The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- House of sympathy -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: House of sympathy   House of sympathy EmptySam 15 Juin 2019 - 13:09
- Oui, j’ai tout, merci.

Je salue la jeune femme qui m’a remis le carton et quitte l’intendance. A l’intérieur, une ration de vivres pour quelques jours – conserves, sachets de pâtes, biscuits secs, fruits confis. J’avoue que je me demande pourquoi il n’y a pas de légumes frais, alors que la communauté en dispose visiblement, mais je n’ai pas osé poser la question. La personne à qui ce chargement est destiné, je ne l’ai pas encore rencontrée. On dit d’elle qu’elle a été capturée, torturée, puis acceptée mais assignée dans une maison d’où elle ne sort pas. Je peine à saisir pourquoi un endroit comme celui-ci à besoin de recourir à de telles méthodes mais ce n’est bien évidemment pas dans mon tempérament d’aller demander des comptes. Le monde d’avant contrebalançait lui aussi ses plus belles lumières avec des atrocités. A mon échelle, je ne peux rien faire d’autre qu’apporter un peu d’humanité à ceux qui m’entourent. A cette heure, je suis certaine que cette prisonnière en aurait bien besoin. Tout le monde en a besoin.

Devant la porte qui m’a été indiquée, le carton serré contre moi, je prends quelques minutes pour rassembler mon courage. Toutes les rumeurs qui circulent sur elle aliènent la perception que j’en ai. Tantôt monstre, tantôt martyr. Je suis sûre qu’elle n’est pourtant ni l’un ni l’autre. Je m’approche, frappe, attend patiemment. Lorsque la locataire ouvre, je ne peux empêcher un frisson de griser ma colonne vertébrale. Elle a été mutilée, durablement, mais ma réaction instinctive est rapidement rattrapée par un léger sourire bienveillant. Une vague de compassion me réchauffe le cœur. Le Christ n’a jamais repoussé les malades et les estropiés, au contraire, il est allé à leur chevet et les a guéris. Je ferai tout pour être digne de ce modèle.

- Bonjour. Je… je vous apporte des vivres pour une semaine.

Dans ses yeux, je dois avoir l’air d’une extra-terrestre. Tout nous sépare, de sa chevelure en bataille à mes tresses impeccables, de sa tenue confortable à mon apparence soignée, de sa peau couverte d’encre ou de cicatrices à ma chair d’ivoire. On m’avait conseillé de ne pas m’attarder et encore moins d’entrer. Elle m’intimide, c’est vrai, mais je me sentirai mal de la traiter avec la même indifférence que tous les autres.

- Je peux rentrer les ranger si vous voulez. Ça ne sera pas long et ça ne me dérange pas.
Revenir en haut Aller en bas  
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
Graphiste & modératrice
Roza Votiakova
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pistolet 9 mm avec silencieux ainsi que deux couteaux poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 2528
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: House of sympathy   House of sympathy EmptySam 15 Juin 2019 - 22:27
Le mois passé au dispensaire n'était pas trop, les soins réalisés étaient conséquent, sa convalescence se devait malheureusement d'être dans le même ton vis à vis des traitements subis. La slave y avait passé la majorité de son temps l’œil fermé, dormait-elle ? En partie, oui, mais pas toujours, peu souvent même. C'était un luxe que de dormir après ces nombreux têtes à têtes avec Zack, les cauchemars prenaient plus souvent le dessus, l'imaginaire mais surtout les doux souvenirs étaient maintenant sa seule issue. Cependant, il fallait affronter la réalité, quitter ce lit et ses liens pour reprendre ces séances d'isolement, avec cette fois un aménagement plus luxueux que les précédents : une prison dorée, avec électricité et eau chaude. Seule contraire, un bracelet à la cheville, le même que celui qui avait fait suer bon nombre de prisonniers assignés à résidence. Elle avait pu bénéficier d'une maison à étage où des installations dites sportives y trônaient en nombre, tout aussi enchaînés qu'elle, destinés à faire du sur place. Tapis de course, rameur, vélo d'appartement, barre de musculation et altères, la borgne ne manquait de rien pour se refaire une santé et elle put même trouver dans un tiroir une paire de Ray-Ban coupe aviateur pour cacher son œil manquant. Du reste, elle n'avait rien de bien dangereux à porté de mains, pas de couteaux ni même d'outils, la maison avait été soigneusement vidée.

La peau sur les os, elle n'avait pas tenté quoique ce soit, peut-être estimait t-elle qu'il était encore trop tôt encore. Possiblement une des raisons pour laquelle elle usait avec conviction et avec modération du matériel à disposition pour retrouver un semblant de masse musculaire. Qu'elle courre, qu'elle rame, qu'elle soulève des poids, ses paupières restaient toujours closes durant chaque exercice, elle avait encore du mal à combattre ses maux de tête, ceux qui surgissaient à chaque fois qu'elle essayait d'adapter sa vue à son environnement. Le temps fera sans doute son oeuvre...

[...]

On frappe à la porte, simple civisme qu'elle a presque oublié et qui la coupe soudainement dans son élan. Elle lâche tout sous la surprise et le rameur rebondit lourdement contre ses ressors. Elle inspire lourdement puis descend les escaliers sans hâte. Contrairement à l'étage, toutes les entrées du rez de chaussé sont condamnées, les volets sont fermés et une armoire retient la porte d'entrée, elle sait qu'elle ne craint "rien" d'immédiat. Elle récupère un morceau bois sur sa route, un bout de rambarde recyclé en arme et déplace la fameuse armoire, juste assez pour accéder au judas.

De l'autre côté se trouve une femme, belle, sans doute de son âge et propre sur elle, elle est chargée d'un carton. En temps normal, l'on frappe (pas toujours, rarement même) et l'on le pose au pied de la porte, autant la, la nouvelle tête semble patiente et prête à y établir son camp. Pourquoi reste t-elle ? Troublée, la slave se tourne vers ses lunettes posées sur la commode, elle les récupère et les pose son sur museau. Sa main reste longtemps sur la poignée alors qu'aucun bruit de pas se fait entendre : la nouvelle tête est toujours là, sans doute toujours avec son carton en mains. Après un soupir, elle pose son bout de bois contre le mur et la ouvre la porte, la tatouée observe derrière son verre l'extra-terrestre plus si extra-terrestre que ça, à force d'observer les passages du quartier depuis l'étage, ce genre de stéréotype de BCBG ne la choque plus vraiment.

Elle écoute et réfléchit aux mot soufflés quelques secondes avant de se décaler pour libérer le passage. Si elle veut rentrer, qu'elle fasse, la russe n'a rien à cacher aux sbires de June. Dans son geste, elle se cogne contre la commode tout juste située dans l'angle mort de son œil droit, aucun râle ou grimace ne la trahis, s'en serait finalement presque naturel et elle s'en masse simplement la hanche en silence. Dur au mal ? Maintenant... oui...

D'un geste dénué de conviction, elle lui désigne le coin cuisine qui se trouve à hauteur du salon et séparé d'un bar à l'américaine. Il n'y a aucun désordre à l'horizon, juste un pull à capuche qui traîne et qu'elle enfile en vitesse, peu envieuse à l'idée de rester en débardeur et exhiber ainsi ses trop nombreuses cicatrices. Elle laisse cependant la porte à demie-ouverte, la pénombre des lieux n'étant pas très aidante, c'est bien le minimum et ... avouons le, elle a du mal à fermer la porte à quelqu'un, conditionnement oblige.


JUST A ROSE, ROOTED IN THE DIRT.

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: House of sympathy   House of sympathy EmptySam 15 Juin 2019 - 23:13
Elle s’écarte sans un mot, j’incline brièvement la tête en signe de remerciement et entre avec pudeur. Son mutisme ne m’offusque pas, c’est même un comportement normal après ce qu’elle a vécu. Je suppose qu’elle se sent isolée, que toutes les autres personnes lui paraissent hostiles. L’intérieur est finalement à l’image de l’âme de cette femme : plongé dans les ténèbres. Mais tout comme elle laisse la porte entrouverte pour combattre la pénombre, son cœur ne demande qu’à laisser passer la lumière.

Je pose mon chargement sur le bar qui sépare la cuisine du salon et me tourne avec respect alors qu’elle enfile un sweat. Je ressens une pointe de culpabilité d’avoir laissé mes yeux traîner sur ses cicatrices, ce n’a pas été très respectueux de ma part. Observant d’abord le même silence que mon hôte, je déballe un à un les articles qui lui ont été donnés. Ça me rend sincèrement triste de la savoir recluse dans le noir avec de vieilles conserves tandis que d’autres profites de légumes, de fruits et de miel. J’estime qu’à défaut de pouvoir changer sa situation, je peux lui apporter quelques minutes de compagnie.

- Je ne me suis pas présentée, je suis désolée, ma voix se fait feutrée, comme pour respecter l’ambiance étouffée du pavillon, je m’appelle Eve-Madeleine. Vous pouvez m’appeler « Eve » ou « Madeleine » si vous préférez.

Je souris et ose relever mes orbes bleu-vert sur elle. La peur est toujours là, comme un bruit de fond, mais elle est loin de me paralyser. Avec des gestes lents, pour ne pas risquer de la surprendre, j’ouvre les placards et commence à y ranger ses vivres. L’ombre n’aide pas, je sens de la poussière sous mes doigts, signe que le ménage n’a pas pu être fait récemment. Je continue à faire la conversation, peut-être que ça la déridera. Et sinon, je m’en irai, inutile d’imposer ma présence, je reviendrai une autre fois.

- Vous vous appelez Roza, c’est ça ? C’est ce qu’on m’a dit, j’espère que je ne fais pas erreur.

Je termine ma disposition – un peu maniaque d’ailleurs – et reprends le carton. Sur la frontière entre la cuisine et le salon, je m’arrête pour l’observer. Que puis-je faire pour elle qui m’est permis ? On m’a bien briefé sur le fait qu’il ne faut rien qui donner qui puisse la rendre dangereuse mais je crois que ce n’est pas de punition dont elle a besoin, c’est de confiance.

- J’ai une lampe torche qui ne me sert pas. Je peux vous l’apportez si vous le souhaitez.
Revenir en haut Aller en bas  
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
Graphiste & modératrice
Roza Votiakova
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pistolet 9 mm avec silencieux ainsi que deux couteaux poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 2528
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: House of sympathy   House of sympathy EmptyDim 16 Juin 2019 - 13:32
Eve-Madelène, sorti comme ça, c'est un prénom qui peut très bien sonner extrémiste religieux sectaire, mine de rien. Une boutade qu'elle n'aurait pas manqué de faire avant, avant tout cela. Autant là, c'est bien la première personne en sept jours qui daigne lui retourner un semblant de compassion et d'humanité, dans ces conditions, difficile de taquiner, difficile de rire tout court. Comme énoncé, elle déballe ses affaires et relance la conversation avec maladresse.

Roza pouvait tuer une dizaine de rôdeurs, épaules contre épaules avec Connor ou Duncan. Roza pouvait transformer un mur en une fresque coloré avec Eli. Roza pouvait s’esclaffer à coup de blagues salaces avec Lisandro. Roza pouvait braver tous les dangers pour sortir Yulia de ses emmerdes. Roza pouvait secouer Markus et s'ouvrir à Riley. Roza pouvait rire, mais elle ne pouvait pas pleurer. Roza avait la perspective du rouge avec ses deux joyaux bleus. Roza était entière. Elle, elle n'est plus qu'une Rose, tranquille et violente, enchaînée à la terre.

"Plus maintenant."

Elle la suit du regard, enfin, de l’œil et se questionne. Doit-elle se trouver un autre nom ? Non, l'autre question fuse aussitôt, la plus vitale : en veut-elle vraiment un ? En éprouve t-elle vraiment le besoin ? Pas vraiment.

Pour la lampe, la nouvelle se leurre, il n'y a plus rien à éclairer ici, c'est un constat de taille, la nonne est bien aimable mais elle perd son temps. L'encrée abîmée répond à la demande d'un signe de tête dans le sens de la négation, il faut croire qu'on habitue plus vite un seul œil à la pénombre que deux.

Poussière et araignées ont trouvé leurs nouveaux logis en agréables colocataires muettes des plus tranquilles et pour cause, cette pièce n'est pas la plus occupée et n'a pour seul réel habitant mobile, une mouche qui tournoie autour d'un sac poubelles où repose emballages, conserves et quelques restes séchés de la semaine passée. Un environnement pas bien accueillant et à juste titre, ce n'est pas fait pour.

"Pourquoi... tu... ?" Elle n'en dit pas plus, les mots ne veulent plus vraiment sortir, mais l'idée est pourtant là : Pourquoi est-elle entrée ? Pourquoi propose t-elle un peu de lumière ? Pourquoi reste t-elle ? Pourquoi est-elle si différente ?


JUST A ROSE, ROOTED IN THE DIRT.

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: House of sympathy   House of sympathy EmptyDim 16 Juin 2019 - 14:54
« Plus maintenant » ? Je me demande ce qu’elle veut dire par là mais n’insiste pas. Pas encore. Certaines personnes renient une fonction, un statut ou un titre quand elles estiment qu’elles n’en sont plus dignes – moi par exemple, je n’aimerais plus me faire appeler Sœur Madeleine – alors peut-être la tatouée refuse-t-elle son propre prénom ? C’est un constat douloureux, la preuve qu’elle a été privée de toute ce qui constituait son humanité et son identité.

Puisqu’elle ne veut pas de ma lampe, j’accepte sa décision d’un léger signe de tête et avise les contours d’un sac poubelle. C’est le bourdonnement entêtant de la mouche qui m’a alerté et maintenant que je l’ai entendu, il remplit le silence d’une façon presque assourdissante. Le filet de voix de la locataire me surprend alors que je soulève les déchets qui sont certainement là depuis plus de quelques jours. En même temps, si elle ne peut pas sortir, je comprends qu’il lui soit impossible de s’en débarrasser.

- Pourquoi je… suis là ? J’essaye de deviner la fin de sa phrase, une nouvelle ébauche de sourire bienveillant fend mes lèvres, j’avais un peu de temps et j’ai cru comprendre que vous n’aviez pas beaucoup de visiteurs, l’euphémisme me permet de ne pas mettre les pieds dans le plat de sa véritable situation, ça ne me coûte rien et je suis heureuse de faire votre connaissance.

C’est sincère. Les quelques minutes passées dans cette pièce me confirment déjà que « Roza » n’est pas le monstre que certains décrivent. Ça me peine qu’elle soit ici, d’autant que je ne comprends pas. Cet endroit a tellement à offrir… a-t-il réellement besoin de la force pour faire sa promotion ? Je tais ces doutes, ma voix aussi fait le silence. Mon regard se détourne, je ne veux pas qu’elle pense qu’elle m’horrifie mais je ne veux pas l’insulter en fixant ses cicatrices ou ses lunettes. Si les rumeurs sont vraies, alors je sais ce qu’elles cachent.

- Je ne vais pas vous déranger plus longtemps, je suis désolée si je vous ai importunée, je crois toujours qu’elle a besoin qu’on lui tende la main mais encore faut-il qu’elle accepte cet état de fait, je ne sais pas où elle en est, je peux repasser dans deux ou trois jours pour savoir si vous ne manquez de rien.

Mes propres mots me semblent hypocrites. Bien sûr qu’elle manque de quelque chose. De soleil, de liberté, de compassion, d’Amour. J’aimerais pouvoir répondre à tous ces besoins mais je n’ai aucun pouvoir ici. Je n’ai que ma personne, ma bonne volonté et ma foi. Celle que nous nous dirigeons inexorablement vers la lumière et que pour elle, comme pour les autres, le chemin s’éclairera tôt ou tard.
Revenir en haut Aller en bas  
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
Graphiste & modératrice
Roza Votiakova
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pistolet 9 mm avec silencieux ainsi que deux couteaux poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 2528
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: House of sympathy   House of sympathy EmptyDim 16 Juin 2019 - 18:08
Elle est heureuse de faire sa connaissance ? C'est bien la première fois en cinq mois qu'on lui souffle ce genre de retour et la russe ne le comprend bien évidement pas, n'a t-elle pas le sang des siens sur les mains ? Eve-Madeleine répond t-elle tout simplement du camp des perchés ? Elle n'y voit aucune logique, la bienveillance affichée par la nonne et la sincérité du ton employé la perd encore plus. Ses sourcils se froncent comme pour l'aider à pousser la réflexion plus loin, mais malgré l'effort employé à la tâche et les secondes qui défilent, elle n'assimile toujours pas ces mots.

Le sac poubelle emporté, la borgne en détourne le regard, ça aussi, c'est un petit cran de plus dans l'échelle de la honte, là où elle n'est même pas fichue de se débarrasser de ses propres déchets. Elle porte sa main à son front et presse ses tempes douloureuses entre son pouce et son index, ce mal de tête devenu quotidien ne semble pas encore prêt à s'envoler.

Importunée ? La slave ne saurait même pas répondre à cette question, tout l'importune à ce stade qu'on soit bienveillant ou exécrable, finalement, c'est du pareil au même, elle est toujours coincée là, entourée d'étrangers, privée de liberté et loin des siens. Elle lui est cependant redevable pour les denrées apportées et ce premier service rendu. D'un nouveau geste de la tête, elle tente alors de rassurer sa vis-à-vis puis se tourne vers la porte à demie-ouverte. Ce dont elle a réellement besoin est simple et se trouve juste derrière ce pallier, et enfin, au delà de cette île maudite.

"Partir...." Hum, il manque peut-être un peu de contexte, elle fait donc l'effort de finir sa phrase, malheureusement, elle n'arrive pas à contrôler son ton las et fatigué : "C'est tout ce dont j'ai besoin..." Absolument rien d'autre, quoiqu'un peu de tabac ne ferait pas de mal. Elle reste bien consciente que son invité ne pourra aucunement répondre favorablement à son attente mais c'est malheureusement le seul désir qui la ronge jour et nuit, la seule chose qu'elle a la force de souffler, du reste, qu'il s'agisse de plus de confort ou d'un peu de présence, elle estime tout simplement ne pas en avoir la légitimité. On ne la laisse plus mourir de faim, elle est marquée, mais vivante, c'est déjà quelque chose de grand. Dans quel but ? Elle le saura peut-être un jour...


JUST A ROSE, ROOTED IN THE DIRT.

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: House of sympathy   House of sympathy EmptyDim 16 Juin 2019 - 23:10
- Je…, je me pince les lèvres mais cède finalement à l’appel de la vérité, je ne peux pas vous apporter ça…

J’hésite à m’en aller. A abréger cette entrevue qui ne fait sans doute qu’ostensiblement marquer nos différences. Moi, qui suit libre et elle, qui ne l’est pas. Quelle idiote j’ai été, à ne pas me rendre compte avant que ma personne elle-même est un totem à tout ce dont la locataire de cette maison sombre est privée. Mon intuition me pousse néanmoins à rester encore un peu. Le cœur est une merveilleuse boussole dans ces cas-là, je préfère le suivre. Peut-être ferai-je fausse route mais je ne regretterai pas de l’avoir suivi.

- On m’a raconté ce qui vous est arrivé et je suis persuadée que les mots sont dérisoires pour retranscrire ce que vous ressentez. Je n’excuse ni ne nie ce qu’on vous a fait, c’est réellement terrible, une pause marque mon discours fébrile, l’émotion fait imperceptiblement vibrer ma voix, je suis désolée que vous ayez traversé toutes ces épreuves.

Je ne parle plus seulement de la détention ou de la torture, mais aussi de toutes ces histoires qui semblent émaner de sa personne. Son aura dégage l’énergie de mille secrets, de mille batailles, de mille souffrances. Elle est brisée mais elle ne l’a pas été à son arrivée sur cette île, pas complètement. Je le devine dans ses silences, dans tout ce que cette maison affreusement triste dit de son état psychologique. Autrefois, il n’était pas rare que des voyageurs viennent jusqu’à nous, au couvent, parce qu’ils étaient perdus. On les écoutait, on leur parlait, on les conseillait. Mais aujourd’hui, je ne suis plus sœur aspirante. Je ne suis qu’une survivante parmi d’autres.

- Mais les ténèbres ne régneront pas toujours sur la terre, où il y a maintenant des angoisses, mon timbre, bien que doux, prend des accents énigmatiques alors que je récite ce bref passage de la Bible, Esaïe, chapitre 9, c'est de l'Ancien Testament. Je pense… je pense que cela s’applique plus encore aujourd’hui : il faut garder espoir. Même si tout semble sombre, la lumière finira par dissiper l’obscurité.

J’y crois, en dépit de toutes les horreurs qui m’ont été faite à moi aussi. Les plans du Seigneur sont indéchiffrables mais ils ont forcément un but, une direction. Celle-ci ne peut-être de plonger l’Homme dans le désarroi pour l’éternité. Il nous enseigne une leçon, à chacun d’entre nous. Nous iront mieux lorsque nous l’auront comprise et les générations futures seront exempts de nos pires travers.

- Je prierai pour vous, lui dis-je en prenant la direction de la sortie, peut-être me direz-vous le nom par lequel vous souhaitez que je vous appelle quand je reviendrai.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: House of sympathy   House of sympathy Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- House of sympathy -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] House of Fury [DVDRiP]
» [UploadHero] House of the Rising Sun [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: