The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Please don't go -
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
May L. Goldenberg
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Desert Eagle de Zack & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1277
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Please don't go   Please don't go - Page 2 EmptyLun 15 Avr 2019 - 22:56
Il partait. Il tournait les talons comme l'espèce de sombre idiot qu'il était. Elle avait juste envie de lui crier après, de le réveiller, qu'il se rende compte qu'il était une drogue pour elle, et qu'on ne pouvait pas sevrer un drogué du jour au lendemain. Et en fait, jamais. Reviens, putain. Nathan l'avait certainement entendu, parce que c'était ce qu'il faisait, à l'instant, comme s'il était prêt à se battre, littéralement. Il se retournait pour déballer tout ce qui semblait l'habiter, là, tremblant, le regard embué de larmes. Leur enfant, qu'il disait. Ça sonnait tellement doux à ses oreilles, cette conviction avec laquelle il articulait chaque mot. La petite ne pouvait pas s'empêcher de fixer son regard sombre sans pouvoir s'en détacher. Parallèlement, pourtant, elle pouvait jurer que le métal qu'il serrait sous ses doigts allait vite se tordre, fondre même. Elle le surveillait, un brin nerveuse, en un sens. May ne voulait pas non plus qu'il perde la carte à nouveau.

Fuller répétait qu'il l'aimait, comme il le lui avait jamais dit, comme si sa vie - leur vie - en dépendait. Lui défoncer le coeur? Celui de May se désintégrait, oui. Il était à fleur de peau, complètement perdu, mais il avait enfin le courage de parler sans filtre. Ne savait-il pas, cependant, que tout le monde avait peur? Que personne n'était à l'abri de ça? Croyait-il qu'elle n'avait pas la trouille? De vivre tout ça, pire encore, de le perdre? Fuck, elle était terrorisée, la princesse. Il expliquait ensuite ce qui avait ultimement conduit à tout ce bordel. La raison pour laquelle il avait parlé plus tôt de médication, de mal être. Alors, ce type du Ranch le hantait? Depuis tout ce temps? Elle soupira, à la fois incroyablement triste de savoir qu'il avait pu endurer ça tout seul, mais presque soulagée de comprendre un peu plus, enfin. Ni elle, ni la crevette, n'était à l'origine de cette tempête.

Et sans qu'elle ne puisse placer un seul putain de mot, le journaliste ne faisait plus que s'insulter lui-même. C'était pas nouveau, à croire que ce qu'il avait projeté si longtemps n'était qu'en partie de la poudre aux yeux, que certaines choses n'allaient pas chez lui, bien avant Renton. Que ça n'avait fait qu'aggraver les choses. Et si elle avait cru le voir en lui dès le début, elle n'avait pas compris que l'iceberg pouvait être si immense. Dans tous les cas, elle ne se défilerait pas. Ni maintenant, ni jamais. Elle le décidait, là, tout de suite, baissant le regard sur ses propres mains en ne pouvant imaginer ce qu'il avait dû traverser. Peut-être aurait-elle pu l'aider si elle aussi ne s'était pas complètement fermée, isolée, en réaction à tous ces changements. La culpabilité l'envahissait, en relevant les cils vers lui. Liv ne savait pas quoi lui dire, comment l'apaiser, comment lui faire comprendre qu'elle n'aurait jamais pu se barrer pour ça.

Mais elle n'avait plus le temps de réfléchir, maintenant. Il se penchait vers elle, et la panique s'était emparé de son être en le voyant s'approcher, détournant même les yeux vers la commande d'appel une toute petite seconde. La blonde était raide, fermant les yeux si fort en rentrant la tête dans ses épaules, serrant les draps comme si elle s'attendait au pire, ou presque. Or, ses lèvres sur les siennes avaient le mérite de lui rappeler à quel point son contact avait toujours été si rassurant, si planant. Elle posa les doigts sur sa main à ses traits, tentant d'abord de résister, de l'enlever de là anxieusement, maladroitement, avant d'abandonner quand il embrassa son front, dans un supplice qui lui dévorait l'âme. Elle ne bougeait plus d'un poil, ivre de le retrouver, reprenant son souffle comme si elle venait de courir un marathon. À son tour, elle n'hésita pas pour faire courir ses doigts froids au visage du brun, plantant son regard grave dans le sien, sans mot, en laissant son pouce effleurer doucement l'angle de sa mâchoire. Et si c'était ce qu'il craignait, il n'avait plus besoin de s'en faire. Ses billes parlaient pour elle. Elle comprenait. D'une lenteur extrême, sa main passa à sa nuque, l'attirant à elle avec toute la précaution du monde, pour embrasser son cou, là où le sel de ses larmes avait laissé une trace invisible. Elle appuya ensuite la joue sur le dessus de sa tête, le gardant jalousement près d'elle tant cette proximité lui avait manqué. La miss ne faisait qu'hocher de la tête, comme pour lui dire que ça irait, avant d'entrouvrir les lèvres. "J'suis désolée, je- je savais pas." murmura-t-elle. "Je t'aime, Nate, okay? J'ferais n'importe quoi, pour toi, pour nous, mais, je...  J'sais pas si j'peux-" Continuer? "Moi aussi j'ai la trouille. On- On peut avoir la trouille ensemble, peut-être..." chuchota-t-elle encore en retenant ses larmes.

Mais pouvait-elle accepter tout ça? L'histoire n'était-elle pas en train de se répéter, encore et encore? Ce serait quoi, la prochaine connerie? Oh, elle mourrait d'envie de le croire, mais de l'avoir fait auparavant l'avait bien mené jusqu'ici, après tout. Naïve, elle pouvait l'être, mais Cendrillon ne pouvait pas non plus nier tout ce qui passait dans son coeur. Dans tous les cas, il n'avait pas été là, même s'il voulait l'être maintenant. Il avait majestueusement foiré, manqué de jugement. Presque tuée. Seulement, quel homme était à l'abri des erreurs? Le pire était que Liv ne pouvait pas nécessairement le blâmer de ne pas s'ouvrir si facilement - ce serait vachement trop ironique. Mais elle aurait cru qu'elle méritait sa confiance, après toutes les merdes qu'ils avaient traversé. N'était-elle rien de plus?

C'est à cet instant qu'une demoiselle ouvrit la porte de chambre, faisant sursauter la blonde. "Goldenberg?" demanda-t-elle d'une voix pressée. Liv hocha de la tête, tentant de se reprendre un peu, encore sous le choc des aveux du taré à côté d'elle. "Je dois écouter le coeur foetal avant de pouvoir vous donnez ne serait-ce que l'espoir d'un congé." annonça-t-elle en poursuivant tout de suite. "M'sieur, j'vais devoir vous demander de-" Elle stoppa sa phrase d'un coup sec en voyant les yeux suppliants de May. Faites que celle-là soit gentille. Après tout, c'était pas elle qui avait vu Nathan, tout à l'heure? Elle n'avait rien dit? Enfin, tout le monde ne connaissait pas Fuller. En souriant à moitié, elle avait donc abandonné sa demande précédente. "Connaissez-vous déjà l'sexe?" enchaîna-t-elle joyeusement, n'ayant pas la moindre idée de ce qui venait de se passer entre ces deux là. Et elle préparait déjà le gel et la machine. La vache.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 801
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Please don't go   Please don't go - Page 2 EmptyMar 16 Avr 2019 - 12:21
Please don't go


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Il l'avait sentie se tendre, et c'était légitime après ce qu'il avait fait. Il se le pardonnerait pas et le chemin vers la guérison serait long, putain de long même. Suffirait pas d'une poignée de médocs pour chasser tout le mal ressenti, tout le mal semé autour de lui, il devrait forcément parler, se confier. Bordel à rien près c'était comme confesser ses péchés, pourtant il était pas croyant, pas une seconde, pour lui y avait pas de Dieu ou d'entité divine, y avait rien qu'eux et leurs problèmes, rien qu'eux et leur comportement merdique qui changeait de mains au grès du temps. Pourtant les culs bénis avaient moins de soucis, la confession devait les aider. C'était juste un palliatif à la misère, comme coller un voile sur des actions ou pensées peu reluisantes.

Les lèvres encore posées sur son front, Nathan sentit un frisson lui dévorer l'échine quand elle déposa la main sur la sienne, juste là, à sa joue. D'autres larmes se firent la malle, parce qu'il savait pas, ou plus, ce que ça signifiait. De la pitié, de la compréhension, de l'amour... Une manière de lui souffler qu'elle pouvait plus continuer comme ça, et que dans quelques temps, quand ils plieraient bagages pour foutre le camp de cette île, elle suivrait pas ? Muet comme une carpe, le trentenaire se laissa attirer à elle, la laissant choisir et faire ce qu'elle désirait, c'était plus simple de lui laisser la liberté d'agir et faire ce qu'elle voulait, parce que quand lui décidait pour elle, qu'il croyait dur comme fer qu'il agissait mieux qu'elle pour ce qui la concernait, il ne faisait que l'enterrer un peu plus. Ses lèvres contre lui le firent déglutir, jusqu'à pouvoir écouter son cœur qui battait complètement de travers. Il entendait plus le monitoring, plus rien sauf la vibration dense de ce qu'il avait le plus piétiné chez elle.

Elle était désolée, elle savait pas, elle l'aimait, elle ferait n'importe quoi pour lui. Un rictus amer fila ses pétales humides de sanglots. Il le savait au fond de lui et il en avait profité sans vouloir admettre que tout ce qu'elle était, tout ce qu'elle lui disait et avait déjà dit, était sans doute ce qu'il avait de mieux dans sa putain d'existence. Elle avait pas à être navrée, finalement tout ce qui arrivait été sa faute, sa foutue faute. On peut avoir la trouille ensemble, peut-être. Il en ravala sa salive, opinant parce qu'il avait plus vraiment la force de parler, qu'elle pigerait en sentant son crâne dodeliner sous son menton. A l'instant, Nate était plus que ce mioche que ses parents avaient pas vraiment aimé comme il fallait, un gamin qui avait besoin d'attention mais qu'on avait rapidement tourné vers différentes activités, sans se soucier de ce que lui infligerait le manque de considération parentale à l'avenir, pour faire perdurer un empire hôtelier bien plus précieux qu'une vie humaine.

Ses mains contre lui étaient un bon remède, le meilleur de tous sans doute, néanmoins quand il désira rouvrir la bouche, le nom de la blonde résonna dans la pièce à l'en faire redresser le nez vers la nurse qui foutait en l'air tous les stéréotypes qu'il s'en était fait au grès de ses années de connard. Bordel, elle allait sûrement le faire décamper, prévenir la sécurité ou un truc dans le genre ? Nan, elle parlait du fœtus, elle voulait juste écouter le cœur avant de penser à une sortie pour sa blonde, mais ouais, fallait visiblement qu'il dégage. Prêt à le faire, il croisa le regard de May avant de déglutir. S'ils connaissaient le sexe ? Putain ça lui était même pas venu à l'esprit, ça lui avait même pas effleuré le crâne une seconde et, malgré tout, c'était bien ce que les couples normaux, qu'attendaient un gamin, devaient faire ça, nan ? Passer des échos, vérifier si tout allait bien, décider ensemble concernant l'avenir d'un mélange d'eux. Fuller secoua le minois, remarquant bien que la grosse Bertha scrutait sa sale gueule de déterré. Entre les cernes, les larmes et les hématomes, y avait de quoi le mater de travers.

Nathan se contentait de fixer les gestes de l'infirmière, les yeux allants et venants entre la machine, l'espèce de douchette et ce tube de gel qu'elle ouvrit après s'être flanquée d'une paire de gants. Un instant, il recula en voyant le mastodonte approcher, mais sa main resta figée dans celle de May avant de voir l’enchaînement rapide d'actions méticuleuses. Bertha dégageait déjà le drap, retroussait doucement, en un sourire à la future mère, ce qu'elle portait pour découvrir son ventre. Là, l'ex journaliste ne put que fixer la cicatrice qui lézardait sa peau blanche, rendue plus impressionnante par la tension de l'enfant dans sa loge. Woow, ç'aurait été mentir de dire que ça lui faisait rien, au contraire, il ressentait davantage de culpabilité encore à l'avoir délaissée, laissée dans le flou, tout ce temps. Pour seul réconfort, unique excuse ses doigts pressèrent plus encore les siens alors que la fraîcheur du gel semblait incommodante.

- C'fait mal ? Lâcha-t-il en fronçant les sourcils. Non, pas l'moins du monde m'sieur, c'est simplement froid. Il opina, c'était même pas à elle qu'il avait posé la question, mais bon elle faisait son boulot tout simplement. Ses yeux dévièrent de la douchette à ceux de May et un vague sourire, piètre sourire, déforma lentement la commissure de ses lèvres avant que son propre cœur bute dans le creux de son thorax. BOUM BOUM BOUM BOUM. Enfin c'était plutôt Vraoum..., des échos rapides et étranges provenant de l'autre écran où doucement une image en noir et blanc apparaissait. C'était ça le cœur ? Le cœur de son, enfin leur bébé ? Un rictus con fila ses pétales sur lesquels il passa la langue avant de plisser les yeux pour observer l'espèce de noisette sur l'écran, enfin ouais ça ressemblait rapidement à la forme d'un bébé, un bébé pas terminé ou.... God Damn'.... il …... ou elle enfin …... ça va ? Quant au sexe, May décidait, si elle voulait pas savoir, alors il ferait rien contre. Tu... t'as envie d'savoir c'que …... si c'est une fille ou un garçon ? L'interrogea-t-il.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
May L. Goldenberg
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Desert Eagle de Zack & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1277
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Please don't go   Please don't go - Page 2 EmptyMar 16 Avr 2019 - 17:09
May voyait le brun comme elle ne l'avait jamais vu, là. Il pleurait contre elle, alors que la petite essayait de le serrer malgré ses propres craintes, de sécher ses larmes alors que rien n'y faisait. Elle le berçait presque, souhaitant taire ce mal qui visiblement, lui faisait carrément perdre la tête. Ce mal qui l'avait poussé à faire ce qu'il avait fait la veille. Mais il s'était détaché rapidement à l'arrivée de l'infirmière, sa chaleur la quittant du même coup. Et même si la miss qui venait faire son job le regardait d'un drôle d'air, elle ne semblait pas trop s'en formaliser. Enfin, pour l'instant? Mais Nathan répondait à sa question concernant le sexe du bébé, en faisant non de la tête. Bien sûr qu'ils ne savaient pas. Mais lui au moins était capable de réagir, contrairement à la pauvre sotte qu'elle était présentement. En fait, tous les deux ne devaient ressembler à rien, là, avec la nuit qu'ils avaient passé, en plus d'être complètement paumés par l'arrivée impromptue de la dame. Mais peu importait. La blonde sentait déjà son coeur sauter des battements à la simple idée qu'il puisse y avoir un truc qui clochait avec ce gamin. Elle voulait savoir. Non parce que dans ce monde, on ne pouvait pas se permettre d'être malade; ce n'était que la vérité pure et dure.

Le gel froid lui arracha une petite grimace, l'espace d'une seconde. Oh, ça allait, ce n'était là qu'un réflexe, elle allait vivre bien pire d'ici peu, visiblement. Mais le journaliste s'en inquiétait déjà, et elle ne pu retenir un tout petit rire soufflé en voyant sa tronche à lui lorsque la miss répondit pour elle au sujet de douleur de la procédure. Mais les doigts de Nate se serraient contre les siens, comme s'il voulait qu'elle sache qu'il était là, cette fois. La princesse fixait leur mains entrelacées tout près, un peu pour se donner du courage autant que pour se consoler. Se convaincre que ses mains là ne se poseraient plus jamais sur son corps pour lui faire autre chose que du bien. Elle voulait y croire. Il le fallait. En était-elle capable?

Le bruit de la machine l'empêcha de répondre à cette question. Ses billes claires allaient de l'image en noir et blanc à Nate sans arrêt. Il souriait. Difficilement, mais il souriait. Une énorme vague la frappa de plein fouet, et si Liv n'avait pas eu les fesses dans ce lit, elle en aurait probablement perdu pied. Le minuscule coeur qu'elle entendait là, c'était le leur. Fort, puissant, foudroyant. Ce puceron était déjà un battant. Elle essayait de comprendre ce qu'elle voyait à l'écran, sans succès aucun. Elle était bien trop bouleversée, suspendue dans le temps, comme si elle découvrait la huitième merveille du monde. Et malgré les éclats de sang dans ses yeux, ils brillaient d'une certaine lueur qui ne les avaient pas habité depuis belle lurette. Qu'elle l'admette ou non, et aussi apeurée qu'elle pouvait encore l'être, Cendrillon se surprenait à vouloir aimer, défendre et protéger la crevette comme jamais auparavant. Elle rayonnait, malgré tout ce qui pouvait peser sur ses épaules frêles, à ce moment précis. Fuller demandait si tout allait bien avant de lui demander à elle si elle voulait connaître le sexe tout de suite. Putain, bien sûr que oui. Qui voudrait ne pas savoir? Elle hocha de la tête, posant son regard à la fois sur lui, sur eux, et sur celle qui faisait bouger la sonde sur son ventre.

"On a un rythme à 150 battements/minute. C'est excellent." expliqua-t-elle avant de poursuivre. "Enfin, c'est un brin élevé, mais rien de surprenant vu le stress infligé hier." Un frisson parcouru sa peau, scrutant immédiatement les traits du brun. Pauvre conne, ne pouvait-elle pas la fermer une minute? May serra les doigts de Nathan à nouveau, pour le calmer, pour lui signifier que la crevette allait bien, que c'était l'essentiel, même si elle se doutait qu'il devait se détester à l'instant. "Mais ça ne m'inquiète pas. J'aime mieux un pouls plus rapide que trop lent, de toute façon." ajouta-t-elle. May dénotait-elle ne serait-ce qu'avec une pointe d'accusation dans son ton? Ou est-ce qu'elle divaguait? Elle avait un énorme sourire imprimé au visage maintenant, sourire exagéré qui commençait à taper sur les nerfs de la princesse, d'ailleurs. Mais elle se concentra à nouveau sur l'écran, bien décidée à ne laisser personne gâcher l'instant.

L'infirmière aussi se concentrait sur sa machine, dorénavant. Elle fronçait les sourcils, comme si un truc clochait. Goldenberg avait les yeux ronds alors que la dame appuyait sur différents boutons dont elle ne pigeait rien, dont elle ne voulait rien piger là parce que clairement, tout ce qui importait c'était de savoir pourquoi elle avait changé d'air en observant l'écran. "Elle est un peu petite, mais ça va. Félicitations." lâcha-t-elle finalement, l'air sincère, cette fois. Une fille? Ils attendaient une petite loutre? Elle ne réalisait pas tout à fait, semblait-il, pourtant son regard embué de larmes disait le contraire, au même titre que le sourire naissant qui étirait ses lèvres. Aussitôt, elle demanda un truc à celle qui s'occupait d'eux. "Pouvez-vous baisser les ridelles du lit et-" Merde, elle en avait presque oublié que sa voix ne servait à rien du tout. "Et... nous laisser, s'il-vous-plaît." Elle n'avait qu'une seule envie, et par chance, l'infirmière s'était pliée à ses demandes, faisant disparaître le métal de chaque côté du matelas avant de disparaître elle même, avec sa machine. Bordel, Liv en était presque surprise. Pour une fois qu'on l'écoutait un peu.

La blonde n'attendit plus, donc, et se leva probablement trop vite du lit pour ne pas être étourdie. Se dirigeant vers le brun, juste là, elle se jeta littéralement dans ses bras, le serrant si fort qu'il aurait pu tomber à la renverse. Elle se surprenait à sourire comme une nouille, blottie contre sa poitrine, là où elle avait cru avoir perdu sa place, la veille. Elle pleurait doucement, de joie mais aussi de peine, retardant le moment où il faudrait inévitablement qu'elle le repousse, comme si elle lui faisait un putain d'adieu. Il le faudrait, si? 
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 801
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Please don't go   Please don't go - Page 2 EmptyVen 19 Avr 2019 - 11:57
Please don't go


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


May ne prononçait plus le moindre mot, figée comme lui, un sourire particulier au bout des lèvres, les yeux rivés sur le monitoring. C'était leur gosse là sur cette image grésillante, et ça lui foutait un sacré coup de pouvoir enfin le voir alors que, jusqu'ici, il avait comme occulté des moments précieux auprès d'elle, auprès d'eux. Bertha parlait de nouveau, leur indiquant le pouls de la crevette. Excellent ouais, comme lui, du moins lui quand il merdait pas, ce qui devenait rarissime ces derniers temps. La pensée lui arracha un rictus tandis qu'il serrait davantage la paume de la future mère. C'était la première fois qu'ils faisaient un truc pour le bébé à venir, la première fois qu'ils se retrouvaient vraiment sans mettre de côté leurs problèmes grâce au sexe ou autres conneries sans véritables sens.

Quant au reste des mots de la nurse, Fuller en déglutit, baissant les yeux sur le collier bleu au cou de la blonde. Ouais, elle aurait pu y passer, tous les deux auraient pu rendre leur dernier soupir par sa faute. You're fucking lucky guy, you know ? Il le savait ouais, néanmoins l'ex journaliste avait une faculté hors norme à foutre toutes ses chances en l'air, à déraper, à chier dans la colle là où d'autres auraient assumé sans fausse note. Il entendait encore l'infirmière mais ne la regardait plus, son regard évolua sur la douchette particulière capable de lui rendre l'image de …. sa fille.

La révélation lui fit redresser le nez vers l'écran. Une fille ? Petite, chétive mais forte malgré tout. Putain rien que ça lui fit ravaler rond sa salive. Il allait avoir une fille, une petite princesse innocente, comme May quand elle n'était qu'un petit pois, comme... Toutes les autres que t'as sauté égoïstement, elles aussi elles étaient toutes les filles de quelqu'un, connard. Ça lui pétait aux yeux là, tandis qu'il réalisait le mal qu'il avait pu faire à d'autres, le mal qui poindrait au dessus de la tête de cette fillette plus tard et à qui il voudrait éviter les douleurs, la souffrance, chaque maux que lui même avait pu infligé, chaque horreur qu'il avait pu semer. Une fille, muet le sourire à ses lèvres ayant disparu, le trentenaire comprit à peine la demande de Goldenberg avant de reculer quand l'infirmière fit disparaître l'unique barrière qui la séparait d'elle. Statufié non loin du plumard, Nate passa mollement la langue contre ses lèvres. Le monitoring avait disparu avec l'image de sa gamine, avec ses battements de cœur vifs et forts. Ne restait plus qu'eux dans cette chambre aseptisée, eux et leurs monceaux de problèmes, de craintes, de tout ce qui ne devait perdurer pour l'avenir de ce minuscule petit être encore à l’abri des horreurs de ce monde merdique.

Un soupir lourd, comme s'il était heurté de plein fouet, lui échappa quand elle se jeta contre lui. Il l'avait même pas vue se relever, l'avait pas vue venir... Sur le vif Nathan fut incapable de la serrer en retour, les bras ballant le long du corps, une chiée de questions dans le creux de la tête, une claque de prise de conscience dans le crâne. Sa respiration, ses larmes, le firent néanmoins réagir à retardement, glisser les bras autour d'elle, ramener le menton contre ses mèches blondes. Fallait qu'elle vienne avec lui, qu'elle lui fasse à nouveau confiance... Ouais, il fallait qu'elles viennent avec lui, parce qu'il serait incapable de penser à elles ou d'imaginer qu'il ne les reverrait jamais plus...

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Please don't go   Please don't go - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Please don't go -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: