The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Après le bonheur -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Andrea West
membre du conseil | The Haven
Administratrice
Andrea West
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 2216
Age IRL : 26
MessageSujet: Après le bonheur   Après le bonheur EmptyLun 21 Oct 2019 - 9:27
J’aimerais pouvoir me déplacer jusque là-bas pour les rencontrer, admit Andrea avec un soupir, posant une main encore impatiente sur son ventre rond. Elle parlait évidemment de ceux d’Eden, qui prenaient tout doucement leurs places au No Man’s Land et qui avaient une plutôt bonne réputation. En tête, les remarques que Lisandro avaient pu lui faire quelques semaines avant. Mais aussi l’objectif de pérenniser le campement au moins pour l’hiver. Notre hiver sera peut-être moins rude que le précédent, surtout que ça fait déjà un an qu’on le prépare, mais je ne peux m’empêcher de croire que ça pourrait être bien plus doux encore.

Avec un peu de chance, un peu de diplomatie. Et de fermeté évidemment.

Sa respiration se coupa brièvement, elle laissa l’occasion à Selene de parler. Une vive douleur descendit le long de son ventre, quelques secondes à peine, avant de se stopper. Depuis ce matin, ça ne faisait que ça. Elle n’en avait parlé à personne, pas même à Lisandro ou à son amie, parce que depuis plus d’une semaine, c’était régulier ; mais aujourd’hui ! elle avait l’impression que ça ne s’arrêtait pas. C’était plus souvent encore, et de plus en plus intense.

Tu veux bien qu’on marche un peu ? Demanda-t-elle en interrompant probablement Selene.

Pour tout dire, elle ne l’écoutait pas. Pas parce que ça ne l’intéressait pas : Lorsque ces contractions arrivaient, ses oreilles se coupaient à tout, comme son souffle.
Les deux femmes se levèrent de leurs sièges, et le rythme fut pris rapidement : effroyablement lent. Avec son ventre énorme de femme à terme, elles ne pouvaient pas faire autrement. Ses deux mains se joignirent en dessous pour le soutenir, et peut-être aussi pour calmer un peu les tiraillements qu’elle supportait depuis le sixième mois. Elles reprirent là où elle l’avait laissé.

On devrait sérieusement commencer un élevage. Avec les chevaux que veut ramener Isaac, les lapins qu’élève Summer, on devrait se trouver d’autres animaux. Des poules, des chèvres. Il y a forcément des communautés qui en ont, avec qui nous pourrions échan- Etait-ce vraiment le moment de parler de ça ? Alors qu’elles avançaient, Andrea se figea. Là, elle ne put cacher aux yeux de son amie qu’il se passait quelque chose. Une nouvelle contraction, suivi d’une sensation chaude sur ses cuisses.

Ses yeux se portèrent sur le regard azuré de la pianiste, à qui elle adressa un sourire soulagé :

Enfin… Sa poche des eaux venait de rompre. C’est pour aujourd’hui, annonça-t-elle à Selene, en baissant les pupilles vers le sol, qu’elle avait trempé au passage. Glamour, n’est-ce pas ?




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en bas  
Selene Sweetnam
Administrateur
Selene Sweetnam
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 7232
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Après le bonheur   Après le bonheur EmptyMer 23 Oct 2019 - 1:46
- Je suppose qu’on a déjà vu le pire en terme d’hiver… les deux premiers juste après le début de l’épidémie n’étaient pas tendre. Si on a de la chance, on n’en reverra pas de pareil tout de suite. Mais avec la mer pas loin, ce sera peut-être plus hu-

Andrea l’interrompit pour lui demander de marcher. La musicienne accepta volontiers, principalement parce qu’elle déblatérait sur la météo pour éviter le sujet des « Eden ». Ses opinions sur la question étaient encore trop floues, trop paradoxales, pour qu’elle puisse les exprimer. Elle s’était levée de son siège, non sans jeter des regards anxieux à la plus précieuse de ses amies. Son ventre énorme et l’apparente douleur de ses contractions l’empêchait de nier la réalité : elle allait accoucher. Bientôt, demain, dans cinq minutes. Et avec cette vérité venait la possibilité qu’elle décède en couche, tout comme ça avait failli être son cas.

Peut-être était-ce la dernière fois qu’elles discutaient toutes les deux.

Son ventre se noua. Son esprit était loin des notions d’élevage, de chèvres et autres poules qu’ils pourraient élever à Nisqually. Selene pensait plutôt à toutes ces disputes qu’elle avait déclenché, toutes ces erreurs qu’elle avait fait, toutes ces fois où elle aurait pu passer du temps avec la régisseuse. Des instants perdus à jamais. Elle se figea finalement au même moment que son aînée et ne su répondre à son sourire soulagé qu’en devenant un peu plus pâle encore. Ça y est. C’était pour maintenant, c’était réel.

- Ok, ok…, murmura-t-elle en s’efforçant de garder son calme, je vais t’emmener à l’infirmerie, j’irai chercher Lisandro après, quant au sol, ce n’était pas glamour, mais ça attendrait – les gens avaient déjà vu plus de cervelle écrasée qu’il n’en faut dans une vie, ils n’allaient pas faire une syncope pour un peu de liquide amniotique, tu n’attaques pas la partie la plus facile, lui glissa-t-elle non sans tenter un sourire.

C’était dit sur le ton de la plaisanterie mais c’était aussi dramatiquement vrai. Étonnement, la musicienne ne pouvait plus se ré-imaginer la douleur de son accouchement. C’était comme si son système nerveux l’avait purgé de sa mémoire pour empêcher son corps de se souvenir de cette torture. Néanmoins, elle ne pouvait pas oublier le fait qu’elle avait eu mal. Très, très, très, très, très mal. Il fallait l’avoir vécu une fois pour comprendre comme cette souffrance était unique et hors de toute proportion. On croyait être forte et préparée mais on ne l’était jamais assez.

- Tu veux que je reste avec toi ? Demanda-t-elle en atteignant leur dispensaire improvisé – heureusement, rien n’était loin dans ce camp, ou tu préfères rester uniquement avec Lisandro ?  


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas  
Andrea West
membre du conseil | The Haven
Administratrice
Andrea West
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 2216
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Après le bonheur   Après le bonheur EmptyJeu 24 Oct 2019 - 13:28
L’infirmerie oui.

Andrea s’était imaginée pouvoir tout contrôler même jusqu’à la douleur de son accouchement. Mais les premières contractions lui annoncèrent d’emblée qu’elle se trompait. Et son désir de pouvoir tout réjanter s’effondra avec la rupture de sa poche des eaux. Sourire crispé, la métisse tenta bon gré mal gré de ne pas se montrer trop vive avec agressive avec Selene, car déjà la pression montée en elle. Ça n’allait pas être une partie de plaisir. Ses idées et ses pensées s’embrouillèrent.

Je commence à le comprendre, à peine, répondit-elle à sa voisine.

Et c’était effrayant. Clairement effrayant. Son corps serait-il vraiment capable de mettre au monde son enfant ? Elle qui était si enthousiaste d’être mère, se sentait tout de suite beaucoup moins prête à le devenir. Les doutes n’avaient vu le jour que brièvement, elle les chassait systématiquement en se disant que ça n’avait pas lieu d’être. Mais, si. Ça existait, ça devait exister. Jamais elle ne pourrait tout maitriser, jamais elle ne pourrait faire en sorte que son bébé soit toujours à l’abri de tout. Ruben n’était pas épargné par la mort, il avait souffert. Alors… Si son neveu souffrait, son enfant aussi…

Alors que les pensées s’enchainaient, et qu’elles tombèrent sur ses épaules comme une chappe de plomb, les questions de Selene lui amenèrent de l’eau à son moulin. Bon sang ! ça non plus elle n’y avait pas pensé ! Elle s’était dit que Lisandro serait là, mais elle allait tellement souffrir…

Je ne sais pas. Le temps que… Elle secoua la tête : Je ne sais pas si j’ai envie que quelqu’un me voit comme ça. Et si ça se passe mal ?

Forcément la question fusa, et les doutes avec. Bon sang, tout ça pour du liquide amniotique, elle perdait la raison.

Je veux Caroline. C’était sa seule certitude. Hors de question que Lisandro remette la tête – OU AUTRE CHOSE ! – entre ses jambes avant un moment. Si je vous demande de partir, partez juste. Ne discutez pas. Fit-elle à Selene, certaine qu’elle ferait respecter sa volonté avant toute chose. Elle pouvait compter sur son amie pour ça.

Quand la pianiste s’éclipsa, et qu’elle se retrouva assise au bord du lit de l’infirmerie, Andrea passa une main sur son ventre rond.

C’était là. L’un des grands moments de sa vie.




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en bas  
Selene Sweetnam
Administrateur
Selene Sweetnam
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 7232
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Après le bonheur   Après le bonheur EmptySam 26 Oct 2019 - 14:34
- On fera ce qu’il faut, répondit-elle à l’inquiétude de son amie.

Si ça se passait mal ? La musicienne préférait ne pas y penser. Si ça se passait mal, elle perdrait l’une des personnes la plus précieuse qui lui restait en ce monde. Elle préférait alors se montrer évasive, avec ce genre de répartie qui voulait tout et rien dire. Selene n’avait jamais aimé mentir dans ce genre de situation. La régisseuse avait certainement plus besoin de savoir que ses amis assureraient en cas de besoin plutôt que de se réconforter dans l’illusion que tout se passerait forcément bien. De toute façon, la douleur lui rappellerait à chaque instant que son corps était au bord de la rupture.

La pianiste était bien placée pour savoir qu’on ne contredisait pas une femme en travail : elle obtempéra à sa demande et ne discuta pas sa requête. Un simple hochement de tête et elle s’éclipsa afin d’aller chercher Caroline – d’une part – et de prévenir Lisandro. Le chilien était forcément surexcité mais la jeune femme le bloqua en posant les mains sur ses épaules et en le fixant droit dans les yeux.

- Elle a très mal et c’est normal. Alors il faut que tu écoutes ce qu’elle demande sans discuter, ok ? Si elle ne veut pas que tu assistes à l’accouchement, tu sors ; si elle t’insulte de tous les noms, tu dis rien ; si elle te colle une gifle, tu tends l’autre joue, un sourire passa vaguement sur les lèvres de la musicienne mais elle était finalement trop nerveuse pour qu’il s’y attarde, il faut juste que tu sois disponible pour elle. La douleur est vraiment – vraiment – très difficile à supporter. Ce n’est pas le moment de lui tenir tête.

Même s'il croyait savoir, il ne savait pas. Elle préférait prévenir car elle pressentait la ténacité du croque-mort. Bien sûr qu’il voudrait voir son bébé, bien sûr qu’il voudrait tenir la main de sa compagne, mais c’était moins important que le bien-être d’Andrea. Mettre un enfant au monde dans ces conditions, c’était risquer sa vie et toute contrariété pouvait être l’élément qui ferait la différence entre la réussite et la mort. En accompagnant son aîné vers l’infirmerie, Selene se rendit compte qu’elle grelottait. L’excitation en plus du stress. Elle ne savait nommer ce sentiment, cet amour qu’elle ressentait déjà pour l’envie de sa plus belle amie. Silencieusement, elle se promit d’être une tante pour ce bout de chou, comme la regisseuse en était une pour Elizabeth.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas  
Lisandro Sedillo
Lisandro Sedillo
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Event ; Beretta, Fusil à pompe, couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 06/04/2017
Messages : 525
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Après le bonheur   Après le bonheur EmptyDim 27 Oct 2019 - 17:30
Lisandro était au chalet quand Selene le trouva. Occupé à se reposer un peu après une ronde au dehors. Absolument a des lieues de se douter qu’à l’infirmerie Andrea hurlait après Caroline pour mettre au monde leur enfant. Depuis quelques jours pourtant, il guettait les signes. Difficile d’être sûr sans toute la technologie de l’époque, mais elle était presque à termes. Ce n’était plus qu’une question de jours ou d’heure. Et c’était maintenant, comme en témoignait la présence de Selene à sa porte, avec cet air aussi sérieux qu’alarmée. C’était maintenant.

Le problème dans le discours de Selene, c’était qu’il était resté bloqué à l’annonce de l’arrivée imminente du bébé. Le reste des mots se perdirent en cours de route. Pourtant, il regardait la jeune femme fixement, avec une certaine gravité. Mais il était complètement déconnecté. « Ouais… Je… Il faut y aller. » Il serait encore temps plus tard de faire attention à ce qu’elle lui avait dit. Mais pour tout dire, tout ce qui comptait maintenant, c’était Andrea. Il emboita le pas de Selene, se retenant de courir. « Caroline est déjà là ? » Il avait été convenu entre eux que ce serait la vétérinaire qui s’en occuperait. A cause de l’implication beaucoup trop personnelle du chilien, en cas de pépin. Mais tout irait bien, il n’y avait pas de raison. Effy était née dans une situation un peu plus précaire, et l’état de santé de Selene n’était pas très bon, au terme de sa grossesse. Andrea était plus forte. Il en était persuadé. Puis, même s’il n’en avait jamais rien dit à Andrea – ou à quiconque, excepté Caroline – s’il y avait le moindre risque pour Andrea. C’était elle qu’il fallait sauver. Il serait inflexible sur le sujet. Mais ça, ça ne devait pas arriver, n’est-ce pas ? Parce que tout irait bien.

Le cœur tambourinant, il poussa la porte de l’infirmerie où se tenaient déjà Caroline et Juliette. Merci mon Dieu. « Andrea ! » Son regard chercha celui de sa compagne, il ne se sentit mieux que quand il put ancrer ses prunelles dans les siennes. Alors il laissa ses craintes personnelles s’effacer pour laisser place à quelqu’un de solide. Pensant que c’était ce qu’elle aurait besoin. Puis il avait beaucoup plus facile d’entrer dans la peau du médecin que de laisser sa personnalité un peu trop émotive prendre le dessus. Sans la regarder, Lisandro questionna la vétérinaire. « Comment ça se présente ? » Mais Caroline était sereine pour le moment. « Le travail vient de commencer, je pense qu’on va en avoir pour un moment. » Il eut un petit sourire pour Andrea, avant d’attraper un tabouret à roulettes pour glisser jusqu’à elle. Il chercha sa main, pour offrir la sienne en offrande. « Alors, tu veux me raconter ton plan pour me faire payer ce qui arrive ? » Il se retenait, cela s’entendait dans sa voix. Il était extatique, ça se lisait dans ses yeux. Il avait beaucoup faire, rien n’échapperait à Andrea, surtout pas l’excitation de rencontrer leur enfant. Leur fille, peut-être ? « Toujours aussi persuadée que c’est une fille ? » D’après Caroline, le vrai travail n’avait pas encore commencé, sans doute le col n’était-il pas encore assez ouvert. Cela pouvait prendre trente minutes, une heure… Ou quatre. Nul ne pouvait le dire, alors il était encore temps de lui raconter des âneries pour détourner son attention. Il la regardait, avec un amour infini. « Tu as besoin de quelque chose ? »
Revenir en haut Aller en bas  
Andrea West
membre du conseil | The Haven
Administratrice
Andrea West
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 2216
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Après le bonheur   Après le bonheur EmptyLun 28 Oct 2019 - 10:49
On a qu’a lancer les paris, puisque tu te crois si malin de me contrarier maintenant. Répondit-elle à Lisandro, sur le bord du lit après l’auscultation de Caroline. Certes, le travail avait commencé, mais le col n’était pas suffisamment ouvert pour permettre un accouchement encore. Elle scruta le chilien, tenant sa main, avec un sourire joueur : Si c’est une fille, tu changeras les couches pendant une semaine entière.

Et à l’inverse, ça serait à elle de le faire. Quoi que ! Une semaine, c’était pas cher payée finalement pour ce qu’il lui avait infligé dernièrement. Sa petite après-midi alcool et bêtises avec Alexander n’était pas passée inaperçu, et l’odeur qu’il avait ramené dans la chambre était restée un long moment ancré dans ses narines.

Dans tous les cas, elle fit l’impasse là-dessus. Les contractions se rapprochaient, mais elles mirent bien plusieurs heures avant de devenir décisives pour elle. Entre temps, elle s’arrangea pour que Selene et Ruben les rejoignent, entamant même une partie de cartes avec son neveu. Menée de loin, ils gagnèrent une heure de distraction lorsqu’elle demanda à pouvoir se lever et bouger un peu. Le fait d’être assise l’engourdissait, et elle avait l’impression que le mouvement soulageait sensiblement les douleurs de plus en plus forte.

Selene l’aida là-dessus, sans doute consciente déjà de ce qu’elle traversait ; le temps, pour sa part, fut étrangement diffus dans son esprit. Elle ne sut dire au bout de combien d’heures elle adressa un regard à la pianiste, transpirante à cause de l’effort, et essoufflée aussi.

Sortez. Lui demanda-t-elle, adressant par la même ce regard à Ruben. L’adolescent n’eut aucun mal à comprendre, d’autant plus que Caroline était déjà équipée pour sa part, signe que ça ne tarderait pas. Pour Lisandro… Son cas ne fut trancher qu’au dernier moment, lorsqu’elle attrapa férocement sa main. Il devait rester, et la soutenir jusque dans les ultimes instants, elle avait besoin de ça. Ca va aller...

Ce fut le dernier mot qu’elle adressa à son neveu, et à Selene. Un sourire douloureux sur les lèvres, avant de se tourner vers Caroline.

______________


L’absence de douleur était, en soi, déjà une satisfaction. Elle adressa à Lisandro un regard soulagé, que ça soit terminé. Elle n’aurait su dire tout ce que ça faisait naitre en elle. Là, au creux de ses bras, elle pouvait la tenir. L’admirer. C’était saisissant, ça comblait ce vide dans son ventre qui n’avait été que bref.

On devrait leur dire de rentrer, fit-elle à son compagnon. Depuis combien de temps la regardaient-ils passionnément, sans pouvoir la lâcher des yeux ? Elle n’en avait même pas idée. Au dehors, les Messiah n’avaient que les mots de Caroline pour se rassurer.

Alors… Autant venir admirer leur beauté de leurs propres yeux.




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en bas  
Lisandro Sedillo
Lisandro Sedillo
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Event ; Beretta, Fusil à pompe, couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 06/04/2017
Messages : 525
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Après le bonheur   Après le bonheur EmptyLun 28 Oct 2019 - 20:14
« Tenu ! » Dit-il avec une certaine appréhension quand même. S’il avait pu s’entrainer avec Effy, les couches n’étaient clairement pas une tâche agréable, d’autant plus qu’ils étaient contraint d’utiliser les fameuses couches lavables… un vrai régal. Mais c’était peut-être peu cher payé pour ce qu’elle allait vivre dans les heures qui suivraient. Au moins, elle ne cherchait pas à l’éloigner de ce moment, c’était tout ce qui comptait. A lui de laisser faire Caroline et de ne se focaliser que sur Andrea, et cet enfant à naitre.

Il n’y avait plus qu’à attendre. Ruben rejoignit bientôt Selene et le reste de la famille attendait dehors. Il avait vu Isaac et Duncan converser dehors, sous la fenêtre. Lisandro n’avait pas quitté la pièce, ne donnant des nouvelles que par l’entrebâillement de la porte. Avec le froid, les échanges étaient brefs, mais ça lui faisait chaud au cœur de les savoir là pour eux. Puis les contractions se firent de plus en plus rapprochées, le grand moment approchait à grands pas. Le chilien rôdait autour du lit, évitant de passer derrière Caroline, et surtout impuissant face à cette douleur qui s’intensifiait de minutes en minutes.

Jusqu’à l’instant T. Sortez. Hors de question. Si Selene et Ruben prirent la porte, Lisandro s’avança vers elle, ancrant son regard dans le sien. L’échange ne dura pas longtemps quand une contraction la fit saisir sa main avec férocité. C’est un sourire grimaçant – tant elle serrait sa main – qu’il lui adresse. « Allez, il est temps de la sortir de là » Dit-il, amusé, stressé mais confiant. Tout irait bien. Ils feraient ça ensemble.

_______________________

C’était le calme après la tempête. Un silence aussi pur ne pouvait pas être brisé. Lisandro avait récupéré sa main douloureuse, appuyé sur le lit d’hôpital, il regardait ce petit être qui les hypnotisait depuis son premier cri. Rien que de la regarder respirer, il sentait son cœur s’emballer et trembler à la fois. « Mh ? » Fit-il quand Andrea prit enfin la parole. Depuis combien de temps étaient-ils là, à la regarder dormir ? Aucune idée. Il lui fallut un moment pour lever les yeux vers Andrea et se reconnecter à la réalité. Elle avait une mine à la fois épouvantable et épanouie. « Je vais les chercher. » Dit-il, sans bouger d’un iota. Il se pencha pour embrasser Andrea sur le front, avant de difficilement se lever pour les quitter toutes les deux.

Lisandro se dirigea enfin vers la porte de l’infirmerie, trouvant tous les siens dehors, attendant plus que les nouvelles de Caroline. « Venez, nous voudrions vous présenter quelqu’un. » Il était à la fois fatigué, surexcité, émerveillé et apaisé. Il referma derrière Duncan, avant de leur emboiter à tous le pas pour retrouver sa place à côté d’Andrea et de la petite. « Je vous présente… Annabella. » Dit-il, le regard déjà épris de ce petit être de quelques minutes à peine.La petite était emmitouflée dans sa couverture se perdait dans les bras d'Andrea, elle-même entourée d'un gros plaid pour les tenir toutes les deux au chaud.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Après le bonheur   Après le bonheur Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Après le bonheur -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: