The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Qui va à la chasse -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Selene Sweetnam
Administrateur
Selene Sweetnam
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 6795
Age IRL : 28
MessageSujet: Qui va à la chasse   Qui va à la chasse EmptyLun 22 Avr 2019 - 0:21
Depuis qu’ils étaient arrivés à Nisqually, ils essayaient de former certaines personnes à monter à cheval, afin de réduire leur consommation d’essence. Quand les Greene étaient débordés, ils étaient souvent aidés par Juliet et – occasionnellement – par Selene. Cette dernière se considérait toujours comme une apprentie mais cela ferait bientôt deux ans qu’elle suivait les enseignements d’Isaac et de son fils. Dans un contexte comme le leur, elle avait progressé à toute vitesse et pouvait désormais transmettre ses conseils à d’autres.  

- Viens, on va passer par là.

La musicienne montait Fury et était suivit de près par Serena et Snowflake . L’idée du jour était de permettre à la militaire à se familiariser aux déplacements dans les rues étroites ou à visibilité réduite. S’ils en venaient à faire leurs expéditions de ravitaillement en équipes équestres, c’était le genre d’endroit qu’ils allaient devoir explorer. Le quartier de Ruston était tout désigné pour l’exercice. Elles n’étaient pas loin de leur maison – même à portée de talkie-walkie – et le quadrillage pavillonnaire était pratiquement interminable. Par ailleurs, ces zones avaient été allègrement explorées depuis qu’ils étaient établis dans les environs, alors les risques de surprises étaient moindres. Selene fit sa jument ralentir la cadence pour permettre à son « élève » de passer devant. Elle l’observa quelques instants avant de commenter avec bienveillance :

- Attention, tu es un peu trop raide au niveau des articulations. Il faut que tu sois plus souple pour t’adapter à ses mouvements.

Surtout maintenant que, même si les animaux étaient habitués à la présence des rôdeurs, ils pouvaient toujours être effrayés par un assaut surprise, un coup de feu ou un autre imprévu. Manquer d’équilibre, c’était risquer d’être jeter de sa monture à un moment crucial et ça… personne ne le souhaitait. Elles firent un bon tour, enchaînant pas, trot et galop, évitant les obstacles, amorçant des demi-tours d’urgence. Tout une série de simulations de cas qui pourraient effectivement arriver. Au bout d’une bonne heure de pratique, la pianiste désigna le porche d’une maison qui avait plutôt mal vécu la fin du monde. Jardin en friche, fenêtres brisées, portes arrachées, des traces de sang séchés depuis le perron jusqu’au carrelage qui courait dans le salon.

- On peut faire une pause là, on rentrera après.

Cela prendrait quelques minutes à s’assurer qu’il n’y avait pas de mordeurs dans le coin. Ensuite, elles avaient une bouteille d’eau chacune et un en-cas bien mérité à partager. C’était l’un des grands avantages d’avoir emménagé au fort d’ailleurs : avec les efforts combinés d’Olivia, de Summer et de Freya, leurs repas retrouvaient des saveurs bien moins fades que celles des conserves réchauffées et des aliments déshydratés.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Serena Martinez
membre du conseil | The Haven
Serena Martinez
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: SIG Sauer P320 & tisonnier en fer
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 03/06/2018
Messages : 603
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Qui va à la chasse   Qui va à la chasse EmptyLun 22 Avr 2019 - 7:56
Concentrée sur sa monture, Sere leva le nez vers Selene alors qu'elle lui montrait le chemin à prendre. La militaire n'était pas encore très à l'aise dans les environs de Tacoma - et encore moins à cheval - mais ça viendrait; elle n'avait pas le choix de s'en convaincre. Il n'y avait que peu de choses qu'elle n'arrivait pas à gérer de toute façon, non? Enfin, certaines de ces choses ressemblaient peut-être plus à des êtres humains qu'à des trucs sans vie, mais peu importait. Le but de la sortie était de devenir une meilleure cavalière et d'économiser de l'essence - et des tas d'ennuis - à l'avenir. Ce n'était pas le temps de se perdre dans sa propre caboche. La miss savait se montrer sérieuse, de toute façon. Ce n'était un secret pour personne, loin de là.

Et si la situation la rendait plutôt mal à l'aise, qu'elle n'appréciait guère cette position de débutante qui la rendait vachement trop vulnérable à son goût, elle essayait vraiment, du moins. D'abord parce qu'elle ne pouvait pas se permettre de se plaindre, pas quand elle demandait le même effort aux siens à chaque fois qu'elle leur apprenait à mieux se défendre, mais aussi parce que Selene semblait vachement douée, et que ce serait illogique de ne pas profiter de cette occasion.

Les deux demoiselles ne s'étaient pas trop éloigné de la maison, probablement de façon volontaire. Et si ses pensées étaient fréquemment occupées par un certain bouclé, elle se hâtait bien vite de reporter son attention sur la jument. Snowflake se montrait plutôt patiente avec elle, d'ailleurs. Plus patiente que la brune elle-même, et certainement plus calme aussi, au final. Pourtant, à chaque pas de la bête, on aurait dit qu'il fallait contrôler un tremblement de terre. C'était quoi le problème? Selene lisait dans ses pensées, visiblement, puisqu'elle lui dicta à l'instant de ne être si raide, de s'adapter à l'animal avec souplesse. Elle hocha la tête, souhaitant sincèrement comprendre ce que ça pouvait bien vouloir dire. On ne lui avait pas montré ça, dans l'armée. Mais Serena détestait par-dessus tout ne pas arriver à ses fins, ce qui la motivait amplement à repousser ses limites. Après une petite heure de pratique, elle semblait plus en contrôle, maintenant. Dans tous les cas, la texane ressemblait de moins en moins à un robot. Le message de sa prof semblait faire plus de sens, et ses mouvements devenaient plus faciles, même si elle avait encore beaucoup à apprendre.

Mais Selene mentionnait qu'il était temps de se reposer un peu. Une collation digne de ce nom devait les attendre toutes les deux, non? Reena ne pouvait pas s'empêcher de se poser la question en pensant à celle qui était derrière le contentement de leur estomac à tous. Elle ne regrettait pas une seconde d'avoir entraîné et encouragé Olivia, après son accouchement. Cette fille n'était rien de moins qu'une magicienne de la cuisine, merde. Rapidement, Martinez passa une jambe par-dessus l'animal pour sauter au sol, faisant lever la poussière au passage. "J'dois avouer qu'une pause ne serait pas de refus." lança-t-elle en souriant, posant son regard noisette sur sa compagne du jour. Merci de ne pas te moquer, en d'autres mots. Sérieusement, c'était apprécié. Mais elle ne lui dirait pas. Pas plus qu'elle ne lui dirait qu'elle appréciait sa présence, contrairement à une bonne poignée de gens à Nisqually, de toute évidence.

Or, rien ne semblait inhabituel, dans le coin. Enfin, à première vue. Tout de suite, la mexicaine s'empara de son SIG Sauer et le pointa devant elle, juste pour vérifier le périmètre. La prudence était toujours de mise avec elle, Selene ne serait certainement pas surprise. Sere lui adressa un coup d'oeil pour l'aviser qu'elle allait faire le tour de la maison, et à peine était-elle revenue qu'elle commençait à gravir les quelques marches du porche. Elle se retourna vers Selene en rangeant son flingue à ses hanches, tout juste à côté de son tisonnier, fixant la porte d'entrée arrachée avec un brin d'étonnement. "Je sais pas c'qui s'est passé ici, mais on ferait peut-être mieux d'aller voir à l'intérieur avant de poser nos fesses quelque part." dit-elle à voix basse, même si le bruit des chevaux devait probablement déjà avoir attiré la vermine à l'extérieur, s'il y en avait.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Oliver Coleman
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau de pêche et pistolet M9 9mm.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 09/04/2019
Messages : 405
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Qui va à la chasse   Qui va à la chasse EmptyMar 23 Avr 2019 - 12:05
Cela fait à présent plusieurs jours que le duo Oliver-Maisie a bifurqué de l’Interstate 5-S vers la côte. La pêche leur est vite apparue comme une meilleure solution que la chasse, exercice auquel ni l’un ni l’autre n’excellent particulièrement. De plus, les maisons côtières n’ont, pour la plupart, pas subi autant de pillages que celles du centre-ville de Seattle ou des villes d’importance alentours. C’est donc doté d’un petit matériel de pêche que les deux rescapés descendent petit à petit le rivage vers le Sud.

Ce choix ralentit leur progression, mais puisqu’ils errent plus qu’ils ne recherchent quelque chose en particulier, le temps n’est pas un luxe pour eux. Les deux amis se sont écartés de l’Interstate 5 au niveau de l’aéroport Sea-Tac, qu’ils ont pris bien soin d’éviter. Les vastes étendues où atterrissaient et décollaient les vols internationaux il y a encore quelques années sont à présent envahies de rôdeurs. Avec le grillage qui entoure la zone, Oliver a fait remarquer à Maisie que l’endroit ressemble à un zoo. Il a réussi à lui décrocher un timide sourire, l’un des premiers depuis la mort de Dylan, son fiancé.

Leur périple les mène petit à petit jusqu’à Tacoma. Encore une fois, ils évitent la partie industrielle de la ville avant de reprendre la route du littoral sur Dock Street. Oliver croit se rappeler qu’un aquarium se trouve à la pointe, un festin en perspective si personne avant eux n’a pensé à se repaitre des poissons qui attendent là, bien sagement dans leurs maisons de verre. « Un peu d’optimisme n’a jamais tué personne. » fait-il remarquer, bien loin de vraiment penser ce qu’il dit. L’optimisme peut conduire à baisser sa garde, ce qui signifie souvent une mort imminente et douloureuse. Mais pour voir un sourire s’afficher aux lèvres de Maisie, Oliver est prêt à courir le risque.

Après Dock Street, Ruston Way. « On y est presque. » fait remarquer Maisie après un rapide coup d’œil sur une carte trouvée au hasard des fouilles. Une dizaine de minutes de marche plus tard, les deux amis pénètrent dans le quartier de Ruston, dernière étape avant le festin espéré. Encore qu’ils s’attendent à être déçus, ce qui minimisera le choc en cas de mauvaise nouvelle. L’apocalypse avait forcé les gens à revoir leurs exigences à la baisse, voire au strict minimum.

Soudain, des hennissements se font entendre non loin de là. Les deux se regardent et, sans un mot, s’entendent sur le fait qu’il leur faut ces chevaux. Oliver n’a pourtant pas l’âme cavalière, il ne sait pas non plus si Maisie se montrerait plus à l’aise que lui. Mais le constat est là. Les chevaux demandent moins d’entretien qu’une voiture, seront très probablement les transports de l’avenir comme ils le furent jadis, et ils seraient une assistance plus qu’appréciable pour les deux voyageurs. Reste une question en suspens à laquelle ni l’un ni l’autre ne sait s’il veut avoir la réponse : appartiennent-ils à quelqu’un ?

Au coin d’une rue, Oliver jette un rapide coup d’œil à l’angle. Plus loin, il aperçoit les montures… et leurs cavaliers. Ou plutôt cavalières. Il n’est pas totalement certain à cause de la distance.

« Merde. » souffle-t-il en s’écartant vivement pour se remettre à l’abri.

« Quoi ? »

« Ils sont pas seuls. »

« Viens, on s’planque et on avise. »

Joignant le geste à la parole, Maisie se dirige vers la première maison qu’elle croise. Elle traverse le jardin en friche, grimpe le perron d’un bond et arrache la fermeture fragile de la porte déjà branlante, Oliver sur ses talons. Les deux filent se mettre en sécurité à l’étage, meilleur poste aussi pour observer les canassons et leurs propriétaires dans la rue. Au passage, Oliver note le sang répandu un peu partout et les traces de lutte.

« Forcément. » murmure Maisie quand les deux cavalières choisissent cette maison précise pour prendre une pause.

Oliver sort son M9 par sécurité, Maisie fait de même avec son arme. Il se laisse glisser sous la fenêtre d’où il observait un instant auparavant, le dos appuyé contre le mur.

« Maintenant on est bloqué là jusqu’à ce qu’elles partent... » murmure-t-il à son tour jusqu’à ce qu’une voix monte à travers les vitres brisées. « Et merde, fait chier. »

Il se redresse en silence, Maisie à ses côtés. Si les deux intruses montent à l’étage, à coup sûr ils seront découverts. Et puisqu’ils ne connaissent pas leurs intentions, ils sont prêts à tout. L’arme au poing, ils tiennent en joue l’encadrement de la porte de la chambre où ils sont acculés et cachés très précairement derrière un lit et un bureau.



Happiness can be found even in the darkest of times, if one only remembers
to turn on the light.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
Administrateur
Selene Sweetnam
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 6795
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Qui va à la chasse   Qui va à la chasse EmptyMar 23 Avr 2019 - 12:43
- On jette un œil, oui, confirma-t-elle à sa comparse.

La jeune femme ne pouvait qu’apprécier la prudence de l’ancienne militaire. Ce serait bête, après tout ce qu’ils avaient traversé, de se faire surprendre en plein pique-nique. Après être descendue souplement de sa monture, Selene fit entrer les deux juments dans le petit jardin à l’avant du pavillon mais ne les attacha pas. De cette façon, si elles étaient attaquées par des charognes, elles pourraient toujours s’enfuir ; la pianiste préférait les égarer que de les voir se faire dévorer. Toutes les deux étaient de toute façon habituées, elles se mirent paisiblement à arracher des touffes d’herbe pour entamer leur en-cas.

- Ça n’a pas l’air récent quand même, nota la musicienne en gravissant les marches à son tour, je suppose qu’il a dû se passer ce qu’il s’est partout ailleurs…

Les morts avaient marché sur cette maison. Restituant des gestes qu’elle avait déjà eu des centaines de fois, elle tira son couteau de chasse de son étui et utilisa la base du manche pour frapper plusieurs coups contre l’encablure de la porte. Si des voraces se tenaient pas loin, ils seraient attirés. Elle attendit quelques secondes, échangea un regard entendu avec Serena ; il ne se passait rien, elles pouvaient avancer. Lentement, Selene inspecta la grande pièce à vivre à l’américaine, qui réunissait d’un bloc quasi-parfait salon, salle à manger et cuisine.

- Alors ça…, fit-elle en découvrant, en vrac sur le sol – sans doute tombé d’une étagère renversée – un lot de comics un peu abîmé mais toujours lisible, faut que je les rapporte pour Ruben, la pianiste montra sa trouvaille à sa complice et ouvrit son sac pour les y enfouir, si je me souviens bien, il adore ça.

Et si ce n’était pas lui, ce serait bien quelqu’un d’autre. Ils étaient nombreux désormais et elle ne se vanterait pas de connaître les goûts littéraires de tout le monde. Ne restait plus que l’étage à vérifier. Avant de monter, Selen s’assura rapidement que Snowflake et Fury continuaient de tranquillement vivre leur vie d’équidés – bien loin des craintes primaires des êtres humains. Un peu tranquillisée par le fait de n’entendre aucune présence macabre, la musicienne rouvrit la conversation à voix basse, non sans rester sur ses gardes.

- Comment tu te sens alors maintenant ? Elles atteignaient l’étage, aussi délabré que le rez-de-chaussée, à cheval je veux dire.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Serena Martinez
membre du conseil | The Haven
Serena Martinez
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: SIG Sauer P320 & tisonnier en fer
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 03/06/2018
Messages : 603
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Qui va à la chasse   Qui va à la chasse EmptyMer 24 Avr 2019 - 4:46
Oui, en effet, il était difficile de nier que la scène devant elles n'avait rien d'étonnant. Si au départ ce genre de portrait semblait sordide et insolite, c'était dorénavant leur quotidien - depuis bien trop longtemps - et ce n'était plus ce qui inquiétait Serena. La mort, les blessures, le sang; elle n'avait pas eu le choix d'y faire face, même avant ce bordel. Les vivants, par contre, c'était une autre histoire. Enfin, elle avait tristement acquiescé aux paroles de sa coéquipière, avant d'observer, tout comme cette dernière, si le son de son couteau contre le cadre de la porte allait attirer quoi que ce soit. Mais non, rien, silence complet.

Et c'était la même chose pour l'immense aire ouverte du rez-de-chaussée, où seules quelques bandes dessinées semblaient mettre un peu de vie dans l'espace. Un sourire étira les lèvres de Reena au commentaire de celle qui découvrait les bouquins par terre. C'était une délicate attention; Ruben allait probablement sauter de joie oui, au même titre que certains adultes si on lui demandait son avis. "Peut-être qu'Elizabeth va en hériter, qui sait?" ajouta-t-elle en soufflant un petit rire du nez. Faudrait bien qu'elle apprenne à lire un jour, la petite. Mais il y avait encore beaucoup à faire d'ici là, sans aucun doute. Et leur groupe n'y parviendrait pas si la militaire ne se bougeait pas, d'ailleurs. Selene inspectait encore les lieux, tandis que la brune fouillait les armoires de la cuisine, au cas où. C'était plus fort qu'elle, Sere vérifiait tout le temps tout - comme si elle allait finir par trouver un trésor, un de ces jours. En même temps, c'était presque rassurant d'effectuer toujours la même routine.

Bref, ses doigts s'emparaient à nouveau de son flingue alors qu'elle montait les escaliers, toujours aussi attentive à ce qui l'entourait, jusqu'à ce que sa comparse ne lui pose une question pour le moins surprenante, enfin, pour la mexicaine. Ses yeux étaient bien ronds, presque horrifiés. Selene devait bien se foutre de sa gueule, là.  Elle se cachait littéralement derrière son arme pointée au bout de ses bras. Heureusement, une fois à l'étage, sa partenaire était derrière elle, maintenant. Non mais fallait-il vraiment qu'elle réponde à ça? De quoi voulait-elle parler, au juste? Et que pensait-elle savoir, au final? Elle ravala sa salive, avançant toujours lentement jusqu'à la première porte du couloir. Une salle de bain. Vide. À cheval, je veux dire. Oh. OH. Mais quelle conne. L'anxiété la faisait délirer, maintenant. Chouette.

"Mieux?" dit-elle avec hâte - sincère, cependant - avant de reprendre tout de suite après. "À toi de m'le dire, c'est pas moi l'exp-" Si elle avait plaisanté un brin, son sérieux habituel était rapidement de retour sur ses traits alors qu'elle arrêta subitement de parler. Elle venait pas d'entendre un truc? Un regard à Selene, sourcils froncés, comme pour la questionner silencieusement. Avait-elle entendu aussi? Sa main se serra plus fort sur son arme, toujours braquée bien haut. Une étape à la fois. Elle pointa calmement du menton la porte de la pièce à laquelle elles arrivaient, avant de s'approcher en collant le dos au mur, s'arrêtant juste avant l'embrasure. Nouveau coup d'oeil à la miss aux yeux clairs pour lui signifier qu'elle allait se lancer; qu'elle la couvre au besoin.

Sere bougea donc effectivement, entrant d'un pas dans la petite chambre et analysant rapidement ce qui l'entourait jusqu'à s'arrêter d'un coup sec. Deux. Ils étaient deux. Armés. Assis par terre, tout au fond. Ils ne semblaient pas mal en point, ni blessés, pourtant ils ne donnaient pas non plus l'impression de particulièrement bien gérer.  Et visiblement, leur force n'était pas de jouer à la cachette. Or, l'idée que ce duo puisse possiblement faire partie de ce pauvre groupe de cons de Renton lui traversa l'esprit, la rendant plus méfiante encore. Et même si elle se trompait, la militaire ne voulait prendre aucun risque. La texane se tenait debout devant eux, fixait leurs armes, le canon de son flingue toujours pointé sur l'homme, incapable de détacher son regard ni de lui ni de sa copine à côté. "Lâchez vos armes." ordonna-t-elle simplement. "Maintenant." souffla-t-elle encore, froide comme une machine. Et elle espérait sincèrement qu'ils coopèrent sans avoir à jouer à qui allait tirer le premier.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Oliver Coleman
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau de pêche et pistolet M9 9mm.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 09/04/2019
Messages : 405
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Qui va à la chasse   Qui va à la chasse EmptyMer 24 Avr 2019 - 13:21
Les deux étrangères sont montées à l’étage. Oliver se mord les lèvres : ils vont forcément être découverts. Ni lui ni Maisie ne peuvent bouger de là sans sortir de la chambre. Ils sont piégés. Avec une chance monstre, elles ne fouilleront pas toutes les pièces, mais Oliver n’y croit pas. Elles semblent méthodiques et entrainées, équipées par-dessus le marché. Maisie veut se tourner vers lui pour croiser son regard, une latte de parquet grince. Merde.

Oliver peut lire un certain remord dans les yeux de Maisie. Un petit mouvement de rien du tout, insignifiant, qui peut signer leur arrêt de mort à tous les deux. C’est si bête. Avoir parcouru tant de chemin, traversé tant d’épreuves pour terminer abattus dans une maison perdue de Tacoma… Oliver en a la rage au ventre. Mais il ne peut en vouloir à Maisie. D’une façon ou d’une autre, ils auraient été découverts, inévitablement.

L’une des deux étrangères entre dans la pièce et les découvre. S’en suit un instant de quelques fractions de secondes qui parait en durer des milliers, comme si le temps était suspendu. L’arme est pointée sur lui, la sienne l’est aussi en retour. L’ordre fuse, les rappelant à l’instant présent. D’un coup d’œil en coin, Oliver cherche le regard de Maisie. Son approbation. Dans une autre situation, il aurait sans doute pris le risque. Là, ç’aurait été tout bonnement du suicide et un beau massacre collectif. Une balle pour une balle.

Maisie croise ses yeux bleus. Elle hoche la tête d’un geste presque imperceptible. Leurs vies sont plus précieuses que le peu qu’ils possèdent. Si les deux étrangères les laissent vivre.

« Okay. Okay. On se calme. » Oliver laisse son arme glisser le long de son doigt qui se tenait prêt à appuyer sur la détente. Il lève l’autre main pour signifier ses intentions pacifiques et se relève avec précaution de derrière le lit. « On n’veut pas d’ennuis. »

Maisie se lève à son tour, mains en évidence.

« Évitons qu’ça parte en sucette, d’accord ? On n’fait que passer, on s’est caché là quand on vous a vues. »

« Baisse ton arme, okay ? » demande-t-il en la priant d'abaisser le revolver d'un geste de la main. « On n’veut faire de mal à personne. On peut discuter comme des gens civilisés. »

Oliver espère surtout qu’il reste encore une trace d’humanité chez les vivants. Beaucoup semblent d’ores et déjà l’avoir perdue, et il a entendu des rumeurs qui ne plaident pas en un quelconque optimisme.

Malgré sa bonne volonté de ne pas envenimer une situation déjà bien tendue, Oliver se tient sur ses gardes, prêt à plonger et à riposter si besoin. Et il sait que Maisie est aux aguets du moindre signe annonciateur elle aussi.



Happiness can be found even in the darkest of times, if one only remembers
to turn on the light.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
Administrateur
Selene Sweetnam
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 6795
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Qui va à la chasse   Qui va à la chasse EmptyMer 24 Avr 2019 - 15:01
Serena n’avait pas eu le temps de répondre à sa question qu’elle avait été interrompue par un bruit de parquet qui grince. La musicienne fonça les sourcils de concert avec elle. Les rôdeurs ne se cachaient pas, donc soit il s’agissait simplement de la vieille maison qui travaillait, soit il y avait un être bien vivant à l’étage. C’était peut-être simplement un animal ; un chat errant, un rongeur curieux, un chien esseulé. La prudence restait de mise.

Sur les talons de l’ancienne militaire, la pianiste troqua sa lame contre son glock. Elle enleva doucement la sécurité et fit l’effort de contrôler sa respiration pour la rendre la plus discrète possible. Au coup d’œil de son aîné, elle répondit par un signe de tête et se plaça en couverture tandis qu’elle entrait dans la pièce. Une chambre, visiblement occupée par deux personnes.

Les orbes froides de Selene les dévisagèrent tous les deux. Elle ne les avait jamais vus – ni dans le coin, ni nulle part ailleurs. L’ironie de la fin du monde l’avait rendu encore plus petit et les survivants avaient tendance à s’aimanter dans la région. Ils n’étaient pas vieux et ne semblaient pas hostiles. Immédiatement, ils avaient choisi de baisser leurs armes. Pas d’impasse mexicaine, pas de concours de qui avait la plus grosse. C'était grandement appréciable. Mais aussi, c’était soit brave, soit inconscient, soit suspect. Dans le doute, la benjamine du lot optait pour la dernière option.

- On ne veut blesser personne non plus, assura-t-elle sur un ton neutre après les demandes de gérer la situation de façon pacifique, on ne le fera que si on y est obligées.

Que faisaient-ils ici, si près de leur refuge ? Était-ce le hasard ? Étaient-ils à la solde de leurs ennemis, en train de les chercher ? Aucun d’eux n’avait la tête d’un espion mais les apparences étaient trompeuses. Chez eux, Romy avait trahi son camp pour les rejoindre ; aux yeux de la musicienne, elle resterait à jamais l’exemple qu’on ne pouvait se fier à l'allure d’un vivant.

Sans baisser son arme, Selene se décala lentement pour mieux voir les deux inconnus. Sa conscience la poussait à s’ouvrir avec empathie, son instinct paranoïaque l’incitait à se refermer. Elle se pinça les lèvres un instant, puis poussa un soupir. Ce n’était pas la première fois qu’elle connaissait ce genre de situation pourtant mais immanquablement, c’était des moments épineux.

- Laissez toutes vos armes au sol, décida finalement la jeune femme, et écartez-vous ensuite, mains bien en évidence, pourvu qu’ils continuent de coopérer, ce serait tellement plus simple, s’il y a quelqu’un d’autre que vous deux, c’est le moment de le dire.



« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Qui va à la chasse   Qui va à la chasse Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Qui va à la chasse -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]
» Tableau de chasse des crânes
» Chasse aux corbeaux [pv : Tyzy]
» La chasse est ouverte... YATA!!!!!! [PV Sybille]
» Une petite partie de chasse... [PV: Nuage de Tulipe]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: