The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Problems. -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 1759
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Problems.   Problems. - Page 3 EmptySam 3 Aoû 2019 - 11:01
Je l’emmerde ?

Bah tiens, en voilà une autre. Qu’est-ce que j’m’en branle actuellement. Puis c’est pas le premier à qui ça arrive, c’est comme un mauvais rhume ça, on y passe tous quand l’hiver repointe sa trogne, c’est pas pour autant qu’on est tous à geindre comme des gros nazes !

Ouais c’est la douleur qui parle, ouais ! Mais c’est bien normal, le karma m’a fait payé de l’avoir bousculé, insulté, secoué, ou j’sais pas quoi. D’son côté, s’il s’en tire à meilleur compte, c’est juste parce que je l’ai un peu pressé d’pas me laisser sur le rebord. Maintenant que moi j’me suis vautrée et que je douille, il va pas se plaindre d’être en vie ! J’ai même envie d’dire qu’on est quitte comme ça. Il va bien, j’ai mal, il m’a tiré de là, j’ai mal encore. Non vraiment, les scores sont presque à zero vu ce que je lui ai tartiné sur la tronche jusque là !

Mais Valérian est plein d’surprise faut croire. J’ai à peine l’temps d’me dire qu’il va falloir que j’me démerde toute seule pour fuir ses emmerdes, qu’voilà qu’il m’attrape pour passer sous mon bras et m’permettre d’me tenir à lui. J’le fixe avec de gros yeux, mais j’me ravise vite parce que du coup vaut mieux fermer sa gueule parfois. Religieusement, s’entend.

Putaaaaain… que j’grogne dans mes lèvres dans ma langue natale. Pour encaisser la douleur d’mes côtés, puis celle de ma jambe sur laquelle j’ai du mal à prendre appuie.

Il m’désigne une façade du menton, m’annonce qu’on va s’planquer là. Me défie d’trouver mieux. J’secoue la tête pour lui répondre : pour une fois j’suis franchement pas inspirée, et j’ai comme l’espoir qu’on pourra vraiment s’y cacher pour de bon ; j’l’aide un peu, comme deux éclopés on arrive jusqu’à cette devanture où il m’lâche et où j’m’appuie péniblement sur mes deux guiboles. Les charognes sont déjà là, et c’est p’t’être le moment où j’me rends compte qu’elles sont plus nombreuses que j’l’imaginais.

J’espère qu't'es prêt pour le siège qui arrive… Et qu’il a fait l’plein surtout.

On parvient à rentrer, en s’glissant sous le rideau en métal pour le refermer derrière nous. Pile à temps avant qu’les premières charognes s’pressent contre pour essayer d’nous bouffer. La rue s’remplie dangereusement, les autres sont aussi coincés dans leur appart de fortune. Ça nous laisse le temps d’trouver une solution.

J’boite, Valérian a l’air d’se faire au décor. Pas un bruit. C’est vide, et tant mieux. J’tombe sur le sol, pour poser mon cul à terre, dans la poussière, et soulager le poids sur ma jambe. Ça va pas être beau à voir ça encore, mais j’préfère pas jeter un coup d’œil tout de suite.

C’est pas si mal pour une pause, ou manière de dire merci. J’pose mon regard sur lui, et un peu honteuse, l’détourne quelques instants.



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Colt Anaconda et cutter à lame trapézoïdale
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 549
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Problems.   Problems. - Page 3 EmptyJeu 8 Aoû 2019 - 14:36
Silencieusement, Valérian adressa à Yulia un hochement de tête pour s’assurer de son consentement (dont il n’aurait, en vérité, pas fait grand cas) avant de la hisser contre lui pour ensuite progresser, clopin-clopant, en direction du magasin où il espérait sincèrement trouver refuge.

Un grognement aux accents de détresse échappa à Yulia, ce qui arracha un mince sourire à son partenaire. En dépit de la langue qui lui était étrangère, l’intonation et la grimace que fit Yulia ne trompèrent en rien Valérian sur le contenu du message : « Ah ! » Il tourna vers elle un regard railleur : « Ne me dis pas que tu regrettes cet après-midi passé en ma compagnie ? » Ses yeux pétillèrent un peu plus : « Si tu souhaites t’excuser, je suis tout ouïe. » Ils progressèrent davantage, pas à pas ; bras dessus, bras dessous : « Toujours est-il que tu as réalisé une très belle démonstration de saut en hauteur tout à l’heure. Dommage que la chute ait été un peu… Rude. » Si Valérian s’exprimait à voix basse, il savourait manifestement le fait d’avoir la jeune femme à sa merci. Après en avoir tant pris pour son grade, il s’agissait en effet, à ses yeux, d’un juste retour de bâton, voire d’un petit coup de pouce en sa faveur de la part du karma.

Valérian encaissait, de fait, difficilement certaines des accusations portée par Yulia à son encontre et peinait, par conséquent, à contenir l’amertume dans sa voix. Son orgueil surdimensionné avait été mis à mal par la jeune femme. Personne ne l’avait jamais remis à sa place de cette façon ; pas avec autant de hargne, ni autant de mépris. S’il était entré dans le jeu de Yulia, la virulence de celle-ci l’avait finalement désarçonné et pris au dépourvu. Elle avait, de surcroit, déclenché chez lui une violence similaire, catalysée au fin fond de ses tripes par de nombreux mois de solitude, et lui avait offert l’opportunité de l’exprimer, de la cracher comme un poison trop longtemps contenu dans ses veines. L’un dans l’autre, cet échange houleux en compagnie de Yulia, aussi irritant qu’il ait pu être, l’avait sacrément soulagé.

Lorsqu’il prit conscience des morts qui les suivaient, Valérian tenta d’accélérer l’allure et fut rassuré de constater que Yulia joignait ses efforts aux siens. Ils devaient avoir l’air fin, à sautiller comme deux crétins au milieu d’une rue infestée de rôdeurs : « Allez, on y est presque. » Ils parvinrent finalement au magasin et s’y glissèrent - in-extremis - avant l’arrivée des morts.  

Abandonnant Yulia à l’entrée, Valérian s’empressa aussitôt de faire l’état des lieux. Ils étaient seuls. Enfin une bonne nouvelle ! Une fois assuré de leur relative sécurité, le grec revint auprès de sa partenaire pour la découvrir allongée au sol, en proie à une douleur manifeste. Ses côtes, à l’instar de sa jambe, avaient visiblement été salement amochées par sa chute. Contrarié, Valérian se mordit les lèvres et, chose rare, s’abstint de faire un commentaire. Au lieu de ça, il détourna les yeux et se dirigea vers le rideau métallique pour jeter un coup d’oeil à travers ses volets. Cinq morts se pressaient d’ores et déjà contre le rideau. Valérian réalisa cependant, avec une grimace, que d’autres affluaient rapidement dans leur direction. Il n’en toucha pourtant pas un mot à la russe. Elle devait bien se douter de ce qui les attendait dehors.

Le grec hocha la tête à la remarque de Yulia. Avec un soupir lourd d’exaspération, il s’adossa alors au mur et se laissa glisser jusqu’au sol pour s’asseoir à côté de la russe : « Je suppose qu’on un peu mérité de se retrouver dans ce pétrin. » C’était sa façon à lui, certes très détournée, de s’excuser auprès de Yulia. Il désigna alors d’un signe de tête la jambe de la jeune femme : « Ça pique tant que ça ? Ou bien tu as joué toute cette comédie pour que je te porte ? » Il ponctua sa phrase d'un brin de sourire. Il ne s'agissait pas d'une énième provocation.
Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 1759
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Problems.   Problems. - Page 3 EmptySam 10 Aoû 2019 - 10:58
J’regrette d’être sortie ouais. J’regrette de l’avoir croisé, j’regrette d’m’être vautré dans cette poubelle, j’regrette la douleur, mais comme beaucoup d’gens, j’ai plus de regrets que d’souvenirs. Par contre, j’ai aucun regret concernant cette engueulade, elle m’a déchargé du poids de tout ce que j’aurais voulu dire à ces idiots qui ont pas eu les couilles de se battre plus tôt. Comprendra qui pourra. J’essaie pas d’me dédouaner d’une responsabilité quelconque, j’comprends juste que quand il faut agir, j’serais toujours seule, et y’aura jamais personne pour me soutenir.

Maintenant que j’ai le temps d’prendre cette pause, j’souffle pour réaliser qu’j’ai encore plus mal que ce que j’pensais. Avec l’adrénaline, les coups d’feu, les morts, autant dire qu’t’as vite tendance à oublier qu’tu souffres au profil de la survie. L’bleu qu’j’vais avoir sur la cuisse va pas être jouasse, j’le pressens avant même d’l’avoir vu. Un soupir m’échappe, et la déclaration d’mon voisin à propos de c’qu’on mérite m’arrache un rire sans joie :

Ouais, surtout toi. Bon, c’est gratuit, et Valérian a apparemment baissé les gants. J’devrais peut-être arrêté d’m’en prendre à lui. Ok, j’me tais.

On fera passer ça pour une boutade, ou c’qui y ressemble le plus. Je hausse les épaules, l’air de dire que j’pourrais m’excuser mais j’le ferais pas. Parce que ça serait pas vrai et puis, comme déjà dit, j’ai aucun regret sur c’que j’ai craché. Ça m’a fait du bien, ça m’a libéré d’un poids, et j’aimerais qu’d’autres soient là pour l’entendre. Ce que j’ai sur le cœur, c’est lourd, c’est aigre, ça ronge. C’est comme une tumeur qui finira par m’emporter si j’fais pas attention.

Ma tête bute contre la surface derrière moi, et j’essaie de trouver une position qui soit pas trop désagréable. Jambe tendue, j’porte une main à mes côtes, et peu sentir les égratignures à travers mon haut.

Ca t’intéresse vraiment ? Vraie question, j’porte un regard vers lui qui l’interroge vraiment sur sa capacité à être sincère. J’ai du mal à pas voir les attaques, même quand ça en est pas. Mais ça joue beaucoup quand on est naturellement une personne agressive et butée : Parce que bon, tu m’as porté quand même alors au bout du compte, j’vais p’t’être garder le mystère jusqu’au bout.

En vrai, non. J’relève mon haut pour voir avec lui qu’j’ai tapé au mauvais endroit. Mon flanc est rougi et griffé, mais ça aurait pu être plus sérieux. Ça fera un bleu aussi, et on peut pas en douter.

C’est pas beau à voir. J’préfère même pas regarder le reste… La grimace de douleur que j’fais parle pour moi. Mais si c’est ça ton astuce pour que j’me foute à poil, ça arrivera jamais.

La blague passe bien, elle est nécessaire pour tâcher de détendre un peu l’atmosphère. Mes yeux s’posent sur mon voisin, et j’l’interroge :

Les razmoket vont bien ? Ils sont pas repassés, ils comptent revenir ou ils sont trop flippés pour ça ?



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Colt Anaconda et cutter à lame trapézoïdale
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 549
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Problems.   Problems. - Page 3 EmptyLun 12 Aoû 2019 - 21:34
Valérian se mordit les lèvres, visiblement partagé entre la possibilité de faire une trêve et l’envie de retourner de plus belle à la charge : « Surtout moi, oui. » concéda t-il finalement, davantage pour couper court à cette nouvelle prise de tête plutôt que par réelle conviction.

Une chose était sûre : chacun avait sa part de responsabilité dans ce merdier et tous les deux s’en mordaient à présent les doigts. Yulia plus particulièrement, compte tenu de son état. La russe avait beau être foutrement coriace, les grimaces qui tordaient son visage exprimaient la douleur qu’elle refusait d’admettre à voix haute. Raison pour laquelle Valérian lui jetait régulièrement des coups d’oeil anxieux, conscient que, en dépit de la profonde aversion qu’elle lui avait inspiré un instant plus tôt, il ne pourrait se résoudre à l’abandonner dans un tel état.

Trop bon, trop con. Comme on dit.  

Tout compte fait, peut être n’était-il un si gros connard que ça ? L’idée d’abandonner Yulia à son triste sort lui avait, certes, traversé l’esprit. Mais, confrontée à une telle situation, quelle personne saine d’esprit et normalement constituée n’aurait pas préféré sauver sa propre peau plutôt que celle d’une inconnue - et emmerdeuse de surcroit ?

Bon, Yulia n’était pas tout à fait une inconnue pour Valérian. Leurs chemins s’étaient, en effet, croisés à plusieurs reprises. Ce qui avait été, à chaque fois, l’occasion d’une dispute ou tout du moins d’un échange très houleux. Il était visiblement dans leur nature de se chercher des noises. Il suffisait effectivement d’un mot de travers, d’un commentaire déplacé ou mal interprété pour que l’un d’eux saute sur l’occasion et déclenche les hostilités. S’ensuivaient automatiquement une série d’insultes et de regards noirs jusqu’à ce que Valérian ou Yulia ne décide finalement de lever le camp sans demander son reste.

La dispute de cette après-midi avait, cependant, été très différente des autres : plus violente, plus sonore et bien plus éprouvante que les précédentes, elle avait eu l’avantage de les décharger respectivement d’une bonne dose de hargne ; à tel point que, l’autre comme l’autre, ils paraissaient désormais amorphes. Épuisés mais satisfaits, comme après une bonne baise. Le souffle encore haletant, Valérian était abasourdi d’avoir trouvé la force de s’époumoner à ce point. Il avait pourtant des années de pratique derrière lui, en tant que directeur d’un service de bons-à-rien et d’abrutis finis. Mais jamais une engueulade n’avait parue aussi satisfaisante à ses yeux.

Vigilant, Valérian observa Yulia qui s’installait un peu mieux contre le mur. À la question de la russe, il arqua un sourcil et dit d’un air impassible : « Pas vraiment, mais puisqu’on est seuls et incapables de se débarrasser l’un de l’autre, autant que tu me montres le résultat de tes prouesses. »

La jeune femme consentit finalement à soulever son t-shirt pour qu’il constate les dégâts : ah oui, c’était moche. Il résulterait de cette chute un beau bleu, dont les prémisses apparaissaient déjà à la surface de la peau laiteuse de Yulia. Valérian pouffa franchement à la remarque suivante de celle-ci : « Bah ! Pour ce qu’il y a à voir. Une vraie planche à pain ! » Le regard pétillant, il dit alors : « Et ta jambe ? Ne me dis pas que je t’ai portée jusqu'ici à cause d’une égratignure ? »

La question de Yulia, au sujet du groupe de jeunes, fit disparaitre toute trace de sourire du visage de Valérian. Les sourcils foncés, le grec contempla un instant ses chaussures, puis répondit d’un ton qu’il espérait dégagé : « Lily et Julian veulent repartir pour Chicago. Ils ont de la famille là-bas. J’ai bien essayé de les en dissuader mais… » Il haussa les épaules : « Je n’ai jamais été très doué avec les gamins, de toute façon. C’est sans doute mieux comme ça. » Un instant songeur, le grec enchaîna d’un ton égal : « Jake est… Fidèle à Jake, je suppose. À mon grand désespoir, lui reste dans le coin. J’ai l’impression de l’avoir constamment dans les pattes, ce crétin. Et il jacasse comme une pie en chaleur ! C’est épuisant à la longue. Si tu veux bien m’en débarrasser, je t’en serais franchement reconnaissant. » dit-il en secouant la tête d’un air dépité.

Soudain désireux de réorienter la conversation, Valérian se tourna alors vers Yulia : « Qu’est ce que tu fabriques dans le coin, toi ? »
Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 1759
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Problems.   Problems. - Page 3 EmptyJeu 22 Aoû 2019 - 19:30
Ah c’donc bien pour que j’me foute à poil ! J’m’offusque avant d’me marrer. T’es vraiment qu’un putain d’obsédé, tu l’sais ça ?!

Et j’arrête bien vite de rigoler quand ça m’fait un mal de chien. C’est une mauvaise idée d’secouer les côtes quand elles sont pas en état pour ça. Mais bon, puisqu’il insiste, j’me tortille un peu pour essayer de dégager ma fesse, puis une partie d’ma cuisse. Même résultat, les égratignures sont plus conséquentes cependant, certaines ont tâché le jean. Et le bleu qu’j’vais avoir va pas être sexy. Bon, faut passer à autre chose. J’avise Valérian d’un regard en coin, en me rhabillant rapidement. C’est douloureux mais à part une grimace équivoque, j’ajoute rien d’autres.

Il me cause de Lily et Julian, leurs images me viennent en tête presque immédiatement. Et c’qu’il m’annonce m’fait froncer un sourcil :

A Chicago ? Pourquoi ? J’le sais très vite. L’homme a l’air de mal digéré la nouvelle, mais passe vite à autre chose pour faire comme si ça l’touchait pas. Mais j’suis pas con : ça le touche. Bah, t’es pas leur père, alors laisse-les s’emmerder là-bas si ça leurs chante. Je hausse les épaules, c’est un peu le conseil facile mais j’pense qu’il est mature pour savoir qu’on marche sur la tête désormais. J’l’imaginais pas sensible cependant… T’façon, le deal d’aujourd’hui, c’est d’en avoir globalement rien à carrer d’tout. Sinon, tu finis par t’casser les dents sur c’monde de merde.

J’pince les lèvres, il me retourne la question. Deux éclopés qui s’piffent pas trop, mais qui sont en train d’se faire la conversation. On aura tout vu. J’imagine pas qu’un jour, ça soit vraiment détendu entre nous. J’imagine pas qu’les choses puissent évoluer, en fait. J’ai l’impression qu’la vie est juste un chaos ordinaire, le genre qui arrachera tout ce qu’il faudra pour ça… J’soupire.

J’étais… En train d’chercher de quoi désinfecter la plaie d’Raina. En gros. Elle a fait une grosse fièvre après ça, et ça a du mal à s’remettre. Sauf qu’elle veut absolument tenir sur ses deux jambes pour aller voir son mec j’sais pas trop où.

Je secoue la tête, comme si j’validais pas l’idée. Mais c’est ça en fait : j’trouve ça bête de prendre ce risque dans son état. Et j’comprends pas par quoi elle est motivée.

C’est trop con, mais j’peux pas l’empêcher d’faire ce qu’elle veut, j’essaie au moins d’limiter la casse.

P’t’être qu’au fond, j’essaie aussi d’réparer mes conneries. Si Raina s’est retrouvée comme ça, c’est à cause de moi. Si elle a tant d’mal à se remettre, c’est aussi d’ma faute. Alors… Alors, faut bien que j’me rattrape aux yeux d’une personne que j’estime assez pour qu’ça ait un peu d’importance.

Et j’voulais en profiter aussi, voir si… J’sais pas, si j’trouvais pas un truc à propos d’ces mecs. Parce qu’on a rien sur eux, même pas leurs visages… mes yeux fixent le bout d’mes chaussures, j’me mords la lèvre, avec force. Pour essayer d’contenir la pointe de colère qui monte en moi. J’ai besoin qu’ils souffrent pour c’qu’ils ont fait.

C’est une sorte d’aveu. Une sorte de certitude aussi.

Qu’l’autre chienne soit morte, ça m’suffit pas. J’ai envie qu’ils saignent, tous.



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Leader | The Exiles
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Colt Anaconda et cutter à lame trapézoïdale
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 26/01/2019
Messages : 549
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Problems.   Problems. - Page 3 EmptyMar 27 Aoû 2019 - 19:20
« Un obsédé ? Absolument pas. Plus chaste que moi, tu meurs. » dit Valérian en feignant un air sérieux qui n’aurait cependant trompé personne.

Le grec jeta un coup d’oeil à la jambe de Yulia et fronça sensiblement les sourcils : le tableau était similaire à celui de ses côtes. De gros bleus apparaissaient ça et là et la peau de la jeune femme avait été écorchée à plusieurs endroits au point de saigner. La jambe ne paraissait en revanche pas cassée, ce qui rassura quelque peu le grec : la situation n’était pas aussi terrible qu’elle aurait pu l’être. « C’est bien ce que je pensais : une vraie chochotte ! Cache-moi ces fesses, c’est franchement dangereux de tenter un obsédé comme ça. » Valérian lui lança un regard de biais, prémisse d’un nouveau coup bas : « Pas que tu sois à mon goût. Mais il faut bien se contenter de peu en pleine apocalypse. » Il lorgna un instant sur la jambe de Yulia, puis fit mine de soupirer lourdement : « Voire de très peu. »

Se retenant à grand peine de pouffer comme un idiot, le grec entreprit de fouiller dans ses poches à la recherche de son paquet de cigarettes. Ces derniers temps, sa vieille addiction avait pris le dessus sur ses maigres résolutions, si bien que Valérian passait désormais une grande partie de son temps à errer en quête de quelque chose à se mettre sous la dent. Que ce soit une cigarette ou bien un simple joint. Le grec était en effet si désireux de soulager ses bouffées d’angoisse et de colère qu’il était prêt à satisfaire son addiction par n’importe quel moyen. Ce qui n’était, malgré tout, pas une chose aisée par les temps qui courraient. Autant dire que le contenu de son paquet de clopes impactait considérablement l’humeur de Valérian. S’il était à court de munitions, le grec devenait franchement agressif et bien plus enclin qu'à l'accoutumée à provoquer son entourage.

Avec un sourire sans joie, Valérian songea à Elena et à son expression franchement désapprobatrice chaque fois qu’il avait fumé en sa compagnie. Nulle doute que jeune femme aurait très certainement trouvé quelque chose à redire concernant son comportement actuel. Mais il s’agissait d’une autre vie, dont le grec avait depuis longtemps tourné la page.    

C’est à ce moment-là que fut abordée la question des gamins. Les sourcils froncés, Valérian écouta en silence les propos visiblement détachés de Yulia à ce sujet : « Hmm, oui. C’est vrai. » fut tout ce qu’il trouva à dire en retour. N’en avoir rien à carrer. Poursuivre son chemin sans s’encombrer de qui que ce soit. Telle avait été la devise du grec pendant de longs mois. Valérian avait en effet cru que l’existence au sein de ce monde semblerait ainsi plus facile. Que n'avoir rien à perdre le rendrait insensible à ce merdier et par conséquent plus fort. Pourtant, force était d’admettre que sans cette bande de mioches, jamais il n’aurait survécu à l’attaque des abrutis masqués au No Man’s Land.

Quoi que, à bien y réfléchir, jamais il n’aurait mis les pieds dans ce hangar si ce crétin de Jake n’avait pas insisté pour s’y rendre.  

Avec une exclamation ravie, Valérian mit finalement la main sur son paquet de cigarettes et l’ouvrit aussitôt pour constater qu’il ne contenait plus qu’une clope : « Raina ? » répéta t-il en écoutant Yulia d’une oreille distraite. Il lui fallut un instant pour se remémorer le visage de la femme en question : jolie nana, arc à la main et gueule de six pieds de long. Oui, c’était ça. Elle avait été sacrément amochée au No Man’s Land : « Ça a l’air d’être une sacrée tête de mule ta copine. Marrant comme elle me rappelle quelqu’un. » L’air détaché, Valérian alluma alors sa cigarette et en inspira une bouffée : « Je ne peux pas m’empêcher de constater que tu n’as pas l’air d’en avoir (il mima des guillemets) rien à carrer. Faire le tour de Seattle pour désinfecter une plaie, ça m’inspire plutôt une belle et longue histoire d’amour. Enfin… » Il haussa les épaules : « Pour ce que ça me regarde. »  

Valérian tira une nouvelle fois sur sa cigarette, hésita, puis la tendit à Yulia : « Intéressée ? Ça ne risque pas d’aider ta chère Raina, mais bon… » Nouveau sourire en coin : « Parait que ça rend aimable. »

L’expression moqueuse de Valérian disparut à la mention des Scarecrows. Une ride contrariée entre les yeux, il écouta attentivement Yulia puis, lorsqu’elle eut terminé, prit à son tour la parole : « Donc si je résume… Tu t’es lancée seule à la poursuite d’une bande de salauds masqués dont on ignore le nombre exact et qui n’a aucun scrupules a mutiler ni tuer. » Le grec haussa les sourcils : « Loin de moi l’idée de dénigrer tes capacités, mais ton projet de vendetta me parait très ambitieux. Tu as quelqu’un pour t’épauler au moins ? » .... « À part Raina, bien sûr. »
Revenir en haut Aller en bas  
Yulia Iojov
Administratrice
Bras Droit | The Exiles
Yulia Iojov
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 1759
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Problems.   Problems. - Page 3 EmptyMer 28 Aoû 2019 - 9:46
Ah ouais, très peu ?

Bah tiens, il s’est pris pour un Apollon celui-là, il doute de rien. J’ai un rire amusé, parce qu’il matte presque sans gêne dès qu’il en a l’occasion, et ça augure tout c’qu’il pense de ce très peu comme il le dit si bien. J’vais pas m’en vexer : ce que pensent les hommes de moi m’intéresse fondamentalement pas du tout. J’ai fini par comprendre c’que j’étais, ce que j’voulais, ce que j’faisais aussi. Mes symptômes et mes erreurs. J’vais pas tout reconsidérer pour un grec trop aveugle pour voir que j’suis ce qu’il se fait de mieux et de plus honnête à des kilomètres à la ronde.

Puis, il a un trop gros égo, va falloir le dégonfler un peu :

Si on était les deux dernières personnes en vie sur cette terre, et qu’j’étais morte de faim au point d’considérer qu’tu pourrais être comestible, j’refuserais d’coucher avec toi. Regard sincère, planté dans le sien, et sourire compatissant : Non, en fait, j’te toucherais même pas avec un baton.

Voilà qui est dit, et qui est franc surtout ! J’pourrais enchainer sur un p’tit rire, mais ça enlèverait tout le prestige de cette déclaration insolente. Et putain, qu’est-ce que j’aime l’insolence ! Il a beau essayé d’me confronter à mes propres contradictions, j’vais continuer à faire la forte tête et à me moquer d’tout ça. J’avise Valérian d’un regard déjà lassé par ses déclarations, m’abstiens de lui lancer un « gneugneungueh t’es débile » pour hausser les épaules :

J’en ai rien à carrer, mais j’ai une dette envers elle. Elle m’a sauvé la vie, et j’paie mes dettes. Fin de l’histoire donc. P’t’être que j’apprécie plus Raina que j’veux bien l’admettre, mais c’est un débat que j’aurais pas avec lui. Que j’l’aime ou non, c’est pas la question. Enfin, j’crois pas. Mais t’as raison, ça t’regarde pas.

Sa proposition pourrait être simplement généreuse. J’avise la cigarette qu’il a tant eu du mal à trouver, avant d’esquisser un sourire en coin :

Pourtant t’as fumé tout l’paquet et tu l’es toujours pas. Allez, boum.

Du reste, j’vais pas argumenter. Il a raison sur un tas d’points, signe que Valerian est peut-être pas le gros neuneu que j’envisageais à la base. Bon, plein de surprises ce garçon. C’est sans doute ça qui aide quand on prend les gens comme ils viennent : ils peuvent toujours nous surprendre. Généralement en mal, parfois, rarement, en bien.

Juste Salem. Il se souviendra d’elle probablement. Mais j’me dis que si personne le fait, bah on y arrivera jamais. Qu’faut porter ses couilles parfois. Je me justifie là ? Bordel, ça fait chier. Ouais, c’est une expression qu’tu connais pas trop. Hésite pas à m’arrêter si y’a des trucs qu’tu comprends pas, hein.

Pique gratuite. Mais on serait pas nous si y’en avait pas dans cette discussion.

Le fait est : si j’le fais pas, personne l’fera à ma place. Alors c’est p’t’être ambitieux et bête, mais tant pis, il faut c’qu’il faut pour plus qu’ça arrive et obtenir justice.

J’dois confondre justice et vengeance, mais c’est un autre débat.



Je sais pas si ça m’est déjà arrivé, enfin, on va essayer de ramasser tous les morceaux et de recommencer à zéro, ça va pas être facile mais on est tous ensemble maintenant et je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Problems.   Problems. - Page 3 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Problems. -
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: