The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Home we'll go -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
May L. Goldenberg
Modératrice
May L. Goldenberg
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Desert Eagle de Zack, matraque rétractable de Nathan & couteau de poche avec torche intégrée de son frère (comment ça, c'est une voleuse? ILS SONT MORTS è_é)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1408
Age IRL : 29
MessageSujet: Home we'll go   Home we'll go EmptyLun 15 Juil 2019 - 20:07

C'était trop tôt. Beaucoup trop tôt. C'était la seule phrase qui tournait en boucle dans son crâne. On aurait dit que la faille de San Andreas voulait déchirer son ventre à toutes les foutues secondes, d'ailleurs, question de l'aider à se calmer. Pourquoi personne lui avait dit que les contractions étaient la pire chose de l'univers? C'était à cause de sa stupide chute, quelques semaines plus tôt? Non, bien sûr que non. Impossible. "NATHAN!" avait-elle hurlé dès les premières sensations de douleur, son regard bleu horrifié se levant vers lui et ses mains crispées à son ventre, réussissant à peine à tenir debout. Toutes les babioles dans ses bras s'étaient retrouvées au sol devant le journaliste qui comprenait très bien ce qui se passait.

Mais encore une fois, ce n'était ni l'endroit, ni le moment. La blonde avait décidé de sortir, ce jour-là, accompagné de ses deux anges gardiens, bien évidemment. Une grande surface plutôt en retrait, et qui semblait prometteuse - à première vue. Nate n'était pas loin, à peine à quelques pas; il refusait de la laisser hors de son champ de vision plus d'une minute. Lance aussi était à l'intérieur, enfin à moins qu'il ne soit déjà de retour dans la voiture? Depuis la disparition de Zack - et surtout depuis que Mo et Will n'étaient jamais rentrés non plus - les règles étaient légèrement différentes. Ils étaient encore plus prudents, si c'était même possible. Jamais ils ne s'attardaient trop longtemps à un endroit donné, et ils avaient instauré ce qui ressemblait à un système de checkpoint. Ils retournaient à la voiture pour s'assurer que tout allait bien, à une heure précise. Si quelqu'un ne revenait pas, c'était que quelque chose clochait.

Enfin, elle allait définitivement manquer le rendez-vous, cette fois. Fuller paniquait autant qu'elle sinon plus, mais il avait tout de même réussi à l'installer sur des coussins dépareillés, dans la section du mobilier d'extérieur. Personne n'était vraiment friand des meubles de jardin dans l'apocalypse, visiblement. La blonde avait rapidement compris que le liquide qui s'écoulait d'entre ses jambes n'était plus transparent, d'ailleurs. Du sang, beaucoup de sang. Et tandis que le père de son enfant à venir partait chercher tout ce qu'il pouvait trouver pour aider May, elle observait les secondes couler comme si c'était l'éternité, fermant les yeux plus forts à chaque contraction pour tenter de ne pas crier.

Ultimement, pourtant, il fallait se rendre à l'évidence qu'elle accoucherait au beau milieu d'un putain de Walmart. Ici, maintenant. Personne n'allait venir la sauver ou lui offrir une solution miracle pour garder sa gosse au creux de son ventre le temps de retourner voir Ansel. Il n'était plus le même, de toute façon. Regrettait-elle leur départ, maintenant? Peut-être. Peut-être bien que oui. Et elle n'arrivait plus à contenir ses râles, les larmes perlant au ras de ses cils, tentant en vain de contenir les coups de couteau qui entaillait son ventre et qui éraillait sa voix. Nate s'était installé derrière elle un moment, le dos de Liv contre son torse à lui, qui faisait de son mieux pour être là, puisque c'était la seule chose qu'il pouvait faire. Parfois, il mettait la main aux lèvres de Goldenberg, comme pour étouffer ses cris, sans trop de succès. Il ne resta pas là bien longtemps, par contre.

Non parce qu'évidemment, les curieux faisant leur apparition, avec tout ce boucan. Jamais la petite ne s'était sentie aussi insécure, aussi menacée qu'à cet instant précis. La définition du mot vulnérable, et ça ne lui plaisait pas du tout. Elle était complètement terrorisée. Autant pour elle que pour la petite et son père. Une horde semblait donc effectivement venir de la section des jolies fleurs, dehors, et la grille qui donnait sur le magasin venait de céder. Et alors que Nathan lui expliquait qu'elle devait être forte, qu'elle devrait un peu gérer toute seule pendant que lui gérait les décomposés, Liv ne pu que l'embrasser de toutes ses forces pour lui dire de faire gaffe à son cul.

Sauf qu'ils étaient trop nombreux. Le brun n'y arrivait pas, même avec sa matraque, même avec son flingue. Cendrillon devait assister au spectacle sanglant le plus stressant de sa vie tout en essayant de gérer son propre accouchement, c'était une foutue blague, non? Rageuse, souffrante, inquiète, en train de devenir complètement folle, elle avait replié ses genoux et tendu les bras pour elle-même enfin aller chercher sa fille, dans un ultime effort. Le sang n'arrêtait plus, elle n'avait rien pour couper le cordon, et surtout - surtout - le bébé ne pleurait pas. Elle gigotait, tout au plus, sa peau bleutée et sa toute petite bouche qui s'ouvrait sans cesse pour essayer de soulager son besoin criant d'oxygène. Et au même moment, la respiration de sa maman s'accélérait encore plus, entrecoupée de sueurs froides qui lui bloquait le diaphragme, alors que tout s'écroulait littéralement dans l'esprit noyé de Lively. Elle regardait sa fille mais ne voyait plus rien, alors que son attention se détourna vers un nouveau bruit. Nathan qui venait de tomber à la renverse sous un rôdeur particulièrement affamé. Non, non, non, non. Tout mais pas ça.

La blonde essayait de se lever, en pleurs, sans jamais y parvenir. Elle allait perdre connaissance, bordel. Son regard croisa celui, plus sombre, de celui qu'elle aimait. Et c'est à ce moment qu'elle avait commencé à comprendre qu'il lui disait adieu. Il lui lança sa matraque, se débattant avec les autres enfoirés et tirant de temps en temps dans leurs cervelles de cons. Nate lui hurlait de se barrer, avec encore plus d'ardeur que lors de l'attaque de Renton, et à ce point May ne savait même plus si c'était réel, si elle aussi lui criait qu'elle ne l'abandonnerait pas, pas maintenant, ni jamais. Elle ne savait plus rien, sauf peut-être que sa fille - leur fille - avait besoin de sa mère, mais qu'elle n'était plus en mesure de rien, les billes rivées sur les dents des morts qui s'enfonçaient toujours plus sous cet épiderme qu'elle connaissait par coeur, celui de son Nathan. 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Lance Walker
Lance Walker
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington 870P
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 11/08/2018
Messages : 229
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Home we'll go   Home we'll go EmptyVen 19 Juil 2019 - 18:55
Lance, un regard sérieux au visage, considéra chaque option avec gravité. Les conséquences de son choix seraient lourdes de conséquences. Il ne pourrait jamais retourner en arrière. Une telle opportunité ne reviendrait jamais. C’était un ultimatum du destin, une fataliste réalité qui s’écrivait sous ses yeux. De cette décision, une grande ramification aurait lieu dans les rivières du futur. Il serra les dents.

Penthouse, ou Playboy ?

Un magazine dans chaque main, Lance essayait de comparer. Playboy avait un spécial maillot de bain, c’était pas négligeable. Mais l’autre avec deux – deux !- posters imbriqués format géant. La fille sur la couverture ressemblait un peu à Vic, d’ailleurs, mais sans cet air post-apocalyptique, peut-être. Que faire, que faire… ?

Il haussa les épaules et puis décida de choisir de ne pas choisir, embarquant les deux magazines dans son sac. Le pilote jeta un regard à sa montre, puis un œil autour de lui. Les Walmart américains étaient pratiquement leur propre écosystème tant ils étaient gigantesques. Ni May ni Nate à portée de vue, d’ailleurs. Lance soupira.

Depuis la disparition de Zack et le départ des autres, le pilote avait fait profil bas, ayant du mal à digérer tout ce qui se passait en même temps. Le groupe fraîchement reformé était fraîchement en voie de disparaître pour de bon, au dirait. Il fallait se rendre à l’évidence. Les évènements de Renton semblaient avoir irrémédiablement endommagé de manière irréversible la fameuse American Dream. Même Lance pouvait admettre quand une voiture était irréparable.

Il fit son chemin pour retourner à la voiture, c’était l’heure de se regrouper de toute manière. Lance n’aimait pas l’idée de se séparer, mais c’était le seul moyen de couvrir efficacement une zone aussi large. Et il ne faisait pas confiance à Nathan avec la caisse. May peut-être, mais May était une baleine échouée actuellement. Lance savait que son gars la garderait en sécurité.

Avec les mois, il avait fini par plus ou moins rétablir des liens cordiaux avec le scribouillard et sa matraque. Pas vraiment le choix pour survivre et continuer à chercher leur propre cause dans ce monde de merde. Pas au point d’oublier ce qu’il avait fait, mais peut-être à celui d’accepter et avancer.

Lorsqu’il revint à la voiture couverte d’une toile foncée, stationnée à l’arrière du Walmart près d’une entrée de service pour sauver du temps, il était résolument seul. Et Lance était en retard, ce qui signifiaient que les deux tourtereaux l’étaient encore davantage. Mais qu’es-ce qu’ils foutent ? Peut-être qu’ils voulaient un coin tranquille pour jouer à saute-mouton, entre la rangée de la nourriture pour chat, et les outils de jardinage. Le pilote se demande si c’était sain pour le bébé, lui donner des coups de vous-savez-quoi en pleine tronche comme premier regard sur l’existence. Même si à bien y penser, c’était une analogie plutôt réaliste.

Life fucks you all the time, these days.

Mais si c’était le cas, Nate aurait fini en moins de trente secondes, non ? Une minute si il avait coincé son engin avec sa braguette de pantalon, peut-être. Alors à moins de récréer un porno en treize scène, quelque chose clochait. Le pilote soupira en posant son sac dans le coffre de la voiture, gardant sa hache en main avant de retourner dans le magasin, légèrement anxieux.

Il s’arrêta. Il entendait quelque chose, à l’autre bout du magasin titanesque. Des… Éclats de voix, peut-être ? Le pilote commença à se mouvoir, rapidement, essayant de se diriger vers les sons, mais le bruit de ses bottes sur le sol rendaient l’opération difficile. Soudain, un claquement. Deux, trois. Des coups de feu. Nate avait encore quelques munitions dans son pistolet, les dernières qui leur restait. Le fusil à pompe de Lance était vide depuis des semaines. Lance se mit à courir alors que des grognements rauques commençaient à envahir l’espace. Merde… Merde… Merde ! Un grincement métallique. C’était la grille du portail d’entrée qui avait l’air de céder.

Ses pieds dérapèrent dans l’allée, du mobilier de jardin et autres conneries du genre. Il y avait du sang partout. La grille étaient tombée, un nombre incalculable d’infectés se dandinaient. May était sur le sol, couverte du liquide écarlate. Avait-elle été attaquée ? Était-elle infectée ? Lance continua son élan et plaqua un décomposé en tenue de facteur qui s’approchait trop près d’elle, l’envoyant valser contre la meute. Les yeux de Lance s’écartillèrent. C’était Nathan, au milieu de la horde ? Il criait, mais à travers des grognements des infectés qui se refermaient sur eux, c’était difficile d’entendre.

Le regard du pilote transigèrent entre Nate puis May, puis le truc bleu dans ses mains. De nouveau sur Nate. Lance ouvrit la bouche, la referma. Leurs regards se croisèrent.

Lance soupira.

Il se détourna du chef par intérim de la défunte A.D et s’accroupit vers May, posant les mains sur ses épaules en la secouant légèrement. Elle avait l’air en état de choc, névralgique, un amas de sang sur le bas-ventre. Il essaya de la ramener à la réalité, l’appelant par son nom d’une voix de plus en plus forte.

Pas de réponse, mais encore moins de temps pour agir. Le pilote glissa un bras sous la taille de la femme, poussant ce bébé dont il ne savait rien du tout dans les bras de la femme. Il la souleva, mais elle commença à se débattre, essayait de se dégager. Lance l’ignora de son mieux, commençant à l’entraîner vers l’arrière. Il essayait de lui expliquer, de lui dire qu’ils n’avaient pas le choix, que c’était fini. Évidemment que ça sonnait ridicule à dire, mais que dire d’autre.

Elle n’écoutait pas, se débattant de son mieux entre les larges bras du pilote, lui assénant des coups de coude, criant le nom de Nate, le bébé fermement coincé dans ses bras. Les infectés se rapprochaient, avaient dépassés Nathan qui avait disparu dans la masse, ses hurlements à peine perceptibles au milieu de la horse. Lance jura, empoigna la femme d’un bras tout en agitant la hache pour repousser ceux qui restaient trop près. Finalement, ce ne fut plus viable et il lança l’arme dans le tas, utilisant sa main maintenant libre pour mieux tenir la femme qui insistait pour aller se faire massacrer, au dirait.

C’est alors que le poing de la femme l’atteignit sur le côté de la tête, une fois, deux fois, et il fut déséquilibré, renversant un étalage de boissons gazeuses qui se renversèrent sur le sol, projetant du liquide gazéifié dans tous les sens. Excédé, Lance repoussa la femme de l’autre côté de l’allée, arquant son corps en ramenant son poing vers l’arrière.

Il la frappa au niveau de la joue, un crochet du droit bien commun des bagarres de bar qui avaient parsemé sa jeunesse. Elle devint subitement molle et Lance la rattrapa, elle et l’espèce d’humain miniature et silencieux qu’elle tenait dans son autre main. Il avait fait une promesse, et maintenant tout ce qu’il pouvait faire, c’était la tenir.

Lance la souleva comme un sac de patates, son bébé dans l’autre main, et fila vers la sortie, vers la voiture, ne pensant plus à rien.

Il ne se souvenait d’ailleurs plus exactement de la suite. Une fois sortie, il l’avait installée dans le siège passager, par-dessus une couverture. Elle se réveillait, et Lance avait laissé le bébé dans ses bras de femme. Les premiers infectés traversaient la porte arrière et Lance sautait par-dessus le capot de la Subaru pour prendre le volant. Quelques instants plus tard, ils partaient dans un petit nuage de poussière.

Le seul problème, c’est qu’il ne savait plus quoi faire. Ou où aller. Son regard se posa vers May.

« Désolé. »


Home we'll go 27AQeIo
You can go your own way
Go your own way
You can call it
Another lonely day
Revenir en haut Aller en bas  
May L. Goldenberg
Modératrice
May L. Goldenberg
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Desert Eagle de Zack, matraque rétractable de Nathan & couteau de poche avec torche intégrée de son frère (comment ça, c'est une voleuse? ILS SONT MORTS è_é)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1408
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Home we'll go   Home we'll go EmptyDim 21 Juil 2019 - 21:02
Walker était devant la blonde, et pourtant, on aurait dit qu'elle regardait littéralement à travers lui, comme s'il n'existait pas, comme si la seule chose dont elle ne pouvait décoller ses rétines était le spectacle sanglant qui se déroulait tout près. Elle comprenait son nom, sentait ses mains à ses épaules frêles, mais tout ce qu'elle pouvait entendre était Nathan, à travers les grognements, à travers le bruit du mobilier qui foutait le camp jusqu'au froissement du tissu sous son poids. Et malgré tout ça, une trame sonore étouffée, comme une pièce classique qui lui déchirait le coeur et qui ne jouait qu'à l'intérieur de sa propre cervelle, l'empêchait de réagir. Comme si des violons virtuels criaient son mal mieux qu'elle ne pourrait jamais le faire.

Mais elle revenait à la réalité à mesure qu'elle se sentait soulevée du sol, et elle avait été incapable de contenir sa violente réaction. Non. Elle ne partirait pas d'ici. C'était hors de question. Son sang s'était d'ailleurs carrément glacé lorsque les cris de Nate avaient cessés, et la petite ne tarda pas à devenir complètement hystérique. Elle hurlait son nom comme une forcenée, à tel point que sa voix en craquait à mesure que les larmes commençaient à inonder son visage ravagé. Lance essayait de la contenir, de l'empêcher de rester, il racontait n'importe quoi. Que c'était trop tard. Elle ne voulait pas le croire. Mais il la pressait de sortir de cet enfer, malgré les poings de la princesse qui le martelaient et ses coups de coudes qui tentaient en vain de lui dire de la laisser crever ici.

May baissa les yeux sur sa fille, puis sur la matraque de Nathan à sa taille, avant de relever ses cils mouillés vers celui qui faisait de son mieux pour les sortir de cette merde. Elle l'implorait. Please, let it be a bad bad dream. Lance se fâchait, semblait-il, et avec raison, sûrement. Mais Cendrillon n'y pouvait rien, elle était complètement perdue, et le trou béant au milieu de sa poitrine semblait la brûler vive à chaque putain de seconde. Elle se débattait sans cesse, souhaitant au moins aller achever celui qu'elle aimait, celui qui venait de partir pour de bon sans qu'elle ne puisse y faire quoi que ce soit. Elle n'était qu'une incapable, une pauvre idiote, ignorant même comment prendre soin de sa fille, et le simple fait de respirer - alors que lui ne respirait plus, et que le bébé peinait à le faire - la tuait littéralement. Que le pilote sauve sa peau, il valait mieux que ça, mieux qu'elle, et de quitter Fort Ward avait peut-être été la pire décision de sa vie, et celle de Liv aussi. Dans tous les cas, elle avait finalement atteint sa cible - la tempe de Starbuck - et si elle avait cru qu'elle pourrait enfin se défaire de son emprise, elle avait tout faux. La miss ne pu qu'essayer d'encaisser son coup de poing à lui, sans trop de succès.

Désolé. Elle battait des paupières en reprenant douloureusement conscience dans la voiture, portant d'instinct les doigts à sa joue lacérée puis au tout petit bout d'elle qui se battait pour survivre dans ses bras, le visage crispé et pâle. Elle la stimula d'emblée, frottant son sternum parce que c'était la seule et unique chose qu'elle pouvait faire pour son bébé dans l'immédiat. Son esprit embrouillé ne tarda pas à devenir plus clair, à encaisser tout ce qui venait de se passer et à être contrainte d'y croire. La petite n'allait pas bien, loin de là, et Fuller était dorénavant éternellement condamné à errer dans cet endroit de malheur qu'elle regardait s'éloigner derrière eux, dans le rétroviseur. Liv souffrait plus que jamais, dans tous les sens du terme, comme un petit oiseau touché par une flèche et qui refusait de se poser, effrayé d'y laisser sa peau. Et il était désolé? Is that all you have to say? Goldenberg avait juste envie de lui dire de faire demi-tour. Elle tourna la tête vers lui, d'abord silencieuse, avant de déverser son venin comme un putain de serpent à sonnettes. "POURQUOI TU M'AS PAS LAISSÉ LÀ? POURQUOI TU M'AS PAS LAISSÉ LÀ PUTAIN DE MERDE!?" Elle hurlait, pleurait, essayait de le frapper dans les côtes en grimaçant de douleur, le souffle court, bien trop court.

Elle mourrait d'envie de lui fendre le crâne en deux, et ce même s'il venait assurément de sauver leur peau à toutes les deux. Peut-être aurait-elle préféré mourir avec le journaliste. Lance, lui, semblait tellement... calme. C'était difficile à concevoir, pour la jeune femme. Ainsi, même si elle devenait de plus en plus blême, la princesse continuait de s'énerver, complètement dévastée. "TU COMPRENDS PAS! TU PEUX PAS COMPRENDRE, J'AI... JE L'AI PERDU, LANCE." Et de le crier l'obligeait tout d'un coup à y faire face, la stoppant net dans sa crise. Elle avait perdu Nate, et s'ils ne faisaient rien, elle allait perdre sa gosse aussi. Le pilote roulait, mais vers où? Ce n'était plus qu'eux deux, maintenant - enfin, eux trois? - contre tout le reste.

"Elle a besoin d'aide." lâcha-t-elle d'une toute petite voix, essayant de ravaler ses larmes. Allez, elle n'avait pas le choix de reprendre le contrôle, bordel. C'était trop douloureux de braver les eaux de son petit coeur, désormais, de toute façon. Elle ne souhaitait plus qu'enfouir la moindre émotion au plus profond d'elle-même, là où c'était facile d'oublier. De faire comme si.  "Reste plus qu'une solution..." reprit-elle en posant son regard sur lui, son ton au moins cent fois plus posé mais aussi infiniment plus froid. Et Walker savait très bien ce qu'elle entendait par là. Fort Ward était leur unique chance, pour la petite, et peut-être même pour eux.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Lance Walker
Lance Walker
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington 870P
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 11/08/2018
Messages : 229
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Home we'll go   Home we'll go EmptyLun 16 Sep 2019 - 4:11
« FERME-LA ! FERME-LA BORDEL DE ***** »

Ils se criaient dessus comme deux imbéciles perdus mais ça ne pouvait être autrement. Tout ce qu’il pouvait faire actuellement, c’est se concentrer sur la route et sortir de ce quartier de merde, quitter cet endroit. Son regard se pointa dans le rétroviseur, un regard sur le siège vide qu’aurait occupé Nate ou May… Mais au moins l’un ou l’autre. Mais il était vide, ce qui lui rappelait qu’un autre fragment de l’American Dream avait disparu, découpé en morceaux dans la section « boissons gazeuses » d’un Walmart. Et c’était difficile de rester focalisé sur la route quand il y avait une blonde couverte de sang sur le siège à côté. Il serra les dents en se forçant au calme.

« Tu voulais que je fasse quoi, que je te laisse mourir avec lui !? Tu crois que c’est ce qu’il aurait voulu , toi ? P***** de conne. »

Il secoua la tête.

« T’as raison, je peux rien comprendre. Mais toi tu peux pas comprendre que je pouvais pas te laisser là, ni toi ni… Ce truc »

Il parlait du bébé naissant, qui avait honnêtement mauvaise mine. Lance connaissait rien aux bébés et pourtant savait que quelque chose clochait. Oui la naissance avait été un peu hors du commun, mais encore… Il frappa le volant de la main en jurant. Pourquoi ça devait arriver ? Pourquoi ça lui faisait quelque chose ? Il avait fait des années durant par lui-même, sans cette responsabilité, sans ce remord qui allait lui dévorer les entrailles. Il en avait tellement marre.

Elle s’inquiétait de l’état du bébé baleine, elle aussi. Ses mots n’amenaient qu’une seule possibilité et il le savait très bien lui aussi, même si l’appréhension était réelle. Au bout d’un moment, il soupira…

« Ok… Ok. »

Il embraya la voiture, tenant le volant d’un main pendant qu’il glissait l’autre sous son harnais de sécurité.

« Attache toi, on va pas perdre de temps. »

Le pilote débraya et la voiture se mit à rugir, accélérant subitement en slalom entre les débris et les voitures obstruant le route. S’ils devaient aller à Fort Ward, chaque moment allait compter pour son gamin. Il devait essayer… Il devait essayer d’arriver à temps. Il avait quitté Ward en promettant qu’il veillerait sur May. C’était tout ce qui lui restait. Il fallait qu’ils arrivent à temps. Il accéléra encore, comme si la route était devenu l’une de ses pistes de courses qui avaient été sa carrière, jadis. Lance était concentré, focalisé. Professionnel.

Il devait arriver à temps.

Comment il se pardonnerait, sinon ?


Home we'll go 27AQeIo
You can go your own way
Go your own way
You can call it
Another lonely day
Revenir en haut Aller en bas  
May L. Goldenberg
Modératrice
May L. Goldenberg
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Desert Eagle de Zack, matraque rétractable de Nathan & couteau de poche avec torche intégrée de son frère (comment ça, c'est une voleuse? ILS SONT MORTS è_é)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1408
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Home we'll go   Home we'll go EmptyMar 17 Sep 2019 - 8:01
Elle avait bien fermé sa gueule, oui. May aurait normalement été troublée de l'entendre crier de la sorte, mais plus rien ne pouvait l'atteindre, là, tout de suite. Oh, la blonde n'avait pas manqué son regard qui vérifiait la banquette arrière. Mais non. Il n'y avait qu'eux. Il n'y avait plus que le trio pour compléter l'American Dream. Sans personne d'autre. Leur groupe était éclaté, morcelé, et si ce qui les soudait ensemble ne tenait qu'à un fil, ce dernier venait de céder. Lance posait un tas de questions, et la petite n'avait pas de réponse à lui donner. Ce que Nate aurait voulu? Comment aurait-elle pu le savoir, alors que tout ce qu'elle voyait était sa chair qui se déchirait vulgairement sous leurs yeux? Peut-être aurait-il voulu qu'elle crève avec lui au lieu d'endurer tout ça? Peut-être aurait-il souhaité qu'elle puisse venir le rejoindre, peu importait si c'était au paradis ou en enfer, quelque part où c'était plus doux, sans toute cette pression sur leurs épaules, sans cette continuelle et exténuante obligation de toujours devoir nager pour garder la tête hors de l'eau.

Le pilote parlait de ce truc, d'ailleurs. Sa fille, sa toute petite fille qui se battait dans ses bras. Liv lui chuchotait que ça irait, elle en était même à fredonner une chanson, le coeur au bord des lèvres. Elle se félicitait de ne pas éclater en sanglots à chaque seconde qui passait, parce que putain, son coeur allait exploser de chagrin. Elle sursauta lorsqu'il frappa le volant, ne disant pas un mot, pourtant - comme il le souhaitait. Mais ses soupirs étaient pénibles, et Cendrillon faisait de son mieux pour se concentrer sur sa fille, malgré les larmes qui coulaient sur ses joues.

Respire, juste un peu plus fort. Le pilote se concentrait sur la route, visiblement du même avis que la miss quant à leur destination, et elle se concentrait sur le bébé. Ils étaient une équipe, non? Malgré tout ça, elle espérait sincèrement que oui. May le regardait de profil, regrettant tellement de le voir aussi dégoûté. Il lui ordonnait de s'attacher, laissant présager le type de ballade qui les attendait, avant de le voir se fermer complètement. Comme s'il ne faisait que faire son travail. Et May n'allait certainement pas le lui reprocher, beaucoup trop absorbée par sa propre douleur et par le petit bout d'humain qu'elle avait dans les mains, de toute façon. N'empêche, Starbuck lui défonçait l'âme. « T'aurais jamais dû me suivre. » murmura-t-elle pour elle-même, avant de recommencer à chanter doucement, comme si ça avait le moindre effet sur sa gosse.

Et à vrai dire, elle avait de la difficulté à ne pas s'endormir. Elle avait placé la petite sur sur le ventre, sur sa poitrine, essayant de combattre la lourdeur de ses membres. La voix de la princesse s'était ensuite lentement éteinte, remplacée par sa respiration saccadée. Sa tête était si lourde, sa peine étant comme un boulet qui lui serrait le cou autant que Nate avait pu essayer de le faire. La brûlure à son bas-ventre ne faisait qu'augmenter, d'ailleurs, et encore plus à chaque courbe qu'il prenait. Elle n'osa pas se plaindre - en avait-elle seulement la force - ne souhaitant qu'une seule chose; qu'ils arrivent au Fort à temps, et en un morceau. Peut-être que Nathan y serait aussi, hein? Peut-être qu'il l'attendait là-bas, finalement.

Oui, c'était sûrement ça. C'était sûrement ce qu'elle voyait, maintenant qu'ils semblaient ralentir sur la route. Elle entendait des voix mais n'y voyait rien. Son seul réflexe était de serrer sa fille plus fort, de s'assurer qu'elle restait bien collé contre elle - qu'elle avait assez chaud même si elle-même était congelée. La seule chose qui avait pu lui faire ouvrir les yeux était cette voix familière, cette voix qu'elle pourrait reconnaître entre toutes les autres. « Vicky? Vicky c'est bien toi? » demanda-t-elle en refermant aussitôt les paupières. Elle souriait, rassurée, ne comprenant pas trop ce qu'elle foutait là. Et le plus génial dans tout ça était que si Blanche-neige y était, Nathan ne devait pas être loin. Ils étaient enfin tous ensemble. Tous les quatre, sa petite cocotte en prime.  


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Home we'll go   Home we'll go EmptyJeu 24 Oct 2019 - 23:23
Elle était encore à Agathe avec plein de gus, dont Lucas. Il tirait toujours la tronche depuis la mort de sa nana mais elle réussissait à le dérider maintenant. Ça avait été un travail de longue haleine pour l’empêcher d’attraper le cancer du fun. Encore un peu et il devenait chiant à mourir pour le restant de sa vie. Enfin bref. Une tripotée de charognes s’étaient mis en quête de traverser le pont ce jour là et ils avaient dû faire front pour déglinguer la douzaine de macchabées clandestins. C’était con mais y’avait une sorte de sentiment de satisfaction d’être loin du camp et, pourtant, de leur être utile. Grâce à eux, les petits binoclards à la recherche d’un vaccin ne se ferait pas mordre le derrière. Rien de tel pour une ex-éclopée de savoir qu’elle participait à l’ordre.

La pigiste extirpait la lame courbée de son piolet de la chair molle d’un vorace mort-mort lorsque grésillèrent les talkies que certains d’entre eux portaient à la ceinture. D’après leur vigie sur le toit de l’hôtel : véhicule en approche rapide. Là, ça se corsait. La trentenaire fixa son arme blanche dans son mousqueton et dégainer son beretta. Tous ses collègues l’imitèrent. Le ronronnement du moteur précéda l’engin avant qu’il ne soit en vue et au moment où ce dernier débarqua dans leur champ de vision en ralentissant, les paupières de Victoria s’écarquillèrent.

- Oh shit

Elle reconnaîtrait cette bagnole entre mille. C’était Lance. C’était quoi ? Le retour des American Dicks ? Ou bien il repassait dans le coin pour faire coucou à de vieux copains ? Elle n’imita pas ses comparses qui mettait le bolide maintenant à l’arrêt en joue mais elle approcha en gardant son flingue en main. Il y avait un bruit blanc dans sa tête. Un étrange vide qui l’empêchait de trouver une connerie appropriée pour les saluer en se foutant de leur gueule. Un seul mot se formait dans le nœud de ses méninges : dafuq ?!

- C’quoi, commença-t-elle en se penchant par la fenêtre qui s’ouvrait côté passager, v’z’êtes per-

Victoria s’interrompit en s’apercevant de l’état de May. Blanche comme une morte, tachée de sang, une forme difficilement identifiable dans les bras. dafuq ?!!!!!! Ce fut au tour de la pigiste de blémir. Qu’est-ce qu’il avait foutu ces cons ? Elle les abandonnait deux mois et c’était le bordel ? Son regard s’appesantît sur Cendrillon qui lui parlait sans vraiment être de leur monde. Au lieu d’y répondre, elle grommela un "putain de merde" et se redressa pour faire signe aux autres d’ouvrir la barrière. Si c’était qu’eux, elle voulait bien plaider leur cause…
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Home we'll go   Home we'll go Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Home we'll go -
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: