The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-63%
Le deal à ne pas rater :
Aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V10 2-en-1
219 € 599 €
Voir le deal

Partagez
- All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zelda Anderson
Modératrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau suisse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 926
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings   All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings - Page 3 EmptyLun 3 Fév 2020 - 21:51
La gamien considère les bras grands ouverts de son adversaire. Elle doit bien reconnaître qu'elle est un peu agacée par la facilité avec laquelle il a accepté l'idée d'une étreinte. Dans l'idéal, il aurait dû abandonner la partie et accepter de recommencer l'épreuve qu'elle lui a imposée. Mais Zelda comprend maintenant que si on ne négocie pas avec les terroristes, c'est surtout parce que ces derniers n'en ont pas envie ! « C'pas vraiment la réaction qu'j'attendais... » avoue-t-elle d'une petite voix. Et maintenant elle se retrouve prise à son propre piège. Elle ne peut pas vraiment refuser de câliner Levi sans quoi elle perdrait toute crédibilité. Elle doit faire ce qu'elle dit. C'est ainsi que les personnes dotées d'un minimum d'honneur agissent. Le problème c'est qu'elle a l'impression de faire le jeu de son adversaire. Et puis elle suppose aussi qu'elle sera encore plus mal à l'aise que l'israélien. Lui, il n'a pas de sentiments... « J'vais vraiment l'faire, hein ! » insiste-t-elle avec l'espoir, sans doute, qu'il se ravise et opte pour le bon sens. Mais non, les bras restent résolument ouverts. Un signe d'ouverture qui n'a vraiment rien de rassurant...

L'adolescente ancre brièvement son regard dans celui de Terrance en se disant que le vieillard trouvera bien un moyen de la sortir de là, que ce soit volontairement ou non. Mais le vieillard semble plutôt amusé par la situation et se contente d'arborer un air satisfait. La gamine lâche un soupir puis s'avance prudemment entre les bras du psychopathe. Elle referme les siens autours des épaules du fou et se promet de ne plus le lâcher. Il s'agit désormais d'une lutte à mort. « L'premier qui s'retire a perdu ! » annonce-t-elle. L'australienne peut être extrêmement bornée lorsqu'elle désire quelque chose. Elle pressent qu'il en va de même pour Levi. Mais elle ne lui accordera plus la moindre victoire supplémentaire, désormais. C'est hors de question ! Alors s'il ne veut pas passer les dix-huit prochaines semaines avec une sangsue collée à son cou, il va vite devoir jeter l'éponge ! « T'es assez musclé... » remarque-t-elle, étonnée. Et puis en plus, il ne sent pas mauvais ! Mais si l'âme avait une odeur, ça se saurait...


Le temps qui s'écoule lui apporte son lot de découvertes. L'épaule de l'israélien est plutôt confortable, déjà. Et puis il tient chaud. Il ferait une bouillotte formidable. Terrance, lui, se lasse bientôt de l'attente et retourne trifouiller ses flingues et faire ce que tout bon vieux aime faire dans un monde post-apocalyptique. Le silence, quant à lui, permet à l'adolescente de cogiter les paroles assassines que lui a adressées son Némésis. « Quand tu dis qu'y a des gens qui sont prêts à m'rendre meilleure... Tu t'incluais dedans ? » Elle voit mal pourquoi il voudrait lui apporter son soutien vu qu'il semble la détester au plus haut point. Mais elle est obligée de composer avec une autre évidence : il a prit le temps de lui montrer comment démonter et remonter une arme. Il a aussi voulu l'aider à s'améliorer. Alors bien sûr, la forme n'était pas géniale. Mais le fond était peut-être motivé par de réelles bonnes intentions ? « Tu m'détestes vraiment ou c'est juste qu't'essaies d'passer pour un gros dur ? » Plus elle y pense et plus la situation se teinte d'une multitude de nuances de gris. Est-ce que cet homme est aussi mauvais qu'elle le pense ? Est-ce qu'elle a aussi une part de responsabilité dans sa manière qu'à Levi de la considérer ?


La promiscuité favorise certainement les confidences. Ce qui est sûr, c'est qu'une simple étreinte a le don de chasser la tension et les appréhensions. Zelda n'a plus vraiment envie de se battre contre Levi. C'est fatiguant. Et puis elle ne peut pas dire que ça l'ait beaucoup servie jusqu'à présent. Elle aimerait se montrer peut-être un peu plus réceptive et faire un pas dans sa direction. Mais comment le faire sans s'écraser ? Elle n'oublie pas non plus les griefs, au demeurant justifiés, qu'elle a contre son tortionnaire. « J'suis vraiment la pire espionne du monde, tu crois ? se risque-t-elle à demander, craignant d'être à nouveau gratifiée d'une autre remarque gorgée d'acide. « Tu penses qu'j'devrais faire quoi pour m'améliorer ? Tu peux... j'sais pas... m'donner des conseils ou un truc comme ça ? »  Elle agite légèrement son bras pour en chasser la crampe qui s'y installe et attend la réponse en installant plus confortablement son menton dans le creux de l'épaule de l'israélien. Elle doit tenir !


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?
Revenir en haut Aller en bas  
Levi M. Amsalem
Administratrice
Levi M. Amsalem
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard de chasse, 9mm, grenades.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/06/2019
Messages : 1506
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings   All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings - Page 3 EmptyMar 4 Fév 2020 - 16:39
La gamine hésita longuement avant d’appliquer sa parole. Et intérieurement, il ne pouvait se le cacher : il jubilait de la prendre à son propre jeu. Comme quoi, malmener des adolescentes seraient toujours un plaisir. Elle le menaça encore, et il referma lentement sa prise sur elle quand elle vint se blottir contre lui. Un nouveau jeu s’amorça quand elle décréta que le premier qui se libérait perdait la manche. Et comme il adorait l’emmerder, là non plus il n’allait pas hésiter très longtemps.

Il avisa sa montre et constata qu’il avait bien assez de temps pour lui faire perdre patience. Elle émit une remarque sur sa musculature qui lui fit échapper un soupir et secouer vaguement la tête. Terrence n’était plus là pour les entendre, et peut-être que leur promiscuité permit à la jeune fille de lui parler plus calmement. Le fait qu’il ne puisse pas la juger du regard, l’agresser verbalement. Il tenta bien de trouver ses yeux sans y parvenir, peut-être parce que l’idée de perdre contre elle le fâchait plus que l’idée d’avoir cette conversation.

Si tu deviens une élève appliquée, oui, répondit-il.

Il s’incluait dedans parce qu’il était capable de saluer et reconnaitre les efforts. Il n’était peut-être pas le plus grand des pédagogues de la planète, mais il avait un savoir inestimable à transmettre à qui saurait l’écouter convenablement. Mais Zelda manquait de certaines qualités indispensables : la patience, le calme, la concentration. Elle était une pile électrique dissipée, qui s’agaçait trop vite. Autant dire que pour la faire grandir alors qu’elle avait déjà affronté une apocalypse pour ça, il n’allait pas l’avoir belle.

Qu’est-ce que ça peut te faire que je te déteste ou pas ? Demanda-t-il sérieusement. La réponse l’intéressait, il ne comprenait pas l’intérêt que les gens portaient à l’opinion des autres. Tu veux une vraie leçon de vie ?

Il s’écarta à peine pour pouvoir capter son regard. L’étreinte était plus distendue du coup, mais il la tenait toujours par la taille :

Première chose : Les gens vraiment intelligents sont ceux qui s’adaptent le mieux, expliqua-t-il. Pour s’adapter, il faut analyser son environnement, il faut savoir écouter et observer. N’était-ce pas aussi là une première leçon d’espionnage ? Tu parles beaucoup trop pour savoir écouter. Tu fais qu’entendre, mais les mots dans ton esprit ont aucun sens. Et tu ne vois rien, parce que t’as jeté sur ton monde un voile où l’opinion des autres a de l’importance à ton sens.

Il marqua une pause :

Deuxième chose : Tout le monde a un avis, c’est comme les trous du cul. Une métaphore qui ferait peut-être sens dans l’esprit de l’adolescente : Tout est pas bon à prendre, tu dois savoir reconnaître ce qui est pertinent. Et là, tu commenceras à devenir une bonne espionne.


Extra-lucide
Si vient l'orage, le tonnerre et la foudre, le cœur solide, reste en vie, mon amour
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Modératrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau suisse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 926
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings   All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings - Page 3 EmptyMar 4 Fév 2020 - 20:22
Ces instants sont vraiment bizarres. Ce n'est pas seulement à cause de cette promiscuité physique, gênante - mais pas si désagréable que ça - qui s'est installée. L'adolescente a aussi l'impression de découvrir Levi sous un nouveau jour. Comme si elle se rendait compte que toute pièce possède deux facettes opposées et formant pourtant un tout. Il est vrai qu'elle ne lui a guère laissé l'opportunité de gagner ses faveurs. Les circonstances de leur rencontre ont étouffé dans l'oeuf toute possibilité de rapprochement amical. Mais à présent elle commence à entrevoir une autre vérité : l'israélien n'est pas un psychopathe. Du moins, il n'est pas que ça. Il possède autre chose, quelque chose de ténu mais qui mérite néanmoins sa considération. À sa manière, il est attachant. Elle, elle s'est enfermée dans un cycle routinier qui la pousse d'office à se méfier des actes et des paroles de cet étrange fou. Lorsqu'il lui explique qu'il pourrait œuvrer pour son bien pour peu qu'elle soit appliquée, cette même habitude la pousse à s'offusquer. « Je suis une élève appliquée ! C'est toi qui... » commence-t-elle avant de se rendre compte que tout ceci ne la mènera nulle part. On peut nier la réalité, oui, mais ça ne la rend pas moins évidente. Elle relâche un soupir contre le coup de son interlocuteur. « Bon ok... J'reconnais que j'pourrais être plus attentive ! » Lui concéder quelque chose, ce n'est pas aussi compliqué qu'elle le redoutait, en fin de compte...

Lorsqu'il lui demande qu'est-ce que ça peut lui faire qu'il l'apprécie ou pas, elle hausse les épaules. Elle ne pensait pas que quelqu'un lui poserait un jour une telle question alors que la réponse est si évidente. Chaque personne a besoin de se sentir aimée. N'est-ce pas l'un des buts de l'existence ? Alors elle ne répond pas. Comment lui expliquer un désir qu'il ne semble pas en mesure d'éprouver ? Ces choses-là se vivent ; elles ne se racontent pas. Par contre lorsqu'il lui demande si elle veut recevoir une leçon de vie, elle crispe sa prise autours des épaules de l'homme. « Alors ça, ça dépend !! C'est une leçon d'vie façon cabanon, encore ?! » Elle n'aurait plus le temps de dégainer son couteau suisse s'il lui prenait l'idée de la séquestrer une nouvelle fois. Et Terrance n'est plus là pour surveiller l'israélien même si, jusqu'à présent, il s'acharnait plutôt sur elle que lui. Mais non, cette fois, le psychopathe-qui-n'en-est-plus-vraiment-un a décidé de lui donner des leçons normales, à base de mots et de conseils.

Elle l'écoute attentivement. Mieux encore : elle essaie de l'entendre puisque c'est, selon lui, de cette manière qu'elle pourra progresser. Elle lâche un rire sincèrement amusé lorsqu'il évoque les avis et les trous de balle puis une première constatation lui vient à l'esprit. Cette façon de parler, d'enseigner, lui évoque une personne qui lui est chère. « Toi, j'crois qu'tu t'entendrais plutôt bien avec June ! » murmure-t-elle. Cette idée lui plaît car elle suppose que Levi ne s'en prendra pas à la Boss dans le futur. Mais d'un autre côté, elle craint l'alliance qui pourrait naître entre ces deux singuliers survivants. Et, surtout, d'être mise à l'écart. « Comment tu fais pour choisir c'qui est pertinent ou c'qui sert à rien ?  » lui demande-t-elle, désireuse de recentrer le débat sur un sujet plus concret. Elle croit saisir les subtilités de la théorie qu'il lui a transmise. Mais la mise en pratique lui semble bien compliquée. « Et puis, surtout, c'est quoi l'secret pour ignorer l'opinion des autres. Moi j'ai... enfin... oui, j'ai envie d'être appréciée. » lui confie-t-elle avec une légère gêne. « T'es la deuxième personne qui m'dit qu'j'dois tourner l'dos aux sentiments et à c'genre de choses mais... personne n'a réussit à m'expliquer comment j'dois faire pour réussir à y parvenir ! C'est quoi l'astuce ? Faut laisser les autres nous faire tellement d'mal qu'pour finir on n'leur accorde plus la moindre importance ? » Elle sait que June a souffert de sa condition de femme et qu'elle a dû se heurter à la bêtise des mâles dans son ancien milieu professionnel. Et Levi ? Est-ce qu'un jour quelqu'un l'a fait souffrir, lui ? « T'veux bien... tu sais... m'parler un peu d'toi ? » Son intérêt est parfaitement réel. Et puis... Ils vont certainement passer le reste de la journée, voir la nuit entière, dans les bras l'un de l'autre. Tant qu'à faire, autant apprendre à se connaître un peu davantage, non ?


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?
Revenir en haut Aller en bas  
Levi M. Amsalem
Administratrice
Levi M. Amsalem
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard de chasse, 9mm, grenades.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/06/2019
Messages : 1506
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings   All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings - Page 3 EmptyMar 4 Fév 2020 - 20:53
J’ai un tas de trucs ranger là-dedans, et de temps en temps je fais le tri entre ce qui m’est utile et ce qu’il l’est pas, il tapota sa tempe de son index. Il faut entrainer ta mémoire, et faire le point avec ce que tu analyses sur les gens et ce que tu tires d’eux qui t’est favorable.

Il s’était entrainé durant des années à noter des choses sur des gens. Quelques remarques, des impressions, des gestes qui trahissaient leurs eux profonds. Au bout, Levi était devenu doué pour discerner ce qui jouait contre. Et même s’il se targuait de ne pas apprécier Zelda davantage, il devait au moins reconnaitre qu’elle savait être pertinente pour sa part lorsqu’elle se concentrait un minimum. Ça voulait dire qu’elle avait un potentiel sous ce désastre ambulant qu’elle affichait comme une évidence :

Tu peux en apprendre beaucoup sur la majorité des personnes qui t’entourent en quelques secondes à les regarder, souffla-t-il. L’essentiel à dire vrai. Et après, tu te demandes ce qui peut jouer en ta faveur.

Il pouvait résumer la chose comme ça, pour sa part. Tous deux pouvaient essayer de faire un test sur Terrence si elle avait besoin de voir, même si l’opinion serait biaisée vu qu’ils le connaissaient déjà l’un comme l’autre. Il prit le temps de la réflexion cependant à sa question. L’astuce pour tourner le dos aux sentiments ? Levi n’était pas sûr d’en avoir à lui donner. Pour lui, tout ça s’était fait naturellement, il se doutait que June avait une version différente à lui proposer. Il n’avait jamais su créer ces liens, s’attacher à ses parents avaient été compliqué, il y avait une distance si folle entre eux et lui. Aujourd’hui, il se demandait encore pourquoi ça avait été aussi impossible, puis l’image de son père s’imposait à lui et la réponse était alors comme évidente.

Ta valeur en tant que personne est pas annexée sur le nombre de gens qui t’apprécie. Au bout, la seule avec qui tu vis jusqu’à la fin, c’est toi. Il la désigna de son index, le plantant sur ses côtes : Demande-toi pour quoi tu as envie d’être aimé, fit-il. Et rappelle-toi que tu nées seule et tu crèves seule.

Il n’y aurait personne, pas même devant la faucheuse, pour lui tenir la main.

C’est ça la réalité. Le reste est probablement qu’une illusion, qui te fait passer à côté des enjeux réels de ce monde. June devait être capable de les voir, parce qu’elle ne se laissait probablement pas berné par ses sentiments. Voir cette réalité, c’est un sacrifice qu’il faut être prêt à faire. Tout le monde en est pas capable, termina-t-il.


Extra-lucide
Si vient l'orage, le tonnerre et la foudre, le cœur solide, reste en vie, mon amour
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Modératrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau suisse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 926
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings   All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings - Page 3 EmptyMer 5 Fév 2020 - 22:26
Elle l'imagine fort bien tapoter sa tempe en lui expliquant qu'il fait le tri dans ses pensées. Levi lui explique qu'il lui faut entraîner sa mémoire mais également apprendre à faire le tri entre ce qui peut lui être utile et ce qui ne l'est pas. Elle conçoit l'idée. Mais y'aurait-il alors une différence entre elle et un bête ordinateur qui se contente de traiter les données et d'en extraire les informations pratiques ? Zelda suppose à nouveau que tout ceci est une simple histoire d'entraînement. Est-ce donc cela que l'israélien souhaitait lui faire comprendre tandis qu'il la forçait à remonter l'arme ? Qu'il n'y a pas d'autre recette que le travail pour se doter d'un esprit analytique, froid et pragmatique ? C'est un postulat qui rejoint en partie celui de June. « J'vais essayer d'm'entraîner, alors ! » glisse-t-elle avant de se rendre compte que ce n'est pas suffisant. « Non, en fait, j'vais pas essayer ! J'vais l'faire et puis c'est tout ! » Avant de vouloir forger ses pensées différemment, il lui faudra auparavant apprendre la patience et l'opiniâtreté. Difficile d'utiliser les autres lorsque l'on n'est pas capable de se dompter soi-même...

Ce qui est sûr, en en tout cas, c'est qu'elle est loin de pouvoir se faire un avis sur une personne en seulement quelques secondes. L'adolescente est dotée d'une certaine empathie mais se réfère plutôt à son imagination pour mieux percevoir les autres. Elle préfère les hypothèses aux faits et c'est, elle le sait, un grave défaut. Et sa curiosité, un désavantage qu'elle parvient encore trop mal à museler. Son sens de l'observation, quant à lui, laisse clairement à désirer. « J'essaie parfois d'voir les gens uniquement pour c'qu'ils peuvent m'apporter. Mais au bout d'un moment j'me sens coupable parce que j'ai l'impression d'les utiliser, justement. Et puis j'ai aussi envie d'croire que les gens sont plus utiles quand ils vous servent volontairement plutôt qu'à leur insu ! La dévotion, c'est une arme puissante ! Y'a qu'à voir c'que les religieux arrivent à faire faire aux gens qui croient en Dieu ! » illustre-t-elle. Mais cette conclusion souffre aussi d'un autre problème. « D'un autre côté j'sais pas trop si c'est une bonne chose d's'entourer d'imbéciles donc... Ouais, finalement c'est p't-être mieux d'utiliser les gens que d'se r'trouver avec une bande de fidèles qui s'bavent dessus dès qu't'ouvres la bouche ! » Parce que c'est plus fort qu'elle : elle a de la peine à considérer les croyants autrement que comme des imbéciles. Et personne n'aime s'entourer d'idiots. ils sont sûrement utiles pour prendre le pouvoir mais... pas pour le conserver !

Levi lui explique ensuite que la valeur d'une personne ne se mesure pas aux nombres de personnes qui l'aiment. Elle est un peu plus mitigée à ce sujet. À l'école, les gens les plus importants étaient ceux qui avaient l'plus d'amis ou de followers sur les réseaux sociaux. Ces chiffres représentaient la popularité et donc, quelque part, la valeur. Mais elle suppose aussi qu'un compte virtuel ne peut pas clairement représenter la réalité. Elle sent l'index de son interlocuteur se déposer sur son flanc et elle sursaute gentiment en étouffant un petit rire. Il se trouve qu'elle est plutôt chatouilleuse ! « J'ai envie d'être aimée parce que... » commence-t-elle avant de s'interrompre. Oui, pourquoi a.t-elle besoin de se sentir aimée ? Qu'est-ce que ça lui apporte, en fin de compte ? « En fait je n'sais pas vraiment pourquoi ! » reconnaît-elle. Une prise de conscience s'amorce et elle le sent bien. Mais mettre des mots sur ses émotions relève de la plus grande des difficultés. « J'crois qu'j'ai justement peur d'être seule... » Elle sait ce qu'est la solitude pour l'avoir éprouvée quelques semaines. Les pires de son existence ! D'après Levi, un être humain est condamné à être tout le temps seul, même lorsqu'il est entouré. Alors pourquoi craint-elle autant une vérité à laquelle elle ne peut pourtant pas, à l'entendre, se soustraire ?

Quoi qu'il en soit, elle croit que l'israélien a raison. Du moins en partie. Les illusions et les rêves empêchent les gens de considérer les choses pour ce qu'elles sont réellement. Ils forment un prisme qui déforme la réalité. et qui, donc, nous empêchent de l'appréhender avec justesse. Zelda adhère entièrement à ce qu'elle perçoit comme une forme d'évidence depuis qu'elle fréquente plus assidûment June. Mais pour se libérer de ces chaînes invisibles, il faut être prête à faire des sacrifices. Là encore, l'avis des deux adultes se rejoignent. « Et c'est quoi qu'il faut sacrifier ? Sa conscience ? La moralité ? Tout c'qui fait d'nous des gens qui méritent d'être aimés ? » Elle n'arrive pas à définir la nature exacte de ces choses dont elle devrait se détourner. Tout ce qu'elle sait, dans le fond, c'est qu'elle est prête à se délester de ce qu'il faudra pour pouvoir survivre et pour, un jour, devenir comme la Boss. Ou peut-être même comme Levi. « J'suis pas sûre de bien comprendre ce qu't'essaies de m'dire : tu m'encourages à dev'nir comme toi ou plutôt à n'pas t'imiter ? » lui demande-t-elle. C'est étrange mais le fait de ne pas avoir à supporter son regard lui facilite l'accès aux confidences et à la sincérité. « Si tu pouvais rev'nir dans l'passé pour rencontrer le petit garçon qu't'étais, tu lui conseillerais d'marcher à nouveau sur tes traces ? » Lui, il n'a probablement plus le choix. Il est un adulte accompli qui, elle le suppose, ne peut plus changer. Mais elle, elle peut encore opter pour une option ou une autre. Un choix lui semble nécessaire et l'autre, presque inévitable. Comment fait-on pour se décider dans ce genre de situation ? « T'as jamais d'regrets ? Ou c'est juste qu't'as trouvé l'moyen d'les ignorer ? » Il lui faut comprendre. Elle doit parvenir à cerner les tenants et les aboutissants de ce qui pourrait être le choix le plus important qu'elle ait eu à faire jusqu'à maintenant.


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?
Revenir en haut Aller en bas  
Levi M. Amsalem
Administratrice
Levi M. Amsalem
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard de chasse, 9mm, grenades.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/06/2019
Messages : 1506
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings   All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings - Page 3 EmptyMer 5 Fév 2020 - 23:08
Les choses sur lesquelles tu as aucune influence, souffla-t-il à Zelda.

Il ne pouvait pas lui dire mieux : la seule chose qu’elle devait laisser derrière elle, c’était tout ce pour quoi elle se battait sans pouvoir rien changer. Il fallait choisir ses combats pour cumuler les bonnes victoires pour soi, il ne s’agissait que de ça pour lui. Levi ne pouvait pas s’investir, pour sa part, dans des aventures où il ne gagnerait aucun trésor, qu’il soit matériel ou personnel. L’intérêt résidait toujours dans le résultat, il devait être servi pour ce qui lui semblait honorable ou juste.

J’en sais rien, Zelda. Lui demandait-il d’être comme lui, ou au contraire de ne jamais prendre sa voie ? Levi ne tirait pas de fierté de ses actions, parce que ça n’était pas une question d’égo ou de personne. Il était l’arme qu’on utilisait pour obtenir ce qu’il fallait, l’arme qu’on payait cher. Il répondait actuellement à une demande de la jeune fille avec les éléments qu’il avait en main, les certitudes qu’il savait importantes pour progresser dans ce monde hostile : Je te donne ce qu’il faut pour être une bonne espionne, je sais pas si ça te rendra une meilleure personne, répondit-il simplement.

Mais dans tout ça, il fallait se rendre compte d’une chose : Levi n’était pas un grand sensible. Il ne s’attachait que peu, savait avancer, laisser derrière lui, répondait avec peu de scrupules. Il vivait dans une constante partie d’échec au cours de son existence, quand les buts arrivaient au fur et à mesure du temps.

Il est probable que non, souffla-t-il. Mais c’est comme tous : tu peux utiliser des armes de plusieurs manières, tout dépend le but que tu sers.

Peut-être ferait-elle son miel de tout, peut-être saurait-elle utiliser son enseignement pour les bonnes choses. C’était un choix encore, personnel. Des questions qui se posaient tôt dans la vie de cette adolescente, et qui avaient de quoi lui retirer le sommeil. Levi n’avait pas mis longtemps à se décider, mais encore une fois, son absence de sensibilité jouait en sa faveur parfois. Il était calculateur, avisé, logique, trop pragmatique. Les émotions ne le dépassaient que rarement, il n’y avait que la colère qui vivotait encore, comme un résidu de l’enfant qu’il avait été.

Et en parlant de cet enfant, Levi prit le temps de la réflexion. Se conseillerait-il à lui-même de faire les mêmes choses :

Je changerais rien, assura-t-il à Zelda. J’ai pas de regrets, je savais où j’allais et pourquoi je le faisais, je sais encore pourquoi aujourd’hui je me lève tous les matins, lui dit-il alors. La vengeance était un puissant moteur. Je referais exactement la même chose.

C’était là sa plus profonde conviction. Il n’y avait pas d’autres voies réservées pour lui, sauf une : sombre, mortifère, qui signait sa fin.

Tout ce que tu dois savoir, c’est que les émotions que tu contrôles pas te feront tout perdre, expliqua-t-il à l’adolescente. Tout est une question de maitrise, que ce soit les débats ou les situations risquées, à partir du moment où tu perds le contrôle, tu perds tout.


Extra-lucide
Si vient l'orage, le tonnerre et la foudre, le cœur solide, reste en vie, mon amour
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Modératrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau suisse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 926
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings   All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings - Page 3 EmptyLun 10 Fév 2020 - 21:49
Son étreinte se raffermit autours des épaules de Levi. Le menton enfoncé dans le creux des épaules du jeune homme, les yeux perdus dans le vague, elle écoute ses conseils et ses remarques avec toute l'attention que ces instants requièrent. Il lui fait poser un pied dans le monde des adultes. Un univers complexe, qui lui semble cruel et dénué du charme de l'innocence. Une ère à laquelle elle devra néanmoins s'adapter si elle entend survivre. Zelda apprécie l'honnêteté de ce mentor improbable. Contrairement à d'autres, il ne s'acharne pas à la préserver du futur ou, plus simplement, de la réalité. Si elle souhaite survivre, si elle veut pouvoir protéger le groupe et ses idées, elle ne pourra pas préserver son innocence. June et maintenant Levi lui confirment ainsi une évidence qu'elle aurait voulu continuer à ignorer : une existence est jonchée de sacrifices. « J'croyais que j'te détestais... » souffle-t-elle. « Mais en fait je hais surtout la vérité qu'tu m'exposes à chaque fois qu't'ouvres la bouche ! » Elle le sert un peu plus fort comme pour lui faire comprendre que tout ceci n'a rien d'une insulte.

Oui, Levi est probablement un salopard. Mais il a le mérite de considérer les choses telles qu'elles sont. Il reflète le monde dans lequel ils vivent. Elle a sûrement le droit de le haïr mais est-ce que cela changera quoi que ce soit ? Ce n'est pas en boudant la réalité que l'on peut espérer s'en affranchir. « C'est impossible d'être quelqu'un d'bien dans ce monde-là, pas vrai ? » lui demande-t-elle. « J'espère vraiment qu'Dieu n'existe pas... Parce que sinon, on ira sûr'ment tous cramer en enfer quand on s'ra enfin morts ! » Il lui arrive parfois de regretter d'être encore vivante, d'avoir été sauvée de l'hiver par cette patrouille du Ranch. La mort la terrifie. Elle perd pied à chaque fois qu'elle tente d'imaginer le néant qui est sensé la caractériser.

Mais elle serait alors libérée de toutes ces émotions qu'elle parvient mal à canaliser et encore moins à dompter. Les gens comme Levi ou June sont maîtres de ces dernières mais elle, elle n'est rien de plus que leur esclave. Est-ce qu'elle sera vraiment apte à les dompter, un jour ? Ces choses-là se contrôlent-elles ou existe-t-il simplement des personnes capables de s'en affranchir et d'autres qui sont condamnées à les servir ? « Moi, si j'pouvais rev'nir en arrière, j'changerais tout ! » lui confie-t-elle. « C'est sûr'ment pour ça qu'je suis encore une gamine, d'ailleurs... » Aujourd'hui, elle n'est pas parvenue à remonter une arme dans un temps satisfaisant mais elle a appris d'autres choses sur Levi et même sur elle-même. Elle éprouve le besoin de cogiter tout ça dans le refuge de son lit, à l'abris sous sa couette rassurante. Elle touche du bout des doigts une nouvelle prise de conscience qu'elle souhaite s'approprier avant qu'elle disparaisse, happée par cette faiblesse qui la caractérise encore malgré ses efforts pour imiter ses aînés.

Un pâle sourire s'installe sur ses lèvres. Un jour, elle cessera de tout percevoir comme une fatalité. Et c'est probablement à ce moment-là qu'elle sera enfin devenue une adulte. Dans l'intervalle, il va lui falloir tenir bon...« J'vais rentrer ! » annonce-t-elle. « Mais pour ça, va falloir qu'tu m'lâches... » Même s'il est devenu agréable, leur duel n'est toujours pas terminé. Il n'a peut-être plus la même importance qu'auparavant, quand elle essayait de faire plier Levi et obtenir l'ascendant sur lui. Elle sait à présent que c'est une chose impossible en l'état actuel des choses. Est-ce toutefois suffisant pour abandonner et lui laisser la victoire ? D'autant plus que son étreinte a quelque chose de rassurant, désormais. Oui, cet homme ne l'épargne pas. Mais il n'est plus le monstre qu'elle s'entêtait à voir en lui. Mais, bien sûr, ce genre d'émotions ne s'avouent pas. Elle se transmettent à travers la force d'une étreinte ou la profondeur d'un regard.« Eh ?! T'es du genre chatouilleux ? » Il n'y a qu'une seule façon de le savoir ! L'une des mains de l'adolescente s'égare le long du flanc de son aîné et commence à le grattouiller. Zelda se rend compte qu'elle n'a jamais entendu le vrai rire de Levi. Ceux qu'il lui a adressés jusque-là étaient emplis de moqueries ou se contentaient simplement d'être glacials.


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings   All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings - Page 3 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- All of us put on masks. Some to hide their feelings and some to hide that they have no feelings -
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Une glace à l'ombre [Pv Hide, Hentaï, Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: