The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le deal à ne pas rater :
Jeu Switch Multi Kit Nintendo Labo
29.19 €
Voir le deal

Partagez
- voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!   voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ EmptyLun 6 Mai 2019 - 17:05

6 Mai 2019

L’univers tout entier d’Erika s’était écroulée la nuit du 7 au 8 Avril quand Finan avait finalement prit son courage à deux mains pour lui avouer toute la vérité. Mon dieu qu’elle était en colère, déçue. Elle se sentait affreusement trahie par les deux personnes dont elle avait le plus confiance, ceux avec qui elle avait créé des liens et une stabilité. Erika mordait la poussière, se chopait des cornes et en plus, ils ne se cachaient même pas. Beaucoup trop occupé à vivre leur idylle qu’à l'intégrité de la brunette qui ne savait plus où se mettre. Le bougre, il n’avait pas attendu qu’elle se fasse à l’idée qu’il ne voulait plus être avec elle mais en plus, il s’était directement installé dans le hutte de la traitresse, de cette menteuse, de cette voleuse. Au fond, la jeune femme était vraiment à dix mille lieux de croire qu’il s’était passé autant de chose entre eux sans qu’elle ne s’en rende pas compte. Elle était blessée et elle avait mal, trop mal.

La douleur était monstrueuse, elle revenait et assommait l’aide-soignante d’un coup de pelle lorsqu’elle avait la malchance d’en croiser un. Ce n’était pas difficile, elle les fuyait comme la peste, pire encore, elle fuyait toutes les personnes qui avaient pu l’écouter parler de Finan ou pleurer son Finan parti à l’extérieur, vivre le grand frisson. C’était sans compter le fait de savoir qu’entre temps, ces deux-là avaient initié une histoire qu’ils ne pouvaient pas ignorer ou oublier… Ils étaient amo-... Erika s’essuya une larme naissance dans le coin de son oeil en baroudant dans le camp, elle ne voulait pas retourner dans sa couchette, sa tante n’était jamais loin et elle ne voulait pas discuter. Elle était beaucoup trop brisée pour écouter. Elle voulait seulement évacuer sa colère et ce goût affreusement amer qu’elle avait dans la bouche depuis cette révélation.

-Aide, tiens. Voilà ce que tu récoltes.. se disait-elle à voix haute en shoutant dans un cailloux, le malheureux s’était retrouvé sur sa trajectoire. Ce dernier alla choquer un arbre, puis un autre tout près, pour aller s’enfoncer dans la forêt. Elle n’allait pas s’y risquer et puis, elle n’avait pas encore noué un lien trop fort avec ce dit-cailloux. Autant ne pas risquer sa vie comme elle aurait très bien pu le faire pour Finan jusqu’à présent. « Putain.. » marmonna t-elle en vadrouillant, les baraquements étaient éclairés par la simple lueur de la lune qui était plutôt puissante par rapport à d’habitude. En réalité, elle n’était pas tellement sûr, elle n’avait jamais été aussi nocturne jusqu’à présent. Or, depuis le départ de Finan, elle n’arrivait plus à dormir dans cette couchette car elle ne pensait qu’à lui.

Alors pour l’oublier, elle avait profité d’une des cachettes, probablement oublié de la part de ce traître, de nombreuses bouteilles contenant assez d’alcool pour un festin de groupe. Il fallait juste qu’elle se laisse aller, au moins une petite fois.

Depuis son arrivée dans le camp, d’abord au Ranch et puis maintenant Fort, Erika n’avait pensé qu’aux autres. Il était maintenant difficile de faire autrement seulement, elle arrivait à un point où elle voulait que tout s’arrête. Son coeur était beaucoup trop brisé pour penser aux autres, elle voulait juste se morfondre et c’était bien ce qu’elle avait l’intention de faire en se dirigeant les écuries, proche du champ de tir. C’était peut-être une erreur mais elle en avait marre Erika. Erika en avait marre d’être toujours parfaite, disponible et l’épaule sur laquelle pleurer. Elle voulait juste ne plus penser et elle espérait que cette bouteille allait l'aider.

-Allez !» Elle s’installa sur un sac de sable posé ou oublié, aucune idée, chassa les quelques bestioles qui s’y étaient installés et sortit la bouteille de son pantalon. Elle le débouchonna et avala une première gorgée.
Elle ne connaissait ce monde là.
En fait, la nuit, elle essayait toujours de se retrouver sous un toit pour éviter de cauchemarder les nuits où elle fuyait le danger dans le sillage de sa tante. Une chose était sûr, si la situation ne s’arrangeait pas, elle allait bientôt penser à son avenir au sein du Fort. Les cornes qu’on lui avait forcé à porter, étaient tellement lourdes, qu’elle ignorait si elle allait pouvoir assumer cette affaire. Si Finan avait pu s’installer le coeur léger dans l’intendance avec cette fille, elle ne pouvait pas rester aveugle.. Elle ne pouvait pas ignorer les regards bourrés de pitiés qu’on lui jetait..

-Voilà ma fille… Voilà à quoi t’es promise..! » souffla t-elle en levant la bouteille qui brilla à la lueur de la lune. « En une bête à corne. » Elle bu à cette nouvelle et roula des yeux, tout en grimaçant à la brûlure du liquide qui roula dans sa gorge. Un bruit, certainement un petit craquement de branche sèche attira son attention. D’un bond, elle se redressa en sentant une légère étourderie : « Qui est là ? » Pas de réponse. Elle râla en s’installant comme auparavant : «Pas moyen d’être tranquille… » souffla t-elle.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\   voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ EmptyLun 6 Mai 2019 - 18:33
Voir son verre à moitié vide


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Peut-être le moment qu'il préférait dans une journée, parce que le tas de personnes fourmillant dans le coin rentrait leurs augustes postérieurs à l'abri, que pas âme qui vive ne rôdait à l'extérieur. C'était calme, suffisamment pour lui, suffisamment pour qu'il puisse penser à tout ce qui l'avait amené là, à ce qu'il était et qui ne le lâchait pas, pas même quand d'autres se montraient plus compréhensifs. L'attachement c'était pas son truc, ou ça l'était clairement plus depuis qu'elle avait baissé les bras, depuis que sa propre mère, elle aussi avait abandonné. Le pire ? C'était sans doute que si on effaçait l'ardoise, même avec tout ce qu'il avait vécu, ce qu'il avait souffert, Reeves referait exactement les mêmes choses. Peut-être la ménagerait-il davantage en revanche, pour lui éviter – leur éviter – ce qui avait fait voler en éclat ce qu'ils étaient. Peut-être oui, sûrement même alors que là son regard d'encre fixait ce même tronc, à quelques pas, où son timbre, prisonnier des limbes de son esprit, lui avait suggéré d'accrocher deux cordes et une planche. Qu'était-elle devenue au juste ? Quelqu'un l'avait-il aimée comme lui ? Quelqu'un l'avait-il au moins aidée dans ce magnifique merdier ? C'est plus ton problème, ça l'était plus dès l'instant où elle t'a lâché. Acerbe cette conscience, mais terriblement terre à terre, tout comme lui depuis que le monde s'était littéralement vautré pour se muer en tas de fumier.

Près de ce nouveau bâtiment, pour lequel il y avait encore beaucoup à faire, davantage à penser avant d'y perdre une énergie monstre, Cameron arqua un sourcil quand une voix brisa le silence nocturne. Voilà c'que tu récoltes.... Putain. Pas qu'il imaginait les gens de ce clan saint d'esprit, après tout personne ne l'était vraiment trop depuis que les cadavere remplaçaient peu à peu l'être humain, cependant il n'avait encore jamais croisé de con l'étant assez pour se faire la conversation seul. D'un bref mouvement d'yeux, le rital fixa la silhouette gracile qui s'évadait ailleurs, à pas rapides, pour mieux rejoindre les abords des écuries. Là encore c'était pas son problème, néanmoins dans ce coin du camp on gardait les chevaux, et étant donné la rage palpable dans ce timbre féminin - n'ayant encore de visage clair étant donné la noirceur sur place - valait mieux éviter une connerie monumentale. Un soupir plus tard et le grand brun s'invitait au pan de mur, les bras croisés sur le torse, l'épaule appuyée contre le bois encore chaud d'avoir baigné au soleil une longue partie de l'après midi, pour froncer les sourcils en remarquant l'une des gamines présentes à son arrivée.

Enfin, gamine …. pas vraiment le genre de gamine qui, lorsqu'on la regardait avec insistance, pouvait vous imprimer un bon gros pervers sur le front. La donzelle s'enquillait ce qui restait d'une flasque, l'odeur lui parvenait clairement au delà de la fragrance propre à l'endroit dans lequel, ordinairement, il foutait jamais les pieds. Pas de quoi s’inquiéter donc, encore moins quand, en pensant se défiler avec discrétion, elle redressa un regard larmoyant dans sa direction. Merda, putain de foin, putain de gravillons.... Bordel de râteau qui se péta le groin à l'en faire soupirer.

- S'tu veux vraiment avoir la paix, j'pense que les chiottes sont la meilleure planque du monde. Lâcha-t-il, s'avançant à peine, pour ramasser l'outil qu'il replaça près d'un box. Cam n'avait pas envie de converser, encore moins de consoler une gosse qui devait faire le point sur tous les aspects merdiques de sa jeune existence, imaginant, comme bon nombre d'entre eux, que l'alcool lui ferait oublier ses petites emmerdes. Ce n'était forcement que des petites merdes sans intérêt, après tout, qu'y avait-il de pire que les morto au delà des barricades ? Réponse : rien.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\   voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ EmptyLun 6 Mai 2019 - 21:52

Il était tard quand elle avait quitté le baraquements, la lune brillait bien assez pour qu'elle trouve ses repères dans la nuit. Elle ne supportait plus d'être immobile, alors qu'elle rêvait de tout casser. La place était si froide à ses côtés qu’elle n’arrivait plus à fermer l’oeil de la nuit. Alors c’était à partir de cette sensation de tourner en rond dans ses draps, qu’elle avait prit cette fameuse bouteille, signe qu’il n’y avait plus rien à faire, sauf boire. Ce n’était pas une chose que l’aide-soignante avait pour habitude de faire, d’où son côté maladroit mais également ce besoin de se cacher. Elle aurait très bien pu faire la grève de la faim, de toute façon, il y avait tellement de bouche à nourrir. Mais pour la première fois qu’elle désirait être tranquille, c’était de loin la meilleure excuse qu’elle s’était trouvée : pour boire. Loin des yeux, loin du coeur…, pensa t-elle, au moins pendant qu’elle pensait à ouvrir cette bouteille, elle ne pensait pas à ces deux personnes qui lui faisaient autant de mal qu’un pieu dans le coeur.

Rika s’était largement éloignée des baraquements pour juger de sa situation, seule. Elle n’allait pas demander de l’aide ou des conseils, de toute façon, tout le monde était au courant vu le tact dont Ashley et Finan avaient fait preuve envers elle. Il n’y avait pas grand chose à dire à part qu’elle pouvait vraiment les haïr, et c’était nouveau, ça pour elle. Penser à eux de cette manière alors quelques semaines auparavant, elle étaient entrain de s’inquiéter de leur état de santé, morale et physique. Bon dieu ce qu’elle avait été naïve. Ce séjour n’avait pas été aussi désastreux et ces bougres avaient réussi à être assez convainquant, Finan s’était amusé à profiter des sentiments qu’Erika avait nourri pour lui tandis que le reste du temps, il allait s’amuser avec l’autre brune. ça la rendait vraiment malade, encore plus malade que cette liqueur dégueulasse qui lui brûlait œsophage.

Lorsqu’elle entendit quelque chose tomber, elle s’était redressée pour s’assurer qu’elle ne risquait rien d’autre que de croiser un curieux. Elle savait qu’elle n’était pas toute seule dans le camps et qu’il était possible que quelqu’un décidait de faire la même chose qu’elle. « S'tu veux vraiment avoir la paix, j'pense que les chiottes sont la meilleure planque du monde. » Il lui avait lancé de manière tellement dénuer d’émotion qu’elle n’eut pas de mal à reprendre sans place sans se soucier de lui. Cameron Reeves.

«J'ai une profonde attirance pour la présence des animaux en ce moment.. J'ignore pourquoi en fait... » lâcha t-elle, sarcastique, puis elle reprit : « Il y a toujours un risque peu importe où l’on va dans ce camps, de toute façon. » avait-elle déclaré en haussant des épaules. Et puis de toute façon, pour le moment, elle préférait la présence des animaux à celle des humains. C’était assurément là la meilleure explication qu’elle s’était faites : « Tu comptes rester debout comme un con ou t’asseoir ?» demanda t-elle, agacée de le sentir au-dessus de son épaule. Elle ne voulait pas de chaperon, elle ne voulait pas d’épaule sur laquelle pleurait son soûl. Elle voulait tout simplement noyer son chagrin dans cette flasque qui sentait vraiment très mauvais : « Tâche  de faire moins de bruit, y’en a assez pour deux, mais pas pour l’ensemble du camp. »  C’était uniquement parce qu’il se trouvait mais elle n’avait pas vraiment l’âme de quelqu’un qui partage.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\   voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ EmptyLun 6 Mai 2019 - 22:56
Voir son verre à moitié vide


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


C'était pas tendre, pas une seconde, mais si mam'zelle voulait la paix elle n'avait qu'à se trouver un coin où personne n'irait trouver refuge. Il en roula des yeux en reposant l'ustensile, zieutant rapidement le flanc d'un des chevaux, la laissant se siffler ce qui devait être une liqueur, au mieux un bourbon frelaté tout juste bon à déboucher le même endroit qu'il avait indiqué dix secondes plus tôt. Si une esquisse étira la commissure de ses lèvres, ce ne fut que parce qu'il savait parfaitement que d'ici à quelques heures, non contente d'être ivre à en perdre le nord, elle se paierait au mieux de bons maux d'estomac, au pire quelques chose qui, définitivement, lui ferait affectionner la cuvette des toilettes sèches dont le conseil était si fier. Un vague rictus fila ses lèvres contre lesquelles il passa la langue. Elle préférait la compagnie des animaux, soit, alors pourquoi donc lui tenir la grappe, est-ce qu'il avait une tanche de bête ? Les yeux de siamois sans doute. Le timbre amusé de sa sœur lui jaillit dans le crâne comme un éclair aurait zébré le ciel, le poussant à détourner le regard vers elle.

- Tu m'en diras tant, Siffla-t-il en sourcillant. mais fais gaffe à qui tu balance ça, la zoophilie c'est pas bien vu, j'pense qu'le vieux a qui appartient les chevaux serait pas jouasse à l'idée que t'ais... une Il mima des guillemets du bout des doigts, une moue faussement écœurée aux lèvres.  « profonde attirance » pour les bestioles.

Elle tendait la perche, il saisissait au vol, aussi simple qu'une joute verbale dans laquelle il savait avoir toutes les cartes pour la mettre au tapis, comme avec la coiffeuse, comme avec la plupart des gens de ce fort fort lointain qui ne l'était pas du tout étant donné son ancien usage. Tous ? Tous, hormis Hortos avec laquelle les choses étaient plus simples, claires et concises. Cependant la brunette reprenait, agacée et agaçante, bien un truc de femme que de piailler de la sorte lorsqu'elles avaient quelques peines de cœur. C'était ça non ? Sûrement, il l'avait bien vue auprès de ce type... Finan, s'il se souvenait parfaitement de son prénom. Néanmoins ce même gars, absent lors de son arrivée à Nisqually, avait visiblement passé du temps en compagnie de Good, et étant donné les yeux rouges de cette fille, ses mots durs et acerbes, à tous les coups, môsieur n'était pas rentré dans le bon port. Un véritable soap dans le coin, amour gloire et confettis. Tous étaient amis, tous vivaient un peu comme les Shtroumphs dans leur village merveilleux, mais tous semblaient prompt à se tailler les tiges dès que l'occasion se présentait, surtout quand ça touchait à ce que tout homme, normalement constitué, pouvait encore se payer de gratuit – et quasiment sans conséquence – dans cet univers où plus rien n'était plaisant, pas même la bouffe.

- Charmante l'invitation, j'hésite uhm... Les piliers d'bar c'est pas vraiment ce que je préfère. Cependant qu'avait-il de mieux à faire au juste ? Passer une nuit détestable, éprouvante et exécrable dans ce foutu dortoir où les ronflements se mêlaient à d'autres bruitages corporels très explicites ? Le choix était vite fait, davantage que cette fille avait pour elle un verre à lui offrir. Un soupir las filant ses pétales, Cameron avisa l'espèce de malle de fer à coté d'elle, sans doute là où Isaac stockait les mors et autres rennes pour les montures. Se laissant y retomber, Cameron lui arracha la bouteille des mains pour glisser le nez au goulot avant d'arquer un sourcil. Une fille comme toi d'vrait se contenter d'un autre genre de liqueur. Un sourire entendu étira ses traits, les yeux plissés à sonder ce qui restait de lucide dans le creux des siens. Doucement, il avala une lampée avant de lui rendre son bien. Alors donc, j'suis moins con assis, j'ai l'droit à quoi au juste ? Une gorgée de merde frelatée qui m'filera mal à l'estomac ? Des aveux ? J'suis pas doué pour consoler les gens ma p'tite, mais j'peux faire un effort... Une moue inversée se greffa à ses lèvres, il pouvait bien faire un effort, depuis quand n'avait-il pas lu Public ou Voici ? Des années, et ici les rumeurs allaient bon train, les différents sons de cloches pouvaient être drôles, passer le temps entre deux gouttes d'un alcool pour le moins douteux. Erika c'est ça ? Même s'il ne supportait quasiment personne ici, il retenait au moins leurs patronymes.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\   voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ EmptyMar 7 Mai 2019 - 21:49

La soirée commençait plutôt mal, elle avait bien conscience qu'elle pouvait envenimer les circonstances où elle se trouvait mais c'était plus fort qu'elle. Il fallait qu'elle se morfonde encore, qu'elle haïsse la Terre entière pour la douleur qu'elle ressentait en elle. Tout ce qui lui arrivait, était injuste car elle n'avait pas mérité une telle humiliation.

Elle était reconnue pour être quelqu'un de très serviable mais c'était loin d'être une bonne poire et ces derniers temps, il n'était pas très avisé de l'embêter. Cameron semblait avoir ça dans le sang, tomber à pic aux moments dangereux. Surtout en ce moment. Lorsque Cameron lui avait conseillé d'aller se réfugier dans les toilettes, selon lui, le meilleur endroit pour ne pas faire de rencontre, elle s'était tout de même bien gardé de l'y envoyer promener. Après tout, elle s'y trouvait la première, elle ne se serait pas aventurée dans le coin si cet emmerdeur y était. « Tu m'en diras tant, » Elle haussa des épaules, il pouvait penser ce qu'il voulait, elle n'en démordrait pas. « Mais fait gaffe à qui tu balances ça, la zoophilie... » Erika se redressa, offusquée, choquée, ahuris : « Qu- -, c'est pas bien vu, j'pense qu'le vieux a qui appartient les chevaux serait pas jouasse à l'idée que t'ais... une... » Elle fronça les sourcils en le voyant former des guillemets sur les deux mots qui suivirent : « pseudo attirance pour ses bestioles ! » Elle ne savait pas vraiment pas s'il plaisantait ou était sérieux.

Erika secoua la tête : « Je n'imagine même pas le trauma que tu as du subir dans ton enfance ou si tes parents t'ont bercé trop près du mur pour avoir des pensées pareilles mais t'as vraiment un grain, ma parole. » Les mots ne l'affectaient pas, elle continuait seulement de jouer avec la flasque du bout de ses doigts. « Bon et ensuite, même si ça n'a rien à voir, tous les chevaux ne lui appartiennent pas. »  Il l'agaçait tellement et de toutes les personnes qui se trouvaient dans le camp, il avait fallu que ce soit ce soir-là où elle voulait noyer son chagrin seule, qu'elle tombait sur lui. Une véritable plaie ; Peut-être qu'il se trouvait drôle ou qu'il se foutait royalement de tout. Ou alors, il cachait son manque de conversation derrière une répartie destinée à décourager toutes personnes cherchant à lui être sympathique. Comme prise dans une conversation avec elle-même, elle haussa les épaules. Erika était beaucoup trop préoccupée par ses propres problèmes pour se soucier de ceux des autres Prenez un ticket, s'il vous plaît !, s'amusa t-elle à penser.

Cependant, Cameron n'était pas dans les papiers de ceux qui lui causaient des soucis. Non pas qu'elle était du genre à monter la tête des personnes qui l'entouraient, elle était certaine qu'il n'allait pas s'amuser à parler de quoique ce soit en rapport à ces derniers. Contre toute attente, il accepta de prendre la flasque : « Une fille comme toi d'vrait se contenter d'un autre genre de liqueur » Elle ria franchement par cette remarque pertinente, cela dit. Elle avait beaucoup plus envie d'un bon verre de vin blanc français accompagné de leur meilleur fromage mais là encore, ce n'était pas prêt d'arriver. Alors, ce fut à son tour d'user de son ton sarcastique pour lui répondre : « Désolée, le choix est plutôt restreint en ce moment, la livraison a été retardé. Pourtant je... » elle leva les mains au ciel, en faisant une moue caractéristique d'une personne qui n'obtiendra pas forcément ce qu'elle veut : « Y'a qu'ça au magasin et le monde dans lequel j'évolue en ce moment est plutôt radin pour les vivants... » ajouta t-elle amusée.

« Alors donc, j'suis moins con assis, j'ai l'droit à quoi au juste ? » Elle le regarda avec un sourire au coin, du genre : Si t'es pas content, tu peux te barrer!. Il lui avait rendue la flasque qu'elle lui avait tendu en même temps que son invitation. Il avisa une place non loin d'elle, à portée de bras, surtout, et il continua son speech évidemment : «  Une gorgée de merde frelatée qui m'filera mal à l'estomac ? » Elle leva les yeux au ciel en rebouchant la bouteille correctement. « Des aveux ? » Se sentait-il coupable de quelque chose pour demander une chose pareille. Elle n'en voulait pas de ses aveux, il pouvait se les carrer quelque part. Tout d'un coup, la présence de sa tante se ressentait plus que d'habitude. Et puis, elle se reprit. Rika avait dû s'occuper d'elle durant le temps où elle était partie et elle s'en était plutôt bien sortie. C'était bien ce qu'elle avait l'intention de faire : garder le cap.

« J'suis pas doué pour consoler les gens ma p'tite, mais j'peux faire un effort... » Elle secoua la tête encore plus vigoureusement : « Ah mais je n't'ai rien dem- - Erika c'est ça ? » Elle sursauta quand elle sentit une bestiole lui dévaler le front et quand elle s'avisa d'en apprendre plus sur l'occupant, Erika s'en débarrassa aussi sec. Le monde avait pensé à se débarrasser de la race humaine à une vitesse effarante et pourtant, il y avait toujours tous ces êtres vivants minuscules qui n'avaient de cesse que l'enquiquiner. Cela dit, cette interruption ne lui avais pas fait oublier que Cameron n'ignorait pas son prénom : « Oui ? » s’exclama t-elle, jouant avec la flasque dont elle ne savait pas si elle continuerait ou si elle tirait un trait sur sa nuit blanche alcoolisée solitaire : « Écoute, Cameron, hein ? » Elle voulait être sûr, elle n'était pas à l'abris d'une erreur : « Je n'ai pas besoin d'être consolée et si j'en avais réellement eu besoin, ce ne serais pas à ta porte que j'aurais cogné. Et..  » Elle fit une grimace : « Et le « ma p'tite » t'étais pas obligé... !»

« Et toi, tu fais quoi, à te balader la nuit comme ça ? T'as besoin d'expier quelque chose ? » demanda t-elle, soudainement amusée. Il était quand même prêt à faire un effort et elle espérait qu'il se tienne à discuter de façon normale. Une autre moquerie et elle abandonnerait. Ou pas. Finalement. Peut-être que ça l'amusait ou pire, lui plaisait qu'on la bousculait un petit peu. C'était sûrement l'une des rares personnes qui ne prenaient pas de pincette avec elle. Ça lui faisait du bien. Beaucoup plus de bien que cette bouteille d'alcool écœurante.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\   voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ EmptyMar 7 Mai 2019 - 23:04
Voir son verre à moitié vide


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Elle piquait la ragazza, c'en était presque rafraîchissant pour un peu, de remarquer que bien qu'apte à ne faire aucune vague, comme un petit chat fragile, du style de ceux de cet abruti de Damian, lorsqu'on blessait la bête elle sortait les griffes. Ça ne faisait pas mal, ça émaillait à peine un pull, néanmoins ça n'en demeurait pas moins drôle à contempler : une femme bafouée pour laquelle le monde, ou du moins la conception particulièrement con qu'elle en avait, s'écroulait. Assis à quelques pas à peine d'elle – approximativement un – Cameron lui rendit la bouteille en un sourire de coin. Ce qu'elle venait de lui sortir, à peine dix secondes plus tôt, aurait fait fuir n'importe quel abruti susceptible, mais pas lui. Pas ce soir, pas quand il n'avait rien d'autre à foutre, ou pas mieux à foutre. Et d'un coup d'un seul, la voir subitement s'agiter pour une simple petite bestiole, qui vira tout aussi vite qu'elle eut réagi, l'invita à soupirer. Elle lui avait rien demandé, mais visiblement l'insecte non plus, pour autant elle ne lui avait pas collé la semelle dans la gueule, ou encore balancé quelques bonnes saloperies au visage.

- T'as raison quand tu dis que t'es penchée vers la cause animalière, Le trentenaire étendit ses jambes et reposa le dos contre la parois de bois derrière lui. Pacha ? Sans doute oui, pour autant c'était le siège le plus inconfortable du monde dans l'appart' le plus insalubre qu'il ait connu de sa vie. Les yeux clos, il haussa uniquement un sourcils, mains jointes sur le buste, et rouvrit un unique œil lorsqu'elle souffla son prénom. Uhm ?

Son œil limpide courut sur elle, aussi vite que l'espèce d’arachnide ayant trouvé refuge sur son front les secondes précédentes, avant qu'un rire clair, même plutôt hilare, s'échappe de ses lèvres en secouant son thorax. Quand il disait que les femmes bafouées étaient drôles. La jeune fille, ou femme il n'avait aucune idée de son âge pas même en la scrutant de plus près, lui faisait sa soirée. La laissant pourtant conclure, le coin des yeux plissés par quelques rides rieuses, un soupir apaisa l'espèce de fou rire avant qu'il redresse le dos, dépose les coudes contre ses jambes qu'il venait de fléchir, et approche davantage les traits des siens pour bien sonder son regard gris.

- Cogner à c'genre de porte c'est douloureux, t'as essayé sur ton amateur d'trèfle à quatre feuilles ? Laissant le silence planer, faire office, il lui offrit un clin d’œil, son souffle à elle rebondissant quasiment sur ses propres traits, avant de sourciller et d'agripper un brin de paille, ou une connerie, dans ses mèches brunes, qu'il dégagea avant de se replacer à distance comme plus tôt. Et j'étais pas obligé mais t'as qu'à t'dire que c'est affectueux, si ça peut t'faire plaisir. Replaçant les mains contre son torse, à l'aise Blaise, le rital ferma les paupières avant de prendre une lourde inspiration afin de répondre, sommairement, à ses questions. J'expie rien du tout, Dieu c'est d'la vaste fumisterie pour faire payer un panel d'abrutis congénitaux plein d'espoir .... Et tout l'monde le sait, hope is a bitch. l'informa-t-il avant de se hasarder à la dépeindre un peu mieux. Elle était sûrement plus agréable à regarder sans les yeux de pandas sous extasie et le nez rougi par les larmes. Et j'suis passé dans l'coin parce que j'imaginais, étant donné ton langage fleurie, que tu serais susceptible de faire une connerie qui coûterait aux autres. D'ailleurs, c'était quoi ce putain là dehors ? A nouveau, il redressa le buste et ancra les bras contre ses cuisses pour pencher le visage près du sien. C'est donnant donnant ragazza, tu m'demandes un truc, j'réponds, en échange j'te demande et tu passes à table. Sa voix n'était qu'un souffle, presque suave, accompagnée de ce sourire particulier lui étant propre.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\   voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ EmptyMer 15 Mai 2019 - 15:53

C’était que le brun l’ennuyait beaucoup alors qu’elle avait prévu d’autres plans beaucoup plus distrayant que de parler avec ce fouteur de trouble. Elle se débarrassa rapidement d’un visiteur inopiné et tourna la tête lorsque les paroles de Cameron s’adressèrent à elle : « C’est fou comme ton avis m’intéresse...» L’ironie avait vomi de sa bouche comme une sorte d’insulte supposé faire comprendre à l’autre visiteur de déguerpir, elle n’était pas du tout d’humeur et il n’était plus question de faire semblant. Elle en avait assez de toujours faire selon les autres; Elle voulait qu’on la respecte aussi, même si, aujourd’hui, elle touchait le fond. Mais en voyant qu’il ne bougeait pas, pire qu’il s’était installé le plus confortablement que l’environnement actuel le lui permettait. Elle s’adressa à lui, plus calme, malgré tout. Il avait réagit, ses yeux étaient clos. Il semblait plonger ailleurs, partout mais pas ici. Cherchait-il de la compagnie ? Même s’il ne l’admettrait jamais. C’était plus simple de lui faire comprendre qu’elle ne voulait pas parler, qu’elle voulait tout simplement avaler la pilule toute seule. Il répondit : « Cogner à c'genre de porte c'est douloureux, t'as essayé sur ton amateur d'trèfle à quatre feuilles ?» Une minute de silence d’un jet de regard interrogateur sur le Reeves avait était nécessaire pour qu’elle comprenne de qui il parlait et elle vira le regard sur l’infini de la pénombre qui leur faisait face : « Je ne suis pas de ce genre. » expliqua t-elle en haussant les épaules. Préférant de loin se défouler sur un sac ou se faire mal à elle-même. Elle ne répondit pas au clin d’oeil qu’elle lui avait vu faire.

Et puis il lui était évident que ce surnom n’était pas de son goût. Rika avait déjà du mal à le faire passer dans la bouche de sa tante - quoique beaucoup plus tolérable vu leur passif, alors dans la bouche d’un perturbateur, elle le supportait moins. « Et j'étais pas obligé mais t'as qu'à t'dire que c'est affectueux, si ça peut t'faire plaisir.» Elle ricana en marmonnant dans sa barbe. Il était loin le temps où il était possible de lui faire plaisir. Cela faisait un petit moins d’un mois que Finan avait quitté la maison dans laquelle ils s’étaient tous installés lors de leur arrivé. « Ce qui me ferait plaisir, c’est qu’on arrête de me considérer comme une fragile. Ça, ça m’ferait plaisir. » déclara t-elle en jetant un petit cailloux un petit muret ayant vu des jours meilleurs. Et la voilà qui s'intéressait à nouveau à l’autre. Elle était comme ça, Rika, elle avait besoin de savoir et sa curiosité était beaucoup plus forte que le reste. D’autant qu’elle se rendit compte qu’elle n’avait plus eu envie de commettre un double homicide mais seulement un. C’était qu’il y avait un “mieux”. Sans y mettre de la bonne volonté, peut-être même que sa question le mettait pas très l’aise, il y répondit quand même : « J'expie rien du tout, Dieu c'est d'la vaste fumisterie pour faire payer un panel d'abrutis congénitaux plein d'espoir .... Et tout l'monde le sait, hope is a bitch.» Elle ria. Que ce sont fut aussi surprenant que le premier mot d’un enfant : « Je pensais que les italiens étaient les plus croyants de tout l’Europe. » souffla t-elle moqueuse, en grattant le sol avec ses godasses. Il fallait bien se l’avouer, elle n’avait plus pensé à dieu depuis très longtemps, bien avant leur arrivée, à sa tante et elle, au Ranch : « Ça fait bien longtemps que je pense plus à sa Miséricorde.. »

Elle renifla bruyamment en quittant le brun des yeux. Il n’était pas si déplaisant finalement. Il vomissait seulement ce qu’il pensait sans être contraint d’un tact donné à la plupart des êtres humains qu’elle avait pu rencontré jusqu’à présent. Ses yeux lui piquaient, ils n’étaient plus habitués à n’être plus humide de larme trop longtemps alors elle les frotta du dos de sa main droite et posa la flasque sur le sol terreux. « Et j'suis passé dans l'coin parce que j'imaginais, étant donné ton langage fleurie, que tu serais susceptible de faire une connerie qui coûterait aux autres. D'ailleurs, c'était quoi ce putain là dehors ? » Les jambes légèrement fléchies vers son buste, elle laissa son dos s’appuyer complètement contre son dossier de fortune et respira un bon coup en poussant un soupir plus qu’éloquant. Elle tourna la tête, légèrement blasée. Elle ne voulait pas en parler, sur tout, sauf sur ça mais il avait l’air plus coriace. Et elle, légèrement étourdie par les goulées englouties bien avant son arrivée et celles d’après, elle se sentait de plus en plus molle. « C'est donnant donnant ragazza, tu m'demandes un truc, j'réponds, en échange j'te demande et tu passes à table.» Elle leva les yeux au ciel en souriant bêtement : « C’est cher payé. » Puis elle se passa une main sur le visage pour remettre ses idées en place : « Je ne suis pas suicidaire tu sais. Je n’aurai rien fait qui aurait pu causer du tort à qui que ce soit dans le camps. » répondit-elle.

Elle regarda le ciel. Rika réfléchissait et plongée dans la contemplation de la lune, elle répondit : « Et ce putain,qui n’aurait jamais dû tomber entre les oreilles de quelqu'un, a été balancé comme ça. J’ai eu besoin d’expier tout ce qui tourne dans ma tête depuis des semaines. » Erika était tellement en colère, elle bouillonnait d’avoir été trahie par les deux seules personnes en qui elle avait le plus confiance. Même lorsqu’ils étaient revenu de l’extérieur, elle n’avait jamais eu la présence d’esprit d’imaginer quelque chose comme ça. Elle souffla en posant sa tête dans sa main, en équilibre sur le siège de fortune du brun. Elle leva la tête, légèrement, vers celle du brun : « Comment tu fais ? » Elle n’avait pas loupé cette manière à lui de sourire, ce petit sourire au coin qui donnait l’impression qu’au delà de son cynisme plus qu’évident : « On ne sait jamais sur quel pied danser avec toi. » commenta t-elle, sans prendre des gants, à son tour.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\   voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- voir son verre à moitié vide.. - Cameron Reeves /!\ -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» quelle belle soirée (pv val ) (HENTAÏ !!!)
» Quelle délicieuse prestation {Hentaï} [PV Siin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: