The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-23%
Le deal à ne pas rater :
TV QLED Samsung QE65Q65R 2019
999 € 1299 €
Voir le deal

Partagez
- Exil -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 2014
Age IRL : 27
MessageSujet: Exil   Exil EmptySam 28 Déc 2019 - 10:55
Retour à la distillerie. On arrive plus tôt qu’on est parti, c’est pas plus mal. Le soleil est pas sur le point de se coucher comme la dernière fois, on a encore un moment avant de rejoindre nos chambres respectives. Je laisse Jaren avec Happy pendant que je décharge les affaires du cheval. Sac sur mon dos, j’attrape celui du garde forestier en lui proposant de foutre ça dans sa chambre, il accepte sans trop broncher, signe qu’il rangera sans doute plus tard. La route est fatigante, surtout qu’on a été obligé de monter un camp au milieu.

Lily se mêle à mes jambes, manque de me faire tomber. C’est une fâcheuse habitude qu’elle est en train de prendre malgré mes grognements qui lui font ni chaud ni froid. Soupir. Tant pis, elle est assez mignonne dans son genre, alors je m’inquiète pas trop de savoir comment elle s’en sortira. Je croise Neil dans le salon, en train de sculpter dieu sait quoi. Un grand sourire, il se redresse pour m’accueillir comme il se doit. Ça fait quand même déjà deux semaines, et ouais je vais largement mieux. Déjà, le fait que je puisse me tenir droite, c’est quand même un sacré progrès. A côté de ça, la douleur est moindre, bien moindre. Je suis peut-être moins endurante, je me fatigue plus vite, mais ça reviendra. J’viens quand même de me farcir deux jours sur un cheval !

Enfin, c’est pas tout. Crochet par la chambre de Jaren, où je laisse à la fois Lily et le sac à dos qu’il m’a laissé avec ses affaires. Elle est drôlement bien rangée. Et quand je vois la mienne, je constate que Dana est passée par là, parce que les comics de Markus sont empilés sur la table basse, mon lit fait, et que plus rien traîne au sol. Parfois, elle pourrait être ma mère. Soupir, encore. Je vide mon sac sur le matelas, venant me débarrasser de tout ce qu’il y a dedans : les vêtements finissent en tas dans un coin, pendant que moi je m’effondre ensuite sur le lit en balançant mes chaussures à l’autre bout. Cette fois, le soupir de soulagement est plus que sonore.

Bordel, j’ai mal au dos, aux cuisses, au cul. Y’a rien qui va fondamentalement, j’sais pas du tout comment font Jaren et Raina quand ils partent pendant plusieurs jours. Sans parler d’Isaac, le gars de Raina, qui nous a rejoint au début de ma convalescence. Je l’ai pas supporté trop longtemps, il a expliqué ses raisons pour être parmi nous, tout ce que je vois c’est qu’on y gagnera à la fin. Ça mérite bien que j’me pose pas vrai ? Une petite sieste ? C’est pas comme si, après deux jours sur Happy, je l’avais pas gagné.



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Manurhin MR 88 et couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 995
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Exil   Exil EmptyLun 30 Déc 2019 - 18:40
Assis à son bureau, sur lequel était ouvert un plan de Seattle, Valérian poussa un soupir et se massa les tempes avec lassitude. Sur la carte, étaient raturées les zones que lui et son équipe avaient passées au peigne fin, dans l’espoir de découvrir des indices concernant la disparition du groupe de Tacoma. Depuis quelques jours, Isaac, un ami de Raina, s’était par ailleurs joint aux recherches et leur apportait une aide précieuse. Mais, en dépit des leurs efforts et du temps passé sur le terrain, ils n’étaient pas encore parvenus à éclaircir le mystère de ces disparitions, ni à découvrir la moindre piste. C’était décourageant.  Rageant, même ! Valérian, bien plus morose qu’à l’accoutumée, se serait volontiers arraché les cheveux à cause de la frustration. Il existait forcément quelqu’un, là dehors, qui détenait des informations au sujet des disparus. On ne disparaissait pas en un claquement de doigts dans la nature ! Il devait y avoir des traces, des témoins… Quelque chose enfin ! « Ça n’a pas de sens. » marmonna t-il, en levant finalement le nez de son plan. La mâchoire serrée, il jeta un coup d’oeil par la fenêtre du bureau : dehors, le ciel s’obscurcissait considérablement. Il ferait bientôt nuit.

Des bruits de sabots retentirent tout à coup dans la cour et Valérian, grommelant des propos incompréhensibles au sujet de l’heure tardive, se leva pour voir de qui il s’agissait. Ses yeux verts se posèrent alors sur la silhouette menue de Yulia et celle considérablement plus trapue de Jaren. Tous deux s’affairaient à récupérer leurs sacs sur le dos d’Happy. Bien, ils étaient enfin rentrés. Toujours aussi renfrogné, Valérian se détourna rapidement de la fenêtre et s’appliqua à ranger avec soin les outils qu’il avait éparpillé à la surface de son bureau. Il aurait tout le loisir de reprendre ses recherches plus tard. Le retour de Yulia et Jaren occupait trop ses pensées pour qu’il s’y attèle à nouveau ce soir-là. Si Valérian ne s’était pas opposé au départ de la russe, considérant que son absence leur ferait, à lui et Yulia, du bien, il avait cependant avoué à Jaren ne pas l’approuver complètement et enjoint le garde forestier à être prudent. La russe était encore faible lorsqu’elle avait entrepris ce voyage, et Valérian avait craint que sa blessure ne s’ouvre à nouveau pendant leur périple jusqu’au chalet. Visiblement, ses craintes étaient infondées. Yulia paraissait effectivement en bien meilleure forme qu’à son départ : « Bien. Parfait. » dit Valérian entre ses dents, tandis qu’il rangeait la carte dans le tiroir de son bureau. Pour une raison qu’il ignorait, quelque chose le tracassait malgré tout, comme une énorme épine qu’il ne parvenait pas à se retirer du pied. Et ça l’emmerdait. Profondément.

Les poings appuyés sur son bureau, Valérian entendit soudain Yulia gravir les escaliers et saluer Neil dans le salon. Ses bruits de pas résonnèrent ensuite et le grincement d’une porte indiquèrent au grec qu’elle était probablement entrée dans sa chambre. Avec un soupir, Valérian sortit finalement du bureau et se rendit à son tour dans la salle commune pour y accueillir Jaren. La route s’était, selon les propos du garde forestier, passée sans encombre. À l’aller comme au retour. Par ailleurs, l’état de Yulia s’était considérablement amélioré pendant son séjour au chalet. Bien, bien. Parfait. Après avoir discuté un instant en compagnie de Jaren et Neil, Valérian les salua brièvement et se dirigea vers la chambre de Yulia, très incertain de la marche à suivre. La dernière fois qu’il avait adressé la parole à la russe, les insultes avaient fusées et ils avaient tous les deux été à deux doigts de se sauter à la gorge. C’est donc avec une certaine appréhension que Valérian s’approcha de la porte de sa chambre, et, après avoir brièvement hésité, toqua deux fois.

Lorsqu’un grognement étouffé lui confirma qu’il pouvait entrer, Valérian poussa doucement la porte et découvrit la russe, allongée de tout son long sur son lit. Les commissures de ses lèvres frémirent alors, et le grec dit : « À peine rentrée, et tout ce que tu me montres c’est ton derrière ? Je ne pensais pas t'avoir manqué à ce point là. » Il fit un pas dans la chambre et recouvra son sérieux : « Jaren m’a dit que tu allais… Mieux, hum ? » ajouta t-il, quelque peu maladroitement : « C’est bien, tant mieux… La route n’a pas été trop longue ? » Il se sentit tout à coup très gauche, à se tenir les bras ballants dans l'encadrement de la porte.
Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 2014
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Exil   Exil EmptyJeu 2 Jan 2020 - 16:43
A peine rentrée et tu me parles déjà de mon derrière, j’vais finir par croire que ça t’obsède hein, ouais, je réponds ça spontanément sans me redresser, la tête toujours enfoncée dans mes couvertures. J’suis sans doute trop fatiguée pour vraiment réussir à m’en sortir en l’état, mais je fais l’effort de jeter un coup d’œil vers lui par-dessus mon épaule en plaçant mes bras comme il faut : Toujours pas réglé ce problème d’abstinence forcée alors ?

Oui, j’attaque direct, histoire de lui rappeler que c’est pas parce qu’on m’a mis au vert pendant deux semaines que j’en ai perdu mon mordant. Puis de toute façon, je suis à peu près persuadée que si j’étais différente, on m’aimerait pas autant. S’ils sont pas encore habitués à ça, ils finiront par voir que c’est indispensable pour être une personne aussi géniale que moi.

Je suis prête à payer une fille pour qu’elle se montre généreuse avec toi, y’en a même une au No Man’s Land qui propose ce genre de service si tu as besoin… En cadeau de Noël, ça te ferait plaisir ? Bon, je taquine, je taquine, mais j’ai prévu autre chose en cadeau de Noël, pour tout le monde.

Dans mon sac, celui de Valérian attend. C’est du fait main, et bordel… Qu’est-ce que c’est moche ! Avec Jaren, on a établi que c’était quand même l’attention qui comptait et que du coup, même si personne les mettrait jamais, bah c’était super sympa d’ma part d’avoir essayé. A défaut d’avoir du talent, j’ai au moins un fond de gentillesse qui ressort pour les personnes de ce campement. Mais si jamais on m’accuse d’être sympa, je nierais jusqu’à en mourir s’il le faut.

Ouais, ça va mieux, je hoche la tête, essaye de me dandiner pour me tourner tout simplement mais j’y arrive : En parlant de derrière, c’est vraiment pas agréable pour les fesses de passer deux jours sur un cheval, si je te le montre c’est parce que je suis plus capable de me mettre autrement… Je m’agite encore un peu et m’agace d’être un morceau de bois sans tendon pour m’aider dans l’histoire : Aide-moi à me retourner, j’ai plus de souplesse dans la ceinture !

Et oui, je continue à râler ! Bon, j’éclate un peu de rire parce que c’est grotesque, et j’suis obligée de réitérer ma demande pour que Valérian la prenne au sérieux ! M’enfin, quand je termine enfin sur le dos, avec un soupir de soulagement et l’aide du grec, c’est pour lui offrir un grand sourire plein de gratitude :

Et toi alors, ça a été ? Isaac est vivable ? Voui, je demande, au cas où j’aurais raté des trucs importants.



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Manurhin MR 88 et couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 995
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Exil   Exil EmptyVen 3 Jan 2020 - 21:52
« Je ne vois absolument pas de quoi tu veux parler. » répondit Valérian d’un air détaché, tout en feignant un subit intérêt pour les affaires de Yulia. Certes, il lui avait tendu le bâton pour se faire battre et s’était attendu à une telle réponse de la part de la russe, mais la taquinerie de celle-ci lui rappela brusquement leur dernière dispute et noua quelque chose au fond de ses tripes. Il eut alors l’impression de progresser sur une couche de glace dangereusement fine qui menaçait à tout instant de céder. Son visage ne refléta cependant pas ses préoccupations et l’inquiétude que lui inspirait, d’une certaine manière, le retour de Yulia. Tout se passerait bien. Ils étaient certainement capable d’entretenir une conversation comme n’importe quelle autre personne, non ? Hmm, Valérian n’en était pas certain, en vérité. Peut être que s’injurier à tu-tête et se balancer des horreurs à la figure était leur manière à eux de communiquer ? : « Ravi de voir que tu n’as pas perdu de ton mordant, en tout cas. » dit-il alors, avec l’ombre d’un sourire : « Tu sembles effectivement en pleine forme. Quant à ta proposition, je ne l’oublierai pas. J’ai besoin de me détendre, en ce moment. » Un peu plus à l’aise, il se prêta à la taquinerie de Yulia sans broncher le moins du monde et et lui adressa un petit sourire. Un vrai. Pas une grimace narquoise et provocante comme celles qu’il lui réservait habituellement : « Ça me semble être un cadeau adéquat pour un obsédé, non ? Et je dois dire que les travailleuses d’Oxana ont de très jolis derrières. » Cerise sur le gâteau, Valérian lorgna alors sur le postérieur de la russe et dit : « Tu aurais sans doute ton petit succès là bas, d’ailleurs.  » C’était pesé, emballé et envoyé sans hésitation dans le camp de la russe. Valérian sentit alors la glace craquer sous ses pieds, mais décida de continuer à courir pour autant. C’était plus fort que lui. Il n’avait jamais tenu une conversation en compagnie de Yulia sans qu’elle ne vire à l’affrontement ou ne frôle le flirt. Plus ou moins subtile, d’ailleurs. C’était un espèce de jeu qui s’était naturellement instauré entre eux. Un langage qui leur était propre.

Un peu plus sérieux, Valérian écouta alors Yulia qui lui expliquait, à force de dandinement pour pouvoir le regarder dans les yeux, aller bien mieux, malgré le trajet à cheval : « À ce point là ? » s’étonna alors le grec, hilare, lorsque la russe lui avoua être incapable de tenir sur ses fesses : « Tu es sérieuse ? » Il s’esclaffa pour de bon cette fois-ci : « C’est bien parce que tu me l’as gentiment demandé. » Valérian daigna alors aider la jeune femme à se retourner et prétendit déployer des efforts surhumains pour y parvenir : « Ma parole, tu n’as pas mangé que de la soupe chez Jaren ! Il va falloir te mettre à la diète ! » Le grec pouffa et se recula d’un pas, jugeant la russe d’un coup d’oeil amusé. On faisait, en vérité, difficilement plus menue que Yulia, si bien qu’il était facile de se laisser tromper par son apparence de poupée fragile (dont elle n’avait décidément que l’apparence).      

À la question de Yulia, Valérian hocha la tête et fit la grimace, frappé d’une certaine lassitude : « Plus ou moins, oui. Nous avons renforcé le bâtiment et trouvé des couvertures, des vêtements chauds et d’autres choses utiles pour espérer ne pas mourir de froid avant le retour du printemps. Markus travaille toujours sur l’électricité. Il pense être sur la bonne voie pour la rétablir. » Le grec hésita, conscient de s’engager sur un terrain miné : « Isaac est tout à fait vivable, oui. Il nous aide dans nos recherches. » Yulia savait très bien de quelles recherches il parlait : « Jusqu’à présent, nous n’avons cependant… Rien découvert d’intéressant. » Valérian se mordit la lèvre inférieure, et réprima un soupir emprunt de frustration : « Aucun témoin, aucune trace. C’est comme si le groupe de Tacoma s'était… Volatilisé. » Le grec eut l’air songeur un instant. Lorsqu’il revint à lui, Valérian changea cependant de sujet, redoutant que la conversation ne dérape à nouveau : « En tout cas, j’ai rarement vu Raina aussi bavarde qu’en présence d’Isaac. Et, qui l’eût cru ? Elle est capable de sourire ! » Il hocha la tête avec ferveur, comme si cette découverte lui paraissait parfaitement stupéfiante : « Si si, je l’ai vue ! Prise sur le fait ! Je te le jure, bientôt elle nous racontera des blagues salaces au coin du feu. »
Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 2014
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Exil   Exil EmptySam 4 Jan 2020 - 17:39
Tu te doutes bien qu’elle a repéré mes charmes oui ! Je réponds ça avec un grand sourire, faisant comme si sa remarque était pas censée être méchante. Comme si j’allais vendre mon cul encore. Il doit pas être au courant que je l’ai déjà fait, et j’en tire aucune fierté pour tout admettre. Mais je suis pas assez cynique pour faire payer, regard équivoque, l’air de dire que même s’il est pauvre, il aura peut-être ses chances pour peu qu’il réussisse à me faire rire.

Il y parvient un peu en m’aidant à finir sur le dos, et je pousse un soupir de soulagement. On a pas mangé qu’à notre faim chez Jaren, et y’a eu des moments où on s’est un peu ennuyés, mais je peux pas dire que le repas a pas fait un bien fou. Déjà, je me tiens droite, ça me tire beaucoup moins, ça me fait plus mal, c’est une progression folle quand on sait d’où je pars. Le garde forestier s’est bien occupé de moi, j’lui en suis reconnaissante. Peut-être que je me cacherais pour lui tricoter une écharpe qui aurait plus d’allure que ce que j’ai déjà fait. Mais faut aussi dire que c’est pas trop mon genre d’avoir de la patience pour les activités manuelles.

Alors, autre soupir. Ça a progressé ici en presque deux semaines, un peu plus que ça même. Les nouvelles sont pas exactement mauvaises mais on peut pas dire que c’est non plus une progression folle. Je m’attendais pas à autre chose, c’est déjà pas mal qu’ils se soient pas entretués en mon absence et que la distillerie tienne encore debout :

Ouais, on aura pas l’électricité avant l’hiver prochain quoi, autant faire un constat simple là-dessus. Avant, ça nous sera pas forcément utile de toute façon, et on est déjà partis pour passer un hiver froid. Surtout avec rien pour l’alimenter, ça reste du gros travaux, si ici c’est à chier, va falloir penser à l’envisager autrement… Au Chalet de Jaren, y’a des panneaux solaires… Que je précise enfin, l’air de souffler l’idée qu’il faudrait voir à penser hors de nos schémas habituels.

Mais je pense que ce qui travaille le plus Valérian, c’est plutôt la discussion qui a conduit à la dispute la dernière fois. Ça me tend aussi qu’il réapproche le sujet mais fait comme si de rien. Faut dire que j’ai la rancune tenace, et je lui passerais pas ses menaces trop facilement.

Peut-être que si vous avez rien trouvé, c’est qu’il y a rien à trouver. Je hausse les épaules en toutes réponses, l’air indifférente. Ça les contrarie mais au bout du compte, pour notre service qu’on trouve ou pas, on sera quand même payé non ? Pas de corps, ça veut dire pas de crime en général. Donc… Ils sont probablement quelque part mais on sait pas où, ça signifie pas forcément qu’on les a crevé.

De là à dire que c’est consciemment et volontairement qu’ils restent là-bas, j’en suis pas persuadée. S’ils ont pas donné de nouvelles c’est sans doute qu’ils peuvent tout simplement pas le faire… enfin… un sourire m’échappe quand il parle de Raina, moi je l’ai déjà vu rire, se détendre même. Elle est pas aussi inaccessible qu’on le croit :

Tant mieux, ça doit la détendre de le savoir avec nous… surtout : Et moi, ça me détend qu’elle soit ici plutôt que là-bas.



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Manurhin MR 88 et couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 995
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Exil   Exil EmptyDim 5 Jan 2020 - 16:56
Visiblement, Yulia ne se formalisa pas de ses taquineries et se prêta même au jeu de Valérian, armée d’un sourire à la fois malicieux et équivoque. La russe aurait très bien pu lui rentrer dans le lard, mais elle se contenta, une fois n’est pas coutume, de suivre le mouvement sans trop broncher. Ce qui démontrait très largement les efforts que chacun d'entre eux déployait pour garder cette conversation à flots. Le sourire aux lèvres, Yulia comme Valérian s’évertuaient effectivement à éviter de plomber celle-ci par le biais de sarcasmes et d’agressivité et que ne sombre avec elle tout espoir de réconciliation. Au fond de lui, Valérian était en effet las de ses disputes avec Yulia. La dernière en date lui avait laissé un goût particulier d’amertume en bouche et quantité de remords qu’il avait ruminé des journées durant. Pourtant, et bien qu’il l’ait franchement souhaité, le grec était bien incapable de s’excuser auprès de Yulia. Il était bien trop borné, bien trop fier, bien trop con pour que les mots ne parviennent à franchir ses lèvres. Au lieu de ça, il rendit à Yulia son sourire mutin et dit : « Oxana n’est certainement pas la seule à les avoir repérés. » Voilà qui n’était pas bien subtile, mais qui avait le mérite d’être efficace. Le commentaire suivant de Yulia et le regard dont elle ponctua celui-ci indiquèrent par ailleurs à Valérian qu’elle était décidée à jouer, elle aussi : « Je vois. » Son sourire l’élargit : « Sous quelles conditions es-tu donc disposée à révéler ces fameux charmes ? Simple curiosité. »      

S’il avait prononcé ces quelques mots avec détachement, Valérian ignorait cependant sur quelle route il s’engageait en compagnie de la russe, mais y prenait un plaisir manifeste. Ces joutes verbales, ponctuées de provocations, l’amusait au plus au point et ravivait chez lui l’homme qu’il avait été avant l’apocalypse. Un frimeur, un beau-parleur et, plus que tout, un joueur. Ses cartes en mains, il attendit donc patiemment de voir quel serait la prochaine manoeuvre de Yulia et la couvrit d’un regard pétillant.

Lorsqu’il lui détailla les travaux effectués à la distillerie en son absence, Valérian remarqua le soupir presque imperceptible que poussa alors Yulia. Oui. En dépit du travail réalisé, ils avaient encore du pain sur la planche avant que le bâtiment ne devienne un lieu de vie optimal pour le groupe. Pourtant, Valérian croyait de plus en plus en son potentiel. Le grec hocha cependant la tête lorsque Yulia souleva le problème de l’électricité : « Hmm, oui. C’est très probable. » Il se frotta le menton d’un air songeur : « Des panneaux solaires hein ? C’est peut être une solution, effectivement. Il faudra demander à Jaren ce qu’il en est. » À moins que Markus ne parvienne à concrétiser ses projets, il était effectivement temps de songer à une alternative. Jaren serait sans doute capable de les renseigner au sujet de ces panneaux et de leur installation.  

La conversation s’orienta alors dangereusement vers les recherches auxquelles s’adonnait Valérian, qui, pour sûr, déplaisaient à Yulia. La dernière fois qu’ils en avaient parlé, la russe ne s’était effectivement pas cachée de les désapprouver, les considérant vaines et dangereuses, ce qui avait mis le feu aux poudres et engendré la dispute dont tous deux ne se souvenaient que trop bien. Comme Valérian, la russe louvoya alors avec soin autour du sujet et pesa ses mots lorsqu’elle s’exprima. Un pli songeur entre les sourcils, Valérian l’écouta et hocha lentement la tête : « J’imagine que tu as raison. Quoique, je ne suis certain qu’il faille s’en réjouir pour autant. » Il y avait effectivement des cas où la mort était préférable à la captivité. Si le groupe de Tacoma était retenu prisonnier quelque part, dans quelles conditions les gardait-on en vie ? « Isaac me semble être quelqu’un de fiable, en tout cas. Si tu n’y vois pas trop d’inconvénient (il s’exprimait d’un ton mesuré), je partirai avec lui d’ici quelques jours sur le terrain. Il reste encore des zones à passer au peigne fin, tant que la neige n’est pas là. »      

Valérian se détendit lorsqu’ils rigolèrent au sujet de Raina, dont il découvrait un nouvel aspect de la personnalité depuis l’arrivée d’Isaac : « Oui, sans aucun doute. Un peu plus et j'aurais moi aussi droit à une vue directe sur ses sourires ! » Il pouffa légèrement et observa Yulia tandis que celle-ci lui révélait être soulagée de savoir Raina à la distillerie. Les deux jeunes femmes étaient proches. Valérian avait pu constater leur complicité en de multiples occasions. Sincère, quoique quelque peu hésitant, il dit alors : « En tout cas, tout le monde est content de te savoir ici, toi aussi. » Même si ce n’était pas forcément évident. Les membres de leur groupe n’étaient effectivement pas du genre expansifs : « C’est… hum, vraiment une bonne chose que tu sois finalement remise sur pieds. »
Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 2014
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Exil   Exil EmptyMar 14 Jan 2020 - 12:06
Un compliment, je réponds ça de but en blanc, fixant Valérian avec un sourire mutin. Il veut jouer, je peux me montrer d’humeur à en faire autant puisqu’il est curieux de savoir bien des choses à propos de mes charmes. Mais attention, un vrai de vrai, un sincère, que j’ajoute dans la foulée, avec une pointe de sérieux.

Signe que je vais être dure en affaire, même avec un collaborateur. Après tout, avoir des exigences, c’est pas si déconnant, pas vrai ? Et puis, c’est pas parce que j’ai été pendant longtemps une simple junkie qui se prostituait pour payer son loyer que ça me définit encore aujourd’hui. J’avais des objectifs aussi, à l’époque, même si tout ça était miné par la drogue qui tannait mon crâne. Mes rêves se sont évaporés avec, remplacés par des manques qui m’ont bouffé jusqu’à me transformer. Je suis différente de celle que j’étais à l’époque, mais semblable à celle que je voulais être.

Voilà. On en revient à des sujets plus sérieux, étrangement moins plaisants mais importants pour la pérennité du campement. Je hoche simplement la tête à la mention de Jaren, sentant une certaine amertume s’emparer de moi. Au moins, là-bas, j’avais pas à me prendre le citron sur tout ça. J’avais à penser qu’à lui, au pire, même s’il est largement assez grand pour pas avoir besoin de moi pour survivre. Et la mention d’Isaac et de la mission qu’on nous a confié me défrise un peu faut bien l’admettre.

En premier lieu parce que je crois que je crains la présence d’Isaac, et l’influence qu’il pourrait avoir sur Raina. J’ai pas envie qu’il l’amène dans un endroit où j’pense pas qu’elle sera heureuse. Et outre ça, même si on y gagne à la fin, ça m’emmerde aussi qu’ils nous embauchent pour faire un boulot qu’ils savent pertinemment risqué. Mais pour notre survie à tous, faut savoir faire des concessions.

Fais comme tu veux, je hausse les épaules, détachée, où essayant de l’être en tout cas. Même si ça se voit d’ici que je suis pas enchantée, j’ai déjà exprimé le fond de ma pensée à ce sujet et ça a conduit à une dispute que nous avons tous deux en mémoire. Je vais pas en rajouter une couche, puisque visiblement on m’écoute pas vraiment.

Du reste, je doute que tout le monde soit si content de me voir dans le coin. Certains devaient se satisfaire du calme qui régnait en mon absence, surtout quand on comprend que la présence de Valérian et la mienne sont deux éléments incontournables pour engendrer une dispute. JE lève les yeux au plafond, et émets un peu rire amusé :

Tu dis ça parce que tu as eu personne avec de la répartie pour t’envoyer te faire foutre, c’est ça ? regard complice vers Valérian : Je t’ai manqué, en fait, c’est une déduction logique : Tu peux juste l’admettre, je le répèterais pas, c’est faux, ça sera déformé, amplifié et répété. J’ai un cadeau pour toi dans mon sac, d’ailleurs, que je lui souffle sans me défaire de mon air amusé.



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Exil   Exil Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Exil -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: