The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- To the bone -
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dana L. Costello
The Exiles
Dana L. Costello
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une hachette, Beretta M9 Parabellum, 1 chargeur de 9mm
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 06/06/2019
Messages : 128
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: To the bone   To the bone - Page 2 EmptyJeu 27 Juin 2019 - 14:07

C'est con quand même. Mais j'peux pas m'en empêcher. En fait non seulement j'arrive pas à croire que ce qui est en train de se passer est vrai, mais en plus je peux pas m'empêcher de repenser à tout ce qui s'est passé depuis que j'ai perdu la trace de Yulia. Et bordel je m'en veux. Et pas qu'un peu! Je me dis que j'aurais pu faire les choses autrement. Je me dis que j'aurais dû faire en sorte de mieux la chercher. De pas mettre la survie des deux autres clampins qui étaient avec moi pour plutôt me concentrer sur elle. Parce que dans le fond, ça a toujours été comme ça. Elle et personne d'autre. Enfin, c'est ce que je dis. Je sais pas si j'aurais été capable de vraiment les envoyer balader pour aller suivre mon instinct.

J'aimerais bien pouvoir revenir en arrière et effacer tout ce temps qu'on a dû passer éloignées l'une de l'autre. Mais en même temps, je sais que c'est pas possible. A moins que quelqu'un ait encore une DoLorean en état de marche et qu'il ait une tronche de savant-fou avec un gosse qui lui colle au cul comme la puanteur à un cadavre. Enfin j'pense pas. Sinon, il aurait déjà fait en sorte que le monde entier ne finisse pas dans la merde dans laquelle on est aujourd'hui non? Quoi que. Bref.

Heureusement que la voix de Yulia me tire de mes pensées, parce que là je sais que j'étais en train de partir beaucoup trop loin. Je cligne quelques fois des yeux et reporte mon attention sur la petite brune, prenant une longue inspiration. Ce qu'il s'est passé? Oh, trois fois rien. Juste une bande de tarés fanatiques et sectaires qui avaient des passe-temps un peu trop particuliers. Je sais pas vraiment si je dois lui donner une version édulcorée ou bien lui dire toute la vérité. En même temps, je sais qu'elle pourra l'entendre. Sauf que quand j'ouvre la bouche pour commencer à lui raconter le tout, je l'entends me dire qu'elle a un abri. Que je vais rentrer avec elle. Qu'il est hors de question que je reste dehors et qu'elle me laissera plus jamais.

« J'suis seule. Y'a personne qui m'accompagne. » que j'lâche de but en blanc. Je vais pas m'inventer des compagnons si j'en ai pas. Ou plutôt, j'en ai plus. Je me passe une main dans les cheveux et regarde ailleurs quelques instants avant de reporter mon attention sur Yulia. « Après qu'on se soit perdues de vue, je t'ai cherché pendant des semaines. C'est Juan qui m'avait entraînée hors du hangar quand on se battait contre la horde. J'ai failli le tuer sur le coup. Quand je suis revenue t'étais plus là. Ensuite on est partis vers l'est, sans que j'arrête de te chercher. J'savais pas où tu pouvais être. Et on est tombés, avec Juan et Liana, sur un groupe de survivants. Ils ont joué les bons samaritains d'abord et ensuite nous ont fait prisonniers parce qu'on voulait pas suivre leur espèce de culte bizarre pour leur chef. J'ai été la première à être faite prisonnière parce que tu m'connais, j'sais pas fermer ma gueule. Les autres ont suivi quelques mois après. Ils jouaient avec nous. On était leur soirée cinoche du vendredi soir. » Un soupir m'échappe et j'attrape mon haut pour le soulever au niveau de mes côtes et montrer à Yulia la brûlure à l'acide dont j'ai écopé pendant un "combat à armes égales". Ouais, mes poings contre de l'acide, franchement super. Je sais que ça lui plaira pas de voir ça, mais je préfère lui montrer moi-même plutôt qu'elle ne le découvre par hasard.

Je me passe une main dans les cheveux et laisse mon haut retomber et cacher ma cicatrice, reprenant mon explication sans attendre plus longtemps. « On a survécu quand même, par chance ils nous donnaient quand même à manger et à boire de temps en temps. Mais ensuite y'a eu une espèce de rébellion, au bout de huit ou neuf mois je crois, et leur camp a été dévasté parce que ces cons se tiraient dessus et ont rameuté une horde. On a essayé d'en profiter pour se tirer du coup. Mais j'suis la seule à être sortie. Juan s'est fait bouffer. Et Liana s'est pris une balle entre les yeux à ma place. Donc j'ai continué seule. J'ai recommencé à te chercher. C'était le seul truc qui me donnait envie de continuer de lutter. » Ouais, ça doit lui faire bizarre de m'entendre presque avouer que j'avais l'intention de baisser les bras. Me raclant la gorge, j'inspire encore une fois un grand coup avant d'afficher un sourire en regardant Yulia dans les yeux. « Mais comme tu viens de le dire, on se quitte plus. J'vais te suivre et pauvre de toi tu m'auras de nouveau sur le dos tout le temps... T'es bien sure de vouloir ça? » que j'lui dis avec une pointe d'humour à la fin, m'arrachant même un petit rire amusé. J'arrive pas à me souvenir de quand est-ce que ça m'est arrivé pour la dernière fois. Sourire. Plaisanter. Rire. Franchement, ça fait bizarre. Mais ça fait du bien.



Some people long for a life that is simple and planned, Tied with a ribbon. Some people won't sail the sea 'cause they're safer on land, To follow what's written. But I'd follow you to the great unknown, Off to a world we call our own ♛by wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 1750
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: To the bone   To the bone - Page 2 EmptyVen 28 Juin 2019 - 13:49
Elle me raconte tout, en omettant probablement des détails. C’est comme encore frais en elle, violent aussi. J’peux pas comprendre tout ce qu’elle a subi ces derniers mois, j’pourrais jamais. Mais comme elle pourra jamais saisir toute l’ampleur des dégâts qu’ça a été pour moi, ici comme ailleurs. L’ironie dans tout ça, c’est que les retrouvailles avec Jimmy auront niché en moi le désespoir de trouver un trouver un jour quelqu’un qui vaudrait la peine, pour finalement retomber sur elle aujourd’hui.

Mais une Dana vaudra bien mille anonymes. C’est peut-être que le karma m’est redevable désormais, de c’que j’ai traversé, de ce qu’il m’a fait payé sans raison. Sans Roza pour garder ce qui doit l’être, sans Eddy pour panser mes douleurs, il fallait qu’il me la rende à un moment, sinon quoi je virais totalement timbrer. Et c’est pas qu’une question d’estime : j’en ai pour Neil malgré nos disputes, pour Raina malgré nos silences, mais ça sera jamais ce que Dana a pour elle. C’est nous, en fait, c’est comme ça que ça se résume.

C’est une partie d’moi que je retrouve, une partie que je n’peux plus perdre. J’ai l’impression que le vide se comble, pas totalement, mais ça fait illusion pour me redonner un peu d’espoir. C’est tout ce que je demandais en fait. Une raison pour avancer et m’en sortir.

Tu es seule depuis combien de temps ? Que je demande à la fin, sans remettre en cause son vécu, sans l’interroger. C’est suffisamment douloureux comme ça, éreintant aussi. Je refuse qu’elle le revive, je suis là désormais pour lui éviter ça.

Elle sera plus la seule à pouvoir me protéger. J’ai appris à le faire à sa disparition, et j’aurais la force de le faire pour deux maintenant qu’elle est rentrée, qu’elle est de nouveau à mes côtés. Alors sa question, elle m’arrache même pas un sourire, je la prends trop au sérieux :

J’ai aucun doute là-dessus, aucun. C’est une confirmation qui souffre d’aucun refus, je suis pas en train de négocier avec elle. Peut-être qu’on a changé toutes les deux ces dernières années, et y’a même pas de doute à avoir à ce sujet : oui, on a changé. Mais quoi ? Je peux pas la perdre une seconde fois, je survivrais pas à ça : C’est toi et moi contre le reste du monde, Dana.

C’est comme ça.
Y’aura rien pour m’empêcher de la garder jusqu’à la fin de mes jours, et si ça doit arriver demain bah merde, j’aurais au moins eu la chance d’en profiter. Je penserais pas à Roza, à Jimmy, à Markus, à Raina. Pas avant plusieurs jours. Pas avant de revenir sur terre, enfin, de descendre de ce petit nuage qui m’empêche de lâcher la main de ma sœur :

Mais que le reste du monde prenne garde quand même.

Et plutôt deux fois qu’une.



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Dana L. Costello
The Exiles
Dana L. Costello
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une hachette, Beretta M9 Parabellum, 1 chargeur de 9mm
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 06/06/2019
Messages : 128
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: To the bone   To the bone - Page 2 EmptyLun 5 Aoû 2019 - 9:15

Je crois que parmi les nombreuses expressions que j'avais jamais compris par le passé, celle que je comprenais le moins c'était "le hasard fait bien les choses". Comme si j'avais pu avoir la moindre preuve que c'était le cas avant aujourd'hui. Quand est-ce que j'aurais pu croire que c'était vrai? Quand j'ai retrouvé le cadavre de mon frère ainé dans une ruelle après une overdose? Quand notre si merveilleux monde -en toute ironie- a décidé de devenir un véritable enfer sur Terre? Quand je me suis retrouvée séparée de la seule personne qui comptait pour moi à cause d'une horde de revenants? Ou bien encore quand j'ai été faite prisonnière d'un groupe de survivants avec du fromage blanc à la place du cerveau? Non franchement, j'avais jamais eu de raison de croire que le hasard pouvait vraiment bien faire les choses. Enfin, ça c'était avant aujourd'hui. Quelles étaient les probabilités pour que l'on se retrouve? Et surtout dans ces conditions là. Je dois dire que c'était pas vraiment de cette façon là que j'avais imaginé nos retrouvailles. Peut-être parce que j'arrivais pas à les imaginer, aussi.

Tout ça, ça a l'air tellement irréel. J'ai l'impression qu'on est dans une sorte de petite bulle hyper fragile et que le moindre truc pourrait tout faire disparaître. Un peu comme si j'étais en train de rêver. En toute sincérité, je crois que ça me ressemblerait bien de commencer à perdre la tête et avoir des hallucinations. Seulement y'a un truc qui m'empêche d'être persuadée que j'invente tout ça. Sa façon de me tenir la main. De la serrer entre ses doigts. La chaleur qui se propage dans tout mon corps et semble redonner une raison de battre à mon coeur. Un peu comme si on redonnait enfin de l'essence à un moteur qui tourne au ralenti depuis bien trop longtemps, puisant dans le fond de son réservoir pour essayer de tourner encore quelques temps.

Alors même si je ne lui raconte pas tout, je résume rapidement ce par quoi je suis passée depuis que nous avons été séparées. On dirait que c'était il y a une éternité. Mes yeux détaillent chacun des traits de la petite brune qui me fait face. Comme si je voulais raviver son dessin dans ma mémoire. Au cas où. Pourtant c'est évident qu'elle a changé. Qu'encore une fois la vie n'a pas été tendre avec elle. Et bon sang comme je m'en veux de ne pas avoir été là pour l'aider à traverser tout ça. Pour la soutenir et la protéger comme j'avais juré de le faire il y a si longtemps. Je mords l'intérieur de ma lèvre inférieure, cherchant instinctivement à me punir pour mes fautes. Ce n'est qu'en sentant ce goût ferrugineux si familier que je ne me rends compte qu'il faudrait peut-être arrêter et que je ne sors de mes pensées. Une très légère grimace déforme mes traits quand je passe ma langue sur la petite plaie que je viens de me créer puis je me racle un peu la gorge. Depuis combien de temps je suis à nouveau seule? J'ai un peu oublié de compter.

« J'ai comme qui dirait perdu le compte des jours quand je suis sortie de là-bas... Alors je pourrais pas vraiment te donner une durée précise. Un mois, plus ou moins. Peut-être plus. Je sais pas trop. » Je lui dis ça en toute franchise. J'avais pas vraiment d'espoir, alors je me disais que ça servait à rien de compter les jours et de garder un vrai repère temporel. Si de toute façon c'était pour crever toute seule la gueule ouverte, après tout. Rien à battre de savoir si on est mercredi, dimanche ou la semaine des quatre jeudis entre lundi et mardi. Sans que je ne puisse m'en empêcher, un soupir m'échappe. Elle a tellement changé. Je le sens rien qu'au son de sa voix. A sa manière de prendre ma plaisanterie très au sérieux, me promettant qu'elle n'a aucun doute sur le fait que l'on va rester ensemble à partir de maintenant. Que c'est de nouveau elle et moi contre le reste du monde. Et elle m'arrache un petit sourire en coin en disant que le reste du monde n'a qu'à faire gaffe. Oh que oui.

Avançant légèrement vers elle, je la prends dans mes bras avec une douceur que je n'aurais jamais imaginé pouvoir montrer à nouveau. Je glisse mes doigts dans ses cheveux pour la garder tout contre moi, posant ma tête contre la sienne en fermant les yeux quelques courts instants. « Toi et moi contre le reste du monde. Pour toujours. » dis-je presque en chuchotant avant que mes lèvres ne viennent déposer un baiser sur le haut de son crâne. Aujourd'hui j'ai retrouvé non seulement une raison de me battre, la meilleure, mais en plus une partie de moi-même. Ma seule famille. Ma petite soeur. Mon essentiel. Et plutôt crever que de la laisser m'échapper encore une fois. Je la relâche lentement, me doutant qu'elle a tout de même envie d'un peu d'air pour respirer, et je plante mes yeux dans les siens. « Et toi, tu vas me raconter ce qui t'es arrivé? J'sens que j'vais avoir envie de m'énerver, mais je veux savoir. Enfin, si tu veux bien me le raconter... »



Some people long for a life that is simple and planned, Tied with a ribbon. Some people won't sail the sea 'cause they're safer on land, To follow what's written. But I'd follow you to the great unknown, Off to a world we call our own ♛by wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 1750
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: To the bone   To the bone - Page 2 EmptyLun 5 Aoû 2019 - 16:45
Et ces gens, tu penses qu’ils sont morts ? Qu’ils recommenceront pas ?

Il n’y a pas de peur dans ma voix, ni de doute. Y’a surtout l’envie qu’ça n’arrive plus. Qu’elle ait plus à porter ces traumatismes. Si y’a besoin que j’aille régler leurs comptes, j’hésiterais pas un seul instant à aller leurs briser les reins, leurs disloquer les hanches, leur craquer la nuque. P’t’être pour faire apparaitre le vide entre leurs deux oreilles. J’esquisse un sourire. M’retrouver encore contre elle, ça m’permet de respirer, de m’dire que finalement la vie est pas autant une pute que ça.

Si c’est pour mieux me l’arracher ensuite, j’crois que ça me tuerait pour de bon. J’ai encore du mal à réaliser tout ça, tout ce que ça implique. Qu’est-ce qu’on va faire ensemble désormais ? Comment on va réussir à survivre aux jours où on sera séparées ? Y’aura des fois où j’aurais peur, peur d’pas la voir rentrer. Y’aura des fois où j’deviendrais folle sans doute, avec la crainte qu’il lui arrive comme à Roza. J’le supporterais jamais.

Son sourire est communicatif, comme cette tendresse qu’elle a toujours eu qu’pour moi. P’t’être que j’suis aimable au fond. Si elle est capable d’trouver cet amour pour moi, d’autres y arriveront sûrement. On verra plus tard. J’préfère me concentrer sur elle, sur le bonheur d’la revoir bien vivante, sur le fait qu’elle est à peu près tout pour moi, et plus encore.

J’ai eu de la chance… J’préfère le lui dire. J’ferais l’impasse sur les tabassages, les insultes, les coups, les pleurs. Les moments d’folie. J’lui parlerais pas d’la haine qu’on a pour moi parfois, d’l’incompréhension d’mes réactions. Quelques mois toute seule, puis j’ai trouvé le No Man’s Land, et j’ai commencé à faire mon marché ici. Quelques missions à droite à gauche, des rencontres, des échanges… Des embrouilles.

Je souris en lui disant ça, parce que si c’est trop beau elle pourra pas y croire. Quand j’fais le point sur mon parcours, y’a quand même une fierté : une progression. J’suis plus autant un déchet qu’on l’imagine. J’ai été obligé d’m’affirmer pour survivre.

J’ai fait route avec d’autres personnes, j’ai posé des questions – sur toi… Pour savoir si on t’avait vu. Mais personne, à raison désormais. C’est logique. Il y a trois mois, une bande a attaqué le hangar – ici… Beaucoup de gens que je connaissais sont morts… Eddy… Eddy est celui qui m’a accueilli quand je suis arrivée et que j’avais plus rien. Ils l’ont torturé, et ils l’ont tué. Je hausse les épaules, mes yeux s’éteignent même si j’essaie d’faire croire que ça me touche pas. On sait pas où ils sont passés. Ils reviendront. Ce jour-là, je les tuerais.



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Dana L. Costello
The Exiles
Dana L. Costello
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une hachette, Beretta M9 Parabellum, 1 chargeur de 9mm
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 06/06/2019
Messages : 128
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: To the bone   To the bone - Page 2 EmptyLun 2 Sep 2019 - 9:07

Je crois bien que si je disais tout haut ce que je pense tout bas depuis bien longtemps, je passerais pour une sacrée tarée. Tout simplement parce que, à mes yeux, la pire chose qui me soit arrivée c'est bien d'avoir cru perdre Yulia. Non, c'était pas de voir le monde se détruire devant mes yeux sans pouvoir rien y faire. C'était pas non plus le fait d'avoir retrouvé le cadavre de mon frère dans une rue après une overdose. Peut-être parce que j'ai immédiatement fait le deuil de ces événements. A peine sont-ils arrivés que j'étais parvenue à accepter la réalité et à m'y accommoder. Pourtant, j'ai jamais réussi à le faire avec Yulia. Peut-être parce que j'ai beaucoup trop d'affection pour elle. Parce que je savais que sans elle j'allais encore me retrouver seule. Peut-être aussi parce que s'il lui arrivait quelque chose, ça voudrait dire que je suis réellement quelqu'un de nocif pour les autres. J'ai jamais connu une seule personne de mon entourage à qui il est arrivé quelque chose de bien après tout. Alors pourquoi est-ce que ça serait pas tout simplement moi le chat noir? Je remets pas toute la misère du monde sur mes épaules, je sais bien que je ne suis pas responsable de tout le merdier dans lequel on se trouve. Mais à mon petit niveau, je peux avoir une influence je pense.

Pourtant, maintenant que je me retrouve enfin face à son visage, je me rends compte que les choses ne sont pas toujours aussi négatives qu'elles paraissent. Que parfois, même si on se dit qu'il ne pourra plus jamais nous arriver quelque chose de positif, on se trompe. Et bordel, pour que j'en vienne à avouer que je me suis trompée, c'est vraiment exceptionnel. J'aime pas trop ça en vrai. Mais là, j'avoue que je serais capable de le dire encore et encore, plusieurs fois par jour pendant des décennies si cela m'assurait que je ne serais plus jamais séparée de cette jeune femme.

Sérieusement, je suis face à elle et j'ai encore du mal à me dire que c'est réel. Que pour une fois, j'ai eu raison d'avoir de l'espoir même si c'est pas mon truc en général. Quand on s'attend toujours au pire, on est pas déçu s'il se produit. Et si jamais il se passe quelque chose de mieux bah forcément c'est plus cool. Alors que si on espère toujours que les choses seront positives, on tombe souvent de haut. Enfin bref.

Je la regarde dans les yeux, écoutant en même temps chaque mot qui sort de sa bouche alors qu'elle me fait un résumé très édulcoré de ce qu'elle a vécu pendant tout le temps où on était séparées. J'ai pas besoin de plus. Elle me racontera peut-être un jour les détails, mais pour l'instant je comprends qu'elle n'a pas envie de le faire. Pour ne pas avoir à se replonger là dedans elle-même. Pour ne pas trop m'inquiéter. Même si je comprends à quel point elle a été blessée par ce qu'elle me raconte. A force, je la connais. Je sais lire en elle même lorsqu'elle essaie de me mentir ou de me cacher des choses. Mais ce n'est pas le moment d'essayer de creuser plus loin.

« S'ils reviennent, je serai là pour t'aider à les faire payer. Ils t'ont fait du mal et je serai là pour toi. Pour les tuer. Et les empêcher de s'en prendre à toi. Quoi qu'il m'en coûte, tu le sais. » que j'lui dis avec sincérité sans détacher mon regard du sien. J'pense qu'à force, elle doit savoir que je pourrais donner ma vie pour elle sans aucune hésitation. Après tout, la seule chose qui compte pour moi, c'est qu'elle soit toujours là. Et qu'elle le soit encore même si je devais ne plus être de ce monde.



Some people long for a life that is simple and planned, Tied with a ribbon. Some people won't sail the sea 'cause they're safer on land, To follow what's written. But I'd follow you to the great unknown, Off to a world we call our own ♛by wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 1750
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: To the bone   To the bone - Page 2 EmptyLun 2 Sep 2019 - 16:58
Dana m’écoute.

Ça fait une paie qu’l’oreille attentive de quelqu’un m’a pas autant soulagé. C’est là où j’me sens honteuse de lui cacher la moitié des faits, la totalité des vérités qui m’incombe aujourd’hui. J’crois qu’à force d’devoir évoluer toute seule, j’ai tellement de mal à lâcher prise. J’grogne quand on m’approche, encore plus quand on lorgne sur mes secrets. Ils relèvent tous d’un intime que j’tiens plus à partager, alors que j’devrais. Car à force, ils pèsent, juste, lourds, sur les épaules de n’importe qui. De toutes les violences, les insultes et les tentatives. Celles qui ont frôlé le « presque », et les autres qui ont quasiment réussi. J’en ai mal au ventre d’y penser, et d’me dire que je pourrais jamais en toucher plus d’un mot à Dana.

Car même à Neil, qui a assisté à cette tentative de viol avortée, qui m’a sauvé d’une mort annoncée, on a jamais réussi à en rediscuter ensuite. Il a soigné mes blessures pourtant, avec la patience d’un père, d’un ami, d’un proche en tout cas, sans jamais faillir à sa tâche. Ça a cassé quelque chose en moi. L’expérience d’un décès imminant, quand ça nous concerne, ça brise forcément violemment à l’intérieur. On est pas aussi immortel qu’on l’pense. Et jusqu’ici, j’avais l’impression idiote que j’étais là pour souffrir, et qu’d’une certaine manière, j’avais probablement pas encore eu ma dose à ce sujet.

Alors, du coup, quoi ? On en parle rapidement, on essaie de mettre ça à distance et puis on oublie ? A nous deux, on doit avoir une sacrée collections de traumatismes, le genre qui pourrait remplir un musée entier. Là-dessus, je préfère faire l’impasse, je noue juste mes doigts à ceux de Dana, et me raccroche à elle une dernière fois.

Encore une fois, tout du moins.

Parce qu’il me sera impossible de la laisser, jamais j’pourrais la lâcher. Elle rentre avec moi ce soir, et je dormirais avec elle, quand je serais trop épuisée pour continuer à la regarder, et à réaliser qu’elle est toujours là.

FIN



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: To the bone   To the bone - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- To the bone -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: