The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -32%
-80€ sur l’aspirateur balai sans fil Xiaomi ...
Voir le deal
169.99 €

Partagez
- Exil -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Colt Anaconda et cutter à lame trapézoïdale
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 823
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Exil   Exil - Page 2 EmptyVen 17 Jan 2020 - 21:28
« Tu n’es pas sérieuse ? » s’esclaffa Valérian, partagé entre l’amusement et une certaine perplexité : « Un compliment ? » répéta t-il, comme s’il n’avait jamais entendu une chose pareille. Un sourire indécis aux lèvres, le grec dévisagea alors Yulia et chercha dans son expression résolument hermétique une faille trahissant une plaisanterie de sa part. La jeune femme ne se déroba cependant pas à son regard et le mit d’autant plus au défit, d’un vague haussement de sourcils : « D’accord. » concéda alors Valérian en opinant du chef comme on accepte bon gré malgré les termes d’un marché particulièrement difficile : « Très bien. » Elle voulait donc jouer à ce jeu. Parfait. Le grec fit un nouveau pas vers Yulia et se pencha vers elle, de sorte à ce que seule une trentaine de centimètres ne sépare leurs visages : « Si tu étais une de ces filles que je fréquentais en Grèce, je te dirais que que tu as sourire magnifique. Quand il t’arrive de sourire, bien entendu. » Il sourit, un peu narquois, et inclina légèrement la tête sur le côté : « Mais ce genre de compliment ne t'intéresse pas, n'est ce pas ? Alors, je te dirais plutôt que tu es la personne la plus surprenante et désirable que je connaisse. La plus casse-couilles, aussi. Mais il faut croire que je suis maso, parce que ça me plait bien. » Une moue amusée fit frémir ses traits : « J’ajouterais aussi volontiers que tu as des fesses sublimes. Mais j’imagine que je ne t’apprends rien, à ce sujet. »

Valérian recula un peu et adressa un regard mutin à la jeune femme : « Alors, comment je m’en sors ? » lui demanda t-il, feignant d’être nerveux comme un élève qu’on interroge. Il avait été franc-jeu et attendait désormais de voir quelle serait la réaction de Yulia face à sa franchise immodérée. Certes, il l’avait enjolivée jusqu’à en faire un baratin parfaitement poli. Mais, dans le fond, ces compliments étaient bel et bien sincères. Comme promis, Valérian s’était plié aux exigences de la russe et espérait par conséquent faire durer cette compétition jusqu’à, éventuellement, la retourner à son avantage. Il ignorait cependant quoi attendre d’un tel jeu, d’une telle victoire, et s’interrogeait même sur ses propres motivations. Qu’est ce qu’il foutait là, exactement ? Valérian réalisa soudain qu’il n’en avait pas la moindre idée.

« Très bien. » fut tout ce qu’il répondit à la russe, lorsqu’elle consentit, bon gré mal gré, à le laisser repartir en compagnie Isaac pour poursuivre leurs recherches. Valérian détourna à cet instant les yeux et fit mine d’être absorbé par ses propres pensées. Assez. Il était inutile d’attiser davantage les cendres encore chaudes de leur précédente dispute et se s’épandre sur le sujet. Si Yulia avait marmonné un vague assentiment, elle ne paraissait cependant pas disposée à discuter des recherches - et lui non plus, d’ailleurs. Une certaine tension électrisait déjà la pièce, et tous deux s’évitèrent soigneusement du regard l’espace d’une interminable minute.

Yulia ne fut pas dupe lorsqu’il affirma ensuite que les habitants de la distillerie étaient tous ravis de son retour. Oui… Bon, il était certain qu’Anton ne verrait pas celui-ci d’un si bon oeil, et que d’autres regretteraient amèrement le calme qui était finalement parvenu à s’installer dans les locaux, le temps de l’absence de Yulia. Mais, dans l’ensemble, tous étaient quand même ravis et soulagés de voir Jaren et la russe rentrer au bercail. Valérian se fendit d’un mince sourire à la remarque de Yulia : « Hmm, pas avec autant de virulence que toi, en tout cas. » Ses rapports avec Dana n’étaient, en effet, pas toujours des plus cordiaux et viraient régulièrement à l'invective : « Et bien sûr que tu m’as manqué, tout comme Jaren. » Son sourire s’élargit, de mauvais augure : « Après tout, deux paires de bras supplémentaires ne sont pas négligeables au sein d’un tel foutoir. Je crains que les vacances soient terminées pour vous deux. Il y a du pain sur la planche, ici. » Il hocha la tête, toujours tout sourire : « Comme je te disais, je suis absolument ravi de te voir à nouveau sur pieds et on ne peut plus valide. »

La suite laissa Valérian bouche-bée l'espace et il fronça très vite les sourcils, incertain de ce nouveau revirement de situation : « Un cadeau ? » Il s’attendait, une fois encore, à une plaisanterie de la part de Yulia : « Tu cherches à te racheter de quelque chose ? » Valérian fit mine de réfléchir : « C’est vrai que quand j'y pense, il me vient pas mal de choses à l'esprit qui exigeraient réparation de ta part. »
Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 1925
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Exil   Exil - Page 2 EmptyJeu 23 Jan 2020 - 13:26
Le sérieux qu’il met à l’exécution de sa tâche me fascine brièvement. Je fixe Valérian d’abord avec surprise, sans m’attendre à ce qu’il prenne avec autant d’importance mon invitation de tout à l’heure. Ces compliments, il les recherche, il les tourne merveilleusement bien, comme s’il cherchait à en faire du miel. C’est sucré, et amusant, et je peux pas m’empêcher de sourire en l’écoutant parler avec application. Je peux pas m’empêcher non plus de fixer ses lèvres, en mordillant la mienne sans m’en rendre compte. Je sais pas si je m’y attendais – probablement pas. J’crois que finalement, le fait de connaitre ces fameux charmes à l’air de lui tenir vraiment à cœur. Nous sommes proches désormais, le jeu se poursuit, jusqu’à ce qu’il se redresse à la fin de sa tirade pour demander mon avis :

Plutôt pas mal, je veux bien l’admettre. Et je suis pas vraiment étonnée qu’il sache à ce point manier les jolis mots. Combien sont tombées dans ses draps dans l’espoir d’obtenir encore plus de lui sans jamais y parvenir ? J’pourrais être un nom sur cette longue liste, si j’avais dans l’idée de me laisser tomber amoureuse de ce charme toxique. En d’autres circonstances, si le monde avait continué sa route, lui et moi n’auront jamais posé un seul regard l’un sur l’autre. On pourrait presque penser que tu y crois, que j’ajoute avec un air joueur.

J’essaie de me détacher de tout ça, je crois que si les rôles avaient été inversé, j’aurais été bien incapable de dire de jolies choses comme lui peut le faire. C’est peut-être ce qui me laisse le plus songeuse chez lui au bout du compte, et qui m’empêche de savoir s’il y croit vraiment ou si c’est tout est qu’un jeu. Je pense qu’à force, je préfère me dire que tout ça, c’est dans la continuité de ce qu’on a toujours été, lui comme moi. Rien de bon peut naître de notre chaire, en dépit de nos efforts pour être des personnes plus humaines.

Impasse faite sur le reste, un rire m’échappe en me redressant un peu mieux, avisant Valerian d’un air défiant de parler de ces fameuses choses qui méritent soi-disant réparation. Il a pas perdu le nord en deux semaines, à croire que je pourrais lui rendre quoi que ce soit. Je me lève, laborieusement faut bien l’admettre, en m’approche de mon sac :

Pas du tout, j’ai rien à me reprocher, c’était juste un cadeau pour Noël, t’emballe pas, voilà qui va calmer ses ardeurs, je soupire, ouvre la grande poche de mon sac, en tire un emballage un peu grossier avant de retourner le reste à même le sol. Je rangerais plus tard : Ouais, on va devoir parler gros travaux pour le campement, y’a tellement de trucs à refaire ici pour rendre le lieu vivable, pour ça que notre retour avec Jaren est le bienvenu.

Je reviens vers Valérian, paquet dans la main, qui laisse deviner que c’est au moins un vêtement ou quelque chose du genre. Quand je le fourre dans ses paumes pour l’occuper, intervient finalement la suite :

Mais d’abord, il me faut pas grand-chose pour avaler cette distance entre lui et moi. Seconde main qui fait sa place dans sa nuque, petite impulsion sur mes pieds pour me remettre à sa hauteur, je lui colle un baiser sur la bouche, imprévisible et un brin audacieux pour le déstabiliser encore une fois. Il dure pas bien longtemps, quelques secondes peut-être, à contrario du sourire moqueur qui s’étire sur mes lèvres : Joyeux Noël, hein, que je lui souffle d’une voix mutine.



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Colt Anaconda et cutter à lame trapézoïdale
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 823
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Exil   Exil - Page 2 EmptyMer 29 Jan 2020 - 14:11
« Plutôt pas mal ? » répéta Valérian en faisant mine de s’offusquer, une main posée sur la poitrine, tandis qu’un éclat dans ses yeux trahissait son amusement : « J’y mets toute ma meilleure volonté et tu la qualifies d’à peine correcte. Tu es décidément difficile en affaire, Yulia Iojov. Très difficile. » Il savait, en vérité, qu’il n’obtiendrait pas meilleure approbation de la part de la jeune femme, d’ordinaire si avare en compliment et prompte à le railler. Le grec était, par conséquent, étonné qu’elle n’ait pas ouvertement moqué ses efforts et taillé en pièces ces compliments qu’il avait si soigneusement composés pour elle. Le fait qu’elle paraisse stupéfaite, voire touchée, constituait en soi une petite victoire pour Valérian qui souriait à présent franchement, comme il lui arrivait rarement en présence de la russe.

Yulia douta alors de l’honnêteté de ces compliments et les mit sur le compte d’un jeu, certes tacite entre eux, mais dont le grec respectait pourtant à la lettre les règles. Il savait en effet qu’il n’avait pas intérêt à tricher en compagnie de la russe, au risque d’être aussitôt démasqué et de perdre la partie : « N’est ce pas ? » lui répondit-il, sans se départir de son sourire : « Un baratineur doublé d’un enfoiré comme moi serait-il, après tout, capable d’honnêteté ? » Il la couvrit d’un regard pénétrant : « Ça serait surprenant. Vraiment ! Qui croirait une chose pareille ? » Le grec ne démordit pas du regard inquisiteur qui lui lança alors la jeune femme, qui cherchait manifestement à évaluer la véracité de ses propos, et le soutint même jusqu’à perdre pieds. Si Valérian n’en laissa rien paraitre, son coeur s’emballa en effet légèrement à cet instant et il retint son souffle. Il perdit alors très brièvement le contrôle de ce jeu, pour le moins dire dangereux, et se laissa même aller à contempler les lèvres charnues de son adversaire d’un air avide. Au fond de lui, le grec savait très pertinemment qu’il jouait avec un feu particulièrement instable. Mais provoquer Yulia à ses risques et périls avait toujours été plus fort que lui, tout comme Valérian ne pouvait à présent pas s’empêcher d’imaginer le goût de ses lèvres sur les siennes et le sentiment que lui procurerait ses mains sur son corps. Il déraillait. C’était évident. Yulia avait probablement raison sur un point : cette abstinence forcée commençait véritablement à avoir raison de lui.

La suite de la conversation le contraignit cependant à reprendre ses esprits et sortir de cette étrange torpeur. Allez, concentre toi, arrête de jouer à l’idiot ! s’évertua t-il mentalement, sans perdre cependant de sa contenance et faire tomber le sourire : « Un cadeau de Noël ? » Intrigué, Valérian suivit alors Yulia de ses yeux verts tandis qu’elle s’extirpait cahin-caha de son lit pour aller chercher un paquet improvisé dans son sac : « Je t’imaginais pas accorder de l’importance à cette fête chrétienne. » Il était, de fait, réellement surpris que Yulia ait eu une telle attention à son égard : « Si j’avais su, j’aurais fait installer un sapin de Noël à la distillerie. Ça aurait peut être eu le mérite d’égayer les locaux. Et puis… On a toujours besoin de petit bois, ne serait-ce que pour relancer les braséros de temps en temps. » Amusé, le grec attrapa alors le paquet que Yulia lui fourra dans les mains et le soupesa, de sorte à deviner ce qu’il contenait. C’était très léger et souple. Il s’agissait sans aucun doute d’un vêtement : « J’espère pour toi qu’il s’agit de haute couture. C’est tout ce que je daigne porter, depuis le début de l’apocalypse. »

La suite le prit complètement au dépourvu et acheva de décrocher le sourire qu’il s’évertuait à maintenir en place depuis le début de leur conversation. Stupéfait, Valérian se figea lorsque Yulia franchit, sans crier gare, la distance qui les séparait pour coller un bref baiser sur ses lèvres. Son geste était pour le moins dire inattendu, mais pas déplaisant pour autant et le grec se fendit d’un sourire charmeur lorsque Yulia se recula finalement pour le dévisager d’un air moqueur : « C’était... Plutôt pas mal. » dit-il, en faisant sciemment écho aux paroles de la russe : « Un peu court à mon goût, mais pas mal. » Décidément très amusé, le grec entreprit alors d’ouvrir le paquet et tomba proprement des nues lorsqu’il découvrit l’écharpe tricotée par les soins de la russe : « Qu’est ce que… » Ahuri, il jeta un regard à Yulia, puis à l’écharpe et encore une fois à Yulia. Il ne savait que dire. Les commissures de ses lèvres frémirent dangereusement et il dit : « Elle est, euh… Unique en son genre, je suppose ? » Là dessus, il fut incapable de réprimer davantage l’hilarité que lui inspirait cette situation et éclata de rire.
Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 1925
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Exil   Exil - Page 2 EmptyMer 29 Jan 2020 - 16:13
Je m’attendais à un peu mieux vu comment tu te vantais d’être un charmeur redoutable, je soupire ça l’air de rien, en faisant mine d’être sérieuse mais sans l’être vraiment. C’est du défi encore : Mais je me contenterais de ça, j’ai pas le choix.

Même si clairement, on m’a jamais rien dit d’aussi sympa. Du moins, un homme l’a jamais fait pour mes beaux yeux. J’ai jamais fréquenté quiconque capable de vraiment apte à ça pour moi. Pourtant, c’est pas grand-chose, certains peuvent même se dire que c’est des miettes, mais là d’où je viens les compliments sont pas faciles, on parle pas de ce qui est bien. Par contre, on a toujours la franchise pour cogner dans ce qui va pas, bizarrement. C’est peut-être comme ça que je me suis forgée, et que je me défends le mieux. Face à de la gentillesse, je saurais pas comment réagir concrètement, c’est quand même plus simple de prendre ça ainsi.

Oui, une véritable surprise, que j’ajoute.

Je nierais pas le fait que c’est un baratineur doublé d’un enfoiré, il pourrait croire que je l’aime bien et malgré mes bonnes intentions du mois de Noël, j’irai pas pousser plus loin, de peur que ça me donne des boutons. Je préfère en revenir largement à sa grosse tête d’ahuri après le baiser offert et le cadeau qu’il a entre les mains. Je passe tout son laïus sur la haute couture, faudrait encore que ça m’intéresse et de toute façon, je vois même pas l’intérêt de causer de ça. Les boutiques avec des fringues qui font six fois mon loyer j’allais même pas devant la vitrine, par principe.

Maintenant, Valérian essaie de rassembler ses esprits comme il peut, j’en rajoute pas une couche. J’suis un peu dans l’attente d’une suite, qui vient pas sous la forme que je voudrais. Voilà qu’il se reconcentre sur le cadeau, alors que j’aurais quand même préféré qu’il le balance à travers la pièce pour me prendre sauvagement contre le mur. Mais ce mec est bête, et donc lent, faut que je prenne mon mal en patience. J’espère qu’il me baratine pas aussi sur des exploits sexuels présumés ou je vais vraiment mal le prendre.

Je fronce les sourcils, fais une moue boudeuse pendant qu’il éclate de rire. Passé la stupeur de la découverte, il se fout de la gueule de mon écharpe – renne de Noël pendant que je le fixe en plantant les poings sur mes hanches :

Tu vas vraiment te moquer d’un cadeau ? ça m’apprendra à vouloir être sympa, j’crois que la prochaine fois tu peux aller te gratter, que je renchéris derrière, vexée ouais. Je vais pas seulement bouder à ce rythme : T’es le pire être humain sur cette planète, et j’exagère même pas quand je dis ça, évidemment. Et ça m’étonne pas que tu sois abstinent depuis si longtemps, t’es pas capable d’entreprendre grand-chose, et boum.

Ouais, fallait pas me chercher, je l’ai mauvaise maintenant. ça fait trop le malin pour rien assumer derrière :

J’dois peut-être t’expliquer comment on fait ? T’as oublié ? que je le défis, avec insolence toujours et une pointe de mauvaise humeur – pour changer.



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Colt Anaconda et cutter à lame trapézoïdale
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 823
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Exil   Exil - Page 2 EmptyJeu 30 Jan 2020 - 21:04
« Ahah, Je… C’est que… Ahah, Oh merde… » Les larmes aux yeux, Valérian essaya tant bien que mal de recouvrer son sérieux face à l’expression à la fois outrée et blessée de Yulia qui, ni une ni deux, lui rentra dans le lard pour lui signifier à quel point il était un gros con. Ce qui était probablement vrai, compte tenu de la situation et de sa réaction inappropriée. Valérian le réalisait pleinement, malgré les éclats de rire qui secouaient irrésistiblement sa cage thoracique et ses yeux brillants d’hilarité. Il y avait, en vérité, très longtemps qu’il n’avait pas ri à ce point-là. Mais le cadeau de Yulia était tant grotesque et inattendu qu’il n’avait pas pu s’en empêcher : ça avait été plus fort que lui ! Et les réflexions boudeuses de la jeune femme ne l’aidèrent pas à se calmer. Bien au contraire ! Lorsque Yulia le traita, sans exagération aucune, de pire être humain de la planète, Valérian fut secoué d’un nouvel accès d’hilarité, à tel point qu’il dû s’appuyer au mur le plus proche pour garder l’équilibre : « Ahah, oh, je suis vraiment… Désolé. » Valérian prit alors une profonde inspiration et, l'air penaud, recouvra quelque peu son calme, quoiqu’une moue amusée demeura malgré tout suspendue à ses lèvres.

« Je dois dire que ne m’attendais pas à… » Voilà que les mots qui manquaient, à présent. Il avait tant été pris au dépourvu par le cadeau de Yulia qu’il en perdait son latin : « C’était, euh… Très inattendu. » articula t-il finalement, en se retenant à grand peine de pouffer comme un idiot. Valérian baissa alors les yeux vers l’écharpe qu'il avait entre les mains : hormis le motif douteux en forme de renne (le grec supposait, tout du moins, qu’il s’agissait d’un renne), la qualité du point était admirable pour un premier ouvrage. Yulia s’était visiblement très appliquée à sa réalisation, ce qui expliquait probablement pourquoi elle était autant vexée par ses moqueries. Ce qui ne lui ressemblait pas du tout, à dire vrai. Elle qui d’ordinaire ne perdait jamais la face. La jeune femme avait réellement dû mettre du coeur à l'ouvrage. Si Valérian s’abstint de lui en faire la remarque, il n’aurait cependant jamais cru la russe capable de la patience nécéssaire à une telle réalisation. Pas plus qu’il ne l’aurait un jour imaginée, aiguilles en mains, en train de tricoter. Elle le surprenait. Réellement.

Le sourire de Valérian s’élargit, à la fois féroce et charmant, lorsque Yulia en remit une couche pour railler, une fois n’est pas coutume, son abstinence et sa soi-disant incapacité à prendre des initiatives. S’il avait jusqu’alors réfréné le désir que lui inspirait Yulia, le grec saisit aussitôt l’opportunité qui se présentait à lui et, comme s’il avait été affamé, laissa à peine le temps à la russe de finir sa phrase pour vivement l’embrasser. Ce baiser n’avait cependant rien à voir avec celui que Yulia avait, un instant auparavant, pudiquement déposé sur ses lèvres : celui-ci était en effet infiniment plus fiévreux, fort, voire un brin sauvage. Laissant tomber au sol l’écharpe que lui avait offert la russe, Valérian saisit brusquement la jeune femme par la taille pour l’attirer à lui et coller son corps au sien. Une de ses mains, à la fois habile et vorace, grimpa alors jusqu’à la nuque de Yulia et pour se perdre dans sa tignasse brune tandis que l’autre parcourait avidement son corps, sans pudeur aucune.  

Ils restèrent ainsi collés l’un à l’autre un moment, jusqu’à ce que Valérian ne rompe le baiser et, d’un coup de pied désinvolte, ne ferme la porte de la chambre de Yulia pour ensuite lui dire, quelque peu haletant : « D'après mes souvenirs, c’est comme ça qu’on fait. Mais, je t’en prie : explique-moi, ma mémoire n’est pas infaillible. »
Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 1925
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Exil   Exil - Page 2 EmptyVen 31 Jan 2020 - 14:30
Il a pas oublié.

J’ai tout juste le temps de finir que j’me retrouve avec sa bouche sur la mienne, et il se montre bien plus entreprenant que je pouvais l’imaginer de base. C’est féroce évidemment, j’dirais rien là-dessus parce que ça me convient bien comme ça. Je râlerais même pas qu’il balance mon cadeau au sol, vu que c’est justement pour s’emparer de moi. Je décroche aussi, tout ce que mes humeurs peuvent raccrocher entre elles, pour me plonger dans ce baiser avec autant de brutalité qu’il peut en mettre. Si ses mains se posent sur moi, mes doigts en profitent pour se mêler à ses cheveux que j’ai envie de tirer depuis des semaines tellement il m’agace.

Mais c’est pas plus mal de m’en occupe autrement. Je râle quand il se sépare de moi, beaucoup moins quand il referme la porte d’un coup de pied. Cette dernière claque, fait sursauter mon cœur. Ma respiration est courte, comme la sienne. J’pourrais essayer d’me mesurer, de jouer encore. J’crois bien pourtant que j’en ai marre de ça, que j’ai jamais eu cette patience, que c’est pas pour moi. J’suis pas amusante, j’suis pas drôle, j’ai même pas envie de le prétendre. Il pourra se targuer d’avoir gagner, j’aurais toujours le meilleur score au final.

Un rire sans joie m’échappe alors qu’il me défie de lui apprendre la chose.
S’il savait.

Nous nous détachons à peine quand je le saisis par le col de son haut pour l’envoyer sur le lit sans rougir. Toujours debout devant lui, je le domine forcément de ma taille, et sans attendre me défais de mon haut. Ou de mes hauts. J’ai forcément plusieurs couches qui m’embarrassent désormais. Il n’y a qu’une petite grimace de douleur à la fin pour me faire ralentir le geste, en découvrant cette vilaine cicatrice encore bien rouge. J’ai heureusement jamais été du genre à me formaliser de ça, j’ai honte de pas grand-chose, surtout pas d’un corps que j’ai suffisamment maltraité dans mon existence.

Je me moque d’ailleurs bien qu’il puisse voir les autres marques, je suis pas persuadée que ça l’intéresse beaucoup, il est déjà trop concentré à me mater pendant que je l’enjambe, venant reprendre ses lèvres avec presque une certaine brutalité. Une de mes mains entoure son cou, pendant que l’autre se perd à nouveau dans ses cheveux. C’est violent, mais j’pense que ça m’permet de canaliser toute la frustration qu’il m’faut ressentir rien qu’en existant à côté de moi. Y’a pas de tendresse dans l’histoire, pas de douceur, c’est aussi sauvage que l’affection qu’on éprouve l’un pour l’autre.

Alors je mords sa lèvre inférieure, pas doucement. Je pourrais lui faire mal que ça me poserait pas de soucis. Et j’l’empêche de râler après ça, d’un baiser pressant, en l'tirant à moi un peu plus : mon bras entoure ses épaules, je tire sur sa tignasse pour le forcer à se redresser un peu, et le bascule sur le dos enfin en gardant cette place qui me revient de droit.



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Colt Anaconda et cutter à lame trapézoïdale
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 823
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Exil   Exil - Page 2 EmptySam 1 Fév 2020 - 19:33
/!\

Sans surprise, Yulia répondit aussitôt à ses ardeurs et le baiser qu’ils échangèrent se fit de plus en plus pressant, de plus en plus fort, tandis que leurs corps se mêlaient l’un à l’autre et que leurs respirations devenaient rauques. S’il avait, jusqu’alors, eu quelques scrupules à s’abandonner en compagnie de la russe, Valérian les oublia aussitôt et succomba pleinement à l’envie, au désir violent qu'elle lui inspirait depuis un moment. Que le reste aille se faire foutre ! Songea t-il brièvement, le souffle court, tout en faisant claquer d’un revers de pied la porte de la chambre de Yulia. Un instant séparés, ils s'agrippèrent à nouveau l'un à l'autre, en proie à un puissant appétit, et Valérian se sentit violemment frissonner lorsque Yulia passa une main dans ses cheveux pour les empoigner avec force. Le coeur battant la chamade, il parcourut alors avidement le corps de sa partenaire et lui caressa, sans douceur aucune, les seins, les fesses et le bas ventre, comme s’il cherchait à entièrement la dévorer !

Ils se détachèrent finalement à nouveau, haletants et échevelés, pour reprendre un bref instant leur souffle et Yulia en profita pour saisir Valérian par le col et l’envoyer sans plus de cérémonie sur le lit. Ce qui fit ricaner le grec, que l’impatience de la russe exaltait au plus au point et rendait plus encore frénétique et furieux. Son coeur s’emballa brusquement lorsque Yulia se débarrassa enfin de son haut pour lui dévoiler, sans aucune pudeur, une poitrine ferme, superbement dessinée, dont la vue fit saliver Valérian. Il remarqua à peine la cicatrice qui marquait le flanc de la russe, et moins encore les marques d’aiguilles sur ses bras qu’éclipsa totalement son esprit, proprement obnubilé par le corps nu de la jeune femme qui, déjà, s’avançait vers lui pour l’enjamber et brusquement plaquer sa mouche contre la sienne. Ils s’embrassèrent à nouveau, plus que jamais voraces, et Valérian s’activa, pendant ce temps-là, à déboutonner le pantalon de la jeune femme, de ses mains aussi habiles que fébriles, pour ensuite le lui retirer. Son coeur battait alors si fort qu’il semblait sur le point d’exploser. L’esprit confus, le grec réalisait alors l’ampleur de ce désir qu’il avait, jusqu’alors, refoulé au fond de lui et qui resurgissait brutalement, dans une explosion de violence. Il n’était, en effet, plus temps de jouer, de séduire, ni de taquiner : il s’agissait purement et simplement d’un affrontement dont chacun désirait sortir vainqueur, quitte, pour cela, à écraser l’autre pour le dominer.

Valérian grogna, mécontent, lorsque Yulia lui mordit la lèvre inférieure et qu’un léger goût de sang se répandit dans sa bouche. Il n’eut cependant pas le temps de protester puisqu’elle lui saisissait vivement les cheveux pour l’attirer à elle et à nouveau l'embrasser. Lorsqu’elle le repoussa finalement, Valérian attrapa les poignets de Yulia pour l’entraîner avec lui sur le lit, puis roula sur le côté, de sorte à se retrouver sur elle et la dominer. Le grec la maintint ainsi allongée sur le dos, en prenant soin de ne pas lâcher ses poignets, et entreprit alors d’embrasser, de mordiller et mordre plus franchement son cou, sa clavicule et enfin ses seins sur lesquels il s’attarda plus particulièrement. Sans interrompre ses baisers, il lâcha finalement une des mains de Yulia pour glisser la sienne le long de son corps et la passer sous son sous-vêtement où il s’attela, plutôt consciencieusement, à caresser un moment son intimité. Après quoi, toujours aussi haletant, il se redressa pour se débarrasser à son tour de son pull qu'il jeta négligemment dans un coin de la pièce et, l'instant suivant, se saisir à nouveau des lèvres de Yulia, dont la morsure lui faisait perdre la raison.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Exil   Exil - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Exil -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: