The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Those who live are those who fight - Astra Graves -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Those who live are those who fight - Astra Graves   Those who live are those who fight - Astra Graves EmptyDim 1 Déc 2019 - 19:43
AstraLeila
Graves

WHO AM I
- Informations personnage -
Nom : Graves
Prénom(s) : Astra Leila
Âge : 26 ans
Date de naissance : 05 juin 1993
Lieu de naissance : Honolulu, Hawaii, USA
Nationalité : Américaine
Groupe : The Remnants
Ancien métier : Assistante styliste
Célébrité : Carlson Young
- Défauts -
Distante
Rancunière
Jalouse
Agitée
Imprudente
- Qualités -
Attentive
Déterminée
Loyale
Sincère
Ambitieuse

WHAT'S IN MY HEAD

- Psychologie du personnage -

Astra avait toujours été assez distante avec les personnes en dehors de son cercle familial, simplement car elle préférait en savoir plus sur les autres avant de les laisser la connaître. Mais ce trait de caractère n'avait fait que s'amplifier depuis, poussant Astra à garder les autres à distance afin de les connaître, avant  de les laisser potentiellement s'approcher. Dans le cas contraire elle se contente de les fuir.

Néanmoins, après cette distante passée, elle peut se montrer loyal envers les personnes en qui elle a confiance, elle est d'ailleurs loin du genre à retourner sa veste, même si elle reste la seule à soutenir quelqu'un. Cela n'empêchera pas le fait que si la situation ne lui convient pas, elle partira, préférant éviter tout conflit inutile.

Si quelqu'un abuse de sa confiance, elle n'hésitera pas non plus à se venger de cette personne, et peut se montrer particulièrement rancunière au niveau de sa vengeance, quitte à faire souffrir l'autre. Ambitieuse et déterminée, elle peut même profiter de cette faute d'autrui afin de se surpasser, pour se retrouver au-dessus de cette dernière, avant de se venger. Qui a dit qu'elle était forcément gentille en même temps ?

Agitée depuis son enfance, difficile de rester tant mentalement que physiquement en place, même dans des situations où elle doit le faire. Elle tente de canaliser cette agitation par le biais du sport, mais il n'est pas rare de la voir triturer tout objet qu'elle a entre ses mains, ce qui d'une certaine façon, l'aide à se calmer.

Son ambition la pousse parfois à être jalouse, dans le sens où elle souhaite toujours réussir, et n'excepte pas que d'autres puissent être meilleurs qu'elle. Mis à part cet aspect, elle n'envie pas les autres, et reste satisfaite d'elle-même.


WHAT AM I MADE OF

- Physique / équipement -

Assez petite, c'est ce qui revient souvent lorsque l'on la décrit. Il est vrai qu'elle n'est pas bien grande, mais cela ne l'empêche pas d'avoir une silhouette plutôt sportive, ainsi qu'assez mince. Cela est dû au fait qu'elle accorde une assez grande importance à sa forme physique, mais aussi au fait qu'elle a longtemps pratiqué le baseball, sport qui lui a permis d'apprendre à très bien manier des battes. De ses années de vie sur la route, elle en garde de fines cicatrices blanches sur ses bras, dont elle n'explique jamais vraiment les causes.

Elle garde toujours sur elle les possessions qu'elle considère comme étant les plus importantes, au cas où. Sa fidèle batte l'accompagne partout: elle l'a depuis avant l'apocalypse, c'était celle qu'elle utilisait lors de ses matchs dans l'équipe de baseball dont elle faisait partie, au temps du lycée. Elle en a connu des choses cette batte, d'où son apparence plutôt usée. Il subsistait d'ailleurs un peu de sang séché dessus, complètement imprégné dans le bois de la batte. Elle avait aussi un grand couteau à viande sur elle, qu'elle avait trouvé dans une maison lors de son long voyage: depuis elle en prenait plutôt soin, cet objet s'avérant plutôt pratique pour se débarrasser discrètement des rôdeurs. Et puis elle gardait aussi un pistolet, un beretta 96A1 noir, calibre 40S&W. Elle l'avait trouvé dans une maison ayant sûrement appartenu à un amateur d'armes, mais n'avait plus vraiment de munitions dedans. Elle ne s'en servait plus réellement. Son vieux sac en tissu, qui l'accompagnait depuis le début de son voyage, contenait désormais que quelques uns de ses vêtements ainsi que ceux de sa fille, mais aussi quelques livres trouvés par-ci par-là. Au fond de son sac, elle garda aussi précieusement son téléphone. Qui sait, peut-être qu'un jour elle allait pouvoir de nouveau capter quelque chose.


HEAR MY STORY

1998 - Kahala, Hawaii - 5 ans.

Temps ensoleillé, plages et magnifiques paysages. Du haut de ses cinq ans, la petite Astra ne pouvait pas encore se rendre compte de la chance qu’elle avait. Rien de plus normal, elle était née dans ce cadre de vie digne d’une carte postale. Mais il ne s’agissait pas uniquement du paysage. Ses parents faisaient partie de ces familles aisées, habitant dans une grande et ancienne résidence, preuve de la longue présence de la famille sur l’île. Elle était le second enfant, mais aussi l'unique fille, celle dont on avait le don de plus la chérir et la cajoler: pour autant Alistair et Alioth, âgés de 10 et 3 ans, n’en étaient pas jaloux. L'aîné s’amusait plutôt à surnommer affectueusement sa petite sœur la morveuse, tout en la taquinant de façon régulière. Mais au fond, s’il lui arrivait quoique ce soit, il serait toujours là pour la protéger.

2002 - Kahala, Hawaï - 9 ans.

Astra grandissait rapidement. Enfant curieuse, elle aimait découvrir de nouvelles choses, si bien qu’elle posait des questions presque de façon incessante. C’est ainsi qu’elle découvre sa passion: la mode. Dès lors, elle ne cessera de vouloir en savoir plus sur le sujet, ce qui amena à des questions: peut-être allait-elle en faire son métier, qui sait ?

Elle se plaisait à l’école: là-bas, elle avait de quoi grandir dans la plus grande joie possible. Les espaces étaient grands, elle participait  à de nombreuses activités, tout le monde se connaissait au sein de l’école. C’était une ambiance familiale, qui quelque part comblait un peu la certaine absence de ses parents, de part leur travail. Des parents certes occupés, mais aimants.

En plus de l’anglais elle apprenait l’hawaïen et le hula, la danse traditionnelle d’Hawaï, et se liait d’autant plus avec la culture locale, grandissant dans ce mélange de culture: hawaïenne et américaine. Chaque jour, il n’était pas rare qu’elle se rende à la plage non loin du domicile familial, accompagné de ses frères. Il faisait toujours beau temps, si bien que les baignades étaient presque quotidiennes. Elle suivait même parfois ses frères dans leurs aventures de paddling, si bien qu’elle apprit elle-même à en faire.

2007 - Kahala, Hawaï - 14 ans.

La vie continuait. Les gens grandissaient. Astra n’était pas une exception: désormais adolescente, les changements chez elle étaient bien nombreux. Certes elle avait gardé une certaine importance pour l’école, mais elle rêvait aussi de liberté, de voyages, de soirées entre amis. Inscrite dans le lycée huppé de son quartier, elle s’impliquait de façon régulière dans les activités proposées par ce dernier, réussissant par la suite à intégrer le groupe les cheerleaders. Elle continuait aussi de façon régulière le baseball, sport qu’elle avait commencé quelques années auparavant.

Malgré un emploi du temps assez soutenu, elle trouvait toujours du temps pour sa passion, qui restait presque inchangée depuis l’enfance: la mode. L’adolescente s’informait de toutes les nouveautés sur le sujet, regardait de façon régulière des défilés, non pas pour les mannequins mais pour les créations que ces dernières présentaient. Elle aussi, elle voulait créer ses propres vêtements. Ses propres créations. Elle voulait faire mieux que les stylistes les plus huppés de son époque, révolutionner la mode. Mais elle savait que, pour achever pleinement son ambition, elle devait travailler. Il n’était pas rare de la voir en train de personnaliser ses vêtements, c’était une façon à elle de se démarquer de ses camarades. Les vêtements usés, elle leur trouvait toujours une nouvelle façon d’être utilisés et était devenu en quelque sorte, l’aide familiale pour réinventer les vêtements.

Ses parents étaient fiers: leur fille savait ce qu’elle voulait faire, cela leur convenait. Ils étaient prêts à payer les études de cette dernière, quel qu’en soit le prix, pour qu’elle réussisse. Et puis, ses notes étaient bonnes, ils avaient donc confiance en ses capacités. Astra était donc en bonne entente avec eux, malgré ses moments de rébellion et une envie de plus de liberté. Alistair était désormais à l’université. Cela voulait dire moins de temps passé avec lui, mais chaque instant de retrouvailles en devenait plus précieux.

Mais elle n’était pas seule, au contraire: elle avait toujours son petit frère, Alioth, mais elle s’était aussi fait un certain nombre d’amis au sein de son école, dont un cercle proche trié sur le volet. Taehyung Gu était l’un de ces chanceux. Astra le connaissait depuis qu’ils étaient enfants, mais le lycée les avait d’autant plus rapproché. Ce qu’elle ne savait pas encore, c’est que ce dernier allait avoir une place d’autant plus importante dans sa vie….

2011 - Santa Clarita, Californie - 18 ans.

Un diplôme, des études supérieures, une nouvelle école et un grand départ. C’était beaucoup de changements pour Astra dès la fin de ses études au lycée, et au début de sa nouvelle vie. Elle avait choisi d’étudier dans une des meilleures écoles de mode de Los Angeles, dont la formation était plutôt rapide, ce qui la mènerait directement à un travail. Elle en rêvait depuis toujours, et voilà qu’elle faisait désormais les études de son choix. Mais bien sûr, elle n’avait pas fait ce long voyage seule. En effet, Taehyung -surnommé Tae- avait décidé de l’accompagner à travers cette nouvelle vie. Leur relation avait beaucoup évolué durant leur scolarité au lycée, si bien que les deux formaient désormais un jeune couple plutôt uni. Partir ensembles était à leurs yeux la meilleure des solutions, ne se voyant pas séparés par dix longues heures de vol.

Le couple s’était donc installé à Santa Clarita, par soucis d’un meilleur logement. Les deux suivaient de manière attentive leurs études, et tout en consolidant leur couple, dans laquelle chacun apportait son édifice. Le quotidien n’en était pas pour autant toujours simple, mais leur couple semblait toujours en ressortir plus fort. Bien des gens les enviaient, au fond: il était rare de rester de façon aussi longue avec son premier amour, ainsi les deux étaient considérés comme chanceux. Et puis, Astra tomba enceinte.C’était une nouvelle inattendue, pour les deux. Ils venaient de commencer leurs études depuis quelques mois, et ils étaient encore jeunes. Mais après de longues discussions, ils décidèrent de garder cet enfant. Tant pis si cela paraissait être trop tôt pour les autres, ils se sentaient prêts. Astra d’autant plus: elle avait ressenti cet instinct maternel peu après avoir appris la nouvelle. Ce futur enfant, elle l’aimait déjà.

Dès lors, les choses s’étaient grandement accélérées. Tae demanda Astra en mariage, ce qu’elle accepta. L’événement fut organisé à Honolulu, endroit où les deux jeunes gens avaient grandi: il se déroula durant les vacances d’été, en présence de leur famille et amis. Ils étaient heureux. Comment ne pas l’être, après tout ? Ils étaient jeunes, fondaient une famille et ils réussissaient. Rien ne pouvait être plus parfait. En octobre 2012, l’enfant naquit. C’était une fille. Le quotidien des jeunes mariés était désormais bouleversé: ils devaient s’occuper d’un enfant en même temps de continuer leurs études. Il y eut beaucoup de moments difficiles, mais les deux réussirent à s’en sortir. Une fois leur diplôme en poche, il leur fallait désormais trouver un travail. Pour Astra, les propositions ne se firent pas attendre: l’une d’entre elles venait de Sacramento, un peu plus loin au nord de l’état. Sans hésiter, elle accepta: et ils déménagèrent.

2015 - Sacramento, Californie - 22 ans.

Ils s’habituaient désormais à leur petite vie de famille: Astra et son mari avait chacun son travail, et Sierra allait chaque jour à la crèche. Une petite vie tranquille, au sein d’une jolie maison. Ils s’étaient liés d’amitié avec leurs voisins, et participaient souvent à des réunions avec ces derniers, durant lesquelles ils partageaient souvent des repas. Les enfants étaient aussi de la partie, si bien que Sierra, la plus jeune d’entre eux, jouaient souvent avec ces derniers.

En soit, la vie était plutôt tranquille pour Astra. les habitudes se mettaient aisément en place et l’on profitait de cette vie calme et sans trop d’encombrements. Malgré le fait que Tae voyage de manière régulière pour son travail, le quotidien restait équilibré.

Puis au début du mois d’octobre, ils fêtaient l’anniversaire de Sierra: la petite fille avait désormais trois ans. Ce fut une grande fête, à laquelle tous ses amis et sa famille furent invités. Un moment inoubliable, pendant lequel la petite fille fut gâtée. Quelques jours plus tard, Tae dut s’en aller à Seattle, toujours dans le cadre de son travail. Il n’y avait pas de quoi être inquiet, après tout il reviendrait dans une semaine environ, non ?


Octobre 2015 - Sacramento - 22 ans.

Cela faisait depuis quelques temps que des rumeurs se propageaient à travers le pays. Des actes de violence, pour le moins barbares si l’on écoutait la télévision, se déroulaient de plus en plus fréquemment. Certain pensaient que cela cachait des choses bien plus importantes et graves, d’autres étaient sûrs qu’ils ne s’agissait que d’actes de violence comme tout autre. A ce moment-là, Astra n’était pas vraiment inquiète: ce genre de choses avaient malheureusement le don de beaucoup se produire aux Etats-Unis. Pourtant, au fil des jours, la situation ne semblait pas vraiment s’arranger. Le nombre d’agressions semblait augmenter dangereusement, et ce sans que personne puisse y faire grand chose. L’inquiétude d'Astra commençait à apparaître. Il était conseillé aux habitants de ne pas faire de déplacements à la tombée du jour, et de rester en groupe. Elle se rendait de moins en moins à son travail, restant avec Sierra à la maison. Par précaution, elle décida même d’aller faire une dernière fois des courses, afin d’avoir une quantité suffisante de provisions.

Puis il fut décidé que ses frères allaient venir chez elle. Quitte à rester plus à l’intérieur, autant qu’une partie de sa famille soit elle aussi présente: le plus âgé était venu accompagné de sa femme et son fils. Plus tard la sœur aînée de Tae et la plus jeune, ainsi que son mari et son fils, arrivèrent à leur tour. Ils étaient inquiets de ne pas avoir de nouvelles de Tae, qui, lors du dernier appel d’Astra à ce dernier, ne pouvait plus prendre d’avion. Maintenant qu’il étaient plus nombreux, ils se sentaient tous en sécurité. Ou presque. Car la situation ne cessa de se dégrader. Et d’un seul coup, il y eut l’ordre d’évacuation.

A l’extérieur, on entendait les gens qui partaient en trombe de chez eux avec leur voiture. Les militaires tentaient de rassembler le plus de civils possible afin de les emmener dans de grands bâtiments, comme le lycée de la ville ou le centre commercial. Il y avait souvent des coups de feu, des cris mais aussi des grognements incessants dans les rues. Difficile de ne pas se croire au sein d’une zone de guerre. Et surtout, les lignes téléphoniques étaient saturées.

Astra avait essayé une énième fois d’appeler Tae: impossible de téléphoner. L’angoisse grandissait chez la jeune femme, qui, coupée de tout contact avec son mari, se sentait désormais bien seule. Dans la maison, les enfants avaient peur: il fallait être en permanence à leurs côtés, pour les rassurer. Entre adultes, ils tentaient eux aussi de se rassurer en se disant que la situation allait avoir une fin un jour ou l’autre… Mais était-ce vraiment possible ?

Février 2016 - Sacramento - 22 ans.

Des mois s’étaient écoulés, depuis les dernières annonces du gouvernement. Bien sûr, rien n’était rentré dans l’ordre, au contraire. Les habitants de la maison, au fil des semaines, avaient de moins en moins de vivre: il fallait désormais commencer à sortir pour en trouver. Ainsi, une organisation se mit en place: les adultes allaient sortir à deux, avec des armes de substitution, afin de fouiller les maisons aux alentours.

La première sortie d’Astra fut un choc, pour elle: en l’espace de quelques mois, le monde semblait avoir totalement changé. Dans les rues désormais désertes, il n’y avait plus vraiment de bruit, ci ce n’était les grognements incessants des rôdeurs. En parlant d’eux, la jeune femme avait appris à savoir ce que ces derniers étaient réellement. Au départ, elle pensait qu’il s’agissait de personnes gravement blessées, se promenant sans aucun but. Mais elle remarqua bien vite, à force de les observer, qu’il n’y avait aucun reste de vie chez ces êtres.

Alors, la première fois qu’elle s’était retrouvée à l’extérieur, elle savait désormais comme réagir face à eux. Mais les tuer, c’était une autre affaire. Elle en tira la leçon lors de cette même sortie, en étant face à un, dans le jardin de son voisin. Il s’agissait d’un des habitants du quartier, un retraité que tout le monde connaissait plutôt bien de part sa gentillesse. Il avait refusé de s'en aller, sa femme ne pouvant pas se déplacer, et il devait être mort depuis assez longtemps maintenant. Batte à la main, Astra tentait de le frapper le plus fort possible, mais rien ne semblait arrêter le rôdeur. Même s’il ne pouvait plus faire usage de l’un de ses bras. Puis à un moment, alors qu’elle semblait de moins en moins en bonne posture, elle le frappa à la tête. Ce coup eut le don de retourner la tête du rôdeur, ce dernier tombant par la suite par terre. Encore un peu secouée par cet événement, elle prit le temps de reprendre ses esprits. Elle avait tué le pauvre retraité de la rue. Non non non. Elle a tué le corps réanimé de ce dernier, rien de plus. Mais cela eut le don de la troubler: alors comme ça, tout ceux qu’elle connaissait était potentiellement devenus des… rôdeurs ? A ce moment là, elle pensa à ses parents: elle espérait qu’ils étaient en sécurité, mais elle savait qu'elle ne les reverrait sans doute jamais. Toutefois, elle était bien décidée à retrouver son mari, quoi qu’il en coûte.

Le temps passait, et les provisions se faisaient de plus en plus rares, dans le voisinage. Désormais, le groupe n’avait plus vraiment le choix: il fallait s’en aller de la maison, partir. Les adultes ne cessèrent d’en discuter, et tous étaient plus ou moins d'accord: ils ne pouvaient pas rester plus longtemps dans la ville, quitte à vivre sur la route. Tous souhaitaient tout de même trouver un endroit dans lequel ils pourraient être à l’abris et en sécurité.

Chacun prépara son sac rempli de vivres et d’objets nécessaires à leur survie, avant de s’en aller, à l’aube. Désormais, ils allaient vivre sur la route.

Juillet 2016 - Redding - 23 ans.

Redding était une ville bien plus petite que Sacramento. Pour autant, cela n’empêchait pas cette dernière d’être infestée de rôdeurs. Le voyage n’avait pas été facile, pour le groupe: il fallait marcher chaque jour, en évitant le plus possible les rôdeurs, et ce dans le calme le plus complet. Sur leur chemin, ils passaient par des villes plus ou moins désertes: là-bas ils se réapprovisionnaient le plus possible, et restaient une nuit ou deux dans une maison abandonnée., afin de ne pas dormir une fois de plus dehors.

Avec les enfants, la tâche semblait d’autant plus difficile, car ils se fatiguaient plus rapidement, et il fallait veiller souvent sur eux. Mis à part ces inconvénients, ils semblaient s’être adaptés à cette vie se résumant à un voyage incessant: ils comprenaient que tout était désormais bien différent par rapport à leur vie d'avant. Bien sûr, ils avaient tout de même peur, mais ils restaient plutôt calmes. Malgré un changement radical de vie, les adultes tenaient à garder les enfants un minimum instruits: à tour de rôle, les adultes passaient du temps avec eux, leur apprenant tout ce qu'ils devaient connaître. Lorsque les plus grands, âgées tout deux de six ans, ne pouvaient plus marcher, ils étaient portés. Leurs besoins passaient de façon prioritaire par rapport à ceux des adultes: ce n’était seulement qu’après s’être assurés qu’ils ne manquaient de rien, que ces derniers s’occupaient enfin d’eux-mêmes. Dès lors, le manque de sommeil se faisait ressentir.

Astra avait commencé, et ce depuis quelques temps, à écrire dans un journal: enfin, un petit cahier qu’elle avait déniché dans une maison, qui autrefois contenait des devoirs de mathématiques, dont elle en avait arraché les pages. La seule trace de son ancien propriétaire était le nom de ce dernier sur le dessus.  James Hayes.

“Redding, sûrement en été. Nous sommes arrivés depuis une semaine dans la ville, et nous repartirons bientôt sur la route, sûrement pour aller à Medford. La ville est certes agréable, mais il n’est pas possible d’y rester plus, malgré les nombreux lacs environnants. D’ailleurs, nous avons pu profiter d’une rapide baignade dans l’un d’eux, un des seuls où il ne semblait pas y avoir de rôdeurs. Une toilette-trempette bien méritée, après tout ce temps sans réel soins, nous a fait vraiment du bien. Les petits ont quant à eux le droit à un bac d’eau une fois par semaine. La chance est de leur côté. Pour l’instant, nous avons croisé peu de survivants: deux nous ont d’ailleurs rejoint, suit à notre proposition. En ce moment, il vaut mieux être entouré que pas assez.”

Puis le groupe prit à nouveau la route.

Décembre 2016 - Medford - 23 ans.

“Le froid est rude. Nous sommes enfin dans l’Oregon, à Medford, et ce depuis quelques jours. La carte d’Alistair nous a été pas mal utile, je crois que sinon nous nous serions perdus plus d’une fois sans.”

Les températures étaient bien plus froides, par rapport à celles de l’été. Ce n’était donc pas le voyage à Medford qui avait été difficile, mais plutôt le fait de devoir vivre dans des habitations sans la moindre lueur de chauffage. Les jours étaient de plus en plus courts, et il ne faisait pas bon de rester trop longtemps dehors. Afin de ne pas attraper froid durant la nuit, le groupe avait cherché le plus de couvertures et couettes possibles pour les disposer dans le grand salon de la maison qu’ils occupaient, comme pour construire un grand nid de taille humaine.

Le quotidien du groupe était cependant de moins en moins aisé. Ils avaient croisé quelques survivants, mais la méfiance des deux côtés n’aidait pas aux ententes. D’après certains, des voleurs rôdaient dans la ville, prêts à s’attaquer aux survivants pour leurs vivres. Le tout paraissait très probable, car même s’ils étaient très peu en nombre en tant que survivants dans la ville, la nourriture se faisait de plus en plus rare. Il était donc convenu de rester pas plus d’une semaine dans la ville, même si aucun n’était ravi à l’idée de reprendre la route, surtout qu’il était de plus en plus probable qu’ils tombent malade.

La vie de groupe n’était pas non plus facile: malgré leurs efforts pour s’entendre le mieux possible, il y a parfois des désaccords et des tensions. Ce fut le cas un soir, précisément l’avant-veille de leur départ: une dispute entre le frère d’Astra et l’un des survivants accueilli dans le groupe éclata. Malgré l’aide des autres membres du groupe à calmer les choses, les deux concernés restaient assez énervés: c’était pour cette raison que Alistair décida de passer un moment dehors, histoire de se calmer. Astra ne savait pas si c’était une bonne idée de sortir à ce moment de la journée, surtout qu’il commençait à faire nuit: mais son frère ne l’écoutait pas. Elle avait un mauvais pressentiment.

Les minutes, puis les heures défilaient, et Alistair n’était toujours pas revenu. L’inquiétude gagnait le groupe: où pouvait-il bien être passé ? Malheureusement tous étaient impuissants: ils pouvaient se lancer à sa recherche uniquement lorsqu’il allait faire jour, s’y mettre de suite ne les mettrait qu’en danger. Le lendemain, les recherches commencèrent. Peu de temps fut nécessaire pour retrouver le corps sans vie d’Alistair, visiblement victime de nombreux coups de couteau. Son arme avait disparu, et il était clairement visible qu’il avait essayé de revenir vers la maison où le groupe se trouvait, tout en agonisant. Sa mort fut un déchirement pour Astra et Alioth, qui devaient désormais enterrer un de leurs proches. Rapidement, il fut décidé qu’il n’était plus sûre de rester un jour de plus dans la ville: dès lors l’enterrement achevé, et ce en bonne et due forme, le groupe s’en alla, alourdi par le chagrin.

Avril 2017 - Roseburg - 23 ans.

Le temps était frais à Roseburg, bien plus qu’il ne l’était à Sacramento. Difficile pour Astra de ne pas en ressentir la différence, la jeune femme étant habituée à vivre dans des endroits bien plus chauds. Elle en regrettait presque de ne pas être à Honolulu, là où à cette période de l’année il devait sûrement faire presque trente degrés. Si il n’y a pas le fait de retrouver son mari en jeu, elle serait directement partie vers le sud, quitte à aller jusqu’en Amérique du Sud. Même s’il fallait prendre des années pour s’y rendre.

Depuis la mort d’Alistair le groupe était bien plus sur ses gardes qu’avant. Ils avaient réussi à récupérer des armes par-ci par-là, mais tous ne savaient pas bien s’en servir, si bien qu’il fallait qu’ils s’entraînent dès qu’ils le pouvaient. Une sorte de routine s’était mise en place, lors de leur arrivée dans une nouvelle ville: leur premier réflexe était de chercher avant tout un logement dans lequel ils pourraient s’installer, avant de chercher des vivres aux alentours. Au fils des jours durant lesquels ils restaient, ils se déplaçaient dans les différents quartiers de la ville.

Le manque de civilisation avait laissé l’occasion à la mère nature de se développer là où auparavant les hommes se trouvaient. Elle reprenait sa place lui appartenant à l’origine. Difficile de se souvenir à quoi la ville ressemblait auparavant, lorsqu’elle prospérait toujours: néanmoins, Astra se souvenait bien de la dernière tragédie ayant eu lieu non loin de la ville, juste avant le début de la fin du monde. La fusillade à l’Umpqua Community College. La tuerie avait fait pas moins de 10 morts, quelque chose de malheureusement courant aux Etats-Unis, mais dont le souvenir semblait s’être imprégné sur le site en sa globalité. Du moins, c’est l’impression qu’avait Astra en passant devant.

Au sein du groupe, les opinions semblaient désormais diverger: tous n’étaient pas en accord à propos du chemin qu’ils devaient suivre, certains préférant toujours continuer dans les terres, et d’autres voyaient dans le fait de se rapprocher de la côte un moyen d’être plus en sécurité. May, la femme et veuve d’Alistair, faisait partie de ceux voulant changer de chemin. Cela avait le don d’inquiéter Astra, ne voulant pas que Sierra soit séparée de son cousin Eli. Mais le choix de sa belle-sœur était déjà fait: il n’était plus possible de la faire changer d’avis.

“Je préférerais qu’ils restent avec nous. Déjà que nous avons perdu Alistair, mais si nous nous séparons il n’y aura désormais plus aucune chance que nous nous revoyons, à moins de se rejoindre non loin de Seattle. L’un des enfants s’est fait une fracture, mon neveu par alliance, Bae. Difficile de garder sa jambe complètement maintenue sans plâtre, surtout que cela rend les déplacements plus compliqué. Mais nous avons réussi à utiliser une voiture, qui pourrait nous servir pour une partie de notre prochain voyage. A voir s’il reste assez d’essence.”

Octobre 2017 - Yoncalla - 24 ans.

L’arrivée du groupe à Yoncalla marqua leur séparation. Si accepter la décision avait pris du temps, les voir partir était d’autant plus difficile. Ils avaient prévu de se retrouver à Port Orchard, mais Astra ne croyait plus au fait qu’ils se reverraient un jour. Tant de choses pouvaient se produire entre temps, durant leur voyage, qu’elle préférait ne pas se faire d’illusions. Plus jamais ils ne seraient ensembles. C’était peut être ça qui rendait la séparation d’autant plus triste, surtout que désormais avec elle, il ne restait plus que cinq personnes, dont deux enfants.

Et surtout, la santé du petit blessé ne s’était d’ailleurs pas améliorée. L’enfant ne pouvait plus marcher, ni même jouer trop longtemps avec la fille d’Astra. Il restait constamment allongé, sa jambe ne cessant de le faire souffrir. La fièvre dont il était pris n’arrangeait pas non plus les choses. Astra s’occupait le plus possible de l’enfant, ce neveu auquel elle était attachée puisqu’elle l’avait vu grandir. Elle ne sortait plus beaucoup pour aider aux recherches de provisions, ses belles-sœurs le faisaient à sa place.

Puis l’enfant décéda, après une lente agonie. Astra avait tout fait en son possible pour le maintenir en vie, mais le manque de ressources était cruellement important. D’autant plus qu’il n’y avait aucun médecin parmi les adultes. Bien sûr, tout avait été fait en sorte pour qu’il ne revienne pas: et il fut enterré sans tarder. Cette autre perte fut un déchirement pour la mère de l’enfant, mais aussi le groupe en son entièreté. Comment avoir espoir en la vie après toutes ces épreuves ? Difficile de répondre à cette question. Du point de vue d’Astra, ce n’était plus une question de vie, mais de survie. Et puis surtout, elle devait être là pour sa fille, désormais âgée de cinq ans.

"Nous avons réussi à trouver une autre voiture utilisable, mais je crois que nous n'allons pas pouvoir faire un long voyage avec. C'est déjà mieux que rien, car il est vraiment temps de partir de celle ville, maintenant que Bae n'est plus parmi nous. Sierra demande souvent où il est passé, c'est devenu difficile de lui cacher la vérité."

Octobre 2018 - Castle Rock (Washington) - 25 ans.

La survie était devenue une habitude. Cela impliquait d’être bien plus souvent sur ses gardes certes, mais cela était devenu normal pour Astra. Le temps passé à voyager avait endurci la jeune adulte, malgré toutes les difficultés que cela impliquait. Plus rien n’importait mis à part le présent, même si les souvenirs de sa vie passée lui revenait parfois à l’esprit. Elle était toujours décidée à retrouver son mari, après tout. Personne n’importait plus que sa fille à ses yeux, mis à part aussi son petit frère. Les trois étaient désormais les seuls survivants du groupe de six qu’ils composaient auparavant avec leurs belles-sœurs. L’une avait préféré être maître de sa propre mort, quitte à arrêter de vivre. L’autre était tout simplement partie. Bien sûr ils avaient été tristes, mais plus vraiment comme avant. Les sentiments passaient, et eux voulaient toujours vivre, et c’était ça le plus important.

Mais ils manquaient cruellement de contact avec les autres, de façon générale. Difficile de retrouver un sens de la communication avec les étrangers lorsque l’on était habitué à son cercle familial. C’était presque si Astra était devenue un animal sauvage, dont la confiance n’était vouée qu’à sa famille. Elle devenait solitaire, vagabondait parfois seule dans la ville. Néanmoins elle ne laissait jamais trop longtemps Alioth et Sierra seuls longtemps.

Les vivres étaient limités. Malgré l’habitude de ces manques, cela poserait sûrement un problème à force, et ça les adultes le savaient bien. Ils n’allaient pas pouvoir rester seuls de façon éternelle. Mais en parallèle, chaque panneau proposant un refuge pour tous était synonyme de méfiance. On était déjà venu leur parler de ces endroits, les habitants de ces derniers cherchaient de nouvelles personnes. Ils avaient besoin de bras. Astra refusait toujours. Ne serait-il pas temps de s’adapter du nouveau aux autres ?

“Nous approchons presque du but. Cette année n’a pas été toujours facile, mais on s’y habitue. Les rôdeurs sont de plus en plus nombreux, heureusement que s’en débarrasser est devenu plus facile avec le temps, sinon cela nous donnerait beaucoup de fil à retordre. Alioth pense qu’il serait imprudent de prendre la voiture, car il semble il y avoir d’autant plus de ces montres à force que l’on s’approche des environs de Seattle. Je ne sais pas où est Tae, j’aimerai dire qu’on le retrouvera, mais il est impossible de savoir où ce dernier se trouve. Tout comme il me paraît impossible que nous revoyions le reste de notre famille à Port Ochard.”

Septembre 2019 - Port Ochard - 26 ans.

Le danger semblait planer constamment dans la ville de Port Orchard. Le trio se trouvait dans un endroit plus périlleux qu’ils ne le pensaient, et c’était un miracle qu’ils n’avaient pas eu d’ennuis durant le long chemin parcouru. Le manque de nourriture et d’eau était désormais inquiétant, allaient-ils vraiment bien s’en sortir ? Difficile de penser cela possible. Sierra était toujours prioritaire pour ces deux choses essentielles, mais pendant ce temps, la faim et la soif des deux adultes s’accentuaient. Comment faire ?

Ils s’accrochait à la vie, malgré tout. Peut-être qu’ils auraient l’occasion de trouver de nouveau des vivres, ou même de simplement croiser des gens, quitte à les suivre et ce qu’importe les conséquences. Alioth n’était pas prêt à hésiter sur ce point, contrairement à sa sœur. Elle était plus sceptique. Mais ce qu’elle ne savait pas, c’est que le dilemme allait bientôt se présenter de lui-même devant elle.

Les deux commençaient à réellement avoir faim. Ils marchaient depuis un moment, changeant assez souvent de quartier au sein de la ville afin de ne pas trop être repérés. Ils s’étaient arrêtés au niveau d’une énième maison abandonné, s’asseyant contre la baie vitrée de cette dernière. Ils ne se préoccupaient des grognements incessants du rôdeur enfermé dans la pièce juste derrière. A vrai dire, ils n’avaient plus vraiment la force pour. Sierra voyait bien que quelque chose n’était pas normal. Elle essayait d’attirer leur attention, pour les garder éveillés: elle aussi, avait peur. Ils n’étaient pas en sécurité ici, et la petite fille le savait bien.

Et puis deux personnes s’approchèrent d’eux. Au départ, Astra ne cachait pas sa méfiance. Ces individus devant eux étaient plutôt propres, calmes et ayant l’air tout à fait honnête. Mais qui sait s’ils cachaient d’horribles choses ? Puis, ils leur montrèrent des photos. L’endroit d’où ils venaient. Cela ressemblait à une ville comme tout autre, un peu celle dont ils avaient l’habitude avant que le monde bascule. D’après leurs dires ils avaient des vivres, de quoi se soigner et prendre soin de soi. Il fallait dire que Astra, Elioth et Sierra n’avaient pas  eu beaucoup d’occasions de prendre une vraie douche depuis un moment.

Ils étaient persuasifs: jouer sur la corde sensible d’Astra, c’est à dire sa fille, eut le don de vraiment faire réfléchir cette dernière. Après tout, elle ne pouvait pas refuser l’offre. Sa fille ne pouvait pas vivre plus longtemps dans ces conditions miséreuses, et si pour cela elle devait suivre ces individus, elle le ferait. Tant qu’ils ne la séparaient ni de sa fille ni de son frère. Alors, lorsque ces derniers leur demandèrent s’ils voulaient venir, elle n’hésita pas. Et les suivit. Comment s’appelaient-ils déjà ? Ah oui, les Remnants.


Malgré que Astra ait retrouvé un rythme de sommeil régulier, cela ne l'empêche pas de se lever tôt. Elle aime pouvoir profiter du calme du matin avant le réveil des autres, pendant qu'elle mange un petit-déjeuner sommaire. Ensuite elle réveille elle-même sa fille et passe du temps avec elle, considérant ces moments comme étant importants.

C'est après l'avoir déposé à l'école proposée qu'elle apporte son aide partout où elle le peut. C'est un peu un moyen pour elle de compenser le fait d'avoir été amenée au sein du groupe, et donc de représenter une bouche en plus à nourrir. Néanmoins elle ne se voit pas encore suivre chaque consigne donnée, tentant encore de s'habituer encore à la vie en communauté.

D'ailleurs elle a encre du mal à parler aux autres, mais elle propose généralement son aide s'il y en a qui en ont besoin, surtout s'il s'agit de vêtements. Elle aime proposer son aide à ce niveau car elle sait qu'elle peut être utile, de par son ancien métier d'assistante styliste.

Le soir, elle en profite pour passer du temps avec son frère et sa fille. Ils se racontent mutuellement leur journée. En résumé, Astra essaie de s'adapter à sa nouvelle vie, même si tout n'est pas encore facile pour elle. Surtout par rapports à ses relations avec autrui.


Time to meet the devil

• Pseudo (sur internet) : alienmaiden
•  ge irl : 20 ans
• Présence : Partielle chaque jour, sauf en weekend
• Personnage : Inventé [x] / scénario/prédef [ ]
• Code du règlement : ÉCRIRE ICI

• Comment avez-vous découvert le forum ? :
Par une connaissance
• Qu'est-ce qui vous a convaincu de vous inscrire ? :
Le site
• Crédits (avatar et gifs) :
Pinterest & Google images



passeport :
 
Revenir en haut Aller en bas  
Selene Sweetnam
Administrateur
Selene Sweetnam
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 7580
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Those who live are those who fight - Astra Graves   Those who live are those who fight - Astra Graves EmptyDim 1 Déc 2019 - 19:52
Une "connaissance" ?! Quelle connaissance ? C'est bien mystérieux Those who live are those who fight - Astra Graves 4081257363

Sois la bienvenue en tout cas !



bienvenue sur le forum !

Te voilà fraîchement inscrit sur The Walking Dead RPG ! Après avoir lu consciencieusement le règlement du forum, voilà quelques petites choses à retenir pour tes débuts parmi nous :

1 – Le délai pour finir ta fiche est de 10 jours. Un délai supplémentaire peut être accordé par un membre du staff sur demande.

2 – Si tu as oublié de le faire avant de t'inscrire, jette un petit coup d’œil aux bottins des noms, des prénoms, des métiers et des avatars.

3 – Lors du choix de ton avatar, il est important de bien respecter ces deux points du règlement : Les images choisies doivent être cohérentes avec le contexte, et l'âge de ton personnage avec l'aspect physique de ta célébrité.

4 – Afin d'éviter les RP répétitifs d'intégration dans un camp, nous te conseillons d'intégrer ton personnage à un groupe dès son histoire ! Si tu choisis d'intégrer le groupe des Travelers, il te faudra conserver ce statut durant 1 mois minimum avant de pouvoir t'installer dans l'un des groupes sédentaires.

5 – Si tu comptes jouer un Remnants et que ton personnage est intégré au camp avant juillet 2019 dans son histoire, il se peut que celui-ci ait été vacciné contre le virus qui transforme en rôdeur. Pour savoir si c'est le cas, rendez-vous ici.

6 – Si ton histoire comporte des personnages que tu souhaiterais proposer en Scénario, sache qu'il faudra également patienter 1 mois et être actif en zone RP.

7 – Une fois ta fiche terminée, signale le dans ce sujet AVERTIR ▬ FICHE TERMINÉE.



Bonne rédaction !


Si tu as des questions, n'hésite pas^^


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas  
Clayton Buchanan
Clayton Buchanan
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau de chasse, un bâton télescopique et un fusil mitrailleur.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/07/2017
Messages : 1167
Age IRL : 44
MessageSujet: Re: Those who live are those who fight - Astra Graves   Those who live are those who fight - Astra Graves EmptyDim 1 Déc 2019 - 20:03
Bienvenue Astra ! Wink


Those who live are those who fight - Astra Graves Fbc5a13da259c5f60178db8e80568af3
☠️ I swore to protect and defend the constitution ☠️
against all enemies foreign and domestic.
I'm honored to be one of this
Great nations guardians.
Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau suisse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 645
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Those who live are those who fight - Astra Graves   Those who live are those who fight - Astra Graves EmptyLun 2 Déc 2019 - 0:03
Bienvenue par ici Astra !! Bon courage pour ta fichette !! Those who live are those who fight - Astra Graves 1464651733


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?

© Lizzou
Revenir en haut Aller en bas  
Alexander Swain
Alexander Swain
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette & Sagaie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 11/09/2019
Messages : 842
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Those who live are those who fight - Astra Graves   Those who live are those who fight - Astra Graves EmptyLun 2 Déc 2019 - 14:23
Bienvenu ici. Bon courage pour ta fiche



∴ All Your Life Is Changing Better Watch Your Back Now ∴



J'écris en #000000
Revenir en haut Aller en bas  http://www.walkingdead-rpg.com/t12311-listing-des-comptes-v4#292 
Levi M. Amsalem
Administratrice
Levi M. Amsalem
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard de chasse, 9mm, grenades.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/06/2019
Messages : 1289
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Those who live are those who fight - Astra Graves   Those who live are those who fight - Astra Graves EmptyLun 2 Déc 2019 - 14:28
Bienvenue Astra!
Bon courage pour finir ta fiche!


Extra-lucide
Si vient l'orage, le tonnerre et la foudre, le cœur solide, reste en vie, mon amour
Revenir en haut Aller en bas  
Frederik Sørensen
Frederik Sørensen
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau de chasse et pistolet 9mm.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/01/2018
Messages : 2076
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Those who live are those who fight - Astra Graves   Those who live are those who fight - Astra Graves EmptyLun 2 Déc 2019 - 18:03
Bienvenue par ici Astra ! Et bon courage pour ta fiche Wink



Light & Dark
We've all got both inside of us. What matters is the part we choose to act on, that's who we really are.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Those who live are those who fight - Astra Graves   Those who live are those who fight - Astra Graves Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Those who live are those who fight - Astra Graves -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives Fiches :: Fiches Abandonnées / Refusées-
Sauter vers: