The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- The night we met. -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olivia Cooper
Administratrice
Olivia Cooper
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 795
Age IRL : 26
MessageSujet: The night we met.   The night we met. EmptySam 15 Juin 2019 - 14:26
Les dix premières fois où elle avait croisé Ludwig après ce baiser s’étaient avérées compliquées. Olivia avait perdu de sa superbe, bafouillait comme une enfant, le fuyait du regard par honte de ce qu’elle avait fait. En elle, les échos de la dispute, de ses attentes, de ce qu’elle ne réalisait pas. Passé les premiers temps, les larmes étaient apparues, autour d’un silence incroyablement pesant à chaque fois qu’elle gagnait son lit, ou qu’elle s’isolait. Calvin n’était pas revenu, pas dans son esprit, pas même au bout d’un long mois où elle avait pourtant tout fait pour.

Puis, Jeff était mort.

Dans la détresse de Caroline, Olivia avait vu un écho de sa propre situation, et du courage qu’il fallait pour réussir à rester debout. Elle était allée la voir, pour ne rien lui dire de plus qu’elle comprenait, qu’elle serait toujours là, et que Nicolas aussi. Sans savoir si ça avait pu aider la vétérinaire à franchir ce chagrin ou tout du moins, à voir qu’il n’y avait probablement pas plus rien à quoi se raccrocher. Elle avait été obligé de l’admettre finalement : Jeff lui manquait. Sa bonne humeur, son courage, sa gentillesse, son écoute. Tout ça lui manquait.

Et alors qu’elle terminait de ranger la cuisine après un repas pour le moins copieux, la brune se figea.

Ses yeux se posèrent sur un livret qui trainait sur le plan de travail, probablement oublié. En essuyant ses mains dans un linge sec, elle s’en empara pour le feuilleté, et avisa les nombreux dessins, gribouillis et quelques notes prises à la va-vite avec un pincement au cœur. Ludwig l’avait laissé là.

Si elle avait connu Jeff à son arrivée ici, si elle lui devait sa sécurité, elle prit conscience alors que lui l’avait rencontré bien des années en arrière. Une vague silhouette, tenant la main d’une femme qu’elle reconnut comme Caroline, lui fit prendre une grande inspiration. Elle s’empara du carnet à dessin, qu’elle glissa sous son bras, et décidée, planta là tout ce qu’elle était en train de faire.

Qu’importait la distance qu’elle avait mis avec Ludwig, ça ne devait plus compter. Il avait perdu un ami, lui aussi. Et peut-être aussi que ce temps loin de lui, à devoir oublier Calvin, et comprendre Caroline, lui avait permis de prendre un certain recul. Sans savoir si elle ne deviendrait pas folle comme la dernière fois, sans la certitude que les choses iraient bien et malgré l’heure avancée de la soirée, la petite brune se rendit jusqu’aux dortoirs où elle s’attendait à pouvoir trouver Ludwig.

En passant la porte, elle tomba – presque littéralement – sur lui. L’homme revenait d’une toilette, ses cheveux mouillés lui retombaient sur le front, ses taches de rousseurs le rendaient encore plus attendrissant. Son cœur se serra, mais elle soutint son regard, se plongea dans ses yeux incroyables clairs et… Perdit un peu ses moyens :

Hm, je te cherchais, avoua-t-elle simplement en baissant les yeux. Tu as… Oublié ça dans… Dans la cuisine, fit Olivia en tendant le carnet.

Ses doigts le tenaient fermement, comme si elle craignait de s’en séparer. Comme si ça pouvait couper court à absolument tout.

Ils sont… Ils sont vraiment biens, murmura-t-elle avant qu’un ronflement derrière lui ne l’interrompe. Désolée… chuchota-t-elle avec une moue gênée.



I am not the only traveler who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, take me bake to the night we met. And then I can tell myself : what the hell I'm supposed to do... And then I can tell myself, not to ride along with you...
Revenir en haut Aller en bas  
Ludwig Gulbrandsen
Ludwig Gulbrandsen
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 930
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: The night we met.   The night we met. EmptySam 15 Juin 2019 - 18:09
Un coup de poing en plein ventre. C'était la sensation qu'il avait eu quand on le lui avait annoncé. Jeff n'était plus. C'était sa chute à lui. Et … merde, c'était putain de douloureux d'avoir à encaisser ça ! Depuis le temps qu'ils se connaissaient, Jeff faisait parti intégrante de la vie de Ludwig. Comme un frère. Jamais d'histoire entre eux deux, toujours des bonnes tranches de rigolades ou de confessions. Jefferson avait été cet ami fidèle, fiable, doux et innocent qu'il avait toujours fallu au libraire, même dans les pires moments. Même quand lui baissait les bras, Jeff avait toujours été là et avait toujours été le même.

Et c'était terminé, pfiouh ! Effacé !

Ludwig n'avait même pas été capable de pleurer sa mort. Apparemment, il n'était pas encore au premier stade du deuil, et était incapable d'accepter cette fatalité. Il savait que ça finirait par lui tomber dessus, tôt ou tard. Alors, il laissait filer, en attendant que ça vienne. Et il tentait de rester lui-même pour Caroline et les autres qui le méritaient.

En parallèle, il y avait toujours elle. Qui prenait de plus en plus de place dans sa tête et dans son carnet, à un point où le norvégien craignait de devenir un fou obsessionnel. La scène du baiser repassait dans sa tête, encore et encore, et il se demandait où il s'était trompé. S'il avait fait ou dit quelque chose.
Le sommeil, définitivement, c'était fait la malle, et lui qui se lamentait d'endurer presque chaque nuit des paralysies du sommeil en venait à presque les regretter. À présent, il passait la première partie dans son lit, à regarder le plafond, et le reste dehors à regarder les étoiles. Il aurait pu enchaîner plusieurs nuits de garde sans sourciller, mais on lui avait refusé, prétextant qu'il devait dormir. Ouais, il devait.

Ses prunelles accrochèrent à son reflet dans le miroir de la grande salle de bain. Elles glissèrent sur son visage, sur ses clavicules, son buste que Skyler s'évertuait toujours à tenter de muscler plus encore. Sur cette peau trop blanche et constellée de tâches de rousseur, cicatrices, bleus et tout genre. Ses mains usées, encore trop féminines et délicates malgré les années de labeur.
Il ne s'adressa aucun sourire, aucun regard compatissant ou bienveillant. En silence, comme toujours, il enfila un t-shirt, attrapa sa serviette et son savon personnel avant de quitter la salle.

Encore une journée de terminer, et toujours aucun but dans sa vie.

Il avait traversé le dortoir dans l'optique de rejoindre le coin du Fort où Rousseau l'écureuil avait l'habitude de dormir, mais s'arrêta net quand la porte s'ouvrit sous son nez. Son cœur manqua un coup, et il eut, instinctivement, un mouvement de recul, prêt à faire volte-face pour ne pas lui parler.
Mais Olivia soutint son regard, le forçant à rester droit devant elle, et le sien se baissa immédiatement vers ce qu'elle tenait. Il haussa les sourcils: il ne savait même pas qu'il l'avait oublié.

- Oh.

Il toussota pour s'éclaircir la gorge.

- Merci.

Ses doigts vinrent attraper l'extrémité, le plus loin possible des siens pour ne pas la toucher. Pour ne pas la brusquer. Il feuilleta rapidement le carnet une fois en main, sans vraiment le regarder. Est-ce qu'elle avait tout regarder ? Si c'était le cas, elle avait dû se voir, encore et encore, sur les dernières pages. En portrait, de plein-pieds, souriante, concentrée dans une tâche, les cheveux dans les yeux, ou seulement ses yeux, ou ses mains … Un travail d'artiste sans doute, dont Ludwig avait honte.

- Je … j'allais sortir, souffla-t-il après son compliment et l'interruption involontaire d'un couche-tôt.

Sans un mot, il détourna la jeune femme et ouvrit la porte. Il s'effaça une seconde en lui lançant une question silencieuse, avant de rejoindre l'extérieur, sans plus de cérémonie. Ses mains tremblaient, et malgré sa toilette à l'eau froide, il avait subitement très chaud, et s'empêchait de se faire des films. Olivia lui avait seulement ramené son carnet, rien de plus.



"Take my han, take my whole life too;
For I can't help falling in love with you."


Revenir en haut Aller en bas  
Olivia Cooper
Administratrice
Olivia Cooper
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 795
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: The night we met.   The night we met. EmptySam 15 Juin 2019 - 18:36
D’accord, pardon, fit-elle en s’écartant du chemin.

La question silencieuse, elle l’entendit. Avec quelques doutes cependant : était-ce une invitation à le rejoindre ? Elle avait peur de se tromper, et peur d’aggraver son cas au passage. De tout faire de travers, comme elle savait si bien le faire jusque-là. Tentant de ne pas partir dans un fatalisme qui viendrait forcément envenimer la chose, elle resta plantée quelques secondes devant ce dortoir encore actif, avec l’impression d’être idiote. Elle n’allait tout de même pas resté comme une fleur à attendre que le soleil se lève ! Dès lors, elle tourna les talons pour rejoindre l’extérieur, sur les traces de Ludwig.

L’été arrivant, il faisait suffisamment chaud pour ne pas avoir besoin de reprendre les vestes et les pulls. Mais le temps se couvrait et se découvrait, le soleil n’avait pas toujours l’occasion de réchauffer l’atmosphère. Elle hésita un moment, ses yeux fixés sur le dos de Ludwig, qui donnait l’impression de vouloir la distancer de quelques pas. Olivia croisa les bras, avant de plonger les mains dans les poches de son gilet, alors qu’elle sondait toujours la silhouette si haute du rouquin.

Elle aurait sans doute pu se contenter de ça : l’autorisation de le regarder pendant quelques minutes, comme pour s’assurer qu’il allait bien d’une certaine manière, ou au moins obtenir la certitude qu’il ne souffrait pas trop. Mais la courbe de ses épaules légèrement voutées, son regard de nouveau fuyant lorsqu’il fallait la regarder, laissant entendre que tous les progrès qu’ils avaient fait pour s’apprivoiser étaient désormais reléguer au fond du garage. Elle l’avait cherché. Fatalement, elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même, et réaliser l’ampleur de sa bêtise.

Un brin hésitante, elle se plaça à côté de l’homme. S’il voulait la fuir, alors elle le comprendrait. Elle le lirait dans ses mots, dans ses réponses, et le laisserait tranquille.

Pour l’instant, ses yeux sombres sondèrent le rouquin avec une pointe de douceur, qu’elle tentait de contenir. Elle n’y arriva pas.

Comment tu te sens ? Demanda-t-elle alors, en maitrisant son timbre, son intonation, sa tenue aussi.

Une main s’aventura à l’une des mèches de cheveux s’étant échappées de son chignon, qu’elle ramena derrière son oreille. D’ici quelques jours, elle demanderait très probablement à Shawna de les couper, par sécurité.

Je suis désolée, pour Jeff, murmura-t-elle. Le canadien avait marqué les esprits au sein du campement, et les gens autour gardaient de lui une image particulière. Elle-même lui était redevable de sa gentillesse. Tu devais le connaitre depuis longtemps et… Que pouvait-elle ajouter ?

Ses yeux se baissèrent vers le carnet qu’il tenait toujours. Elle le désigna de l’index :

Il y a un croquis de lui, avec Caroline dans ton carnet, qui est vraiment beau. Je crois que d’ici quelques semaines, ça lui ferait peut-être du bien de… De l’avoir… Tu sais, pour ne pas… Oublier. C’était fou, mais son discours trouvait un écho en elle. Elle le suggérait, parce qu’elle savait qu’avoir une photo, ou un portrait de Calvin, l’aurait parfois sauvé de bien des peines. Quand les gens disparaissent, c’est ça qui fait le plus peur, souffla-t-elle.

C’était idiot.
Terriblement idiot, parce que ça expliquait tout.



I am not the only traveler who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, take me bake to the night we met. And then I can tell myself : what the hell I'm supposed to do... And then I can tell myself, not to ride along with you...
Revenir en haut Aller en bas  
Ludwig Gulbrandsen
Ludwig Gulbrandsen
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 930
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: The night we met.   The night we met. EmptySam 15 Juin 2019 - 23:14
Il ne pensait pas qu'elle allait le suivre. À vrai dire, il ne s'y attendait même pas, n'espérait même pas. Et pourtant, Olivia se trouvait toujours être pleine de surprises, et Ludwig entendit bientôt ses pas empiéter sur les siens. Il jeta un bref regard par-dessus son épaule, mais refusa de croire quoique ce soit, peu enclin à être de nouveau perdu comme la dernière fois.
Enfin, malgré tout, l'anxiété le guettait doucement, et sa sensibilité naturelle qu'il détestait tant faisait battre son cœur plus vite encore.

Il marchait d'un bon pas quand elle le rattrapa. Regard sur ses chaussures, il avançait machinalement vers le fond du Fort. Mal à l'aise. Oui, tous leurs efforts pour s'apprivoiser étaient partis en fumée. Et Ludwig se lamentait de se sentir de nouveau si craintif, si renfermé devant elle. Il avait aimé se sentir bien.

Son allure ralentit vaguement quand elle ouvrit la bouche pour se renseigner sur son état. Rapport à Jeff, sûrement. Tout le camp était en deuil depuis le retour de l'équipe sans le grand gamer.
L'expression du libraire s'étira vers le bas. Il se mordilla l'intérieur des joues et inspira un grand coup pour ravaler un brusque sanglot. Wah, celui-là, il ne l'avait pas vu venir. La combinaison de la présence d'Olivia et de la mention de Jeff était violente.

Déglutissant, il haussa les épaules alors qu'il se rendait derrière les écuries. Dans un petit recoin, loin de tous, il s'était donné du mal pour faire une jolie niche en hauteur, coincée entre la gouttière et le mur en bois.

Il s'arrêta et observa longuement la niche vide, alors que les mots de la jeune femme faisaient leur chemin dans sa tête. Un sourire fut forcé sur ses lèvres, mais ploya légèrement vers le bas. Peu concluante, comme tentative.

- C'est prévu
, souffla-t-il après un silence nécessaire pour qu'il n'éclate pas en larmes.

Il renifla et baissa les yeux vers son carnet. Ses lèvres s'ouvrirent, mais le son sortit quelques secondes après :

- Je le fais à chaque fois. Je … je le fais trop souvent.

Combien de dessins avait-il donné ? Combien ont-ils disparus en même temps que leur propriétaire ?
La gorge et le ventre serrés, il arrêta son regard sur le croquis dont elle lui parlait. Ce genre de croquis qu'il aurait aimé pouvoir regarder, un sourire nostalgique sur les lèvres, mais qui ne lui évoquait qu'une peine immense à la limite du dégoût de la vie.
Ses yeux se fermèrent fortement, juste le temps de ranger comme il le pouvait dans une boîte le rire communicatif de Jeff qui raisonnait dans sa tête.

Le soupir fila entre ses lèvres alors qu'il appuyait son dos contre le mur de l'écurie, ses prunelles évitant toujours soigneusement celles d'Olivia. Il aurait aimé pouvoir se montrer fort et garder sa peine pour lui. Il aurait aimé pouvoir garder le dos droit et ne pas souffrir de cette situation. Ne pas être impacté par la présence de la jeune femme.

- R-Rousseau n'est pas venue depuis trois jours, balança-t-il, le temps de reprendre un peu de contenance. L'herbe doit devenir plus verte ailleurs.

Il acquiesça ses propres paroles d'un signe de tête, comme s'il parlait-là de quelque chose de très très sérieux.


"Take my han, take my whole life too;
For I can't help falling in love with you."


Revenir en haut Aller en bas  
Olivia Cooper
Administratrice
Olivia Cooper
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 795
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: The night we met.   The night we met. EmptyDim 16 Juin 2019 - 11:56
A nouveau, elle jeta un bref coup d’œil sur les pages qui s’offraient à elle, quand il balaya rapidement son carnet à croquis. Un petit air perdu sur le visage, Ludwig n’eut même pas vraiment besoin de lui dire qu’il allait bien ou non : il suffisait de le voir pour le savoir. Et une pointe de culpabilité naquit en elle, comme une boule se logeant dans le creux de son ventre. Que pourrait-elle y faire ? Elle se savait en partie démunie, de part son comportement de la dernière fois. Elle revenait au point de départ, seulement par sa faute. Et pourtant, en mémoire, le baiser qu’ils avaient échangé – qu’elle était venue lui prendre même.

Le silence était lourd, et elle aurait voulu avoir les mots pour le rassurer. Pour lui dire que même si c’était dur, ça irait forcément mieux à un moment. Mais comment pouvait-elle en être si sûre ? Elle n’en savait rien, strictement rien. Elle n’était certainement pas médium, et surtout, elle ne pouvait même pas parler pour elle. Parce que depuis la mort de Calvin, ses jours n’étaient pas heureux, mais ils étaient plus doux que lorsqu’elle passait du temps avec Ludwig.

Oui, c’est le problème. Admit-elle en baissant le regard à sa remarque. Incapable de nier, de pouvoir lui répondre que ça irait et que ça n’était qu’un dessin de plus avant longtemps. Parce que ça n’était pas la vérité, et surtout, en deçà du poids que les sentiments avaient. Tout va trop vite, les choses deviennent… Inévitables.

Ils étaient trop bien placés pour le savoir. Elle releva cependant les yeux vers lui, pour essayer de capter son regard :

Qu’elles soient heureuses ou douloureuses, poursuivit-elle.

Et elles allaient même parfaitement ensemble. Lorsqu’on aimait, on prenait le risque de perdre. Et quand on perdait, c’était parce qu’on avait eu la chance d’aimer. Célébrer la joie d’avoir été amoureux ne pansait cependant pas la peine qu’on ressentait à la fin d’une histoire. Mais tous les chapitres avaient un point, un blanc, avant de passer aux prochaines lignes.

Olivia avait pour sa part l’impression que son histoire avec Calvin n’était pas vraiment terminée, mais qu’on avait arraché les pages de son livre pour l’empêcher d’écrire. Désormais qu’elle démarrait un nouveau récit, les doutes s’inscrivaient dans ses lignes, à la même mesure que ses sentiments pour les personnages qui apparaissaient dans l’Histoire de sa survie.

Caroline, Jeff. Selene, Ashley. Elena. Romy et Daniella. Et Ludwig.
Surtout Ludwig.

Et même Rousseau :

Elle reviendra, j’en suis sûre. Fit-elle en scrutant la confection de Ludwig. Ses bras se croisèrent sur sa poitrine, pour se réchauffer un peu : C’est juste qu’elle est curieuse et indépendante, mais tu lui as construit un abri qui vaut la peine. Tu vaux la peine. Elle a toutes les raisons de repointer sa truffe d’ici quelques jours. Il te suffit d’être patient, souffla-t-elle avec un sourire.

Il y avait sans doute un double-discours dans ses propos, Olivia le sentait. Mais elle ne rajouta rien, ni pour s’expliquer, ni pour nier ses mots.



I am not the only traveler who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, take me bake to the night we met. And then I can tell myself : what the hell I'm supposed to do... And then I can tell myself, not to ride along with you...
Revenir en haut Aller en bas  
Ludwig Gulbrandsen
Ludwig Gulbrandsen
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 930
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: The night we met.   The night we met. EmptyDim 16 Juin 2019 - 20:08
Ludwig se concentrait sur sa respiration pour ne pas se mettre à pleurer. De son point de vu, il s'en sortait plutôt bien, lui qui avait surtout tendance à être une fontaine. De l'extérieur, il ne pouvait tromper personne.

Il acquiesça d'un mouvement de tête ce qu'Olivia racontait, refusant d'être bercé par sa voix, ou de se faire le moindre film à son sujet. Elle était venue probablement dès suites du décès de Jeff. Peut-être qu'elle s'inquiétait un peu pour le libraire. Mais rien de plus. Juste, de l'amical. De la politesse.

Quand la conversation s'orienta vers Rousseau, Ludwig avait refermé son carnet. Nez levé vers le nid, il évitait de s'inquiéter pour le petit écureuil. C'était un animal sauvage, qui allait là où c'était le mieux pour lui. Le norvégien aurait été un monstre s'il l'avait enfermé dans une cage pour le garder juste pour lui.

Du coin de l'oeil, il observa Olivia alors qu'elle lui parlait. Il constata qu'elle était moins résistante au froid que lui, resté en t-shirt. Simple constat qui l'attendrissait, au plus profond de lui, et lui donnait envie de la serrer contre lui pour la réchauffer.
Et que ses mots étaient touchants, de son point de vu, du moins, sans qu'il ne s'explique pourquoi. À tel point qu'il faillit baisser sa garde dans un sourire furtif, qu'il ravala en même temps qu'il plongeait sa main dans sa tignasse pour ramener ses cheveux mouillés en arrière.
Il ne savait pas quoi dire. Il ne savait pas s'il avait le droit de parler, de lancer une conversation, et, à vrai dire, il n'était même pas sûr d'en avoir envie. Tenter le diable une nouvelle fois ? Il craignait que ce soit une prise de risques inutiles.

Les doigts toujours pris dans sa tignasse qu'ils s'évertuaient à déméler distraitement, il garda le silence. De toute manière, il n'avait jamais été doué pour parler. Face à Olivia, c'était maintenant pire. Et ça lui faisait un mal de chien de prendre sur lui ainsi alors que tout son corps lui hurlait de se tourner vers elle.


"Take my han, take my whole life too;
For I can't help falling in love with you."


Revenir en haut Aller en bas  
Olivia Cooper
Administratrice
Olivia Cooper
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 795
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: The night we met.   The night we met. EmptyDim 16 Juin 2019 - 20:46
Le silence.

Voilà tout ce qu’elle eut en retour. Un silence qu’elle méritait. Ni des expressions de Ludwig, ni de l’absence de ses mots, pour se rattraper, se raccrocher à quelque chose. C’était cependant mérité, et en baissant le regard, Olivia en ferma les yeux. Elle eut même un sourire entendu, qui transmettait au fond se ressenti : c’était un juste retour des choses. Elle avait perdu Ludwig en route, elle avait mis cette distance, elle ne parviendrait peut-être jamais à la refranchir, si c’était ce qu’il voulait encore d’elle.

Tu n’as probablement pas vraiment envie d’être avec moi, et je le comprends. Chuchota-t-elle, la gorge un peu serrée mais en essayant de rassembler tout de même son courage.

Olivia se sentit fébrile l’espace de quelques secondes. Ses mots la trahissaient, le timbre de sa voix aussi d’ailleurs, et elle ne pouvait cacher qu’en évitant les yeux clairs de Ludwig, elle devait avoir tout l’air d’une petite fille qui tentait vaguement de se rattraper d’une bêtise.

Je n’ai pas été une bonne personne, pas pour toi. Et j’aurais toujours intimement peur de ne pas en être une que tu mérites, confia-t-elle alors, en haussant les épaules. La paume de sa main vint frotter son bras opposé, pour tenter d’obtenir un peu plus de chaleur de ce moment si stressant pour elle. Si triste aussi pour lui. Mais si un jour je retrouve grâce à tes yeux, sache que j’attendrais et que je serais là.

Dès lors, ses pupilles sombres scrutèrent le norvégien avec douceur. C’était comme une sorte de promesse qu’elle lui faisait, en amenant l’idée qu’il pouvait y aller à son rythme pour lui refaire confiance. Du reste, de ce baiser, dont ils ne discuteraient probablement pas, elle se disait que chaque chose venait en son temps. Certes, elle gardait l’impression chaude contre ses lèvres, celle qui faisait bondir son cœur à chaque fois que l’image lui revenait en mémoire. Mais elle ne lui imposerait plus.

Je ne dis pas que tout est réglé, ou que je suis prête, ou qu’il ne me manquera plus jamais, je dis juste que… Enfin… Elle haussa les épaules, dans sa maladresse de petite fille qui voulait vraiment bien faire : J’essaie de te dire que… Hésitante encore, incertaine surtout. Je trouverais un moyen de me rattraper, souffla-t-elle enfin.



I am not the only traveler who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, take me bake to the night we met. And then I can tell myself : what the hell I'm supposed to do... And then I can tell myself, not to ride along with you...
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The night we met.   The night we met. Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- The night we met. -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» [RS] Fright Night [DVDRiP]
» Friday Night Smackdown - 27 Avril 2012 (Résultats)
» Friday Night Lights ~ Partneariat
» LGDC The Night

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: