The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- An open enemy is better than a false friend -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
Graphiste & modératrice
Roza Votiakova
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un M16 et un pistolet 9 mm avec silencieux ainsi que deux couteaux poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 2384
Age IRL : 31
MessageSujet: An open enemy is better than a false friend   An open enemy is better than a false friend EmptyLun 1 Avr 2019 - 17:18
17 février 2019
Remnants Camp - Infirmerie


Chaque réveil c'était le même refrain, mélodie bercée par cette impression que chaque jour touchait à sa fin et qu'elle se mourrait à petit feu. Les souvenirs de la veille lui revenait lentement pour brusquer son éveil, d'abord le visage de Clayton, cette tentative d'étranglement et cette haine craché en plein visage. Puis vint la mine de Victoria, son narcissisme et ses moqueries dégueulées en pleine face. June manquait toujours à l'appel, elle n'était pas revenue depuis son déplacement dans cette infirmerie lourdement équipée. Les ressources ne manquaient pas mais l'on lui ne daigna qu'à lui offrir une perfusion, sans se soucier de cette main aux os brisés, de ce bras en charpie et de ses côtes abîmées. Les bleus s'effaçaient doucement pour laisser place à une teinte jaunis sur son visage, ça tirait, ça piquait, mais sans plus. Le plus marquant restait cette cure d'amaigrissement qui lui donnait bien quelques années de plus.

Depuis combien de temps dormait-elle ? Elle n'en avait pas la moindre idée, seul le soleil encore bas mais qui lui brûlait tout de même ses rétines l'informa indirectement qu'une nuit était possiblement passée. Pour le reste, elle ne savait pas quoi en penser, elle était encore vivante ou tout du moins, c'était l'impression qu'elle en avait. Lentement, elle tenta de serrer le poings et la douleur termina enfin de l'éveiller : elle était bien vivante, mais n'aurait-elle pas préféré l'inverse, finalement ? Et à quelle foutue sauce allait-elle être mangée aujourd'hui ? C'était toujours la même question à chaque levé de paupières...

Des bruits de pas accompagnés d'une porte qui grince achevèent son réveil, elle tenta de se redresser, conditionnée par un potentiel danger en approche mais sa côte blessée la cloua aussitôt au fin fond de son lit dans un râle étouffé. S'agiter dans sa condition n'était toujours pas de bienvenu. Redressant tout de même la tête, elle dévisagea le présent avec une certaine curiosité, contrairement à la mine des redneck qu'elle avait tout de suite reconnue et défiguré à Renton, ce visage ne lui parlait pas. Il y avait toute une brume qui l'entourait et cette impression de l'avoir déjà croisé. Un fait sur lequel elle ne misa pas, la fatigue et son état l'ayant déjà amené à vivre bien des hallucinations en cabane, cette bouille là pouvait tout aussi bien sortir tout droit des enfers de son imagination.

En temps normal, elle l'aurait interpellé avec une moquerie ou une salutation comique, autant là, comme depuis déjà un mois, aucun son ne quitta de prime abord ses lèvres. Y avait pas matière à jouer à la plus maligne dans sa condition et elle le savait.


JUST A ROSE, ROOTED IN THE DIRT.

Revenir en haut Aller en bas  
Stanley Maverick
Rocketman
Stanley Maverick
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2521
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: An open enemy is better than a false friend   An open enemy is better than a false friend EmptyVen 5 Avr 2019 - 12:07
- Reviens dans deux semaines comme d'habitude. On devrait avoir de quoi tenir jusqu'au printemps. Après tu devrais pouvoir souffler un peu.

Stan acquiesça au doc. L'opération qui l'avait privé de sa rate plus d'un an auparavant l'avait laissé avec une faiblesse de taille. Il n'était plus immunisé autant que ses comparses aux infections pulmonaires, et il s'était d'ailleurs choppé une belle merde au début de l'automne. Une toux qu'il avait trainée pendant des semaines et qui avait manqué de complètement dégénérer. Heureusement qu'ils avaient alors renfloué leur stock d'antibiotiques dans les entrepôts Bergmann, sinon il y serait peut-être bien resté. Fauché par une trachéite comme un con ! Depuis il venait au dispensaire de manière régulière, était suivi avec attention et prenait des cachetons pour pallier à ses soucis.

- J'ai entendu dire qu'ils avaient transféré « la fille » ici, balança-t-il innocemment avant de partir.
- Oui, elle va rester quelques jours sûrement, elle n'est pas dans un bon état, dut reconnaître le médecin. Ce qu'il pensait des non-soins qui étaient apportés à leurs prisonnière ne se devinait pas. Faute d'être soignée, Roza était maintenue en vie...
- Ils l'ont mise où ?

Quelques minutes plus tard, le garçon pinçait les lèvres et se décidait à rejoindre la pièce que lui avait indiqué le docteur. Pour voir. Sa tête seulement, elle qui était sur bien des lèvres depuis déjà quelques semaines. Il n'avait ainsi pas de réelles intentions quand il poussa la porte. Il ne cherchait pas à recueillir ses confidences, ni à la brutaliser. Il était simplement curieux. Le jeune homme resta ainsi quelques secondes sur le pas de la porte, la main sur la poignée. Dévisageant la brune. Si elle pouvait avoir d'ordinaire de la prestance, sa condition physique la rendait simplement pathétique. Elle était famélique et était visiblement abimée. Il ne s’apitoya toutefois pas réellement sur son sort. A la guerre, comme à la guerre. Littéralement.

- Ils t'ont pas ratée, déclara-t-il finalement, après avoir hésité à simplement rebrousser chemin et fermer après lui. Il referma bien la porte mais resta dans la pièce. Le tutoiement / vouvoiement n'existait pas dans leur langue, mais si tel avait été le cas, Stan ne se serait pas embarrassé de formules de politesse. C'est la position qu'on r'doute tous un peu... de se r'trouver entre les mains de l'ennemi. Si t'avais eu une petite capsule de poison à avaler, tu l'aurais fait sans hésiter, pas vrai ? S'il savait une chose sur cette nénette, c'était qu'elle était une « dure ». Après tout, elle n'était pas arrivée ici la veille et s'était montrée jusqu'ici relativement muette...

L'odeur était piquante, mais Stan n'en montra rien. Il sortit toutefois de sa poche un chewing-gum qu'il fourra dans sa bouche. Le goût mentholé supplanta alors partiellement le reste.


An open enemy is better than a false friend 1568058212-stan-sign2bis
Revenir en haut Aller en bas  
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
Graphiste & modératrice
Roza Votiakova
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un M16 et un pistolet 9 mm avec silencieux ainsi que deux couteaux poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 2384
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: An open enemy is better than a false friend   An open enemy is better than a false friend EmptyLun 8 Avr 2019 - 10:52
Juger quelqu'un en un clin d’œil, ce n'était pas une expression hasardeuse mais bien une réalité. Le cerveau ne mettait pas plus d'une seconde pour se forger une opinion sur un inconnu, l'intuition et la force du premier regard faisait tout, ou presque. La slave n'y coupa pas et jaugea l'homme à la mine curieux ainsi que son hésitation bien rapidement. Elle n'avait pas à faire à un Clayton ou a une Victoria, venus fanfaronner sous son nez. Et lui ? Qu'avait-il bien pu penser d'elle en une courte seconde ? Un avis assez tranché pour ne pas tourner les talons et finalement passer la seuil de cette porte, de toute évidence.

Les premiers mots soufflés concernait son état et elle ne ressentit pas vraiment de pitié dans le ton employé, on était plutôt dans un constat classique. Fort bien, si elle pouvait conserver encore un peu son honneur, ce n'était pas de refus, bien au contraire.

"Ouais. À juste titrrre..." La fierté la poussait à ne pas se lamenter non plus, c'était ses propres choix qui l'avaient amené ici, dans cet état alors qu'elle aurait pu accompagner ses camarades au Fort pour y vivre et s'y reconstruire. C'était son choix et elle ne pouvait donc plus qu'assumer sa position de captive tabassée.

Pour cette histoire de capsule, elle pensa aussitôt aux anciens agents russe qui avaient usé de ce genre de procédés par le passé, honte sur elle. L'ironie de cette pensée lui arracha un petit sourire en coin. "Sincèrement ?" C'était qu'il lui posait vraiment la question, elle marqua une courte pause avant de reprendre : "Ouais... Je l'aurrrai fait sans hésiter..." Et pour se faire, elle aura attendu le bon moment, détachée au fond de sa prison juste après un passage de June, le temps de mourir et de se réveiller en gloutonne pour surprendre et pourquoi pas casser la croûte sur un Remnant par la même occasion, ça aurait été cool d'en amener un dernier avec elle auprès de la faucheuse. Il lui restait toujours l'option de se couper la langue et de s'étouffer avec, mais ça, c'était... compliqué... même pour une acharnée comme elle. "Tu en as pas une qui trrraîne à tout hasarrrd ?" Bien sûr qu'il n'en avait pas et dans le cas contraire, elle savait bien qu'il ne la lui donnerait pas, fallait pas rêver. Elle ne lui laissa alors pas vraiment le temps de répondre :"Civil ? Soldat ? T'es qui ici ?" Il n'avait de toute évidence pas l'air d'un médecin ou d'un infirmier, ni même d'un tortionnaire ou d'un bourreau et avant d'aller plus loin, l'encrée devait savoir à qui elle faisait face. "Moi c'est Roza, ex-tatoueuse et rescapée du lycée." C'était quand même plus propre de se présenter avant d’exiger quoique ce soit.


JUST A ROSE, ROOTED IN THE DIRT.

Revenir en haut Aller en bas  
Stanley Maverick
Rocketman
Stanley Maverick
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2521
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: An open enemy is better than a false friend   An open enemy is better than a false friend EmptyMer 17 Avr 2019 - 9:45
Le garçon mâchait son chewing-gum, alors que Roza avouait qu'elle ne se serait pas privée de mettre fin à ses jours plutôt que vivre cet enfer. Elle parlait avec un accent à couper au couteau et le jeune homme repensa aux quelques mois passés en Ukraine, lors d'une de ses dernières missions avant celle qui l'avait conduit à Seattle et Brainbridge. Il avait de plus en plus de mal à se transporter à cette époque définitivement révolue et il se sentit un instant mal à l'aise. Que ce soit cette prisonnière qui l'y emmène... Il ne répondit pas à sa requête, s'imaginant clairement que sa remarque n'était que rhétorique.

- Soldat, répondit-il toutefois à sa question suivante. J'étais para, formé pour faire le boulot que personne d'autre voulait faire... celui qu'tout le monde ne pouvait pas s'permettre surtout. Les missions diplomatiquement impossibles à justifier, mais pourtant nécessaire. Stan avait aimé ce désordre, dans l'ordre des forces armées. Il ne se serait jamais plu dans la rigidité du système martial classique.

En tout cas, ce n'était que très récemment qu'il avait cessé de clamer son statut présent de militaire. La distinction avec les civils n'existait plus depuis la prise de position de June et le jeune homme s'y était plutôt bien adapté. Pourtant il gardait clairement toujours une approche « professionnelle » vis-à-vis de l'ennemi en général, et donc des étrangers à leur groupe, comme cette brunette. Un recul surtout.

- Ouais enchanté Roza, répondit-il plus mécaniquement qu'autre chose. Moi c'est Stan. Il s'était approché. Elle pouvait bien avoir une tête à être tatoueuse, si bien qu'il acquiesça. Le lycée, répéta-t-il d'abord simplement. Les consignes de l'époque nous imposait de pas laisser de rescapés, exprima-t-il sans vraiment d'émotions. C'était discutable, j'avoue, mais après la misère que tu nous as fait, c'était pas complètement insensé, pas vrai ? Il planta ses yeux acier dans ceux de la russe. Les échos qu'il avait reçu d'elle évoquait une force hantée par la haine et le désir de vengeance.

Pour tout dire, il continuait de penser que face à des récalcitrants, cette méthode restait l'unique possibilité. Pour leur sécurité. Car oui la violence, le meurtre, tout ceci n'engendrait que plus de violence. Leur faille avait été de faire de tous les inconnus qu'ils croisaient des récalcitrants. C'était qu'ils s'y prenaient mal... encore aujourd'hui – l'échec du ranch le prouvait – et c'était certainement une des raisons qui les avaient fait lever le pied sur le sujet.

- J'vais pas jouer à l'abruti, je sais pourquoi tu nous détestes. Et j'comprends. Il chopa une chaise par son dossier pour l'amener à lui, à bonne distance de la tatouée, et s'y asseoir. Mais c'est trop tard pour rev'nir dessus aujourd'hui. C'qui est fait est fait. Quand bien même ils avaient essayé de changer... enfin ils essayaient. Qu'est-ce qu'on aurait pu dire à cette époque pour vous convaincre de nous rejoindre ? Demanda-t-il toutefois. Ou faire... Combien de temps auraient-ils du ou pu leur laisser pour achever cette réflexion d'essayer de leur « faire confiance ». Enfin avec un peu d'imagination...


An open enemy is better than a false friend 1568058212-stan-sign2bis
Revenir en haut Aller en bas  
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
Graphiste & modératrice
Roza Votiakova
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un M16 et un pistolet 9 mm avec silencieux ainsi que deux couteaux poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 2384
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: An open enemy is better than a false friend   An open enemy is better than a false friend EmptyDim 21 Avr 2019 - 15:52
Un soldat, enfin elle en croisait un, ça expliquait en partie tout l'attirail militaire des Remnants et elle supposa silencieusement qu'ils devaient être nombreux à partager cette profession ici bas. Pour le fait qu'il fasse à l'origine partie d'une organisation paramilitaire, ce ne fut pas tomber dans l'oreille d'une sourde qui rangea précieusement l'information dans un coin de sa caboche abîmée.

L'oreille était tendue et elle acquiesça lentement à l'entente du prénom du jeune homme, Stan. Elle le laissa poursuivre et lui donna même raison avec un nouvel hochement de caboche sans fuir le regard acier de son interlocuteur. Ne laisser aucun rescapé aurait changé bien des choses ce jour là, peut-être même, tout. Malheureusement, ils s'étaient surestimés sur ce coup là.

Toujours muette, fait assez controversé pour une personne comme elle, elle faisait presque preuve de sagesse en laissant le soldat s'exprimer sans le couper. La Roza du mois dernier n'en aurait pas fait autant, elle aurait déjà montré les dents à de multiples reprises. Comme quoi, l'emprisonnement, l'humiliation, l'isolement et la sous nutrition avaient bel et bien un impact, même sur le plus féroce des chiens. Finalement, elle avait bien fait de se taire, ce fut réellement plaisant d'entendre qu'elle était comprise, c'était une première.

Ce qu'ils auraient pu dire ou faire pour changer la donne ? Il lui demandait vraiment son avis ? Pourquoi pas, c'était sympa comme parenthèse et la russe n'avait aucun soucis pour jouer de son imagination, ça tombait bien. "Comme j'ai déjà dis à ta boss.... l'fond est bon, vraiment, c'est juste la forme qui est à chié. Cette politique du marche ou crève, c'est comme dégoupiller une grenade et se la mettre dans le slip." Quoiqu'il arrive, ça finit toujours par péter. "Pour moi, suffisait de mettre de côté les menaces et la violence et de profiter de votre confort et de votre supériorité pour proposer une aide, sans contre partie. Qu'ils s'agissent de protéger ou de refiler des vivres, qu'importe finalement..." Un soupir plus lourd qu'elle ne l'aurait voulu quitta ses lèvres. "Bref.. L'important ça aurait juste été de se montrer solidaire et non esclavagiste, ça aurait forgé une belle base, une base saine." Et de ce qu'on lui avait dit, c'était clairement dans leurs moyens, ici, on ne manquait de rien, ou presque. "Après ça, si les gens désiraient vous rejoindre, c'était tant mieux, au moins, ils auraient eu toutes les cartes pour le décider. Et dans le cas contraire, il aurait juste fallu ne pas forcer la main et simplement l'accepter." Tout le monde ne voulait pas être sauvés, tandis que d'autres préféraient garder leur leader, d'autres encore leur liberté, il y avait tout type de profils, là, dehors. "Et je te coupe tout de suite, oui, on ne peut pas ouvrir les bras comme ça au premier venu, question de sécurité, j'te l'accorde. Le mieux, ça aurait été d'envoyer en premier lieu un éclaireur en immersion au lycée." Pas un espion, ni un infiltré, le choix des mots étaient précieux. "Quelqu'un qui aurait pu s'assurer que le lieu regorgeait de survivants stables..." Tout simplement...

La démonstration d'imagination faite, elle s'attendait maintenant au foutage de gueule habituel, celui qu'elle avait l'habitude de subir quand il s'agissait de discuter avec les locaux.


JUST A ROSE, ROOTED IN THE DIRT.

Revenir en haut Aller en bas  
Stanley Maverick
Rocketman
Stanley Maverick
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2521
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: An open enemy is better than a false friend   An open enemy is better than a false friend EmptyDim 21 Avr 2019 - 17:19
Ce fut réellement intéressé que le jeune homme écouta Roza répondre honnêtement à sa question. Visiblement, c'était un sujet qu'elle avait déjà discuté avec Phelbs, qu'elle avait même probablement médité des mois durant. Il était évident que de nouvelles mesures seraient prises dorénavant chez eux pour aborder les étrangers. En prenant du recul suite à la débâcle de l'American District, la rouquine avait avoué ses erreurs. Elle s'y était de toute évidence bien mieux pris avec le groupe de Thad qui les avait rejoints seulement quelques semaines plus tôt. Ils continueraient pourtant de payer le prix des erreurs du passé, indéniablement...

Alors que la russe évoquait la possibilité qu'ils avaient eu de s'infiltrer en éclaireur dans le lycée, pour les « évaluer », un mince sourire se dessina sur les lèvres du militaire. Il se souvenait avoir soulevé cette théorie au moment de l'approche du ranch. Il soutenait alors la patience. Le fait d'apprendre à gagner la confiance des survivants extérieurs, pour que leur discours ait un réel impact le jour J. Car promettre la lune à des inconnus n'était pas suffisant : ces derniers ne les croyaient pas. Juger de l'équilibre aussi des gens qu'ils pouvaient accueillir en leur sein avait été une de ses préoccupations pendant un temps...

- J'étais pas au lycée, reprit-il sans rebondir immédiatement sur les propos de leur prisonnière. Une frustration sur laquelle il ne pourrait jamais revenir. Le début de toute l'amertume qu'il avait pu ressentir envers la politique de Chambers. Ma boss te l'a p't-être dit, on a un peu remanié notre façon de penser depuis. C'est plus complètement les mêmes gens qui décident ici... Plus complètement, car Lawrence comme Donovan avaient gardé des postes importants. Mais ils n'avaient finalement jamais été les têtes pensantes de l'ère précédente. Davis parce qu'il se foutait de tout. Floyd parce qu'il n'était que trop simplet. On s'est un peu... révoltés, ajouta-t-il. Il minimisait complètement toute la rage qu'il avait pu ressentir à l'époque contre ses dirigeants. C'est pas toujours miraculeux, mais crois le ou non, on progresse. Dans l'bon sens. J'vais te dire quelque chose, on est quelques uns à être entièrement d'accord avec c'que tu viens d'dire. Même si jc'rois qu'la contre-partie reste quand même vitale. Il planta ses yeux bleus dans les siens. Mais l'défi est deux fois important quand on doit payer les pots cassés du passé. Il en aurait fallu beaucoup plus au ranch pour se faire écouter, pas vrai ? A cause de leur historique.

Il insista sur ce « beaucoup » convaincu au fond de lui que rien n'aurait vraiment pu convaincre ce groupe de paysans à les rallier. Auquel cas, il n'aurait pas vraiment scillé à les rayer une bonne fois pour toute de la carte. Et c'était l'un des atouts de l'infiltration également : elle permettait de connaître sur le bout des doigts les moyens de défense de leurs « proies ». Et d'assurer une victoire absolue en cas de conflit...

- J'peux t'poser une question ?... Avait-il en quelques mots instauré un climat de confiance avec la tatouée ? Probablement pas, mais le dialogue était là, alors il tentait sa chance. De soldat à soldat. Car s'ils n'avaient pas la même formation d'origine, Roza était-elle autre chose ? Ils avaient finalement la même vocation. Seuls leurs camps étaient différents. Il essayait en tout cas de la prendre ainsi par les « sentiments ». Comment vous avez réussi à prendre l'ascendant sur le groupe qui s'en est pris à la ferme ? Juste avant d'contre-attaquer contre le camp d'Renton. Y a pas eu d'survivants, à c'que j'crois...

Aucun témoin n'avait pu lui rapporter ce qui s'était passé ce matin-là, quand les troupes Remnants avaient été décimés. Une trentaine d'hommes et de femmes, entrainés, préparés, qui s'étaient simplement fait massacrer. Avaient-ils capitulé avant de se faire exécuter ? Les avaient-ils torturés pour les obliger à divulguer l'emplacement du District ? Tout s'était déroulé tellement vite et Stan était plein d'interrogations. Et de culpabilité aussi. De n'avoir probablement pas su préparer ces compagnons comme il l'aurait du. Comme il se devait.


An open enemy is better than a false friend 1568058212-stan-sign2bis
Revenir en haut Aller en bas  
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
Graphiste & modératrice
Roza Votiakova
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un M16 et un pistolet 9 mm avec silencieux ainsi que deux couteaux poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 2384
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: An open enemy is better than a false friend   An open enemy is better than a false friend EmptyMar 25 Juin 2019 - 21:19
Il n'était pas au lycée... c'est p'tet con, dit comme ça, mais en réalité ça a vraiment toute son importance aux yeux de la russe. Une tête en moins à éradiquer dans la seconde, quoique, elle a déjà un petit peu passée ce stade. Pour la suite, ouais, l'info est plutôt bonne à prendre, June a déjà mentionné un changement dans la direction du camp mais de ce qu'avait vu la russe au ranch et à la prison, ce n'était pas vraiment pas le meilleur des choix, finalement, c'était du pareil au même ou presque. Pourtant, le type avouait juste derrière qu'ils progressaient, c'était un peu ironique, lui même reconnaissait que ce n'était pas évident à remarquer. Non pas qu'elle ne voulait pas le croire, mais son débat avec June suffisait à lui démontrer que l'effort n'était pas encore assez grand, y avait encore pas mal de chose à faire.

Il était d'accord avec elle, ça, c'était une sacrée première qui lui vola deux battements de cils consécutifs, c'était assez inattendu. Et puis, c'est à son tour à elle d'être d'accord avec son interlocuteur, en effet, il aurait fallu beaucoup plus au ranch pour se faire écouter, et pour cause, Roza et les autres survivants du lycée étaient passés par là, l'effet boule de neige. Aussi, ne pouvant le contredire, elle hocha dans sa direction en détournant simplement le regard.

Étonnant, le jeune homme continuait de briller, c'était bien la première fois qu'on lui demandait l'autorisation de poser une question. Elle releva ses iris bleutés vers lui et écouta avec attention la demande, sans jugement. Elle prit son temps pour répondre, avec l'isolement subit, son cerveau peinait encore un peu à remonter le temps. "D'soldat à soldat.. hein..." Puis, elle hésita, pas bien longtemps finalement, le type jouait franc jeu avec elle et ce avec une humanité certaine et déconcertante, ça vallait le coup d'assouvir un peu sa curiosité.

"On est venu en forrrce pour prrrendre par derrrrière vos trrroupes pendant qu'ils massacrrraient ceux d'la ferrme." Ça manquait encore un peu de détails, surtout sur le "on", ses amis et elles renforcés par les survivants de la prison, ceux qui avaient été attaqué par Zack Land juste avant. "Inutile d'te dirrre que tout le monde était bien rrremonté, m'du coup, les vôtrrres ont pas tenu longtemps..." Première fois qu'elle glissait des infos à quelqu'un et pas n'importe qui, le seul type qui la considérait et l'écoutait vraiment, alors, autant aller jusqu'au bout. "Vous aviez dépouillé l'rrranch de ses arrrmes.. m'bah... ça a pas été si durrr d'en retrrrouver. Votrre errrreurr, ça a été d'penser qu'le ranch était sans alliés et sans électrrrons librrres hors d'votrre surrrveillance." Trop de confiance, face à un envahisseur violent de ce type, c'était facile d'unir les forces extérieures et de partager les ressources entre les camps là où tout le monde était menacé.

Quelques nouveaux échanges et le jeune homme la quitta pour disparaître aussi aisément qu'il était entré. Quant à la russe, elle retourna dans sa solitude, non sans de nombreuses pensées pour les siens.  


-----------------------------


10/06/2019

Stanley était repassé quand elle était retournée en cabane, c'était dingue les parenthèses avec cet homme n'avaient rien à voir avec les autres, c'était un peu comme une bouffée d'air frais, de soldat à soldat, on en était passé à d'humain à humain. Et puis... y a eu Zack et plus de Stanley. Deux semaines de l'enfer, tabassages, noyades, déchiquetage d'ongles, arrachages de molaires et pré-molaires, brûlures, coupures, gravures et le coup de grâce, celui qui lui aura fait craché tout ce qu'elle savait (ou presque) au bout de 14 jours, un œil arraché.

Une tentative de suicide loupée et un mois de soin intensif sous bonne garde, sans visites et elle était de retour sur ces deux jambes. On l'enferma dans une maison qui regorgeait de quelques équipements sportif. Un bracelet électronique à la cheville l'empêchait de gambader au loin, sort que bien des milliers de prisonniers assignés à résidence avaient connu avant elle. De quoi reprendre un semblant forme tranquillement ou presque, les cauchemars sont légions tout comme les maux de tête avec cette nouvelle vue qu'elle tentait au mieux de maîtriser. Si ces cernes ne disparaissent pas, son corps reprenait doucement de ses formes, c'était long et éreintant mais la russe y mettait une volonté toute particulière. Le matin, c'était des exercices physiques, tapis de course, barre de tractions et altères, l'après midi avait une toute autre note, elle tachait de s'habituer à maîtriser cet unique œil. Lancés de balles de tennis dans une corbeille, dessins et lectures, à faibles doses. Le reste du temps, c'était l'imaginaire qui prenait le dessus et l'évasion, du comatage en bonne et due forme.

D'extérieur, la maison ne payait pas de mine, les volets du rez-de-chaussé étaient fermés, ceux de l'étage à demi-ouverts. La faune locale est pourtant au courant de qui s'y trouve mais l'on ne la voit jamais en sortir, pas la peine d'essayer, avec cette merde à la cheville, les renforts débarquent à vitesse grand V. Une fois par semaine, on lui apporte un carton de nourritures, la base de la base, conserves, paquet de pâtes, biscuits sec et fruits confis, rien de frais, mais bon, elle ne va pas s'en plaindre...


JUST A ROSE, ROOTED IN THE DIRT.

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: An open enemy is better than a false friend   An open enemy is better than a false friend Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- An open enemy is better than a false friend -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Ty is Open for a RP and Lola too
» LA VACHE A LAIT [OPEN]
» Eyes Wide Open ~ Shawn
» [Open d'Alderaan] Attendre tu devras
» Miwaki's Factory [OPEN 0/1]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: