The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- And who are you ? -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eden P. St John
Eden P. St John
Fiche de personnage
Survit depuis le : 09/03/2019
Messages : 69
Age IRL : 26
MessageSujet: And who are you ?    And who are you ?  EmptyMar 25 Juin 2019 - 22:47
Quand l’automne est là, c’est là que tous les derniers préparatifs pour l’hiver doivent arriver à leurs termes. Le soleil traversent les minces feuilles marrons et oranges. D’autre ont déjà perdu leur chair, et ne garde que le dessins sinueux des nervures de feuilles. Le spectacle était magnifique. Les sorties d’Eden étaient donc plus longues. Le temps était doux, peut être un peu plus frais que d’habitude, mais elle ne regrettait jamais de rajouter une couche de vêtements au fur et à mesure que les mois passent. La jeune femme avait appris tellement de choses en l’espace de ces quelques années. La vie en fonction des saisons avaient quelque chose de constant, c’était peut être l’élément stable qui rendait la chose plus simple à avaler. Comme beaucoup s’adapter au nouveau monde avait été un long apprentissage. La forêt était devenue la source de nourriture primaire des enfants et de leur mère, entre châtaignes, glands, mures et autres fruits d’automne. Eden ne se privait pas de ramasser et cueillir tout ce qui lui passait sous la main, et tout ce qu’elle connaissait comme étant comestible. Elle connaissait désormais l’emplacement des arbres, les marquants d’un signe coréen pour se souvenir des particularités fruitières de certains. La vie dans ce monde n’était pas de tout repos, mais elle cherchait tout de même à en apprécier les quelques instants de répits, et la récolte sous les arbres, elle l’appréciait énormément, un processus qu’elle avait appris à aimer et qui désormais agissait comme un havre de paix, de calme dans ce monde où les hurlements et les morbides râles étaient son quotidien. Ses enfants devaient l’attendre patiemment non loin de là. D’habitudes, elle les prenait avec elle pour leur apprendre, leur montrer ce qui était possible de garder, de manger, mais cette fois ci encore, elle avait préféré laissé Adriel à sa sieste le temps pour elle de s’activer.

Elle n’aurait jamais cru un jour devenir ce genre de femme. Un écho de temps anciens où leur ancêtre vivaient de ce que voulait bien leur mettre à disposition la terre. Le temps était clément, elle irait donc vérifier vérifier les pièges à poissons et à lapins qu’elle avait disposer un peu de partout. Elle devait remercier ses antécédents de médecin pour la rapidité avec laquelle elle avait réussit à apprendre à dépecer aussi bien un poisson qu’un lapin. Pour ce qui est des gibier plus gros, la chose était assez rare pour qu’elle soit tout, de même, bien moins à l’aise dans l’exercice. Si la journée avait été fructueuse pour ce qui était de la récolte des mures de ronces, et des cassis, des baies d’Arbouses accompagnés de champignons, de châtaignes, de glands et de marrons, elle ne pouvait pas en dire la même chose pour les pièges. Même si elle ne crachait pas sur une truite arc-en-ciel, qui même maigre était bienvenue. Tout était précautionneusement emballé dans différentes boites, différents torchons, elle se remit vite en route pour retrouver sa cabine, elle était déjà partie depuis deux heures mine de rien, et son fils devait déjà être réveillé.

Il ne lui fallu que peu de temps pour attendre les aboiements de Stella, leur chienne, qui agissait comme une véritable alarme et qui à force risquait de rameuter toute une horde, elle devait faire vite. La peur lui monta comme une mauvaise idée, comme une gangrène au fond de l’estomac qui noircissait, et noircissait encore. La peur puis l’instinct animal, primaire, terrible, alors que ses yeux tout au long de ses deux heures avaient porté la douceur et le calme, il était redevenu froid, et dur. Plus proche d’une louve protectrice dans ses bois que n’importe qui. La porte était ouverte et déjà, sa main attrapa son arme à feu, enleva le cran de sécurité du fusil de chasse, elle entra, ne trouvant pas ses enfants mais bien une voix, une voix d’homme et les grognements de Stella, qui devait montrer les dents pour protéger Adriel et Poppy, qui elle l’espérait avait entendu le bruit à temps et s’était caché, comme leur mère leur avait montré, dans l’énorme coffre à jouer. Mais à en croire les voix il n’en était rien, et le sang d’Eden n’eut pas le temps de faire un tour que déjà, une colère sourde, froide. Elle n’aurait aucun scrupule à faire exploser la cervelle de l’intrus devant ses enfants, qu’il ne se méprenne pas. Ils apprendraient quelque chose, et réagirait plus vite la prochaine fois. Dur. Elle gardait une distance, assurant qu’il ne pourrait pas la désarmer, gardant un oeil sur les deux enfants dont les petites étaient nouées l’une à l’autre et celle libre s’était agrippée au poil de l’animal.

« J’’espère que vous vous êtes perdu. Et que vous allez oubliez ce que vous avez vu aujourd’hui, sinon, je n’ai aucun problème à les traumatiser avec l’éclat de votre cervelle ? »


to disappear completely
Strobe lights and blown speakers, fireworks and hurricanes. I'm not here, this isn't happening, I'm not here, I'm not here


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Jack Ross
Administratrice
Trader
Jack Ross
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Tomahawk, fusil de chasse, revolver 6 coups.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/06/2019
Messages : 490
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: And who are you ?    And who are you ?  EmptyMer 26 Juin 2019 - 12:53
Oh shit…

Ça c’est du gros chien où j’m’y connais pas.

J’me fige comme une biche dans les phares d’un camion, l’air totalement idiot d’celui qui s’fait surprendre sur le fait. J’suis le voleur qui cambriole un flic là, sans gants et en crachant parterre presque. Ma main s’est prise sur du barbelé et goute le long d’mon bras levé. Quel con putain ! Le chien grogne, il a le regard clairement menaçant, et si j’sais pas encore c’qu’il protège, j’sens de toute façon que je suis pas le bien venu ici. J’ai deux solutions : prendre le risque d’me faire bouffer le cul, ou alors le descendre. Mais flinguer un clébard, ça donne toujours un peu des scrupules.

Shhhh tais-toi, aboie pas, aboi- Et woof.

Bah tiens. C’est pas du petit woof, attention. Non non, c’est le genre qui résonne dans ton estomac si fort qu’ça t’en donnerait la courante. Charmant hein. Du coup, j’sursaute en même temps, ma main s’portant à mon arme sans la sortir pour l’instant. J’y vais lentement, très lentement. Meika serait pas fière de moi, mais quoi ? On chasse le naturel, il revient au galop, pas vrai ?

C’est là où les choses se gâtent. D’une cachette que j’vois pas, deux bambins sortent pour s’tenir à l’animal. Et j’suis tellement choqué par la scène que j’ai l’air d’un véritable con. Ils sont sur le point de pleurer – j’veux dire que j’ai jamais été un bon père mais j’sais reconnaitre une face comme celle-ci quand j’en vois une. Et clairement, j’pensais que le coup du chien était déjà coton, mais ça peut toujours être pire, Jack !

D’où viennent ces enfants ?! J’regarde autour de moi, comme si la réponse allait apparaitre sur les murs. Mais au premier reniflement d’un des marmots, j’ravale mon anxiété. Ils sont sans doute plus flippés que moi là. Alors tant pis pour le clebs. J’laisse mon arme à sa place, et j’présente mes paumes pour qu’ils voient que si j’suis peut-être un salop, pas à ce point : Ayez pas peur, j’vais pas vous faire de mal, ok ?

Ça rassure rien. Un autre aboiement. J’crois que j’ai jamais eu aussi peu le contrôle dans ma vie.
Et la situation est pas prête de s’arranger, putain…

Ah, voilà maman ours. Et maman ours est armé. Fuck me. J’serre la mâchoire et son invective pose le ton. Wah, une chance de me tirer d’ici sans peine ? J’aurais jamais l’temps d’attraper mon arme sans m’faire tirer dans le caisson, et j’aurais jamais d’prise avec cette main en vrac. Ouais, j’ai vu de la lumière et… Elle lève un peu plus son arme pour m’demander sans doute de pas la ramener. Ok, compris ! Joking ! J’me défends comme je peux, elle va retapisser la maison avec mes entrailles à ce rythme. J’pensais que c’était abandonné, que j’pourrais récupérer des pièges et des ressources, pas qu’il y avait vos mômes ici !

Et il est où Jarod quand j’ai besoin d’lui en fait ? Putain…



I aint a doubter. But I am a questioner. - What's the difference? - Well, I think the questioner wants the truth. The doubter wants to be told there aint no such thing..

Revenir en haut Aller en bas  
Eden P. St John
Eden P. St John
Fiche de personnage
Survit depuis le : 09/03/2019
Messages : 69
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: And who are you ?    And who are you ?  EmptyLun 1 Juil 2019 - 22:28
Son regard virait de l’individu à ses enfants. Premier intrus depuis qu’ils avaient investit les lieux il y a de cela près de deux ans. La forêt avait été leur sanctuaire, un petit havre de paix et de stabilité pour cette mère qui portait sur ses épaules le poids de fournir vie, confort, nourriture, ressource à sa petite famille. Aujourd’hui, ce qu’elle redoutait le plus venait de se produire, une intrusion quand elle n’était pas présente et cela juste avant l’hiver. Elle aurait du se douter qu’avec le temps qui passait, certains survivants s’éloigneraient des sources de ressources vues et revues pour emprunter les sentiers battus. Eden pensait pourtant que la cabine était assez isolée, assez protégée pour cela. Mais il ne fallait pas sous estimer un survivant, c’est bien pour cela qu’elle ne baissait pas son arme.  Il pouvait bien essayer de parlementer son chemin en dehors du viseur du fusil de chasse d’Eden. Elle fulminait. Une colère sourde, froide contre elle et cette erreur qu’elle estimait comme inacceptable, une personne inconnue aujourd’hui venait de découvrir l’existence de ses enfants.

Il semblait prendre cela à la légère, à la rigolade même. Un mécanisme de défense peut être, mais elle était convaincue que ce genre de trait d’esprit ne pouvait pas plaire à tout le monde et qu’il ne pourrait pas se sortir de cette situation en jouant les clowns ou les troubadours. La trentenaire restait silencieuse. D’un mouvement lent, elle tourna autour de l’homme pour se rapprocher des enfants et de la chienne, qui très vite transféraient leur main du chien au long pull de leur de mère, qui les regarda avec un air sévère. Ils ravalèrent leurs larmes et chacun de deux petits visage s’abaissait, alors que la chienne faisait désormais barrage entre la famille et l’intrus. Un regard sévère oui, parce qu’ils n’avaient pas respecter la règle, ils lui avaient désobéi. Aucun des deux n’avaient le droit de se montrer quand ils entendaient du bruit en bas, c’était seulement lorsqu’Eden leur faisait un signal qu’il pouvait descendre, ou sortir de leur cachette. Mais aujourd’hui, il n’en était rien. La jeune femme avait toujours mis un point d‘honneur à être ferme avec les règles de la maison, et surtout dans le cas présent d’une intrusion.  « Vous n’avez rien à faire ici. » vociféra t-elle. L’avait il suivi depuis No Man’s Land ? Mais le visage de l’homme ne lui disait rien. Et elle se souvenait de tous les visages qu’elle avait rencontré, et de toute les routes qu’elle pouvait emprunter. Son cerveau tournait à toute allure, cherchant une explication rationnelle à ce qui pouvait tout simplement être de les aléa d’une suite de coïncidence qui avait mis l’inconnu sur le chemin de la cabine de la petite famille St John.

La maison d’extérieure pouvait sembler abandonnée. Elle l’admettait, mais l’intérieur était propre, rangé, avec plusieurs collections de bocaux, pots fermés, réutilisé en tout genre, paniers, torchons dans lesquels se trouvaient toute sorte de mixtures, de denrées, pour la plupart extrêmement basique comme de la farine, de l’avoine, du blé sec, beaucoup de céréales, sucres, huile et la liste pouvaient encore être très longue.  « Vous devez vous croire drôle. » Elle ne le reconnaissait pas, ce qui ne la rassurait pas. S’il s’agissait d’un type paumé de No Man’s Land, elle pourrait toujours lui raconter, elle ne savait quoi pour le faire partir et assurer son silence… Une chose qu’elle préférait éviter. Peu, voire personne ne connaissait l’existence de Poppy et Adriel, et elle préférait que les choses restent ainsi. Eden n’avait aucun mal à abandonner, guider quelqu’un vers une mort certaine s’il s’agissait de garder ses enfants sains et saufs.

«  Comment avez vous trouvé cet endroit ? » Il fallait qu'elle sache. S'il l'avait suivit, si d'autre venait à arriver. Elle devait savoir à tout prix. Car l'hiver arrive, et Eden n'est pas du genre à parier sur sa survie. Mais bien à l'assurer.


to disappear completely
Strobe lights and blown speakers, fireworks and hurricanes. I'm not here, this isn't happening, I'm not here, I'm not here


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Jack Ross
Administratrice
Trader
Jack Ross
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Tomahawk, fusil de chasse, revolver 6 coups.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/06/2019
Messages : 490
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: And who are you ?    And who are you ?  EmptyLun 15 Juil 2019 - 12:17
Ok, j’veux bien lui accorder ça : c’est vrai que je me crois drôle. Mais elle veut quoi de plus ? Quand on a le canon d’un flingue braqué sur soi, on fait ce qu’on peut pour ne pas se faire flinguer sans procès. Et ouais, l’idée de voir ma cervelle retapisser le sol ne m’enthousiasme absolument pas. Alors, quand je stresse, je dis des conneries, ça me permet de décompresser un peu, de reprendre la main, même si à l’évidence c’est pas tellement effectif actuellement. Et sa remarque me fait un peu l’effet d’une douche froide en plein hiver, autant dire que ça calme très rapidement.

Je déglutis péniblement, tentant bon gré mal gré de maitriser ce que je peux maitriser. Inutile d’essayer de porter ma main à ma ceinture, elle me flinguera avant que j’ai fait le moindre mouvement dans cette direction. Quand au reste… En fait, je crois qu’il vaut mieux que je fasse un très beau méa culpa si je veux partir sans me faire emmerder. Mais comment je m’y prends ?

Alors, sa dernière question, elle me donne l’impression d’un bain de glaçons pour sa part. Maman Ours déconne visiblement pas du tout avec sa progéniture – ce que je peux comprendre. Je parlerais pas d’instinct maternel, parce que sinon une horde de féministe enragée risque de me tomber sur le coin de la poire, et je préfère encore me faire flinguer que subir ça. C’est juste qu’ici, c’est son territoire, et je suis l’intrus. C’était quand même plus sympa lorsque la vieille m’avait laissé lui tenir compagnie : un peu effrayée au début, mais pas farouche ensuite en comprenant que je lui ferais aucun mal. Mais pour qu’elle comprenne, va falloir que je m’y prenne autrement :

J’suis… Putain, par quoi je commence ? J’suis chasseur, ok ? Je remontais la piste d’un gibier, et j’suis tombée sur cette barraque. J’ai regardé de l’extérieur, y’avait pas l’air d’avoir de signes de vie…

Ce qui est à peu près vrai, à ceci près que j’étais surtout dans une errance sans trouver grand-chose. Mes collets sont vides, mes prises pas folles, c’est plutôt la dèche de ce côté-là vu que la majorité commence à juste se faire des stocks pour hiberner. Déloger un lapin ou un lièvre, c’est pas toujours hyper facile, on va pas se le cacher.

J’pensais vraiment que c’était abandonné, c’est en rentrant que j’ai compris que c’était pas le cas ! Je cherche à nouveau dans son regard un peu de compassion, ou au moins quelque chose qui dit qu’elle me croit. Tu sais quoi ? Je serais ressorti direct si j’avais pu, j’aurais même pas cherché à comprendre mais t’es arrivée entre temps…!

Bon, là comme ça, on dirait que je lui reproche d’être chez elle, mais c’est pas mon but hein ! J’veux juste vraiment pas me faire tuer, elle peut comprendre que ça aide pas à argumenter et à défendre sa cause d’être en joue d’une bonne femme bien décidée à pas se laisser marcher dessus.



I aint a doubter. But I am a questioner. - What's the difference? - Well, I think the questioner wants the truth. The doubter wants to be told there aint no such thing..

Revenir en haut Aller en bas  
Eden P. St John
Eden P. St John
Fiche de personnage
Survit depuis le : 09/03/2019
Messages : 69
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: And who are you ?    And who are you ?  EmptyLun 15 Juil 2019 - 22:27
Eden le regarde suspicieuse et dubitative. Il n’était pas en effet impossible qu’un chasseur puisse chercher sa proie dans les bois désormais sauvage de Seward Park. La cabine était tout de même assez isolée pour que les chances de tomber dessus soit mince. Ce genre d’intrusion était une des raisons pour lesquelles Eden se demandait s’il n’était pas prudent pour elle et ses enfants de trouver une maison, ou un corps de ferme bien isolée ou personne ne pourrait venir les déranger, ou dans le pire des cas chercher à leur voler le fruit de plusieurs mois, plusieurs années de survie. La jeune mère savait parfaitement qu’aujourd’hui le pire ennemi n’était pas forcément l’infecté et son manque évident de réflexe cognitif. Mais plutôt l’homme, l’humain, celui qui peut tuer pour un morceau de pain et dans le cas actuel s’approcher un peu trop de ses enfants à son gout. Eden se retrouvait face à un choix cornélien dont elle ne trouvait pas la solution. c’était bien simple, elle n’était pas à l’aise à l’idée de savoir qu’un homme, un étranger, qu’elle n’avait jamais vu soit au courant de l’existence de ses enfants et ainsi pourquoi avoir un poids sur elle. Deuxièmement, il état possiblement capable de trouver la cabine une seconde fois, et cette idée, lui plaisait encore moins.

Elle avait appris à vivre de la nature, pêche, piège, chasse parfois à moindre mesure, et des maisons vides. Elle ne volait, ni ne pillait dans la mesure du possible. Elle calculait les risques d’un tels comportement, et on ne récolte que ce que l’on sème dans ce genre de cas. Elle le regarde, longuement. Il pensait que c’était abandonné. Il avouait de tout de même à demi mot, qu'il se serait servit si elle n'était pas arriver pour mettre un terme à ce comportement. L'idée même de ne pas être arrivée à temps lui était insupportable. « Donc si je n’étais pas arrivée, vous vous seriez servi. C’est bien ça ?  » Et Eden ne supportait pas vraiment cette idée. Elle le toisait, et ne baissait pas sa garde. « Plutôt désolé d’être pris la main dans la sac j’ai l’impression. » C’était bien sa veine de tomber sur ce genre de type. Il lui semblait bien être le genre qui bien avant la fin des temps était du genre inventif et créatif pour sa vie de tous les jours. Et avait donc été inventif et créatif pour sa survie.

Elle ordonna à ses deux enfants, et surtout à Poppy de remonter les petits escaliers de la pièce à vivre pour remonter dans la mezzanine dans un coréen dur et qui n’annonçait rien qui vaille une fois qu’elle se serait débarrasser de l’intrus d’une manière ou d’une autre. Elle le regardait en joue, pendant que le reste de la famille avec la chienne monte. « Je n’ai pas envie d’argumenter avec vous. Je ne vous connais pas. Qu’est ce qui pourrait m’assurer que vous ne remettrez jamais les pieds ici et que vous oublierez même jusqu’à l’existence de cet endroit ?  » Le regard était dur et Eden n’hésiterait pas une seconde à tirer. Sa prise ne main de son arme était assurée, elle ne tremblait pas. Elle n’était jamais plus concentrée que lorsqu’elle devait défendre sa famille. Si les réponses du type en question ne lui plaisait pas, elle lui mettrait une balle dans la tête et leur négociations se terminait ainsi. On ne jouait pas avec Eden et ses enfants et on ne faisait pas le clowns. Elle avait perdu son humour depuis plus de trois ans maintenant.


to disappear completely
Strobe lights and blown speakers, fireworks and hurricanes. I'm not here, this isn't happening, I'm not here, I'm not here


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Jack Ross
Administratrice
Trader
Jack Ross
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Tomahawk, fusil de chasse, revolver 6 coups.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/06/2019
Messages : 490
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: And who are you ?    And who are you ?  EmptySam 20 Juil 2019 - 17:45
Quoi ?! Bordel, cette bonne femme est en train de me faire flipper sévère. Sa réaction, sa déduction en tout cas, me laisse comme un abruti à la regarder avec de gros yeux. Elle est froide, sèche, elle m’aime pas et je peux tout à faire la comprendre. De là à me sortir ça après mes explications, j’ai un peu de mal à me dire que j’ai autant merdé en rentrant ici. Mais le canon toujours rivé sur moi est comme la certitude que ça va pas aller en s’arrangeant. Comment je peux ne pas réussir à arrondir les angles ? J’fais des efforts pourtant, ma vieille trogne devrait faire de l’effet ! Et même pas, c’est même tout l’inverse. A croire que je suis catalogué psychopathe de l’année : Je viens de dire exactement tout l’inverse, je parle quoi, chinois ?!

Bon, la réplique raciste, c’était peut-être pas nécessaire, mais elle me fait perdre mes moyens. Mon air affolé doit parler pour moi actuellement, comme si je pouvais espérer que ça sauve quelque chose. Et maintenant que les gamins sont plus là pour faire « tampons » - même si je doute qu’elle en ait quelque chose à faire de les traumatiser – ça pue encore plus pour moi. Comment dire… je sens que ça va pas être de la tarte.

Je donne l’impression d’être autant un sale type ? C’est une vraie question, j’essaye de comprendre. Un voleur peut-être, mais j’vais pas voler des gosses à peine capable de parler, j’suis pas un monstre !

Je suis à deux doigts de lui demander ce qui tourne pas rond chez elle pour penser ça. Le pire dans tout ça, c’est que si j’étais tombé sur eux abandonné ici, j’aurais jamais pu les laisser simplement là, tout seul. J’aurais… Connement veillé à ce qu’ils aient à manger, qu’on rentrera bien pour eux. Le chien a pas trop laissé l’occasion qu’on en discute – et je suis pas persuadé qu’ils sachent parler de toute façon. Maman ours est arrivée entre temps, de très mauvais poil, et son comportement plus froid encore laisse entendre que ça va pas être facile :

Ma parole vaut probablement rien à tes yeux, j’peux tout à fait le comprendre… J’peux te le promettre, t’assurer que tu auras la paix. Mais qu’est-ce qu’elle en a à foutre de ma promesse : Ta piaule est pas simple à trouver, j’ai réussi que parce que j’ai eu un coup de « chance » et que je suis bon pisteur…

Mais sinon quoi ? Qu’est-ce que j’ai à lui proposer en échange de ma vie ? Qu’est-ce qu’elle veut surtout ?

J’sais pas ce que vaut une vie d’un inconnu à tes yeux, probablement pas grand-chose. Cette balle, tu pourrais en avoir besoin, plus tard, et ça sera dommage de la gâcher. J’me pince les lèvres, j’essaie de relativiser un peu. Je te l’ai dit. Je me serais tiré sans rien prendre si les choses s’étaient goupillées autrement. Parce que ces pièges sont là pour tes gosses, ils sont importants.

C’est tout ce que je résume. Je fais glisser mon sac sur le sol, le balance au pied de la brune dans un mouvement lent et franc.

Sers-toi la dedans en échange de ma vie. Prend ce que tu veux. Mes prises du jour si ça t’intéresse. Elles sont fraîches, tu pourras les préparer et si tu sais faire, garder les peaux.



I aint a doubter. But I am a questioner. - What's the difference? - Well, I think the questioner wants the truth. The doubter wants to be told there aint no such thing..

Revenir en haut Aller en bas  
Eden P. St John
Eden P. St John
Fiche de personnage
Survit depuis le : 09/03/2019
Messages : 69
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: And who are you ?    And who are you ?  EmptyJeu 1 Aoû 2019 - 22:43
Le laisser en vie ? le descendre ici et maintenant ? La seule chose qui l’en empêchait actuellement c’était qu’elle était trop fatiguée pour traîner un poids mort de la corpulence d’un homme qu’elle estimait en bonne santé. C’était bien le genre d’activité qui risquait de lui pourrir toute sa journée et pomper toute son énergie, et elle était bien trop du genre femme occupée, et femme pressée pour devoir se rajouter une nouvelle tâche comme celle de s’occuper d’un cadavre. Elle pouvait s’occuper des infectés, mais tuer des humains sains avait cette fâcheuse manie de l’énerver cordialement. C’était assez rare pour que cela l’agace et la travaille ensuite. Eden n’avait pas de temps pour cela. Seulement, si la raison de la survie de l’homme en question était sa paresse … Il ne lui restait que peu de temps avant que la balle ne se loge dans la tête de l’intrus. L’adage « au mauvais endroit au mauvais moment » n’avait jamais pris autant de sens que maintenant pour lui. Il semblait pourtant, et sans surprise, chercher à se défaire de cette sale situation dans laquelle il s’était empêtré.

Elle le regarde longuement. Il fallait essayer de la comprendre et de se mettre à sa place. Mais en réalité, dans sa manière de penser, elle ne faisait qu’exercer son droit le plus sacré à protéger sa famille contre vent, marré et estomac affamé assez zélé pour entrer par effraction chez elle et découvrir l’existence de ses enfants. C’était beaucoup d’informations. Elle n’était pas inhumaine, elle était simplement incapable de faire preuve de beaucoup de discernement concernant ses enfants. Une mère dans ce monde était peu être une des créatures les plus dangereuses ou les plus déprimées. Elle avait soit perdues ce qui l’avait rendue mère, soit continuait à protégé ce qui l’a rendait encore mère, et peut être encore humaine. Eden n’osait pas imaginer le monstre qu’elle pouvait devenir si elle venait à perdre ses enfants. « Des monstres il y en a partout. Je n’ai pas à prendre votre parole comme argent content. » lui répondit-elle du tac au tac. Pourquoi devrait-elle le croire ? Ne serait-ce pas le genre de phrase que n’importe quel sale type pourrait sortir histoire de s’extirper d’un situation épineuse. Il avait certainement les arguments qu’il fallait. Les munitions se faisaient rare et elle n’était pas spécialement très douée pour tirer à l’arc. Une chose qui demandait patience, rigueur et temps, et c’était bien le troisième dont elle venait à manquer les deux tiers du temps.

Peut être aurait-il plus de chance concernant ce qu’il avait dans son sac. Elle leva le menton pour y regarder ce qui pouvait s’y trouver. Eden n’étudiait toujours la possibilité de vivres, elle estimait que le luxe d'en refuser n’était donné à personne et celui qui se l’octroyait devait avoir une sacré bonne raison, ou simplement un pet au casque. Ce qui dans le cas second, n’avait rien de joyeux comme perpective d’avenir.  La jeune femme le regarde longuement, et reste silencieuse, et réfléchissait à la suite de évènements. Ele ne pouvait pas se permettre de laisser quelqu’un partir dans la nature avec les informations qu’il disposait sur sa famille. Certes, la cabine était difficile à trouver, mais comme il le disait lui même il était bon pisteur. Elle préférait autant avoir de bons termes avec les gens à défaut d’être polie, au moins rester … cordiale, et elle qui déplorait il n’y a pas si longtemps le manque de viandes dans leur régime, elle se devait de poser le pour et le contre d’accepter la proposition de l’inconnu. « Faisons un échange. Vous oubliez cet endroit, et je vous prends de la viande. » commença t-elle. « Êtes vous un aussi bon chasseur que cela ? » l’interrogea t-elle ? «Soyez honnête. »


to disappear completely
Strobe lights and blown speakers, fireworks and hurricanes. I'm not here, this isn't happening, I'm not here, I'm not here


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: And who are you ?    And who are you ?  Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- And who are you ? -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: