The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Homecoming | Kara -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Monroe
Jean Monroe
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un 9 mm, un couteau papillon et un couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/09/2019
Messages : 82
Age IRL : 30
MessageSujet: Homecoming | Kara   Homecoming | Kara EmptyLun 16 Sep 2019 - 21:19

“It's like coming home after a long trip.” 

Septembre 2019.

La forge.
Enfin.
Elle repose un instant son corps contre le tronc d'un arbre, le regard porté sur ce bâtiment dont elle connaît à présent chaque recoin. Trois mois déjà. Trois mois plus tôt la jeune femme a pris la décision suicidaire de quitter la sécurité de l'endroit pour s'aventurer dans une entreprise aux risques non calculés. Elle, la pragmatique, la discrète, la solitaire, qui, sur un coup de tête, a fait le choix de tout laisser tomber pour un autre. Pour Ethan. Des mois durant ses recherches l'ont conduit d'un point à un autre, lui ont révélé des capacités insoupçonnées, une patience méthodique et une facilité déconcertante à éliminer l'ennemi quand la situation l'impose. De son périple estival, la mécanicienne en rapporte au moins la réponse qui l'a tant torturée ces dernières années, à savoir la survie de son oncle. De son périple, de nouvelles questions sont venues s'installer. Où ? Avec qui ? Quand ?
Et enfin, les écorchures profondes, invisibles, venues tapisser le fond de sa boîte crânienne. Tuer deux hommes de sang froid aussi aisément n'a pas été sans laisser de marque sur sa conscience, bien qu'elle tente d'emprisonner ce sentiment loin sous la surface. Sentiment exacerbé par les privations de ces dernières semaines, par le manque de nourriture, de sommeil, les longues marches diurnes pour retrouver son chemin jusqu'ici. Quelques kilos en moins, et un visage tuméfié par une altercation récente dont l'issue aurait pu être beaucoup plus dramatique, c'est en se tenant les côtes qu'elle reprend sa marche, maintenant assurée qu'elle est seule et ne risque pas de compromettre l'endroit.
Les derniers mètres sont sans doute les plus difficiles. Le pas traînant, les muscles endoloris, son sac peu chargé mais déjà trop lourd, elle est épuisée. Elle a faim, elle a soif, et rêve de dormir trois jours durant. Un petit effort. Juste un dernier petit effort.

Le chemin jusqu'au premier étage est plus périlleux que ce à quoi elle s'attendait et elle manque plusieurs fois de chuter. Personne. Ne pouvant vérifier l'heure, la mécanicienne pense un instant avoir perdu la notion du temps. Kara est peut-être déjà partie pour le No man's land. Son premier réflexe, après avoir lâché lourdement son sac, est de se ruer au robinet – aussi rapidement que sa santé le lui permet – afin de s'abreuver, laissant de longues gorgées d'eau réhydrater sa gorge et son corps. L'eau coupée, elle reste longtemps penchée au-dessus de l'évier, reprenant difficilement sa respiration, retenant ses jambes qui menacent de flancher.
Les yeux fermés, c'est finalement son estomac qui la ramène brutalement à la réalité, et, se redressent lentement à cause de sa tête qui commence à tourner, ses pas la conduisent lentement et précautionneusement au réfrigérateur, sortant de celui-ci des crevettes fraîchement attrapées et quelques fruits. Prenant place à la table, c'est avec une lenteur qui l'inquiète presque que la jeune femme fait taire les grognements de son ventre, jusqu'à ce que ce dernier soit rassasié.

Le temps défile, sans conscience réellement de ce dernier, avant une nouvelle lutte avec elle-même et l'épuisement physique et moral subi ces dernières semaines. C'est vers la salle de bains qu'elle se dirige, retirant ses vêtements sales pour s'offrir le luxe d'une douche. Actionnant le système mis au point par Kara, c'est avec un bonheur presque oublié qu'elle reçoit les premières gouttes, se rappelant de sa première venue ici et du même sentiment qui l'avait envahi à l'époque. Ses muscles se relâchent tandis qu'elle savonne la crasse des derniers mois, frottant chaque carré de peau comme pour effacer tout ce qu'elle a vécu durant son périple. La tête penchée en avant, ses cheveux mouillés collant à la peau de son visage, elle laisse quelques larmes rouler sur ses joues. De fatigue, de frustration, de joie, elle n'en sait rien. L'eau qui s'écoule est noire, comme les sentiments emmagasinés. Épuisée. Elle est épuisée. Dans tous les sens du terme.

Se séchant, elle se contente d'enfiler un short et une brassière avant d'enfin se regarder dans le miroir. Monroe ne reconnaît que trop peu le reflet qui lui fait face. Les joues creusées, son arcade entaillée et bleuie, sa lèvre fendue et un hématome sur le côté droit de son abdomen, elle fait peine à voir. Il lui faudra quelques temps pour retrouver une forme convenable, pour reprendre ses marques et faire le point sur tout ce qui s'est passé, elle le sait. Mais pour l'heure, une seule chose lui fait envie et c'est donc sans un dernier regard pour elle-même que la mécanicienne quitte la pièce pour s'affaler sur le canapé, tirant une couverture sur son corps.

Quelques minutes, ou quelques secondes, c'est le temps qu'il lui faut pour sombrer dans un sommeil sans rêves. Elle n'a même pas conscience de la présence féline qui vient se lover tout contre elle et ronronne à ses oreilles. Demain, il y aura les conséquences, il y aura peut-être les cris, les reproches, le rejet. Mais pour l'heure, son esprit s'éteint et ne devient qu'oubli.  




You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas  
Kara Moreau
Graphiste & Modératrice
Leader | Troc
Kara Moreau
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette en acier damas / couteau Bowie Hibeen III / Push Dagger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 21/07/2018
Messages : 375
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Homecoming | Kara   Homecoming | Kara EmptyLun 16 Sep 2019 - 23:04

“It's like coming home after a long trip.” 

Septembre 2019.

Trois mois.
Passé la colère, la frustration et la consternation, la blonde jeta son dévolu sur ses voisins, les survivants du No Man's Land. Soutenue par la jeune Kaycee, elle s’engouffra dans la gestion de ce lieu sans ordre pour y apporter un minimum d'organisation dans l'espoir d'y bâtir une micro-société. L'ado comptait sur elle, elle ne devait ni flancher ni reculer et se devait d'avancer. Un excellent refuge pour taire ses angoisses et garder son masque de dame de fer en place. Sa présence sur les lieux se faisait en conséquence bien plus courante, il n'y avait plus de retour quotidien à la forge mais une grande tente bien équipée sur place. Tous les deux jours, elle revenait cependant battre le fer et s'occuper du félin dont elle avait fini par grandement s'y attacher. 

Ce jour là, elle quitta le No Man's Land avant la tombée de la nuit pour s'en retourner à ses habitudes sans réelles craintes. Trop souvent à son goût, elle songeait à sa perte, à cette tatouée pragmatique, comme une obsession, elle en détaillait instinctivement tous les rôdeurs dont la coupe de cheveux réveillait un douloureux écho avant de les achever, tous.Le regard d'acier bien dressé et la démarche mécanique, elle avalait les mètres à grande vitesse. Le chemin était toujours aussi aisé, avec les années, chaque recoin était connu sur le bout des doigts. 

Assurée de ne pas être suivie, la tressée s'apprêtait à s'engouffrer au premier étage après sa gymnastique habituelle mais s'arrêta net au niveau de la fenêtre ouverte. Kaycee ou Idriss auraient encore oublié de la rabattre correctement ? Non, c'était elle qui avait quitté les lieux en dernière. Le cœur battant, elle s'assura que le fil était toujours en place et s'aventura à jeter un regard dans son chez soi. Une masse gisait sur son canapé et la présence Phoïbé lové contre elle la réconforta aussitôt, associable dans son genre, elle ne s'approchait pas des inconnus. C'était forcément Elle. La blonde se hissa d'un bon à l'intérieur, avec l'émotion ses jambes faillirent se dérober sous elle, elle se rattrapa sur le bord de la fenêtre, oui, c'était bien Elle

Le félin l'a salua et grimpa sur la hanche de l'encrée pour venir chercher ses caresses mais la forgeronne préféra s'intéresser à la belle endormie. Dans un soupir de soulagement, elle s'abaissa à sa hauteur et glissa doucement ses doigts dans les mèches brunes qu'elle rabattit en arrière pour mieux dévisager cette arcade meurtrie. Dans une grimace, les iris bleus dévalèrent sur la lèvre abîmée puis sur les joues creusées. Un froncement de sourcils plus tard et elle soulevait la couverture pour constater avec effroi la perte de poids ainsi que l'hématome sur son abdomen. Elle recouvrit la blessée, la secoua sans résultat et se redressa tout en essayant de repousser la longue liste de questions qui s'étirait dans sa tête. À l'évidence, Monroe sombrait dans un lourd sommeil et elle en avait cruellement besoin, les réponses attendraient, conclusion basique qui l'aida à cesser de faire les cent pas autour du canapé.

Elle avait imaginé mille et une fois son retour, mais jamais elle n'avait songé à subir une telle angoisse. Il fallait qu'elle s'occupe et vite. Elle descendit à la forge pour y récupérer un couteau de sculpture et revint en vitesse pour tailler du bois et continuer son projet de couverts en bois. À même le sol, juste en face du canapé, les copeaux de bois se faisaient de plus en plus nombreux à ses pieds. Ses cuillères en bois tout format réalisées en quelques heures, elle s'installa sur le matelas, dos au mur et dans l'angle de la pièce pour se rabattre sur un livre en plein milieu de la nuit. Il lui était clairement impossible de s'endormir avec un esprit rongé comme le sien. À chaque fin de chapitre, elle relevait le museau vers l'endormie dans l'espoir de la voir esquisser un mouvement.

La bougie finit par se consumer en parfaite coordination avec l'arrivée des premières lueurs du jour. La tête tressée se faisait quelque peu douloureuse qu'elle en ferma le livre pour clore ces paupières et s’installer toute habillée contre le lit, quelques minutes, seulement quelques minutes... ou plutôt quelques heures.




Listen to what people don't say


Maybe I don't cry, but it hurts
Maybe I don't show, but I care

Revenir en haut Aller en bas  
Jean Monroe
Jean Monroe
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un 9 mm, un couteau papillon et un couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/09/2019
Messages : 82
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Homecoming | Kara   Homecoming | Kara EmptyMar 17 Sep 2019 - 18:08

“It's like coming home after a long trip.” 
Quelques frissons, causés par la fraîcheur matinale, la forcent inconsciemment à remonter la couverture sur ses épaules, peu envieuse de s'échapper de la prison cotonneuse dans laquelle elle se trouve. Les rayons du soleil qui filtrent à présent dans la pièce font danser des ombres derrière ses paupières encore closes tandis que son esprit s'éveille peu à peu des limbes dans lesquelles il était plongé. Oublié le froid des réveils en extérieur, humides dans cette partie du pays. Oubliée la peur sournoise du moindre crépitement de branche et les sursauts au moindre bruit suspect. Elle se sait en sécurité, un sentiment rare qu'elle chérit plus sûrement encore aujourd'hui.
Le simple confort du canapé a apaisé quelque peu ses muscles trop sollicités ces dernières semaines. Son corps, elle le sent, est nettement moins courbatu et le sommeil de plomb, plus que réparateur, sonne comme une douce salvation dans cet enfer estival.
Pourtant, un simple étirement, trop confiant, la rappelle douloureusement à l'ordre au niveau de ses côtes. Sa main, dans un réflexe protecteur, se porte sur l'hématome encore sensible et presque noir. Elle grimace silencieusement, une simple expiration pour seul signe de douleur.  

C'est tout ce qu'il fallait pour précipiter son éveil et la forcer à ouvrir ses paupières. Une première fois et la demoiselle les referme bien vite, aveuglée par les rayons matinaux du soleil. Quelques secondes et elle retente l'expérience, de façon plus progressive jusqu'à s'habituer à cette nouvelle clarté. C'est sur le plafond que son regard se fixe longuement, laissant le reste de son corps se réveiller doucement, sans trop forcer sur son abdomen endolori. Quelques longues minutes, c'est le temps qu'il lui faut pour se redresser, s'asseyant difficilement sur le rebord du canapé, les pieds au sol, une main sur son flanc blessé.

Encore une bonne minute pour que son cerveau reprenne pleinement pied dans la réalité et qu'elle prenne enfin conscience d'une seconde présence dans la pièce. Kara. Avec lenteur, ses yeux de jade remontent vers la forgeronne, pour s'ancrer dans cet océan de glace qu'elle connait si bien et qui la dévisage sans ciller, sans prononcer le moindre mot, assise sur le matelas. La mécanicienne déglutit, assaillit par deux sentiments très contradictoire. L'envie, brutale, tenace, de se relever et de se jeter dans ses bras, de renouer ce contact qui lui a manqué plus qu'elle ne veut l'admettre, s'enivrer dans cette odeur féminine, y trouver le réconfort et la solidité d'une poigne de fer. Et puis la peur, la crainte, de se sentir rejeter, d'accuser les reproches qu'elle devine presque par ce simple échange de regard. Des reproches qu'elle ne pourra que comprendre, dictés par une implacable raison. Des arguments qu'elle ne pourra réfuter parce que trop sensés. Des reproches que son moral n'a pas la force d'encaisser mais auxquels la brune s'est préparée depuis le premier jour de son départ, et de son possible retour.

La jeune femme ne sait pourtant pas par où commencer. Tout a toujours été simple avec Kara. Leur première rencontre, les premiers services rendus, les premières vraies conversations. Leur rapprochement, progressif, naturel, jusqu'à ce qu'elles partagent aujourd'hui. Du moins jusqu'à avant son départ. Il n'y a jamais eu de réel malaise autre que celui de leur réserve mutuelle.
Mais maintenant, à cet instant précis, elle ne sait comment engager la conversation, comment agir après trois mois d'absence. Elle n'a aucune idée des possibles changements opérés dans la vie de la forgeronne, si sa place est toujours assurée à ses côtés. Elle a conscience que son corps, amaigri, et des contusions sur son corps et son visage ne plaident aucunement en sa faveur.
La mécanicienne laisse néanmoins un fin sourire étirer ses lèvres, autant que sa coupure le lui permet, heureuse de la retrouver, de la savoir en bonne santé, ici. Elle prend le temps de détailler à nouveau son visage, sa longue chevelure de tigresse, son corps. « J'aimerais te prendre dans mes bras mais... » Elle hésite, consciente qu'aucune entrée en matière ne sonnera juste de toute façon. « … je ne sais pas à quel point tu m'en veux. » Vérité brute. Elle ne fait pas dans la demi mesure, ça n'a jamais été leur manière de fonctionner. Elle sait que la jolie blonde possède forcément quelque ressentiment envers sa personne. À quel degré ? C'est la question à laquelle Monroe n'a pas de réponse. Une de plus.




You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas  
Kara Moreau
Graphiste & Modératrice
Leader | Troc
Kara Moreau
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette en acier damas / couteau Bowie Hibeen III / Push Dagger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 21/07/2018
Messages : 375
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Homecoming | Kara   Homecoming | Kara EmptyMar 17 Sep 2019 - 21:21

“I survived, but it's not a happy ending.” 
Elle ne bouge pas d'un cil lorsque la brune se redresse et se contente de la dévisager. Son regard est comme une enclume, compact et d'acier. Il s'abaisse sur la main tatouée et gagne encore en intensité. La colère remonte et serre ses poings cachés derrière ses bras croisés. Vient le son de voix qui réveille instantanément la nostalgie d'hier et qui balaye d'une bourrasque l'aigreur tout juste éveillée. Trois mois qui prennent soudainement des allures d'éternité.

"Ne recommence plus jamais ça."

Elle cligne des yeux, surprise par ses propres mots. Qui est-elle pour oser faire une demande pareille ? Étonnée, elle préfère rester assise encore un peu et retient son souffle. Son regard de nouveau partagé entre la colère et le désir remonte contre les émeraudes de sa vis-à-vis. Bien sûr qu'elle a aussi envie de sauter du lit, de la serrer dans ses bras, de l'embrasser à en perdre son souffle, de lui raconter tout ce qui s'est passé en son absence et surtout de lui prêter une oreille attentive. Qu'a t-elle bien pu vivre pendant ces trois mois ? A t-elle au moins trouvé des réponses ? Cette douloureuse escapade en valait-elle la peine ?

Le problème c'est qu'elle l'aime autant qu'elle lui en veut. "Je ..." Elle aussi hésite, retenue par ses pensées égoïste qui la répugne. Monroe est en droit de partir quand elle le souhaite. La vraie fautive, c'est elle, unique responsable de cette attachement. Le problème, elle s'en veut autant qu'elle lui en veut. Ses yeux s'embuent, ses sourcils se froncent et sa gorge se noue. "..." Le cœur s'accélère, elle déglutit, peine à trouver ses mots. Nouvelle expérience, en trois mois, c'est d'une main de fer qu'elle a encadré, écouté et épaulé plus d'une vingtaine de vagabonds. Mais là, les nerfs à fleurs de peau couplés à l'émotion la terrorise sur place, elle a peur de mal s'y prendre et de perdre, à nouveau. "Non... Tu fais ce que tu veux..." Elle fait marche arrière, capitule et décroche du regard. L'échec de leur dernière discussion à laissé sa marque.  

D'un bon, elle se lève, contourne le canapé et récupère son sac d'où elle extirpe son talkie-walkie. "Je contacte un médecin. Tu fais de la peine à voir." Souffle t-elle sans même la regarder ou lui laisser le temps de répondre. Mirettes rivés vers l'extérieur, elle bafouille dans son boitier à l'attention de Kaycee qui devait possiblement être encore au No Man's Land. Avec un peu de chance, sa maternelle devenue doc officiel de l'entrepôt devait bien avoir un créneau de libre pour la fin de journée. Ou pas, aucune réponse ne se dégage de l'appareil que la forgeronne fusille du regard dans un profond soupir. L'adolescente semble être hors portée, c'est bien sa veine...




Listen to what people don't say


Maybe I don't cry, but it hurts
Maybe I don't show, but I care

Revenir en haut Aller en bas  
Jean Monroe
Jean Monroe
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un 9 mm, un couteau papillon et un couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/09/2019
Messages : 82
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Homecoming | Kara   Homecoming | Kara EmptyMer 18 Sep 2019 - 12:13

“It's like coming home after a long trip.” 

Elle digère l'ordre tacite sans broncher, sans répliquer, comprenant parfaitement son origine. Qu'aurait-été sa réaction si les rôles avaient été inversés ? Si Kara, sur un coup de tête, avait décidé de quitter cette sécurité pour une périlleuse aventure sans certitudes de retour ? Probablement la même que celle affrontée présentement, sinon pire. La jeune femme s'attend pourtant à recevoir d'autres reproches, plus acides, plus incisifs, de ceux qui font mal à l'ego. Elle patiente, laisse planer ce préambule dans l'attente de la foudre qui risque de lui tomber sur la tête, en vain.
C'est presque étrange de découvrir une Kara hésitante, qui semble perdue et chercher ses mots. Monroe l'a toujours connue si sûre d'elle, franche, ne s'encombrant pas de superflu. Elle semble pourtant retenir sa colère, et c'est presque un soulagement après tout ce qu'elle a vécu, avec la fatigue accumulée, morale et physique. Consciente qu'elle devra se justifier, la brune caresse cependant l'espoir que tout ça ne se fera pas dans les cris.

Vient le détachement, qu'elle sait faux. Elles ont dépassé ce stade depuis longtemps maintenant. Mais encore une fois elle comprend. Aucune d'elles n'avait prévu cet attachement, ce lien, et dans ce monde, celui dans lequel elles évoluent, c'est un risque, un poids. L'attachement mène aux mauvais choix, à la perte de vigilance et au risque de perte tout court. Elle aussi s'est forgée une carapace qu'elle pensait solide, une forteresse imprenable derrière laquelle elle s'est réfugiée dans l'optique de ne laisser personne la pénétrer. Alors elle comprend, se tait, encaisse.

La forgeronne se lève et Monroe soupire, sachant pertinemment qu'elle n'a nullement besoin d'être auscultée. Par deux fois dans son ancienne vie la jeune femme a subie une côte cassée puis deux fêlées. Elle connait la douleur, et a conscience que ce simple hématome, aussi impressionnant soit-il, n'est finalement que ça, un bleu. Jamais sinon elle n'aurait pu marcher trois jours durant pour retrouver le chemin de la forge.
Ce n'est toute façon pas ce qui retient le plus son attention mais bien le talkie-walkie dans les mains de la blonde et des crépitements qui en sortent. Depuis quand a-t-elle le luxe de communiquer et s'assurer les services d'un médecin par simple appel radio ? Combien de changements en son absence ? Et jusqu'à quel point ?

Soulagée de n'entendre aucune voix familière ou étrangère répondre à cet appel, elle fixe un long moment le corps de la coutelière qui s'obstine à lui tourner le dos et à fuir son regard. Elle soupire et finit par se relever, difficilement, s'approchant lentement de sa partenaire sans chercher à la brusquer. Doucement, elle glisse ses bras autour de sa taille et vient se loger tout contre elle, son menton contre son épaule. Attrapant le talkie-walkie, elle le lui subtilise pour le poser sur le rebord de la fenêtre. « Je n'ai pas besoin d'un docteur. C'est beaucoup moins grave que ça en a l'air. J'ai juste besoin de repos c'est tout. » La mécanicienne pèse ses mots et maîtrise son ton pour ne pas sonner trop agressive ou, au contraire, trop sur la défensive.
Resserrant son étreinte, elle inspire profondément ce parfum à présent familier. Le silence s'invite, apaisant - du moins pour elle - avant que cette dernière le rompe à nouveau. « Je suis contente de te retrouver. » Plus qu'elle ne peut l'exprimer par des mots. « Tu m'as manqué... » Plus qu'elle ne l'aurait pensé.
Faire le premiers pas lui semble primordial. Après tout, c'est elle qui est partie, trois mois plus tôt. Elle qui a décidé de mettre un début de parenthèse à leur vie sans certitudes de pouvoir la refermer. Il est normal que ce soit elle qui initie à nouveau les choses. Et elle en a besoin. Même s'il lui faudra s'expliquer, même si les choses prennent du temps à revenir à la normale, elle a besoin de Kara. De sa présence, de son soutien, de ce pilier dans cette vie chaotique qu'ils partagent tous, qu'ils le veuillent ou non. « Si j'avais pu revenir avant je l'aurais fait, crois moi. » Promesse, du même genre que celle faite inconsciemment à Ethan, quelque part à l'ouest de sa position actuelle, dans un périmètre trop large, trop vague pour qu'elle se risque à repartir à l'aventure pour l'instant. Une déception de plus, mais un nouvel espoir en même temps. Contradiction des sentiments qui la torturent toujours un peu plus. Fatiguée de cette dualité qui semble l'avoir poursuivie toute sa vie.  




You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas  
Kara Moreau
Graphiste & Modératrice
Leader | Troc
Kara Moreau
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette en acier damas / couteau Bowie Hibeen III / Push Dagger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 21/07/2018
Messages : 375
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Homecoming | Kara   Homecoming | Kara EmptyJeu 19 Sep 2019 - 15:55

“It's like coming home after a long trip.” 

Elle se tend et imagine dans une grimace la douleur et l'effort que de se hisser en dehors du canapé dans cet état. Il est déjà trop tard pour l'en empêcher, Monroe est déjà debout. Sans se retourner, elle serre les dents et se crispe alors que les bras tatoués entourent doucement sa taille. Menton sur son épaule, un geste qui fait frissonner son cœur qu'elle en abaisse ses paupières dans un soupir salvateur. Le talkie lui est aussitôt subtilisé, mais elle ne lui en tient pas rigueur, ce n'est que partie remise. Puis, le silence s'impose et l'oblige à visiter ses pensées. L'hématome est conséquent, il fait peur à voir, si la mécanicienne ne compte pas se faire ausculter, elle peut compter sur Kara pour forcer les choses, ne serait-ce que pour se rassurer, peut-être bien ce soir ou demain, tôt ou tard, dans tous les cas. Le calme se rompt, il laisse place aux confessions et anime d'autres pensées, plus douces, légères et réconfortantes. Elle aussi est contente de la retrouver, mais la forgeronne se terre tout de même dans son mutisme, lève la main et communique simplement d'une caresse le long de l'avant bras tatoué. 

Monroe peut bien dire ce qu'elle veut, revenir plus tôt, plus tard, finalement, la blonde s'en moque éperdument, le présent, y a plus que ça qui compte, le tout de suite, maintenant. "Je te crois." Ce n'est pas pour autant qu'elle pardonne ces trois mois d'absence au combien douloureux et difficiles à supporter. Preuve en est, elle aussi a perdu du poids, perte d'appétit qui n'est pas aussi conséquente que la perte de la brune, mais pourtant bien là. En retour, c'est une musculature plus sèche et rude qui renforce sa silhouette déjà bien taillée. Un mal pour un bien. Battre plus fort le fer était un bon échappatoire, là où le sommeil manquait cruellement.

Son regard de glace se redresse et se pose sur les toits des entrepôts voisins alors que son visage s'étire dans une fine grimace. Elle prend sur elle, la question n'est pas facile à poser, mais elle est vitale. "Que t'est il arrivé ?" Sa main descend contre la sienne, va chercher les doigts qu'elle agrippe avec fermeté pour calmer son anxiété naissance.Elle craint déjà la réponse du récit qu'elle a pu vivre, craint qu'elle n'est pas obtenue ce qu'elle cherchait, craint qu'elle se doive de repartir et de l'abandonner à nouveau. Elle le sait, aucun road-trip de ce monde n'a de joyeuses fins. Les chemins sont toujours tortueux et les rencontres trop peu souvent bonifiantes, Monroe ne peut être indemne, elle n'est qu'humaine. "Dis-moi tout. Absolument tout." C'est plus fort qu'elle, elle a besoin de tout savoir dans les moindres détails, savoir ce qu'elle a vécue, savoir ce qu'elle a fait, savoir à quel point elle a changé. Mais pas comme ça, pas de dos. Lentement, elle écarte prudemment les mains tatouées, se retourne pour lui faire face et plonger son regard tremblant dans le sien. Une façon de s'assurer un accès aux émotions profondes, de celles que les mots ne peuvent exprimer afin de ne rien manquer. Elle lutte pour ne pas agripper de nouveau cette main, lutte pour ne pas glisser ses doigts dans la chevelure brune, lutte pour la laisser parler sans la troubler... 




Listen to what people don't say


Maybe I don't cry, but it hurts
Maybe I don't show, but I care

Revenir en haut Aller en bas  
Jean Monroe
Jean Monroe
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un 9 mm, un couteau papillon et un couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/09/2019
Messages : 82
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Homecoming | Kara   Homecoming | Kara EmptyJeu 19 Sep 2019 - 17:43

“It's like coming home after a long trip.” 
L'azur percute l'émeraude et Monroe déglutit avec difficulté. La jeune femme n'a pas envie de se replonger dans son périple maintenant mais sait qu'elle se doit de fournir des détails et des explications à son amie. Par respect, par devoir. Ses questionnements sont plus que légitimes. Elle ferme les yeux quelques instants et ses souvenirs, trop vivaces, s'entrechoquent violemment dans sa boîte crânienne. Les visions se mêlent et se succèdent à une vitesse qui lui donnerait presque mentalement le tournis. Ce qu'elle a fait. Ce qu'elle a vu. Appris. Les réponses, et les nouvelles interrogations. Le soulagement, puis la frustration. Le bonheur, et la déception. L'envie de ployer le genou et de se laisser bercer par la jolie blonde est forte mais elle tient bon, finit par rouvrir ses paupières pour fixer à nouveau son regard dans celui de sa vis-à-vis.
La position debout lui étant difficilement supportable de par son manque de force, la mécanicienne s'assoit sur le rebord de la fenêtre, laissant les rayons du soleil lui réchauffer le dos et la nuque. Quelques secondes, le temps d'organiser ses idées, ses pensées, et elle rompt le silence installé, devenu soudain pesant.

« Je suis arrivée à Artondale huit jours après mon départ. J'ai planqué la moto et ai commencé mes recherches dans le secteur. Les informations données par ton client étaient assez précises pour que je n'ai pas l'impression de chercher une aiguille dans une botte de foin. J'ai fini par les repérer une semaine plus tard en entendant des coups de feu alors qu'ils chassaient. Quelques jours plus tard j'ai localisé leur terrain de chasse et après un certain temps, je ne sais plus vraiment combien, j'ai fini par localiser leur campement. » Son regard se porte un instant sur la fenêtre et le paysage urbain qui s'y profile, avant de reprendre son récit. « Je les ai observé. Longtemps. Pendant des semaines. Je ne voulais prendre aucun risque. J'ai tout noté. Leurs habitudes au jour le jour, qui, quand, combien. Heureusement ces salauds étaient organisés, voire carrément ritualisés. La même routine installée, jour après jour, semaine après semaine. Alors j'ai patienté, ai attendu le moment propice pour frapper. » Elle ferme les yeux, raccrochant ses mains aux rebords de la fenêtre pour s'ancrer dans cette réalité et ne pas se laisser déborder par les souvenirs. « J'ai frappé au matin quand ils n'étaient plus que deux au campement. J'ai attendu que l'un d'eux s'éloigne pour l'attaquer. Ça a été rapide. Facile. Presque trop. Et puis... » Une nouvelle pause, comme pour tenter de supprimer la honte qui l'assaille. « J'ai profité de l'effet de surprise sur le deuxième et je l'ai interrogé. Il a fini par me donner les informations que je voulais. »

Elle finit par se redresser à nouveau, avec lenteur et difficultés et prend la direction de son sac pour en extraire son carnet de route. Revenant vers Kara, elle ne lui tend pas immédiatement.

« Il m'a supplié de lui laisser la vie sauve mais je ne pouvais pas prendre le risque. Je l'ai tué. De sang froid. J'aurais cru que ce serait plus dur. » Elle fuit son regard, ne veut pas y lire le moindre jugement sur son geste. « Je sais que j'ai déjà tué avant mais c'était toujours pour me défendre. Tuer ou être tuée tu vois. Mais ce jour-là... j'avais le choix et.. je n'ai pas hésité. Pas une seule seconde. C'est effrayant de découvrir à quel point ça peut être facile poussée par certaines motivations. »

Hésitante, la brune lui offre finalement le carnet, lui donnant l'autorisation muette de poursuivre ce qu'elle ne peut continuer à voix haute. « Tiens ».

Spoiler:
 

Elle se rassoit et patiente, jusqu'à la lecture complète des événements, jusqu'à ce que Kara relève ses prunelles bleues des lignes manuscrites et plonge à nouveau son regard dans le sien. « Il est en vie. » Un léger sourire, rapidement effacé par une larme qui coule le long de sa joue. Elle pointe du doigt la carte glissée dans le carnet. « Il est quelque part dans cette zone mais je ne sais pas où. Vingt kilomètres carrés sans savoir où chercher ni par où commencer. Je ne connais pas la zone et ce serait illusoire de repartir sans informations complémentaires. » Elle secoue la tête, déçue, dépitée. « La piste s'arrête là. » A nouveau le silence, à nouveau les doutes. « Pour ce qui est de mon état, deux types ont voulu me prendre le peu qui me restait à quelques jours de marche de la forge. J'étais épuisée, affaiblie, et je me suis reçue quelques coups bien placés. Heureusement, comme la plupart des hommes, ils ont sous estimé mon potentiel. Ils ne se réveilleront pas, si tu vois ce que je veux dire. »  

Et voilà pour ses trois mois d'absence. Elle relève ses yeux sur Kara, effaçant ses joues humides des larmes coulées. « Dis-moi que j'ai encore ma place ici. » Parce que c'est tout ce qu'elle a besoin d'entendre maintenant. Tout ce qu'il lui faut. Cette certitude inébranlable. Juste ça.  




You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Homecoming | Kara   Homecoming | Kara Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Homecoming | Kara -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: