The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Some nights are made for torture, or reflection, or the savoring of loneliness. -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zelda Anderson
Modératrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau suisse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 896
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Some nights are made for torture, or reflection, or the savoring of loneliness.   Some nights are made for torture, or reflection, or the savoring of loneliness. - Page 3 EmptySam 4 Jan 2020 - 15:03
Elle savoure ce mélange d'excitation et de crainte tandis qu'elle s'enfuit à toutes jambes en direction des habitations les plus proches. Les demeures et leurs haies fourniront un couvert bienvenu contre la réactivité des gardes. Les sentinelles, évidemment, souhaiteront élucider le mystère de cette détonation venue briser la quiétude de la nuit. Quelques lumières se sont même allumées dans les maisons proches. Le signe évident que plusieurs des habitants ont été tirés de leur sommeil par le coup de feu. Est-ce la panique ou la curiosité qui prime dans tous ces esprits ? L'adolescente s'en moque. Elle ne pense, en cet instant, qu'à son propre désir d'aventure. Les premiers temps, elle chérissait le calme de Fort Ward. Maintenant, elle ne songe qu'à briser cette monotonie devenue étouffante. Mais le professeur est bien plus mesuré qu'elle et lorsque sa main se referme sur le bras de l'australienne pour la tirer davantage à l'écart, l'intéressée n'a d'autre choix que de suivre le mouvement imprimé par son ainé.  Et si elle ne peut guère deviner l'expression qu'il arbore sur le visage, elle pressent que ses prochains mots seront enivrés de colère ou de désapprobation. Il évoque les dangers et les risques auxquels son acte les ont exposés. Il n'a pas tort. La gamine ne songe même pas à batailler pour obtenir raison. Elle se contente de l'un de ses habituels sourires enfantins. Le professeur a-t-il vraiment oublié que pour parvenir à l'âge de raison, il faut passer par l'ère de la naïveté, de l'innocence et de l'imprudence ? « Je r'connais qu'c'était pas bien malin... » Mais elle n'a jamais prétendu agir au nom de la maturité, n'est-ce pas ? Son sourire s'accentue quelque peu tandis qu'elle amorce un mouvement pour se dégager de l'étau de chair de son aîné. « Mais avouez qu'c'était quand même amusant ? » Pourquoi ne parvient-il plus à s'amuser d'un simple petit acte d'insubordination ? Elle aimerait lui arracher un sourire. Peut-être même un rire. Mais elle se rend bien compte que l'époque ou Aodhan parvenait à s'émerveiller d'un acte insensé est révolue... « Et puis personne n'a été blessé ! » N'est-ce pas l'essentiel ? Elle préfère relativiser alors que le professeur, lui, opte pour le rationalisme que les adultes affectionnent tant.

Le fait est qu'ils sont dans la même galère, à présent. Ils sont obligés de se soutenir ! Les leçons de morale peuvent bien attendre un peu. L'adolescente se rend bien compte du trouble qui obnubile l'enseignant mais elle croit posséder l'argument qui lui permettra de se débarrasser de sa crainte. « June m'aime bien, vous savez ? J'pense pas qu'on risque d'se faire punir trop méchamment si jamais on s'fait attraper ! » Il faut qu'il s'accroche à cette évidence si cette dernière peut l'aider à aller de l'avant et à ne pas trop s'attarder sur un simple coup de feu. « Alors comptez jusqu'à dix - mais dans votre tête hein - et vous verrez, ça ira mieux après ! » Il ne va tout de même pas lui faire une crise cardiaque, hein ? Elle n'a pas très envie de lui faire du bouche à bouche et puis elle ne sait pas effectuer un massage cardiaque. Si son coeur lâche, il mourra. Et l'australienne n'a pas envie de perdre un professeur qui ferme les yeux sur ses escapades nocturnes et va même jusqu'à lui prêter son arme. Aodhan est peut-être spécial, mais il reste une perle rare dans le monde des adultes. Alors il faut le préserver. « Inspireeeez ! » lui ordonne-t-elle avec délicatesse, le regard inquiet. « Expireeez ! » Voilà ! Maintenant il n'a plus qu'à réitérer l'opération une petite dizaine de fois et ils seront tirés d'affaire ! « Vous voyez ? C'pas compliqué... » Il peut compter sur elle pour le sauver en cas de coup dur. Et c'est précisément c'est qu'elle est en train de lui prouver !

Des bruits de pas dans l'allée recouverte de gravier leur indiquent que des sentinelles s'approchent. Les faisceaux des lampes de poche viennent corroborer ce qui était déjà, somme tout, une évidence. La rebelle se jette au sol et indique à Aodhan, l'index posé sur ses lèvres, qu'il vaut mieux se taire. C'est un peu l'instant de vérité, là ! Soit ils se font attraper, soit ils pourront, plus tard, évoquer cette nuit en rigolant. Oui, elle est certaine que le professeur s'en amusera dans quelques temps. Mais pour l'heure il semble envahi de pensées négatives. Zelda juge dès lors utile de s'approcher de lui en rampant pour lui murmurer quelques mots : « C'moi qu'ai tiré mais c'vous qui m'avez f'lé votre arme ! » lui rappelle-t-elle sobrement. « Alors on est obligés d'se sout'nir, un peu ! » Le chantage, quand on y pense, c'est plutôt amusant. Il y a quelque chose de grisant dans l'idée de pouvoir faire plier les autres grâce à de simples informations compromettantes... L'australienne lui tend son petit doigt. Si le professeur n'a pas complètement oublié le passé, il se souviendra sûrement qu'il serait de bon ton de refermer son auriculaire autours du sien. Pour sceller le pacte, quoi ! « On peut s'tutoyer, j'pense, maint'nant ? » C'est fou ce qu'un simple petit coup de feu pour rapprocher les gens...


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?
Revenir en haut Aller en bas  
Aodhan Kaines
Aodhan Kaines
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un bon vieux couteau et un pistolet beretta 92 qui lui vient de Neil
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 08/07/2019
Messages : 247
Age IRL : 21
MessageSujet: Re: Some nights are made for torture, or reflection, or the savoring of loneliness.   Some nights are made for torture, or reflection, or the savoring of loneliness. - Page 3 EmptyDim 12 Jan 2020 - 2:07
Le son du pistolet avait fait un vacarme monstre et le professeur ne doutait guère que s'ils restaient tous les deux proches, ils verraient les gardes du camp rappliquer rapidement alors après avoir rabroué Zelda, il l'observa, tournant le dos à ce boulet qui lui servait d'élève. Il passa sa main sur son visage, comment il avait pu être assez stupide pour filer un flingue à une gosse qui n'avait aucune compréhension encore du risque qu'ils encouraient tous les deux si elle faisait ça. Parfois, c'était très difficile de rester calme face à des enfants mais cette fois-ci Ao savait qu'il ne devait pas réagir d'une mauvaise façon, s'ils se faisaient griller, ils y passeraient tous les deux pour avoir eu un pistolet en leur possession et il ne comptait pas vraiment claquer pour mademoiselle Zelda Anderson qui trouvait ça amusant que de tirer en pleine nuit dans un camp fortifié et surtout gardé par des soldats possédants des armes à feu automatiques. Il soupira, s'énervant intérieurement pour contenir la rage sur son visage à l'extérieur, cette gosse n'avait aucune chance de survivre toute seule dans la nature avec des idées pareilles.

Puis des mots sortir de cette petite chose qui ne lui donnait aucune autre envie que de la gifler. Ce n'était pas très malin ? Ah bon ? C'était vrai que faillir de les faire potentiellement descendre tous les deux ou à minima de leur faire passer un très mauvais moment avec June c'était une bonne idée effectivement. Le professeur tentait malgré tout de garder son calme tandis qu'elle soulignait que c'était tout de même amusant. Son regard se planta sur elle, il était noir de colère. "Non, c'était pas amusant du tout, Zelda, tu risques d'avoir de très gros problèmes et moi aussi à cause de ça." C'était emprunt d'aucune gentillesse ou de son indifférence habituel, c'était simplement froid et direct. Il n'appréciait pas du tout ce qu'elle venait de faire et il voulait lui faire comprendre sans pour autant devoir la punir, ou pire la frapper. Quand elle ajouta ensuite que personne n'avait été blessé, il roula les yeux vers le ciel même si elle ne pouvait guère le voir à cause de la nuit les entourant. Cette petite était fatigante.

Tandis qu'il continuait de réfléchir à comment il pourrait rentrer jusqu'à chez lui, elle fit la bêtise d'en rajouter alors que le professeur était fatigué de l'entendre essayait de se trouver de fausses justifications.Et puis en plus qu'est-ce que ça lui importait qu'elle s'entende bien avec June ? Elle pensait que parce qu'elle s'entendait bien avec June cela allait changer la moindre chose au comportement de celle-ci. Elle était une leader avec un camp à charge et elle avait sûrement pas du tout envie que d'autres gosses prennent l'exemple d'Anderson et s'amuse à tirer un peu partout dans le camp et à faire très probablement paniquer les habitants des maisons autour en plus des gardes. Il haussa un sourcil quand elle s'amusa à le prendre pour un con alors qu'il venait sûrement de lui sauver la vie en la laissant pas toute seule avec un flingue entre les mains face aux soldats et aux habitants. "Tu ne serais pas mon élève, je t'aurais pendu à un arbre." La sentence était claire aux yeux du professeur mais ça importerait sûrement peu à la gosse. "Je veux plus jamais entendre parler de ce que tu viens de faire et t'as intérêt à en parler à personne." Pour lui et pour elle c'était ce qu'y était le plus important à faire sinon ils seraient tous les deux dans la mouise.

Puis des lumières passent, des bruits se rapprochent et le cœur du professeur s'emballe, pas qu'il soit lâche particulièrement à l'idée d'affronter les gardes mais il savait bien que si on le trouvait armé dehors avec une petite fille probablement que les chances que ça se termine bien pour lui était minime. Sans réfléchir un seul instant il se jeta au sol pas loin de Zelda, l'observant lui faire signe de se taire, comme s'il allait se lever pour leur hurler qu'ils étaient là en train de taper un brunch. Quelques instants passèrent puis le petit monstre s'approcha de lui et Aodhan se mit à craindre le pire, qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire pour les faire flinguer une bonne fois pour toute ? Mais elle ne fit rien lui disant qu'il était en parti responsable aussi et qu'ils devenaient se soutenir. Au fond, elle n'avait pas tort et mise à part s'il lui ouvrait le crâne avec une pierre dans l'immédiat il n'allait guère se débarrasser d'elle quand même. Il hocha la tête et regardant l'index de la petite il ne daignât même pas bouger, il ne fallait pas exagérer non plus. Puis elle lui demanda s'ils pouvaient se tutoyer. "Hors de question que tu me tutoies, Zelda." Sinon elle allait en profiter pur le tutoyer aussi en cours et se vanter qu'elle, elle avait le droit de tutoyer son professeur et pas les autres. "Il faut trouver un moyen de se tirer d'ici et de rentrer, ton escapade à assez duré, les gens qui te gardent vont s'inquiéter." en plus, elle avait foutu en l'air sa balade nocturne pour de bon là.
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Modératrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau suisse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 896
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Some nights are made for torture, or reflection, or the savoring of loneliness.   Some nights are made for torture, or reflection, or the savoring of loneliness. - Page 3 EmptyDim 12 Jan 2020 - 7:27
Elle oublie souvent... Non, tout le temps, que les adultes ont pour la plupart perdu cette capacité à s'amuser. Ils ne perçoivent plus la beauté qui réside encore en ce monde ni le plaisir qui se cache derrière l'interdit. Le temps semble aspirer les joies et l'innocence. Elle sent bien qu'il en va de même pour elle mais elle veut encore croire qu'elle parviendra à sauvegarder cette étincelle de naïveté, de légèreté, qu'elle conserve encore. L'adolescente décoche un regard nimbé de pitié à son interlocuteur. Elle est bien consciente qu'il a raison de réagir comme il le fait. Il faut bien que l'un d'eux se préoccupe des conséquences de leurs actes. Mais elle sait aussi que la raison n'a rien de bien drôle... Quoi qu'il en soit, elle se sent un brin vexée lorsqu'il lui indique avec autorité qu'elle n'a pas intérêt de parler de cette histoire à quelqu'un d'autre. « Eh ?! Mais pour qui vous... » commence-t-elle avant de se rendre compte que son irritation l'a poussée à s'exprimer à haute voix. Elle se penche davantage vers son professeur et reprend dans un murmure largement plus adapté à la situation : « Pour qui vous m'prenez, sérieux ?! J'suis pas une balance ! » Surtout lorsqu'elle risque elle aussi d'être elle aussi incriminée. Oui, d'accord, Aodhan lui a confié une arme. Mais c'est tout de même elle qui a appuyé sur la détente... Non, elle ne dira rien. Sauf, peut-être, à June. Car de toute façon, la Boss sait toujours lorsque l'on fait une bêtise. La gamine n'est pas la seule espionne dont la rouquine dispose...

Le retour sur terre se fait de plus en plus brutal alors que le professeur lui refuse le privilège de la tutoyer et qu'il évoque l'inquiétude des gens qui sont responsables d'elle. Clayton !! Normalement, à cette heure, il est sensé dormir ou coucher avec l'une des femmes du camp. Mais le coup de feu - elle s'en rend compte maintenant - l'a probablement réveillé. « Merde ! » souffle-t-elle lorsqu'elle se rend compte qu'elle n'avait pas tenu compte de cette évidence. « Merde merde merde ! » répète-t-elle. Elle a envie de se foutre une gifle. Comment a-t-elle pu être aussi bête ? Le premier réflexe de son colocataire aura été d'aller dans la chambre de sa fille pour s'assurer que cette dernière allait bien. Une fois rassuré sur la sécurité de sa fille, il se sera alors rendu dans la sienne. Et là... Disons qu'il se sera bien vite rendu compte que son lit était vide. « J'vais m'faire lapider... » souffle-t-elle. Ou pire encore : se faire punir ! Elle grimace. Pourquoi n'a-t-on jamais réussi à inventer une machine à remonter le temps ? Ce serait si pratique...

La gamine écrase le haut de son poing sur son front à plusieurs reprises tout en cherchant une solution. Oui, d'abord, il faut s'échapper de ce guêpier sans éveiller l'attention des gardes. Difficile à faire puisque ces derniers sont sur le qui-vive. Puis, il lui faudra se justifier après de son colocataire. Et pour y parvenir. ¨.. Oui, il n'y a pas trente-six solutions ! Elle relève le regard en direction de son professeur rebelle. « On est plus proche de chez moi que d'chez vous ! » lui indique-t-elle au cas où ce détail lui aurait échappé. « J'vous offre l'asile politique si vous dites à Clay' qu'vous m'avez d'mandée de... d'observer les étoiles avec vous cette nuit ! Pour l'école ! Ou peu importe ! Inventez un truc bien ! » Elle, elle est bien incapable de mentir. Mais Aodhan, lui, est un adulte. Il s'en fiche ! « D'toute façon il voudra savoir où j'étais s'il a remarqué mon absence alors il vaut mieux pour nous deux qu'ce soit vous qui lui expliquiez, à mon avis ! » Parce qu'elle, elle lui dira la vérité. L'enseignant comprendra aisément qu'il est plutôt dans son intérêt de prolonger leur partenariat, donc. Et puis... ils forment une bonne équipe, non ? « Partenaires pour la vie, vous vous souvenez ?! » lui rappelle-t-elle en lui tendant son poing avec l'espoir, sûrement, qu'il veuille bien y déposer le sien en retour. Elle lui fait finalement suivre de la suivre. Lorsqu'il s'agit de trouver des raccourcis à travers les jardins des diverses habitations du Fort, elle est plutôt douée. Aodhan, croit-elle, a besoin de lui. Ou pas...


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?
Revenir en haut Aller en bas  
Aodhan Kaines
Aodhan Kaines
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un bon vieux couteau et un pistolet beretta 92 qui lui vient de Neil
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 08/07/2019
Messages : 247
Age IRL : 21
MessageSujet: Re: Some nights are made for torture, or reflection, or the savoring of loneliness.   Some nights are made for torture, or reflection, or the savoring of loneliness. - Page 3 EmptyDim 12 Jan 2020 - 21:49
C'était important qu'elle ne prononce pas un mot à qui que ce soit, le fait de posséder une arme était théoriquement interdit dans l'enceinte du fort mais Aodhan la gardait par souvenir de Neil. Il ne s'en était encore jamais servi depuis qu'il était arrivé dans le camp et il n'avait prévu de l'utiliser seulement dans le cas où son état s'aggraverait de nouveau et qu'il serait en proie à de nouvelles crises de panique. C'était la seule raison pour laquelle il l'avait gardé et il préférait ne pas le perdre.. sait-on jamais. Alors le risque qu'elle ouvre sa bouche pour le répéter en faisant la maline auprès de ses camarades lui déplaisait fortement, voir même complètement, et le professeur hésitait sérieusement à ne pas menacer de prendre des sanctions contre elle. Mais le début de réponse fit serrer le poing au professeur quand elle se mit à parler fort, c'était une imbécile décidément et elle était décidée à les faire flinguer avant qu'elle ne baisse de nouveau d'un ton pour lui demander pour qui il la prenait. Il aurait voulu lui répondre qu'il la prenait pour une gosse qui s'imaginait que l'apocalypse et que les armes s'étaient un jeu alors que ça ne l'était pas pour qui que ce soit. Néanmoins il se ravisa et évitant d'envoyer une grande tarte à son élève, il reprit calmement et surtout doucement. "Je te prends pour une petite fille qui a tiré avec un pistolet quand je lui ai dis de ne pas le faire Zelda." Il souffla comme s'il était fatigué d'échanger avec elle sur ce sujet, elle était responsable d'une énorme bêtise et elle ne semblait même pas vouloir ou pouvoir l'assumer pleinement comme si ça lui passait au-dessus.

Puis la gosse panique, elle se met à dire des insultes et Aodhan ne comprend pas vraiment, est-ce qu'elle lui dit merde à lui parce qu'il l'a remise à sa place ou est-ce qu'elle dit merde parce qu'elle s'est rendue compte de l'immense connerie qu'elle venait de faire. Son regard inquisiteur perçait le froid et les ténèbres en attendant d'en savoir plus avec l'infime espoir qu'elle n'osait pas lui manquer de respect à lui parce que sinon sûrement qu'elle irait faire un tour voir June avec le pistolet histoire que celle-ci sache la bêtise de ce que cette petite avait pu faire. Qu'importait la gosse ajouta ensuite qu'elle allait se faire lapider et le professeur haussa un sourcil, c'était prévu à son programme de la lapider mais si elle insistait peut-être qu'il reverrait sa copie pour effectivement lui faire sa fête à grand coup de cailloux mais bon.

Il l'observe, la laisse paniquer sans toujours trop comprendre ce qu'il se déroule sous ses yeux avant que celle-ci ne daigne enfin lui expliquer la raison de la folie qui était en train de s'emparer d'elle comme ça, d'un seul coup. Elle se mit enfin à expliquer, soulignant qu'on était plus proche de la maison où elle résidait que de celle du professeur, ce qui n'était pas nécessairement faux. Elle lui expliqua qu'elle lui offrirait le gîte s'il l'aidait à mentir à son père adoptif, Clayton s'il se souvenait bien de son nom et sa pensée fut confirmé quand elle usa d'un surnom, mais le professeur ne put s'empêcher de rire doucement. Jamais de la vie, il ne ferait ça, d'abord parce qu'un professeur qui emmenait voir une élève, seule, voir les étoiles de hors c'était profondément étrange pour n'importe qui possédant un Quotient Intellectuel normal et ensuite parce qu'il ne voulait pas l'aider à se justifier auprès de son tuteur pour sa bêtise de sortir en pleine nuit. Néanmoins il n'allait pas être horrible et quand lui rappela le pacte qu'elle avait signée toute seule qui consistait à être partenaires pour la vie, il haussa de nouveau un sourcil. "Non, Zelda." Sa réponse était simple et froide mais il fallait qu'elle sache ce qu'elle en pensait. "Je ne t'aiderais pas à mentir et je ne me présenterais pas avec toi parce qu'on ira dire que c'est ma faute si tu es sorties en pleine nuit alors que tu as décidée seule de le faire en passant outre le couvre-feu." C'était tout, c'était comme ça, elle devait assumer ses actes jusqu'au bout.

Il réfléchit néanmoins un instant, réfléchissant à comment il pourrait tout de même aider la petite peste qui lui servait d'élève à rentrer chez elle sans subir une punition trop lourde. C'était simple pour lui, il n'y avait guère d'autres excuses qui passeraient pour justifier une potentielle escapade nocturne. "Dis à Clayton que tu as entendu des bruits étranges dehors avant le coup de feu et que tu es sortie par curiosité, rajoute que tu ne le feras plus après avoir entendu le coup de feu." S'il était humain, il comprendrait que les gosses peuvent parfois être de nature trop curieuse et ça peut leur jouer des tours surtout à Zelda qui était encore jeune pour une adolescente et qui parfois était bien trop curieuse. "Si on te pose des questions avant ça, tu dormais." Il haussa simplement les épaules alors que les bruits autour se calmaient, les gardes étaient sûrement loin désormais et Aodhan se releva debout avant de regarder de haut la petite blonde. "Bonne nuit, Zelda, à demain." Il lui fit un signe de la main, c'était l'heure de rentrer avant que les choses ne s'aggravent pour lui.

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Some nights are made for torture, or reflection, or the savoring of loneliness.   Some nights are made for torture, or reflection, or the savoring of loneliness. - Page 3 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Some nights are made for torture, or reflection, or the savoring of loneliness. -
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Quelle délicieuse prestation {Hentaï} [PV Siin]
» La Cerise s'efface, le Bien trépasse [hentaï, PV Vaelz]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: