The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Like toy soldiers -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Serena Martinez
membre du conseil | The Haven
Modératrice
Serena Martinez
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: SIG Sauer P320 & tisonnier en fer
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 03/06/2018
Messages : 773
Age IRL : 29
MessageSujet: Like toy soldiers   Like toy soldiers EmptySam 4 Mai 2019 - 7:14
On lui avait offert de l'aide, aujourd'hui. Sere n'avait rien demandé, pourtant. La militaire était de corvée pour procéder au nettoyage de tout ce que pouvait contenir l'armurerie, et même si ce n'était pas réellement complexe pour elle, il fallait avouer que la tâche serait probablement un peu longue. Toutes les raisons étaient bonnes pour qu'elle puisse se changer les idées, de toute façon. Se concentrer pour mieux faire le vide, comme à l'habitude, peu importait. Tant qu'elle pouvait s'occuper, avoir au moins l'impression de faire un truc utile. Jesse ne semblait pas être dans le coin, pour le meilleur ou pour le pire, elle ne savait pas encore. Et il n'était pas question de se pencher sur le sujet aujourd'hui. Elle le refusait catégoriquement.

La miss s'était installée à l'extérieur de l'entrepôt, devant une grande table sur laquelle était déposé toute l'artillerie du fort ainsi que son matériel pour la journée. Du solvant, quelques brosses et tiges de nettoyage - selon le calibre - en plus de chiffons et du nécessaire pour lubrifier les flingues. Une petite brise agréable était au rendez-vous, même si le soleil était timide. Enfin, la mexicaine s'était d'abord assuré que toutes les armes étaient déchargées, avant de s'y mettre pour de bon, travaillant probablement beaucoup trop méthodiquement pour que ce soit normal.

Elle ne savait même pas qui viendrait la rejoindre, alors aussi bien commencer. La brune n'avait besoin de personne, après tout, même si elle devait avouer que de voir la tronche de Damian devant autant de flingues aurait été particulièrement marrant. Concentrée, appliquée, Reena s'occupait d'un gros calibre, le pointant devant pour vérifier qu'il était en état, avant de se rendre compte qu'une silhouette approchait en levant les cils un peu plus loin, au bout du canon. Sérieusement? C'était Cora qui venait l'aider? Putain. Ce n'était un secret pour personne: la jeune femme n'était pas particulièrement à l'aise avec les gens qu'elle connaissait moins. Ce n'était pas comme sur le terrain, loin de là.

Baissant aussitôt son arme, elle fixa un moment la blonde de son regard un brin perplexe. Oh, la chambre du fusil était vide, mais elle avait bien appris qu'on ne pointait jamais quelqu'un de cette façon, malgré tout. Pour tout dire, Sere ne savait pas vraiment comment agir en sa présence. Elle avait bien vu, lors des multiples séances d'entraînement, qu'elle était plus douée que les autres. L'explication derrière tout ça était claire et nette pour la texane, qui n'avait pas eu besoin de beaucoup de temps pour comprendre qui elle était. Malgré tout, quelque chose l'agaçait dans sa façon d'être. Elle n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Et même après tout ce temps chez eux, elle n'avait pas réellement eu l'occasion de discuter avec elle. Principalement parce qu'elle n'en avait pas envie. Pas avec le bordel qui s'agitait dans son crâne.

C'était Selene qui l'avait ramené, d'ailleurs, quelques mois plus tôt, non sans une certaine réticence. Peut-être était-ce la source de ses doutes? Danny semblait être proche d'elle, pourtant. Mais Martinez, contrairement à plusieurs autres, faisait confiance à celle qui faisait partie du conseil de Nisqually. Elle ne pouvait donc que se questionner, non? Qu'est-ce qui avait amené les siens à se méfier à ce point de la concernée? Sere ne pouvait pas se mentir non plus, le lien qu'elle entretenait avec cette Romy n'avait rien de rassurant non plus, à son humble avis. Toujours était-il qu'elle était là, maintenant. Après de longues secondes, elle osa un signe de tête pour la saluer, sans artifices. Elle voulait bien se donner la peine, ne serait-ce que pour que la tâche avance. « Tu tombes bien, il y a beaucoup de travail à faire, ici. » lança-t-elle simplement, d'un ton neutre. Le pire était qu'elle faisait un effort, la pauvre. 
Revenir en haut Aller en bas  
Cora R. Haver
Cora R. Haver
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 22, Colt M4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 412
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Like toy soldiers   Like toy soldiers EmptyVen 10 Mai 2019 - 21:31

Like toy soldiers

Cora R. Haver & Serena Martinez

Hm ouais, faisait pas très beau aujourd'hui. Ça ressemblait davantage à un temps d'automne qu'au temps estival auquel on avait eu droit il y a pas si longtemps. Ce n'était pas encore pour aujourd'hui les Ray Ban aviator. Cela dit, au moins, on avait de quoi s'abriter convenablement et surtout, on n'était pas seuls. Le fort n'était pas si grand que ça.

Pas d'entraînement aujourd'hui et comme pour casser le rythme, il fallait en plus nettoyer les armes et l'armurerie. Au moins, je n'avais pas à nettoyer la pièce qui stockait les armes, -j'avais déjà fais ça comme toute nouvelle agente à Tucson comme corvée mais davantage pour amuser les autres agents- je devais nettoyer les armes elle-mêmes. La personne commanditaire m'avait dit que cette tâche m'occuperait une partie de la journée et que je devais aider une certaine... Serena Martinez. La petite Martinez... Instructrice de terrain du camp, militaire de son état, la latina était assignée au nettoyage des armes et j'allais l'épauler dans cette tâche. Cela pouvait promettre un moment particulier... Je ne savais pas grand chose de cette femme et les quelques informations que j'avais sur elle avaient été récoltées pendant une observation et en questionnant, un peu comme ce que je faisais comme agente, quelle ironie... Elle avait faite ses classes dans l'Army et avait déjà servi en opération. Pas au combat bien sûr, les femmes n'avaient été autorisées aux rôles de combat que quelques mois avant la crise mais je supposai qu'elle ai déjà dû aller au Moyen-Orient si elle avait été déployée hors du pays. Qu'est ce qu'elle faisait dans l'Army en revanche, mystère, tout comme son unité, son passé... Elle présentait comme tout le monde qui avait aussi vécu la merde quand elle a pété au nez de tout le monde, une personne normale.

Le temps était couvert mais je n'avais qu'un t-shirt bleu nuit à me mettre et un pantalon noir à ma taille, peu pratique pour me protéger en cas de pluie. Je portai encore un bandage sur mon bras gauche, portant encore les stigmates de ma flèche qui avait entamé mon bras lors d'un exercice de tir peu concluant quelques jours plus tôt. À peine mes consignes reçues, je laçais mes sempiternelles Converse blanches et m'ébrouai en direction de l'armurerie avec déjà de l'activité. Martinez était déjà là, les armes sorties et posées sur une grande table pendant qu'elle nettoyait un Python. Hm... Je ne savais pas à qui était ce gros canon mais au vu du peu de personnes qui utilisaient correctement les armes, je parierai que son possesseur avait davantage pris l'arme pour sa taille que son efficacité. Comme lorsque l'on choisissait un boulet aussi gros à manier qu'un Desert Eagle alors qu'un Glock plus petit était plus efficace et plus pratique. Le Python baissa sa gueule et Martinez leva son visage vers moi. Visiblement, elle ne s'attendait à ce que ça soit moi qui vienne mettre la main à la pâte pour décrasser notre artillerie... Désolée ma petite, il va falloir que tu supportes ma présence parce que j'ai rien de mieux à faire que de t'aider. Cela ne ne me posait pas de problème, c'était même l'occasion d'en savoir plus sur elle entre deux coups de brosse.

Martinez. Je vois ça... Je m'y mets.


Nul besoin de me retrousser les manches, je m'emparai... du M4 que je trimballai depuis la crise. Ouch, il avait pris un peu de poussière... Mais personne ici ne savait que cette pièce d'artillerie encaissait très mal le manque d'entretien ? Comme toutes les pièces de la gamme M16 de toute façon... C'est avec un intérêt renouvelé que je contemplai pendant une poignée de secondes l'arme militaire qui m'accompagnait depuis ma première patrouille dans Seattle pendant la crise... Avant de commencer à la démonter, comme me l'avait montré un ancien collègue qui avait fait l'armée avant de devenir fédéral. L'arme déchargée, pointée en dehors de toute personne, la poignée et la partie supérieure séparée, la chambre de tir démontée, le ressort éjecté et les pièces séparées, je commençai à y aller à coups de brosse-solvant en prenant soin de cette arme qui m'avait accompagné depuis bientôt quatre longues années de survie. Hm... Ça ne sentait pas très bon mais mon fusil me le rendrait.

Vous ferez faire un entraînement bientôt ? Ça serait bien si l'on pouvait s'entraîner à tirer. Cela dit, il nous faudrait les munitions requises...


Je n'avais pas levé le nez de ma tâche mais mes oreilles écoutaient et captaient. Ce n'était pas un interrogatoire que je menais mais c'était le moment pour peut-être essayer de creuser un peu plus auprès de cette jeune dame. Tout en nettoyant les armes du groupe.

DEV NERD GIRL



Like toy soldiers Ac51
Revenir en haut Aller en bas  
Serena Martinez
membre du conseil | The Haven
Modératrice
Serena Martinez
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: SIG Sauer P320 & tisonnier en fer
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 03/06/2018
Messages : 773
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Like toy soldiers   Like toy soldiers EmptyJeu 16 Mai 2019 - 18:27
L'ampleur du travail à effectuer ne semblait pas l'effrayer, au moins. C'était déjà ça. Haver avait porté son choix sur sa propre carabine, d'ailleurs, pour débuter ce nettoyage plus que nécessaire. C'était probablement l'ultime vestige de son passé professionnel, sans aucun doute même, tout comme le précieux Sig Sauer de Reena. Celui-là n'avait pas besoin d'attention aujourd'hui, par contre, la miss s'était déjà chargé de son cas. Il trônait plutôt à sa taille, comme à l'habitude, toujours du même côté. Son regard fixa l'arme de Cora un instant, n'en ayant pas vu depuis un sacré bail, avant d'observer un peu sa façon de procéder. Sincèrement, elle avait cru pouvoir trouver quelque chose à redire, cibler une lacune quelconque ou repérer une hésitation, mais Sere devait avouer que la blonde était loin d'avoir besoin d'aide, agissant aussi méticuleusement que le ferait la militaire.

Sere reporta donc son attention sur le flingue qu'elle nettoyait, alors que sa partenaire improvisée posait d'emblée une question au sujet des entraînements. Martinez ne s'arrêta pas de travailler pour lui répondre, après quelques secondes de réflexion. « C'est vrai que les entraînements sont plutôt dirigés vers le corps à corps, ces derniers temps. » Bien sûr, il y avait une explication derrière tout ça, la brune ne faisait pas les choses sans raison. C'était simplement le point de départ de tout apprentissage, et certains n'étaient pas du tout à l'aise avec les armes à feu, ici. Elle avait fait des séances avec quelques personnes sans être en grand groupe, rien de plus.

Elle s'entraînait au stand de tir presque tous les jours, en ce qui la concernait. C'était son moment, son havre de paix même. Ce qui angoissait la plupart avait le mérite de la détendre, finalement. Elle se stoppa un instant, levant les cils sur sa comparse. « J'ai de la difficulté à croire qu'une femme comme toi nécessite de s'entraîner à tirer? » demanda-t-elle en se moquant de la demoiselle, juste un brin. « J'déconne. J'ai une petite réserve de balles à blanc, j'aime bien me pratiquer pour garder la main. » avoua-t-elle, se doutant qu'elle était probablement la mieux placée pour comprendre. Elle avait hésité, pourtant, avant de parler, craignant peut-être - comme une idiote - qu'on lui vole son précieux petit coin préféré. « Je t'en refilerai. » ajouta-t-elle avec ce qui pouvait vaguement ressembler à un sourire complice, qui ne tarda pas à disparaître l'instant d'après.

Et alors qu'elle s'assurait que le flingue était à nouveau en état, la mexicaine réfléchissait encore à ce que Cora venait de dire. Serena avait à coeur ce camp, et en observant le fusil entre ses doigts, il devenait évident qu'il faudrait passer à la vitesse supérieure. La miss n'aimait pas nécessairement qu'on lui dise quoi faire, ce n'était pas du tout ce que son équipière faisait, au final, mais elle savait entendre les gens quand ils parlaient. « Merci pour la suggestion. » dit-elle sincèrement. « Alors, tu t'y fais, ici? J'ai cru comprendre que ton arrivée au fort avait été un peu... complexe. » Il n'y avait rien de méchant dans sa façon de parler. Martinez n'exposait que  ce qu'elle connaissait de la situation, en toute transparence. Et poser des questions, c'était une deuxième nature. Une manière simpliste d'obtenir toutes sortes de réponses, même lorsque l'interlocuteur n'y répondait pas.
Revenir en haut Aller en bas  
Cora R. Haver
Cora R. Haver
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 22, Colt M4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 412
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Like toy soldiers   Like toy soldiers EmptyDim 26 Mai 2019 - 20:10

Like toy soldiers

Cora R. Haver & Serena Martinez

La réponse de la jeune femme ne tarda pas à venir, à mon bref soulagement. En effet, j'étais contente de voir qu'il y avait du répondant en face, que je n'étais pas devant un mur. Pendant que je virai la crasse du canon, Martinez fit un commentaire quant aux entraînements. Oui c'était vrai, tout le monde n'était peut-être pas le plus à l'aise avec les armes à feu, d'où la multiplication des entraînements de corps à corps. Pourtant il fallait bien qu'on le se mette à s'entraîner à tirer. L'arc était une bonne chose mais on ne me fera jamais dire qu'une balle bien placée ne fera jamais mieux qu'une flèche envoyée au bon endroit. Bon il était vrai j'avais rencontré une archère douée en la personne de Salem qui savait bien manier son arc. Lorsque je repensai à cette petite blonde, je rougis un instant en faisant une petite moue, me demandant encore ce qu'elle était devenue, si elle était toujours à survivre quelque part ou pire si elle gisait sur le sol ou en train d'errer dans la nature... Bref, ma tâche me tira de mes pensées et je repris le nettoyage de mon arme. Incroyable la quantité de poussière que ce machin pouvait attraper en quelques mois dans une armurerie pourtant pas cradingue... Je pestai intérieurement mais je me rappelai des soldats américains que j'avais croisé au Moyen-Orient lorsque je formais des agents fédéraux irakiens et afghans, pour eux, c'était habituel de nettoyer leurs armes tous les jours à cause de ce putain de sable qui rentrait dans tous les orifices. Mais c'était ça ou l'enrayement.

Je décelai de la moquerie dans la question suivant de la jeune latina, me faisant relever le regard pour la fixer d'un air impassible mais froid. Pourquoi elle disait cela... L'entraînement est nécessaire pour garder ses compétences, elle mieux que moi devait le savoir en tant qu'ancienne militaire, mieux qu'une ex-agente fédérale... Ah c'était une blague. Décidément je manquai souvent d'humour et quelque part ça m'énervait. Et c'était super con de devoir demander à quelqu'un "tu peux m'apprendre à faire de l'humour ?"... Je me ridiculiserai à coup sûr. Non je préférai encore passer pour la coincée du groupe toujours sérieuse, au moins, ça empêchait les autres de se foutre de moi. Du moins peut-être pas ouvertement mais ils savaient. Je détournai mon regard de ma comparse de nettoyage pour regarder les autres personnes autour de nous, dont celles qui nettoyaient l'armurerie. Ils savaient... que malgré mon âge quasi quinqua, je pouvais leur botter le cul s'ils se foutaient de moi. J'avais déjà eu ça avec Fischer au bureau -je l'avais d'ailleurs repris à ce sujet- et Dieu savait à quel point je détestais cela. Je savais aussi d'autre part que ce n'était pas du tout dans mon intérêt de le faire, à coup sûr je déclencherai à nouveau l'ire de Selene qui ne manquerait pas de me flinguer avec cette occasion en or. Il me restait toujours cette option : en imposer à d'autres pour ne pas à leur faire subir des représailles que je rechignerai à faire pour me faire respecter. En d'autres termes, je me sentais le cul entre deux chaises. Pas de conneries...

Hm ? Oh, bien sûr, merci, Martinez.


Mes réflexions m'occupaient l'esprit tandis que mes mains avaient donné une petite tape à mon cerveau en disant "laisse nous faire, on connaît la musique", elles avaient décrassés une partie de mon arme mais ma tâche n'était pas finie. Mon pantalon fut un peu souillé mais je m'en moquai, je pensais à plus important. Et ce furent les mots de Martinez qui me tirèrent de mes pensées. Je ne manquai pas de la remercier de me laisser un peu quelques unes de ses balles à blanc. Je ne savais d'ailleurs même pas qu'elle gardait une réserve à blanc, je n'allais quasiment jamais dans l'armurerie. J'avais relevé le regard vers elle lorsqu'elle m'avait dit qu'elle m'en donnerait d'un vocabulaire plutôt familier et je fis un léger rictus en coin en retour avant de retourner à ma tâche, voyant que son petit sourire avait disparu. La petite Martinez était donc capable de sourire... Elle avait un plutôt joli sourire de ce que j'ai vu, dommage qu'il ne dure pas longtemps... Lorsque la jeune soldate me questionna sur mon arrivée ici, cela m'interrompit totalement dans ce que je faisais pendant une poignée de secondes avant de reprendre mon nettoyage quoique plus lentement. C'était vraiment la première fois que quelqu'un du fort à part Daniella me posait cette question.

Hm. C'est peu de le dire, oui.


Fut ma simple réponse sur le moment. J'enlevai la poussière sur le ressort de mon arme avant de l'agiter un peu. J'imaginai aussi que Martinez attendait que je poursuive donc...

Je m'y fais. Six mois après, je ne suis pas rejetée, je fais des choses, on me confie des choses, on m'autorise même maintenant à sortir et je peux beaucoup mieux m'entraîner qu'en étant seule. Rester seule c'était la fin. C'est mon quatrième groupe de survivants depuis la crise donc je ne m'inquiète pas pour m'intégrer.  En revanche, c'est la première fois que je suis dans un fort, le Nisqually qui plus est...


J'eus un regard pour Martinez pendant que je nettoyai le M4, pour appuyer mon propos.

Il va sans dire que j'aurais préféré une autre arrivée. Être menacée par un flingue de manière impulsive n'est pas agréable, encore moins dans le noir, tu le sais peut-être aussi bien que moi, Martinez.


Je ne savais pas si Martinez pendant son service avait été confrontée à la capture de terroristes ou avait fait un crochet par Guantánamo que ça soit à la base ou à la prison mais pour avoir de mon côté assisté à des interrogatoires menés sur des terroristes, la menace d'une arme, chargée, sur un homme avec les yeux bandés était toute sauf une bonne expérience. Quelle ironie du sort de l'avoir subie moi même... Je baissai les yeux sur le fusil.

DEV NERD GIRL



Like toy soldiers Ac51
Revenir en haut Aller en bas  
Serena Martinez
membre du conseil | The Haven
Modératrice
Serena Martinez
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: SIG Sauer P320 & tisonnier en fer
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 03/06/2018
Messages : 773
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Like toy soldiers   Like toy soldiers EmptyJeu 6 Juin 2019 - 8:28
Merde, c'était bien la première fois que Serena voyait quelqu'un qui avait autant - sinon plus - de difficultés qu'elle avec les subtiles nuances de l'humour. Damian l'aidait pourtant à ce niveau, la rendant définitivement plus détendue qu'elle pouvait l'être sans ses idioties, mais Cora, elle, ne semblait pas bénéficier de ses précieux enseignements. La brune avait aussitôt posé sur elle un regard particulier, comme pour lui dire silencieusement qu'elle n'allait pas la fusiller sur place; pas de panique, elle avait le droit de rire. C'était réellement le monde à l'envers, putain. Haver l'avait ensuite remercié tandis que Reena s'emparait d'un nouveau flingue, croyant finalement entrevoir l'ombre d'un sourire chez son interlocutrice. La promesse des balles à blanc semblait lui faire plaisir. Tant mieux.

La blonde répondait par l'affirmative à sa dernière question, maintenant. Elle ne fuyait pas, n'essayait pas de mentir, et Sere respectait cette attitude. Le silence prenait place sans qu'elle ne s'en préoccupe réellement, avant de l'écouter poursuivre. Six mois, déjà? La réflexion lui donnait le vertige. Qu'avaient-ils pu accomplir depuis, hein? Mais de dévier sur ce chemin était dangereux, la spirale pouvait très bien l'amener vers ce sombre alter ego trop anxieux qu'elle détestait. La militaire avait donc reporté son attention sur les propos de sa partenaire, hochant la tête lorsqu'elle avait parlé du fait qu'être seul était souvent la fin. Elle ne pouvait qu'être du même avis, et la miss était presque surprise de le constater, sans trop savoir pourquoi.

Sere avait légèrement froncé les sourcils à la mention des quatre groupes, se questionnant peut-être sur ce qui avait bien pu se produire avant son arrivée ici, et une partie d'elle ne pouvait s'empêcher de s'imaginer quelques scénarios où la femme devant elle avait le mauvais rôle. C'était plus fort qu'elle. Martinez n'avait rien ajouté, cependant, tentant du mieux qu'elle pouvait de la laisser parler pour pouvoir se forger son propre avis sur elle. Comme sur le terrain; elle se devait d'analyser tous les éléments avant de poser une quelconque action. C'était pour ça que l'US Army l'appréciait comme soldat, non? Et de l'écouter l'empêchait de réfléchir à ce qui était à ses yeux un échec, soit de guider et protéger son propre groupe, le seul et unique qu'elle avait tenté de sauver, avant le ranch.

Enfin, la texane avait levé les cils en sentant le regard de Cora sur elle, se stoppant dans sa tâche en entendant ses paroles. Mais qu'avait-elle espéré, exactement? Qu'osait-elle exiger dans un monde comme le leur? Reena ne saisissait pas tout à fait ses explications. Peut-être aurait-elle aimé des fleurs, bordel? Sere ne savait pas si elle devait parler, là, tout de suite. Exprimer ce qui l'habitait n'était pas toujours une bonne idée, elle le savait trop bien, et elle savait surtout tenir sa langue. La concernée ne se doutait probablement pas qu'elle était une des rares personnes ici à apprécier Selene. Elle lui faisait confiance, contrairement à plusieurs, et son opinion comptait pour la militaire. Mais Cora avait été franche avec elle jusqu'ici, aussi elle le serait tout autant, sans toutefois mettre de gants blancs.

« Et moi j'aurais préféré que cette épidémie à la con ne plonge jamais notre monde dans cet enfer, pourtant quand on regarde autour... » répliqua-t-elle sarcastiquement, un brin nonchalante tout en affichant ce même éternel air sérieux. Terminant de démonter l'arme qu'elle attaquait, la miss attrapa le solvant en soupirant. Il n'y avait rien d'agressif dans ses gestes ni dans ses paroles, elle ne faisait que constater. Les choses étaient ce qu'elles étaient. « Ravie d'entendre que tout se passe bien, mais il faut comprendre les... circonstances. Ce qui pousse les gens à agir. Tu le sais peut-être aussi bien que moi... » reprit-elle en calquant sa phrase à elle. « ... Il y a toujours une raison derrière ce que l'on fait. » Elle pouvait paraître un peu sur la défensive, mais dans son esprit, elle ne faisait qu'expliquer. Résoudre. Son cerveau était ainsi fait.

« Mais oui, je sais. » ajouta-t-elle en soutenant son regard, parce qu'elle n'avait jamais répondu à la véritable question, au final. Obtenir des informations cruciales dans l'unité de l'intelligence militaire nécessitait parfois de prendre certaines décisions avec les conséquences qui venaient avec. Et elle ne voulait pas en parler. « Toi aussi? ... Avant tout ça? »
Revenir en haut Aller en bas  
Cora R. Haver
Cora R. Haver
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 22, Colt M4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 412
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Like toy soldiers   Like toy soldiers EmptyMer 12 Juin 2019 - 18:10

Like toy soldiers

Cora R. Haver & Serena Martinez

Ce que me répondit Martinez après ma réponse déclencha en moi un sentiment partagé. D'un côté je partageai mille fois son point de vue mais je ressentis aussi, inexplicablement, de l'agacement, comme si j'étais irritée du fait que c'était la latina et non pas moi qui avait sorti cette phrase sarcastique et pourtant pleine de sens. Futée la petite de l'Army... j'avais décidément de grosses lacunes en humour ou même dans de la répartie.

Oui, c'est une colonie de vacances pour adultes.


J'étais sarcastique comme à chaque fois que j'étais agacée et en employant le même ton que Martinez mais je n'oubliai pas de terminer de nettoyer le fusil avant de le remonter. Le ressort... le canon de l'arme... la crosse... C'était propre et nickel, j'avais rarement vu mon arme aussi propre, mon collègue aurait été fier de moi tiens... Je terminai de monter l'arme, m'assurant qu'elle marchait en la tenant convenablement, le canon vers le bas avant de la vérifier, sans pour autant tirer à vide. Bien, déchargée, propre, fonctionnelle... J'étais contente de moi et je reposai l'arme avant de m'emparer de l'arme suivante, mon fameux Glock 22. Il avait un peu pris la poussière mais au moins, personne d'autre que moi n'avait l'air d'avoir posé ses sales pattes dessus. Allez en avant, c'était un jeu d'enfant, j'avais nettoyé mon Glock 22 des centaines de fois. Je l'avais depuis si longtemps aussi, il serait presque devenu un ami... Mais je ne voulais pas tomber là dedans. J'avais vu des anciens flics et des anciens militaires faire cela devenir complètement barges et je suis partie de mon appartement pour ne pas devenir folle ici. Et puis comme mes mains travaillaient mécaniquement, je pouvais donc répondre beaucoup plus facilement à la petite Martinez.

Oui, c'est vrai. Y a toujours une bonne raison... On disait ça aussi avant, y a toujours une bonne raison.


Je me retins d'ajouter derrière "quand on se comporte comme les pires des connards" mais je gardai mon calme, dans la voix et avec un peu plus de difficulté dans les gestes. Pour le coup, j'arrivai à me maîtriser comme il fallait, pas un mot plus haut que l'autre, pas d'énervement. En revanche, l'agacement avait dû se ressentir, je venais encore de déverser mon sarcasme. Je n'en voulais pas à Martinez, elle était ici depuis plus longtemps que moi, elle les connaissait depuis plus longtemps que moi et voulait protéger les siens. Peut-être cautionnait-elle même l'accueil auquel j'avais eu droit mais je me disais que la latina était plus futée que ça. Quoi qu'il en soit, je repris mon nettoyage avec plus de rapidité que le M4, la force de l'habitude. La suite des mots de Martinez me fit relever le regard vers elle et je la regardai d'un air impassible. Elle savait... Et c'était tout. Lorsque sa question fusa, je ne réagis pas, me contentant de la fixer pendant quelques secondes et d'enchaîner derrière.

J'aurai préféré ne rien savoir dans certaines circonstances... Est ce que c'est quelque chose que tu voyais dans l'armée ? Où étais-tu affectée ?


Je passai ma brosse dans les recoins de l'arme de poing noire avant de la questionner à mon tour. Ces questions piquaient ma curiosité en retour et j'avais maintenant envie d'en savoir plus à son sujet. Je me demandais bien à quel poste elle était dans l'armée, c'était l'occasion de le savoir. Peut-être même que sans le savoir, nous aurions davantage à partager que nous ne le pensions, si seulement je pouvais tomber sur quelqu'un qui avait bossé dans le même domaine que le mien... Je serai déjà bien plus encline à m'ouvrir à elle.

DEV NERD GIRL



Like toy soldiers Ac51
Revenir en haut Aller en bas  
Serena Martinez
membre du conseil | The Haven
Modératrice
Serena Martinez
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: SIG Sauer P320 & tisonnier en fer
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 03/06/2018
Messages : 773
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Like toy soldiers   Like toy soldiers EmptyDim 14 Juil 2019 - 1:04
Comment ça, il y a toujours une bonne raison? Sere baissa les yeux sur les mains de Haver dont les gestes semblaient plus brusques, un instant. Elle se fâchait, ou quoi? Qu'est-ce qu'elle voulait dire par là, putain? Elle croyait peut-être que leurs précautions étaient des parties de plaisir? Que les siens s'amusaient au dépend des autres survivants? Elle avait tout faux, et si la militaire n'avait pas été habituée à devoir se contrôler, elle aurait probablement exploser comme une vulgaire grenade. Oh et au final, si le groupe n'était pas assez bon pour les principes de madame, elle n'avait qu'à partir, personne ne la retenait - même si elle était plutôt utile ici. Cora reprenait, de toute façon, avec encore d'autres questions. Elle marqua une longue pause, comme pour chasser son irritation qui n'avait pas sa place ici, avant de prendre une grande inspiration pour lui répondre.

« On voit beaucoup de choses, dans l'armée. » répondit-elle franchement, ses doigts ne s'arrêtant pas pour autant de récurer le flingue. Elle aussi, devait avoir vu beaucoup de choses, non? Elle ne devait pas nécessairement avoir envie d'en parler, pourtant? Ce qu'elle savait, dans tous les cas, c'était que d'être un soldat avait complètement fait éclaté sa cervelle à certains moments, et aujourd'hui, les crise d'anxiété - bien qu'assez rares - faisaient partie de sa vie. Enfin. Il fallait qu'elle parle, maintenant, semblait-il.

« J'ai passé la très grande majorité de mon service en sol Afghan. Intelligence militaire. Mes déploiements étaient aléatoires, selon les besoins. Surtout selon l'ennemi, pour être honnête. Les talibans ont toujours un plan, mon travail était de les déjouer. D'être plus maline, plus efficace. Ou de travailler en collaboration avec d'autres pour soutenir les troupes, voir même faire des missions de sauvetage - parce que mierda! Ça n'allait jamais comme prévu. » Elle avait presque réussi à rire, comme si c'était drôle alors que ce ne l'était pas. C'était pourtant vraisemblablement l'histoire de sa vie; alors de qui se moquait-elle exactement? Ce n'était certes pas très clair. Ce qui l'était, en revanche, c'était la passion qui émanait de sa voix quand elle parlait de son ancien poste.

« Tout n'était probablement pas toujours net à la DIA, au DOD, mais... » Martinez semblait un peu distraite, un instant. « Quand il s'agit de sécurité, de vies humaines... Je n'ai jamais rien refusé à l'US Army. Toutes les raisons sont bonnes. J'y crois dur comme fer. Ce n'est qu'une question de logique. » reprit-elle en ramenant volontairement le sujet épineux sur la table, celui dont elles discutaient - ironiquement - quelques minutes plus tôt.

Le but n'était pas de lancer un débat incroyable; après tout, la blonde n'était pas sotte, elle avait probablement beaucoup de vécu et tout un tas d'histoires qui pourraient justifier ses opinions. Reena n'était pas arrogante en discutant non plus, elle ne faisait que s'affirmer. Oh, elle était douée pour mentir, mais mentir à ce sujet était contre-nature à ses yeux. Et puis, à quoi bon être un groupe si aucun échange n'était possible? Elle devait prendre sur elle, si? Bien sûr, elle n'allait certainement pas changer d'avis pour autant, mais il ne fallait pas non plus trop en demander.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Like toy soldiers   Like toy soldiers Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Like toy soldiers -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: