The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Partagez
- Please don't go -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathan E. Fuller
Modératrice
Nathan E. Fuller
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 760
Age IRL : 33
MessageSujet: Please don't go   Please don't go EmptyVen 12 Avr 2019 - 19:40
Please don't go.


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Où ça avait tant foiré au juste ? Dès qu'il avait tué ce mec, dès que cet abruti n'avait pas chopé sa chance de se barrer, parce que lorsqu'il remuait ce bordel dans son crâne, ce merdier de Renton, l'attaque des Ranchers et de leurs potes sortis de nul part, ça lui revenait forcèment. Il lui avait laissé une chance de se relever, de se barrer mais ce crétin avait préféré se jeter sur lui. Peut-être que ce gars voulait se prouver quelque chose, peut-être imaginait-il inversé la situation, le crever et ne pas claquer. C'était une possibilité, et à cet instant précis, face à lui Nathan l'avait parfaitement ancrée dans le crâne. Il aurait pu être ce type et ce type aurait pu être lui. Si les raisons de leur violence n'étaient pas similaires, en revanche leur rage de survivre était égale. A l'heure actuelle c'était sa façon de composer, de tenter de se défaire de ce qui n'avait d'existence que dans son crâne d'abruti. Il avait buté un gars et s'il imaginait n’écoper de rien d'autre qu'une conscience légèrement malmenée, quelques flashs brutaux lorsqu'il fermait les paupières, il devait admettre qu'il avait sous estimé sa force mentale. C'était bien beau l'assurance, la tchatch, le bagout mais qu'en devenait il de ce masque, cette cuirasse friable, lorsque les faits dépassaient l'essence même de ce que vous étiez ?

Avant ça, avant que le monde ne s'écroule aux mains des charognes, le trentenaire n'était qu'un journaliste sans véritable talent, tout juste bon à parasiter ses collègues pour se faire valoir, à peine doué pour emballer une nénette, tout aussi vile que lui, pour lui piquer ses idées tandis qu'elle profitait du fric qu'il avait sur son compte. Nathan n'avait jamais manqué de rien, il avait toujours su mener sa barque entre soirée, alcool et nanas, le fric hérité de papa maman, palliant à leur manque de considération pour son compte, aidant à mener un train de vie qu'il n'imaginait pas changer du tout au tout. Aujourd'hui il était là, la marque violacée à son œil s'estompant peu à peu, tout comme les griffures sur ses bras, ses mains, à errer dans les avenues humides d'un endroit qui jadis lui aurait plu mais qui, à l'heure actuelle, l'invitait à remuer tout ce qui n'allait pas, ce qui n'allait plus et qui, finalement, n'avait jamais été dans son existence. L'argent faisait pas le bonheur, les sourires et l'assurance en masque non plus et ce qui aurait pu le rendre heureux, s'il s'y était attardé, s'il l'avait choyé comme un véritable diamant, aujourd'hui devait le haïr et être effrayée à la simple idée de le voir passer le seuil devant lequel il venait de s'arrêter.

La capuche du sweat sur ses mèches brunes, Nathan serra la doublure de ses poches de jeans en fixant les gens qui allaient et venaient depuis le dispensaire vers l'extérieur, et inversement, la veste de cuir était trempée malgré les gouttes de pluie qui y roulaient encore. Elle devait avoir peur, elle devait le détester, pourtant la seule envie qu'il avait là, c'était de lui parler. Un rictus amer fila ses lèvres, parce que c'était le comble, qu'il avait fallu ça pour qu'il désire mettre un terme à des mois de silence. Des mois de silence qui avaient failli lui coûter la vie... Leur coûter la vie. Y avait pas qu'elle, y avait ce qu'il n'imaginait jamais exister dans cette vie et encore moins dans la précédente, son enfant, leur enfant. En y songeant, il déglutit et se figea en voyant un type, inconnu au bataillon, passer la porte pour mieux le dévisager en retenant le battant. Vous rentrez ? What ? Le regard suspicieux du mec n'avait rien d'un jugement, s'agissait juste d'une putain de question, une putain de question ordinaire que les gens ordinaires et polis se posaient par soucis du confort d'autrui. Il opina juste, pinçant les lèvres avant de fondre dans le premier corridor, la tête baissée jusqu'à cette chambre là. Elle était là, les yeux fermés, elle dormait sans doute et peut-être qu'en un sens, il valait mieux ça que lire une certaine terreur dans son regard encore piqueté de sang, par sa faute.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
May L. Goldenberg
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Desert Eagle de Zack, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1240
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Please don't go   Please don't go EmptySam 13 Avr 2019 - 19:27
Dormir. C'était un concept encore plus ridicule qu'avant. May n'y arrivait toujours pas. Elle avait l'oreille attentive en permanence, les yeux agités derrière ses paupières closes. À toutes les heures, elle se réveillait. Parfois dans une stupeur sans nom, le souffle court, sentant encore ses doigts qui l'étouffait. Les médecins de l'endroit avaient remplacé le masque d'oxygène par des lunettes nasales, question de confort. Son état s'améliorait, de toute façon. Enfin, il fallait le dire vite, mais elle allait tout de même mieux qu'à son arrivée ici. De combien de doses de calmants avait-elle eu besoin, déjà? Tout un tas. Rien ne l'apaisait. De temps en temps, elle passait les doigts sur son cou violacé, enflé. Comme pour se rappeler que c'était réel. Putain, qu'est-ce qu'elle aimerait revenir en arrière. Peut-être que si elle ne s'était pas énervée, peut-être que si elle n'avait pas insisté, les choses seraient différentes.

Mais voilà, Cendrillon était comme ça. Elle n'allait pas s'excuser d'avoir chercher à l'aider. D'avoir voulu redevenir ce qu'elle croyait être pour lui. Alors pourquoi se sentait-elle si mal? La petite soupira, le cerveau bouillant d'un trop plein de pensées qui ne faisaient pas le moindre sens. Elle voulait comprendre, plus que jamais, si vraiment il y avait quelque chose à comprendre. Elle était hors d'elle, bien entendu. Ce pauvre crétin aurait pu la tuer. Les tuer. Elle s'en voulait aussi de ne pas avoir été capable de se défaire de son emprise. Mais la princesse ne pouvait pas se mentir; il l'avait toujours eu, cette emprise - physique ou pas. Et peut-être avait-il profité du fait qu'elle en était trop stupidement amoureuse. C'était même plus que ça. Liv ferait n'importe quoi pour lui... Encore aujourd'hui? La question se posait.

Le son régulier du moniteur cardiaque ne la dérangeait plus. C'était la seule chose qui lui confirmait qu'elle était encore en vie. Parce que parfois, elle en doutait. Oui, et les autres seraient probablement outrés de l'entendre dire une telle chose suite aux événements, mais Liv ne savait plus qui elle était, sans lui. Il était devenu une partie d'elle-même, elle avait besoin de lui. Et malgré toutes ses craintes, la blonde ne pouvait pas cacher qu'il lui manquait, malgré tout. Qu'elle voulait toujours entendre ses explications, qu'il lui donne une excuse, une raison de croire qu'il n'était pas qu'un sombre con. Autant pour ce qui s'était produit avec Morgan que pour les gestes sordides qu'il avait eu à son égard. Elle voulait revoir ses yeux à lui, pas les yeux qu'il avait eu quand... Un haut le coeur lui traversa la poitrine, les images revenant hanter son crâne trop lourdement. Se sentant trahie, épuisée, May n'était clairement pas dans son assiette - et qui le serait. Mais la seule personne qui pouvait panser son coeur était aussi la plus dangereuse pour elle. Il n'allait certainement pas se pointer ici, de toute façon. Le brun n'avait rien à foutre de son état; il la préférait morte. Vicky et le pilote, eux, étaient resté à son chevet pendant de longues heures, jusqu'à ce que les médecins les force à partir. Peut-être était-ce mieux ainsi. La princesse ne voulait pas être un quelconque fardeau pour personne, et elle avait besoin de réfléchir. Se retrouver dans tout ça, parce qu'elle était vachement perdue. Détruite, même.

Dans tous les cas, quelqu'un s'approchait. Ses yeux s'ouvrirent aussitôt, presque trop rapidement, alerte. C'était lui. Lui qui causait à l'instant un bordel incroyable dans sa tête. Elle ne savait tout simplement pas comment elle devait réagir. Sans s'en rendre compte, elle avait agrippé la cloche d'appel qu'on lui avait donné pour avertir le personnel soignant en cas de malaise, sans toutefois appuyer dessus. Ses billes claires, toujours sanguines, le fixait. Le moniteur cardiaque s'emballait. Il était venu faire quoi, ici? Finir le travail? Oh, elle voulait bien se donner un air de dure à cuire, mais elle n'y arrivait pas. Elle était craintive, ça se sentait dans sa façon de se déplacer du côté opposé du lit, mais Liv n'arrivait pas à en avoir peur totalement. Et merde, elle avait juste envie de le retrouver, comme avant. Son Nathan. C'était trop difficile de le voir comme ça, le visage assombri autant par la capuche de son sweat que par ce qui pouvait bien lui vriller le cerveau. Avait-il seulement le droit d'être ici? "Qu'est-ce que - "

Fuck, ses cordes vocales ne voulaient pas coopérer, là. Elle avala sa salive, péniblement. "Qu'est-ce que tu fous ici... " articula-t-elle d'une voix rauque, avec peine. Non, elle n'allait pas pleurer.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
Modératrice
Nathan E. Fuller
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 760
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Please don't go   Please don't go EmptySam 13 Avr 2019 - 20:13
Please don't go


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Il avait le droit d'être ici au fait ? L'idée lui traversa le crâne bien trop rapidement pour qu'il y réponde, mais sûrement que non, sûrement qu'étant donné le foin qu'avait fait Lance dans la baraque, ce dernier avait réitéré dans le coin. Peut-être bien en y songeant qu'il avait cru que le gars, sur le seuil, attendait de crier « alerte ». C'était pas le cas, ce type avait simplement était poli, mais sans doute que le fait qu'il n'avait pas retiré la capuche de son sweat, qu'il imaginait le protéger de la flotte, était pour éviter au panel de docs de le dépeindre comme un putain d'assassin en herbe. T'en es un quand même. Exact, et même si sa conscience n'avait plus le timbre de l'autre paysan mort et enterré, que ça la rassurait grandement de plus voir sa sale gueule traîner dans le coin, sa propre voix intérieure avait entièrement raison. Le « en herbe » n'avait pas sa place ici, il était juste un putain de tueur et avait bien failli la tuer elle, eux. Ses yeux glissèrent de ses traits à ce bébé qu'il verrait peut-être jamais, au moins elle avait encore son ventre rond, il pouvait au moins apaiser sa conscience bien lourde du fait de ne pas avoir anéanti l'existence naissante qu'ils avaient créé à deux. A défaut, même si May vivait, que le bébé avait survécu, il l'avait sûrement flinguée moralement. Elle garderait ça en tête, et ce qu'il savait se produire dans quelques temps, parce que Zack et Morgan leur en avaient parlé en évoquant une sorte de réunion le lendemain, lui foutait une trouille monstre. Sa jolie blonde pourrait encore rester ici, sans lui. Mais pourquoi partir dans ce cas ? Uniquement parce qu'il ne supportait pas et plus les lieux, parce qu'il ne s'adaptait pas et parce que cet endroit demeurerait le point de départ aux souvenirs lugubres et terribles qui dataient de même pas vingt quatre heures.

Nathan avait peu dormi, trop peu, néanmoins ce que lui avait filé Ansel, sous le regard bienveillant de Cole, lui avait permis de souffler, de faire taire ce qui n'avait jamais existé que dans son crâne de barge. Il aurait dû parler avant, aurait dû faire pleinement confiance aux siens, malheureusement en la dépeignant là, les paupières closes et le cou tuméfié par ses propres mains, le journaliste savait avoir réagi trop tard, bien trop tard... Prêt à décamper il entrouvrit les lèvres quand elle ouvrit brusquement les yeux. En un rien de temps, et même s'il ne bougea pas d'un iota, la blonde était agrippée à la commande d'appel et déjà à s'éloigner du bord du lit duquel il était le plus proche. Sa voix portait elle aussi les stigmates de sa brutalité lui arrachant un soubresaut cardiaque des plus désagréables. Elle avait peur de lui et bordel comment aurait-il pu en être autrement ? Malgré tout, il colla doucement les mains dans les poches de son jeans et jeta un œil dans le corridor avant de revenir la toiser elle. Il avait vraiment pas le droit d'être dans le coin, pour elle mais aussi parce que tous ces cons avaient des lois tout aussi conne qu'était froide leur tête pensante.

Morgan l'avait prévenu, elle lui avait pourtant dit qu'elle allait bien, qu'elle se reposait, mais c'était plus fort que lui. Il avait besoin de s'en assurer. Pour apaiser le poids contre son cœur ? Peut-être mais surtout parce que depuis le temps, depuis qu'il la délaissait pour pas la blesser, pour pas qu'elle pense qu'il n'était qu'un barge de plus sur une île de tarés qui pensaient pouvoir vivre comme quand tout allait bien, elle lui avait manqué. Aujourd'hui, sous médocs, il le sentait ce trou béant dans sa poitrine, ce manque d'elle, d'eux. Puisque avec le traitement les maux irréels s'engourdissaient, ils laissaient la place à cette douleur qu'il avait jamais ressenti avant de tomber pour elle.

- J'voulais juste voir ….. si, … enfin te voir. Que pouvait-il lui dire d'autre ? « J'suis désolé ? » Il aurait pu en rire s'il avait pas s'agit de lui, d'elle, d'eux, ouais il aurait pu se marrer neuf mois plus tôt quand il ne se souciait que de sa petite personne, de son quotidien à l'image de sa vie d'avant sans la thune et le reste. Mais, 'fin ouais c'pas une bonne idée j'veux pas ….... t'foutre la trouille ou, bordel ton cœur bat vite. Le bip du monitoring semblait se calquer sur son propre rythme cardiaque et ça lui rappelait ces moments où ça allait bien, où il s'abandonnait à elle juste à elle et où son palpitant battait fort, vite, uniquement parce qu'elle nourrissait des sentiments qu'elle aurait jamais dû avoir pour un connard tel que lui. May était une chouette fille, il l'avait capté en même pas dix secondes, à peine avait-il croisé son regard la première fois quand Vic l'avait ramenée. Et tout ce qu'il avait fait d'elle avait plus rien à voir avec cette fille qu'il savait pas être faite pour lui, trop bien pour lui. S'tu veux j'm'en vais, tu choisis, c'toi qui choisis pour moi, pour toi now, Beloved. Ce dernier mot frémit dans le creux de sa trachée. C'était ridicule, aussi ridicule d'avoir cru qu'il serait bon pour elle.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
May L. Goldenberg
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Desert Eagle de Zack, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1240
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Please don't go   Please don't go EmptyDim 14 Avr 2019 - 8:06
Il voulait juste la voir? Pour constater sa tentative de meurtre ratée? Il avait plus envie de la tuer, maintenant? Chouette. Ça reviendrait quand, alors? C'était peut-être pas une bonne idée, comme il disait. Et pourtant, la princesse voulait qu'il reste, elle ne pouvait ni le nier, ni l'expliquer. Elle tourna la tête vers le moniteur lorsque Nate mentionna son rythme cardiaque, presque frustrée que la machine trahisse ses petits secrets. Or, Liv n'avait aucune réaction jusqu'ici, comme figée par tout ce qu'elle devait encaisser depuis les dernières 24 heures. Mais la princesse baissa la tête quand il prononça le mot de trop, ce surnom qu'elle aimait tant, tandis que sa crinière dorée recouvrait momentanément son visage éprouvé. Elle passa les mains sur ses traits, avant de poser douloureusement les yeux sur le journaliste. Un soupir étouffé s'échappa de ses lèvres. Qu'il parte, allez. C'était pas comme s'il ne l'avait pas déjà abandonné, en un sens. "Reste." dit-elle de façon presque inaudible vu l'état de sa gorge. Putain, elle n'était qu'une pauvre tarée, trop faible et affreusement sotte. Vicky lui casserait les deux jambes pour moins que ça. Et Lance aussi.  

Mais s'il croyait pouvoir s'en sauver à nouveau, avec ses excuses à la con, il se mettait le doigt dans l'oeil. Il allait l'affronter et parler, merde. Et pour lui prouver qu'elle avait peut-être plus de couilles que lui, Cendrillon s'étira juste un peu pour déposer la commande d'appel sur la table à côté - lentement, très lentement. Qu'est-ce qu'il pourrait lui faire, ici, de toute façon? Elle ne le quittait pas des yeux, se redressant un peu dans le lit - enfin, du mieux qu'elle le pouvait. Et la miss était mal barrée, parce qu'elle avait autant envie de lui crier dessus que le prendre dans ses bras. "T'crois pas que, pour une fois, tu pourrais faire face à la musique? J'mérite pas d'explications?" Le timbre de sa voix était peut-être absent, mais les mots, eux, étaient froids et tranchants. Il voulait qu'elle choisisse? Voilà, elle venait de le faire.

Ses billes claires plongées dans les siennes, May exigeait silencieusement des comptes. Et peu importait si elle était dure à suivre. Oui, la blonde semblait l'engueuler, lui cracher son venin, pour ensuite s'adoucir et essayer de comprendre, mais que pouvait-elle y faire, face à ce foutoir immonde? Dommage, il n'y avait pas de mode d'emploi pour survivre à ce genre de situation complètement déjantée. Ultimement, Nathan savait très bien ce qu'elle espérait, au fond. Goldenberg demeura songeuse, un instant, avant de reprendre. "Tu... T'veux plus de moi, j'ai compris, mais what the fuck was that, sérieusement?" Sa voix était tellement rauque qu'elle porta automatiquement la main à son cou, comme si le geste allait améliorer quoi que ce soit. Elle essaya de se racler la gorge avant de continuer, sans trop de succès. "J'ai... besoin de savoir. Avant que tu, que je..." Avant qu'ils ne se quittent? Probablement. Sauf qu'elle ne le regardait plus, dorénavant, incapable de retenir ses larmes, se remémorant la scène encore et encore. Ses traits enragés, au-dessus d'elle, qui suffoquait. Peut-être regrettait-elle la cloche d'appel placée plus loin, finalement. Non, elle allait continuer, et passer par-dessus ses doutes si aliénants. Tout irait bien. Tout irait bien.

Mais ça n'allait pas. Lively ne savait plus du tout comment contenir sa peine. Et elle n'était pas douée pour mentir, surtout pas à lui, malgré tout. Peut-être avait-elle cru, naïvement, que de le revoir lui ferait du bien. Qu'il saurait quoi lui dire. Quand allait-elle apprendre, hein? Sentant sa respiration s'affoler, Cendrillon se mit à tousser durant de longues secondes, peinant à s'arrêter. Exaspérée - autant de sa condition que d'avoir pleuré toutes les larmes de son corps et de ne pas encore être à sec - la tête de pioche retira l'oxygène de son nez, lançant la tubulure un peu plus loin avec une certaine agressivité. Tant pis si les médecins n'étaient pas contents. Elle ne devait plus en avoir besoin de toute façon, si? Rien à foutre, ce truc était vachement inconfortable quand tout ce qu'elle était capable de faire c'était de pleurer et de tousser, là, tout de suite. Et puis, Nate n'avait pas besoin de la voir comme ça. Elle se faisait déjà assez pitié à elle-même.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
Modératrice
Nathan E. Fuller
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 760
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Please don't go   Please don't go EmptyDim 14 Avr 2019 - 16:58
Please don't go


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Il savait même pas ce qu'il était venu foutre ici en réalité, il avait plus aucun droit sur elle et, finalement, n'en avait jamais eu. Et la contempler là, prête à bondir hors du plumard au moindre de ses pas, au plus futile de ses gestes, lui foutait une haine pas permis concernant son propre compte. Rien que le blanc de ses billes claires, injecté de sang, l'hématome violacé à son cou, sa voix rendue rauque par la strangulation, tout ça suffisait à lui faire prendre conscience de la merde dans laquelle il s'était mise et le danger dans lequel il l'avait enterré elle à ne pas lui parler, à se taire, à se penser plus fort que son putain de mental mité par un acte qu'il n'imaginait pas le flinguer autant. C'était pourtant pire de la voir le fuir, de lire cette terreur particulière dans son regard, de l'entendre même biper depuis le monitoring placé à côté du lit. Même si ses traits n'avaient pas trahi sa crainte, son cœur, audible sur cette machine, le faisait pour elle. Nate redressa machinalement le bras, les doigts jusqu'à sa capuche pour la virer de ses traits et juste ce simple geste, cette simple action, activa davantage le palpitant de la blonde. Valait mieux qu'il se tire ouais. Et pour le reste ? Lui et elle, lui et eux ? C'était fini, elle lui pardonnerait jamais et il lui donnait pas tort une seconde, c'était juste fini et bientôt elle pourrait refaire sa vie avec un type fait pour elle, pas un sale enfoiré qui préférait gérer seul que demander l'aide des siens parce qu'il perdait la carte.

Reste, il déglutit, pourtant prêt à se casser, avant de fixer ses doigts fins qui abandonnaient le truc pour appeler le ramassis de docs présent dans le coin. Okay, elle faisait encore un pas vers lui alors qu'il reculait sans arrêt avec elle. Bordel de merde, ça lui sautait aux yeux là. May demandait juste qu'il lui mente pas, qu'il soit près d'elle, qu'il lui parle et s'ouvre, lui s'il parvenait à sauter des putains d'étapes pourtant nécessaires au bon fonctionnement d'un couple, il reculait de dix mètres ensuite. Au final il stagnait même pas, il s'enlisait et la blessait elle. Un soupir fila sa gorge tandis qu'il passait la langue contre ses lèvres en redressant péniblement ses orbes sombres vers les siennes. Il aurait pu lui balancer une connerie en temps normal, pourtant là, rien lui venait, rien sortait, il était mort à l'intérieur quand il avait posé les mains sur elle pour autre chose que l'aimer.

Un « si », presque inaudible se fit la malle, mais Mai l'entendit pas, son cœur devait faire un bordel monstre dans ses tempes parce qu'elle lui laissa même pas l'occasion de poursuivre, muant cette froideur apeurée en une douceur mélancolique qu'il méritait pas bordel. Ce qu'elle pensait lui fit un putain de mal, mais vraiment, parce qu'à présent et avec l'aide de ce qu'Ansel voulait le voir prendre à heure précise, il avait plus de cuirasse pour se protéger. Nate était comme à vif face aux sentiments des autres, à leur peine, et surtout à ses saloperies d'erreurs de merdes qui provoquaient toute cette putain de peine. Will avait raison, il était toxique, un poison dont on pouvait plus se passer mais qui vous faisait crever à petit feu. J'ai besoin de savoir avant que tu... Qu'il se barre, qu'ils rompent ? Son cœur en pulsa comme un débile mental, finalement ça allait de paire avec ce qu'il était devenu, et peut-être bien ce qu'il était depuis toujours, un pauvre con. Prêt à l'ouvrir, là encore il fut stoppé par la blonde qui partait dans une quinte de toux qui lui faisait mal à sa place. Là, même s'il savait qu'elle avait peur, qu'elle le craignait, Fuller approcha et vira les mains de ses poches pour agripper le verre d'eau sur le chevet. A peine redressa-t-elle ses yeux brillants, à peine recula-t-il d'un pas pour lui tendre le récipient alors qu'elle venait de retirer ce qui lui permettait sans doute de respirer mieux.

- T'devrais pas l'garder ? Bien sûr que si pauvre naze, mais tu la connais même si t'es pas foutu de la laisser te connaître par cœur pour son bien, sa santé mentale et celle d'ton gamin à venir. Le verre tendu vers elle, il dévia les yeux de ses traits livides et fixa la courbe ronde de son ventre. Il ou elle, allait bien ? Est-ce qu'il devait lui demander ou fermer sa gueule ? le ….... 'fin il va bien ? Là encore le trentenaire ravala difficilement sa salive, reculant la main débarrassée du verre quand elle l'agrippa, comme si la toucher allait vraiment la tuer cette fois. Pourtant avant qu'elle réponde, Nate sentit ce truc chaud, humide, se barrer d'un de ses yeux et l'écrasa avant de laisser les doigts libres dévaler ses traits. J'suis pas bien d'puis là-bas, depuis ….... J'suis, enfin j'voulais rien d'te dire parce qu'je suis qu'un p'tin de bâtard égoïste, que j'avais la trouille qu'tu t'barres et ….......... Pour où ça m'a m'né. Un rictus chevrotant fila sa gorge. T'pas fautive, c'pas ta faute c'juste moi et mes conneries, j'déconne complet enfin, Ansel m'a collé sous médocs j'ai …......... Damn', j'pas d'excuse, je peux pas t'dire désolé, ça changerait rien. J'peux pas excuser c'qu'est pas excusable. Mais, j'voulais pas te …...... vous faire du mal May, si tu m'crois pas c'est rien, s'tu veux plus...... Alors bien fait pour ma gueule, j'te mérite pas, enfin j'vous mérite pas.


made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
May L. Goldenberg
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Desert Eagle de Zack, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1240
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Please don't go   Please don't go EmptyDim 14 Avr 2019 - 20:16
Nathan s'approchait. Les yeux de May étaient rivés sur ses mains, observant ses moindres faits et gestes. Ces mêmes mains dans lesquelles elle glissait les siennes auparavant, comme si elles y avaient toujours eu leur place. Elle leva enfin les cils vers son visage, et le simple fait qu'il recule lui montrait bien qu'il avait peur qu'elle panique. Mais elle agrippa le verre de flotte, avec hâte, de un pour ne pas entrer en contact avec sa peau, et de deux parce que c'était sa seule option, l'unique solution qui pouvait possiblement calmer sa gorge brûlante, l'espace d'un instant. À chaque respiration, c'était comme si l'air qui entrait et sortait laissait une trace de plus, la laissant à vif. Enfin, l'eau aidait un brin, assez pour se calmer. Et il le fallait, parce qu'une infirmière venait vérifier ce qui se passait, à la vitre de la porte close de la chambre, probablement alertée par son boucan. Tout de suite, elle lui avait fait un signe de la main, pour lui dire que ça allait, et la soignante s'était éclipsé, plus ou moins satisfaite. Toujours était-il, la blonde avait été parfaitement capable de fusiller le brun du regard à sa suggestion de garder l'oxygène. C'était pas lui qui décidait. Pas aujourd'hui. Même l'infirmière avait pas cru bon de lui dire. Enfin. Elle voyait mieux ses traits, maintenant, aussi elle remarqua facilement quand son regard sombre glissa à son ventre, pour demander si le bébé allait bien.

Et en fait, elle n'en savait rien. La veille, elle avait refusé tout soin qui pouvait concerner de près ou de loin le foetus. Parce qu'il n'était pas là, qu'il ne le serait plus. C'était trop difficile, et la princesse n'avait pas la force de quoi que ce soit, à ce moment-là. Ne fallait-il pas qu'elle aille mieux pour que le parasite survive, à la fin? Ceci étant dit, la petite savait tout de même que la crevette allait passablement bien, tout simplement parce qu'elle pouvait la sentir bouger. Et même si elle ne voulait peut-être pas se l'avouer, ça l'avait rassuré. Ils allaient survivre à ça, ensemble. Il n'y avait plus qu'eux, maintenant, non?

Mais Fuller avait reprit, la sortant de ses songes. Il essayait de lui expliquer qu'il n'était pas bien depuis Renton. Et elle, alors? Ce n'était pas un secret que tout le monde voulait un peu s'éclater la tête sur les murs de Fort Ward, non? Enfin, presque tout le monde. Il pleurait, là, et ça lui tordait le coeur. C'était pas sa faute, qu'il disait. Elle n'avait rien à se reprocher. Vraiment? May n'était pas certaine de comprendre, elle avait du mal à le suivre. Sous médication? Cendrillon le fixait, mais pas avec la méfiance qu'elle avait eu jusqu'ici, pour l'épisode du verre d'eau. Non, elle était confuse, tentait de saisir le sens de ses mots, sourcils froncés. Il ne disait pas tout, clairement, et voulait même pas tenter de s'excuser. Et s'il n'avait jamais voulu lui faire de mal - leur faire du mal - alors pourquoi diable l'avait-il fait?

La miss laissa le silence s'imposer, essayant d'intégrer les paroles de celui qu'elle aimait encore beaucoup trop du mieux qu'elle le pouvait. Et un seul constat s'imposait à elle: Nathan n'avait rien compris. Il n'était pas foutu de lui parler comme un adulte, même pas foutu de lui donner ce qu'il lui devait. Et ça la mettait encore plus en rogne. Incapable de se détendre, elle avait frissonné dans son lit, de rage et de déception, visiblement. Comme si son corps la mettait en garde, se remémorant les souvenirs douloureux qui étaient imprimés dans sa caboche à jamais, mais que son coeur lui disait de continuer. Qu'il valait la peine d'essayer. "Pourquoi tu veux savoir comment va la crevette alors que t'as voulu me... nous-" Elle n'arrivait pas à continuer. "Alors que c'est pour ça que, que..." Qu'il avait pété les plombs? Qu'il avait voulu la tuer? Ça ne servait à rien, elle n'arrivait pas à le dire.

La colère reprenait le dessus, là. Ce n'était pas évident de garder son calme. "T'sais quoi, Nate..." Juste de prononcer son nom lui trouait le bide.  "Va t'faire foutre." Okay, c'était probablement pas très crédible parce que ça sonnait plus comme une plainte qu'une réelle insulte. Le ras de ses cils devenait humide à nouveau.  "Après tout ça, t'es encore en train de faire comme t'as toujours fait, t'essaie même pas de... De réellement m'expliquer, tu-" Sa voix déraillait encore plus, là.  "Si j'compte pas assez pour que tu puisses me parler, alors dégage. Je.. J'sais que c'est c'que tu veux, de toute façon." Sa poitrine se soulevait violemment, plus anéantie que jamais. Elle ferait quoi d'un gosse, sans lui? May replia les jambes vers son thorax, du mieux qu'elle le pouvait dorénavant, posant le front sur ses genoux en cerclant ses bras autour de ceux-ci, comme pour se cacher. Pour pleurer tranquille. Elle murmurait, pour elle même plus que pour lui, comme une dingue.  "Pourquoi t'as fait ça... Pourquoi t'as fait ça."
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
Modératrice
Nathan E. Fuller
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 760
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Please don't go   Please don't go EmptyDim 14 Avr 2019 - 21:48
Please don't go


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Ca suffisait pas, pas vrai ? C'était pas suffisant et il en avait conscience. Rien de ce qu'il dirait, toutes les putains d'excuses du monde, même fiévreusement pensées, changeraient rien. Il avait failli la... Les tuer, rien que ça le démolissait davantage qu'il sentait les murs de son mental s'effritaient depuis des mois. Les larmes, Nathan les retenait plus, il les sentait quasiment pas dévaler ses traits, s'écraser contre le col de son sweat, tout ce qu'il voulait, tout ce dont il avait besoin était là, devant lui, meurtri et blessé par ses propres actes inexcusables. Parler, il avait jamais su le faire, du moins parler de ça, de ce on qu'il avait jamais vécu avec une autre qu'elle. Prendre soin de sa gueule, nourrir ses exploits débiles et profiter pour son seul compte, égoïstement, ça il savait faire, mais personne avait dit que c'était la meilleure manière de vivre. Personne lui avait dit que c'était juste de la poudre aux yeux, du futile, que ça n'importerait jamais ni n'aurait d'impact positif dans son avenir. Ouais, personne l'avait guidé, personne l'avait jamais fait sauf..... May... Lâcha-t-il, tentant de la couper alors qu'elle parlait de son acte, de l'irréparable commis la veille, de ce qu'il ne voulait pas lui faire, de ce qu'il parvenait pas à lui avouer parce qu'elle pourrait pas comprendre, parce qu'il se demandait même si Morgan avait vraiment pu comprendre. Cole a pigé, sans quoi tu serais sans doute plus là, plutôt la cafetière trouée qu'aurait r'tapissée l'mur de votre piaule. Sans doute ouais, cependant quand elle évoqua que la raison de son geste était l'enfant qu'elle portait, leur enfant, son cœur fit une embardée de dingue et sa trachée se serra comme jamais elle ne s'était serrée.

C'était pas ça bordel, pourquoi est-ce qu'elle le pensait con, vile au point de pas désirer ce gosse ? Pourquoi putain ? Parce que t'as été un sale con avec Vic, et qu'elle a dû bien parler avec elle. Peut-être, néanmoins c'était Victoria qui avait chié en avortant sans lui dire, sans lui parler de leur connerie, parce que ouais avec Raven, ce n'était qu'une connerie mais qu'il l'aurait assumé si elle lui avait collée sous le nez. Nathan avait jamais pensé à être père, jamais pensé le devenir mais quand la blonde lui avait dit, il avait sentit ce petit pincement space contre son cœur, ce truc étrange mais d'une chaleur si différente, si douce et agréable, qu'il avait juste imaginé ce que ce serait, comment il gérerait. Elle il l'aimait contrairement à la pigiste, il la désirait, ce qu'elle abritait dans le creux de ses entrailles c'était eux, elle et lui, suffisant pour qu'il aime déjà cette crevette comme elle venait de le dire.

Vas t'faire foutre. L'impression de manger une droite en plein plexus lui coupa la respiration. Quel tort pouvait-il lui donner, comment la blâmer après tout ça ? La seule crainte qu'il eut, sans savoir si c'était encore possible, c'était qu'elle puisse demander à ce qu'on lui arrache la vie de ce petit, qu'elle fasse la même chose que sa pote, que sa pote qui considérait ni rien, ni personne et avait préféré se la jouer en solo. Fallait pas qu'elle fasse ça, parce que même si elle lui revenait pas, elle serait une bonne mère. Juste sa douceur, son inquiétude... Nathan recula d'un pas, lèvres pincées, mal, encore plus mal que lorsqu'il avait décidé de venir faire un tour dans le coin pour être sûr, simplement sûr qu'elle allait bien. Elle comptait mais elle le savait pas, parce qu'un je t'aime suffisait pas, parce qu'il savait pas lui expliquer les choses, parce qu'il était pas foutu d'affronter l'inconnu et se débarrasser de ses craintes, parce qu'il pensait que le faire l'affaiblirait aux yeux des autres. Pourtant les autres il s'en était toujours tapé, complètement, mais elle.... May avait ouvert une faille dans sa putain de poitrine et désormais il était plus apte à piger ce qui était vraiment important. Mort intérieurement, il tourna les talons. C'était ce qu'elle voulait, c'était ce qu'il avait à faire de mieux. T'es sûr ? Fuir c'est mieux, tu sauras avancer encore sans elle, en sachant rien d'ton gamin, en sachant pas si elle va bien ou s'ils vont bien tous les deux ?

- No. Souffla-t-il trop bas pour qu'elle l'entende avant de se retourner. C'était maintenant, maintenant ou alors il allait la perdre, totalement, sans avoir essayé d'améliorer les choses, sans s'être vraiment battu pour elle. J'veux savoir parce que c'est mon gosse, parce qu't'es ma petite amie et qu'ça nous r'garde toi et moi May, pas Walker ou encore Raven ta grande pote. Elle s'en bat de ce bébé, lui j'sais pas et j'm'en cague sévère, l'seul truc d'bien pour l'quel j'le r'mercierai jamais assez c'est d'm'avoir arrêté. Il tremblait, le regard noir, mais empli de larmes, alors qu'il revenait serrait la rambarde du lit qui devait être redressée depuis la nuit, simplement pour lui éviter de choir de ce putain de matelas où elle aurait jamais dû être clouée. C'mon enfant, mieux l'notre, elle m'a privé d'ça y a plus d'neuf putain d'années bordel, parce que j'l'aimais pas, parc'que je l'ai jamais aimée parc'que ......... Il serra à craquer le métal froid sous ses doigts. C'était pas de la colère plutôt de la mélancolie, dure et profonde, la vérité qui lui éclatait en pleine gueule comme une saloperie de bombe à retardement dont le compte à rebours était enfin arrivé à zéro. J'ai jamais aimé qu'toi, y en a jamais eu d'autres capables d'me défoncer l'coeur, d'me foutre la trouille parce que ouais p'tin, j'ai peur d'où ça m'mène et, y a jamais eu aucune autre nana à qui j'ai eu aussi peur d'parler du fait qu'j'voyais un putain de mort, depuis des mois. Parce que j'suis juste un sale bâtard qu'avait peur d'perdre la seule chose qui compte autant pour lui. Toi et …... Lui. Tout était sorti, d'une traite et s'il se sentait léger, ce n'était que parce que le vide venait de remplacer les maux qui faisaient douloureusement battre son cœur. ....... mais c'juste putain d'useless maint'nant, j'suis bien trop con pour prendre conscience des trucs quand il faut.

Ses yeux croisèrent les siens, son cœur battait bien trop vite, malgré tout, malgré ce qu'elle penserait, ce qu'elle ressentirait, c'était peut-être la dernière fois qu'il le faisait. Le journaliste se pencha vers elle, pressa les lèvres sur les siennes, ramenant rapidement une de ses mains contre sa joue avant de se dégager pour glisser, tristement, un baiser de souffrance sur son front.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Please don't go   Please don't go Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Please don't go -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: