The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Real or not ? | Cassidy -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nolan Wilson
Nolan Wilson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Aucune pour le moment
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/11/2019
Messages : 183
Age IRL : 38
MessageSujet: Real or not ? | Cassidy   Real or not ? | Cassidy EmptyMer 8 Jan 2020 - 10:10
Je saurais pas trop dire comment j’ai atterri ici. Si je prenais le temps de réfléchir, je me dis que c’est par instinct, que le fait d’apprendre l’existence d’un potager m’a fait penser à mes parents, à ma vie d’avant et que j’ai eu besoin de venir ici pour me rassurer.

C’est… pas facile. Oh, j’ai aucun souci avec les gens que j’ai pu croiser. S’ils se montrent plus ou moins méfiants, ce qui est normal vu le contexte de mon arrivée ici, ils sont pas non plus hostiles. Et je pense que ça devrait aller en s’améliorant, surtout si je bosse avec Lisandro. Mais… y a trop de monde. Que ce soit dans le dortoir ou ailleurs. Trop de gens à saluer, trop de respirations, de mouvements, de… tout.

Après près de deux ans à être seul, à ne jamais vraiment dormir complètement, c’est compliqué de s’adapter. Je compte plus le nombre de fois où j’ai fini par aller me réfugier dans la réserve de l’infirmerie. Là au moins, j’étais tout seul, je risquais pas de flipper pour rien. Ca craint ouais, j’en suis bien conscient. Et je fais des efforts. C’est déjà plus simple d’entrer en contact et de discuter avec ceux qui passent par l’infirmerie. Je m’y sens à l’aise là-bas. Et c’est cool.

Mais des fois, j’ai besoin de souffler un peu. C’est comme ça que je me retrouve à regarder le potager en friche pour l’hiver, me demandant à quoi il pourra ressembler au printemps, espérant que je serais toujours là pour le voir, que c’est pas une énième hallucination. Parce que ouais, on va pas se mentir, y a un peu de ça dans ma difficulté à m’adapter. J’attends toujours le moment où je vais me rendre compte que rien n’est réel, que je me suis fait choper par les Scarcrows et que j’essaie de m’inventer une vie pendant que je suis en train de crever.

Le fait d’avoir retrouvé Cassidy n’aide pas. Ca me conforte dans mon idée que je craque totalement. Enfin, elle est blessée, c’est réel ça non ? D’ailleurs, j’ai à peine pu la voir depuis que je suis sorti de mon petit séjour derrière les barreaux. Elle doit se reposer, normal. Et elle est un peu punie aussi. M’étonne pas tant que ça d’ailleurs, même si c’est un indice de … réalité des faits.

Je soupire à cette idée, avant de me figer quand je sens un mouvement derrière moi. Je réalise que je me suis assis dans la terre, jambes croisées et que je joue avec un caillou que je fais passer sans m’en rendre compte d’une main à l’autre, par automatisme. Sans m’arrêter je tourne la tête, esquissant un sourire incrédule à voir Cassidy. La joie de la voir se partage la place avec un paquet d’autres trucs maintenant. Une espèce de gêne quand je repense à mes fantasmes la concernant, alors que je me demande si j’ai vraiment rêvé la dernière fois. De l’inquiétude, à l’idée qu’elle ait pas vraiment envie de me revoir. Et d’envie. Enfin ça, la concernant, c’est pas comme si ça avait disparu en vrai. Mais je l’occulte plutôt bien pour le moment. « Salut… »

Elle s’assoit à côté de moi et je souffle, sourcils froncés. « Comment va ton épaule ? » Elle doit douiller, on va pas se mentir. Mais elle a eu de la chance, visiblement, aucun nerf de touché et ça se consolide bien. Faut juste… de la patience. Sauf qu’avec elle, c’est compliqué. « J’espère que tu t’es pas enfuie de ta chambre quand même. » Mon genou frôle le sien et ça me fait frissonner, sans même que je puisse y faire quoi que ce soit. Alors j’ajoute, sans même réfléchir. « T’es bien là hein. C’est réel tout ça ? » Je sais pas si je dois questionner ou affirmer en vrai. Parce que j’ai quand même peur de la réponse.




“You love me. Real or not real?"

Revenir en haut Aller en bas  
Cassidy Jenkins
Cassidy Jenkins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2019
Messages : 58
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Real or not ? | Cassidy   Real or not ? | Cassidy EmptyVen 10 Jan 2020 - 21:10
Je ne sais pas combien de temps je reste comme ça, les yeux fermés, les pieds posés sur le sol, à me focaliser sur ma respiration en essayant de canaliser, à défaut de pouvoir occulter, la douleur. Et autant dire que même ça, ça marche pas des masses. Ça continue de me lancer, de pulser dans tout le côté droit au rythme des battements de mon cœur. Et c’est normal ouais, je n’aurais à priori aucune séquelle, ce qui est déjà bien… À long terme du moins, les semaines et mois à venir vont être un peu compliqué je pense. Heureusement que c’est l’hiver dans un sens, j’aurais pas trop à faire mon boulet dans le jardin, incapable de se servir de son bras droit…
En attendant, je serais totalement inutile. Inutile et punie comme une gosse e 4 ans. Et je peux même pas dire que je vais courir ou m’occuper d’une autre manière ce coup-ci. Et oui, la punition est méritée et je m’en sors plutôt bien… sans doute parce que je me suis pris une balle dans l’épaule ouais. Ça craint quand même. Ça fait déjà quoi ? 8-9 jours qu’on est revenus, que je suis forcée de rester allongée, sans vraiment dormir, même si les premiers jours sont plutôt vagues tellement j’étais KO, sans vraiment manger non plus. Alors qu’il faudrait pour que je me remette hein. Sans blague ? Comme si c’était volontaire d’avoir trop mal pour réussir à dormir et d’avoir envie de vomir à chaque fois que je tente de manger. Rien que pour me faire chier, mon ventre se met à gronder et je passe en revue ce que je pourrais avaler. Rien de très attrayant malheureusement.

Je me rends compte que je me suis levée en arrivant devant le lit qui lui a été attribué. Lit vide, une nouvelle fois. Les yeux fixés sur le matelas, je rassemble pour la millième fois tous les détails prouvant qu’il est réellement là, que je ne l’ai pas imaginé, qu’il est bel et bien revenu au camp avec nous. Les autres l’ont vu, lui ont parlé… Quoique si ça se trouve, je suis aussi cinglée que Sélène et les autres se sont aussi demandés à qui je pouvais bien parler. Je ferme les yeux, ma main valide montant à mon front, là où il a déposé un baiser quand je comatais à moitié. Il parlait avec… Lisandro ? Andrea ? Les deux peut-être, je sais pas trop. Mais ça, je l’ai pas imaginé. Si je l’avais imaginé, il serait venu me faire un câlin dans le lit.
Je laisse filer un soupir en retournant d’un pas lent à mon lit pour récupérer la couverture que j’arrive tant bien que mal à me mettre sur le dos, avant de sortir en silence du bâtiment. Moins je me ferais voir, mieux je me porterais. Ou pas. Mais au moins, je me ferais pas gronder parce que je suis debout plutôt que de me retourner dans mon lit, sans dormir, chaque position me faisant plus mal que la précédente. J’hésite à aller à l’infirmerie, où il doit sans doute se trouver, mais mes pas me dirigent vers le jardin. C’est pas de la lâcheté, c’est juste que j’ai pas le courage pour le moment. Hum.

Sauf qu’évidemment, il est posé dans le jardin. Je cille, clignant des yeux plusieurs fois, mais il demeure assis là par terre. Comme tant d’autres fois alors que je travaillais. Je resserre la couverture autour de moi et avance vers lui. Et s’il est pas vraiment là ?… Et s’il est vraiment là ?
Je le fixe, incapable de lui rendre réellement son sourire qui me serre le cœur, ne lui offrant qu’une ombre du mien, alors que la peur et l’inquiétude se mêlent à quelque chose de beaucoup plus positif. Je saurais même pas dire si c’est de la joie, de l’espoir, du bonheur ou du soulagement tant tout est emmêlé.
« Salut. »

Je me retrouve assise à côté de lui, les yeux rivés sur mes mains, et j’inspire profondément avant de le regarder de nouveau. « J’ai l’autorisation de sortie de mon médecin. » Je grimace un peu, et continue comme pour parer à ses réflexions qui ne manqueront pas. « Ça fait déjà une éternité que je suis enfermée, je vais pas courir, c’est bon, je suis juste dans le jardin. Toute façon, je dors pas, ça sert à rien que je reste là-bas. » Je me rends même pas compte de l’air bougon dont j’ai parlé, celui que j’avais quand quelque chose me déplaisait ou que j’essayais de justifier des conneries. Le regard posé sur nos genoux, je me fige à sa question. Et je grimace un sourire. « J’aurais pu poser la même question. Mais mon épaule, qui va très bien soit dit en passant, me souffle que oui, c’est bien réel... » Et je l’observe enfin. Lui et ses cernes, lui et sa barbe de bucheron qui me fait un peu froncer les sourcils, lui et son air paumé. Ma main monte lentement vers lui, effleure sa mâchoire, avant que je ne la ramène vers moi. « Qu’est-ce que tu fais là ? » Ma respiration s’accélère un peu et mes yeux s'écarquillent un peu , la douleur continuant de pulser en arrière plan. « T’étais où ? Pourquoi t’étais dans ce camp ? T’y étais bien hein ? Pourquoi Hope te connaissait ? » Je ferme les yeux et déglutis, cillant un peu malgré moi. Non, c’est pas le moment de tomber dans les vapes. « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? »
Depuis qu’on est revenus.
Depuis qu’on t’a abandonné.



Ohana Means family
Revenir en haut Aller en bas  
Nolan Wilson
Nolan Wilson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Aucune pour le moment
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/11/2019
Messages : 183
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: Real or not ? | Cassidy   Real or not ? | Cassidy EmptySam 11 Jan 2020 - 11:57
Je mentirais si je disais que c’est la première fois que je me retrouve à regarder un jardin et à lui parler, qu’elle soit là ou pas. Faut dire qu’avec sa passion pour les plantes, le raccourci est vite fait. Mais bon, des plantes là, y en a pas des masses. Donc je veux bien faire dans le réaliste, mais faudrait pas non plus voir à abuser. Et je balance, sans trop y réfléchir. « Tu bosses là alors ? Enfin, en temps normal ? Ils m’ont assigné à l’infirmerie. Avec Lisandro. C’est… cool. » Avant de hocher la tête quand elle me dit que tout est bien réel. Je suppose que je vais devoir me contenter de ça pour le moment, même si je vois de toute façon pas trop comment je pourrais m’assurer autrement que c’est bien le cas.  
 
Je me rends compte que j’ai quand même du mal à la regarder, sans trop arriver à savoir pourquoi. Je préfère me focaliser sur ses mains. Voilà, c’est bien ça. « C’est lui qui te soigne ? Il se débrouille bien je trouve. » Je proposerais bien de jeter un œil, mais je sens que ça va plus me faire paniquer qu’autre chose, comme quand j’ai dû essayer de trouver de quoi bander sa plaie mais que j’ai même pas vu l’évidence et le carton juste sous mes yeux. « Prendre l’air ça fait pas de mal. »
 
Je me fige un instant quand elle effleure ma mâchoire, lui lançant un bref regard un peu perdu avant de piquer de nouveau du nez. « Y a moins de monde ici. Je… suis plus vraiment habitué à la foule. Parait que ce sont des choses qui arrivent quand tu passes trop de temps tout seul. Va falloir que je m’y fasse, je sais bien. » J’ai un sourire sans joie avant de soupirer en silence au reste. « J’étais bien dans le camp ouais. Pour retrouver Hope. On… je faisais partie du convoi. Qui a été attaqué. J’ai été kidnappé avec les autres. Et j’ai réussi à m’échapper mais j’ai pas pu l’embarquer avec moi la première fois. Alors je suis revenu la chercher. Je pouvais pas l’abandonner. » Je fronce les sourcils alors que je parle avant de secouer la tête. « C’était une gamine. C’est pour ça. C’est… enfin bref. »
 
J’ai un temps avant de reprendre la parole, d’une voix pas très assurée. « Ce qui s’est passé quand ? C’est un peu vague comme question. » Et y aurait tellement de réponses que ça pourrait nous filer le tournis à tous les deux. « … ça fait presque deux ans tu sais. Enfin oui, tu le sais aussi bien que moi. Je t’avoue que j’ai un peu perdu la notion du temps en vrai. Je me … enfin se rappeler des jours c’était se rappeler depuis quand je… c’était pas terrible. »
 
Ma main se rapproche de la sienne et reste suspendue un instant, alors que j’ose pas la toucher. Et je la referme dans un poing avec un soupir, non sans regarder autour de moi. « T’es là depuis longtemps ? Pourquoi t’es… toute seule ? » Je sais, je pose la question un peu plus brusquement que je l’aurais voulu, mais j’ai besoin de savoir. S’il est arrivé un truc à Tom. Je sais pas trop si je le supporterais aussi bien que je devrais mais je peux pas non plus faire comme si de rien était non ?
 
Et sans vraiment lui laisser le temps de me répondre, je souffle, dans un murmure à peine audible. « Tu m’as tellement manqué Cassidy. Tout le temps. » Là, j’ose enfin lui jeter un regard en coin. J’ai beaucoup parlé, bien plus que je peux le faire en temps normal. Mais c’est plutôt une bonne chose j’imagine. Même si ça reste sacrément décousu et que je me demande si elle va pas me regarder avec des yeux ronds en se demandant à quel moment j’ai fini par disjoncter pour de bon.




“You love me. Real or not real?"

Revenir en haut Aller en bas  
Cassidy Jenkins
Cassidy Jenkins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2019
Messages : 58
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Real or not ? | Cassidy   Real or not ? | Cassidy EmptyMar 14 Jan 2020 - 22:13
Mon regard se perd un peu autour de nous et j’esquisse un sourire sans y penser. « Ouais. C’était pas tout à fait ce que je faisais avant, mais j’apprends plein de nouveaux trucs sur les cultures et les plantes, et on tente de faire des remèdes naturels aussi, de créer des trucs intéressant, et moi, j’essaie d’amener… de me rappeler ce que je sais et…  d’être utile. » Je lui jette un coup d’œil. « En même temps, tu voulais être où ? Personne n’est plus à sa place là-bas que toi, c’est toute ta vie d’aider les autres. T’es doué pour ça. » Ou il l’était du moins. Mais ça reviendra, même s’il va douter et grimacer, ça fait partie de lui, je le sais, il a toujours été comme ça.

Quant à savoir si c’est réel ou non, je ne sais pas si je dois me réjouir ou flipper qu’il semble en douter autant que moi. Mais j’ose espérer que j’en suis pas arrivée à un point où j’intégrerais la douleur à mes hallucinations, ce serait sacrément moche quand même.
Et en réflexe, je hausse les épaules, ce qui me fait grimacer en serrant les dents. « J’en sais rien. S’il se débrouille bien je veux dire. Sans doute qu’il n’est pas si mal vu que je suis toujours vivante. Et jusque-là, de ce que je sais, c’était le seul à avoir une formation médicale… » Sous-entendu pas forcément subtil, mais  après tout, je sais ce que lui a fait comme étude, et je sais qu’il était plus que doué le ptit génie.  

Je plisse un peu les yeux quand il se fige, ramenant ma main plus rapidement vers moi, son regard me serrant douloureusement le cœur. Mais ça reste moins douloureux que ses paroles. Tout seul, il était tout seul. Depuis quand ? Depuis… depuis qu’il est plus avec nous ? Et je cille, mes yeux s’écarquillant quand il répond un peu à mes questions. « T’as été… prisonnier chez les Scarecrows ? Tu... » Sans m’en rendre compte, je le détaille encore plus attentivement, comme si je pouvais soudainement découvrir des traces de tortures ou autres. « Tu t’es échappé, avec les autres, ceux qui sont revenus. » Bravo Sherlock. Je hoche lentement la tête, me forçant à respirer lentement pour ne pas perdre le contrôle de suite. « On a su qu’elle était là-bas, c’est pour ça qu’on y était… Mais tu le sais déjà. Et je sais. On choisit pas la chirurgie pédiatrique sans aimer les mioches. » Et puis, s’il y était pas retourné… ou si j’y étais pas allée… Ou s’il y était allé plus tôt ou… Ouais, le hasard fait bien les choses pour le coup.

Mes sourcils se froncent quand il reprend, comme si j’avais du mal à faire le lien, ou à revenir sur le sujet, le temps que mon esprit fasse la mise au point. Et j’aurais presque préféré qu’il ne la fasse pas. « Je sais pas quel jour on est exactement, mais ça fait… 21 mois, ça fait 21 mois. » Trop longtemps. J’aurais préféré perdre le compte des jours, semaines, mois, j’aurais préféré ne pas endurer ça aussi longtemps. Et lui… Ouais, je n’ai pas le droit de me plaindre je sais. Petite fille protégée et choyée. Chanceuse.

J’ai une moue un rien désabusée, avant de retenir mon souffle, le regard fixé sur sa main, cette main qu’il refuse, ou n’arrive pas à approcher plus de moi. Je prends sur moi pour ne pas passer la mienne par-dessus, allant triturer l’écharpe qui maintient mon bras pour occuper mes doigts. Et je ne me rends pas compte que je me suis crispée à ses questions, pas jusque la douleur se rappelle à moi et me force à fermer un instant les yeux pour la faire refluer. Les rouvrant pour le dévisager, un long moment sans rien dire. Ma main effleure enfin la sienne, du bout des doigts, juste un instant pour ne pas l’effrayer. Et ma voix n’est guère plus haute que la sienne. « Chaque journée. Tu m’as manqué, tous les jours, tout le temps. Je pensais pas… Te revoir pour de vrai. » J’ai un infime sourire en me disant que si, qu’il est là, qu’il va bien. Même si je sais que cette douleur et cette peur ne sont pas prêtes pour autant à disparaître. Je cligne des yeux, n’osant de nouveau plus le regarder, mes doigts tirant de plus belle sur les fils du tissu. Je dois m’y reprendre à plusieurs fois, m’éclaircissant la gorge avant de réellement réussir à parler. Parce qu’il faut bien que je lui réponde non ? Il a le droit de savoir.

« Je suis là depuis quelques mois. Mai je crois. On avait croisé quelques personnes, des gens d’ici parfois, et tu sais comment est Tom. Toujours à dire qu’être en groupe, c’est mieux, à vouloir faire du troc, à parler… Et… Je suis tombée dans une rivière cet hiver, j’ai été malade, ça empirait… Et je… j’ai pas été… Tom a dit que je serais mieux ici, en sécurité, que je pourrais guérir. J’ai pas compris tout de suite.
Moi. Juste moi. Il en a eu marre. Il s’est juste… débarrassé du poids mort. »
J’ai un rapide sourire, comme si je plaisantais, sans le regarder pour cacher la douleur et la souffrance qui me hantent depuis, même si c’est sans doute stupide face à lui… Quoique lui aussi en a déjà eu marre de moi et a déjà cherché à me mettre à l’écart. Peut-être ne se rend-il pas compte donc. Je le regarde et reprends, comme si tout allait bien, me forçant à sourire un peu plus. « Mais il va bien t’en fais pas. Enfin, quand je sors, je lui laisse des messages et j’arrive parfois à le voir. J’ai eu des nouvelles y a pas longtemps. Il te cherche toujours tu sais. Il m’avait dit que des gens avaient peut-être vu quelqu’un te ressemblant, jeune médecin, etc, et il m’a demandé de l’aider à fouiller certains coins et… II va être tellement content de te savoir là. Il va falloir que je puisse lui dire, même si ça semble compromis pour le moment, d’autant que je vais être cloîtrée un peu ici et… Enfin, je trouverais un moyen et tu… Vous pourrez… ça va être chouette. » J’ai parlé trop vite, mais je peux mettre ça sur le compte de la joie ou du soulagement, je suis sûre que ça passe.

Ils pourront repartir. Ou rester. Ou j’en sais rien. Mais c’est pas l’important. Ils iront bien. Et je ferais avec, toute façon, c’est pas comme si mon avis avait trop d’importance ou s’ils m’avaient déjà vraiment écouté une fois depuis le début de toute cette merde. Je suis juste… la gamine protégée et mise à l’écart donc.



Ohana Means family
Revenir en haut Aller en bas  
Nolan Wilson
Nolan Wilson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Aucune pour le moment
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/11/2019
Messages : 183
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: Real or not ? | Cassidy   Real or not ? | Cassidy EmptyLun 20 Jan 2020 - 10:26
Je hoche la tête quand elle me confirme qu’elle travaille là et j’ai une ombre de sourire, même s’il ne gagne pas mes yeux. « C’est bien alors. De te rendre utile. Et… ouais, je suis doué pour ça. C’est peut-être le seul truc que j’ai réussi à continuer de faire ces derniers mois. Je soignais des gens au no man’s land. En échange de bouffe, de bouquins, de tout et n’importe quoi. » Ca marchait pas si mal. J’ai un léger froncement de sourcils à la voir grimacer, me retenant une fois de plus de lui demander de me montrer son épaule. « Encore heureux que tu sois toujours en vie. Et on va pouvoir bosser ensemble alors, c’est bien. » Je suppose. Faudra que je me replonge dans les bouquins mais, vu comment ça me manque, je crois que ça va me faire un bien fou.
 
Je me frotte nerveusement la main sur mon jean’s, réalisant vaguement que j’ai plus vraiment eu de contact avec qui que ce soit depuis des mois. « Ouais, j’ai été prisonnier. Et je me suis échappé par le grillage. Avec euh… je sais plus son nom. J’ai du mal à retenir les noms des gens en ce moment. » Des personnes que j’ai pu croiser. Et autant dire que là, avec toutes les nouvelles têtes au camp, c’est encore pire. « Elle va bien, c’est le plus important. J’aurais pas dû la laisser la première fois. Mais on s’est dit qu’on arriverait pas à se barrer avec elle. Qu’on lui serait pas utiles si on était morts. Donc on l’abandonnée. » Je sens mes mâchoires se contracter à cette pensée, sachant que même le fait d’être revenu ne changera rien à cette petite voix dans ma tête qui me rappellera que je l’ai laissée tomber. « Et puis, c’est plutôt bien que j’y sois retourné. On se serait pas retrouvés sinon. »
 
Je garde le silence quelques instants avant de souffler, légèrement incrédule. « 21 mois ? Putain, j’ai l’impression que ça faisait 1000 ans. » En fait, compter les jours sans eux était beaucoup trop difficile et le retour à la réalité, savoir que ça faisait aussi longtemps que j’étais tout seul… autant dire que ça fout un coup mine de rien. Je cille quand elle effleure ma main, soupirant alors que je me dis que, dans mes fantasmes, j’ai jamais eu le moindre problème à la toucher. C’est moche quand même de même pas oser effleurer ses doigts. « Tout le temps hein… ça fait beaucoup. Tu… » Je relève les yeux vers elle, la fixant longtemps sans rien dire. « J’ai du mal à me dire que c’est vrai tout ça. Parce que c’est trop… beau. Je croyais t’avoir perdue pour de bon. » Vous avoir perdus mais là, c’est juste elle qui compte, même si j’attends de savoir ce qui a pu se passer pour que Tom soit aux abonnés absents.
 
Et elle finit par se lancer, par me raconter ce qui s’est passé. Je cille, avant de froncer les sourcils au fur et à mesure de l’histoire. Et je soupire longuement avant de me lancer et d’attraper deux de ses doigts avec les miens. Je peux pas faire plus pour le moment, mais c’est déjà pas mal non ? « … il t’a laissée tomber. Il… je comprends pas. C’était pour me chercher ? Il t’a pas dit pourquoi il a fait ça ? C’est… » Je secoue la tête, mes doigts s’entremêlant aux siens sans que je m’en rende compte, alors que je m’y raccroche de plus en plus. Comment il a pu la laisser ici ? Comment il a pu faire sans elle ? Y a un truc qui m’échappe méchamment et il me faut quelques secondes avant de tiquer pour le reste. « Je… je suis puni aussi tu sais. Enfin, mis à l’épreuve, à l’essai, je saurais pas dire. Tu vas devoir me supporter dans les corvées. » J’ai un sourire presque malicieux avant de retrouver mon sérieux. « On pourra quoi ? Hors de question que je te laisse Cassidy. Plus jamais. » Pas maintenant que je t’ai enfin retrouvée, que je peux te voir, te toucher. Je sais ce que c’est la vie sans elle. Et je veux plus ça.




“You love me. Real or not real?"

Revenir en haut Aller en bas  
Cassidy Jenkins
Cassidy Jenkins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2019
Messages : 58
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Real or not ? | Cassidy   Real or not ? | Cassidy EmptyMer 22 Jan 2020 - 21:55
Mon sourire se fait un peu plus franc en l’entendant, soulagée que je suis de l’entendre parler comme ça, de savoir qu’au final, ça, il y tient toujours… Et que ça lui a permis de tenir. C’est moins cool de l’entendre dire qu’il était tout proche, ou presque, depuis aussi longtemps. « Au no man’s land… On y a été, mais on t’a jamais… » Je laisse filer un soupir, rejetant cette nouvelle donnée, pas si nouvelle en fait, il n’aurait jamais pu aller bien loin tout seul, mais je l’ai toujours soigneusement éludé jusque-là. Contrairement à Tom qui a toujours gardé espoir donc. Nouveau sourire, accompagné d’un hochement de tête, et de quelques palpitations. « Oui, ce sera bien. Même en journée, on sera pas loin et… tu seras là. » C’est tout ce qui compte non ?

Il sera en sécurité. Il ne pourra plus… Bon, si certains faisaient partie du camp, mais il ne sera plus tout seul et jamais je le laisserais sortir seul, voilà. « Oh. Ce qui explique qu’on soit sortis par là… On est sortis par là hein ? J’étais déjà un peu dans le coltard je crois… Alexander et Daniella y étaient… Ils sont d’ici, c’était eux ?… Et j’ai retenu leur nom parce que tout le monde en a parlé, mais… j’avoue que j’ai un peu de mal à retenir aussi. Mais c’était déjà le cas avant. » J’ai une moue amusée, légère, complice, avant de déglutir quand on revient sur Hope. Mon regard se perd dans le vague et j’arrache des brins d’herbes. « Vous avez fait ce qui semblait le mieux dans une telle situation. Si vous étiez blessés, avec tous les Scarecrows, ils vous auraient abattus devant elle et… Elle va bien. C’est le plus important comme tu dis. » C’est pas quelques jours qui auront changé… Bon peut-être, on le saura jamais. Et si jamais il était mort là-bas, on l’aurait jamais su, on l’aurait jamais retrouvé. « Le hasard fait plutôt bien les choses parfois oui. » Parce que que je fasse partie du groupe n’était pas gagné à la base non plus.

J’ai un rire sans joie. « Ouais, une éternité. J’ai essayé de… savoir où on en était. Comme pour pas perdre totalement pied avec le reste, en point de repère, et… » Et c’est peut-être pour ça que j’ai eu de plus en plus de mal à le croire en vie donc. Pourtant il est bien là, à côté de moi. Même si j’ai encore du mal à le croire, après tout, dans mes hallucinations aussi je le touche… Mais là… Il y a la douleur oui, mais ce côté hésitant, apeuré presque, ça, c’est pas le genre de trucs que j’inventerais. Et ça me fait aussi peur que ça me rassure. Je lui rends son regard, mon cœur loupant un, ou deux, battements dans l’intervalle. « Oui, je sais. Et je sais pas trop comment te prouver que c’est vrai parce que… j’ai un peu de mal aussi… Même si ça m’aide à me convaincre. » Je désigne mon épaule en parlant. Parce que non, la douleur n’a pas disparu comme par magie, elle pulse sans s’arrêter, et je crois que je tomberais dans les pommes en voulant me relever, mais on verra sur e moment hein. Je resserre la couverture autour de moi comme je peux, avant de lui jeter un coup d’œil. « T’as pas froid ? » Elle est grande, on doit pouvoir s’y planquer à deux, sans se toucher je veux dire, non ?

J’ai beau ne pas forcément le regarder directement, je vois bien à sa tête que ça lui plait pas. Ce qui est un peu contradictoire, vu que lui aussi nous a balancé soi-disant pour nous protéger, mais bref. Je continue de parler, de plus en plus vite sans m’en rendre compte, bafouillant même parfois, m’embrouillant aussi, alors que la panique revient de plus belle. Ma respiration cesse une seconde quand je le vois attraper mes doigts, m’efforçant de nouveau de ne pas trop en faire pour qu’il ne fasse pas marche arrière. Mais c’est lui qui finit par les mêler aux miens, me faisant fermer les yeux alors que je m’y raccroche à mon tour.
Sauf que je peux pas. Je peux pas lui dire qu’il m’a juste jeté, ce serait pas juste, il a pas à en vouloir à Tom pour ça Je peux pas non plus lui dire toutes les horreurs qui ont été balancées, du côté de Tom surtout, ni de cette impression que j’ai depuis de… me déliter et de me noyer en continue.

« Pour te chercher oui. J’étais malade, il voulait que j’aille mieux et que je guérisse, et dehors… C’était pas l’idéal. » Je souris un peu, ma main serrant inconsciemment encore davantage la sienne. « Il voulait me protéger. » Qu’il a prétexté. Comme toi. Sans tenir compte de mon avis ou de mes besoins. « Et il voulait pas abandonner les recherches. Alors il n’y avait pas 50 solutions. » J’ai un sourire, pour lequel je me force moins malgré la boule qui me reste au fond de la gorge. « T’es pas puni. Tout le monde a une période d’acclimatement on va dire. De mise à l’épreuve et de surveillance… Moi, c’est… » Je grimace. « J’ai possiblement emprunté une voiture sans avoir la permission… et ils disent que j’ai volé de la nourriture, mais c’est faux, c’était la mienne… Pour Tom. » Je plisse le nez, avant de sourire un peu en le regardant de nouveau. « Mais je t’encouragerais du coup, vu que je ne pourrais pas faire grand-chose avec le bras comme ça. J’essayerais de te supporter quand tu partiras dans des explications qui feront blablabla dans ma tête. »

Et mon sourire disparaît alors que je le dévisage. Tu m’as déjà laissé. Plusieurs fois. Tu m’as forcé à partir, à t’abandonner. Tom a fait pareil. Alors si aucun d’entre eux ne veut vraiment rester avec moi… Pourtant, en me noyant dans ses yeux trop bleus, je souris, un vrai sourire même s’il est pas bien grand. « Plus jamais. » Je me penche vers lui, déposant un baiser léger sur sa mâchoire, avant de me dire que c’est une mauvaise idée. Je pose mon front contre son épaule, les yeux fermés et j’inspire lentement. « Pardon… Juste… deux seconde. Ça va aller mieux. Je suis désolée. » Je finis par me relever, un peu plus pâle qu’avant, et je lui jette un regard navré malgré une ombre de sourire. « Je le ferais plus, pardon. Et ça va. »



Ohana Means family
Revenir en haut Aller en bas  
Nolan Wilson
Nolan Wilson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Aucune pour le moment
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/11/2019
Messages : 183
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: Real or not ? | Cassidy   Real or not ? | Cassidy EmptyMar 4 Fév 2020 - 8:44
Mon cœur se serre à l’idée qu’on ait pu être aussi proches tout ce temps sans jamais se croiser. Dans le genre manque de bol, on se pose là quand même. Et j’aurais beau essayer, jamais je trouver d’aspect positif à ces derniers mois. « J’ai commencé à y aller à l’automne… 2018 donc. J’osais pas trop au début. Tu sais que j’ai recroisé mon ancienne mentor ? Et j’y allais le moins possible, j’avais un peu de mal à parler aux gens. » C’est toujours le cas d’ailleurs. Détail. « Pas étonnant qu’on s’y soit pas croisés. Je pouvais passer des semaines sans sortir de ma planque si j’avais de quoi manger et de quoi lire. » J’ai une grimace qui se veut un sourire, réalisant que je passe pour encore plus associable que je l’aurais cru possible. Je hoche la tête au reste. « Tu seras pas loin. C’est bien ça. » Je me frotte la main nerveusement sur mon jeans, me raccrochant à ça.

Avant de lui parler du camp donc. « Ouais. J’ai proposé cette sortie, ça restait la plus facile. Surtout avec tous les rôdeurs qui commençaient à rappliquer. Et je t’ai portée comme une princesse vu que t’as décidé que marcher quand on avait pris une balle, c’était surfait. » J’essaie de parler d’un ton léger mais j’ai du mal quand même, rien qu’à l’idée d’avoir pu potentiellement la perdre à peine après l’avoir retrouvée. « Et oui, ils sont d’ici. Mais je note que tu m’aideras pas à retenir les prénoms de tout le monde donc. » Ca me fait du bien, de la voir sourire un peu comme ça. Même si parler de Hope est plus délicat. « C’était compliqué. C’est toujours compliqué de décider de ce genre de trucs. Mais oui, elle va bien. » Je me raccroche à ça avant d’écarquiller les yeux au reste. « T’aurais pas été là, je pense que l’autre cinglée m’aurait flingué direct. » Autant être pragmatique.

Je soupire quand on évoque tout ce temps passé l’un sans l’autre. C’est trop. Beaucoup trop. « Je me dis qu’avec le temps, j’arriverais à le croire. D’habitude quand je m’imagine que t’es là, ça dure pas. Tu finis toujours pas disparaître. Alors si tu le fais pas, c’est que c’est vrai. » Je grimace quand elle désigne son épaule avant de souffler, retrouvant un instant ma malice. « Tu m’excuseras quand même si je me tire pas une balle dans le pied pour me raccrocher à la réalité de la douleur. J’ai déjà pris assez cher ces derniers mois pour pas avoir envie d’en rajouter. » A sa question, je hoche la tête. « Si un peu. » Même si je vois pas trop pourquoi elle pose la question. Je vais pas lui piquer sa couverture, ça se fait pas.

Et je serre ses doigts doucement, songeant vaguement que j’arriverais jamais à la relâcher. Je finis par souffler, moyennement convaincu quand même. « Ouais, normal. Fallait que t’ailles mieux. Et veiller sur toi. C’est… c’est le plus important. » Ca l’a toujours été. Elle est toujours passée avant tout le reste, que ça lui plaise ou non. Son bonheur, son bien-être. Même au détriment du mien. « Ca va lui faire bizarre quand tu vas lui dire que c’est toi qui m’as retrouvé. » J’arrive à sourire à cette idée avant de secouer la tête. « Pas vraiment non. Ils ont aucune confiance en moi. Et même si j’ai des … gens qui se sont portés garants pour moi, je reste le type armé que vous avez retrouvé en plein milieu du camp ennemi. Et encore, je venais de virer le masque que j’avais piqué à un de ces types. Imagine ce que ça aurait donné sinon… » Je laisse filer un rire silencieux à ses explications et je secoue la tête. « Tu fais des conneries dès qu’on a le dos tourné, c’est pas possible ça. Et c’est trop aimable. D’essayer de me supporter. »

Je fronce légèrement les sourcils quand elle me dévisage en silence, comme si j’avais dit une connerie. Mais elle finit par sourire et je laisse échapper un soupir de soulagement. « Plus jamais. Je te le promets. » Sauf que je me fige totalement quand elle se penche vers moi pour m’embrasser. Ça a beau être juste un petit bisou, c’est le contact le plus rapproché que j’ai eu avec quelqu’un depuis… elle. Y a 21 foutus mois donc. A cette pensée, je déglutis tant bien que mal, sans même me rendre compte que ma main s’est levée pour lui caresser doucement les cheveux quand elle posé son front contre mon épaule. « T’es sûre ? Que ça va aller ? » Je sais même pas si je parle pour elle ou pour moi là de suite. Je me rends compte à quel point j’ai une espèce de gouffre qui m’entoure et qui s’est creusé durant tous ces mois passés tout seul. Et que je suis incapable de savoir comment le combler. Avec elle déjà, ce serait un bon début non ? Sauf que ça implique de faire un premier pas qui me semble juste beaucoup trop grand. Et je parle même pas des sentiments que j’ai pour elle hein, c’est encore une histoire que j’envisage même pas d’aborder pour le moment. « Faut juste que… je me réhabitue. T’excuse pas pour ça. » Je me bricole un sourire, même si, je sens les larmes refluer petit à petit. Alors, j’essaie d’écouter les réflexes qui me viennent. Et ma propre tête se pose contre son épaule valide pendant que les larmes finissent par rouler petit à petit. Tu parles que ça va aller.




“You love me. Real or not real?"

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Real or not ? | Cassidy   Real or not ? | Cassidy Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Real or not ? | Cassidy -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: