The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-50%
Le deal à ne pas rater :
Les baskets Nike Air Max 200 en promotion
63 € 125 €
Voir le deal

Partagez
- For many, immaturity is an ideal, not a defect -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 2938
Age IRL : 27
MessageSujet: For many, immaturity is an ideal, not a defect   For many, immaturity is an ideal, not a defect EmptyMar 29 Oct 2019 - 13:10
De toutes les tâches qui peuvent lui être confiées, celle qui consiste à nettoyer le dispensaire ou à apporter son aide - fort relative - au personnel soignant est incontestablement celle qu'elle apprécie le moins. Non, elle n'aime pas cet endroit. La vue des malades lui rappelle que même si, ici, elle est à l'abri des mâchoires des rôdeurs, il existe d'autres dangers pour l'humanité. L'épidémie qui ravage le monde a éclipsé les autres causes de mortalité et les a rendues presque insignifiantes. Ou, peut-être, plus acceptables. Les cancers et les virus traditionnels semblent presque innocents à côté de ces cadavres à l'appétit insatiable. Mais il existe encore beaucoup de façons différentes de mourir ou, tout simplement, de souffrir. Ces lieux lui rappellent un peu trop cette évidence. Ils résument à la perfection une constante de l'espèce humaine : sa faiblesse. L'adolescente suppose que les médecins doivent avoir au moins autant de courage que les membres du groupe qui partent en exécution. Ils affrontent chacun, à leur façon, une facette de la mort. Ils méritent indéniablement le respect. Et tandis qu'ils luttent tous pour le bien-être du camp et de ses occupants, la gamine se rappelle que sa contribution pour la communauté reste dérisoire. Alors elle fait de son mieux pour s'appliquer, pour faire les choses comme il faut. Un jour, elle sera aussi utile qu'eux. Et pour l'heure, elle fait simplement ce qu'elle peut pour prouver à ses aînés qu'elle méritent véritablement sa place parmi eux. Ici, il faut faire ses preuves chaque jour. Rien n'est acquis. Et c'est avec cette vérité fondamentale à l'esprit qu'elle s'échine à rendre ce sol brillant.

Ce n'est qu'une fois qu'elle a terminé de récuré le carrelage qu'elle s'octroie une petite pause. Là, adossée au cadre de la porte, elle attend en croisant les bras que le sol veuille bien sécher. C'est une occasion parfaite pour observer les gens alités. Certains dorment, d'autres sont simplement trop faibles pour avoir autre chose qu'une faible conscience du monde extérieur. Il y a des gens de tous les âges et de la plupart des ethnies formant la multiculturalité américaine. Certains ressortiront de cet endroit en pleine forme et d'autres ne le quitteront plus. Elle ne connaît pas vraiment l'extrême majorité d'entre eux mais leurs sorts ne la laissent pas aussi indifférente qu'elle le souhaiterait. La gamine arrive encore à regretter la souffrance des gens. Les grimaces de douleur percutent sa sensibilité. Elle se met bien involontairement à leur place et s'imagine ce qu'ils peuvent ressentir. Elle s'approprie leurs maux. Et, bien sûr, elle le regrette. Elle attend patiemment le jour où elle se sera délestée de sa sensibilité. Elle aimerait être aussi impassible que June. La recette du bonheur se résume sûrement à l'indifférence. Peut-être qu'à un moment, sa tête prendra l'avantage sur son coeur et l'aidera à ériger un bouclier protecteur. Et d'ici là, elle ne peut qu'attendre ce fameux coup de boutoir de la vie qui viendra, une fois pour toutes, réduire à néant sa naïveté. Le fait est qu'elle est en marre de se placer si docilement à la portée des affres de la réalité. C'est... épuisant !

Un peu plus tard, elle est réquisitionnée pour amener les repas dans les diverses chambres. Elle aime bien ce moment-là. Il lui permet d'échanger avec les patients. Pas tous, évidemment. Il y en a qui n'ont rien de sympathique et qui ne prennent même pas la peine de répondre à ses questions. Et puis il y a ceux qui vont jusqu'à lui demander comment elle se porte et qui discutent volontiers avec elle. Mais la plupart des conversations restent stériles, placées sous le sceau de la simple courtoisie. Elles n'ont rien de vraiment satisfaisantes. Pour leur défense, il faut dire que Zelda n'est pas particulièrement douée pour établir des liens avec ses semblables. C'est encore plus vrai depuis la mort de Mary. Elle ne veut plus jamais revivre une telle chose. Et le plus sûr, pour ça, c'est encore de ne pas s'attacher aux autres. Mais c'est évidemment plus facile à dire qu'à faire... Kassidy et Ela ont déjà su envahir son coeur, après tout.

L'adolescente se remet bien vite à disserter sur le sujet tandis que ses pas la mènent à présent près du lit d'une autre patiente. Elle semble dormir. Le regard de Zelda s'attarde un instant sur la cicatrice qui marque sa tempe. D'où vient-elle ? Comment en a-t-elle hérité ? Les yeux de la jeune australienne vagabondent ensuite jusqu'à un appareil qu'elle reconnaît presque immédiatement. Une... Game Boy ? Ses opales font des aller-retours incessants entre l'objet de son intérêt et celle qui doit être sa propriétaire. Elle hésite encore à faire glisser le bouton de la console portable pour l'allumer. L'écran s'illumine et quelques pixels glissent à sa surface pour venir former le nom du fabriquant.

For many, immaturity is an ideal, not a defect GrandEnchantingAlpinegoat-size_restricted

Un son métallique se superpose à l'image. Les souvenirs imprègnent immédiatement l'enfant. Ils lui évoquent le temps où elle pouvait consacrer du temps aux jeux. Combien de pokémons a-t-elle capturés ? Combien de fois a-t-elle pulvérisé la ligue ? Un sourire prend peu à peu place sur ses lèvres. Mais lorsqu'elle détourne le regard pour s'assurer que la jeune femme es toujours assoupie, elle sursaute et manque de faire tomber l'appareil au sol. Elle doit se reprendre à deux fois avant de rattraper l'antiquité. L'objet du crime entre les mains, Zelda tente de s'acclimater au regard intense qui s'est résolument dardé sur elle. Elle fait un pas en arrière puis s'avance à nouveau pour redisposer précautionneusement la game boy à coté de l'inconnue L'australienne bat alors une seconde fois en retraite tout en se mordillant la lèvre. "J'voulais juste r'garder !" se justifie-t-elle d'un air penaud. Elle se demande si l'autre va s'imaginer qu'elle était en train de la voler ou quelque chose comme ça. La punition pourrait être vraiment désagréable pour un tel cas de figure. Le vol est fortement sanctionné. Ce qui est normal, d'ailleurs. "Ça f'sait un moment que j'en avais plus vu une en état d'marche... " confie-t-elle. En réalité, elle avait presque oublié que ces choses existaient. Elle observe encore un bref instant l'appareil et se force à poser les yeux sur sa propriétaire. Cette dernière a un regard qui n'a rien de commun avec celui de l'extrême majorité des gens. Sa profondeur a le don de mettre mal à l'aise l'adolescente qui a de la peine à le soutenir. Elle n'arrive pas à deviner les pensées qui peuvent bien se cacher derrière ces deux opales. "Vous allez pas m'dénoncer, hein ?!" parvient-elle à s'inquiéter. Elle ne croit pas avoir enfreint les règles mais la dernière chose qu'elle désire, pour l'heure, c'est encore de devoir expliquer à June ou à l'un des autres responsables pourquoi elle a été surprise en train de s'amuser pendant ses heures de travail. La jeune australienne jette un regard empli d'espoir et de regret à l'inconnue avec l'espoir que cette dernière appartiennent à la catégorie des gens qui savent encore se montrer compréhensifs malgré l'apocalypse. Elle a... quoi ? Une chance sur deux ? Un peu moins, peut-être ?


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?

Awards 2020:
 

May Zelda be with you !:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Casey Summer
Administratrice
Casey Summer
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 04/03/2014
Messages : 2964
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: For many, immaturity is an ideal, not a defect   For many, immaturity is an ideal, not a defect EmptyLun 18 Nov 2019 - 14:55
Pourquoi elle ?

La question tournait dans son esprit en boucle, comme un nouveau mantra qui l’obsédait. Enfermée ici, loin de sa nouvelle famille, Casey peinait à apaiser cette rancœur qui grossissait en elle. Au dépend de qui, de quoi ? Elle ne parvenait pas à le discerner encore. Comme coincée dans un dilemme qui finirait par la tuer à petit feu. Et dans ce dispensaire, lorsqu’elle ne fixait pas le plafond pendant des heures, elle tentait de faire bonne figure. Surtout, de canaliser la colère qui grognait un bref instant avant de disparaitre définitivement. Pouvait-elle se l’expliquer ? Même les échanges avec Maddie ne posaient pas les mots dessus.

Alors, elle ne pouvait que virer à l’obsession. Pourquoi elle ? Pourquoi devait-elle se trouver séparer de sa fille, sa toute petite fille, qui avait pourtant besoin de sa présence ? Pourquoi les instants qu’elle partageait avec étaient sous surveillance strict, comme si on la pensait capable de vraiment faire du mal à son enfant ? Pourquoi plus personne ne lui faisait confiance désormais ? Cette confiance qu’elle avait réussi à obtenir avec difficultés, s’illustrant souvent comme l’enfant terrible du coin qu’il valait mieux canaliser ?

Quittant sa couche, Casey en était venue à bouder même les jouets qu’on lui amenait. Stanley avait fait en sorte qu’on rapatrie quelques jeux et consoles pour qu’elle puisse passer le temps. Quand Maddie cumulait les livres qu’elle lisait à en devenir aveugle, son aînée n’avait pas le cœur à allumer sa gameboy, de loin celle qu’elle préférait. Elle avait fait et refait les jeux zelda, même ceux Pokémons, elle se tournait durant sa grossesse vers des supports plus difficiles. Là ? Elle n’en avait plus la volonté, trop perturbée par ce qu’il lui arrivait.

Les quelques pas qu’elle fit pour aller aux toilettes lui semblèrent compliqués. Assise sur ce trône, elle fixa le vide un long moment, même après avoir terminé sa petite commission. Un soupir lui échappa. Elle était remise de son accouchement, mais la déprime la zieutait férocement puisqu’elle ne pouvait que se retrouver coincer avec. La gorge nouée, elle se releva, chercha à ravaler les quelques larmes qui percèrent sur ses yeux. Pas encore…

Regagnant son lit, sa surprise fut sincère lorsqu’elle tomba nez à nez avec une adolescente – si jeune ! – qui tenait entre ses mains sa gameboy. Celle de la jeune fille d’autant plus lorsqu’elle se rendit compte qu’elle était là. Que cet objet lui appartenait.
Juste regarder ?

Ouais, faut juste changer les piles de temps en temps, répondit-elle machinalement. La dénoncer ? Pourquoi ? Demanda-t-il de but en blanc, en plissant le regard. Une sorte de grognement perça dans sa gorge : Tu comptais me la voler ?

La question était vraie, Casey attendait une réponse. Selon de quoi il en retournait, elle aviserait en conséquence. Malgré la boule de nerfs dans sa poitrine qui l’empêchait d’être pleine de bon sens, ou cette volonté de casser quelque chose sans en avoir la force.




Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough, I don't know why. Keep making me laugh, let's go get high : The road is long, we carry on, try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 2938
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: For many, immaturity is an ideal, not a defect   For many, immaturity is an ideal, not a defect EmptyMer 20 Nov 2019 - 9:23
La première réponse de la femme semble plutôt encourageante. Sans être particulièrement chaleureuse, elle n'a rien de désapprobateur. En soit, c'est un bon signe. Elle connaît certains adultes qui lui auraient déjà retourné une claque pour lui apprendre à ne pas toucher à leurs affaires. Elle l'a déjà vécu, après tout. Mais pour l'heure, rien ne laisse présager qu'elle s'est attirée les foudres de la patiente. Ses appréhensions perdent immédiatement en intensité tandis qu'elle retourne la game boy pour en évaluer le boitier. Oui, les piles sont devenues une denrée rare. Enfin, elle suppose qu'il doit encore en exister de sacrés stocks mais encore faut-il les trouver. Et puis, l'adolescente imagine bien que les différents groupes préfèrent consacrer ces précieuses ressources à des choses plus vitales plutôt qu'à une simple console de jeu. "Ce s'rait plus pratique si ça fonctionnait avec des batteries..." fait-elle simplement remarquer en retour. Elle a alors l'occasion de retrouver ses vieux démons lorsque la femme s'étonne de sa remarque quand au fait de la dénoncé. Dans la foulée - et fort logiquement - elle lui demande si elle avait l'intention de la voler. Oui, le fait qu'elle ait évoqué le sujet lui laisse évidemment supposer que c'était dans ses intentions... Ce qui est sûr, c'est que la gamine possède un certain talent lorsqu'il s'agit de se saborder. "Non !" s'exclame-t-elle alors en espérant que la sincérité qui imprègne sa négation pourra convaincre l'autre de son innocence. Mais est-ce que ce sera suffisant ? "J'vous jure que non !" ajoute-t-elle en reposant maladroitement l'appareil sur la table de chevet comme pour confirmer son désir de ne pas subtiliser la console à sa propriétaire légitime. "J'voulais juste... y jouer ?" précise-t-elle en se mordillant les lèvres. Ce qu'elle redoute davantage que la réaction de la patiente, c'est celle que pourraient avoir les responsables du Fort si jamais elle venait à être dénoncée pour une tentative de vol. Ces choses-là ne sont pas bien vues, ici. Et au final, ce serait sa parole contre celle de la blonde. Dans le doute, elle suppose qu'on la désignerait coupable et qu'elle devrait alors endurer une punition désagréable. L'étrangère plisse les yeux comme si cela pouvait lui permettre de deviner avec plus d'exactitude les intentions de cette femme. Elle sait bien que son argumentation n'a rien de bien satisfaisante et, si les rôles étaient échangés, elle supposerait probablement qu'elle est en présence d'une voleuse. D'une manière ou d'une autre, elle doit approfondir quelque peu les maigres explications qu'elle a offertes, jusque-là, à son interlocutrice. "J's'rais quand même vach'ment bête d'vous voler votre console, hein ! J'veux dire... J'suis l'une des seules personnes à nettoyer l'dispensaire aujourd'hui ! J'aurais immédiatement été suspecte et j'aurais été grillée super vite !" explique-t-elle. Oui, tout ceci semble logique. L'est-ce également pour son interlocutrice ? "J'suis pas conne..." souffle-t-elle. "Enfin pas à c'point en tout cas !" Elle adresse un léger sourire à son aînée. Non, franchement, si elle se fait balancer par cette femme c'est que cette dernière suppose qu'elle est véritablement stupide. Ce serait... vexant, un peu !

Quoi qu'il en soit, Zelda déteste les silences gênants. Et elle pressent que l'un d'eux risque bientôt de se manifester dans la chambre. Aussi, elle recule d'un pas. Elle ne sait pas si elle peut s'en aller. Ce serait peut-être perçu comme une sorte de fuite qui corroborerait alors les éventuelles suspicions de son interlocutrice. Un aveux de culpabilité ! Alors elle s'attarde et cherche de toute ses forces un sujet de discussion. Elle désigne alors le lit d'un signe de la tête. "Vous.. heu... vous faites quoi ici si c'est pas trop indiscret ?" lui demande-t-elle alors, guidée par une curiosité irrépressible. "Vous avez quand même l'air assez normale pour une patiente du dispensaire !" explique-t-elle maladroitement. "En vrai, on dirait pas trop qu'vous êtes malade !" Elle n'est pas certaine que ce soit mieux de présenter les choses de cette manière. Consciente de s'enfoncer un peu plus et de ne pas donner la meilleure des impressions, Zelda trouve alors très vite un autre sujet de discussion afin de chasser la probable mauvaise impression qu'elle a pu donner jusque-là. "Après, bon, faut dire que ça m'concerne pas vraiment non plus..." reconnaît-elle. Sa curiosité se heurte souvent au manque de tolérance des gens. Certains la trouvent intrusive. Ils n'auraient pas tout à fait torts, pour être honnête. Personne n'aime qu'une gamine fouine dans ce qui appartient à leur sphère privée. L'essentiel, toutefois, c'est que l'adolescente n'agit jamais dans le but de causer du tort aux gens. Après, la façon dont ce peut être perçu, ça, c'est autre chose... "Heu...Vous voulez p't-être un verre d'eau ou un machin du genre ? J'peux aller vous chercher ça si vous v'lez ! Ça m'dérange pas !" propose-t-elle. Son désir de se réhabiliter occulte le bon sens ou la plus simple des politesses. L'australienne se rend alors compte qu'elle n'a même pas songé à se présenter. Qu'à cela ne tienne ! "Moi c'est Zelda, en fait ! Zelda Anderson !" Elle ne sait pas si si ça intéresse vraiment son interlocutrice ou si cette dernière préfère simplement qu'elle quitte la pièce. Mais dans le doute... "Vous vous souv'nez ? On était à peu près à côté pendant l'exécution de c'mec, l'autre jour !" Elle évoque ce souvenir comme s'il était suffisant pour les doter d'un point commun ou, du moins, pour les rapprocher. "Mais bon, on s'en fout ! Enfin, j'crois ?" Elle pose la question comme pour s'assurer que le sujet est effectivement sans importance. Se mordillant les lèvres à nouveau, constatant qu'elle se met à poser les questions et à en formuler les réponses, Zelda se résigne à poser une dernière question qui laissera l'opportunité à son aîné de répondre. "Et vous ? Vous vous app'lez comment en fait ?" Elle aurait peut-être dû commencer par là...


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?

Awards 2020:
 

May Zelda be with you !:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Casey Summer
Administratrice
Casey Summer
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 04/03/2014
Messages : 2964
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: For many, immaturity is an ideal, not a defect   For many, immaturity is an ideal, not a defect EmptySam 23 Nov 2019 - 17:28
Les piles réutilisables, c’est bien aussi, rajouta-t-elle à la suite.

A l’époque, les game boy marchaient à pile, parce que le réutilisable ne se faisait pas. On avait à fabriquer en série, sous prétexte que c’était mieux. Désormais, ils souffraient parfois de ne pas trouver les stocks qu’il leurs fallait. Casey s’était arrangée avec d’autres pour récupérer des piles rechargeables pour sa part, par principe. Si elle ne courrait pas après pour pouvoir jouer, tout le monde y gagnait.

Quant aux justifications de l’adolescente en face d’elle, la blonde les écouta avec la plus grande des attentions. Petit sourire en coin et regard mutin, elle la laissa s’enfoncer, se débattre pour avoir l’air un peu plus innocente. De toute façon, la game boy était toujours là, sa partie n’était pas effacée, et maintenant qu’elle avait rejoint son lit et que cette conversation démarrait, elle était sans doute moins de mauvaise humeur qu’avant.

Ok, ça va… Fit-elle pour temporiser l’angoisse de la plus jeune. Elle haussa les épaules, et tira la couverture sur ses jambes. T’es obligée d’me vouvoyer ? C’pas parce que j’viens d’accoucher que j’suis vieille.

Les séquelles de sa grossesse et de son accouchement n’étaient plus vraiment visibles de toute façon, n’empêchait que si, comme le disait sa voisine, elles s’étaient vues à l’exécution, alors elle avait aussi dû rencontrer la petite Esther.

J’fais partie des gens malades… J’ai attaqué mon mec, puis j’ai commencé à avoir la dalle, puis anémie, enfin, tu connais les mauvais bails quoi. Expliqua-t-elle avec détachement, en essayant de ne pas s’énerver encore : tout ça la contrariait toujours autant. Et plus elle recouvrait des forces, plus il lui était difficile de contenir sa colère : Du coup, j’suis obligée d’être ici, on doit m’surveiller il parait.

Parce que dans le genre mauvaise, Casey pouvait s’avérer dangereuse, comme Madisson. Et si la plus jeune s’était satisfaite d’une seringue pour attaquer son médecin, l’aînée, elle, était plus tordue que ça. La morsure de Stanley en attestait, si la prochaine fois elle saisissait quelqu’un à la gorge, ça ne serait sans doute pas pour rien :

Et toi, t’es de corvée, ou juste punie ? Demanda-t-elle soudainement, pour alimenter la discussion. La petite Zelda n’était peut-être pas forcément la plus savante du lot, mais elle n’avait jamais été regardante à ce sujet. Une conversation était une conversation, quand les journées se ressemblaient, l’inédit avec ce quelque chose de fantastique. Casey. Se présenta-t-elle enfin, avec un sourire.




Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough, I don't know why. Keep making me laugh, let's go get high : The road is long, we carry on, try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 2938
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: For many, immaturity is an ideal, not a defect   For many, immaturity is an ideal, not a defect EmptySam 23 Nov 2019 - 19:02
Elle hausse les épaules lorsque la jeune femme lui annonce que les piles, c'est très bien aussi. Ouais, faut voir... Ce qui est sûr, c'est que ce n'est pas très écologique ! Mais qui se préoccupe encore de ce genre de choses aujourd'hui ? Avant de sauver la planète, il convient maintenant de sauver l'humanité. Et puis, dans le fond, elle se fiche bien de savoir comment son interlocutrice alimente sa Game Boy. L'essentiel, pour l'australienne, se résume au simple désir de ne pas être incriminée pour un vol qu'elle ne souhaitait pas commettre. Il lui faut attendre un certain temps pour entendre les mots libérateurs de l'inconnue. Elle l'a croit ! Ou, du moins, accepte de lui laisser le bénéfice du doute. Zelda, reconnaissante, lui décoche un sourire. Ouf ! La question qui ne tarde pas à suivre la prend un peu au dépourvu. Dès que l'on parle de l'âge d'une personne, il faut prendre des pincettes. Il ne faut pas dire aux vieux qu'ils sont vieux, même si c'est effectivement le cas. Mais l'étrangère n'apprécie pas le mensonge et à défaut de répondre quelque chose qui risque d'être mal interprété, elle préfère se passer une main gênée à l'arrière du crâne. "J'peux vous tutoyer si tu veux !" glisse-t-elle. "C'est juste qu'je savais pas trop si j'avais le droit vu qu't'es... Bah, tu vois c'que j'veux dire !" Une grimace se dessine sur son visage juvénile. C'est à peu près ce genre de chose qu'elle souhaitait éviter de dire ! Chassez le naturel... Fort heureusement, un autre sujet ne tarde pas à lui offrir une porte de sortie bienvenue. Cette femme a donc eu un bébé ! Le regard de l'adolescente s'illumine et elle s'approche sans même s'en rendre compte de son interlocutrice allongée. "T'as eu un bébé ?" s'étonne-t-elle. On dirait qu'elle refuse de le croire tant ça lui semble merveilleux. La naissance d'un petit Remnant est quelque chose qui parvient encore à la réjouir. "Enfin, c'était ton vrai bébé que tu tenais dans les bras l'autre jour ? J'pensais que t'étais une sorte d'nourrice ou quelqu'chose comme ça, moi !" La gamine plisse le regard comme si elle la soupçonnait de lui faire une mauvaise blague. Mais pourquoi ferait-elle une chose pareille, après tout ? "Et... il va bien ? Il - elle ? - s'appelle comment ?" Si elle ne s'est toujours pas décidée sur le prénom de l'enfant, elle a bien quelques idées qui pourraient l'aider. C'est qu'elle ne manque pas d'imagination quand il s'agit d'affubler les gens d'un surnom ou juste d'un prénom, s'il le faut !

Quoi qu'il en soit, dès l'instant où il est question des raisons qui expliquent la présence de la jeune femme en ces lieux, Zelda recule. Prudente, elle juge qu'il ne vaut mieux pas trop exposer sa gorge ou les points sensibles de son anatomie à une personne qui a attaqué son propre compagnon. Mais si la méfiance se manifeste, elle n'occulte pas pour autant la curiosité de la gamine. Son regard se teinte d'une étrange lueur d'admiration. "T'as vraiment défoncé ton mec ? Stanley, donc ?" s'amuse-t-elle malgré elle. Elle pousse un petit sifflement. "Le pauvre ! Il a pas dû comprendre !" En réalité cette vérité devrait plutôt la déranger. Et lorsque son immaturité s'efface au profit d'une prise de conscience un peu tardive, l'australienne conclue vite qu'il n'y a vraiment pas de quoi plaisanter de tout ceci. Son sourire enfantin s'efface au profit d'un air plus grave, plus posé. "J'suis sûre qu'ils vont trouver une solution pour vous réparer, toi et les autres !" assure-t-elle sur un ton qui se veut rassurant. S'en voulant d'avoir réagi comme si elle avait affaire à une pestiférée, elle se rapproche à nouveau de la patiente comme pour l'assurer de son soutien. "T'vas pas m'faire d'mal, hein ?" la questionne-t-elle tout de même. "Ça m'arrang'rait assez d'pas crever aujourd'hui, j'dois dire !" Même si elle se doute que les actions violentes de cette femme doivent relever de la pulsion et non de la volonté, elle suppose que cela ne lui coûte rien de formuler cette requête. Continuant de se concentrer sur sa sécurité, Zelda n'entend qu'à moitié la question suivante de son aînée. Et lorsqu'un prénom résonne dans la pièce, elle lâche un "Hein ?" absent. Il lui faut un très bref instant pour se reconnecter à la réalité et comprendre que l'autre vient simplement de lui décliner la partie la plus importante de son identité. "Moi, c'est Zelda !" répond-t-elle en retour, comme l'exigent les conventions sociales. Et comme elle n'oublie pas qu'elle s'adresse à une sorte de geek de l'ancienne génération, elle préfère utile d'ajouter un "Comme dans le jeu, oui ! Et non, au cas où, je n'connais pas d'Link..." précise-t-elle d'une voix lasse, héritée d'un nombre incalculable de plaisanteries sur le sujet. Il vaut mieux prévenir que guérir. Se rappelant que Casey lui a adressé une autre question, elle s'empresse très vite d'y répondre. "J'suis pas punie, non ! Pas cette fois en tout cas ! Là, j'fais juste mes corvées. C'est pas c'que j'préfère faire mais au moins j'suis un peu utile..." On pourrait presque dire qu'elle cherche à se rassurer et à se convaincre que son travail est pertinent. En vérité, elle se sent bien inutile. La propreté, c'est bien. Mais ce n'est pas ça qui assure la survie du groupe. Pour l'instant, elle n'est qu'une sorte de parasite qui survit grâce aux efforts de ceux qui arpentent l'extérieur. Et qui affrontent les dangers qui se trouvent. Quoi qu'il en soit, l'adolescente se rend bien compte que la captivité doit peser à cette femme. Personne n'être enfermé. Personne n'aime être surveillé. Elle comprend bien ce sentiment. Elle aussi, elle rêve de liberté. Si leurs rôles étaient échangés, elle aimerait que cette femme fasse quelque chose pour elle. L'altruisme, c'est une vertu dont on peut encore faire preuve lorsque l'on vit à l'abris des murs de Fort Ward. "Eh, Casey ! T'as jamais pensé à t'évader ?" lui demande-t-elle sur un ton de conspiratrice. "Comme le Comte de Monte Cristo, tu sais ?" illustre-t-elle en évoquant le dernier bouquin qu'elle vient de lire. Il est peut-être temps d'occuper cette journée avec une activité plus... distrayante ?


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?

Awards 2020:
 

May Zelda be with you !:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Casey Summer
Administratrice
Casey Summer
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 04/03/2014
Messages : 2964
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: For many, immaturity is an ideal, not a defect   For many, immaturity is an ideal, not a defect EmptyMer 4 Déc 2019 - 18:35
Nan j’vois pas c’que tu veux dire ? Que j’suis quoi ? Répéta Casey avec un froncement de sourcil. Vieille ? Ou pire ! Agée ! La blonde sentit un rire nerveux la trahir l’espace d’une maigre seconde, c’était tout de même pas sérieux ! Elle était maman, certes, mais ça n’était pas non plus comme si elle avait pris soudainement vingt ans dans les dents ! Ah, et Stanley avait le beau rôle là ! Oui, lui restait un papa fringuant, dans le bel âge, pendant qu’elle décrépissait à vu d’œil… Cette petite peste allait lui payer les prochains mots qui sortiraient de sa bouche, à ce rythme ! Enfin bon, elle parvint tout juste à se calmer quelques secondes. Le fait de parler de son enfant lui permettait de relativiser : C’est ma fille, Esther.

Un grand sourire s’étendit sur ses fines lèvres, signe qu’elle prenait soudainement beaucoup plus de plaisir à discuter avec l’adolescente. Ça n’était pas méchant, mais Casey pouvait se vexer facilement lorsqu’elle se trouvait dans une situation difficile. A côté de ça, le fait de devoir parler de sa petite fille parvenait à adoucir son cœur, la rendre plus gentille dans la minute. Elle adorait ça. Elle aurait pu discuter de sa gamine durant des heures, vantant ses capacités à faire changer le monde de sa simple présence. Casey la croyait sincèrement capable de soigner l’humanité.

Elle va bien. Parait qu’elle est aussi vaccinée – comme moi. Puis que, elle grandit bien. Mais comme tu vois ici, j’peux pas trop en profiter. Et le constat était, quant à lui, plutôt amer. Elle n’en rajouta pas, préférant s’attarder sur autre chose au risque de passer pour une vieille aigrie : Je l’ai mordu quasiment à sang, il a gardé un bleu pendant quelques jours. Elle se redressa, se penchant vers Zelda : Ils ont plutôt intérêt, ou les prochains que j’bouffe, c’est eux. Elle la scruta de haut en bas, avant de se passer la langue sur les lèvres la seconde d’après : J’sais pas, ça dépend… J’suis curieuse de savoir quel goût tu as…

Sa mâchoire claqua, comme si elle cherchait à la chopper. L’adolescente eut un mouvement de recul évident, perceptible, qui fit éclater de rire Casey. C’était toujours drôle, devant Zelda, ou devant un des médecins qui s’occupaient d’elle ! Et encore, elle arrivait à se tenir tranquille, ça n’était pas comme Maddie qui attaquait les toubibs à grand coup de seringue.

J’déconne. Stresse pas. Promit-elle en revenant s’enfoncer dans son lit, comme si soudainement sa force l’avait quitté. Le compte de Monte Cristo ? Répéta-t-elle.

Une grimace prit place sur son visage poupon. Comment ça ? C’était qui lui ? Et qu’avait-il a faire dans l’histoire surtout ?

Tu veux dire… Comme Neena Thurman dans les X-men plutôt, non ? C’était une comparaison qu’elle comprenait bien mieux pour sa part. Ces jeunes instruits ! Non mais franchement… Pourquoi, t’as un plan pour que j’dégage d’ici ? Tu comptes me cacher sous ton plumard pour pas qu’on me retrouve ? Quoi que, même si le plan c’était ça, Casey était preneuse !




Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough, I don't know why. Keep making me laugh, let's go get high : The road is long, we carry on, try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Administratrice
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survit depuis le : 23/10/2019
Messages : 2938
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: For many, immaturity is an ideal, not a defect   For many, immaturity is an ideal, not a defect EmptyVen 6 Déc 2019 - 6:03
Casey possède une étrange faculté : celle de lui faire peur et de l'amuser en même temps. En général, c'est souvent l'un seul de ces sentiments qui prédomine lorsque l'adolescente se trouve en présence d'autrui. En fait, quand son aînée lui demande ce qu'elle est exactement, souhaitant obtenir le fin mot de l'histoire, Zelda ne peut réprimer un léger sourire. Un sourire néanmoins crispé, symbolisant son hésitation au sujet de la jeune maman. « Une adulte ! » répond-t-elle. « J'veux juste dire qu'vous êtes une adulte ! » Oui, il n'y a aucune raison de le prendre mal. Présenter les choses ainsi semble plus prudent. Et puis elle ne ment pas vraiment. Les adultes restent des vieux enfants. Elle contente sa propre franchise et l'ego de son interlocutrice, ainsi. Elle est presque fière de la manière dont elle est vient de sauver sa tête. « Esther, c'est un joli prénom ! » assure-t-elle peu après. Elle sait qu'on ne peut pas vraiment dire ce que l'on pense des bébés. Ils sont toujours beaux et ont toujours un beau prénom ou un beau sourire ! Même quand ce n'est pas le cas. Elle s'évade un instant dans ses pensées et un autre sourire se dessine sur ses lèvres. La première fois qu'elle a vu son cousin, elle l'a trouvé particulièrement laid. Et... elle l'a dit ! Ses parents se sont vites chargés de lui expliquer, en rentrant de l'hôpital, que l'honnêteté devait avoir certaines limites. Qu'ils soient rassurés : elle a retenue la leçon ! « En tout cas t'as fait un très beau bébé ! Bien comme il faut ! Complet et tout ! » L'air désolé qu'elle arbore quand la patiente lui fait comprendre qu'elle ne sait pas grand chose de sa fille - depuis combien de temps ne l'a-t-elle pas vue ? - et qu'elle doit, grosso modo, se fier aux nouvelles qu'on lui apporte à son sujet. Zelda ne peut pas prétendre qu'elle comprend ce qu'on doit ressentir dans une telle situation. Elle ne sait rien de la maternité. Elle n'est d'ailleurs pas du tout pressée de l'expérimenter quand elle entend les gens en parler. Ca a l'air d'être surtout une source d'inquiétude. Et puis elle a remarqué que les mamans arboraient toujours des sourires débiles en observant leurs enfants. Elle n'a vraiment pas envie de devenir comme ça, elle. Ses seuls modèles, les seules qu'elle souhaitent imiter, s'incarnent en Ela et June. « Au moins t'as une game boy pour t'aider à passer l'temps... » tente-t-elle de relativiser, consciente toutefois que la présence d'une console portable ne peut pas rivaliser avec l'absence d'un être aimé. Mais si elle n'est pas douée pour remonter le moral des gens, cela ne l'empêche pas d'essayer...

Quand Casey lui avoue avoir mordu jusqu'au sang Stanley, elle arque un sourcil. Elle est un brin déçue et s'en veut aussitôt de ressentir ce genre de sentiment. Le fait est qu'elle espérait une histoire épique, dotée d'une bonne dose d'explosions et d'un duel au sabre. Si possible, au clair de lune et sur une musique de Katy Perry. « Tu l'as mordu ? » répète-t-elle, cherchant à s'assurer qu'il n'y a rien de plus croustillant à se mettre sous la dent. Elle hausse les épaules. Elle regrette ce qui est arrivé à Stanley. Elle aime beaucoup son instructeur. Il enseigne bien et il s'est toujours montré agréable avec elle jusque-là. Mais elle ne peut pas s'empêcher de sourire en songeant qu'il s'est fait maltraité par la femme avec qui elle discute. « C'vaccin, en fait, il t'a transformée en rôdeuse un peu quand on y pense ! » lâche-t-elle sur un ton léger. Difficile de passer à côté de cette comparaison ! Quand la jeune femme se penche vers elle en lui assurant que les médecins ont intérêt à la réparer, Zelda hoche vigoureusement la tête. Oui, ce serait plutôt dans leur intérêt...  « J'suis sûre qu'ils font tout c'qu'ils peuvent ! Ils ont pas envie qu'tu les bouffes ! » Bon, elle ne sait pas du tout s'il est possible de soigner Casey. Mais elle est certaine que toute personne sensée n'a pas envie d'se faire bouffer par une patiente enragée. C'est tout naturellement que l'adolescente s'inquiète de ses chances de survie. La réponse de l'adulte n'a rien d'encourageante. La manière dont elle fait glisser sa langue sur ses lèvres lui évoque un fauve qui se lèche les babines en songeant à son repas. « J'suis pas comestible ! » glisse-t-elle, mi-amusé, mi-prudente. « Même qu'je suis pleine d'virus ! » Et bien sûr, elle attend que son interlocutrice se soit éloignée et qu'elle lui ait assuré qu'elle plaisantait pour oser lui annoncer tout ça.

Casey, en tout cas, ne semble pas connaître le comte de Monte cristo. Sa grimace est une preuve suffisante en soi.  « C'est un mec qui s'est évadé en creusant un tunnel à la p'tite cuillère. Bon après il a eu d'la chance, aussi ! » résume-t-elle. La jeune femme préfère évoquer un personnage des X-men qu'elle ne connait pas. Zelda la regarde, un brin gênée. Elle déteste se rappeler qu'il y a tant de choses qu'elle n'a pas eu le temps de connaître. « C'est qui, Neena Thurman ? » demande-t-elle, curieuse. Elle se rapproche, marquant ainsi la curiosité qui l'étreint. « C'est quoi son nom d'code chez les X-men ? » Ils ont tous un surnom, les mutants. C'est sûrement pour qu'on ne les reconnaisse pas. Quoi qu'il en soit l'adolescente entend bien prouver à son aîné qu'elle n'est pas totalement inculte sur le sujet. « Moi, j'aime Tornade ! Parce qu'elle peut voler et balancer des éclairs sur les connards ! Et puis Wolverine parce qu'il s'répare tout seul ! Et aussi parce qu'il est assez mignon avec ses p'tite griffes, là ! Oh, et Magneto ! Parce qu'il est méchant maiiiis pas trop quand même ! » Mais elle s'emballe un peu... Elle tente de se modérer. Il paraît qu'elle parle souvent un peu trop. C'est ce qu'Aodhan lui dit. Non, en fait, c'est ce que tout le monde lui dit ! Alors elle préfère se concentrer sur les moyens de faire sortir Casey de cette prison. Elle doit pouvoir voir sa fille. Et puis elle n'est qu'une victime, après tout. Sa place est dehors, pas entre les murs glauques de ce bâtiment. Alors quand la maman évoque l'idée de se cacher sous un lit, le regard de Zelda s'illumine de cette lueur à la fois mutine et complice.  « Et pourquoi pas ? » Elle s'écarte un peu et considère le lit. « Non, j'pense pas qu'le lit ça fonctionnerait ! » Elle tapote son index sur le bout de son menton et fouille du regard la pièce à la recherche d'une solution. Lorsque ses yeux s'arrêtent sur la poubelle sur roulettes qu'elle trimbalait en rentrant dans la pièce, un éclair de satisfaction les traverse. « Eh ! T'as d'jà essayé d'te cacher dans un sac poubelle ? » Elle, oui ! Mais ce n'est pas la question ! Elle jauge du regard la taille de Casey puis celle de son gros sac noir. Elle suppose qu'elle aurait la force pour la traîner hors du bâtiment. Personne ne fouille les poubelles. Ça n'se fait pas ! Non, vraiment, tout le monde s'en fout ! « Par contre si j't'aide à faire la mutante pour voir ta fille, faut qu'tu m'promettes de rev'nir ici ensuite ! » Il va falloir qu'elle soit sage, aussi. Mais ça semble aller de soi, ça ! Pas besoin de le préciser, non ? « Pis si tu t'fais attraper, ce s'rait cool d'pas raconter comment t'as fugué, ok ?» Tant qu'à faire, elle préfère éviter les ennuis. Même si c'est pour une bonne cause. Elle pourra toujours plaider qu'elle voulait aider, qu'elle ne pensait pas que et arborer un air penaud. Mais si la malade se met à mordre des gens, elle doute que tout ceci soit suffisant. Elle s'en remet donc à une éventuelle promesse de son interlocutrice. C'est suffisant, pas vrai ? « Eh, Casey ! » l'interpelle-t-elle, un sourire au coin des lèvres. « En te souvenant de ce moment dans cinquante piges, tu voudrais pas pouvoir te dire qu't'as eu le cran d'le faire ? » Son intonation évoque la récitation d'un texte appris par coeur. Et pour cause...  « C'est Sam qui dit ça à Mikaela dans Transformers ! » Elle avait reconnu ?


Can you remember who you were, before the world told who you should be ?

Awards 2020:
 

May Zelda be with you !:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: For many, immaturity is an ideal, not a defect   For many, immaturity is an ideal, not a defect Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- For many, immaturity is an ideal, not a defect -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: