The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Between real and unreal -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Between real and unreal   Between real and unreal EmptyMar 19 Mar 2019 - 14:46
Between real and unreal


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Parler, ça faisait du bien d'après un panel de tests à la con et autres conseils « avisés » de médecins dans de vieux magazines passés de mode. Pourtant la réalité avait rien à voir avec ce que fantasmait un tas de de ménagères à l'époque où le monde était encore en mesure de vivoter. Parler ça l'avait pas aidé. Peut-être parce que t'as pas non plus craché le morceau. Sûrement même, mais bordel aller annoncer ça, de but en blanc, à l'un de ses potes, c'était peut-être mieux de carrément se faire tatoué un « j'suis siphonné » sur la gueule. Il en dormait quasiment plus, à peine de quoi tenir le choc des journées et, finalement, heureusement qu'il y avait trop rien à glander sur cette île, sans quoi Nate savait qu'il serait vraiment pas en mesure d'assurer. A Renton il gérait les ravitaillements, parfois avec Vic, il devait aller chercher leurs courses auprès des quelques clans asservis à la cause des American-Dream contre protection de ces derniers. Mais dans cet état, après des nuits à tenter de faire fermer son claque merde à un mec qu'était pas là, même bien mort et sûrement enterré depuis, le journaliste serait même plus foutu de servir quelconques causes pour le compte de Zack, encore moins pour le compte de cette rouquine glaciale.

Pourtant il s'était tiré du plumard peu après May, s'était ravalé la façade fissa dans la salle de bain, avait revêtu un jeans et un sweat, puis avait collé le nez dehors parce que, semblait-il depuis sa grande discussion avec Mayfield, ça pouvait pas faire de mal et que ça empêchait de trop remuer la merde que vous aviez dans la caboche suite à quelques actions peu reluisantes. L'autre était jamais loin, il le sentait proche, le voyait parfois du coin de l’œil. Peut-être qu'à force de l'ignorer ce connard finirait pas se tirer, rejoindrait enfin le purgatoire, l'enfer ou le paradis où ses vaches et autres brebis l'attendaient sagement. Le soleil dardait depuis un moment, lui rappelant également qu'il était loin le temps où il se levait tôt, parfois même aux aurores, pour profiter un max de ce que la survie avait encore de sympa à offrir. Il devait être sur les coups de midi, peut-être plus. Début d'après midi au pire des cas et forcément il était carrément pas en avance pour le taf dont Will lui avait parlé quelques jours plus tôt. Autant dégager des manouches de la plage c'était fun, enfin suffisamment pour penser à autre chose, autant retaper des bicoques, parce qu'une claque d'autres gens avait rejoint l’île aux plaisirs, c'était pas vraiment ce qui le faisait bander On sait ce qui te fait bander, buter un gars de sang froid, juste parce qu'il est pas dans ton camp, non ? Putain.... Nathan en ferma les yeux dix secondes, guidé sur le chemin de cette baraque en rénovation par des pas lents et nonchalants. Fallait pas répondre, pas lui parler reléguerait ce spectre au rang de spectre, rien de plus rien de moins. Puis Stan l'attendait en plus de ça, ce type qu'était pote avec le Phasme, ce gosse qu'il avait achevé en Mai pour lui éviter de passer de trépas à semblant de vie de cannibale sans conscience. Il lui avait plus trop reparlé depuis ce moment là, mais Stanley était peut-être un des seuls mecs, hormis Floyd, avec qui il pouvait s'entendre ici. Allez savoir. Le fantôme au cul, ce dernier s'évapora aux abords de la baraque en question où quelques mecs s'activaient, dont le jeune militaire duquel il s'approcha.

- Stanley, hein ? C'était bien le nom du jeune, pour autant Fuller n'avait plus discuté avec lui depuis des semaines, des mois même sans doute, autant montrer un semblant d'intérêt. De quoi assurer à ce type qu'il avait encore une mémoire même si, dans le creux de son crâne de connard, c'était un bordel innommable. T'm'excuse, j'suis carrément pas à l'heure, mais j'l'ai eu dur hier. Il en émit un rictus, sortir ça l'aurait fait marrer d'habitude, mais ça lui ressemblait. De quoi donner l'illusion que tout roulait à qui le connaissait de réputation. T'm'ens, pourquoi tu lui dis pas qu'tu vois des fantômes ? T'es peut-être la nouvelle Jennifer Love-Hewitt ducon. Une espèce d'chouille avec d'autres gars, d'vait y avoir Don'Ovan, j'suis plus sûr. Mais bref, t'veux un coup d'mains ?

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Stanley Maverick
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2415
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Between real and unreal   Between real and unreal EmptyMer 20 Mar 2019 - 16:36
Cela faisait quelques jours que Stan aidait sur son temps libre – les entrainements et formations ne s'arrêtaient jamais ! - au réaménagement de quelques baraques jusqu'ici délaissées autour de Fort Ward. L'initiative lui aurait paru incongrue quelques mois plus tôt, après le fiasco de Renton et la perte de tous ces gens. Pourtant un nouveau groupe les avait rejoints depuis quelques semaines déjà, et ils avaient renfloué les effectifs. Une bouffée d'oxygène, qui avait reboosté notre éternel insatisfait ! Depuis, leur intégration se faisait en douceur, et alors qu'ils avaient été d'abord entassés dans les maisons laissées vacantes par les défunts, c'était tout naturellement qu'il avait été décidé d'élargir le périmètre de leur zone de vie pour leur offrir quelques logements supplémentaires.

- J'en ai aucune foutue idée, j'vais t'dire ! Avoua Stanley à Ricardo, dans un sourire, alors que celui-ci lui exposait son avis sur la manière dont ils devaient procéder pour remettre en état l'un des murs de la salle de vie de la maison. Ce n'était pas grand chose, rien de dangereux du moins, mais il avait tout de même été endommagé par le séisme. J'te fais entièrement confiance, lui affirma-t-il, bien conscient de qui était le plus manuel et bricoleur des deux.

Aussi l'hispanique donna quelques directives et le jeune militaire acquiesça, paré à se mettre à la tâche. Sur le chantier, ils étaient aujourd'hui six. Ils avaient redonné un petit coup de propre à l'étage, les jours précédents et s'activaient maintenant sur le rez-de-chaussée. Deux d'entre eux bossaient la plomberie dans la cuisine, mais il y avait surtout du boulot d'enduit, de peinture, de nettoyage aussi. De quoi occuper du monde ! Alors tout motivé était plus que bienvenue !

- Oh d'la main d'oeuvre bonus ! Cool ! Ainsi fut l'accueil réservé à Nathan, quand ce dernier les rejoignit dans la maison. Habillé d'un vieux jogging et d'un T-shirt des plus banals et déjà franchement dégueulasse, Stan s'était effectivement stoppé dans sa tâche – il « supervisait » le mélange que faisait Ricardo dans un seau – pour aviser le nouveau venu. Yep, c'est ça ! Répondit-il dans un sourire. Nate, hein ? ça fait une paie ! C'est cool de t'voir !

Le garçon n'avait rien oublié de ces quelques heures de détente passées ensemble à Renton au printemps précédent. Ils avaient alors bien accroché, mais les circonstances ne leur avaient pas permis d'entretenir vraiment ce début de franche camaraderie. Stanley était retourné à Brainbridge, accaparé par ses « responsabilités » quand Nathan en avait fait tout autant au District. Puis il y avait eu le retour des troupes, et s'ils avaient eu l'occasion de discuter deux ou trois fois, cela s'était toujours fait un peu en coup de vent, alors que leurs attentions étaient pour chacun portées ailleurs...

- T'inquiète, on refoule personne ! Pas vrai ? Il s'était retourné vers Ricardo, qui ne put que confirmer dans un sourire. Il ne releva pas la référence à une potentielle soirée à laquelle il n'aurait pas été invité. Cela faisait un bail qu'il ne fréquentait plus Donovan, même si les tensions s'étaient tout de même apaisées entre les deux anciens copains. Avec plaisir ! Tu connais Ricardo ? C'est notre chef de chantier... On fait d'l'enduit là, faut qu'on rebouche tous ces trous. Il fit un mouvement du menton en direction des murs nus de la pièce. Les meubles avaient été en partie évacués pour les laisser travailler tranquillement.
- Si tu es chaud, je vous laisse gérer ça tous les deux ? Faut que je vois comment réparer la fenêtre là-bas... Ricardo passa alors la main aux deux hommes.
- T'as déjà fait ça ? Demanda ainsi Stanley à Nate, prèt à lui expliquer en deux mots les secrets de bricoleur qu'il avait lui-même appris quelques jours plus tôt seulement.


Between real and unreal 1536421343-stan-sign
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Between real and unreal   Between real and unreal EmptyMer 20 Mar 2019 - 18:12
Between real and unreal


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Nate ouais, il opina, et donc il s'était pas gouré malgré le fait que sa cervelle fonctionnait pas vraiment bien, enfin si un jour elle avait fonctionnait normalement d'ailleurs, et un vague rictus étira la commissure de ses lèvres autant que ça fit saillir les ridules en bordure de ses yeux sombres. Ca lui faisait pas de mal de le voir, de se dire qu'il allait passer plus de deux minutes à discuter avec ce type, un type qui savait quasi rien de lui et donc le jugerait pas. Qu'est-ce t'en a à foutre qu'on t'juge connard, c'nouveau ? Peut-être ouais, peut-être bien parce que l'autre, qui n'avait de consistance physique que pour lui, qui était juste le pur produit de son imagination – plus que fertile – se privait pas pour lui rabattre les oreilles sur ce qu'il lui avait fait. Bref, Maverick était enjoué, content de le voir, enfin dans le froc visiblement c'était paisible, mieux valait ça, en plus il avait une copine d'après ce qu'il savait, nulle autre que la petite blonde qu'avait donné de la voix chez Floyd à la nouvelle année.

- Même pas les r'tardataires, bordel t'aurais été un super patron. Reprit-il en jetant un œil aux travaux en cours. Ça lui rappelait Renton, la première fois qu'il avait vraiment parlé avec May. Même tableau mais le lieu était différent, et sûrement qu'aucun des mecs présents n'allait lui ruiner les couilles à coup de rouleau à tapisser. D'vue comme ça, ouais t'es pas l'frère de la brune qu'connait Floyd ? L'hispanique opina avant de repartir à son œuvre, laissant à Nathan l'occasion de reposer les yeux sur le jeune homme devant lui et qui le fit éclater de rire. J'connais mille et une façons d'boucher des trous t'sais.

Il parlait pas de bricolage là, mais d'un thème qu'il connaissait sur le bout des ongles et qui, ces derniers temps, était un peu passé à l'as. Pas que May était pas pour, juste que lui avait pas vraiment la tête à ça, ni autre chose. Première fois de sa vie qu'un truc pareil lui arrivait, et peut-être que c'était ça la vie de couple... Allez savoir, avant Goldenberg il avait jamais eu, ni voulu, de relation stable. Même sa pseudo histoire avec Vic ressemblait carrément pas à ce qu'il partageait avec la blonde, pourtant il avait quand même réussi à lui planter une graine à la pigiste. Quant au côté chaud, Fuller dévoila d'une de ses canines sur laquelle il passa la langue. Bordel à cul ils s'étaient donnés le mot les gars ? Ou alors ils faisaient vraiment pas exprès. C'était fun néanmoins, suffisamment léger pour éviter à l'autre trou de balle de se pointer pour lui souffler à l'oreille qu'il était qu'une merde parmi d'autres merdes quand même mieux que lui. T'as déjà fais ça ? My bad, il le faisait exprès le militaire, s'il l'avait pas su en couple avec la bombasse blonde, dont les piles se déchargeaient jamais, il aurait pu le penser amateur de la position théière.

- P'tin Stan, dis pas ça à n'importe qui, t'pourrais avoir des emmerdes. Reprit-il, rieur, avant d'avancer, histoire de jeter un œil à ce qu'il fallait enduire. Il avait jamais fait ça, nan, mais y avait des premières à tout. Il était bien posé et dans quelques mois un chiard, de son sang, sûrement beau gosse comme ses parents, viendrait lui brailler aux oreilles. En y pensant, il ravala sa salive parce qu'il savait que même s'il aimerait ce gamin, ou cette gamine, il était pas en état d'assurer, pas avec de sales idées et une chiée de mirages qui le tenait debout la majeure partie de la nuit. Boucher des trous yep, j'faisais ça souvent avant, d'différentes tailles et tout, mais j'ai jamais eu d'problème. Maverick allait piger, ou pas, peut-être qu'il était pas aussi porté sur la chose que l'ex scribouillard. Là c'sera une première, mais t'vas m'montrer comment manier la spatule comme j'manis autre chose, ç'va le faire. Virant sa veste, qu'il balança sur la rambarde d'escalier, le trentenaire retroussa ses manches avant de saisir de quoi "reboucher les trous". C'fait une paie ouais, comment tu vas ? J'te l'ai jamais dit vraiment mais, désolé pour ton pote.

Le phasme, ce mioche maigrelet qui bougeait pas des masses, ou pas assez vite, et qu'une des cinglées de ce Ranch avait sans doute égorgé. S'il l'avait vue faire ? Nan, mais un mort sectionnait rarement aussi nettement la gorge d'un gars. Y avait bien qu'une lame pour faire ça. T'en sais quelque chose, d'expérience. Cette voix ci le fit soupirer avant de revenir à l'ouvrage devant lui, c'était pas bien difficile, suffisait que le rendu soit net, ensuite ils pourraient repeindre.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Stanley Maverick
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2415
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Between real and unreal   Between real and unreal EmptyMar 26 Mar 2019 - 9:45
Stan afficha un rictus à la réponse de Nate. Il n'avait bien entendu pas immédiatement saisi l'allusion, la perche ayant été tendue au trentenaire sans préméditation ! Mais c'était ce genre d'humour grivois et sans prise de tête qu'il avait apprécié chez le jeune homme lors de leur première rencontre. Ce dernier lui semblait le style de mecs avec lesquels il était facile de déconner ! Pour s'assurer d'être bien compris, Nathan insista d'ailleurs sur son allusion, et le militaire en rajouta une couche, juste pour lui assurer que le message était bien passé !

- Ouais j'me fais pas trop de soucis. Y a rien de trop technique. Puis avec la spatule, c'est comme avec une poupée conflable. Ta partenaire va pas broncher, tu peux y aller sans scrupule ! Il saisit ainsi l'un des instruments et approcha le seau du mur qui les intéressait. Il trempa l'engin dans l'enduit blanchâtre, puis l'étala sur un trou qu'il ne boucha qu'en partie. T'en remets jusqu'à ce que ça bouche, puis t'essaie d'étaler au maximum comme ça, histoire de limiter les excédents. Et... voilà. Il réitéra son geste trois fois, pour bien remplir l'interstice béant, et harmonisa ensuite le contours. Tu vois, c'est tout con. Quand on aura tout boucher, faudra laisser sécher, puis on pourra poncer. Tiens, y en a une autre là-bas.

Il l'invita alors à s'emparer à son tour d'une spatule et à se lancer. Au passage, Nate lui demanda des nouvelles et s'excusa en lui évoquant la perte d'un de ses amis. Stanley resta une seconde interdit, sans comprendre tout de suite à qui le garçon faisait référence. Pour tout dire, depuis la mort de Swann, il en avait perdu quelques uns des copains ! Notamment à Renton. Car sur la trentaine de gars qui y était resté, la plupart était si ce n'était des connaissances des bons amis. Comme Aaron par exemple. Mais le fait que Nathan lui parle d'un pote en particulier, et vu le peu de choses qu'ils savaient finalement l'un de l'autre, Stan finit par le situer.

- Oh ouais, merci... C'est toujours des coups durs. On s'imagine qu'à la longue, on apprendra à s'en détacher, mais cette merde fonctionne pas comme ça. Il parlait de la tête. Du cœur. Mais bon... c'est c'qui nous différencie de ces rôdeurs qui cherchent juste à nous bouffer, pas vrai ? C'qu'y s'est passé à Renton était pas joli-joli non plus, de c'que j'ai entendu dire... Il pinça les lèvres. C'était sa façon de dire qu'ils vivaient tous leur lot de malheur. Ainsi étaient devenues leurs vies ! Enfin on finit toujours pas digérer quand même, alors ça va pas si mal au final. Tant qu'on sait apprécier les p'tits plaisirs que la vie nous offre toujours... Toi comment ça s'passe ? Tu t'sens bien établi ici au final ?

Ils avaient effectivement déjà échangé quelques mots, en se croisant ci et là. Mais à l'époque, l'installation des membres du groupe de Zack restait récente et ils se faisaient seulement doucement à cette nouvelle « ambiance ». Qu'en était-il aujourd'hui ?


Between real and unreal 1536421343-stan-sign
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Between real and unreal   Between real and unreal EmptyMar 26 Mar 2019 - 10:29
Between real and unreal


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Son pote ouais, le gamin filandreux là, c'était qu'un mioche enfin, peut-être pas, peut-être qu'il avait trente berges et qu'il avait l'air d'un puceau amateur de bouquins. L'image le fit même pas sourire alors qu'avant ça Nate en aurait ricané pour son seul compte. Au lieu de ça, il fixa ce que foutait Maverick, s'empara de l'outil et imita le geste en s'y appliquant un minimum. Ouais c'était pas dur, plutôt simple, le plus chiant serait sans doute le ponçage dont venait de parler Stanley. Concentré sur la tâche, enfin sur le trou qu'était pas l'un de ceux auxquels il était plus habitué, Fuller plissa le front quand le cadet reprit la parole en situant enfin la personne dont il venait de parler. Qu'on apprendra à s'en détacher. Ouais, putain le gars savait pas combien c'était vrai ce qu'il racontait, combien le journaliste pouvait le ressentir pour autre chose qu'un proche, plutôt une victime, sa victime, la première. Il avait certes étouffé un type dans cette boutique en compagnie de Zack et Morgan, mais c'était pas pareil parce que le type en question était mourant. Parce que la morsure à son bras, et les gouttes qui lui dégoulinaient le long des traits, laissaient aucun doute quant à ce qui allait se passer pour lui.

Vois ça comme une B.A ouais, tu t'sentiras moins mal. Fuller en ferma les yeux une seconde, les rouvrant uniquement quand son voisin reprit la parole au sujet de Renton et de leurs pertes. Les American Dream avaient moins perdu qu'eux côté membres, même si on pouvait pas compter l'importance d'une vie humaine, celle de Kyle ici, pour la comparer avec d'autres, mais ils avait perdu leur liberté et ça, c'était peut-être ce qu'ils avaient tous du mal à encaisser. Sauf Vic, elle, elle s'était barrée chez Miss Canada dès que l'occasion lui avait été donnée de le faire.

Digérer. Un rictus amer fila ses lèvres. Si seulement ce gars pouvait avoir raison, si seulement y avait un truc à prendre, peu importait quoi, pour aller mieux et digérer, alors il le ferait sans hésiter. Il verrait plus ce trou duc qu'était pas vraiment là, il l'entendrait plus geindre à longueur de temps, ou encore le sermonner ou lui assurer que, d'ici peu, il finirait comme lui : seul comme un putain de spectre. S'il sut se tirer de ces songes pas terribles, ce fut grâce au jeune homme auprès de lui. Stan changeait de sujet, lui demandant si ça allait, s'il se sentait bien dans le camp. Oh il pouvait mentir, dire que c'était la plus belle occasion qu'il avait eue depuis le début de cet infâme merdier mais, au lieu de ça, en continuant l'ouvrage devant lui, il tira une moue particulière et haussa une épaule.

- Bha... C'pas habituel pour moi. 'Fin y a du monde, on s'sent pas seul mais, j'sais pas, à part toi, et Décalcoman, puis ceux avec qui j'suis depuis plus d'un an, j'sais pas ….. Si il savait.

Fuller avait juste pas envie, pas envie de faire comme si tout allait bien, comme si rien allait leur tomber sur le coin de la gueule parce que les barricades étaient assez hautes, ou même solides, pour pas que les manouches les emmerdent. Puis aussi parce que mentalement c'était pas la joie et que ça l'empêchait de profiter des p'tits plaisirs dont venait de parler le militaire. Il profitait pas vraiment de la grossesse de May. En zieutant son ventre qui s'arrondissait au grès des mois, Nathan se disait juste qu'il ferait de la merde comme le lui confiait le fantôme du gars de Renton.

- Vic elle a fait son trou, sans mauvais jeu de mots, Rit-il tout de même. mais ouais peut-être qu'faut le temps, c'comme pour le deuil et tout c'bordel. Ou pas... S'il avait pu lui faire fermer sa gueule, Nathan l'aurait fait. Un soupir souleva son thorax alors qu'il terminait de lisser son rebouchage. Et pour arranger l'tout, ma nana est … en cloque. Sourit-il sans être certain que la nouvelle était bonne. Elle l'aurait été s'il avait pas chié dans la colle, si y avait pas eu ce truc de dingues à Renton, si.... Si t'étais pas un sale connard égoïste qui vire marteau. Ouais, c'était pas faux ça. Parce que quand Victoria lui avait avoué s'être faite avorter, il avait eu... mal ? C'fait beaucoup d'un coup, mais t'as raison ouais, y a que l'temps qui fait la différence j'pense.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Stanley Maverick
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2415
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Between real and unreal   Between real and unreal EmptyJeu 28 Mar 2019 - 10:17
Les deux garçons poursuivaient leur conversation tout en s'appliquant à l'ouvrage. C'était bête comme un petit coup de propre redonnait vie à certaines choses ! Deux ou trois coups de spatules, un peu de peinture, des meubles corrects et le tour était joué ! Les nouvelles recrues du camp allaient enfin avoir cette impression d'avoir retrouvé un foyer ! Dommage que les états d'âme et les cœurs brisés ne se réparaient pas si facilement de leur côté...

Nathan se confia alors rapidement sur son ressenti vis à vis de son installation ici. Quelques mots qui laissaient entendre qu'il ne se sentait pas réellement encore établi, comme son compagnon aurait pu l'espérer. Ce dernier lui jeta d'ailleurs un regard en biais.

- Avec le monde qui nous entoure aujourd'hui, aller vers les autres, regarder les choses du bon côté, positiver, ça d'mande de l'effort, c'est clair. C'est plus facile de s'morfondre sur c'qui a pu se passer. Même faire confiance, c'est chaud, j'en ai conscience ! Mais ouais, j'pense que c'est quand même nécessaire... si on veut pas virer complètement maboul. Ces mots, il les disait en pensant encourager Nate. Car pour lui, les refractaires à leur mode de vie, à leur « chance », c'était des idiots, des faibles. Il n'imaginait pas une seconde qu'il effectuait au passage un jugement inconscient, mais sans appel, sur son partenaire de corvée...

Le jeune homme évoqua alors la grossesse de sa copine et Stanley tiqua bien évidemment. Ce genre de nouvelles ne passaient pas inaperçues dans un groupe de cette taille. C'était toujours porteur d'espoir ! Puis les bébés, s'il commençait à y en avoir quelques uns, ne naissaient pas tous les quatre matins ! Alors il avait entendu parlé de cette grossesse. Peut-être que Nathan avait ouie dire l'état de Casey aussi...

- Ouais la nouvelle avait un peu circulé. Félicitations, c'est cool. Il fit un sourire. Il voulait y croire, même si une part d'appréhension depuis quelques semaines l'avait gagné. J'sais pas si t'es au courant, mais ma nana aussi. On est content, tu vois, avec les recherches qui avancent, le cas de Clayton, ça rassure un peu. Ces gamins auront sûrement une chance. C'était cette intime conviction qui avait d'ailleurs poussé le couple à cesser de faire attention. Même si avec c'qu'y est arrivée à Jenna et Richardson, j'dois t'dire... j'suis moins tranquille... Le décès de la jeune femme en couche leur avait rappelé une vérité : la grossesse et l'accouchement n'étaient pas sans risque, pour la mère aussi ! ça t'fait pas trop flipper toi ? C'était un truc que vous aviez prémédité ?


Between real and unreal 1536421343-stan-sign
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Between real and unreal   Between real and unreal EmptyMar 9 Avr 2019 - 14:20
Between real and unreal


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


C'était pas drôle, pas une seconde. Savoir que May était enceinte le faisait flipper, pas parce qu'il y connaissait que-dalle à la paternité, pas parce qu'il s'imaginait devenir un vieux con qui sermonne son mioche, davantage parce qu'il avait de gros problèmes en ce moment, des problèmes dont personne avait connaissance. Félicitations. Là encore il haussa les sourcils, préférant s'occuper de la parois devant lui que de relever. Est-ce qu'il méritait d'être félicité pour ce genre d'exploit ? Après avoir trompé sa nana sans aucun scrupule, sans une once de réflexion ? Pas vraiment, et l'autre dans le creux de son crâne lui dirait pas le contraire. S'attardant contre l'ouvrage en cours, Nate sourcilla en entendant Maverick poursuivre. Woow, Casey, la petite blonde bonnasse du nouvel an, elle aussi avait un polichinelle dans le tiroir ? A croire que c'était le lieu, l'endroit propice pour procréer, y avait pas que la terre qu'était fertile putain, y avait les nanas et aussi les idées qui germaient dans le crâne des scientifiques depuis qu'ils avaient calé que Shwarzy était différent des autres.

- J'te retourne les congrats Stan, j'savais pas nan. En même temps le journaliste se mêlait peu de la vie de ce camp, c'était pas chez lui, pas chez eux, et depuis que Zack était de nouveau sur pieds, il avait plus trop à coller son nez là où la grande tige le faisait pour eux en général. Il avait veillé sur eux tous quand le blond était convalescent, parce ce que ce dernier le lui avait demandé, mais maintenant que Atkins était en pleine possession de ses moyens, le trentenaire préférait se tapir dans l'ombre pour délirer à l'abri des regards inquisiteurs. Et pour Clayton ouais, j'suppose mais est-ce qu'ça changera vraiment quelqu'chose en définitive ?

C'était cool, ils parvenaient à faire un truc du sang de ce type, rallongeaient l'espérance de vie de ceux qui avaient été mordus ou griffés, cependant ça changeait pas vraiment la donne au regard brun du journaliste. Et même s'ils découvraient un espèce de vaccin, ou quelque chose capable d'enrayer les effets néfastes d'un contact salivaire ou sanguin avec les manouches, ils seraient les seuls et personne leur ramènerait ceux ayant cassé leur pipe, tout comme ça n'empêcherait pas les crevures putréfiées de proliférer au delà de leurs supers remparts. La preuve étant ce dont venait de parler le soldat, Jenna était morte et malgré les progrès scientifique, ou médicinale des lieux, rien avait pu changer quoi que ce soit à ça. Y aurait toujours le risque qu'un con crève, mute et aille bouffer ses potes nan ? En guise de réponse à ses propres réflexion, Fuller haussa les épaules. Après tout il était pas de ce bord là, les sciences ça le dépassait, peut-être bien que les rats de labo visaient un truc précis qui éviterait de muter peu importait le cas.

- Si l'un d'vos Docteurs Mabouls trouve un truc, y aura toujours des manouches dehors, faut pas m'dire qu'si on injecte une merde à un macchabée en décomposition il va s'remettre à vivoter dans la normale. Là, il en rit, plutôt de bon cœur même, à imaginer ces saloperies se remettre à bouger, penser et vivoter, finalement ça ressemblerait à des cas de lèpres avancées. Presque hilare, il tempéra ses esclaffes avant de reprendre avec un peu plus de sérieux, surtout que Stan venait de revenir sur le sujet May en rapport avec le cas de Richardson. Évidement qu'j'flippe, les nanas elles accouchent d'puis la nuit des temps, ici y a toute la technologie pour qu'ça s'passe bien et, pour autant, ouais ….. c'pas sans risque. Et il n'y avait pas que ça, peut-être que pour lui le reste l'était bien plus : flippant. La voix dans son crâne, le mec dans son crâne, le fait qu'il n'avait aucune issue pour s'en débarrasser ou ne serait-ce que s'en défaire. C'était pas « voulu », mais t'sais ce que c'est nan ? Quand t'as envie d'serrer tu t'dis qu'ça arrive qu'aux autres. Un sourire amusé pointa à la commissure de ses lèvres. C'était typique du mec qu'il était ça, les merdes n'arrivaient qu'aux autres effectivement jusqu'à ce qu'elles vous éclaboussent la gueule sans que vous les ayez vues venir. Et toi, avec Casey vous aviez parler de faire un p'tit ?

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Between real and unreal   Between real and unreal Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Between real and unreal -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Derniere heure Zeyala est a Honduras.
» 2009 L'IDEAL ET LE REAL ?????
» Itsuka Tenma no Kuro Usagi
» Kakashi 'H Design [Pas de No-cuts]
» /!\ Kakashi's Gallery /!\

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: