chouette que Zelda ait pu expérimenter une vie auprès de personnes qui avaient encore une conscience humaniste véritable.

"C'est sûr qu'il sera difficile de revenir à notre confort moderne mais... On est pas si mal ici ! Bainbridge Island est un endroit surprenant. J'avais du confort dans mon ancien groupe, mais on se sentait pas aussi en sécurité... Surtout depuis la tempête de 2017..." Raconta alors à son tour Maya en évitant du regard sa veste en jean beaucoup trop grande pour elle, qui était pendue à la porte de la chambre. Elle appartenait à George, qui avait périt pendant cette tempête, qui avait énormément découragé le groupe des Moles. "C'est normal que tu t'en rappelles de moins en moins... En fait, j'pense que c'est pour tout le monde pareil. Mais en tant qu'adulte, on a parfois des souvenirs beaucoup plus profonds, ce qui fait qu'on garde tout ça en tête un peu plus longtemps." En effet, comment ne pas oublier des années de souffrance ? À côté de tout cela, certaines facettes de la vie de survivant avaient été considéré comme bien simple par Maya, qui ne s'était jamais plaint en quatre ans de survie.

L'adolescente se précipita, les tresses au vent, pour aller chercher une autre tasse de thé à la jeune femme. Celle-ci n'eut pas le temps de lui donner son aval ou non, car elle était partie comme une flèche au rez-de-chaussé. Maya se sentait gonflée d'affection pour cette enfant qui, en contrepartie, à cause de ses questions innocentes, ravivaient quelques souvenirs – plus ou moins douloureux. Mais haussant les épaules pour elle-même, Maya se sentit tout de même bien lotie, dans cette maison, au sein de ce groupe. Avoir rejoint The Remnants avait été un moyen pour la famille Hillard de souffler, de trouver un peu de repos. Après un petit moment, Zelda revint avec un thé fumant. "Merci ma puce !" Dit Maya en bougeant de place, s'asseillant au bord du lit. Elle s'étira et prit un instant pour regarder les cheveux de Zelda. "Je vais finir de les attacher ensemble avec un élastique, ça va faire une grosse tresse, ce sera très jolie !" Expliqua Maya en se levant, se déplaçant à cloche pieds jusqu'à un petit meuble près de la porte d'entrée dans lequel elle vint prendre un de ses propres élastiques. Elle se rassit en s'affalant dans le lit, rigolant un peu à cause de l'atterrisage approximatif. Quand elle s'était rassie, Zelda mentionna la mère de Maya. "Oh, j'en sais trop rien pour tout te dire..." Commença à dire Maya en tournant sa tête vers Zelda avant de lui prendre délicatement les trois tresses pour les assembler et les attacher ensemble. "Quand je suis tombée malade, ma mère a dit que c'était... "trop dur" pour elle de me voir dans cet état. Il y a pas eut que la jambe, mais aussi beaucoup de médicaments et de séjour à l'hôpital. Alors, elle est partie. Elle a laissée tombée mon père, mes frères et moi. Mais si tu veux mon avis, je pense qu'elle était très égoïste. Je t'avoue que depuis l'épidémie, je n'ai pas du tout pensée à elle. Mon père a toujours tout fait pour ses enfants, c'est vraiment un homme bon. Il méritait pas qu'elle le plante comme ça."

Lorsque Maya avait expliqué cela à Zelda, elle avait une voix calme et on sentait qu'elle ne ressentait pas spécialement de tristesse dans ce qu'elle racontait. Ni de regret. Elle avait eut toute une adolescence pour maudir le monde, mais maintenant, ils étaient ici, aujourd'hui, tous les trois. Son seul regret avait été de plus avoir Tom, le jumeau d'Eric, à leurs côtés. Que devait alors ressentir une adolescente comme Zelda, qui avait l'air d'avoir perdu toute sa famille ? Maya se risqua doucement en terminant la coiffure de la jeune fille : "Tu n'es pas obligée d'en parler si tu n'as pas envie mais... Tes parents... Tu... Tu étais avec eux au début ? Qu'est-ce qu'il s'est passé ?" Car si Zelda avait rejoint la maison depuis le mois d'octobre et que Maya s'était tout de suite entendue avec elle, elle n'avait jamais osé lui posé la question.



code by black arrow


HERE COMES THE SUN

Her sister said that my girl was gone "But come inside, boy, and play, play, play me a song!" I said "Yeah! Here I go" She's kinda cute; don't you know, That after a while of seeing her smile I knew we could make it, a-make it in style!?
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Modératrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau suisse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 926
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Every chit chats are important   Every chit chats are important - Page 2 EmptyDim 2 Fév 2020 - 14:02
Elle aime bien discuter des garçons avec les autres filles. C'est cependant la première fois qu'elle tente cet exercice avec une adulte. Mais en réalité il n'y a pas une grande différence entre une conversation avec Kassidy et Maya. Au final, ce sont toujours des rires qui viennent ponctuer le sujet. Elle décoche un sourire espiègle à son aînée lui fait remarquer que ce ne serait pas très correct de faire disparaître ses concurrentes. « Meh ! C'est justement parce qu'il est mignon qu'j'ai envie d'zigouiller ses autres prétendantes ! S'il était tout laid j'le laisserais volontiers à quelqu'un d'autre ! » En général on ne se bat pas beaucoup pour les torchons... Zelda tilte finalement lorsqu'elle se rappelle des propos exactes de l'unijambiste. « Attends ?! Toi aussi tu l'trouves beau ? » lui demande-t-elle en plissant les yeux. « Il t'plaît ? » Elle n'a pas envie de faire du mal à Maya, elle ! Alors elle espère que cette dernière trouvera un autre homme pour s'amuser. Parce que la concurrence entre colocataire, ça ne peut pas déboucher sur quelque chose de bien. Si les plats se mettent à voler pendant les repas, Clayton et Daniel vont forcément finir par gueuler...

Et puis Maya semble s'y connaître un peu en amérindiens alors elle devient un peu trop précieuse pour être sacrifiée. En revanche la jeune australienne n'est pas certaine de bien comprendre cette histoire de terre. « La planète, tu dis ? » De quoi parlent-elles ? De leur jolie boule bleue qui flotte dans l'espace ou des territoires sur lesquelles vivent les Natifs ? « En tout cas, ouais, ils aimaient la terre - avec ou sans majuscules ! - et ils tenaient vraiment à la protéger ! C'est pour ça qu'j'étais à l'abri chez eux ! Enfin, jusqu'à c'qu'une horde débarque... » Mais lutter contre une marée de morts, ce n'est franchement pas une chose aisée. Elle doute que quiconque puisse vraiment faire face à une invasion de ce genre. En tout cas ses hôtes n'ont pas réussi, eux. Et Mary non plus...

Maya finit par évoquer le confort dont elle jouissait dans son ancien groupe mais également son impression de ne pas avoir été autant en sécurité qu'à Fort Ward. Zelda ne peut qu'approuver. Le camp est un véritable havre de paix grâce à ses murailles et à la vigilance des gardes. C'est probablement l'un des endroits les plus sûrs à l'heure actuelle. Peut-être même le plus sûr. Les survivants qui finissent ici sont véritablement chanceux... « J'me souviens de cette tempête, ouais ! Mais sûr l'moment j'pensais qu'c'était normal par ici d'avoir un temps pareil...» Elle se souvient aussi qu'elle redoutait d'être enterrée vivante sous l'épaisse couche de neige ! Elle avait toutefois la chance d'être à l'abri. Elle suppose que beaucoup de survivants ont dû succomber cet hiver-là... « Pourquoi tu dis qu'tu te sentais moins en sécurité depuis c'moment-là ? » Qu'est-ce qu'elle a vécu ? L'enfant se rend compte qu'elle n'a jamais vraiment questionné Maya sur son passé et se sent presque coupable de négligence.

Après avoir évoqué brièvement les souvenirs passés et les traces qu'ils peuvent laisser sur une âme, Zelda s'absente pour aller chercher un thé à sa colocataire et lui éviter ainsi d'avoir à se lever. L'unijambiste lui explique qu'elle va attacher ses tresses ensembles et que le résultat sera très joli. L'australienne lui décoche un autre sourire. Elle n'en doute pas ! Mais elle ira tout de même vérifier le résultat dans la glace quand tout ceci sera terminé ! Et puis peut-être qu'elle ira demander l'avis d'Eddie, aussi. Peut-être qu'il aime bien le style allemand ? Pour l'heure elle préfère interroger son aînée sur sa maman. Elle a alors soulagée lorsque son interlocutrice décide de lui répondre et, surtout, qu'elle n'opte pas pour le silence ou la colère. Il y a des gens qui aiment encore moins le passé qu'elle, elle le sait. La gamine garde religieusement le silence tandis que la jeune femme lui explique les raisons qui justifient l'absence de sa génitrice.

La gamine ne réagit pas tout de suite et tente de trouver des raisons qui peuvent justifier l'abandon d'un mari et de ses enfants. Cette situation lui semble profondément injuste et elle a de la peine à appréhender qu'une personne puisse quitter les siens par pur égoïsme. Elle savait déjà que la nature humaine avait de mauvais penchants mais celui-ci est particulièrement abjecte. « Prends-le pas mal mais... j'espère qu'elle est morte ! » maugrée-t-elle. Elle ressent une colère inexplicable pour cette femme qui a laissé une famille meurtrie dans son sillage. Et puisqu'elle n'a aucun lien avec elle, souhaiter sa mort ne lui demande pas le moindre effort. En fait, elle se demande comment son aînée parvient à garder un ton si calme et maîtrisé. Est-ce qu'elle a eu le temps de digérer tout ça ?

Pour finir c'est au tour de Maya de faire preuve de curiosité. Elle questionne l'adolescente sur ses parents et cette dernière lui répond tout d'abord par le silence. Elle comprend l'intérêt de sa colocataire et le juge même parfaitement normal. Mais elle peine à poser des mots sur ses impressions et ses sentiments dès le moment où il est question d'eux. « J'sais pas c'qu'ils sont dev'nus. Quand les choses ont vraiment dégénéré, j'étais en camp nature avec ma classe dans l'est de l'état. J'suppose qu'ils n'ont pas pu v'nir me chercher ou qu'j'étais déjà partie quand ils sont final'ment arrivés... » explique-t-elle en haussant brièvement les épaules. Cette question continue de la torturer. Que se serait-il passé si elle les avait attendus un peu plus longtemps ? « Pendant longtemps j'me suis accrochée à l'espoir qu'on allait finir par s'retrouver quelque part. Et y'a quelques semaines, en discutant avec June, j'ai compris qu'ils étaient sûr'ment morts. Dans l'fond, j'pense que j'le savais déjà ! C'est juste qu'il m'a fallut du temps pour l'accepter ! » Elle comprendra donc probablement pourquoi elle était si maussade quelque temps plus tôt. Il est vrai que Kassidy fut la seule à être dans la confidence. « En fait c'est bizarre mais c'est presque plus facile d'me dire qu'ils sont morts que d'continuer à espérer d'les r'trouver ! Ils étaient vraiment chouettes et tout ça mais... J'ai un peu peur de ce qu'ils ont pu devenir s'ils sont toujours vivants ! » souffle-t-elle en tentant d'imiter le ton léger employé par son interlocutrice quelques instants plus tôt. Elle éprouve malgré tout le désir de changer au plus vite de sujet et de revenir à des choses plus légères. « C'est bon, t'as fini ? Quand t'auras terminé d'me coiffer ce sera à mon tour d'm'amuser avec tes ch'veux, ok ? »


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?
Revenir en haut Aller en bas  
Maya Hillard
Maya Hillard
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une lance dont la pointe est en pierre. Maya l'a conçue elle-même.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 12/01/2020
Messages : 124
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Every chit chats are important   Every chit chats are important - Page 2 EmptyDim 2 Fév 2020 - 14:30
Every chit chats are important
Feat. Zelda Anderson


La question, aussi innocente soit-elle de Zelda, interpella Maya qui eut un petit sourire en coin avant de hausser les épaules. Bien sûr, elle ne pouvait pas dire qu'Eddie lui plaisait, à vrai dire, il ne s'était côtoyé que très peu, lorsque la mère de ce dernier était décédée. Mais il était vrai que le jeune homme était plaisant au regard mais également très sympathique. Mais Maya n'avait jamais songé à la chose sous le point de vue de Zelda. Elle évita de regarder la veste en jean accrochée à la porte de la chambre et haussa les épaules : "Faut avouer qu'il est quand même hyper mignon !" Dit-elle avant d'esquisser un sourire en coin.

Zelda tomba un peu plus dans la confidence en racontant ce qu'il était arrivé au groupe d’amérindiens dont elle avait parlé. Maya eut une moue désolée pour la jeune fille et lui pressa doucement l'épaule, compatissante. "J'suis désolée... On sait tous c'que c'est..." C'était bien vrai, nombreux étaient ceux qui avaient perdu des proches ou tout un groupe à cause des hordes qui venaient détruire en un court lapse de temps, des mois d'efforts pour rendre un endroit habitable, sécurisant et confortable. À la mention de la tempête, Maya eut une nouvelle fois le visage plus affaissé que d'ordinaire. Maya était connue comme une personne souriante et toujours de bonne humeur, il était alors toujours peu étrange de voir un air mélancolique ou attristé passé sur son visage. "On a perdu quelques êtres très chers à cause de cette tempête, elle avait fait beaucoup de dégât dans notre ancien campement." Expliqua-t-elle avec patience, la voix douce et pleine d'une nostalgie traumatique qui avait prit le temps de guérir avec les années. "J'avais un petit ami qui est décédé pendant cette tempête." Dit-elle d'une voix plutôt neutre, simplement pour informer l'adolescente sans pour autant paraître trop dramatique. Elle esquissa un sourire en replaçant une mèche de cheveux du visage de la jolie Zelda, sourire qui s'élargit pour lui faire comprendre que tout allait bien, que ça n'était pas la peine de s'excuser d'en avoir discuté.

Parler de ce genre de chose, c'était aussi parfois un moyen de raviver le souvenir de George, qui méritait, comme beaucoup d'autres disparus, d'être remémoré, pour ne pas être oublié. Seulement, le souvenir de la mère de Maya ne laissa pas indifférent l'adolescente qui paraissait presque affectée personnellement. Maya fixa son regard jeune et déterminée et eut une vague d'affection pour cette adolescente pleine de vie qui lui rappelait tout ce qu'elle avait manqué au même âge. Elle lui toucha délicatement le bras, d'un geste presque sororal. "J'en sais rien de ce qu'elle est devenue et je peux t'assurer que ça m'est égal." Tout au fond des yeux de Maya, on pouvait voir une bribe de ce souvenir haineux qu'elle avait nourrit pour sa mère. La chercheuse avait un lien très profond avec son mère, elle décrocherait la Lune rien que pour lui et son frère. Cette femme ne valait pas son attention.

Après ce moment, Maya regretta presque instantanément d'avoir posé la question à Zelda. Celle-ci lui raconta ses espoirs vains, ses questionnements et ses regrets qui resteraient sûrement à vie dans son coeur et son esprit. Maya esquissa un sourire bien triste et s'approcha alors de Zelda pour une brève accolade, sincère mais pudique, pour lui faire comprendre qu'elle était de tout cœur avec elle. "T'es vraiment une fille bien ma poulette... Te tracasse pas avec ces questionnements." Murmura-t-elle à l'adresse de la jeune fille avant de desserrer son étreinte et de la regarder dans les yeux. Ravie à l'idée de changer de conversation, Maya esquissa un sourire beaucoup plus sincère et enjoué et accepta docilement de se faire tripoter les cheveux par la jeune fille. "Ma tête est toute à toi !" Dit-elle d'un ton amusé.



code by black arrow


HERE COMES THE SUN

Her sister said that my girl was gone "But come inside, boy, and play, play, play me a song!" I said "Yeah! Here I go" She's kinda cute; don't you know, That after a while of seeing her smile I knew we could make it, a-make it in style!?
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Modératrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau suisse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 926
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Every chit chats are important   Every chit chats are important - Page 2 EmptyLun 3 Fév 2020 - 18:45
Ene répond pas précisément à sa question ! Pire encore : elle esquisse un sourire en loin. Zelda fait une petite moue en se rendant compte qu'il y a bien une possibilité pour que Maya se pose en concurrente et tente de voler le coeur d'Eddie. Bon, elle suppose aussi que c'est de bonne guerre... Il paraît qu'il n'existe pas d'amitié en amour. Mais comme elle n'a pas envie de se brouiller avec sa colocataire pour une bête histoire de garçon, elle décide d'opter pour une autre approche de la question. Peut-être qu'en la dégoûtant du beau jeune homme, elle réussira à la maintenir à distance ? C'est une stratégie qui lui semble viable et qui, donc, mérite d'être tentée. « Après tu sais il a l'air super mignon et tout mais... il paraît qu'il s'lave pas beaucoup ! Et aussi qu'il passe son temps à sa saouler ! » lâche-t-elle sur un ton qui se veut normal mais qui sonne peut-être trop innocemment. « Et puis j'connais une fille avec qui il a couché. Tu sais pas c'qu'elle m'a dit ? » Elle marque une courte pause comme pour amplifier un insoutenable - et presque inexistant - suspens. « Qu'il lui manque une boule ! » Ce qui est quand même un peu bizarre quand on y pense, non ? « Eh ouais ! Au début j'ai eu d'la peine à y croire mais... on dirait qu'Eddie est un monocouille ! » Voilà qui devrait modérer l'intérêt de Maya pour ce sublime jeune homme...

Toutefois le jeune Cohen est vite chassé de ses pensées lorsque la discussion s'oriente sur le sort des amérindiens. L'ambiance chute drastiquement et les silences se font peut-être un peu plus pesants, plus réguliers. Évoquer les morts n'est pas un exercice facile et si l'unijambiste semble plus à l'aise dans ce domaine, l'australienne a toujours un peu de mal à s'exprimer sur la question. Elle ressent néanmoins une certaine fierté en songeant qu'elle a réussi à parler de son passé sans laisser fuiter une larme. Il y a du progrès... « T'inquiètes pas ! » rassure-t-elle son aînée lorsque cette dernière s'excuse et lui rappelle que tout le monde a traversé des épreuves similaires. « C'qui n'tue pas rend plus fort, pas vrai ? » relève-t-elle avec un semblant d'enthousiasme. Ces leçons font mal mais elles sont peut-être nécessaires pour s'adapter à ce nouveau monde.

Lorsque Maya lui explique un peu plus en détail les conséquences de la tempête de l'hiver 2017, Zelda lui décoche un petit sourire gêné. Elle ne sait pas vraiment ce qu'est l'amour et n'imagine pas vraiment ce que l'on peut ressentir quand la vie vous prive d'un être qui aurait pu passer le reste de sa vie à vos côtés. Mais elle suppose que la douleur ne doit pas être bien différente de celle qui s'éveille lorsque l'on perd un membre de sa propre famille ? « Des fois j'oublie qu'il existe plusieurs façon d'mourir. J'suis toujours un peu surprise quand j'apprends que quelqu'un a succombé a autre chose qu'à des morsures. C'est bizarre parce que... j'le sais, pourtant, qu'la mort a plusieurs visages ! » explique-t-elle un peu maladroitement, faisant référence à la façon dont est mort son petit copain. « On est quand même des fragiles, nous, les humains ! Non ? » Il suffit parfois d'un seul petit rhume pour qu'une personne meurt. C'est à se demander comment l'humanité à pu se hisser au sommet de la chaîne alimentaire. Elle espère néanmoins que sa remarque aura quelque peu éloigné, pour peu que ce soit nécessaire, Maya des souvenirs désagréables qu'elle a pu réveiller en elle.

La suite de la discussion reste du même acabits et s'axe sur leurs géniteurs Maya lui assure que le sort de sa mère l'indiffère et Zelda, elle, fait croire qu'il en va de même pour le destin de ses parents. L'adolescente est un peu surprise par l'étreinte de son aînée et reste un bref instant sans réagir avant d'envelopper de ses bras la taille de sa colocataire. Elle la sort très fort comme pour lui faire comprendre qu'elle tient à elle mais aussi qu'elle a peut-être plus besoin de ces signes de tendresse qu'elle n'ose le reconnaître. C'est ensuite à regret qu'elle laisse la jeune femme échapper à son accolade. C'est maintenant à son tour de se faire coiffer et l'australienne considère un instant la chevelure qui, selon les dires de sa propriétaire, lui appartient entièrement. « J'pense que d'un point d'vue moral, j'm'e dois d'te dire que c'est la première fois qu'j'vais tripoter les ch'veux d'quelqu'un... » la prévient-elle. Elle suppose qu'elle ne peut rien arriver de mal mais elle sait aussi qu'elle a un certain don pour la maladresse. « Bon ! Au pire, on pourra toujours t'raser... » Il faut toujours positiver !

Et la voici à tripatouiller les cheveux de l'unijambiste en décidant de laisser sa fibre artistique - au demeurant inexistante - guider ses gestes. N'est-ce pas ce que les artistes font ? « J'pense qu'j'vais t'faire une couette d'chaque côté et une sorte de chignon sur le sommet d'la tête ! Un peu comme un palmier, tu vois ? Ça fera chipie ! » Et puis ça réduira encore un peu ses chances de mettre le grappin sur Eddie, voilà ! Et comme une coiffeuse digne de ce nom s'emploie à mettre ses clients à l'aise en leur parlant, elle opte pour une nouveau sujet de conversation. « C'est comment, d'grandir avec un frère ? » lui demande-t-elle, n'ayant jamais eu la chance de pouvoir vivre elle-même les joies de la fraternité.  « Vous vous battiez quand vous étiez plus p'tits, Eric et toi ? » Elle se penche un peu en avant de manière à pouvoir à croiser le regard de sa colocataire. « Rassure-moi : c'est toi qui gagnais, hein ? » En vérité elle ne sait pas grand chose du frère de Maya. Elle éprouve un petit peu plus de mal à lui adresser la parole, à lui. Il faut dire qu'il est assez mignon, lui aussi. Et que les mâles mignons ont tendance à la mettre mal à l'aise... « T'as pas des trucs croustillants à m'raconter sur ton frangin ? » Elle adore les histoires compromettantes !


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Every chit chats are important   Every chit chats are important - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Every chit chats are important -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: