The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Like toy soldiers -
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cora R. Haver
Cora R. Haver
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 22, Colt M4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 400
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Like toy soldiers   Like toy soldiers - Page 2 EmptyMer 4 Sep 2019 - 19:59

Like toy soldiers

Cora R. Haver & Serena Martinez

Peut-être que Martinez s'en doutait mais j'étais à la pêche aux informations. Les dirigeants de Nisqually n'étaient pas des plus loquaces voire étaient détestables mais fort heureusement, ma discussion avec l'instructrice en armement s'avéra bonne. Exécutant le nettoyage de mon Glock 22 de manière machinale, j'étais surtout concentrée sur les mots qui sortaient de la bouche de la jeune latina. Hmm intéressant... L'esquisse d'un sourire discret et en coin se dessina sur mes lèvres en apprenant ce qu'elle me disait. M'emparant de l'arme suivante, je relevai la tête pour la regarder parler et l'observer. Les mots n'étaient pas hachés, le ton avait l'air naturel, elle n'avait pas la voix trop perchée ce qui aurait pu être un signe de mensonge mais au contraire, elle semblait contente d'en parler... Le léger rire aurait pu me mettre la puce à l'oreille mais j'interprétai cela comme étant de l'embarras.

Ainsi Martinez avait travaillé parmi les huiles de l'armée... Étant une femme elle n'avait bien entendu pas le droit de combattre et l'ouverture des rôles de combat aux femmes n'était en vigueur que depuis quelques mois avant que la crise ne manque de nous anéantir et puis de toute façon contre les goules, la distinction des sexes avait vite laissé place à l'urgence de la situation. Néanmoins, apprendre cela de la bouche de Martinez était rafraichissant et elle m'intéressa davantage. Je commençai à voir au delà de l'instructrice stricte en armes à feu et c'était ce qui m'importait. Je nettoyai l'arme mais je regardais de temps à autre Martinez.

Donc tu étais dans les huiles... Je ne te voyais pas dans le personnel médical et comme les femmes ont obtenues le droit de combattre quelques mois avant la crise, étant militaire, tu devais être dans un rôle de support. Le renseignement. Tu as donc dû servir sous l'ISAF.


Mon ton était une affirmation mais c'était davantage une question cachée, Martinez avait le droit de me corriger. Elle avait guidé les soldats sur le terrain, elle les avait renseigné sur ce qu'il y avait en face. Elle avait donc un rôle crucial... Et comme tout le monde dans les forces de l'ordre moi compris, elle avait échoué à faire son boulot. Non pas par incompétence, je présumai que Martinez alignait plusieurs années de service et n'était pas une recrue, -une recrue ne tient pas une arme de la façon dont elle le tenait- mais comme nous tous, par panique, par incompréhension de la menace, par urgence... Il y avait tout un tas de facteurs. Peu après, je fis à peine un "Hin !" amusé lorsqu'elle fit mention du département de la Défense car l'espace d'un instant j'avais l'impression de replonger dans mon ancien travail.

La DIA... J'ai l'impression d'être revenue dans mon bureau pendant un instant. J'ai déjà travaillé avec vous, des gens de ton agence.


Je soufflai un instant dans le canon que j'avais démonté pour chasser un peu de poussière avant d'entamer le remontage de l'arme, m'étant assurée qu'elle était propre et décrassée.

J'ai fais un crochet par le Moyen-Orient aussi. Rien à voir avec toi bien sûr, je ne suis pas militaire, je n'ai pas combattu mais il fallait superviser la formation des policiers fédéraux arabes. Je me suis portée volontaire pour faire la consultante fédérale pour Resolute Support et l'Irak. Des membres de mon bureau pensaient que je n'en avais rien à foutre de mes agents... Je n'ai jamais rien refusé non plus pour le FBI et ce pays.


Je réprimai un grognement car je me pinçai légèrement un bout de peau d'un doigt lorsque je remontai l'arme que j'avais en main. Bon je ne saignais pas c'était déjà ça... Je terminai le remontage avant de passer à l'arme suivante, méditant un instant sur ce qui venait d'être dit. Serai-je tombé sur quelqu'un qui pouvait parler le même langage que moi ? Elle était dans le renseignement militaire, moi dans le FBI dans le volet du maintien de l'ordre et du contre-terrorisme au États-Unis... C'est vrai, nos domaines de compétences étaient plutôt éloignés, je n'avais jamais travaillé pour l'armée, seulement avec mais nous aurions peut-être plus à partager qu'on ne le pensait... Je n'hésitai plus à regarder Martinez de temps en temps pendant mon nettoyage, cherchant même un peu à croiser son regard et donc lui parler.

Combien de temps de service ? Peut-être que nous nous sommes déjà croisés qui sait, pour avoir déjà discuté avec des militaires de la DIA. Bon, on coinçait des talibans aussi, différemment c'est vrai... On servait de contre-terrorisme aux États-Unis, les pontes nous faisaient davantage confiance que la NSA donc on devait faire du renseignement aussi.


DEV NERD GIRL



Like toy soldiers - Page 2 Ac51
Revenir en haut Aller en bas  
Serena Martinez
membre du conseil | The Haven
Modératrice
Serena Martinez
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: SIG Sauer P320 & tisonnier en fer
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 03/06/2018
Messages : 765
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Like toy soldiers   Like toy soldiers - Page 2 EmptyLun 9 Sep 2019 - 23:14
Sere leva des yeux amusés sur Haver, souriant presque de voir qu'elle avait autant de questions. Curieuse, va. Mais si elle croyait qu'elle pouvait demander tout ce qu'elle voulait, comme ça, alors que les deux demoiselles se connaissaient à peine, elle se trompait. La brune n'était pas du genre à vouloir tout dévoiler, Nisqually au grand complet le savait. Reena voyait bien que Cora essayait de voir si elle mentait, d'ailleurs. C'était sans grande surprise, puisque la mexicaine avait fait exactement la même chose, un peu plus tôt. Déformation professionnelle, sûrement. Mais oui, elle était dans les huiles, en un sens. Il y avait longtemps qu'elle n'avait pas entendu ce terme, longtemps qu'elle n'avait pas croisé d'anciens « soldats » qui parlait la même langue qu'elle. La militaire hocha la tête à la mention de l'ISAF, approuvant ses dires sans avoir besoin d'ajouter un seul mot.

Elle se sentait un peu étrange, pour tout dire. C'était la première fois qu'elle rencontrait quelqu'un qui lui remémorait à ce point sa vie militaire, avec tout ce que ça impliquait de bien et de moins bien, mais surtout avec la hiérarchie qui venait avec. Non parce qu'en fait, Serena était plus près du terrain que des bureaux de ces gens là, dans son esprit, et ce même si elle avait été en contact avec les hauts dirigeants pour de nombreuses missions - malgré son statut de recrue, à l'époque. Pour quelles raisons, exactement? Elle n'avait probablement pas envie d'en parler. Mais semblait-il que son rôle était plutôt capital, qu'elle était douée, oui, mais elle se disait surtout qu'elle était appréciée parce qu'elle avait à coeur les gens qui manquaient de se faire exploser la gueule, en réalité. Et c'était probablement ce qui la rendait meilleure que les autres, peut-être.

« Enfin, servir est le mot. J'ai jamais été plus qu'un simple officier. » dit-elle d'abord avec modestie. « D'ailleurs il m'semble que l'ISAF en avait toujours plein les bras, à rendre des comptes à l'OTAN et aux Nations Unies. C'était toujours le bordel, d'aussi loin que j'me souvienne. » précisa-t-elle en riant un peu, avant de s'emparer d'un nouveau flingue et de commencer à le démonter. Et cette tâche particulièrement répétitive commençait à l'emmerder, comme à toutes les fois. Enfin.

Ainsi donc elle avait devant elle un agent fédéral? C'était ce que la blonde affirmait, du moins, en parlant de son ancien bureau. Sere humecta un chiffon de solvant, l'observant sans être étonnée de l'information qu'elle venait d'apprendre. Ça ne faisait que confirmer ses impressions, au final. Cora en rajoutait, mentionnant au passage que certains de ses collègues ne semblaient pas trop en accord avec ses façons de faire. Là non plus, pas de surprise. Cette femme ne semblait pas souvent faire l'unanimité, de toute évidence. Martinez ne savait pas encore si une telle chose lui plaisait ou pas.

Et elle posait encore des questions, se demandant si elles avaient pu se croiser, dans le passé. Peut-être bien que oui. « J'ai terminé l'école plus rapidement que les autres. Mon parcours est un brin marginal. » Elle récitait les faits comme un robot, comme si un recruteur lui demandait de lui parler d'elle, et c'était probablement pour cette raison qu'elle n'avait pas de difficulté à parler autant qu'elle le faisait. « J'crois que j'me suis enrôlée pile au moment où ils ont tué Ben Laden. Et c'était même pas en sol Afghan, le pire. Mais Al-Qaïda continuait ses activités et infiltrait les forces du pays - évidemment je t'apprends rien - et donc j'ai été envoyé là-bas assez rapidement. » Elle s'arrêta de travailler quelques instants, pour la regarder. « T'as pas vraiment le choix de faire ta place, dans une telle situation. » La miss marqua une pause. « Alors oui, j'crois qu'on a peut-être pu se croiser, tout ça c'était entre 2012 et 2014, si ma mémoire est bonne. J'suis rentrée quand Obama à décider de réduire les effectifs, et peu de temps après, tout est partie en vrille. »  Et le reste était de l'histoire ancienne, son regard plus dur le disait pour elle. « C'était comment, alors, l'envers du décor? » Parce que c'était plutôt ce que le boulot de Haver représentait pour la militaire, finalement.
Revenir en haut Aller en bas  
Cora R. Haver
Cora R. Haver
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 22, Colt M4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 400
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Like toy soldiers   Like toy soldiers - Page 2 EmptySam 5 Oct 2019 - 19:46

Like toy soldiers

Cora R. Haver & Serena Martinez

Je ris avec Martinez lorsqu'elle mentionna l'ISAF. Visiblement cela n'avait pas laissé un bon souvenir à la latina et elle disait vrai. Contrairement à l'Irak que notre pays avait attaqué sans l'aval d'une quelconque organisation internationale, l'ISAF était sous mandat de l'ONU et l'OTAN y participait. Rien d'étonnant donc à ce qu'elle disait que la force de l'ISAF rendait toujours des comptes aux deux dernières autres organisations susnommées. Nous du côté du FBI, nous étions assez loin de ce genre de tracas, c'était une affaire entre militaires et politiques, nous, nous étions des policiers et agissions surtout aux États-Unis mais le peu que je savais, Martinez disait vrai, c'était le bordel comme à chaque fois qu'une boite de ce genre existait. Et puis en vrai, nous n'étions qu'une poignée de fédéraux là-bas.

Les informations que me donnait la jeune militaire étaient fort intéressantes et en disaient davantage sur elle. Outre sa posture qui indiquait une personne formée par l'armée, elle me débita ses propos comme quelqu'un qui avait appris par cœur sa leçon. Serait-ce un texte qu'elle me récitait afin de se donner bonne figure ? Possible mais pourtant, rien ne m'indiquait dans mon esprit qu'elle me mentait, les signes étaient bons. Et puis je n'étais pas une agente en charge du recrutement de Quantico. Cela aurait d'ailleurs été mon choix de carrière après avoir fait dans le maintien de l'ordre et le contre-terrorisme si je n'avais pas été recrutée au sein de la Sécurité Nationale et si ces foutus mort-vivants n'avaient pas débarqués... Bref, néanmoins, je retins les réponses de Martinez. Enrôlée donc en 2011 lorsque la Team Six avait éliminé Ben Laden, sur sol pakistanais en effet -elle connaissait bien sa géographie- puis en Afghanistan pour combattre les talibans, le président a ensuite réduit les forces au Moyen-Orient sans oublier de quitter l'Irak puis nos amis G se sont pointés et la civilisation s'est effondrée à cause d'une horde de cadavres pourris ambulants.

Hm ! Cradingue.


Fut ma première réponse d'emblée avec un rictus dans un mélange d'un rire et de mépris. L'envers du décor comme elle le disait, si elle s'imaginait que c'était propre parce qu'on était comme dans le crime en col blanc, elle se trompait. On voyait pas mal de saloperies rien qu'aux États-Unis et il fallait aussi affronter un ennemi dont on ne savait pas d'où il venait.

Et ils sont vicieux avec ça dans le milieu. On devait être plus malins que les terroristes pour les coincer et les trucider ou les envoyer à Gitmo ou dans un de ces trous à rats qu'étaient les geôles que la CIA entretenait de par le monde alors certains du milieu devenaient complètement barges. Amnesty International disait des prisons, s'ils savaient. J'en ai déjà visité et je préférerai croupir à Gitmo que dans un de ces trous. Il fallait agir dans le feutré et si possible avant que quiconque ne s'en rende compte. Il valait mieux que des badauds s'arrêtent pour demander à la police locale ce qui se passait dans le quartier qui était bouclé quitte à écarter quelques hippies pacifistes plutôt que de se retrouver avec une bombe qui saute en plein Manhattan à l'heure de pointe. Plus on prenait le fauteur au dépourvu et mieux ça valait. On a parfois retrouvé un arsenal qui ferait passer des mafieux pour des terreurs de bac à sable.


Je terminai l'arme que j'avais en main pour passer à une autre arme de poing, moins encrassée, voire en apparence propre mais il valait mieux s'assurer que tout était clean et que l'arme ne s'enraye pas. Hm... les armes encrassées étaient déjà moins nombreuses... Encore quelques unes et nous aurions fini. Je ne dis rien un laps temps avant de la regarder.

Je me rappelle en Afghanistan, on a été pris en charge par un SEAL une fois. Il devait nous apprendre à nous débrouiller si jamais notre convoi se faisait attaquer en plein désert quand on revenait d'un camp d'entraînement quand on sortait de la green zone. S'il savait que ça m'aurait servi contre les goules... Et puis c'est étonnant.. Je ne soupçonnai pas que je puisse rencontrer quelqu'un qui parle... la même langue que moi après la fin du monde... Et maintenant nous sommes là.


Par parler la même langue, j'entendais quelqu'un qui venait peu ou prou du même milieu du renseignement que moi. Là où elle assistait des soldats, je pilotais une filature ou une arrestation avec la Hostage Team Rescue. Bien sûr, je me disais qu'elle savait de quoi je parlais et que je n'avais pas besoin de le lui expliquer ce que je voulais dire. Elle n'était peut-être pas avenante au premier abord mais nous partagions un peu des mêmes choses et je devais admettre que j'appréciai sa compagnie en fin de compte. Je trouvais cela cocasse.

DEV NERD GIRL



Like toy soldiers - Page 2 Ac51
Revenir en haut Aller en bas  
Serena Martinez
membre du conseil | The Haven
Modératrice
Serena Martinez
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: SIG Sauer P320 & tisonnier en fer
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 03/06/2018
Messages : 765
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Like toy soldiers   Like toy soldiers - Page 2 EmptyMar 29 Oct 2019 - 20:51
Et bien, Cora semblait voir les mêmes lacunes - et les mêmes vices - que la brune avait vu elle aussi, dans le passé. Il n'y avait pas si longtemps, finalement. Mais cette vie semblait si loin, maintenant, encore plus à mesure qu'elle écoutait sa coéquipière lui raconter ce qu'elle avait vécu. Elle ne se gênait pas pour se livrer, semblait-il. Sere ne pouvait qu'hocher la tête, attentive, et surtout du même avis qu'elle concernant ce qu'il fallait faire pour empêcher le pire d'arriver, avant de rire à son analogie du bac à sable. Et si elle était tentée de partager ses propres expériences à ce sujet, quelque chose l'en empêchait pourtant. Comme si c'était trop difficile.

La blonde s'emparait d'une autre arme tandis que la militaire observait le fruit de leur travail presque terminé, sur la table. « Pas besoin de t'occuper de ceux-là, c'est déjà fait. » dit-elle rapidement en désignant un petit paquet de flingues sur lesquels elle avait déjà travaillé avant l'arrivée de Haver. Reena agrippa donc le dernier engin de métal, enfin, et comme avec tous les autres, elle le démonta habilement avant de se mettre à le nettoyer. Nul besoin de dire qu'elle commençait vachement à en avoir marre, et à se perdre un peu dans le fond de son crâne, jusqu'à ce que sa partenaire parle à nouveau. Jamais elle n'avait pensé se dire une telle chose, mais putain, c'était tant mieux.

Elle lui expliquait n'avoir jamais pensé que certains entraînements lui seraient à ce point utiles aujourd'hui. La mexicaine haussa les sourcils en soupirant, sourire un peu triste aux lèvres. Elle avait raison. Personne n'avait jamais prédit toute cette merde, et même si elle s'était toujours considérée prête, privilégiée par son parcours même, il fallait admettre que rien n'était rose, dans ce bordel. Et alors que Cora avouait ne pas s'être attendue à rencontrer des gens qui parlaient le même langage qu'elle, Martinez avait levé son regard noisette sur son aînée. Elle, au contraire, s'était probablement attendue à en croiser davantage, mais il semblait que les soldats du coin n'étaient pas particulièrement doués pour survivre.

« On en est là. » répéta-t-elle. Non parce que c'était marrant, au fond. Un concours de circonstances, vraiment. Vivre ou mourir, ce n'était plus elle qui en avait le contrôle, et ça pouvait tellement  l'étouffer, parfois. Honnêtement, elle avait l'impression, peut-être, que la femme en face d'elle était en mesure de comprendre. Peut-être. Elle osa lui sourire - pour de vrai, cette fois. « Contente que tu sois à bord. » Dans leur équipe. Si elle avait douté de la demoiselle à son arrivée ici, il fallait avouer qu'elle était un atout, et qu'elle faisait de son mieux pour s'intégrer, pour faire ce qu'il fallait. Il faudrait probablement qu'elle l'accepte un jour. Mais Reena faisait des efforts. Si Jesse était là, il le verrait bien.

Une fois son travail terminé, elle avait commencé à ranger quelques trucs pour éventuellement les retourner à l'entrepôt. Empilant les liquides, les chiffons et les brosses dans une boîte en attendant que sa comparse termine elle aussi, Sere posa les fesses sur la table, se nettoyant elle-même les mains avec un restant de solvant sans se préoccuper de ce qui coulait par terre. La texane tourna la tête vers Haver, soudainement plus détendue à l'idée qui venait de germer dans sa cervelle. Ce n'était rien d'exceptionnel, mais c'était probablement ce qui l'apaisait le plus - et puis, elle avait fait une promesse à l'ancienne agente, après tout, tout à l'heure. « Tu veux aller tirer? » demanda-t-elle comme une gosse qui prévoyait faire un mauvais coup. Si c'était pas une preuve qu'elle voulait bien lui laisser une chance, elle ne savait pas ce que c'était.
Revenir en haut Aller en bas  
Cora R. Haver
Cora R. Haver
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 22, Colt M4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 400
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Like toy soldiers   Like toy soldiers - Page 2 EmptyMer 6 Nov 2019 - 14:45

Like toy soldiers

Cora R. Haver & Serena Martinez

Si le début de notre échange était froid et peu cordial, force était de constater que nos rapports s'étaient réchauffés. Je fus surprise de l'entendre rire alors que je lui parlai de mon vécu. Je la regardai, un peu stupéfaite mais très loin de lui faire un reproche. Au contraire, ça me réjouissait moi aussi, j'avais seulement du mal à l'admettre que ça m'en fit rougir... J'aimais bien la compagnie de la latina. Je notai sa remarque sur les armes déjà propres et je me rendis alors compte que je tenais l'une des dernières armes non nettoyées si ce n'est la dernière. À deux on allait bien plus vite... Et ça devait être mieux que d'être seule pour Martinez. Je savais que la corvée de nettoyage des armes pouvait être monnaie courante dans l'armée, ça n'avait pas cours chez nous au FBI, c'était des agents peu gradés ou d'autres policiers qui le faisaient pour nous, il nous arrivait de le faire nous même mais c'était rare. En ce qui me concernait, je le faisais, davantage par habitude, ayant été une fréquente assidue du stand de tir qu'il soit fédéral ou en dehors de mon temps de service.

Je posai l'arme que je nettoyai, ayant achevé ma tâche pendant que Martinez terminait celle qu'elle faisait. N'ayant rien de mieux à faire, je la regardai, d'abord ses mains, puis son regard lorsque je le sentais sur moi. À quoi pouvait-elle penser... Nous parlions de choses d'un monde qui n'existait plus, sur quelque chose dont on n'avait plus l'emprise parce que notre monde était désormais en ruines. C'était plus triste que cocasse à regarder de ce point de vue là. Je me rappelai comment je gérai mes affaires, comment je manageai mon équipe d'agents, comment je dirigeai... Détournant légèrement le regard des yeux de Martinez, je préférai qu'elle ne me voit pas pendant que mes pensées s'agitèrent. Nous nous ressemblions elle et moi malgré notre différence d'âge, nous faisions un métier dangereux, nous sauvions des vies au prix d'autres et aujourd'hui, nous ne pouvions que seulement faire en sorte de ne pas crever. Je me sentais... merdique, trop vieille pour me battre encore, plus à ma place parfois alors que voilà quatre ans notre civilisation s'effondrait. Je ne sais pas si j'en parlerai un jour ou si je me confierai davantage à elle mais peut-être qu'elle me comprendrait... Je relevai les yeux vers elle pour voir un sourire qui réchauffa mon cœur de femme âgée. Peut-être enfin que quelqu'un comme Martinez me comprenait bien au final.

Merci...


Fis-je simplement, mes joues se pourprant pendant que j'hésitai sur la conduite à suivre. J'avais fini ma tâche avec la militaire, j'aidai à la ranger après passé un coup de chiffon sur quelques armes où j'avais pu y voir encore un peu de poussière incrustée. J'entendis Martinez remuer à côté de moi avant de m'apercevoir qu'elle s'était rapprochée, assise sur la table. Celle-ci se tourna vers moi et avec un visage auquel je ne m'attendais pas voir, elle me prit un peu au dépourvu avec cette question, si innocente à mes oreilles. Cette fois, ce ne fut pas un sourire de circonstance mais un vrai sourire qui illumina mon visage malgré les rides ici et là. Mes yeux s'étaient légèrement écarquillés mais j'étais en réalité, très satisfaite...

Vraiment ? ... C'est bas comme manœuvre Martinez de me prendre par les sentiments comme tu le fais... Et comment que je veux ! Viens, on s'en va avant que les autres ne le sachent...


Je fis un rire discret, comme celle qui était la complice de préparer un mauvais coup. Je rangeai les kits de nettoyage avant que l'on ne s'éclipse avec nos armes et des munitions. Je suis contente de m'être arrêté pour décrasser ces flingues avec la jeune latina finalement...

DEV NERD GIRL



Like toy soldiers - Page 2 Ac51
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Like toy soldiers   Like toy soldiers - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Like toy soldiers -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: