The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Behind my flaws, there's best part of me... You'll see -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Behind my flaws, there's best part of me... You'll see   Behind my flaws, there's best part of me... You'll see EmptyMer 1 Mai 2019 - 22:13
Behind my flaws, there's best part of me... You'll see


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


T'as une putain d'chance fucking bastard, you know that ? Yes, il savait, et en un sens une part de lui savait qu'elle avait pas fait le bon choix, que dans tout ce merdier, May était une espèce de veilleuse, qui lui évitait des putains de trouilles, mais qu'il méritait pas après toutes les saloperies qu'il lui avait faites. Mais là, en déviant les cils de cette vitrine dégueulasse à elle, un sourire étira le coin de ses lèvres. Il avait un bol de cocu, sans l'être finalement parce que c'était lui qui lui avait collé des cornes, mais avec ce qu'il gobait ces derniers temps ses propres actions lui faisaient un peu horreur en croisant, du bout des cils, la silhouette plus ronde de son ventre. Alors ouais, là ici, après quelques kilomètres et une pause bien méritée une fois le soleil couché, le trentenaire s'était éloigné du groupe, juste avec elle pour vérifier les alentours. Goldenberg était enceinte, pas handicapée, elle savait se démerder et, de toute évidence, il faisait gaffe à son jolie cul. Les villes s'étaient visiblement vidées du monceau de manouches des débuts de l'infection, comme des nomades les crevures allaient et venaient entre la campagne éloignée et les quelques villages, tout comme les hommes qui les avaient fui en pensant que ça ne durerait pas. En plus de cinq mois, il lui semblait que Seattle avait changé, les rues étaient bardées de végétation, des herbes folles, ça et là, creusant le bitume pour redonner ses droits à une nature en putréfaction. Un juste retour des choses tout bonnement.

A l'affût, gardant une oreille aux alentours tandis que ses mirettes brunes s'attardaient sur les lettrines de vinyle collées contre la vitre, le trentenaire jeta un œil à sa blonde auprès d'une vieille carcasse de bagnole. Couteau sorti, il s'approcha de l'entrée, vérifia l'état de la poignée et enfonça la lame entre le battant et l'encadrement pour forcer doucement la porte. De l'intérieur ne s'extirpa qu'une vieille odeur de cuir, de renfermé et un nuage de poussière. Quand au carillon, greffé au plafond et capable d'indiquer à l'ex proprio l'arrivée de la clientèle, Fuller n'eut qu'à redresser la main pour l'empêcher de brailler avant d'inviter May à entrer. La laissant passer sous son bras, éclairer les entrailles d'un shop auquel elle ne trouverait aucune utilité, il esquissa un sourire, gardant les lamelles de métal au creux de la paume, puis referma avant de pousser l'un des sièges d'attente, aussi défraîchis que les quelques « œuvres » clouées aux murs, contre. Le rideau de fer à l'extérieur les protégerait des morts. Ils pouvaient certes briser la vitre, mais avant de passer cette frontière de métal rouillé, faudrait qu'ils cassent ce qui leur restait de dents.

La dernière fois qu'il avait mis les pieds dans un truc pareil, c'était à sa majorité. Ces souvenirs étaient agréables autant qu'inutiles, parce qu'en définitive son existence n'était rien de plus qu'un amoncellement de loisirs sans le moindre sens, du jeu, du plaisir qui ne menait à rien. Ça, il l'avait calé auprès de Floyd, en apprenant à le connaître un minimum, en pigeant que ce type, qu'il aurait apprécié être de son sang, avait clairement pas roulé sur l'or. Lui avait de l'argent, quasiment fait tout ce qu'un jeunot de son âge – à l'époque – pouvait se payer, et même certaines nanas avaient écarté les cuisses par l'appel du gain. L'une d'entre elles était même restée chez les Remnants. Est-ce qu'elle lui manquait ? Pas le moins du monde à contrario du type avec lequel il avait parlé de truc dont il imaginait jamais converser de sa putain de vie, à contrario d'elle qui, si par manque de chance et pour avoir merdé copieux, lui aurait manquée à lui en faire amèrement regretter jusqu'à sa propre existence. La voyant déjà dépeindre les lieux au grès du faisceau, Nate s'approcha d'elle, dans son dos, dégageant du bout des doigts la cascade de mèches blondes contre son épaule pour déposer un baiser au centre de sa nuque.

- Y a rien ici beloved, 'fin si, just you & me. Sa main gauche se faufila contre sa taille, puis son ventre, avant de l'inviter à braquer la torche, du bout de l'index droit, vers le vieux matos de tatoueur derrière le paravent couvert de poussière. T'penses quoi ? A l'arrache mais, j'pense que j'peux m'faire un truc vraiment fun.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
May L. Goldenberg
Modératrice
May L. Goldenberg
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Desert Eagle de Zack, matraque rétractable de Nathan & couteau de poche avec torche intégrée de son frère (comment ça, c'est une voleuse? ILS SONT MORTS è_é)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1410
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Behind my flaws, there's best part of me... You'll see   Behind my flaws, there's best part of me... You'll see EmptyJeu 2 Mai 2019 - 0:44
Il avait fallu qu'elle arrête de tout faire tourner en boucle dans sa tête de pioche. Qu'elle se calme un peu pour ne pas exploser. Non parce qu'elle ne faisait que remettre en doute ses choix, ses décisions, et c'était en train de la rendre encore plus folle qu'elle ne l'était déjà. Et comme si Nate s'en rendait compte, il lui avait proposé une pause, juste tous les deux, à l'écart. Elle n'avait pu que sourire, s'empressant aussitôt de le suivre comme une gamine qui s'extasiait d'un tout petit rien. Merde, il la connaissait par coeur, ça lui en foutait presque la trouille. Et le simple fait de se permettre cette petite escapade, d'aller fouiner et mettre le nez là où il ne fallait peut-être pas, avec lui, confirmait soudainement tout ce dont elle avait jadis pu douter. C'était vide, tellement vide, mais le paysage avait quelque chose d'apaisant, comme s'il ne faisait que refléter davantage cette liberté dont elle ne pouvait pas se passer, pas dans ce monde. Or, la blonde inspectait tranquillement une bagnole, autant par habitude que par curiosité, quand elle remarqua ce que faisait Fuller, un peu plus loin.

Il foutait quoi, en fait? C'était quoi, ce shop? Elle plissait les yeux pour essayer de lire l'affiche tout en s'approchant. Les doigts de Nathan empêchait le carillon de faire du bruit, alors qu'elle se faufilait par l'ouverture de la porte qu'il venait de forcer, allumant sa torche pour éclairer le chemin. La lumière ne faisait qu'illuminer les particules de poussières qui s'agitaient autour d'elle presque comme des paillettes, alors que son regard bleu se posa sur les traits du journaliste, amusée, intriguée, mais questionnant surtout la raison d'être de leur visite surprise ici. Tandis qu'il poussait un canapé défoncé devant l'entrée, ses billes s'attardèrent aux alentours, jusqu'à ce que ses paupières se ferment en sentant ses lèvres contre sa nuque, sa main sur elle. Liv expira doucement, frissonnant à ce simple contact qui lui avait manqué si cruellement. 

Oui, il n'y avait qu'eux ici, comme il disait. Et il fallait qu'elle se concentre pour ne pas divaguer à ce sujet, d'ailleurs. Mais là n'était pas la question. Qu'est-ce qu'ils pouvaient bien tirer d'un tel endroit, hein? Il répondait déjà silencieusement à sa question en lui faisant braquer la lampe de poche sur tout un tas de matériel qui avait probablement tatouer des centaines d'épidermes par le passé. Il était pas sérieux, là, si? Elle se retourna pour lui faire face, collée contre lui, ne pouvant s'empêcher de le détailler sans se gêner avant de rire à sa question. "C'que j'en pense, hein?" demanda-t-elle en posant les lèvres à sa mâchoire. "Tu... Sérieusement? Tu veux vraiment te tatouer toi-même?" reprit-elle, sourcils haussés, en se détachant de lui pour observer le matos de plus près. C'était pas trop douloureux pour y arriver? Enfin, Goldenberg n'avait aucun tatouage, elle ne pouvait pas savoir. La dernière fois qu'elle était entré dans un endroit du genre, c'était pour transpercer sa langue d'une barre de métal. Les piercings, ça, elle connaissait. La petite en avait beaucoup trop d'ailleurs, dont une myriade à ses oreilles.

Mais Cendrillon fouillait quelques armoires, maintenant, découvrant les encres de couleur et quelques aiguilles encore scellées, avant de poser les fesses sur la table de travail où se trouvait la majorité du bordel de l'ancien propriétaire des lieux. "J'te propose même pas d'le faire pour toi, tu serais vachement déçu du résultat." lança-t-elle en se moquant elle-même de ses talents limités en dessin. "Tu comptes te graver quoi sur la peau, alors? Et puis je t'interdis d'le faire si on trouve pas de trucs pour désinfecter et tout. Ce serait con que ça s'infecte." Depuis quand jouait-elle à celle qui considérait les risques? C'était la crevette qui la faisait parler comme ça? Peut-être bien. "Pas après tout ça." murmura-t-elle, plus sérieuse l'espace d'une seconde, caressant brièvement son cou à elle, où les traces des événements récents s'effaçaient doucement.

Allez, qu'il le fasse, quoi. Le temps de cet interlude, les minutes arrêteraient de passer, la ramenant à une époque où tout semblait plus simple, malgré tout. L'époque où il était venu chamboulé sa vie et tout ce qu'elle croyait connaître. May riait de nouveau, songeant à tout ça, à tout le chemin parcouru depuis la piaule et la peinture. Elle leva à nouveau les cils vers lui, le mettant au défi de vraiment le faire, une étincelle particulière dans les yeux. "T'as besoin d'une assistante?" demanda-t-elle en se relevant pour continuer de faire le tour de la boutique, avant de s'arrêter devant un stand de bijoux. Ceux qui pouvaient se planter dans sa langue, évidemment. La princesse fit aussitôt volte-face pour plonger son regard dans celui de Nathan, beaucoup trop enthousiaste à l'idée de pouvoir choisir une nouvelle pierre qui allait trôner sur ses papilles. Et cette joie toute simple faisait vachement de bien à son âme.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Behind my flaws, there's best part of me... You'll see   Behind my flaws, there's best part of me... You'll see EmptyJeu 2 Mai 2019 - 11:20
Behind my flaws, there's best part of me... You'll see


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


A l'arrache ouais, et pas pour l'idée qui lui flottait dans le crâne à peine ses lèvres eurent-elles heurté légèrement sa peau. Le faisceau de torche éclairait le matos, poussiéreux, loin de sa superbe d'antan où des tas de gens, de tous âges, patientaient dans l'attente de se faire graver la peau à vie. May avait pas l'air emballé, à défaut d'autre chose, qu'il imagine se charcuter seul. Son nez retroussé, son regard sérieux même, l'invita à sourire avant de passer la langue contre ses lèvres. C'était trois fois rien, pas ce qu'il y avait de plus douloureux en ce monde, surtout quand tu penses à ce qu'elle a subi par ta faute, connard. Surtout ouais, d'ailleurs son regard se focalisa une seconde sur les marques restantes à son cou, avant qu'il redresse les yeux pour croiser les siens.

- Why not ? Un haussement d'épaule plus tard, il glissait les doigts à sa nuque. J'vais pas crever, j'suis pas con au point d'utiliser une aiguille usagée qu'a sûrement percé l'derme en putréfaction d'une goule. Reprit-il, la rassurant à minima. En un dernier baiser contre sa gorge, Nate recula pour avancer vers le bric à brac à disposition. Aiguilles usagées, encres desséchées. Le mec qui tenait ce shop – ou la nana après tout – avait dû tout lâcher lorsque un de ses clients s'était endormi pour ensuite vouloir lui bouffer la gueule. Fuller voyait parfaitement le tableau, suffisait de remarquer les éclaboussures de sang noirâtres au dessous du fauteuil et cette traînée de pas sanguinolente, toute aussi sèche que le reste, qui s'évadait jusqu'à la porte désormais barricadée. Pas d'arrière boutique, donc pas de manouches potentiels capables de surgir de nul part. Lentement, il agrippa ce qui restait de la machine à percer la peau puis redressa les yeux sur elle, de son côté, qui découvrait une remise emplie de matériel encore intact. Un rictus le fit rejeter la nuque en arrière, son regard sombre dardant sur elle. Wooow, t'es hot en maman autoritaire ... Sexy mummy. Il le ferait pas sans avoir trouvé de désinfectant, tout comme il ne lui dirait pas ce qu'il avait l'intention de faire. Elle verrait une fois la chose faite, même s'il avait l'image précise de l'ouvrage en tête. Bon ce serait sûrement pas une grande réussite, sans doute moins classe que ce qu'aurait pu lui faire le proprio de la boutique du temps où cette dernière marchait du tonnerre, mais peu importait. On disait que le geste comptait bien plus que les mots, ou l'intention, nan ? Pas après tout ça. Fuller pinça les lèvres, s'approchant d'elle pour dresser le bras vers l'étagère la plus haute. Ce qu'il avait fait, qu'il ne contrôlait pas, lui restait en travers de la gorge, pourtant elle était là, seule avec lui, dans un vieux shop dont l'entrée ne permettait aucune intrusion depuis qu'il y avait collé le vieux sofa. Je sais. Souffla-t-il, frôlant son bras du bout des doigts après avoir agrippé une flasque d'alcool, une aiguille neuve et un petit récipient d'encre encore intact. En un rien de temps, Fuller agrippa le vieux tabouret, ouvrit les divers packaging à dispo, désinfecta la palmure de sa main gauche, entre l'index et le pouce, puis redressa les yeux vers elle. T'éclaires, j'perce ça t'va ? Un vague sourire fila ses lèvres. Ça prendrait que quelques minutes, néanmoins à peine eut-il trempé la plume dans l'encrier, pour ensuite l'enfoncer dans l'épiderme trop tendre de sa main, qu'il grimaça en riant à semi. Holy shit, c'pas une partie d'plaisir mais, c'supportable.

Deux gosses, deux gosses insouciants qu'allaient eux mêmes devenir parents d'ici peu, pourtant ici et avec elle, il était bien plus calme. C'était peut-être les comprimés, peut-être pas, mais depuis qu'il avait quitté le Fort, abandonné ses maux et son passé là bas, le journaliste semblait plus posé. Appliqué, sourcils froncés, il continua son ouvrage, essuyant de temps à autres les surplus d'encre qui pleuraient de cette blessure désirée.

- Pourquoi t'es venue ? La question était nécessaire, car même lorsqu'elle avait entonné ce souhait à voix haute, lors de la réunion, il était pas sûr qu'elle s'y tienne, encore moins une fois que les troupes de Phelbs l'avaient collé dans cette cabane qui servait de prison. L'aiguille perça à nouveau la peau, lui arrachant quelques frissons de plus. J'veux dire ….... c'tait moi même si j'controlais pas c'que …... shit May, j'ai failli te …. vous... Un rictus amer, chevrotant, lui échappa tandis qu'il agrippait le papier pour  le passer contre sa peau noircie par l'encre et le sang. J'veux juste pas qu'tu regrettes, t'as rien à r'gretter contrair'ment à moi, you know ?. Le tatouage prenait forme et cette douleur sourde était comme salvatrice, une saignée pour virer le mal et ne laisser que le bon. Ne laisser qu'elle là où il y aurait toujours dû n'y avoir qu'elle. T'penses quoi de Grace ? Un léger smile étira la commissure de ses lèvres tandis qu'il abandonner l'ouvrage, à peine une poignée de seconde, pour croiser ses billes claires. Dans cinq mois elle s'ra là, on va pas l'appeler baby girl, p'têtre l'temps de penser à elle et à nous.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
May L. Goldenberg
Modératrice
May L. Goldenberg
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Desert Eagle de Zack, matraque rétractable de Nathan & couteau de poche avec torche intégrée de son frère (comment ça, c'est une voleuse? ILS SONT MORTS è_é)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1410
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Behind my flaws, there's best part of me... You'll see   Behind my flaws, there's best part of me... You'll see EmptyVen 3 Mai 2019 - 6:13
Très bien, la maman autoritaire allait certainement pouvoir l'éclairer pendant qu'il travaillait, confirma-t-elle en riant puis en hochant la tête, roulant presque les yeux au ciel de son plan de débile - et du surnom douteux qu'il venait de lui donner - alors qu'il lui semblait encore sentir la chaleur de ses doigts à son bras. Mais non, il s'y mettait déjà, s'emparant du matériel pour faire pénétrer l'encre dans le grain de sa peau. May ne voyait pas ce qu'il faisait, entre la torche à sa main et la buse de la machine qui couvrait le projet de Nate. Il ne lui avait pas répondu, d'ailleurs, quant à la nature du tatouage. Il faisait le con, sûrement. Elle ne serait pas surprise de découvrir un truc carrément idiot, qu'il lui apprenne qu'il avait perdu un gage stupide avec la grande perche tatouée de l'île, tiens. Et il savait que ce genre de chose la ferait rire. Elle le voyait bien, qu'il essayait de plaisanter, de la rassurer, et ce constamment. Enfin.

C'était supportable, qu'il disait. Ça ne semblait pas trop l'être, pourtant. La blonde posa donc les doigts à son épaule, grimpant doucement jusqu'à sa nuque pour faire jouer ses ongles contre son derme. Pour soulager sa douleur ou pour son propre plaisir? Mystère. Elle l'observait silencieusement, essayant de taire toutes les questions qui se bousculaient encore dans son crâne. Allait-il vraiment mieux? Et elles, alors? Peut-être était-ce aussi bien qu'elle ne puisse pas fixer ses mains, au final. La petite avait parfois de la difficulté à les regarder, dorénavant.

Mais lui aussi se posait des questions, visiblement. La preuve; le brun demandait ce qu'elle foutait là, avec eux. Avec lui. Son interrogation était probablement valable, en un sens. Elle revoyait encore le visage de Vicky, qui était tellement loin d'approuver son plan. Goldenberg soupira en pensant à sa copine laissée derrière, baissant les yeux pour fixer ses poignets à elle, les traces autrefois laissées par Morgan toujours visibles. Décidément, elle avait une jolie collection de cicatrices, fuck. Autant physiques que psychologiques. Ça avait été presque instinctif, pourtant, de prendre la décision. Comme s'il n'y avait toujours eu qu'une seule option, finalement. Le choix n'était pas évident, mais le seul fait de penser devoir vivre sans lui était simplement... inconcevable. Et cruel. Même après ce qu'il avait fait. "Parce que je t'aime." Elle n'avait pas eu besoin de réfléchir, là, tandis qu'elle fixait ses billes sombres. "Parce que j'ai besoin de toi, qu'elle aussi, et que toi t'as besoin de nous." reprit-elle en s'approchant lentement de son visage pour poser ses lèvres sur les siennes, presque péniblement, comme pour se convaincre que c'était vrai. Parce qu'elle doutait quand même, malgré ce qu'elle pouvait dire. Sa peur de lui ne s'envolerait pas comme par magie, et ses craintes étaient bien présentes même avant qu'il ne pose la main sur elle. Le journaliste n'avait jamais été un enfant de coeur, après tout.

Il riait nerveusement, maintenant, alors qu'il répétait encore ce qu'il avait fait, qu'il disait avoir des choses à regretter, contrairement à elle. "Oh putain si, j'regrette." murmura-t-elle de façon à peine audible, en ne parlant pas de ses décisions mais bien de tout ce dont ils n'avaient pas eu le choix de traverser. C'était la vérité, merde. Elle n'avait rien demandé, la princesse. Elle était seulement la fille qui cherchait son frère, jadis. Et pour tout dire, oui, May avait été vachement en colère contre Fuller - elle l'était possiblement encore, au fond d'elle - mais elle se battait pour ne plus l'être. "C'était pas toi, Nathan. J'sais qui tu es, moi." lâcha-t-elle doucement, chassant ses pensées précédentes en prenant son menton entre ses doigts pour l'obliger à la regarder, comme elle aimait bien le faire quand elle voulait s'assurer qu'il comprenne. Pour qu'il capte dans ses billes bleues ce pour quoi elle n'avait pas toujours les mots. "J'aurais dû le voir. Et toi aussi." ajouta-t-elle tristement. Liv s'en voulait. Peut-être qu'à ne pas vouloir fuir tout ce qui pouvait lui tomber dessus, peut-être que si elle avait eu plus de couilles pour affronter tout ça, elle aurait pu lui éviter de passer par-là. Certes, ses conneries d'avant - des tromperies à la tentative de meurtre - demeuraient une écharde plantée bien loin dans son petit coeur. Sauf que ce qui ferait encore plus mal serait de l'abandonner, de laisser derrière toute leur histoire, aussi compliquée soit-elle.

Grace. Il n'avait pas tort, le taré. Il faudrait lui trouver un prénom, à la crevette. Et juste d'y penser rendait les choses d'autant plus réelles, d'un seul coup. May passa une main à sa crinière avant de replacer correctement le faisceau de lumière, pour ensuite se prononcer. "C'est magnifique." souffla-t-elle, presque décontenancée. "J'croyais pas que tu serais capable de faire des suggestions pertinentes, j'suis impressionnée." répliqua-t-elle en riant, affichant son petit air moqueur, malicieux, tout simplement parce qu'elle adorait l'emmerder. "Sinon j'avais aussi Ellie en tête, t'en penses quoi?"
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Behind my flaws, there's best part of me... You'll see   Behind my flaws, there's best part of me... You'll see EmptyVen 3 Mai 2019 - 13:23
Behind my flaws, there's best part of me... You'll see


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


De toutes les raisons valables, possibles et imaginables, elle avait choisi celle-ci. Il en redressa le nez dix secondes, peu certain de devoir répondre parce qu'en un sens, lui balancer ça même s'il le pensait, le sentait poindre dans chaque cellule de son organisme, c'était trop facile. A chacun de ses torts, chacune de ses putains de conneries, Nate l'avait récupérée comme ça. Soit avec de jolis mots, de la dentelle orale, plus encore avec une manière d'être, d'agir, le sexe et encore ce qu'elle voulait entendre au moment où elle voulait l'entendre. La première fois qu'il lui avait dit, dans cette bagnole à Renton après le bordel, il le pensait vraiment, mais par la suite c'était comme pour mettre un pansement sur les tas de plaies qu'il avait généré chez elle. Un instant, les yeux clos car ses lèvres heurtaient chastement les siennes, trop sagement à son goût, le trentenaire baissa le nez, un sourire fané au coin de la bouche, pour mieux fixer sa propre main qu'il customisait. Elles avaient besoin de lui autant que lui avaient besoin d'elles, elle savait même pas combien c'était vrai, combien il se sentirait vide là, dans ce shop, si elle avait choisi de rester là-bas. Encore perdu dans son regard, il inspira posément et l'écouta reprendre tandis qu'il incrustait l'encre sombre au creux de sa peau. Elle regrettait elle aussi, pourtant elle avait pas à le faire, pas une seconde elle avait chié leur relation, pas un instant, à contrario de lui.

- Ça aurait pas dû arriver, c'tout. Et toutes les excuses du monde n'effacerait pas les marques qu'il verrait toujours à son cou même si ces dernières disparaissaient. La conversation était plus lourde, suspendue là entre les particules poussiéreuses d'un endroit mort comme tout le reste à l'extérieur, aussi reprit-il sur une note plus légère. Les prénoms, ce tas de trucs auxquels il devait forcément penser maintenant. Grace, ça lui était venu comme ça, sans réfléchir, c'était cute, ça courrait pas trop les rues. A l'heure actuelle y a plus qu'des manouches à l'identité approximative qui courrent les rues t'sais. Ouais, raison de plus pour offrir un jolie patronyme à ce qu'elle aimait appeler la crevette. Essuyant encore l'encre en surplus, qui dégoulinait le long de sa paume, il émit un rictus qui creusa les ridules à ses mirettes sombres. C'veut dire quoi ça ? T'pense que j'suis jamais sérieux ? R'marque c'est rare ouais, mais quand j'veux j'peux et là .... Dégageant l'aiguille de son épiderme, il glissa un baiser à l'esquisse de sa mâchoire. J'veux …. Faire c'qui faut, quand il faut. Après tout cette discussion avec Floyd lui avait ouvert les yeux sur pas mal de choses, s'éclater était une chose, mais quand d'autres dépendaient de vous, d'autres comme votre propre cœur, votre propre chair, on ne pouvait plus négliger le temps, encore moins dans l'univers actuel où l'existence ne tenait qu'à un fil fragile. Ellie, c'pas moche, mais c'mixte nan ?

Les prénoms mixtes c'était vraiment pas sa tasse de thé, sans doute car sa propre mère l'avait affublé d'un second prénom qui saillait autant à un mec qu'une fille, mais que lui retenait uniquement que, dans cette action, sa vieille espérait juste avoir une gamine et pas un autre garçon bien moins gérable que son fils prodige. Ça May ne le savait pas, aussi rit-il légèrement avant de poursuivre l'ouvrage, n'en étant qu'à la moitié, tâchant de soutenir la douleur en lui apprenant des trucs sur lui, en partageant avec elle peut-être plus qu'il l'avait fait jusqu'à présent.

- J'suis pas chaud pour l'prénom mixte, Ellie c'est l'diminutif d'Eliott, 'fin on pense direct à ça, puis 'fin ma mère m'a collé un s'cond prénom, dit mixte, mais qui fait clairement nana, sûrement parce qu'elle voulait une gosse, pas un p'tit con. Elle n'eut pas besoin de lui demander pour qu'il lui annonce la couleur. Emery, c'girly, j'conçois ouais, y a pire genre … Natasha. Moue aux lèvres il sourit avant de pointer l'index – de sa main retenant l'aiguille – pour s'assurer qu'elle ferait pas impasse à la règle que Donovan lui même avait pas contredit. Woow et pas d'prénom qui s'finissent par A, j'pas envie qu'on ….. 'fin qu'un sale connard pense la même chose qu'moi à c'sujet, pas sur elle.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
May L. Goldenberg
Modératrice
May L. Goldenberg
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Desert Eagle de Zack, matraque rétractable de Nathan & couteau de poche avec torche intégrée de son frère (comment ça, c'est une voleuse? ILS SONT MORTS è_é)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1410
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Behind my flaws, there's best part of me... You'll see   Behind my flaws, there's best part of me... You'll see EmptySam 4 Mai 2019 - 20:14
Définitivement, sa suggestion était loin de faire son bonheur. Elle souriait de le voir défendre à ce point sa position alors que Nate avouait sans détour détester les prénoms mixtes, sous prétexte que sa mère lui en avait donné un qu'il n'appréciait pas. C'était discutable, à la fin. Emery, c'était bien selon la blonde, mais lui n'était visiblement pas de cet avis, et franchement, ce n'était vraiment pas la fin du monde. "OKAY! Pas de panique, ça va, j'ai compris!" lâcha-t-elle à travers quelques éclats de rire. Il n'y avait pas de quoi en faire tout un plat, quoi. Elle n'allait pas l'assassiner sur place pour si peu, bordel. Elle avait traversé bien pire. Le plus important était que la petite loutre arrive dans ce monde en santé, non? Et sans achever sa mère, ce serait

Mais il parlait déjà de nouveau, encore de prénoms - cette fois de ceux qui se terminaient en A. Aussitôt, toutes les idées qu'elle voulait partager s'effacèrent en un claquement de doigts, ses lèvres formant une moue qui assombrissait quelque peu ses traits. Elle n'avait plus du tout envie de parler de prénoms, fuck. May ne se cachait pas; c'était un sujet épineux. Jenna, Ela, Donna, Amelia... La première était morte, les autres plutôt loin derrière maintenant, mais quand même. Pas besoin de réfléchir trop longtemps pour que la blonde se souvienne à quel point elle se sentait comme une merde lorsqu'il était question de ces dames. Putain, pour ce qu'elle en savait, elle en oubliait peut-être une dans le lot. Il n'y avait que Morgan qui faisait exception à la règle, à bien y penser. Elle avait froncé les sourcils sans trop s'en rendre compte, faisait sincèrement des efforts pour ne pas causer plus de drame, pour ne pas se mettre en colère encore. Après tout, la dernière fois que la princesse avait pété les plombs, tout le monde savait comment ça c'était terminé. Elle ne pourrait jamais l'oublier.

"Ça pense quoi, un connard comme toi, alors? Non, attends, attends... Est-ce que ça pense, plutôt?" demanda-t-elle en levant les cils à son visage, cette arrogance caractéristique qui teintait ses paroles. C'était plus fort qu'elle, au final, mais elle pouvait toujours blâmer les hormones de la grossesse, si? Pourtant, on aurait dit qu'aussitôt les mots prononcés, elle regrettait ce petit excès de colère. Parce que c'était bien ce que c'était, et on l'entendait dans sa voix. Pourquoi avait-il fallu qu'elle choisisse ce mec, hein? Il était tout aussi brisé qu'elle, putain, sinon plus. Goldenberg essayait de sourire de nouveau, là, même si elle n'en était pas réellement pas capable. Ça n'avait rien à voir avec ce qu'il était habituellement capable d'imprimer sur son visage. "Allez, Natasha, faut s'y remettre, c'est épuisant d'être ton bras droit." lâcha-t-elle en plaisantant, essayant de cacher son malaise au même titre qu'elle essayait de bouger un peu pour voir ce qu'il faisait, sans succès.

Et c'était plutôt ironique, tout compte fait. Épuisée, elle l'était. La petite peste ne pouvait pas dire le contraire. Elle le serait encore plus, dorénavant, avec la crevette qui serait très certainement aussi chiante que sa mère. Oh, Liv n'avait dit ça que pour blaguer, personne n'oserait affirmer que de tenir une lampe de poche était véritablement drainant. Mais oui, tout ce qui s'était passé dernièrement pesait lourd sur ses épaules frêles, même si Nate était là et qu'il était, elle en était encore persuadée, sa lumière à elle. Sans glisser un seul mot de plus, elle baissa les yeux à son ventre, à sa fille qui grandissait là, bien en sécurité. Petit parasite qui profitait de ce que May pouvait lui offrir, grâce à lui, dorénavant, grâce à son groupe - sa famille - qui s'assurait qu'elle ne manquait de rien, et grâce aussi aux vitamines prénatales gracieusement offertes par Evy. "Tu le voulais, ce gosse?" demanda-t-elle d'une petite voix, sans lever les yeux vers le brun. Non parce qu'elle n'avait jamais pu lui en parler en face, avec tout ça. Et que même si ça pouvait sembler horrible, Cendrillon n'avait jamais voulu de cette chose, au départ, elle. Peut-être que la question qu'elle se posait était plutôt; est-ce qu'on va y arriver, finalement.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Behind my flaws, there's best part of me... You'll see   Behind my flaws, there's best part of me... You'll see EmptyLun 6 Mai 2019 - 17:30
Behind my flaws, there's best part of me... You'll see


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Ce que pensait un connard comme lui, et surtout est-ce que ça pensait ? Il en émit un rictus qui manqua de le faire rater le contour de la lettre, poursuivant les premières, qui marquerait sa peau à perpétuité. Ce qu'il pensait ? Fuck, c'était simple et compliqué à la fois, et s'il devait véritablement songer à ce que des mecs, aussi pineurs que lui, penseraient de sa gamine une fois qu'elle serait en âge de battre des ailes, ça lui faisait carrément pas plaisir à contrario de la satisfaction qu'il avait eu à agir de cette manière. Fais c'que j'dis pas c'que je fais. C'était ça ouais, exactement. Si lui avait pu agir à sa guise, jouer à saute moutons, faire quelques tirs au but, se faire un dix huit trous, sans se soucier des répercutions mentales et émotionnelles de ses ex partenaires de jeu, il était pas jouasse à l'idée de se frotter à un enculé de son genre lorsque sa fille serait aussi belle que sa mère. Lentement il pinça les lèvres, plissa les yeux et l'observa. Ses yeux clairs étaient nimbés de rancoeur, un truc dans le genre qu'il avait déjà vu se refléter dans l'océan qu'était son regard, mais tout ce qu'il fit fut de sourire de coin en haussant un sourcil. C'était les hormones, des regrets ? C'était vraiment de la haine ou un truc du genre qui, bien qu'ancré en elle, l'avait pas empêché de rester là-bas ? Fuller reposa l'attirail sur la tablette de métal à côté avant de passer le papier sur l’œuvre plus réussie qu'il pensait. C'était pas encore fini, pas tout à fait, mais il pouvait bien prendre deux minutes pour tenter d'éclaircir les choses.

- J'pense avec ma queue, tu l'sais, t'l'as toujours su, j't'ai jamais menti là dessus, si ? Mais visiblement évoquer le sujet lui faisait plus envie, May reprenait déjà en une touche d'humour qui, bien qu'elle lui arracha un vague smile, le fit sourciller. Elle voulait qu'il termine ce qu'il faisait, bien. A nouveau ses doigts droits agrippaient l'aiguille, après avoir collé un peu d'alcool sur cette nouvelle plaie, pour reprendre là où elle l'avait arrêté deux secondes plus tôt. Mais qu'un pense comme ça sur elle, j'te jure May c'mort, j'crois que juste pour ça j'serai foutu de d'mander à Zack d'm'apprendre à tirer. Ce qu'il avait balancé à Floyd, depuis sa cellule dans le Fort, lui revint d'une traite à l'en faire ricaner une seconde. Pas tirer comme ça beloved, ça … J'pas b'soin qu'on m'file des cours, encore moins avec toi.

N'importe quelle nana entendait ses mots pouvaient se sentir flatter, c'était pas mal venu de sa part, ni mal pensé, juste un « compliment », de quoi s'attirer d'autres foudres, du genres tropicales par celle d'un putain de barbue spirituel que personne avait plus vu depuis sa dernière résurrection en date.  A nouveau concentré, sa dernière question le ramena loin en arrière. Enfin, pas si loin puisqu'il avait pas conscience de ça avant que Raven le lui dise, mais suffisamment dans le passé pour qu'il songe à ce fameux gamin dont il saurait jamais rien parce qu'elle l'avait pas contacté, qu'elle l'avait peut-être puni à sa manière sans lui demander qu'en faire alors qu'il était malgré tout, malgré tout ce qu'il était pour elle, lié à lui. Pourtant c'était pas de ça que May parlait, plutôt de ce morceau d'eux à l'abri dans le creux de son ventre, ce eux miniature vers lequel il déporta les yeux après avoir enfin terminé l'ouvrage qui lui brûlait la peau.

- C't'ait pas prévu mais, fatalement ça d'vait arriver, c'qui m'étonne vu la manière dont t'm'as ruiné les balls dans cette p'tin d'baraque. Lâcha-t-il avant de redresser les yeux vers les siens. D'un coup de papier, humide d'alcool, le journaliste dégagea le surplus d'encre et de sang contre sa palmure avant de loger cette même paume contre son abdomen. Beloveds, le s était pas anodin, elle était plus toute seule à l'être maintenant, du moins, dans quatre mois à peine elle devrait partager ce « titre » avec une autre qui, elle n'aurait pas à souffrir comme avait souffert sa sexy mummy. Un rictus fila ses lèvres qui s'étirèrent à leur commissure, creusant les ridules au coins de ses mirettes sombres qu'il laissa fondre, s'enliser même, dans l'azur de siennes. I love her, depuis qu'tu m'l'as dit même si j'savais pas si c'était un ou une future ass-kicker. J't'aime toi, d'puis un bail mais j'compose parce que j'sais pas trop comment ça fonctionne. Sa main libre glissa contre sa nuque, ses lèvres s'imposant déjà contre les siennes tandis qu'il se redressait. Devant elle, Nathan se fraya un passage entre ses jambes, la soulevant à peine pour l’asseoir contre ce fauteuil n'ayant plus vu de miches depuis un putain de temps. Son autre main, encore contre son ventre, dégagea les mèches contre ses traits pour mieux venir accompagner ses autres phalanges. Sa langue dardait déjà contre la sienne, rendant ses souffles plus sourds, rauques. J'ai une p'tin d'chance, j'commence seulement à piger May.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Behind my flaws, there's best part of me... You'll see   Behind my flaws, there's best part of me... You'll see Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Behind my flaws, there's best part of me... You'll see -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Boa vs. Python (V) [DVDRiP]
» Alvin et les Chipmunks 2 [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: