The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Une révélation imprévu |Cameron -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erika P. Madsen
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: M9 + étui / couteau de survis + étui
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 12/01/2019
Messages : 222
Age IRL : 29
MessageSujet: Une révélation imprévu |Cameron    Une révélation imprévu |Cameron  EmptyLun 20 Mai 2019 - 14:17
Une révélation imprévu...
Erika prit une profonde respiration devant le puit où elle avait caché des armes avec sa tante, lorsqu'elles travaillaient sur un plan de défense. Appuyée contre le rebord de pierre, elle réfléchissait et essayait de compter depuis la date de ses dernières règles. Il n'y avait pas moyen qu'elle tombe enceinte. Les enfants, c'était une plaie, ça faisait du bruit, ça demandait du temps, de la patience et de.. Erika n'était tout simplement pas prête à tomber enceinte et elle ne le voulait pas surtout qu'il y avait plus de chance que ça provenait d'un rital, qu'elle avait eu durant une nuit plutôt qu'un irlandais avec qui elle avait vécu une véritable relation amoureuse. Le stresse l'envahit, à tel point qu'elle sentit la bile lui monter dangereusement dans la gorge.

La main devant la bouche, il fallait réagir mais le plus important, c'était de rester le plus discret possible. Erika ne voulait pas que cette incartade devienne public. Ça n'était qu'un moment de perdition, une pulsion, un besoin de sentir son corps à nouveau vivant et désiré durant le temps d'une nuit. Sans pression, sans devoir et sans promesse. Cameron s'était présenté comme étant le parfait amant d'une nuit. Même si ça n'avait pas été prévu, elle s'était sentie pousser des ailes tandis que ce dernier s'était envolé comme il était arrivé.
Le lendemain avait été un peu difficile, un peu nouveau et douloureux. Elle l'avait sentit encore en elle un long moment et les brûlures d'estomac avaient été atroces. A tel point qu'il lui était devenue difficile de supporter les coups de marteau et autres dans la nouvelle construction en cours au sein du clan. Elle prit une profonde respiration pour se retenir et se reprendre, toujours en appui, elle réfléchissait. Il fallait qu'elle en est le cœur net avant d'alerter la population. Cela n'allait pas pas être l'annonce du siècle comme elle aurait voulu mais c'était ainsi. Erika pensait qu'il fallait prendre la voiture et se rendre dans un pharmacie. Le clan ne possedait pas forcément ce  genre de test, c'en était pas devenu une grande priorité.

Un craquement l'alerta et sortit son couteau de sa chaussure  en se retournant.
Elle était un peu éloignée du clan et les mauvaises rencontres pouvaient être possible. Le cœur battant, ne sachant pas sur quoi elle allait tomber, elle scruta les environs et chercha d'où pouvait provenir le bruit. Voyant qu'il n'y avait aucun autre bruit suspect, elle referma les yeux. Comment concevoir un enfant dans cette période aussi apocalyptique. Ce n'était vraiment pas pour elle. Un autre bruit. Putain! se dit-elle intérieurement en serrant les dents et elle leva les yeux en reculant de quelques pas. Un macchabée arrivait sur elle, marchant difficilement sur une jambe estopié, le pied retourné et une jambe valide. Les bras tendu vers elle, affamé. Elle recula poussant un cri, dégoûtée, un cri instinctif, le danger rôdait. Aussitôt, elle regardait autour d'elle, un mort esseulé, c'était facile, plusieurs, cela allait être compliqué : « T'es tout seul où t'as ramené tes potes pour un barbec ? » demanda t-elle mais à part des râles et des gargouillis dans une gorge ouverte, c'était tout ce qu'elle reçu comme réponse.

Prudente, elle contourna le puit et le laissa venir à elle pour planter son couteau dans le crâne. Il était bien trop faible pour pouvoir la surprendre de leur force morbide. Il n'avait pas mangé depuis des lustres, c'était certain. Elle détacha les phalanges du mort-vivant de son t-shirt et attendit encore un peu , attendant une prochaine interruption. Erika fit volte-face et buta contre quelque chose. Surprise, elle leva son couteau dans le but de planter à nouveau ce dernier dans le crâne mais son poignet fut arrêté d'une main ferme suivi d'une protestation. Donc rien à voir avec un mort-vivant. Elle leva les yeux et tomba sur les yeux océan d'un homme qu'elle reconnu entre mille. « Bordel, Cameron ! » Elle le repoussa avec sa main libre et récupéra l'autre : « T'es qu'un con, tu sais ça ? » protesta t-elle à son tour, le coeur battant. Elle essuya son couteau tant bien que mal et le rangea, lui donnant le temps de reprendre ses esprits. Comment avait-il su qu'elle se trouvait ici et depuis quand il était là ? L'avait-il vu en profond doute, désespoir, l'avait-il vu tourner en rond, manquer de vomir ? Comment faisait-il pour toujours tomber au « bon » moment ? « Tu tombes bien. »

Maintenant qu'elle était sur le point d'avouer ce qui la préoccupait, elle reprit son petit manège d'aller et venu, devant un regard bleuté interrogateur, ce sourcil perplexe qui le quittait pas pendant qu'elle cherchait ses mots. Elle s'arrêta, à une distance raisonnable.  « J'ai un problème... Enfin nous avons un problème... » souffla t-elle seulement. Elle ne voulait pas dire qu'elle se pensait enceinte, elle ne voulait pas se l'avouer ; Elle voulait rester sur ce qu'elle était sûr, le retard de cycle qui n'était pas normal.« J'ai du retard. » Le mort était étendu près du puit mais il n'était plus le centre d'intérêt, quelque chose de beaucoup plus important allait occuper l'esprit de deux amants d'une nuit.
(c) princessecapricieuse


Quand tout fout le camp !
©crackintime
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Cameron G. Reeves
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Browning Hi Power 9mm & un couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2019
Messages : 258
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Une révélation imprévu |Cameron    Une révélation imprévu |Cameron  EmptyMar 21 Mai 2019 - 12:59
Une révélation imprévue


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Quelques jours tout au plus, ça lui semblait déjà loin, loin malgré la rancœur de certains et l'animosité mal placée d'autres qui n'auraient pu le faire. Des putains d'ingrats. Effectivement, il n'allait certainement pas donner tort à son ego, ces gens n'étaient rien de plus que des ingrats, et pas seulement en ce qui concernait le geste qu'il avait eu, mais envers tout ce qu'ils possédaient, malgré la descente aux enfers, et qu'ils prenaient pour acquis. Bien sûr ils avaient morflé, mais qui n'avait pas subi dans ce monde à la con ? Les politicards, les starlettes de cinoche qui, lorsque la mort avait frappé à leur porte, avaient rapidement plié bagages pour une île à l'abri de tout, ou une saloperie de Bunker où, sans doute, tremblaient-ils tous en espérant que les morto n'évolueraient pas au point de pouvoir creuser quelques galeries pour les atteindre. Il en émit un rictus tien, que ceux ayant foutu la vie en l'air, en inventant des mélanges secrets défenses leur ayant pété à la gueule, puissent finir comme la plupart des terriens : bouffés non pas par les vers mais par les vermines que leurs cerveaux déviant avaient mis au monde.

S'éloigner du musée aux gueules de six pieds de longs ne faisait pas de mal du fait, un bol d'air frais là, au sein d'une forêt qu'il connaissait, pour l'avoir arpentée quelques semaines plus tôt avec Good, ne pouvait vraiment pas lui faire de mal. Ainsi il n'entendait plus les « piapia » intempestifs, ne voyait plus ses œillades juges se poser sur lui. Et bien que les jugements ne lui faisaient ni chaud, ni froid, qu'il avait appris à s'en contenter mais, mieux, à vivre avec, Cameron avait simplement envie de calme, de solitude. Caroline ne comprenait pas, tous autant qu'ils étaient là bas ne pigeaient absolument rien à ce qu'il avait foutu, parce qu'ils étaient faibles en ce qui concernait l’évidence. Comme le dernier groupe auquel il appartenait, exactement le même topo, exactement le même geste et les mêmes reproches, parfaitement similaires, enfin... A une chose près, cette fois il n'avait pas fui parce que Haley ne voulait pas. Parce qu'ici, dans ce campement, auprès de ces gens, elle se sentait chez elle.

- Merda... Siffla-t-il pour lui même avant de froncer les sourcils, remarquant aisément qu'un cadavere cavalait droit vers ce qui devait être une clairière. Miseria, même les morto t'esquivent Gio, ça devient tendance, ça a même traversé la fine frontière entre la vie et la mort.

Le macchabée ne lui avait même pas jeté un œil, pas un regard ne lui avait été adressé. Mais qui disait pantin décharné attiré ailleurs, alors que le simple fait de tourner sa sale gueule dans la direction opposée lui aurait assuré trouver de quoi grailler – sans malgré tout pouvoir s'y atteler -, disait généralement Humain, ou peut-être bien bestiole vivante, en vue. Il en roula des yeux, pinçant déjà les lèvres en jetant un coup d’œil par dessus son épaule. Le camp était à quoi au juste ? Quarante-cinq minutes, une demie heure d'ici tout au plus, alors s'il s'agissait de personnes, autant vérifier pour qu'il n'ait pas en plus une étiquette de profond égoïste, malveillant, collée sur le front d'ici à quelques heures. Un soupir plus tard et le trentenaire suivait la créature, couteau en main, pour se figer auprès d'un tronc en remarquant Madsen. Elle pouvait se démerder, du moins, si elle redressait le nez de sa contemplation. Y avait quoi dans ce puits abandonné pour qu'elle fixe ainsi le fond de ce dernier ? Tu t'en souci vraiment ? Oh non, cependant à peine fut-il prêt à rebrousser chemin, à peine son cri de détresse fit se révulser les billes d'encre sous ses paupières. Elle allait attirer tout les gitans du coin bordel. En deux trois pas, prêt à coller la lame profond dans le cuir chevelu de l'admirateur cradingue et sanguinolent, Reeves la vit l'achever avant de lui agripper le poignet, à peine son dos heurta-t-il son torse, pour s'éviter de finir avec une balafre.

- C'est l'premier que tu croises ou quoi, bordel ?! Lui parler aussi éviterait à la brunette de lui refaire le portrait, après tout les morto n'usaient des vestiges de leurs cordes vocales uniquement que pour meugler comme des vaches en pleine transhumance. Sa surprise l'invita à sourire de coin, tout autant que de la voir se débattre comme si le diable en personne lui agitait contrat et stylo sous le nez afin d'avoir accès à son âme. Ses doigts s'ouvrirent donc, lui laissant l'occasion de récupérer son bras et de ranger son couteau comme lui le faisait en s'approchant déjà du puits sans vraiment se soucier de ce qu'elle racontait. Tu faisais quoi, un vœux ? « Paix sur la terre » … Attends non, mieux qu'ça, Lâcha-t-il en faisant mine de réfléchir, terminant par la pointer du doigt. « faites que mon abrutis d'ex bourré d'liqueur revienne. » Il l'avait quasiment imitée même, se flanquant d'un sourire d'enfoiré qu'il termina par lisser du bout de la langue avant d'arquer un sourcil à ce qu'elle venait de dire. Oh la ragazza lui disait qu'il tombait bien, alors quoi ? Elle voulait réitérer l'expérience de l'écurie ? Un rictus lui échappa alors qu'il ancrait les reins contre les pierres usées du gouffre où jadis on puisait de l'eau. T'as un fétiche sur les endroits improbables Madsen ? Croisant les bras sur sa chemise noire, Reeves lui offrit ce sourire gavé de sous entendus avant de l'écouter reprendre concernant un problème, le sien et visiblement le leur. Merda, si ils avaient un problème ensemble alors Erika avait pas bien pigé la définition de leur étreinte. Ils n'étaient rien, absolument rien. Prêt à la couper, il fronça pourtant les sourcils à cette révélation pour le moins... Quoi ? Il avait parfaitement saisi oui, parfaitement ouïe ces trois putains de mots, et même si l'idée de lui balancer quelques conneries sarcastiques lui venait, du genre : le retard mental c'est plus un problème dans ce monde, le rital n'en fit rien. Pas un mot ne fila ses lèvres, il entendait simplement les piafs chantaient sur leur branche, l'herbe foulée par la brise, sa respiration écourtée par ce qu'elle venait de lui balancer comme un « bonjour ». Ses yeux d'encre filèrent se lover dans les siens et là, ici, ça n'avait rien à voir avec ce qu'il avait pu lui « proposer » une poignée de jours plus tôt. C'était une haine froide générée par cette merde qui pointait là, entre eux, dans le creux de son ventre. Ça n'avait rien à voir avec ce qu'il voulait, ce qu'il aurait désiré, ce qu'on lui avait arraché et qui lui avait coûté la présence de celle qu'il aimait. T'as dix s'condes pour m'dire que tu m'fais une sale blague merdique. Siffla-t-il, se détachant de son appuie de pierres, pour avancer lentement vers elle, jusqu'à se stopper et lui agripper le menton. J'déconne pas avec ça Erika, alors t'as vraiment intérêt à pas m'dire d'conneries. 

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Feeling unknown and you're all alone, flesh and bone by the telephone. Lift up the receiver i'll make you a believer. Take second best put me to the test. Things on your chest...
For better & worse
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Erika P. Madsen
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: M9 + étui / couteau de survis + étui
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 12/01/2019
Messages : 222
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Une révélation imprévu |Cameron    Une révélation imprévu |Cameron  EmptyMar 21 Mai 2019 - 14:00
Une révélation imprévu...
Erika était paumée, stressée, sur les nerfs. Tout s'enchaînait dans sa tête et même si elle ne comptait plus le nombre de mort-vivant qu'elle avait planté, elle fut surprise et doublement surprise par l'apparition surprise du brun. Elle était pourtant très calme d'ordinaire mais c'était un tout, un énorme tout, un gigantesque tout. « C'est l'premier que tu croises ou quoi, bordel ?! » Le souffle court, la brune reprit ses esprits et après avoir les mains libres, les sens en alerte par cette mauvaise rencontre, elle répondit : « Tu plaisantes, des cons comme toi, j'en ai rencontré par dizaine.. » Il n'était pas l'unique à avoir le droit d'être constamment de mauvaise humeur et autant dire qu'elle n'était pas à prendre avec des pincettes.

« Tu faisais quoi, un vœux ? « Paix sur la terre »... Attends non, mieux que ça. » Elle s'était arrêtée à la volée, Elle attendait la prochaine bêtise qu'il allait bien pouvoir lui sortir. A bien y réfléchir, elle le laissait s'amuser tant qu'il le pouvait encore.  « Faites que mon abrutis d'ex bourré d'liqueur revienne. » Erika secoua la tête : « Nulle l'imitation mais vraiment nulle. » Elle leva les yeux au ciel et soudain, la raison de sa présence ici la piqua comme un mauvais insecte à l'affût du liquide rouge lui coulant dans les veines.

Elle trouva la bonne opportunité d'attirer son attention en lui disant qu'il tombait bien. Ils étaient loin, ils pouvaient discuter sans craindre une oreille indiscrète. Malgré tout, elle eut beaucoup de mal à mettre des mots sur ce qu il la mettait dans cet état. Elle avait réussi à attirer son attention et roula des yeux à ça réflexion : « Une fois pas deux, Reeves, » répondit-elle puis rajouta : «Je suis sérieuse là ! » Et elle sortit son retard. Elle ne le quitta pas du regard, elle savait ce que cela voulait dire et au plus grand des connards qu'il aimait imiter, il allait comprendre. Le silence tomba comme un couperet jusqu'à ce qu'il le brisa : « Quoi ? » L'information montait progressivement jusqu'au cerveau. Les mecs sont vraiment des cons.. pensa t-elle, amèrement.

C'était long mais elle voyait dans son regard à quel point ça n'était pas dans ses plans et d'un côté, elle fut rassurée, égoïstement même. Toujours est-il que c'était là, tout était détraqué dans son ventre et la bile acide démontrait bien un dérèglement quelque part. Elle avait fait médecine, elle n'était pas si bête et elle restait une femme aussi, en dehors d'une poupée gonflable à prendre à l'abris des regards. « T'as dix s'condes pour m'dire que tu m'fais une sale blague merdique. » Il se détacha avec une lenteur qui la fit frissonner. Elle recula de quelques pas quand il arriva à sa hauteur mais il lui chopa durement le menton : « J'déconne pas avec ça Erika, alors t'as vraiment intérêt à pas m'dire d'conneries. »

C'en était un peu trop pour la jeune fille. Son mec qui s'en faisait une autre, sa partie de jambe en l'air avec le plus grand connard que la terre n'avait jamais porté, le macchabé surprise et là, ça. Elle posa une main sur celle du brun : « Parce que tu crois que je choisis en fait ? - Lâche moi, tu me fais mal ! » Elle le repoussa alors que ses prunelles bleus semblaient s'être durcie d'un seul coup, à lui en donner froid dans le dos : « C'est loin d'être dans mon projet mais pour venir me prendre comme tu as pu l'faire..., tu ne t'es pas posée de question des conséquences que cela pouvait avoir hein ! » Voyant qu'il ne l'écoutait plus et renforçait sa poigne sur sa mâchoire, elle plaça son majeur et son index sous son nez et poussa d'un coup pour le désarçonner.

Enfin libre, elle se massa la mâchoire pendant qu'il en faisant de même sur son appendice faciale : « Heureux de passer du bon temps mais pour assumer les conséquences, y'a plus personne. » Elle roula des yeux en se passant une main dans les cheveux  : « Et j'te demande rien, gros con ! » Elle se râcla la gorge : « C'était juste pour t'avertir.. » Elle voulait ajouter qu'il lui était impensable de créer un lien aussi indélébile avec quelqu'un comme lui  mais sa manie de tourner 7 fois sa langue dans sa bouche la fit se raviser. Elle n'était pas du genre à distribuer de la méchanceté gratuite. Elle secoua la tête de droite à gauche, désabusée : « Je vais sortir et m'trouver la pilule magique ou un test si j'ai de la chance. Salut ! » Puis tourna les talons  en laissant le brun derrière elle..
(c) princessecapricieuse


Quand tout fout le camp !
©crackintime
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Cameron G. Reeves
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Browning Hi Power 9mm & un couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2019
Messages : 258
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Une révélation imprévu |Cameron    Une révélation imprévu |Cameron  EmptyMar 21 Mai 2019 - 15:24
Une révélation imprévue


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Il était plus que sérieux là. Cameron n'avait pas envie de rire, pas envie de se marrer une seconde parce que ça, ce qu'elle venait de suggérer et qui se profilait nettement dans le creux de son crâne, ce n'était pas rien, ce n'était pas ce qu'il désirait. Du moins, pas sans être posé, pas sans être en couple, pas sans elle. Le silence s'imposa dans la clairière, aussi lourd que les sifflements d'oiseaux étaient limpides, très clairs et légers. Je suis enceinte Cameron ….... je l'ai perdu Cameron. Un un clignement d'yeux il la vit elle, Clara, face à lui, souriante à la première annonce et morne, fantomatique, à la seconde. Erika parlait, elle brisait le silence mais il n'entendit rien, du moins il n'entendait plus que ce qu'il avait capturé, sans pouvoir y remédier, des années plus tôt : je m'en vais, c'est plus possible... tu me fais mal. Cette fois le timbre de Madsen le fit réagir alors qu'il avait resserré sa prise sur elle, jusqu'à la relâcher parce qu'elle sortait les griffes, une fois encore, mais pas de la manière qu'il avait apprécié, pas du tout.

Ramenant la main sur ses traits livides, le Rital recula jusqu'au puits, la laissant déverser son flot de haine, de rancœur et tout ce qui remplaçait la bile qu'elle devait sûrement sentir remonter le long de sa trachée. Ça m'fait mal de rester avec toi Cameron. Les yeux dans le vide, il fronça les sourcils. Tout s'écroulait ou le ramenait à cette date ci, celle gravée à l'encre noir sur la peau pâle de son avant bras, aux semaines qui l'avaient succédé jusqu'au premier couperet. Si cette première annonce ne lui avait pas coupé la tête, elle lui avait creusé le cœur. En revanche la finalité, elle, l'avait consumé pour ne plus rien laisser de l'homme qu'il était avec elle, pour elle. En l'entendant le ramener à cette réalité déchirante, Cameron fronça les sourcils en revenant sonder son regard.

- J'ai rien pris du tout, c'toi qui le voulait, renverse pas la putain de situation tu veux ! Sa voix tonna si fort qu'une nuée de piafs s'envola pour quérir de la quiétude ailleurs. Peu importait les potentiels cadavres alentours, peu importait tout le reste. Qu'on le déchiquette sur place pour obtenir ça, obtenir ce qu'il voulait de la femme qu'il aimait, adulait, auprès d'une autre pour qui il ne ressentait rien du tout. Sa main tremblait, il la passa rapidement dans ses cheveux, roulant des yeux à ce qu'elle lui servait encore. Elle ne le connaissait pas, elle avait faux sur toute la ligne. Reeves n'était pas du genre à ne pas assumer, bien au contraire, le tout était de composer avec un putain de pied de nez que cette chienne de vie lui faisait encore. Tu n'sais rien d'moi, t'as absolument rien à m'dire à c'propos, c'est mal venu d'ta part bella parce que faut être deux pour c'que tu m'suggères avec ton : « j'ai du retard ». Mauvais, acide même, il se redressa, prêt à reprendre avant qu'elle mette fin à la joute verbale et tourne les talons. Elle lui demandait rien, mais malgré tout il avait son mot à dire là dessus, qu'elle le veuille ou non, qu'elle le soit ou non. Ah merda ! Jura-t-il plus fort, activant le pas jusqu'à elle pour lui saisir brusquement le coude. Qu'elle l'affronte, qu'elle lui fasse face, qu'elle ne se défile pas et assume si bien le poids des conséquences qu'elle lui foutait sur le dos. Écoute moi bien ma jolie, tu l'as dit toi même « notre » putain d'problème, alors tu vas m'avoir sur l'dos un moment et sûrement pas comme t'aimerais. Ces mots-ci, le rital lui avait soufflé comme une promesse, ramenant déjà les doigts à sa nuque pour en murmurer d'autres au creux de son oreille. Ça m'concerne ragazza. Ce n'était pas tendre, pas une seconde, un serpent l'aurait sans doute moins effrayée, moins tendue, néanmoins il n'allait pas la lâcher d'une semelle. Il ne l'aimait pas, elle n'était rien pour lui, mais ça, ce qui potentiellement se formait dans le creux de son ventre, était autant à lui qu'à elle. Oh ça m'fait pas plaisir, parc'que tu n'es rien du tout, parce que c'était clair mais, c'est toi et moi. La relâchant, il serra les mâchoires. On y va, t'faut un test. Quant à cette pilule magique, hors de question, peu importait que son existence soit gâchée.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Feeling unknown and you're all alone, flesh and bone by the telephone. Lift up the receiver i'll make you a believer. Take second best put me to the test. Things on your chest...
For better & worse
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Erika P. Madsen
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: M9 + étui / couteau de survis + étui
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 12/01/2019
Messages : 222
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Une révélation imprévu |Cameron    Une révélation imprévu |Cameron  EmptyMar 21 Mai 2019 - 16:16
Une révélation imprévu...
Erika parlait, parlait, parlait. Elle s'attendait fortement à ce type de réaction. Quand les choses prenaient une toute autre tournure, que le plaisir laissait place aux diverses grandes responsabilités, la jeune femme ne pouvait que déverser la haine qu'elle pouvait éprouver. En réalité, elle ne savait pas à quoi s'attendre. Peut-être l'idée d'interrompre au plus vite ce qui pourrait, à jamais, bouleverser leur vie ? Non, il la mettait en seule responsable de cette situation. Son histoire n'était pas terminée, elle ne voulait tout simplement pas de cet enfant, ça n'apportait rien de bon, rien de bien. Quand elle voyait Daniella jouir pleinement de sa maternité avec le petit Jimmy, elle se disait tout le temps qu'elle n'était pas prête. C'était à voir comme elle s'occupait des deux petits que Finan lui avait mis sur le dos durant deux bons mois.

« J'ai rien pris du tout, c'toi qui le voulait, renverse pas la putain de situation tu veux! » Pourtant, cela partait d'un bon sentiment. Elle voulait le tenir au courant, qu'elle allait s'occuper de tout et qu'il n'avait rien à faire mais au lieu de cela, il se mit à hurler parce qu'elle paniquait et parce que dans ce cas, elle parlait sans réfléchir : « Arrête de hurler ! » ordonna t-elle en regardant aux alentours. Addison l'avait bien mis sur la voie, la discrétion la sauverait de toutes situations périlleuses mais si un mec se mettait à hurler, les choses pouvaient s'épicer : « Je n'ai jamais dit que je ne le voulais pas ! » essaya t-elle de le rassurer, en se rapprochant de lui pour chuchoter. « Tu n'sais rien d'moi, t'as absolument rien à m'dire à c'propos, c'est mal venu d'ta part bella parce que faut être deux pour c'que tu m'suggère avec ton « j'ai du retard ! » » Elle était la mieux placée pour le savoir. Alors pour couper court à la conversation, elle lui annonça sa décision. Après tout, c'était son corps qui était en jeu, s sa vie. Pas la sienne.

Elle s'en voulait, elle aurait dû se maintenir, arrêter de vouloir être honnête même avec la personne qui la faisait regretter ses plus bas instincts. Elle accéléra le pas en l'entendant juré dans son dos. Il continuait d'hausser le ton, elle ne voulait plus faire face à ce type. L'aide-soignante voulait mettre un terme aux doutes qui régnaient dans sa tête et maintenant dans la sienne. Parce qu'au fond, ce n'était qu'une supposition, comme il l'avait bien souligné, ce n'était qu'un doute, un retard. C'était un peu comme fuir son prédateur, elle était beaucoup trop loin, Erika savait qu'il n'aurait pas grand mal à la rattraper mais l'espoir la poussait à continuer sa course,.. quitte à courir. Seulement, au moment où l'information monta au cerveau de la jeune femme et qu'elle s'apprêtait à le fuir en détalant comme un lapin, elle fut arrêtée net et retournée : « Hey ! » protesta t-elle en sentant son souffle se couper dans la foulée. Contrainte à le regarder, elle fit face à un regard dur et froid, déterminé : « Ecoute moi bien ma jolie, tu l'as dit toi-même « notre » putain d'problème, alors tu vas m'avoir sur l'dos un moment et sûrement pas comme t'aimerais. » Aussitôt : « T'es qu'un porc, Cameron. » Erika avait eu ce rapport de faiblesse, cette envie soudaine mais elle n'était pas encore prête à désacraliser son corps.

Sans douceur et avant de pouvoir réagir plus, il l'attira à lui pour lui glisser ses mots au creux de son oreille : « ça m'concerne ragazza. » Elle se tendit,Non, non.. mais qu'est-ce qu'il est entrain de m'faire.., sa main maintenait la nuque de la jeune femme, comme un piège. Le regard droit sur le puits qui n'était pas aussi loin qu'elle ne l'aurait voulu, elle pouvait encore apercevoir le mort près de ce dernier, la bile lui remonta dangereusement. Elle déglutit en comprenant peu à peu ce qu'il voulait insinuer. Elle prenait de plus en plus conscience de ce qui se passerait si.. si elle l'était vraiment. Pour le moment rien ne pouvait l'assurer qu'elle était enceinte ou pas mais ce qui la dégoutait encore c'était sa prise de position : « Non.. Tu ne me forceras pas.. » Il était hors de question qu'elle subisse tout ça pour une erreur de malheur, celui d'avoir cédé à cette pulsion qui l'avait réveillé, une seule et une unique nuit. « Oh ça m'fait pas plaisir, parc'que tu n'es rien du tout, parce que c'était clair mais, c'est toi et moi... » Il la relâcha et resta planter sur le sol terreux. « On y va, t'faut un test. » « Non ! » souffla t-elle, comprenant tout d'un coup ce que ce test allait donner. Le cœur bondissait dans sa bouche sous la pression. Elle ne bougera pas, elle ne voulait pas s'enfermer la-dedans. « Tu ne forceras à rien du tout, tu t'es pris pour quoi au juste ? » se défendit-elle : « Je ne ferais pas ce test, que tu le veuilles ou non, il n'y a rien qui ne m'empêchera de... » tuer, avorter « d'interrompre tout ça. Et certainement pas toi ! »
(c) princessecapricieuse


Quand tout fout le camp !
©crackintime
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Cameron G. Reeves
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Browning Hi Power 9mm & un couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2019
Messages : 258
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Une révélation imprévu |Cameron    Une révélation imprévu |Cameron  EmptyMar 21 Mai 2019 - 17:08
Une révélation imprévue


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Non. Ses paupières s'en plissèrent. Comment ça « non » ? Elle se foutait de lui bordel, dix secondes plus tôt elle campait fièrement sa volonté de trouver une pilule ou une connerie de test de grossesse et là, depuis qu'il s'incluait dans le tableau magnifique, un joyeux portrait de famille bordélique à souhait où papa et maman ne s'aimaient pas le moins du monde, c'était non ? Relégué au rang de futilité, une banalité sans pareil ? Cameron arqua un sourcil, déjà ses dents se plantaient dans sa lèvre inférieure puis son regard d'encre quittait le gris du sien pour aller se planter sur les feuillages d'un des arbres alentours. Elle le collait sur les nerfs, en à peine cinq minutes sa journée se muait en cauchemar. Rares étaient celles capables de le foutre dans cet état, jusqu'ici il n'y avait eu que Haley, sa mère parfois, mais là Erika n'était qu'une étrangère. Une étrangère qui ne savait rien de lui. Tu sais rien d'elle non plus. Et alors ? Qu'en avait-il à faire au juste ? Tout ce qui l'importait là, c'était de savoir si oui, ou non, elle était enceinte. Si c'est le cas ? T'es au moins sûr qu'il est de toi ? Cette propre réflexion l'invita à revenir sonder ses prunelles tandis qu'elle jouait les mijaurées capricieuses.

- Non ? Reprit-il en une moue désapprobatrice.

Elle avait un cran qui dépassait clairement la connerie. De la fierté mal placée, et c'était lui qui avait inventé ce jeu bien avant qu'elle quitte les couilles de son père pour aller se planter dans le bide de sa mère. Enfin pas tant que ça, même s'il ne savait pas son âge, qu'elle ignorait le sien, ils n'avaient pas vingt berges de différence, fallait pas charrier. Cameron haussa les mains, proches de ses traits, comme s'il se rendait, comme s'il capitulait au caprice, une gaminerie même, et au manque cruel de jugeote de son interlocutrice avant de reculer, pivoter sur lui même, en laissant claquer les mains contre ses cuisses, pour mieux se passer une paume sur les traits.

- T'as raison, Le sarcasme sillonnait ses papilles, elle le comprendrait bien assez tôt, ça n'avait rien de doux, rien de délicat, simplement de l'ironie acide. Après quelques pas, comme s'il réfléchissait mieux en tournant en rond, Cameron se tourna de nouveau vers elle, les yeux écarquillés grands.  oh oui gardons nous l'excellente surprise, on en saura plus dans neuf mois, fonçons dans l'mur sans ceinture de sécurité ! Il agitait les doigts comme si quelconque paillettes allaient s'en échapper pour saupoudrer le tout de couleurs et autres débilités du genre de celles qui devaient lui passer par la tête à jouer les bornées sans cervelle. Ça sera tellement plus chouette, encore plus d'voir la tête que tirera ton abruti d'ex ! Tiens d'ailleurs, t'es sûre qu'il est pas de lui ? Ça m'arrangerait parce que, Il se rapprocha d'elle, mains sur les genoux, histoire que son regard soit à hauteur du sien. Un vile petit sourire pointait même à la commissure de ses lèvres. M'coltiner une emmerdeuse pareille va m'pourrir la vie plus qu'un bambino. Du calme Cameron. Non, ce n'était juste pas possible qu'elle fasse preuve d'autant de connerie d'une traite, qu'elle ne veuille pas de son aide ou de quoi que ce soit d'autre alors qu'elle s'y pliait d'elle même dix petites secondes plus tôt. On va chercher ce test, que tu l'veuilles ou non. Et étant donné son air de gamine boudeuse, fièrement campée sur ses positions plus que crétines, Cameron se redressa en rivant rapidement les mains à ses hanches. Elle ne pesait rien, quasiment rien, le trentenaire n'eut aucun mal à la soulever pour la coller ventre contre son épaule et reprendre la route vers le campement. Elle pouvait hurler, pester, lui marteler le dos à coup de poings, elle ferait ce test avec ou sans consentement. Fallait rien m'dire, j'suis pas ton gentil et limité p'tit amateur de trèfles Rika, j'vais pas t'acheter de fleurs ni t'offrir de chocolats, c'genre de débilités qui ne changeront rien à la situation. Je pense sciemment, alors l'premier truc à faire avant que l'idée de notre p'tit moment t'révulse complètement, Il marqua une petite pause, déviant le regard pour voir son regard mauvais là, alors qu'elle était logée sur son épaule comme un vulgaire sac de sable. c'est qu'tu pisses sur une bandelette ! Et crois moi tu le feras, d'ici quelques heures on aura trouvé ce qu'il faut, en attendant, tu peux toujours prier si ça t'chante.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Feeling unknown and you're all alone, flesh and bone by the telephone. Lift up the receiver i'll make you a believer. Take second best put me to the test. Things on your chest...
For better & worse
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Erika P. Madsen
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: M9 + étui / couteau de survis + étui
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 12/01/2019
Messages : 222
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Une révélation imprévu |Cameron    Une révélation imprévu |Cameron  EmptyMar 21 Mai 2019 - 17:49
Une révélation imprévu...
Elle ne savait pas sur quel pied dansé mais une chose était sur, il n'était pas question qu'elle s'occupe d'un gosse qu'elle ne voulait pas. Et surtout pas porter l'enfant comme une mère porteuse pour voler au secours d'un père qu'elle ne voulait pas non plus. A son Non rhétorique, il s'était arrêté en cherchant à quoi elle avait répondu, surement qu'il remettait de l'ordre dans ses esprits bousculés par la nouvelle peu réjouissante, des deux côtés. En effet, elle avait besoin de clarifier une chose, elle ne voulait pas de cet enfant et elle ne le mettra pas au monde, si enfant, il y avait. Il devait être conscient de tout ça. « Non ? » répèta t-il mécaniquement et pendant un instant, elle eut l'impression qu'il avait saisi, qu'il allait revenir sur cette nouvelle lobby de choisir, pour elle son destin.

« T'as raison. » Il tourna sur lui-même, comme elle auparavant, avant que le mort ne l'interrompit dans ses réflexions. Pourquoi n'avait-elle pas tout simplement pris l'auto pour rejoindre une pharmacie, dans le plus grand des secrets et sans rien demander à personne. « Oh oui gardons nous l'excellente surprise, on en saura plus dans neuf mois, fonçons dans l'mur sans ceinture de sécurité ! » Elle plissa les yeux, vacillant entre son regard hilare et sa bouche vomissant sarcasmes sur sarcasmes sous son nez : « Qu'est-ce que.. Non, je n'en veux pas, tu comprends ça ! » Elle s'approche de lui alors qu'il continuait de psalmodier des trucs qui n'avaient ni queue ni tête : « Ça sera tellement plus chouette, encore d'voir la tête que tirera ton abruti d'ex ! Tiens d'ailleurs, t'es sûr qu'il est pas de lui ? Ça m'arrangerait parce que » Et si c'était encore possible, apparemment oui, il s'approcha d'elle : «  M'coltiner une emmerdeuse pareille va m'pourrir la vie plus qu'un bambino » Ces mots l'atteignaient plus qu'ils ne devraient : « Si tu crois vraiment que de devoir porter le gosse d'un connard tel que toi, me ferait plaisir, tu te gourre ! » siffla t-elle. Contre toute attente, elle était blessée  mais hors de question qu'elle ne le montre. Elle en bavera surement plus, plus tard. « On va chercher ce test, que tu l'veuilles ou non. »

De toute évidence, ce n'était pas gagné.
« Cameron, la manière la plus simple de remédier à ce problème c'est de couper court à cette hypothétique gro-.. » Il l'attrapa par les hanches et par instinct, elle porta ses mains aux siennes : « Qu'est-ce que tu fais ? Cameron, pose moi parterre.. Putain, lâche moi !  » Elle se débattait alors qu'il semblait la porter comme une sac de pomme de terre jusqu'à la remise. « Cameron ? Pose moi tout d'suite ! » l'interpella t-elle. « Fallait rien m'dire, j'suis pas ton gentil et limité p'tit amateur de trèfles, Rika. J'vais pas t'acheter de fleurs ni t'offrir de chocolats. » Par dessus ses paroles : « Tu sais où tu peux te les mettre tes fleurs, repose moi parterre ! … - Je pense sciemment, alors l'premier truc à faire avant qeu l'idée de notre p'tit moment t'révulse complètement. » Elle lui jeta des éclairs alors qu'il devait s'enjailler de la situation. C'était dégueulasse comme il pouvait se montrer aussi stérile. S'il l'était vraiment au sens propre, on en serait pas là.. pensa t-elle en repoussant son regard au coin pour qu'il regarde devant lui. « C'est qu'tu pisses sur une bandelette ! Et crois moi que tu le feras d'ici quelques heures on aura trouvé ce qu'il faut, en attendant, tu peux toujours prier si ça t'chante. » Fallait-il qu'elle lui dise qu'il y en avait sûrement à l'infirmerie depuis l'expédition avec Andrea et Selene. Ce n'était pas encore sûr, les nanas d'ici pondait comme les poules dans leur poulailler. C'était à rien n'y comprendre mais il n'y avait plus qu'à prier qu'une seule solution tombait par la pilule. « Je te déteste. » cracha t-elle alors qu'il marchait d'un bon pas vers le clan.

Lorsqu'ils arrivèrent à l'orée du clan, elle se racla la gorge. Elle avait arrêté de lui adresser la parole. Elle réfléchissait parce qu'il était fort impossible qu'elle tombait enceinte. C'était d'ailleurs pour cela qu'elle avait craqué pour cette nuit-là. Depuis le temps qu'elle couchait avec Finan, elle aurait pu tombé enceinte mais ça n'était jamais tombé, comme si elle pouvait être stérile à son tour. Déjà qu'elle n'avait jamais eu l'occasion d'avoir ce type de frayeur avec Finan pour amant. Voilà pourquoi elle pensait dur comme fer que c'était à cause de lui qu'on en était là. Bien sûr, elle n'allait pas sortir ce genre de connerie. Il ne se serait rien passer si elle n'avait rien décidé, si elle n'avait pas appeler ses lèvres sur les siennes, si elle ne l'avait pas touché comme elle l'avait fait, trouvant toute seule le chemin : Wow Erika, tu vas où là? Elle sursauta et cela avait surprit l'architecte : « Okay. Okay. Amène nous à l'infirmerie. » Leur regard se croisa : « Il doit rester quelques test de grossesse, j'en ai vu traîné il y a quelques semaines ou mois. Je sais plus... » Il ne la croyait surement pas : « Allez, j'veux pas risquer ma peau pour ces conneries. Qu'on en finisse... »  souffla t-elle en tout état de cause.  « Allez, me dit pas que tu veuilles risquer la tienne pour la mienne franchement ? Et si y'en a plus, je ne ferais pas d'histoire pour tenter d'en trouver.. okay ? » nargua t-elle le brun, en dernier recours, toujours perché sur son épaule.  
(c) princessecapricieuse


Quand tout fout le camp !
©crackintime
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Une révélation imprévu |Cameron    Une révélation imprévu |Cameron  Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Une révélation imprévu |Cameron -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Voyage imprévu
» 7 - La Grande Révélation
» Une visite pas si imprévue [Livre 1 - Terminé]
» pollution atmosphérique et allergie des enfants
» Sur la route t'attendent une révélation et une requête royale (Pv Evangéline)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: