The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Spirits in my head and they won't go -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathan E. Fuller
Modératrice
Nathan E. Fuller
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 740
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Spirits in my head and they won't go   Spirits in my head and they won't go - Page 2 EmptyMar 26 Mar 2019 - 9:54
spirits in my head and they won't go


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Wisteria Lane ouais, en plus Will lui donnait pas tort en parlant d'une certaine Casey. Il remettait pas sa tête à cette nana, sans doute parce qu'il se mêlait pas aux membres de ce groupe de gens civilisés. C'était peut-être la nana de Stan, peut-être pas, et pour ce qu'il s'en souciait là, sur le vif à composer entre la réalité et les merdes qui lui brouillaient le crâne, c'était sûrement pas sa préoccupation première. Pourtant la suite des propros de son pote lui arracha un smile bien plus appuyé. Ouais, ça devait piner à droite à gauche, autant que ça jouait de la pelle autrement que dans la bouche d'une nana. De ce qu'il en savait, ou en avait entendu parler, le Phasme avait été ramené ici par son pote le jeune militaire. Alors ouais, Will avait peut-être pas tort, y avait sûrement pas que des racines de fleurs plantées dans les jardins de Fort-Ward. Un grognement attira pourtant son attention un peu plus loin. Un autre manouche, bien moins « liquide » celui là, s'approchait déjà. Une cheville pétée, la bestiole traînait l'une de ses guibolles sans souffrir, pas comme lui qu'avait juste eu le poignet décalqué suite à l'attaque de Renton. Le journaliste extirpa le couteau de son étui, glissa les doigts dans les cercles de titanes prévus pour, avant de sentir sa main fourmiller au souvenir que lui ramenait cette simple lame. Il le vit du coin de l’œil, mais passa outre pour mieux planter le crâne du rôdeur qu'il dégagea sur le côté.

T'aurais pu le planter sous la gorge, non ? Le corps s'effondra, laissant place à ce type et le collier de sang, à son cou, qui l'obligea à déglutir. Ouais bha les spectres faisaient bien ce qu'ils voulaient. Habituellement y avait pas la plaie mais là, c'était comme pour mieux enfoncer le clou. Ou, ici, la lame qu'il s'était mangée de sa part. Ça craindra rien pour May. Le mirage s'évapora, envoyé sur les roses par Will qui lui passa au travers, poussant le journaliste à froncer les sourcils parce que juste avant de planter les yeux dans le clair de ceux de son pote, il scrutait le regard vide de sa victime. Il eut un temps pour réagir, trop de temps sans doute, ce qui dût pas échapper au mec devant lui.

- O-ouais..... May, le bébé... Est-ce que ça les empêcherait de foutre le camp ça, s'ils en avaient l'occasion un jour ? Rien que songer à ce mioche fit se hérisser le duvet de sa nuque. Il était pas prêt, pas parce qu'il craignait de devenir père et de pas assurer un kopek, juste parce qu'il allait pas bien, même mal. 'Fin t'sais avant ça, les hostos et autres technologies, les nanas elles accouchaient à la dur. Égoïste ? Clairement oui, parce que si on lui filait l'occasion de se tirer de ce putain de camp trop net, trop clean, trop trop, Nathan pousserait sans doute la blonde à le suivre, juste pour espérer aller mieux ailleurs alors que ce ne serait que reculer pour mieux se planter. C'était peut-être moche à entendre pour le Californien, mais cette réponse lui ressemblait bien plus que le comportement particulier dont il faisait preuve depuis des mois. Pis quand t'penses qu'même avec tous ces p'tins de trucs, d'matos et autres claques de doc, la nana d'Hulk y est passée, Lâcha-t-il comme une preuve irréfutable de l'incapacité de cette communauté à avoir le contrôle sur tout. perso j''pas envie d'leur confier … Il fut incapable de dire « mon fils » ou « ma fille », mais déglutit. 'fin j'veux dire c'pas forcé qu'elle soit mieux ici. Toi même t'as pas confiance, t'pense qu'moi si ? Holy shit, j'suis sûr qu'si elle avait pu faire autrement la rouquine s'en serait pas privée, mais maint'nant qu'on est là, faudrait pas qu'on aille vendre son putain d'palace ailleurs, c'pour ça qu'elle nous file le train dès qu'on colle un pied hors de l'enceinte. Changement de sujet, ce serait plus simple. Ouais, c'était toujours plus simple de fuir l'évidence.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Will E. Mayfield
Administratrice
Will E. Mayfield
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 9mm & couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 05/02/2017
Messages : 972
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Spirits in my head and they won't go   Spirits in my head and they won't go - Page 2 EmptyDim 7 Avr 2019 - 15:30
Il y avait très clairement un truc qui clochait chez Fuller, Will n’allait pas prétendre le connaître sur le bout des doigts car après ça ne faisait qu’un an qu’ils zonaient ensemble dans ce monde et que même en étant très observateur, des détails pouvaient lui échapper. Mais là, à le voir face à ce cadavre qu’il venait d’achever, le californien haussa un sourcil. Il continua de parler, de faire la conversation sur ce groupe, ces gens, ce qu’ils pouvaient leur apporter à eux comme avantage, et le plus flagrant c’était la sécurité pour May et son bébé. Ça lui paraissait essentiel, ce n’était pas un instinct paternel inexistant qui lui dictait ses mots ou ses pensées, simplement une espèce d’instinct de préservation de la race humaine face aux morts. Depuis plus de trois ans, il n’avait jamais croisé de nana en cloque, pas avant de voir Jenna ici, des gosses il n’en avait pas vu non plus en dehors de ce camp ou alors ils étaient aussi morts que leurs parents. Bref, Fort Ward avait tout du cadre idéal pour élever des mômes, et pas uniquement grâce aux petites maisons entourées de pelouses verdoyantes. C’était un tout, un tout que lui ne savait pas encore parfaitement apprécier mais les faits étaient là.

« Sans doute, mais avant, y’avait pas les cadavres qui se relevaient pour nous bouffer la couenne. » Ce n’était pas juste les risques liés à la grossesse, là encore c’était un package complet de risques à la con. Une femme qui accouchait, il paraissait que ça pouvait hurler, un bébé ça pleurait, les morts n’avaient plus toute leur tête mais ils avaient toujours de bonnes oreilles, ça c’était certain. Nate évoqua le sort de Jenna justement, vrai que ce n’était pas tous les moyens de l’île qui l’avaient sauvée, rien ne l’avait sauvée, mais le bébé en revanche respirait et grandirait ici. Dehors … cette gosse y serait passée avec sa mère.

Pourtant il était d’accord avec Nathan dans le fond, il ne leur faisait pas entièrement confiance et savait que leur présence ici n’était que le fruit d’un hasard réellement malheureux, brutal. Ils étaient les seuls survivants du district établi à Renton, sans la présence d’Ela, Evelyn et la baronne comme Nate aimait à l’appeler, sans doute qu’ils n’auraient jamais mis les pieds ici. « J’dis pas de leur confier mais … ces murs, ces tours de guet, y’a quand même de quoi assurer nos miches ici. J’suis d’accord, c’est la seule chose qui vaille la peine de supporter nos chers voisins mais … chais pas, tu t’vois dehors ? Avec May, un bébé ? » C’était sans doute la question de l’année parce que là, Will aurait mis sa main au feu que Fuller ne se voyait même pas avec un bébé, alors avec un bébé dans ce monde-là …

« ‘Fin … t’as l’temps de voir venir encore, on a l’temps d’apprendre à leur faire confiance, May leur fait peut-être déjà confiance finalement. » Vu que Victoria avait préféré aller s’installer chez Joann, elle avait peut-être convaincue sa pote de leur faire confiance également. Ça l’angoissait aussi ça, sa nouvelle existence, Will l’avait construite autour de ces personnes, ce noyau dur, que se passerait-il si finalement ils n’avaient pas tous la même vision de cet endroit ? Finalement que pensait Zack de leur présence ici ? « Dans l’pire des cas, on ira faire du macramé chez les voisins … » souffla-t-il en riant avant de soupirer.


Hell or High Water
“Life's for the the livin', I won't be givin' up”
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
Modératrice
Nathan E. Fuller
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 740
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Spirits in my head and they won't go   Spirits in my head and they won't go - Page 2 EmptyVen 12 Avr 2019 - 17:10
spirits in my head and they won't go


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Il disait pas de leur confier, mais dans ce que venait de lâcher Will, Nathan décelait une sorte de conseil qui le dérangeait légèrement : sa place était peut-être ici, avec May parce qu'ils avaient de quoi voir venir, de quoi voir grandir un mioche. Putain ... Never, no way... Non, il avait pas envie de croupir dans ce truc, quand bien même ils avaient tout, et bientôt l'électricité sans coupure parce qu'un ingénieur y bossait, c'était pas chez lui, pas chez eux. Le temps passant en plus de ça, allait le rendre cinglé, pire encore depuis Renton, depuis la mouise, le merdier, depuis qu'il avait fait coulé le sang d'un type trop con pour avoir chopé l'occasion de fuir au vol. Pourtant est-ce qu'il se voyait dehors avec May enceinte, puis avec un mioche ? Il se voyait nul part en vérité, ni ici, ni ailleurs. J'te verrai bien à bouffer les pissenlits par la racine personnellement. Un rictus amer fila ses lèvres contre lesquelles il passa la langue avant de redresser les yeux sur la flotte devant eux. Ce serait peut-être plus simple. Lâche sans doute, mais plus simple pour elle s'il s'évaporait. Pourtant la voix du blond le ramena à l'instant T. Ils avaient le temps ? Peut-être, peut-être pas en définitive, parce que personne savait ce qu'il serait foutu de faire demain, dans deux jours, une semaine, voire un mois. Quant au macramé, un rictus nasal lui échappa, lui arrachant un piteux sourire qui donnerait plus ou moins le change quant au gars qu'il était avant tout ça, avant de buter de sang froid, avant d'apprendre que d'ici quelques mois il devrait veiller sur la chair de sa chair sans être fichu de veiller déjà sur ses propres miches.

- C'pas mon truc, p't'être que j'préférerai le scrapbooking. Sûrement pas bordel, son truc c'était se marrer, saisir quelques opportunités au vol, séduire, obtenir. Des tas de trucs qu'il faisait plus et lui avait juré ne plus faire parce qu'il l' aimait, qu'il tenait à elle. T'crois qu'faut prévenir quelqu'un pour l'ramassage des ordures ? Reprit-il en collant la semelle dans la gueule du dernier achevé.

[…] Ce qui devait arriver arriva, peu de temps après et une merde en entraînait une autre, pire que toutes les autres, pire que tout ce qu'il avait fait jusqu'à présent, pire que toutes les crasses dont il se savait capable. Il avait dû parler suite à ça, au minimum à la rouquine qui semblait la seule à pas le juger. Et s'il avait imaginé un jour que cette fille, aux abords détestables, serait son unique pilier avec Zack qu'il avait jugé tout aussi glacial, sans doute en aurait-il rit, mais vraiment rit. Pourtant là, Nathan était comme déconnecté de ce qu'il était, en total reboot, désireux de presser la touche erase parce que le rewind changerait rien, que sans savoir sans doute recommencerait-il sans réfléchir mieux. L'autre enfoiré parlait plus, du moins il était encore là de temps à autre, mais bien plus silencieux, comme si, désormais et depuis que la mal était fait, il l'abandonnait pour le laisser à sa réalité morbide. Elle était pas morte, elle était en vie et malgré tout il avait pas de mot pour qu'elle essuie le merdier dont elle avait été victime, Nate n'avait aucune certitude quant à sa capacité à se reprendre, à ne jamais réitérer.

Paumé dans ses songes, assis là sur le perron qui menait au jardin de la baraque, le journaliste redressa à peine le nez en voyant Will le rejoindre, sans être conscient de sa présence sans doute, pour certainement se griller une clope. Sa seule vision dut le faire reculer. C'était même pas étonnant, s'il avait un putain de super pouvoir subitement, c'était celui d'éloigner les gens qu'il appréciait, de se faire détester, injurier. De tout ce qu'il craignait, le pire se produisait, il finirait seul dans le silence avec juste ses pensées et actes passés pour compagnie.

- J'suis ….. désolé Will. Fut tout ce qu'il parvint à lâcher en sentant le Californien tourner les talons. Et s'il continuait son chemin, alors il aurait au moins lâché le morceau, pour l'une des premières fois de sa putain d'existence.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Will E. Mayfield
Administratrice
Will E. Mayfield
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 9mm & couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 05/02/2017
Messages : 972
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Spirits in my head and they won't go   Spirits in my head and they won't go - Page 2 EmptyVen 12 Avr 2019 - 21:48
Assis face au lac, le vent frais, presque froid, lui fouettait le visage sans parvenir à le réveiller. A nouveau il se sentait endormi, comme drogué sauf qu’il ne l’était pas. Il aurait aimé l’être mais toutes les pharmacies étaient bouclées, surveillées. Personne ne faisait pousser d’herbe qui faisait rire dans les potagers du camp, quel intérêt à part bouffer des putains de choux. Will n’était plus que l’ombre de lui-même, le fantôme de celui qu’il avait déjà été ici même à Seattle, presque spectateur de cette triste et piètre survie. Une fausse vie et tout le confort de Fort Ward n’y changerait rien.

Une dizaine de jours qu’il avait réussi à les éviter soigneusement, minutieusement. Une dizaine de jours qu’il évitait tout le monde. Bien sûr qu’il avait eu vent de ce que cet enfoiré avait fait à May sauf que le blond n’avait pas eu le cœur à jouer les héros, non, tous autant qu’ils étaient, ils ne méritaient plus l’investissement. Peut-être bien qu’il se laisserait porter, mourir ici pour les laisser jeter son corps dans une fosse comme tant d’autres. La blonde allait bien, que tous les autres se démerdent avec leur merdier, leurs rancœurs, leurs peurs, leurs angoisses, qu’ils poursuivent tous leurs chimères. Lui avait assez des siennes.

Les nuits étaient longues, les journées l’étaient encore plus, toutes les rondes, gardes et tous les nettoyages de rôdeurs du monde n’y auraient rien changé. Dès lorsqu’il fermait les yeux, ça lui sautait encore au visage, sa propre bêtise de penser qu’il avait réussi à l’approcher, à se faire une place près d’elle. Morgan ne voyait qu’un pion en lui, sans doute pour ça qu’elle l’avait ramené, sans doute pour ça qu’elle ne l’avait pas viré avant, mais elle ne voyait ni un ami ni un amant. L’ami c’était Zack, le seul et l’unique, l’indétrônable. L’amant, visiblement c’était ce connard de Nathan. Ça, il ne l’avait pas vu venir mais finalement … c’était logique, Fuller avait peur de la vie qui grandissait en May, cette vie qui lui ressemblerait sans doute. Pauvre gosse, il partait avec un putain de handicap.

Une dernière bouffée de nicotine, pas suffisante pour le détourner de tout, et Will écrasa sa clope dans le sable, son regard clair encore rivé sur le lac un instant, il eut l’impression d’y voir la silhouette de Leah, fantomatique, vaporeuse. Finalement, il ne valait pas mieux qu’eux, que lui, qu’elle, puisqu’à elle aussi, celle à qui il avait juré fidélité, honnêteté, il avait menti des années durant. Le californien inspira, ravalant des larmes qui lui brûlaient la gorge, se relevant d’un mouvement mou et sans la moindre énergie. Le pas trainant, le tatoué gagna la maison, espérant n’y croiser personne mais si ses souhaits étaient exaucés, ça se serait su.

Un soupir fila ses lèvres pincées lorsqu’il remarqua la silhouette de Nate sur le perron. Déjà prêt à tourner les talons, après tout il trouverait bien un coin où se caler en attendant de ne croiser personne, Will secoua la tête, faisant finalement face au journaliste. « Désolé ? Pour quoi au juste ? T’as tellement d’merdes à ton actif que j’ai perdu l’fil … c’est pas à moi qu’tu dois t’excuser enfoiré. » Serrant les poings, le californien prit sur lui pour ne pas revenir lui coller ses phalanges dans la tronche, c’était tout ce qu’il méritait, que quelqu’un laisse finalement parler sa colère envers lui jusqu’à le laisser étendu là, mort, jusqu’à le jeter dans une fosse à son tour.


Hell or High Water
“Life's for the the livin', I won't be givin' up”
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
Modératrice
Nathan E. Fuller
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 740
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Spirits in my head and they won't go   Spirits in my head and they won't go - Page 2 EmptyVen 12 Avr 2019 - 22:38
Spirits in my head and they won't go


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Il s'attendait pas à ce qu'il reste, encore moins à ce qu'il ouvre la bouche, pour autant Nathan parvint difficilement à redresser les yeux dans la direction des siens. Will avant cette soirée de merde, où ses lèvres avaient flirté avec celles de Morgan, avant qu'il s'en prenne à sa propre nana, c'était son pote. Un gars avec lequel il avait directement accroché à peine avait-il passé le seuil de cette baraque à Renton. Un type avec qui il passait pas mal de temps, le mec qu'il considérait presque comme un frère, mieux que celui de son sang, et avec lequel il savait n'avoir jamais à être déçu. C'était pourtant de lui qu'il aurait dû douter, de son propre cas, de ses propres facultéss à faire foirer tout ce qu'il pouvait avoir de bien.

Là c'était dingue comme tout lui paraissait plus clair depuis qu'il avait ouvert sa putain de gueule pour dévoiler ses maux, depuis que Cole lui avait tendu la main, l'avait aidé et, il lui semblait, compris. Mais c'était peut-être trop tard, finalement il avait chié sa survie de A à Z, et peut-être que n'avoir jamais eu à suivre sa putain d'ex lui aurait été bénéfique. Il serait resté un temps chez Disney Miasmes, se serait accroché à d'autres cons, à l'intellect limité, et aurait profité à leurs crochets. Ce qui le débectait en un sens, c'était qu'avant l'instant T, avant d'apprendre à creuser chez les autres, à retirer d'eux ce qu'ils avaient à lui offrir, à lui donner sans rien demander en retour, Fuller était comme Raven. Si elle restait égale à elle même, opportuniste jusqu'au bout des ongles, lui récoltait les fruits amers de ses erreurs, du mal qu'il avait fait, des merdes qu'il avait semé en pensant qu'il braverait tout et n'importe quoi sans une once de remord.

Un soupir fila ses lèvres qu'il pinça avant de dévier les yeux. Parler en fixant le regard de son interlocuteur lui était encore difficile. C'était comme se réveiller d'un comas après des mois de léthargie, comme si le monde avait plus la même couleur, la même saveur. Sûrement les médocs que lui avait refilé Ansel en insistant sur les prises régulières, les doses à ne pas dépasser, sur l'importance de ne pas s'ingurgiter un litre de gnôle quoi qu'il advienne. « Okay », c'était là tout ce qu'il avait dit avant de croiser les yeux bruns de Morgan, de lui sourire sans savoir quoi dire ou faire d'autre. Il se sentait faible mais suffisamment éveillé pour pas passer sa journée au plumard comme lors de la première prise. Finalement même ça c'était comme le reste, on s'y faisait, on s'y habituait et lentement, très lentement, on reprenait doucement le fil de l'existence même si là, pour lui, la réalité était terrible, terrible au point qu'il pense à la pire des choses chaque jour mais que sa lâcheté légendaire le clouait sur place et lui renvoyait, en divers flashs, les images de cette nuit là.

- Pour elle, Reprit-il sans une pique, sans un sarcasme, sans blague de merde. Ses deux paumes filèrent à ses cheveux bruns puis dévalèrent sa gueule avant qu'il les appuie sur ses genoux pour se redresser contre les marches. j'étais pas dans mon état normal et ….... j'regrette, p'tin Will j'sais que …...... enfin faut qu'tu lui parles parce qu'elle a pas b'soin d'payer pour mes conneries et que, Un rictus faiblard fila ses pétales parce que ce qu'il allait dire aurait pu le faire marrer même pas un an plus tôt. Elle est cool, vraiment alors lâche pas maint'nant, fais pas cette connerie, m'ressemble pas va, t'es un bon gars garde ça pour toi c't'important.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Will E. Mayfield
Administratrice
Will E. Mayfield
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 9mm & couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 05/02/2017
Messages : 972
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Spirits in my head and they won't go   Spirits in my head and they won't go - Page 2 EmptySam 13 Avr 2019 - 20:30
Il suffisait qu’il le regarde pour sentir la colère bouillir dans ses veines. C’était pour ne pas céder à la facilité que Will ne lui collait pas encore son poing dans la tronche, histoire d’égaliser un peu les hématomes sur son visage. Tout ce qu’il voyait en le regardant, c’était cette scène et c’était le geste de Fuller, geste qu’il aurait peut-être pu empêcher s’il n’avait pas été enfermé dans sa propre colère. Et tout ça, c’était la faute de ce type, pitoyable.

Fuck you Nate ! siffla-t-il, les poings serrés, son regard clair posé sur le brun. C’était tout ce que ses paroles lui inspiraient. « Pas dans ton état normal ? Mec t’es pas capable de penser avec autre chose que ta queue, combien d’fois tu vas blesser les gens autour de toi avant de te poser les bonnes questions ? » Will était dur sans doute, mais finalement, il y avait dans ces mots un peu de ce qu’il se servait à lui-même, cette colère, cette pitié. Ce besoin d’en finir. Un rictus mauvais étira ses lèvres pincées alors que d’un geste ample il balayait l’air devant lui. « Tout, tu merdes tout mon gars. Depuis le début. » Il merdait tout avec tout le monde, May, Morgan, lui qu’il disait être son pote.

Secouant la tête, le blond haussa les épaules. « J’ai déjà lâché, qu’elle aille au diable. » souffla-t-il, difficilement, parce que ça lui faisait mal de réaliser cette vérité. Il avait baissé les bras, après des mois à se rapprocher d’elle, sans chercher la moindre compensation, sans attendre rien en retour sinon sa confiance. La rousse avait fait fort, elle l’avait vraiment pris pour un abruti finalement, et Will savait qu’il aurait dû s’en douter. A chaque fois, elle ne l’avait sauvé que pour sauver sa peau à elle ou par erreur, dans leur ersatz de relation, Morgan n’avait pas fait la moitié du chemin que lui avait fait vers elle. « J’suis un bon gars ouais, sans doute pour ça qu’elle préfère se tourner vers d’autres hein … Donc si elle veut parler, tu pourras lui passer le message. J’écoute plus, j’en ai ma claque d’écouter. »

Ecouter, il avait été là pour le faire, des mois durant, il était resté près d’elle alors qu’elle était au plus mal après l’attaque de Renton. Et pour quoi finalement ? Pour rien. « Toi, elle, vous feriez mieux de vous éloigner des gens, vous savez rien faire d’autres que causer des problèmes, blesser les autres, les gens qui s’inquiètent pour vous. Qui tiennent à vous, les abrutis finis qui pour des raisons qui dépassent l’entendement tiennent à vous. » Son regard clair se reposa sur Nathan, à nouveau dur, glacial. « Vous êtes toxiques. » Et ce qui était toxique était létal.


Hell or High Water
“Life's for the the livin', I won't be givin' up”
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
Modératrice
Nathan E. Fuller
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 740
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Spirits in my head and they won't go   Spirits in my head and they won't go - Page 2 EmptyDim 14 Avr 2019 - 17:30
Please don't go.


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Qu'il aille se faire enculer ? Il s'attendait pas à mieux franchement, Nate aurait pu sourire en temps normal, là il ne fit que l'observer avant de ravaler sa salive. C'était pas les cachetons qui le faisaient manquer de punch, juste que la prise de conscience, la putain de claque que ça collait ce genre de trucs, vous empêchait d'être vous même, ou alors vous empêchait d'être juste con. Si Will devait le pourrir pour allait mieux, alors qu'il y aille franchement, et s'il avait envie de lui en recoller une autre paire, histoire d'harmoniser la couleur qu'avait pris sa gueule suite aux premiers coups, alors qu'il y aille. C'était pas ça qui le tuerait, il était déjà mort mentalement, une couche de douleur physique serait peut-être réconfortante pour le punir. Ça faisait mal ce que disait le Californien, malgré tout c'était vrai, y avait bien que ça qui blessait qu'on disait nan ? La vérité, pure et dure, sans fioriture, claquée dans la gueule d'un sale enfoiré égoïste et connard c'était comme se libérer d'un poids autant que de sortir une lame qu'il aurait pu lui foutre dans le bide. Il était con ouais, con au point de pas avoir parlé à temps, con à avoir cru s'en sortir seul ou que le temps ferait son ouvrage et le débarrasserait du pétoncle paysan, sans penser qu'en réalité ça empirerait, empirerait jusqu'à ce geste bien trop lourd de conséquences néfastes.

Ses mains en tremblaient encore en y sentant le fourmillement, ce rappel de ce soir là, l'horreur dans son regard rougi, le bleu qui avait remplacé le rose de ses joues. Morgan lui avait pourtant dit qu'elle allait bien, enfin aussi bien qu'une nana pouvait se sentir après que son mec l'ait étranglée sans raison apparente, aussi bien qu'une fille enceinte de quatre mois qui venait de se faire quasi pendre par son gars complètement barge. La voix de Will le ramena pourtant face à lui, à ce qu'il lui demandait de confier à Morgan.

- Fais le, j'suis pas fiable t'sais bien. C'était mauvais ça, mais sans entrain, juste une vérité qui lui ramenait en pleine gueule que ouais, Mayfield avait raison une fois de plus. J'admets c'déjà pas mal, ça suffit pas ouais, mais t'crois quoi bordel ? Si j'étais ravi d'mon putain d'coup d'merde j'serai pas là à déprimer sous le porche et j''m'enfilerai certainement pas dix smarties par putain d'jours Will. Il gueulait même pas, le trentenaire en avait pas la force. Finalement si ces deux là se rapprochaient jamais, qu'ils vidaient jamais leur sac, c'était sa putain de faute. Toxique, un rictus étranglé fila ses lèvres avant qu'il s'appuie contre le mur parce que sa tête lui disait merde. Lui était toxique, Morgan pas sûr, elle était juste difficile à décoder, elle avait juste trop bu et lui avait juste ….. Il en soupira, il était pas excusable, il avait certainement plus rien à foutre ici, dans ce putain de monde. Ou si, avant fallait qu'il la voit, et si c'était la dernière fois alors tant pis, il aurait plus qu'à se mordre les couilles d'avoir été si débile, fournis avec un logiciel foireux depuis la naissance, aussi foireux que ses parents préféraient le noyer sous le fric que de se pencher sur ses véritables problèmes, sur ce qui n'allait pas et que lui pensait aller parfaitement parce qu'il avait toujours agi de la même manière. J'suis désolé, t'as l'droit d'pas accepter, t'as l'droit d'me dégommer la gueule si t'as envie, d'toute y a peut-être qu'ça qui m'fera oublier qu'j'suis qu'un putain de parasite toxique.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Spirits in my head and they won't go   Spirits in my head and they won't go - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Spirits in my head and they won't go -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Buy you gotta keep your head up { Adam Carter
» GHOST IN MY HEAD (ft. THE peacekeeper)
» 08. Going out of my head !
» GUY PHILIPPE AVWE KE ATAK YO PA T MONTAJ
» 08. Heads will roll

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: