The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\   voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ - Page 2 EmptyMer 15 Mai 2019 - 16:30
Voir son verre à moitié vide


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Les italiens, plus pieux d'Europe ? Une moue grimaçante fila ses traits avant qu'il n'émette un rictus. Si c'était vrai, alors ça ne l'était plus depuis des lustres, depuis que la nouvelle génération avait balayé la première et les anciennes avant elle. Y avait bien que les vieux Siciliens qui se disaient croire en Dieu tout puissant et d'autres balivernes tout juste bonnes à bourrer le crâne des mioches qui, une fois en mesure de penser et s'ils n'étaient pas trop endoctrinés, vaquaient à d'autres occupations plus …. agréables. Ses yeux d'encre fixaient encore les siens, il l'écouta encore, passant juste le bras au dessus d'elle pour chercher cette bouteille frelatée qu'elle gardait pour sa consommation personnelle. Sans perdre une miette de ce qui quittait sa bouche, Cameron avala quelques lampées d'alcool avant de froncer les sourcils. Elle aussi avait perdu le peu de foi en sa possession ? Bien, elle pouvait donc bavasser sans craindre les foudres de celui qui n'avait d'existence que dans quelques textes ou prières inutiles. En revanche, ce qui l’intéressait davantage était les raisons l'ayant poussée à jurer à qui mieux mieux dehors, avant d'échouer ici, entourée de bourrins plutôt calmes dans leur genre.

- Uhm, tu sais parfois ma jolie, les maux sont si douloureux qu'nos pensées les plus viles deviennent vite actées. Souvent même, très souvent quand on repensait au nombre de cinglés, à l'époque où le monde tenait encore debout, qui par excès de jalousie avaient assassiné femme et enfants parce que madame avait été adultère. Enfin, Erika n'était pas conne, juste blessée par deux autres personnes en qui elle avait placé une confiance sans doute trop aveugle. De nouveau installé au mieux, le rital s'enquilla une autre gorgée. T'as de la chance d'pouvoir expier en de simples insultes mais... Marquant une pause, s'appuyant sur ses genoux fléchis pour se pencher vers elle, au plus près encore, Cameron lui sourit. y a des moyens plus radicaux.

Reeves lui laissa le temps de réfléchir, elle devait songer à passer à l'acte. Le meurtre ou la blessure, pas autre chose, cependant ce qu'il retenait de ses dires précédents ne collait pas avec la gentille petite jeune femme bien sage, aidante, serviable et aimante, qu'il avait sous les yeux. Elle désirait qu'on la respecte mais pour se faire, parfois, il fallait frapper fort pour que les gens cessent de vous traiter comme ce que vous vous sentiez être au plus profond de vos entrailles : absolument rien, une goutte dans l'océan parmi d'autres gouttes plus acerbes, capables, plus égoïstes et sans aucun principe en ce qui concernait la fidélité et le reste. Le goulot de la bouteille calé entre l'index et le pouce de sa main gauche, la droite fila de nouveau à ses traits, dégageant simplement une mèche brune derrière son oreille. Des lustres qu'il n'avait pas agi ainsi, des mois même, mais ce n'était rien d'autre que ce que c'était : humain, primaire. De plus, elle s'était penchée vers lui elle aussi, plus près encore en redressant les yeux vers les siens qui ne la quittaient pas. Comment il faisait ? Un sourire de coin étira le coin de ses lèvres qu'il humecta puis termina par mordiller.

- J'pense à moi avant tout. Semi vérité puisque sa sœur comptait énormément à ses yeux mais c'était bien l'une des seules qu'il espérait encore ne jamais décevoir malgré les nombreux doutes qu'elle pouvait avoir à son sujet. Sérieus'ment, que t'apporte l'fait d'être la gentille petite Erika ? Est-ce que ça t'a rendu heureuse sur la continuité ? Si elle répondait oui alors elle était aveugle. Etant donné son état ici, et même s'il n'avait pas vraiment connaissance des choses qui l'affectaient, le rital n'était pas dupe. Non pas vrai ? Sans quoi tu s'rais sans doute pas ici à boire et discuter avec moi à.... Le dos de son index fila contre sa joue rendue rose parce qu'elle avait ingéré plus tôt. A te dire, et si j'pensais à moi, si je faisais quelque chose de totalement dingue pour moi, juste moi sans penser à eux tous, Ses lèvres frôlèrent à peine les siennes sur lesquelles dardait son regard topaze qu'il redressa, sans bouger d'un cil, pour à nouveau lire dans ses orbes grises. j'me trompe bella ?

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\   voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ - Page 2 EmptyMer 15 Mai 2019 - 18:11
Voir son verre à moitié vide


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Ça faisait du bien de rire.
Cela avait vraiment cet effet de la détendre, Rika n’avait surement pas ris depuis des années mais ce n’était qu’un ressenti mensonger. Elle avait été heureuse, avant d’avoir eu le coeur brisé. L’alcool aidait beaucoup à cette désinvolture, à ce sentiment de bien-être avec cette impression d’être libérée d’un bobo trop profond. « Uhm, tu sais parfois ma jolie, les maux sont si douloureux qu'nos pensées les plus viles deviennent vite actées. » Elle l’avait laissé faire lorsqu’il lui avait pris la flasque entre ses jambes, Rika l’avait invité à rester plus silencieux pour n’attirer aucun autre curieux avec lui sur son sillage. Il avala une gorgée, tandis qu’elle regardait sa gorge déglutir. « T'as de la chance d'pouvoir expier en de simples insultes mais... » Encore une fois, il mettait en évidence ce qu’elle aurait aimé pouvoir faire autrement. Même face à Finan elle n’avait jamais voulu se montrer blessante étant déjà celle qui était blessée par les mots et les décisions de ces derniers : « y a des moyens plus radicaux » avait-il terminé dans un sourire. Était-elle assez ivre pour le trouver séduisant malgré les aprioris le concernant ou pas assez pour comprendre ce qu’il insinuait?

Il lui fallait quand même un temps pour élucider dans son cerveau un peu embrumé par l’alcool et, semble t-il, Cameron avait comprit ce besoin de réflexion. Il lui avait laissé ce laps instantané nécessaire. Il s’était rapproché, elle pouvait sentir son souffle sur son visage, c’était chaud et enivrant, presque, encore plus que cette fichue flasque qu’il tenait entre ses doigts. Ceux de sa main droite filaient sur son visage en lui remettant une mèche brune rebelle derrière son oreille. Erika était comme paralysée mais elle n’était pas apeuré, elle était partagée. Le voulait-elle, ne le voulait-elle pas ? Elle était, psychologiquement, dans une bataille plutôt comique tel deux chats en jeux de pattes molles, les unes contres les autres. « Des moyens plus radicaux, vraiment ? » L'électricité du toucher de cet homme l’avait fait frissonner mais ce n’était pas désagréable, bien au contraire, c’est pourquoi elle n’avait pas bougé, la laissant à sa guise. Le regard de la jeune femme vacillait entre son regard océan et ses lèvres encore étirées dans ce fichu sourire qui ne l’avait pas laissé indifférente.

Elle lui avait demandé, elle voulait savoir comment il le faisait parce qu’elle sentait que la réponse n’allait pas forcément lui plaire; Et pourtant : « Je pense à moi avant tout. » Rika était toujours de celle qui n’hésitait pas à se mettre de côté pour les autres. Dans tout ce qu’elle pouvait entreprendre, elle s’effaçait. « Je n’ai jamais su faire ça. » répondit-elle en déglutissant difficilement. La Madsen n’avait pas choisi sa vocation de sauver son prochain si c’était de se montrer égoïste, à ne penser qu’à elle même. C’était impensable pour elle. « Serieus’ment, que t’apporte l’fait d’être la gentille Erika ?  Est-ce que ça t’a rendu heureuse sur la continuité ? » Cette question brisa le contact qu’elle gardait chaudement, pour le baisser sur un point invisible, traversant le corps du rital. « Non pas vrai, sans quoi tu s’rais sans doute pas ici à boire et discuter avec moi à... »

Boire. Ce mot lui rappela la raison pour laquelle elle se trouvait ici avant qu’il ne l’interrompit dans son dessin. Elle attrapa la bouteille entre les mains du brun pour ingérer une nouvelle gorgée brûlante et acide. Quand elle arracha la bouteille de ses lèvres, il était encore plus proche d’elle. Captivée, elle ne décrocha plus son regard de Reeves tant il avait probablement cerné ce dont elle avait vraiment besoin. A nouveau son doigt alluma quelque chose d’éteint, sa peau frémissait sous son touché et ses paroles ne tombaient pas dans l’oreille d’une sourde : « A te dire, et si j'pensais à moi, si je faisais quelque chose de totalement dingue pour moi, juste moi pour sans penser à eux tous, » Elle n’était pas complètement naïve, elle comprenait les mots qui se cachaient entre les lignes. Le coeur de Rika se mit à battre anormalement vite, il pompait son sang un peu trop rapidement alors que le désir montait à mesure qu’il parlait : « Je ne sais-... » Dieu qu’il exerçait un pouvoir d’attraction difficile à combattre à moins qu’il était possible qu’elle ne voulait pas résister. Elle se mordit la lèvre, fortement quand il demanda : « J’me trompe bella ? »

De toute évidence, elle n’avait jamais pensé à elle, elle ne s’était jamais vraiment écoutée alors elle hésitait : « Non ! »  Peu d’élément l’empêchait d’agir dans ce genre de moment particulièrement rare. Le fait était qu’elle se sentait pousser des ailes en voyant qu’un homme la désirait. Elle scrutait la faible distance qui la séparait des lèvres du rital durant un court instant puis, poussée par ses ailes fougueuses, elle posa ses lèvres sur celle du brun. Toujours hésitante. Le contact était différent, elle ressentit tout un tas de choses différentes qu’elle pensait avoir oublié. Il naissait, ce désir foudroyant au creux de son bas-ventre, tant et si bien qu’elle en lâcha la flasque qui tomba dans un bruit sourd sur le sol terreux, pour glisser une main dans les cheveux du brun pour approfondir ce baiser ardent. Il avait totalement raison, il était absolument temps de laisser tomber les leçons de moralité sur le besoin de chérir des lois sur la loyauté ainsi que la fidélité, il était temps de laisser parler son corps.


made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\   voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ - Page 2 EmptyMer 15 Mai 2019 - 18:56
Voir son verre à moitié vide


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Elle était troublée non ? Ou ivre, peut-être les deux à la fois et tu sais parfaitement que les deux ensemble fonctionnent très bien. Uhm, il savait oui, il savait mais si généralement il se fichait des ressenties des autres, d'avoir une certaine attraction bien qu'il ne soit pas du genre à courir les jupes, qu'il avait déjà repoussé des demoiselles dans l'état de celle face à lui, ce soir là, bien des choses et sensations étouffées se rappelaient à son bon souvenir. Ce n'était rien d'autre qu'un besoin, depuis la nuit des temps l'être humain fonctionnait ainsi. C'était ancré dans leurs gênes ce besoin de procréer. Pas étonnant que la chose fut si grisante, si bonne, sans quoi personne n'aurait fauté pour, parfois malgré eux, perpétuer l'espèce. Proche d'elle, il esquissa un sourire en la voyant lui chiper la flasque pour se rincer le gosier. Elle était troublée oui, et bien maladroitement Erika tentait d'étouffer ces émotions et sensations contradictoires, aussi bien la haine, que la tristesse ou l'envie, dans une lampée de liquide frelaté. Ça ne servirait à rien, à rien d'autre qu'à lui faire perdre la tête un peu plus. Elle n'était pas totalement saoule, juste assez pour parler librement, agir librement, assez pour le laisser percer sa bulle, son espace personnel, pour s'y immiscer égoïstement. Son « non » l'invita à sourire, les yeux allant et venant entre ses lèvres et son regard clair, plus brillant de part l'alcool qui devait rouler dans ses veines.

- Tu sais si …. t’ose simplement pas. Il aurait pu le lui voler, elle n'aurait rien fait pour le repousser, si elle avait dû le faire, si elle avait eu l'envie de le faire, alors elle aurait déjà quitté l'endroit pour terminer son breuvage loin de lui. Qu'est-ce qui t'en empêche ?

Son index marqua l'arrondie de sa pommette, l'esquisse de sa mâchoire, jusqu'à sa gorge où il termina par crocheter l'ourlet de col de son top, juste à l'instant où elle cédait à ses plus bas instincts. A cette réponse plus agréable que l'alcool dans la bouteille qu'il entendit se renverser à ses pieds. Ce serait pourtant aussi éphémère qu'une cuite mais quand bien même, si elle s'y laissait aller alors il ne lui refuserait pas, à quoi bon ? Pour Clara ? Elle n'était plus là, plus là depuis des années. Cette fille là, Cameron savait qu'elle n'attendait rien de plus pour être amoureuse d'un autre, un autre qui visiblement lui avait brisé son petit cœur en mousse qu'il sentait battre la chamade entre ses lèvres alors qu'elle s'agrippait à lui comme pour étouffer toutes les sensations négatives. S'il esquissa un sourire durant le baiser, le rital préféra ouvrir la bouche pour lui donner plus. Plus de langueur, plus de sensations, plus de tout.

Ce n'était pas doux mais pas violent non plus, le témoignage d'une envie saisie au vol, rien de plus. Son index, crocheté à son top, la ramena vers lui en faisant fie du craquement des fibres qui lui couvraient le buste. Sa main libre cercla sa nuque, sa gorge, la poussant à se relever, comme lui, pour mieux à plaquer sur la parois de bois la plus proche. Lâchant ses lèvres chaudes, Reeves recula à peine pour la fixer. Elle était pas moche, loin de là, sans doute que le désir ou l'envie la rendait plus agréable encore, peut-être même que ce qui serpentait dans ses propres veines, même ses entrailles, le poussait à la trouver plus désirable. Un autre sourire, et ce dernier disparut à sa gorge tandis que ses deux paumes cartographiaient ses courbes, premièrement dessus les fibres puis plus bas pour enfin saisir sa chaleur, le grain de sa peau. Les doigts à ses flancs, à pianoter contre ses cotes comme sur les touches ivoire d'un clavier, Cameron la repoussa encore sur la parois avant de revenir l'embrasser tandis que ses phalanges filaient à sa silhouette fine jusqu'à lui virer une première couche de vêtements : ce corsage trop encombrant.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\   voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ - Page 2 EmptyMer 15 Mai 2019 - 19:42
Voir son verre à moitié vide


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Ce dernier se réveillait.
Son corps tout entier se nourrissait de l’ensemble de sensation qui le parcourait. Ce baiser était la résultante de ce rapprochement mutuel. Il n’était pas le seul à s’être tout simplement décidé à céder, Rika était plus que consciente de sa participation. C’était surement ce qui lui avait tout simplement faire perdre le contrôle de ce qui la gardait ranger. Elle avait bu de cette même bouteille qui avait servi au Reeves à retenter de reprendre les choses comme elle l’avait prévu seulement sa présence perturbait. Elle avait dit “non” oui mais elle n’était pas dans l’optique de le repousser mais seulement de faire taire les petites voix hurlantes dans sa tête. « Tu sais si… t’ose simplement pas. » Elle ne voulait pas partir, son corps était bien déterminé à ne pas écouter ses petites voix : « Qu'est-ce qui t'en empêche ? » Rien. C’était bien ça le problème. Il n’y avait rien qui l’empêchait de répondre à tout ce dont son corps avait besoin.

Confiant, il avait déjà brûlé les étapes en entrant dans son cercle, celui qu’elle pensait hermétiquement clos et de loin, ne pouvant certainement pas être ébréché par Cameron Reeves. Ses doigts parcouraient à nouveau son visage, dessinant ses traits, elle laissa tomber tout ce qu’elle avait dans les mains pour le remplacer par la tignasse brune du rital. Elle s'agrippait déjà à ses lèvres déterminées, elles aussi. Erika ne voulait plus réfléchir, elle voulait s’abandonner et écouter pour une fois, ce que son corps désirait. Ce qu’désirait. Quand il offrit d’approfondir son baiser quand elle avait niché ses doigts sur lui, elle gémissait déjà faisant vibrer ses cordes vocales.

Ce désir bestial naissant, elle s’y abandonna quand il la força à se lever, sa main recouvrant sa gorge, la collant contre le mur sur lequel elle était adossé en ce début de soirée. Elle ne pouvait pas s’empêcher de penser qu’elle ne s’attendait vraiment pas à ce que cela prenne une tournure pareille. Désormais debout, prise entre le froid et la chaud d’un mur et d’un corps, elle sentit son souffle se couper. Essoufflée et reconnaissante de cette pause, elle garda les yeux longtemps clos un moment pour les rouvrir, et retrouver ses repères. La première chose qu’elle voyait, c’était lui et lui cet environnement plongé dans la pénombre seulement éclairé par la lueur de lune, infatigable.  Il la regardait, lui aussi. Quant à Rika, c’était poussé par ses précédentes pensées, qu’elle attrapa le col du brun pour l’attirer à nouveau à elle. Des mains curieuses apprivoisées ses courbes qu’elle était prête à lui offrir et pour toute réponse, Cameron disparu dans son cou et la sensation des lèvres de ce dernier lui vola un nouveau gémissement de plaisir.

Cambrée par le désir, il la plaqua de nouveau contre la parois boisée tandis qu’elle se mordit la lèvre pour ne pas le supplier d’en faire davantage. Rika exprima tout de même son impatience quand elle tira sur le morceau de tissus qui recouvrait son torse. Son torse à lui. Tout ce qu’elle pouvait toucher en passant en-dessous, lui promettait tellement de chose qu’elle glissa déjà ses deux mains vers le bouton de son pantalon. Après le lui avoir déboutonné, elle leva les bras pour qu’à son tour, il puisse l’aider à se débarrasser de ce qui était beaucoup trop encombrant sur le moment. A demi-nue, elle fit la même chose pour Cameron où elle, prit son temps, pour toucher et caresser ce nouveau corps. La Madsen se passa la langue sur ses lèvres : « Continue, s’il te plait ! » quémanda t-elle.



made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\   voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ - Page 2 EmptyMer 15 Mai 2019 - 20:35
Voir son verre à moitié vide


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


L'alcool n'avait pas cet effet là, qu'importait ce qu'en disaient les piliers de comptoir en leur temps, quand l'univers était autre chose qu'un tas de bouse fumant où les morto se plaisaient bien mieux que les Hommes, ça n'avait pas ce goût de sel qu'il sentait saisir ses papilles, tracer un délicieux sillon amer entre ses lèvres et rejoindre sa trachée. C'était cet empressement soudain qui rendait les choses plus vivaces que tout le reste, tout ce reste qui n'existait plus et n'existerait plus jamais. Instinctif et cuisant, comme si le sang bouillait, comme si chaque nerf et muscle étaient à vif, comme si ses mains sur lui, comme les siennes sur elle, pouvaient capturer ce qu'ils étaient au plus profond de leurs chairs sans malgré tout ressentir autre chose que l'envie, le plaisir et ce besoin de satisfaction primal.

Ses lèvres écrasèrent à nouveau les siennes, sa langue flirtant sans pudeur avec sa jumelle où divers gémissements lui étaient offerts. Elle n'hésitait plus, même s'il avait cru la perdre dix secondes plus tôt, lorsqu'elle avait fermé les yeux à peine son dos avait-il heurté le mur. Il n'y avait plus de gentille Erika, plus de douce Madsen attentive aux autres, non, elle était simplement attentive à lui et à ce qu'il lui arrachait déjà sans fournir de gros efforts. Si Reeves savait plaire, il n'en avait jamais outrageusement usé, jamais parce qu'il n'en avait aimé qu'une, parce qu'il n'en aimerait jamais plus d'autres, parce qu'il l'avait perdue.

Cette pensée lui traversa le crâne si vite qu'il mit plus de ferveur dans le baiser, son souffle épousant le sien, maquillant les traits fins de ce qui, à son regard, n'était qu'une goutte dans un océan de larmes mais toute aussi capable de faire taire cette peine en sourdine, encore là malgré les années, pour l'heure. A peine la délesta-t-il de son corsage qu'elle imita son geste et déboucla sa ceinture. Elle était chaude, brûlante, vibrante entre ses doigts. Il pouvait la faire danser en son sens, se damner pour plus, encore plus et ce qui l'invita au rictus, tout contre ses pétales humides, fut justement cette supplique qu'il n'eut pas à lui imposer. Ses mains couraient sur lui, elle ne voulait plus que ça, plus que lui, plus que ce que les Hommes faisaient depuis la nuit des temps sans avoir besoin de s'aimer, sans avoir besoin d'expliquer l'inexplicable. On ne pouvait pas le décrire, on ne pouvait que le ressentir pleinement, lourd, quasiment salin dans les tréfonds de vos entrailles, sourd et à la fois d'une légèreté telle que vous ne pensiez plus qu'avec votre bouche, vos mains et vos hanches.

Ses mains glissèrent sur elle, jusqu'à sa taille, la ramenant contre lui, qu'elle puisse savoir, connaître ses aspirations suivantes, les voir reluire au creux de son regard d'encre, sans pourtant être certaine qu'il ne jouerait pas encore. Sa poitrine se heurta à son thorax et tout ce qu'il ressentit fut cette exquise brûlure, doucereuse douleur quant à la tension qui les englobait totalement. De l'empressement, Cameron passa à une lenteur quasiment torturante. Ses doigts imprimaient sa taille fine, presque à creuser la peau sans pour autant lui faire de mal. Son bassin embrassait le sien, tous deux encore couverts du peu de choses qui les séparaient d'un besoin, une aspiration, une simple envie ou pulsion délirante. Pas besoin de lui demander si elle était sûre d'elle, il le sentait et peu importait si elle l'était totalement, si un « non » ne filait pas ses lèvres, alors il prendrait ce qu'il désirait avoir. Doucement ses lèvres frôlèrent sa tempe, son oreille, sa mâchoire en appuie contre sa joue rosie par les sensations qui l'obligeait elle à soupirer.

- C'pas prudent .... Si elle se figea, sans doute envahie par la frustration, le trentenaire sourit sans qu'elle puisse le voir, les yeux perdus sur le filet argenté, passant par la rainure d'une latte mal fixée, lui permettant de la voir dans cette pénombre quasi aveuglante. Si ? Elle venait de supplier, c'était quasiment de l'or en barre, l'une des premières fois de sa vie, grisant, affolant, divin. Doucement, il resserra son étreinte, laissant la pulpe de ses lèvres dévaler l'esquisse gracile de son visage pour mieux mordre sa lèvre inférieure. La laissant à cette langueur, ses mains glissèrent à son jean à elle. Les pressions sautèrent lentement, une à une, trop lentement sans doute, avant que le tissu la quitte, tout comme cette ultime barrière de fibres synthétiques. T'en penses quoi ragazza, uhm ? Sa voix n'était plus qu'un souffle hanté par ce qu'il désirait lui même. Il ne lui laissa pas le temps de répondre, déjà ses lèvres revenaient saisir les siennes, ses doigts glissant à son propre jean pour ensuite mieux la soulever en abandonnant le baiser tandis qu'il fondait en elle.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\   voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ - Page 2 EmptyMer 15 Mai 2019 - 22:19
Voir son verre à moitié vide


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...

Tout s’enchaînait à une vitesse effroyable, elle ne s’imaginait pas qu’un jour elle se retrouverait à s’adonner à ce genre d’activité avec un homme dont elle ignorait tout. C’était surement ça qui procurait cet espèce de désir nouveau pour lequel elle ne ressentait aucune gêne éventuel. Elle pouvait se laisser aller à ses instincts primaires, ne pas avoir honte de sa vulnérabilité puisqu’il était toujours tant de prendre les commandes. Elle avait envie de lui, soudainement, un peu comme si plus rien ne comptait tout autour d’elle, plus rien n’existait. Elle ne l’avait pas supplié mais elle était à point. Elle n’avait tout simplement pas envie de dire “non”.

L’alcool avait été une excuse à son escapade, elle ne voulait pas que sa tante la voit dans un état lamentable. Elle n’était en aucun cas une pour ce qu’il était entrain de se passer ce soir. Forcément, elle avait aidé à ne plus trop réfléchir mais elle avait encore toute sa tête et était certaine d’en garder un très bon souvenir. Les gémissements, qu’elle laissait échapper pour flatter l’égo de l’homme qui la touchait actuellement, étaient sincères et exquis. Ils exprimaient parfaitement leur sens aux sensations qu’il résultait des baisers de Cameron. C’était parfois étrange pour le conjoint de découvrir cette facette de la part d’Erika parce qu’elle était beaucoup trop douce et gentillette pour se montrer aussi dépendante une fois la machine lancée.

Ses lèvres touchaient, avec son souffle, la peau de son visage remontant jusqu’à son oreille au point qu’elle en enfonça ses ongles dans la chair du dos de Cameron. « C’pas prudent…. » Elle tressaillit. Elle avait entendu. Il était tellement proche de son oreille que même s’il l’avait dit encore plus bas, elle l’aurait entendu. « Si ?  - Continue s’il te plait? » Il n’attendait sûrement que ça, qu’elle le supplie pour aller plus loin et lorsque ce fut le cas, les choses prirent un virage complètement différent et elle le sentit. Il agissait maintenant comme peu maître de lui-même au moment où elle lui donna un accord tacite. Son coeur cavalait dans sa poitrine et à en juger par la manière où il lui débarrassa de ses vêtements, sa tension artérielle devait avoir doublé, à lui aussi. « T'en penses quoi ragazza, uhm ?»

Elle en pensait quoi maintenant qu’elle était nue face à cet homme ? Elle n’eut même pas le temps de répondre cependant parce que les lèvres du Reeves s’écrasèrent sur les siennes. Son goût était tout aussi délicieuse que la première fois, ces dernières se connaissaient et n’avaient pas besoin de s’apprivoiser une seconde fois. Rika savait pertinemment ce qui allait se passer alors elle s'agrippa à lui alors qu’il la porta pour trouver le chemin en elle. L’émotion, le désir, le tiraillement et le plaisir qui suivirent ce premier coup de butoir en elle ne la laissa pas dans l'indifférence. Elle ouvrit la bouche pour expulser quelque chose, un souffle, un gémissement ou de la surprise, peut-être que c’était même les trois en même temps. Elle le sentit en elle, la pourfendre et ses ongles s’enfonçèrent dans sa nuque.

« Oh putain… » Celui là n’avait rien à voir avec celui qu’elle avait craché en tout début de soirée. Une fois que cette intrusion fut qu’un ancien souvenir, elle se pencha vers lui pour lui reprendre ses lèvres, expulsant l’air par le nez, caressant les lèvres de Cameron du bout de sa langue pour lui demander sa propre entrée. Chose faite, elle ferma les yeux en attendant les prochains coups de butoir qui n’allaient pas tarder. Elle n’arrêtait pas de penser au fait que cela faisait du bien d’ignorer ses règles auxquelles elle s’était fortement attachée jusqu’à maintenant.


made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\   voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ - Page 2 EmptyMer 15 Mai 2019 - 23:24
Voir son verre à moitié vide


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Un râle non contenu fila ses lèvres, la chaleur, les sensations qui vibraient jusqu'au sein de ses entrailles c'était sans doute la meilleure chose en ce monde, la plus grisante mais la plus éloquente aussi. Si lorsqu'on aimait l'amour y transpirait, lorsqu'il n'y avait rien ce n'était rien de plus qu'une expression physique étourdissante. Du lâché prise du cerveau au cœur, des gestes instinctifs dictés par l'instinct le plus primal du corps. Son cœur battait fort, vite, il le sentait palpiter jusque dans ses veines, dans le creux de ses paumes qui la retenaient, plus fort encore quand il la plaqua à nouveau contre le mur. Si douleur il y avait, elle serait balayée par ce reste exaltant. Ses lèvres se nichèrent dans son cou, à sa gorge là où il sentait le sang de la jeune femme battre à tout rompre, en écho avec le sien et déjà ses hanches filaient aux siennes, entre ses jambes, en elle à l'en faire respirer plus lourdement contre sa peau salée. Ses gémissements, ses suppliques lui quémandaient davantage, ce plus qu'il s'appliquait à lui donner même si, très honnêtement, son seul plaisir importait. Mais puisqu'elle le lui arrachait sans pudeur, à coup d'ongles, de soupirs et autres putains, plus agréables à entendre que le premier capturé, alors autant harmoniser le tout.

Tout se rappelait à lui, de ses moments avec elle à ceux sans trop de saveur, sinon la satisfaction, dérobée à des femmes qu'il n'avait jamais aimées. Toujours consenti, jamais volé, jamais provoqué, juste une pulsion incontrôlable et un besoin de sentir chaque nerf et cellule de son corps vivre, se réveiller, lui prouver qu'il était encore de ce monde malgré la tristesse, la douleur et les craintes éprouvées. Cameron redressa doucement le visage, la pointe de son nez rencontrant déjà sa tempe avant qu'il puisse à nouveau croiser son regard gris, avant qu'elle frôle ses lèvres et qu'il reprenne cet échange en une lenteur qu'elle devait sûrement détester, haïr, mais qui l'invita à sourire lui même avant de dévorer sa gorge du bout des lèvres. Il ne l'avait pas embrassée à nouveau, trop ailleurs, trop ancré dans son propre plaisir égoïste, trop tout. Erika s'en sentirait peut-être mal ensuite, peut-être oui parce qu'elle n'éprouvait rien pour lui et que la réciprocité était plus que palpable, mais il ne lui avait rien promis de plus que ça, ça et rien d'autre, juste ça....

Ses lèvres frôlèrent la naissance de sa poitrine, ses reins suivant cette cadence pesante qu'elle devait désirer voir prendre d'ampleur et s'accélérer. Doucement encore, langoureusement, pour mieux redresser les cils, croiser une dernière fois ses prunelles déjà brillantes et sceller ses lèvres aux siennes pour un baiser plus sauvage qui donna de corps à l'étreinte. Celle-ci devenait plus sèche malgré leurs corps humides, malgré sa chaleur, plus vive, plus ample plus précise à mesure que les secondes s'égrainaient, rythmées par les soupirs de la jeune femme. Il la sentait se mouvoir, se tendre jusqu'à ce point ci. L'italien relâcha ses lèvres, s'imprimant plus encore sur elle, en elle, les lèvres filant à son oreille pour la pousser au paroxysme de la chose.

- C'est maintenant ou pas du tout … bella. Il aurait pu se servir, ne rien lui offrir, mais peut-être préférait-il la voir se damner jusqu'au bout, atteindre le sommet tandis que lui s'enlisait, s'abandonnait pour quelques secondes d'extase durant lesquelles il serra les mâchoires, réprimant l'ardeur de sa voix, de ses souffles écourtés par cette sensation libératrice, cette impression de flottement, l'impression que plus rien n'existait durant quelques minutes.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\   voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» reportage de grand voir vient voir c est beau ..............
» L'accident 2 (suite de "L'accident" voir au terriers)[PV Nuage de tulipe et libre]
» Quand un simple verre tourne à l'humiliation - Ashton ♥
» Une bouteille vide [PV Kelen]
» demyan × j'ai cru voir un fantôme. (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: