The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -13%
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
Voir le deal
20.95 €

Partagez
- Evil never sleeps -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Evil never sleeps   Evil never sleeps EmptyMar 9 Avr 2019 - 2:17

Comme si cet endroit ne semblait déjà pas totalement hors du temps -de ce temps de survie-, l'électricité était désormais permanente. Un avantage non négligeable et plus qu'appréciable à dire vrai mais, comme pour chaque marque de confort de cette île, l'ancien homme d'affaires y était réticent. Parce-que s'y habituer trop réduirait leurs anciennes habitudes, celles de la survie, ces mécanismes qui avaient été les leurs avant d'arriver ici. La vie qu'ils menaient à Bainbridge depuis quelques mois était-elle plus appréciable que celle à Renton ? Ou au phare ? Sur le papier oui, ça ne faisait aucun doute, mais sur le papier ce n'était pas ce qui leur permettrait de survivre. Bien sûr, l'extérieur était dangereux, mais fallait-il pour autant oublier qu'il existait ? C'était précisément ce qui arrivait ici, et cette impression s'accentuait de jour en jour. Ils en avaient discuté avec Morgan, avaient remis l'idée de partir sur le tapis. La Petite Cheffe accepterait, sous certaines conditions évidemment, mais ils pourraient retourner à la misère et la mort. Parce-que c'était ça, leur réalité, et pas une tour d'ivoire qui les préservait de ce qui d'une manière ou d'une autre, finirait par les rattraper un jour ou l'autre. Ce jour-là, mieux valait qu'ils soient prêts.

Malgré cette volonté, le quarantenaire tâchait de se rendre un minimum utile sur l'île, tant pour s'occuper l'esprit que parce-qu'il souhaitait garder quelques habitudes. Aussi, après avoir rendu une visite à la Russe en captivité au matin, il était allé monter la garde à l'un des postes prévus à cet effet. Ses prunelles claires s'étaient rapidement perdues sur l'étendue de flotte en face. Ça aussi, il commençait à mieux gérer, à un détail près : son chez-lui était bien trop loin, de l'autre côté de ce bras de mer. Avait-il seulement encore un ''chez-lui'' ? Sans doute pas, même si son appartement au Madison Park était ce qui se rapprochait le plus de cette appellation. C'était un peu chez-lui oui, mais ce n'était pas chez-eux. Et s'ils désiraient réellement partir d'ici, il leur faudrait savoir où aller, parce-qu'errer n'était pas une option acceptable. Il leur fallait quelque chose à eux, quelque chose où ils pourraient reconstruire quelque chose, où ils pourraient redevenir un sans avoir à se méfier de la moindre personne extérieure qui rôdait autour.

La journée touchant à sa fin, un militaire avait pris sa relève, lui permettant ainsi de retourner dans cette maison qui était la leur depuis leur arrivée ici. Ils étaient toujours soudés, n'avaient toujours pas pu s'émanciper les uns des autres -hormis Victoria qui semblait réellement se plaire ici, allant comme toujours au plus offrant-. Mais malgré tout, le blond avait le sentiment qu'ils n'étaient pas à leur place. Il avait essayé pourtant, de s'y faire, d'établir des contacts avec les habitants de l'île, mais force était de constater que les trop nombreuses pertes qu'il avait eu à essuyer avaient laissé leurs marques en lui, le laissant désormais fermé à tout nouvel attachement. Il n'était d'ailleurs pas le seul à peiner à se faire à ce coin. Morgan n'était pas bien. Nathan avait tout l'air d'une ombre qui évoluait parmi eux sans pour autant être vraiment .

C'est d'ailleurs ce dernier qu'il vit à peine fut-il entré dans le salon de la baraque. Arquant un sourcil, il lança un simple « salut » de circonstance en s'installant dans le fauteuil, déposant sur la table basse ses armes. Toutes hormis son fidèle poing américain, toujours logé dans sa poche gauche. Toisant le scribouillard quelques secondes, il inspira profondément. « Comment tu te sens ? » Une question qui écoperait sans doute d'un habituel ''bien''. Aussi, il se hâta de poursuivre : « Et ne me dis pas que ça va, Nate, je ne suis pas aveugle. » Si son ton était un brin froid, ses prunelles, elles, étaient empreintes d'une réelle inquiétude. Bien sûr qu'il voyait qu'il y avait un problème, mais il n'avait jusqu'alors pas pris la peine d'entrer plus en profondeur dans le sujet, notamment parce-qu'il y avait toujours quelqu'un dans les parages. Là ils étaient seuls, et l'aîné avait bien l'intention de creuser le fond du problème.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Evil never sleeps   Evil never sleeps EmptyMer 10 Avr 2019 - 13:16
Evil never sleeps


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


- Dam'n... Fuck you. C'était douloureux et vraiment dégueulasse.

Si sur le vif il avait quasi rien vu venir, mais qu'il l'avait parfaitement senti, désormais l'emprunte des phalanges repliées de Mayfield marquait son œil gauche d'une auréole noirâtre, prune peut-être, aubergine aurait sorti un décorateur d'intérieur. Non content d'avoir la gueule de biais depuis ce fameux ce soir, et la paupière complètement dans le sac, Fuller avait aussi remarqué la boursouflure qui accompagnait le coup. C'était comme avoir la chair à vif, suintante, comme si son pote lui avait pelé la tronche comme une vulgaire banane. Son pote, le mot même, et juste pensé, lui arracha un rictus mauvais. S'il avait été cul et chemise avec Will fut un temps, à l'heure actuelle le Californien avait certainement une grosse envie de le noyer dans le bras de mer qui léchait les bordures de l'île.

Il avait déjà merdé une fois aux yeux de l'ex clerc, même si ça le concernait pas vraiment, mais depuis que ses lèvres avait flirté avec celles de la rouquine là, en revanche, le blond était le premier concerné. Les doigts contre la plaie, face au miroir du hall, le journaliste siffla entre ses dents avant de jeter un œil vers les marches. Personne dans le coin, sinon cet abruti de pécore qui lui souriait encore. Je t'avais prévenu, faut bien un revers de médaille, la roue tourne toujours. Le trentenaire en roula des yeux, grimaçant parce que sa peau tirait de plus belle, puis se contenta de soupirer en relâchant le tube d'arnica choppé au dispensaire. Ça estompe physiquement, mais pour le psychique tu peux malheureusement rien faire. Sans blague, il le pensait con à ce point Casper, débile mais pas assez pour l'avoir raté le jour où sa lame lui avait sectionné la carotide ? Malgré tout, le journaliste l'ignora à contrario de ce qu'il n'ignorait pas le bouffer un peu plus depuis que Cole s'était quasiment jetée sur lui. Will lui en voulait, la rouquine osait à peine le regarder, May était toujours aussi distante... Ne lui restait pas grand monde pour vivoter, se coller la tête dans le sable à propos de ces problèmes de plus en plus présents, de plus en plus lourds tout autant puisque, tout comme elle le lui avait avoué à son tour, il merdait tout ce qu'il faisait.

Un soupir las quitta ses lèvres, et s'il rejoignit le salon ce ne fut que pour se laisser retomber dans l'un des fauteuils à dispo. Une jambe contre l'accoudoir, l'autre s'y croisant, il se garda d'arquer le sourcil gauche quand des pas résonnèrent dans la pièce. Paupières à semi closes, Nathan émit un faible rictus quant à la question de la grande tige qui revenait d'une garde, en témoignaient les armes qu'il venait d'abandonner sur la table basse et qui, sous l’œillade perfide du trou duc qui lui tenait lieu d'ennemi imaginaire, lui faisaient un grand sourire quant à ce qu'il pourrait régler, une bonne fois pour toute, s'il avait au moins le cran de se tirer une bastos en pleine tronche. Comment il se se sentait ? En toute honnêteté comme un putain de déchet, une loque humaine, un espèce de parasite qui malgré la sensation de faire chier le monde plutôt que de l'améliorer, s'ancrait fermement à lui avec la conviction qu'ignorer, se taire, ou encore coller un voile opaque sur ses emmerdes, lui permettrait de se sentir mieux à un moment ou un autre. Il en haussa les épaules, peu enclin à répondre ce fameux « bien » que Zack devait s'attendre à voir filer ses lèvres, mais sourcilla bien plus quand ce dernier lui coupa l'herbe sous le pied.

- Moi quasi en r'vanche. Lâcha-t-il, sur un ton plaisantin n'étant pourtant que de la poudre aux yeux, en tournant le faciès vers son interlocuteur. Sérieux Will avait une bonne droite, ça faisait des jours qu'il ne parvenait plus à ouvrir l’œil gauche. Après physiquement ça va, à part c'te merde qui m'fait m'sentir comme l'putain d'cyclope Polyphème. Physiquement ça allait oui, autant que faire ce pouvait, en revanche intérieurement, mentalement plus précisément, c'était un véritable merdier dont personne n'avait conscience. Mieux valait se taire, davantage ici où la plupart des mecs présents les pensaient barges, avouer ses torts et avoir besoin d'aide c'était comme se coller un gros panneaux « Débile » sur la gueule. Mouais, ça va, j'me fais juste chier à cent sous d'l'heure dans ce bled de merde, j'ai juste envie d'me tirer. Ça passerait, comme une lettre à la poste. Ouais, fallait que ça passe, parce que Zack était peut-être le seul de la baraque à encore lui adresser la parole pour autre chose que l'emmerder avec ses torts, ses erreurs, et ce qu'il semblait ne guère assumer à propos de May.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Evil never sleeps   Evil never sleeps EmptySam 13 Avr 2019 - 11:49

La pseudo-plaisanterie du journaliste n'arracha pas le moindre sourire au blond qui se contentait de fixer l'état de son œil franchement amoché. Il l'avait remarqué oui mais n'avait jusqu'à présent pas cherché à en savoir plus. Si Nathan s'attirait des noises ce n'était sans doute pas pour rien et, s'il avait toujours placé la parole des siens avant le reste, Zack ne pourrait pas toujours légitimer leurs actes. Aussi n'était-il pas dupe : l'état de son visage n'avait pas été causé par une personne externe à cette maison. Rien que l'ambiance générale des derniers jours prouvait bien qu'il y avait eu un problème de taille. Avait-il seulement envie de savoir ? D'avoir encore à gérer leurs querelles comme des gosses en cour d'école ? Sans doute. Parce-qu'ils étaient tout ce qu'il lui restait et qu'il jugeait qu'il avait au moins le droit -si ce n'était l'obligation- d'être au courant de ce qu'il se tramait sous son propre toit.

Il n'avait toujours rien dit quand Fuller reprit la parole pour poursuivre. Physiquement ça allait oui, au top apparemment ! Mais le bien-être physique était quasiment surfait dans leur monde, c'était le mental qui faisait beaucoup, et c'était ça qui semblait poser problème. Parce-que Nathan devenait peu à peu l'ombre de lui-même, que ses blagues douteuses ne fusaient pas dans la baraque, qu'il n'était même plus foutu d'afficher un sourire. Et ça, ce n'était pas lui. Autant dire donc que sa réponse ne convenait pas le moins du monde à l'ancien homme d'affaires. Il pouvait le voir qu'il était entier physiquement parlant, qu'il n'avait aucun souci plus grave que ce coquard qui déformait sa paupière. Mais il pouvait aussi voir qu'il y avait autre chose. Il hocha cependant la tête à ses nouvelles paroles, comprenant parfaitement pourquoi cet endroit ne convenait pas au brun. « On ne restera pas ici, c'est qu'une question de temps » rétorqua-t-il simplement sans s'étendre sur le sujet. Certes, le temps était déjà passé, trop de temps, mais ils n'en n'auraient plus pour longtemps. Quand Roza aurait parlé, qu'ils auraient discuté tous ensemble de leurs possibilités, le moment d'anticiper la suite arriverait.

Laissant un instant le silence baigner la pièce, le blond ne retint pas un soupir et se leva, se dirigeant vers le meuble près de la télé pour en tirer une bouteille de whisky et deux verres. Il déposa le tout sur la table, versant le liquide ambré dans les contenants avant d'en pousser un vers son cadet, gardant le second en main en se réinstallant dans le fauteuil. « T'as eu ça comment ? » lança-t-il alors. Malgré son ton calme, ses prunelles claires étaient suffisamment expressive : mieux valait que le brun ne le baratine pas, il n'avait ni envie ni la patience de jouer aux devinettes ou de rire. Le blond prit alors une gorgée d'alcool, laissant le liquide lui brûler la gorge de cette manière doucereuse qu'une partie de lui appréciait toujours bien trop, attendant que son vis-à-vis daigne répondre à sa question.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Evil never sleeps   Evil never sleeps EmptyLun 15 Avr 2019 - 13:27
Evil never sleeps


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Polyphème ouais, finalement il en savait des trucs, personne aurait pu soupçonner qu'il ait le nom exact du Cyclope d'Ulysse. Étant donné son comportement de connard fini, personne devait soupçonner, ou penser, grand chose de bien sur son compte. Parce que ça t'intéresse depuis quand ? Ah, je sais, depuis que l'éventualité de parler de tes visions leur fileraient davantage de merde à baver sur ta gueule. Il était là, pas loin, les bras croisés sur le torse à fixer Zack et les verres de bourbon qui leur servait. C'était pas une mauvaise idée ça, noyer toute cette merde mentale dans l'alcool lui ferait pas de mal, hein ? Sûrement pas plus qu'il n'était déjà grillé. Pas plus que les maigres chances que May lui avait tendu, et re-tendu encore, ne lui échappaient complètement depuis qu'il avait collé sa langue dans la bouche de Cole. Si des mois plus tôt il aurait pu rejeter la faute sur tous sauf lui même, ici Nathan savait qu'il avait merdé, et que c'était sa putain de faute s'il avait pas eu l'esprit suffisamment clair pour repousser cette nana qu'il considérait bien plus comme une frangine qu'une proie facile.

Zack l'avait au moins « rassuré » sur un point à défaut de connaître le fin fond de ses pensées complètement en vrac : ils allaient plus stagner ici longtemps. Good, au moins ça qui faisait souffler une brise plus douce sur son cœur. L'écho du verre contre le bois de la table basse l'invita à fixer le récipient, à se pencher vers ce dernier et à l'agripper pour mieux le ramener à ses lèvres atrocement sèches. La lampée lui brûla la pulpe fine fendillée par l'un des coups du Calfornien, puis lécha sa trachée comme un incendie s'emparait des murs de bois d'une baraque. Une douleur suave toujours plus supportable que tout le reste.

Fixant le liquide brun entre ses phalanges, le faisant même légèrement pleurer au rebord de verre, Fuller rejeta la nuque en arrière à la question de son aîné. Ça le saoulait autant que lorsque ça s'était produit, parce que sans doute que le silence avait réponse à pas mal de choses qu'on pouvait pas expliquer, ou qu'on refusait d'expliquer sous peine de passer pour un véritable cinglé. Mais c'était Atkins là, un type en qui il avait quasiment aveuglément confiance, un mec qui l'avait pas lâché à Renton, qui était même revenu le chercher, fissa pour éviter qu'une pluie de Ranchers le pourchasse avec leurs fourches et pelles de cul de bouseux. Un rictus amer se fit la malle, tapissant le verre à semi rempli d'une fine buée parce qu'il en avait pas retiré le nez.

- Autant être franc, Will ma démonté la gueule parc'qu'j'ai eu la mauvaise idée d'rendre une pelle à Morgan. Rendre ouais, il l'avait pas vraiment prémédité ce moment là, pas comme avec la Baronne avec qui, effectivement, il avait vraiment cherché la merde. Cole était ivre, bien faite – sans mauvais jeu de mots – et savait sans doute plus ce qu'elle foutait au moment où ses lèvres avaient pressé les siennes. Sa propre langue passa contre ses pétales, à la fêlure douloureuse contre qui constituait une partie de l'hématome noircissant au coin gauche de sa mâchoire. elle avait bu, j'suis juste descendu parc'que j'savais plus pioncer, j'sais pas c'que j'cherchais au juste, mais on a discuté dix s'condes avant qu'elle ... 'Fin t'sais Zack c'pas sa faute, elle a juste galoché l'type qu'est pas foutu d'repousser une nana trop entreprenante. C'était pas la stricte vérité, enfin si concernant le type qu'il était encore quelques mois plus tôt mais là, s'il lui avait rendu ce baiser c'était sans doute pour chasser l'autre, pour lui éviter de l'assourdir, pour.... Merder encore et encore. J'précise qu'y a rien eu d'plus ou bien ? T'en fais pas, j'prends pas Morgan pour un p'tin d'jouet, j'ai au moins appris un truc dans cette ïle d'mes couilles, c'est qu'j'ai une putain d'faculté à merder. Un autre rictus nasale, mauvais pour son propre compte, lui échappa. J'dois l'mériter, la roue tourne qu'on l'veuille ou non c'comme ça faut faire avec.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Evil never sleeps   Evil never sleeps Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Evil never sleeps -
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Abandonnés-
Sauter vers: