The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- The first days... -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evelyn Collins
Modératrice
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1337
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: The first days...   The first days... - Page 5 EmptyDim 28 Avr 2019 - 21:55
The first days...


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Ça faisait combien de temps qu'elles discutaient ? à peine quelques minutes et Evelyn sentait son cœur battre de travers. Qu'il puisse avoir raison, qu'en définitive les grands yeux de biche de Olivia parviennent à la ramener à ses propres origines, l'essence même de ce qu'elle était avant... avant lui. Un soupir haletant fila ses lèvres qu'elle termina par pincer avant d'occuper ses doigts en enroulant les fils d'écouteurs de son MP3 autour de l'appareil tandis que le silence perdurait. C'était comme si elle avait balancé une bombe, un explosif qui venait de déloger le sourire, qu'elle avait cru percevoir, des lèvres de sa mère.

- Il est décédé … quelques temps après le début de tout ça. Si tôt ? La jeune femme en déglutit, mal d'avoir posé la question mais désireuse de comprendre, de savoir pourquoi, comment, dans quelles circonstances. On a rejoint l'un des lieux saufs sécurisés par l'armée et, ensuite les soldats ont rapidement demandé aux civils de leur prêter main forte. Ton père, …... Ils ont dû l'achever avant que... Elle entendait parfaitement sa voix se muer en sanglots, mais ses yeux ne quittaient pas les siens et, étrangement, aucune larmes ne roula sur ses joues encore rosies parce qu'elle n'avait pu terminer plus tôt. Son père avait simplement été happé par un moche, mordu puis avait rejoint l'endroit auquel il croyait dur comme fer. Pourtant de sa mère et de lui, Evelyn avait imaginé Bryan survivre bien plus aisément. Comme quoi, les apparences étaient trompeuses une fois encore. Silencieuse, elle dévia les traits et fixa la fresque Amérindienne peinte sur le mur face à elles. Elle ne ressentait qu'une vague douleur, trop sourde pour lui arracher des larmes, trop élimée, trop âgée sans doute pour se manifester. Elle n'imaginait pas les revoir un jour, et sans doute que sa relation avec le militaire, tout ce qu'il lui avait dit et appris, l'avait poussé à s'émanciper et à ne plus songer à ce passé douloureux ainsi qu'aux êtres qui y étaient forcément liés. Tout ce qui leur restait d'eux était resté à Renton, dans les ruines, avec une partie d'elle qu'elle ne récupérerait jamais mais qui ne lui manquait pas forcément puisque ce qu'ils avaient, lui et elle, était sans doute plus précieux que de vieux clichés et souvenirs datés. Et toi, tu as survécu... J'ai eu tellement peur quand tout a dégénéré Evelyn, j'ai...

- M'appelle pas comme ça. Sa propre voix lâchait une phrase que Donovan lui avait livré des mois plus tôt, ce qui lui pinça le cœur avant qu'elle ne reprenne. On était cloîtrés à la fac avec ce qui restait des profs et des étudiants. Ensuite on a dû partir parce qu'un des élèves s'était fait mordre et avait changé. On s'en est rendu compte trop tard puis les gens du Fort, ils m'ont ramené ici. Toute seule. Même ce récit, qu'elle avait conté à Swann plus d'un an plus tôt, ne lui faisait plus de mal, comme si Donovan avait absorbé tout ça, toutes les mauvaises choses, pour la garder jalousement pour lui, juste à lui. Quand il y a eu le séisme il y a un an et demi, c'est lui qui m'a tirée de là avec d'autres, après il m'a appris à me servir d'une arme, à me défendre puis …... Elle haussa une épaule, toujours en fixant le mur, absente et sans doute plus près de lui, spirituellement, que physiquement là auprès de ce qui restait de sa famille. j'ai pas un syndrome à la noix, j'te vois venir, c'est juste que c'est lui. Pourquoi et comment je sais pas, c'est juste gravé au fond de moi, comme si c'était là depuis des années ou d'puis toujours mais que la manière dont vous m'avez façonnée, papa et toi, m'empêchait vraiment d'être moi. Avec lui je 'suis moi. Olivia fronça les sourcils, peu certaine de comprendre, inquiète sans nul doute alors que sa fille revenait enfin planter les yeux dans les siens. Il m'a défendu comme personne l'a fait, il a pris soin de moi quand personne croyait en moi, il …... il m'a protégé de personnes horribles et d'actes qui me dépassaient. Tu vas me dire que je suis aveugle, que c'est parce que je lui dois pas mal de choses que je suis comme ça, mais tu t'trompes, je l'aime c'est tout. Je l'aime plus que tout, et j'échangerai rien du tout contre lui, pas même le retour de papa. Là, le visage pâle de sa mère se ferma, elle vit parfaitement cette lame invisible se planter dans le cœur de son interlocutrice, mais elle avait été franche, honnête. Je suis plus la même, toi non plus. On a ….. juste le même sang, pour le moment, mais on va se réapprendre, et tu en feras ce que tu veux mais moi je ne changerai pas pour te faire plaisir, c'est comme ça. Mon choix, mes décisions, ma vie. Haussant à nouveau une épaule, Evelyn lui indiqua l'armoire plus loin, là où elle pourrait trouver de quoi dormir paisiblement. Se redressant, la jeune femme agrippa ce qu'il fallait, déposa le tout au sol et revint vers sa place initiale. Il faut dormir, demain une équipe va venir nous relever et on vous emmènera au Fort, tu rencontreras sans doute June Phelps, et dis toi que si tu n'aimes pas Donovan, alors tu risques sûrement pas de l'apprécier elle.

Se couchant, sans se soucier vraiment des gestes de sa mère, Evy pinça les lèvres. Elle même avait un mal de chien à cerner l'avocate, et ce n'était pas une mère de famille maigrelette, éprouvée par la vie, qui y parviendrait en à peine un regard. Collins ferma les yeux, répondant au « bonne nuit » d'Olivia vers laquelle elle rouvrit les paupière un moment. Ce n'était plus qu'une étrangère, du moins l'inverse, elle avait cette impression de n'être plus qu'une inconnue aux yeux noisettes de sa propre mère, mais quand bien même, elle ne changerait plus pour autre chose qu'elle même, que lui. Lui et Louisie étaient ce qu'elle avait de plus précieux, son monde avec eux était plus important que tout le reste. S'endormant, la jeune femme n'entendit quasiment pas Dwayne les rejoindre et ne sentit que cette présence chaleureuse auprès d'elle qui la fit papillonner des cils sur le matin.

- Salut toi. Elle glissa les doigts contre son bras, sans rouvrir les yeux parce que juste sa peau se rappelait à elle. Son baiser chaste la fit plisser le nez avant de froncer les sourcils quand l'autre blonde gesticula de son côté. Olivia se contenta d'un bonjour rapide avant de quitter la pièce. J'crois que j'ai été trop honnête, que j'ai piqué où ça fait mal, tu vois ? Bien sûr qu'il voyait, lui même en avait été victime au District après cette bataille de bombes à eau débile. Un rire lui échappa malgré tout parce que le revoir trempé, après s'être mangé un ballon de baudruche en pleine figure, était drôle. Mais j'm'en fiche...... j'aime bien quand tu me réveille, mais je dors mieux quand t'es tout contre moi. Se replaçant sur le dos, pour glisser la main à ses cheveux, Evelyn lui offrit un large sourire. Comme une bouillotte vachement sexy, très très sexy... Reprit-elle en effleurant ses lèvres du bout des siennes avant de capter, du coin de l'oeil, un tignasse rousse ébourriffée à quelques pas de la porte

- Bon, j'vais y aller avant qu'ta mère pense qu'on fait ménage à trois Vivi. Elle rosit, se planquant dans le cou de son militaire tandis que Dwayne se marrait. Sexy chef, j'vais préparer la bagnole.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1399
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: The first days...   The first days... - Page 5 EmptyLun 29 Avr 2019 - 22:17
Salut toi. Un sourire étira ses lèvres, son regard gris la couvant alors qu’elle émergeait. Au moins Collins avait réussi à dormir, la plus jeune des deux, pour la plus âgée, Donovan allait pas se payer le luxe de poser la question. « Hey belle-maman vous avez bien dormi ? Pour une fois j’étais pas là pour tenir votre fille éveillée, mais vous en faites pas, vous prendrez l’habitude du bruit. » Olivia avait quitté la pièce et c’était sans doute pour mieux ainsi, parce qu’ils pourraient parler, se rassurer. Lui surtout. « J’vois pas du tout ce que tu veux dire, toi faire du mal ? » répondit-il à la blonde en plissant les yeux dans un demi-sourire, parce qu’il voyait exactement ce que Collins voulait dire mais finalement, elle avait sans doute pas pensé à mal.

Les mots d’Evy, ses lèvres sur les siennes, ça avait le don d’apaiser la colère mêlée d’angoisse et de frustration qu’il ruminait depuis la veille. En revanche en entendant la voix de Spencer, et en captant sa connerie, le tatoué soupira. « Dégage Spencer ! » Balançant le premier truc qui lui passait à portée de main vers la porte, Donovan regarda une bouteille en plastique roula jusque dans le couloir avant de reposer ses yeux clairs sur Collins. « C’soir, on pourra se reposer vraiment, retrouver le calme, les pleurs de Louisie qui nous dérangera juste au bon moment et qu’on aura pas le cœur à laisser brailler … » Son nez flirtait avec son épiderme à mesure qu’il parlait, avant que finalement et après un dernier baiser, le tatoué se décide à se relever, tendant sa main à Evy pour l’aider à se lever à son tour. « Faut qu’on range toutes nos affaires. » Lui il allait devoir s’occuper de la partie boulot, compte-rendu avec la nouvelle équipe, organisation de leur convoi, donc les bagages c’était le boulot d’Evy.

Tout le monde se mit finalement au boulot, même ce nouveau groupe dont le principal boulot était de pas causer de problème. Lorsque tout fut réglé, le convoi put se mettre en route fort de quelques nouveaux visages qui manqueraient pas d’attirer la curiosité des habitants du Fort. Trajet silencieux, Donovan ruminait encore, parce qu’il se doutait bien que belle-maman allait atterrir chez eux, parce que chez eux c’était un peu l’arche de Noé. Bah ouais Evy t’a recueilli toi, alors pourquoi pas les autres. Ouais, marquait un point l’autre dans sa caboche. Il fallut encore compter sur quelques formalités en arrivant à Fort Ward et lorsque finalement le tatoué poussa la porte de la baraque, suivi par la famille Collins, ses tracas s’envolèrent en voyant Louisie dans les bras d’Ella. « Vous tombez à pic, vous commenciez à lui manquer et moi j’dois filer. » « C’est bon microbe, papa est rentré, la sorcière va aller prendre l’air. »

Ella lui souffla une connerie en espagnol avant de s’éclipser, saluant brièvement la nouvelle venue d’un air étonné. Donovan de son côté récupéra la poupée dans ses bras, profitant de ses gazouillis avant de remarquer le regard d’Olivia. « Quoi ? » Bon dans le genre poli, on faisait mieux, mais là, il était crevé, dure journée, sale nuit, il voulait juste poser ses affaires et se poser lui.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1337
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: The first days...   The first days... - Page 5 EmptyMar 30 Avr 2019 - 13:28
The first days...


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Toi faire du mal. L'esquisse à ses lèvres l'invita à froncer le nez. Il savait parfaitement qu'elle en était capable, et que même si la vérité demeurait blessante, c'était sa manière de se protéger quand quelque chose la blessait. C'était facile de servir ses torts à quelqu'un, de lui les lui jeter au visage pour l'inviter à cesser de vous enfoncer, ou ici, d'enfoncer la personne que vous aimiez et en laquelle vous aviez toute confiance. Donovan savait ça, il savait parfaitement ce dont elle était capable, néanmoins il ne voyait sans doute que le bon chez elle, tout comme elle le faisait avec lui. Mais ici, blottie contre lui, à rosir suite aux moqueries de Spencer, la jeune femme se fichait de tout, de tout ce qui avait eu de l'importance pour elle avant lui, de tout ce qui en avait encore puisque lui et sa fille demeuraient ce qu'elle avait de plus cher en ce monde. Son collègue ayant déguerpi, elle redressa les yeux pour mieux les baisser lorsque son nez traça quelques sillons plus chauds contre sa peau. La maison lui manquait, Louisie lui manquait aussi, néanmoins elle savait qu'ils n'auraient pas la paix, pas autant que lorsqu'il avait bien voulu vivre à nouveau avec elle, et ce ne serait sans doute pas la faute de sa princesse.

- J'aime pas l'entendre pleurer. Reprit-elle à peine ses lèvres s'éloignèrent des siennes. Même si il faut parfois, parce qu'on a pas envie d'en faire une capricieuse mais ….. Y a pas qu'elle qui nous empêche de tourner rond, enfin rond à notre manière. Un voile rosé empourpra ses pommettes alors qu'elle glissait la main dans la sienne pour se lever. Lissant doucement les pans déformés de son t.shirt, elle émit un rictus quant à ce qu'il proposait. « On ? » Plutôt « Je », non ? T'as pas l'intention de faire le ménage, ou de plier proprement tout ce qu'on a ramené ici, t'as d'autres choses à faire.

Déjà Collins agrippait ce qui traînait dans le coin, histoire de remplir le sac et de faire place nette pour l'équipe qui ne tarderait plus à les remplacer ici. Sa mère lui donna un coup de main, autant que faire ce pouvait, sans qu'un mot plus haut que l'autre ne soit échangé, comme autrefois quand elle l'aidait à préparer ses valises pour regagner la faculté. Comme ce fameux jour où elle avait insisté pour retourner en cours sans imaginer que c'était la dernière fois qu'elle parlait avec elle, qu'elle les voyait. Après quelques minutes, peut-être une heure, l'autre équipe avait pris la relève et eux passaient les grilles du fort. Evelyn dû rapidement passer à l'intendance, remplir quelques formalités avec Donovan concernant le groupe de sa mère, l'endroit où tout ce bon monde allait devoir loger un temps en attendant mieux, jusqu'à rejoindre la maison où Ella se tenait avec la poupée jolie. Si un immense sourire fendit les traits juvéniles de la blondinette en capturant le regard brillant de Louisie à peine son père s'approcha d'elle, qu'elle n'eut que le temps de remercier Ella qui quittait la maison, le plaisir disparut à peine eut-elle capturé l'air particulier sur le visage pâle de sa mère. Quoi ? Le ton de son militaire était sec, peut-être un brin trop, pourtant elle ne comprit l'interrogation intérieure d'Olivia qu'en remarquant que ses deux billes brunes allaient et venaient entre le bébé, son père et elle même. Merde, c'était la petite le souci maintenant ?

- Quoi ? Reprit-elle à la suite de Floyd. Tu l'imaginais tout sauf père ? C'était bien ça non ? Ou alors était-ce l'idée qu'elle soit la mère de cette enfant qui dérangeait tant l'ex institutrice ?C'est, ta petite fille ? Son cœur cogna de travers. Ce n'était pas sa fille non, pourtant elle ressentait énormément de choses pour cette gamine, comme si elle était vraiment sienne. Elle est ... C'est tout comme, mais rassure toi, on a pas le même sang. La réponse était loin d'être douce. Agacée par la situation, la jeune femme déposa le sac sur les marches avant de redresser le nez vers la montée d'escalier. Tu peux t'installer dans la chambre du fond, enfin y déposer tes affaires et aller te rafraîchir, je verrai avec Ella et Ricardo s'ils peuvent dormir dans l'autre chambre, histoire que tu sois tranquille. Encore un de plus ici, ça n'allait jamais cesser, pour autant et même si elle aurait pu la laisser avec les membres de son groupe, Evelyn avait l'espoir que les choses s'arrangent, que sa mère puisse le voir lui comme elle le voyait. Olivia fixa Donovan un moment, la petite dans ses bras jouant avec la branche des Rayban attachées au col de son t.shirt et qui demandait, avec ses petits mots quasiment incompréhensibles, qui était la dame qu'elle ne connaissait pas. C'est rien grenouille, t'es contente de voir papa ? Peut-être se sentit-elle de trop, pas à sa place, mal à l'aise, mais l'autre blonde dévia les cils du tableau devant elle pour mieux rejoindre l'étage tandis que sa fille s'approchait de sa véritable famille. Sa main glissa doucement sur la joue rebondie de la mignonnette petite brune à qui elle arracha un bref éclat de rire. Tu m'as manqué toi, t'as été sage au moins avec Ella ?

- Lala ? L'ex étudiante en sourit avant de redresser les yeux sur l'homme qu'elle aimait. paba té colère ? Ce n'était que des mots mâchés, des mots de bébé mais pas si faux que ça.

- Non, enfin pas contre toi. Se glissant sous son bras libre, Evelyn déposa un baiser à sa mâchoire avant d'en planter un sur le front de la petite qui gazouillait un « Vy » qui lui fit chaud au cœur. Juste nous trois... et la fatigue, tu peux aller te reposer si tu veux mon cœur, je vais m'occuper de Louisie. T'as besoin de dormir un peu.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1399
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: The first days...   The first days... - Page 5 EmptyMer 1 Mai 2019 - 10:23
Et c’était reparti pour un tour. Olivia le dévisageait comme s’il venait de balancer à la flotte trois chatons et deux chiots alors qu’il tenait juste sa fille dans ses bras. Donovan aurait pu tenter d’apaiser les apriori de la mère d’Evy, mais à quoi bon ? Des personnes comme elle, il en avait croisé une chiée, c’était pas toutes les preuves du monde qui changeraient son avis sur lui, elle en changerait quand elle voudrait. Le tatoué glissa malgré tout un regard vers sa blonde, pas la peine qu’elle se brouille avec sa mère qu’elle était contente d’avoir retrouvée. C’était une chance inouïe et même lui valait pas qu’elle la gâche, tout s’arrangerait quand ça voudrait bien s’arranger. La question d’Olivia lui fit détourner le regard, c’était pas la fille de Collins non, mais elle en prenait soin comme si. Si Donovan faisait encore cette distinction, c’était parce qu’il voulait pas effacer la mémoire de Bea de l’esprit de sa gamine, il lui devait au moins ça.

« Evy … » souffla-t-il pour tenter de l’apaiser, lui éviter de se prendre la tête avec celle qui justement était son sang. Olivia demanda pas son reste avant de gagner l’étage, les laissant tous les trois, eux, et la gosse qui gazouillait dans ses bras. Louisie baragouina encore un peu plus à la question de Collins, à ses questions. Lala, c’était sa façon à elle d’appeler Ella qui se pliait en quatre pour les aider à veiller sur le microbe quand ils étaient occupés. Ça pouvait paraître bizarre, son ex était là pour s’occuper d’une gamine qu’il avait eu avec une nana qu’était même pas celle avec qui il vivait, mais ça fonctionnait, ça le rassurait même. Parce que de toutes les personnes qui vivaient sur cette île, et malgré leur séparation brouillonne, la portoricaine était parmi celles à qui il faisait le plus confiance. Il y avait Dwayne, mais c’était pas demain la veille qu’il lui confierait sa gosse, fallait pas déconner.

« Nah, elle a déjà dû prendre son p’tit déj, et son goûter, on va tous aller se reposer. » Ils l’avaient mérité, se détachant de la blonde, Donnie saisit sa main, Louisie dans son autre bras, avant de prendre la direction de l’escalier. Ils rangeraient plus tard, là il voulait juste être un peu au calme avec elle et avec la prunelle de ses yeux. Poussant la porte de la chambre de Louisie, Donovan alla se poser dans le rocking-chair, faisant signe à Evy de venir s’asseoir avec lui, la gamine contre lui. « Tu penses qu’on pourrait transformer la baraque en bed & breakfast ? Ou alors c’est vraiment ton truc d’héberger les chats et chiens errants ? Moi, Ella, Ric, maintenant ta mère, ça va être surpeuplé ici … » plaisanta-t-il, sans vraiment plaisanter.

C’était déjà la galère avec les Vasquez mais ils avaient trouvé une organisation, ils se croisaient pas tous les matins et ils s’évitaient pour que tout le monde puisse vivre sa vie. Seulement avec maman Collins, il sentait que ça serait différent. « J’dis pas ça pour la défendre ma belle, mais … t’en fais pas pour moi, j’ai l’habitude des jugements, d’ton côté faut que t’essaies d’arranger les choses, faut que vous appreniez à vous connaître maintenant que vous avez changé. » Oh bien sûr, ce qu’il disait pas mais qu’elle savait, c’était que si un truc l’angoissait dans tout ça, c’était qu’elle-même se foute à le juger avec le même regard qu’avait eu Olivia, mais Evy lui assurait que ça serait pas le cas. Et quelque part, si elle était là, près de lui, c’est qu’elle avait accepté le connard qu’il pouvait être. Donc ça irait. « Le point positif, c’est qu’on a des nounous tout autour du ventre, donc plus de temps pour nous. » Et autant dire que dès qu’ils auraient pu coller la gosse à dormir, c’était pas une sieste qu’il aurait envie d’faire.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1337
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: The first days...   The first days... - Page 5 EmptyMer 1 Mai 2019 - 11:40
The first days...


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


La situation ne lui plaisait pas, pas le moins du monde, parce qu'elle savait parfaitement que sa mère ne serait pas aussi discrète que les Vasquez. S'il tentait de l'apaiser, pourtant son cœur battait de travers, comme s'il pouvait avoir raison, que la veille, tout ce qu'il lui avait dit finirait par se produire et... Impossible, t'es trop attachée à lui. Sa conscience n'avait pas tort et ne faisait pas preuve de sarcasme pour une fois. Doucement, elle redressa les yeux de Louisie à lui. Elle l'aimait bien trop pour écouter les conseils stupides de son aînée, elle était bien trop proche de lui pour entendre quelconque raison. Sa raison c'était lui, eux deux, quand bien même n'était elle pas la mère de cette petite fille, Evelyn l'aimait tout comme. Sa famille était là, pas à l'étage et ça, Collins savait parfaitement qu'il serait pénible de composer avec son passé et son présent. Il l'a fait avec son ex, tu peux le faire. Sans doute oui, néanmoins Ella ne cherchait pas à récupérer ce qu'elle avait abandonné autrefois, Olivia tenterait elle alors autant directement mettre les choses au claire.

Prête à saisir la demoiselle encore dans les bras de son père, la blondinette sourcilla avant de se laisser entraîner, par la main, vers la chambre de la princesse. D'abord sur le seuil, elle referma la porte et s'y adossa, les paumes dans le dos, pour observer les traits tirés de son homme. Dieu seul savait ce qu'il avait fait de sa nuit puisqu'il n'était pas près d'elle, mais la fatigue se reflétait dans ses prunelles grises, sur la moindre parcelle de son visage bien plus fermé qu'il ne l'était avant qu'elle découvre que sa mère était encore bien de ce monde, là devant elle, gavée de jugement à l'égard d'une relation qui ne le regardait pourtant pas. Invitée à le rejoindre, la jeune femme s'installa sur ses genoux, la tempe posée contre sa gorge, les yeux rivés sur la petite qui, déjà, agrippait une mèche de ses cheveux en suçotant sa tétine.

- Y a qu'un chat errant ici, et il erre plus tant que ça. Lâcha-t-elle, amusée, en glissant un baiser à la ligne de sa mâchoire. Mais …. t'en fais pas, bientôt ils auront retapé suffisamment de logements pour que tous puissent en profiter, ça n'aura qu'un temps, c'est promis. Le plus vite serait le mieux, néanmoins elle ne pouvait décemment pas abandonner sa mère dans l'espèce de baraque dortoir à laquelle la plupart des nouveaux arrivants avait droit. Ce n'était pas correct, pas même si elle peinait à comprendre les idéaux, toujours aussi butés, de celle lui ayant donné la vie. C'était étrange en un sens, son père n'était plus là et c'était lui qui était le plus braqué de ses deux parents, mais Olivia avait gardé l'essence même de ce qu'elle était jadis. Visiblement même l'horreur n'avait su ternir des convictions qu'elle même n'avait plus, qu'elle avait hérité d'eux mais qui, depuis qu'elle l'aimait lui, n'avaient plus aucune valeur. Sourcillant à ce qu'il disait, les mots dans sa trachée vibrants à son oreille tout contre, Evy pinça les lèvres. C'est pas une question de pas m'en faire, c'est …... un principe. Reprit-elle en se redressant doucement afin de croiser ses yeux gris. J'ai fait des choix, ils me conviennent, je suis heureuse. Sans toi ….. Sans toi je serai malheureuse, sans toi je serai sans doute morte depuis longtemps. Et pour rendre plus légère cette déclaration, elle émit un rictus en haussant un sourcil. En marchant sur un légo, ou en me noyant dans une flaque d'eau. Son sourire vint heurter tendrement ses lèvres tandis que la petite, tout contre eux, papillonnait en les dévisageant légèrement. Je me battrai toujours pour toi, j'me suis toujours battue pour toi. Peut-être pas physiquement parce que j'ai la force d'un moustique mais, …. si toi tu me protèges alors moi aussi. Je le ferai encore, et si ma mère m'aime alors elle acceptera ce que je suis, ce qui me fait du bien.

Laissant le silence se faire, Evelyn resta un moment les yeux ouverts à fixer la poupée qui trouvait le sommeil, avant de se redresser pour lui permettre de la coucher. Elle aimait plus que tout ce tableau ci, son regard quand il contemplait sa fille, ce sourire particulièrement doux, ses gestes tendres. C'était ça que sa mère devait voir, comprendre, accepter pas ce qu'il pouvait laisser paraître et qui n'était que de la poudre aux yeux pour se préserver de tout ce dont il avait la trouille. En silence, la jeune femme quitta la pièce pour leur chambre qu'elle referma avant d'allumer le baby-phone pour mieux se tourner vers lui, un air plutôt sérieux rivé au visage.

- Tu enlèves cette horreur et tu t'allonges, sur le ventre. Lâcha-t-elle, pointant son t.shirt déformé, pour mieux fouiner dans l'armoire près du lit et revenir s'installer, une fois qu'il eut obéit, à califourchon sur ses fesses. T'es tendu … j'parle pas d'un truc graveleux, mais j'peux te faire du bien et ….. Elle mordilla sa lèvre inférieure, songeant à cette discussion avec Cole, ce qu'elle était sensée faire d'ici peu pour les ex American Dream, ce qu'elle ne voulait pas lui cacher mais qu'elle n'avait pu lui dire étant donné tous ceux qui fourmillaient sans arrêt autour d'eux. Agrippant la petite flasque d'huile, pour en coller une lichette entre ses mains, doucement Evy logea les doigts à ses épaules en fixant son profil. Je ….. j'vais aider Atkins et son groupe à partir, enfin je suppose qu'ils ont déjà vu ça avec June mais, visiblement elle ne va pas rendre leur départ facile alors, j'vais ….... un peu falsifier les comptes de stocks pour....... Elle déglutit, préférant faire passer ça en douceur, loger un baiser entre ses omoplates avant de rapprocher les lèvres de son oreille. tu m'en veux pas ? Sinon je peux m'rattraper tu sais, j'ai juste pas eu le temps de t'en parler avant alors, dis moi si tu trouve ça totalement débile, t'mets pas en colère s'il te plaît.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1399
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: The first days...   The first days... - Page 5 EmptyMer 1 Mai 2019 - 21:31
Un chat errant qui courait plus tant les rues, c’était vrai. Tu t’ramollis mon gars. Tu parles, il était juste bien avec elle, pas besoin d’aller se promener à droite à gauche, il avait tout ce qu’il voulait ici. Sûr ? Même le frisson de la chasse ça te manque pas ? Celui du jeu ? Elle t’a collé une muselière mais t’en fais pas, bientôt belle-maman l’aura aidée à te l’enlever. Donovan balaya la discussion dans son crâne en croisant les yeux noisette de la blonde. Elle lui était suffisante, il en était sûr, n’en déplaise à la voix dans son crâne. Fronçant les sourcils, Donnie esquissa finalement un sourire, c’était bon de l’entendre lui répéter que ça aurait aucune incidence, qu’elle changerait pas d’avis. Qu’elle serait là pour lui quoiqu’il arrive. « Une chance pour toi j’ai tué tous les lego du monde, et toutes les flaques d’eau aussi. » Restait encore les tabourets de bar et tout un tas de trucs avec lesquels la blonde serait capable de se blesser cela dit.

Il resserra juste son étreinte autour d’elle, ruminant autant sa frustration de la veille que ses peurs, le tout dilué dans les paroles d’Evy et la respiration de sa fille qui s’endormait dans ses bras. C’était le moment de la coucher, Louisie ferait une sieste et eux, ils pourraient faire une sieste aussi. Pas la même hein ? Le mobile au-dessus du berceau cracha quelques petites notes de musique, le genre qui apaisait les gosses mais que lui trouvait putain d’angoissant. S’assurant que la poupée dormait, Donovan suivit la blonde hors de la chambre jusque dans leur chambre à eux. « Autoritaire ? » souffla-t-il en la regardant avant de se marrer et de virer le t-shirt pour le jeter au sol et se jeter lui sur le plumard, sur le ventre comme elle lui avait demandé.

T’es tendu. Prêt à lui rétorquer qu’elle avait pas idée, Donnie la ferma, pris de court par Evy qui avait anticipé sa réponse. Elle commençait à trop bien le connaître, ça lui arracha un sourire. Le tatoué frissonna au passage, c’était froid mais c’était chaleureux aussi, ça le calmait. Enfin ça calmait pas tout, surtout pas ça mais la blonde était sérieuse, alors Donovan la ferma et l’écouta. Silencieux, il prit la mesure de tous les mots qui passèrent ses lèvres. Aider Atkins là où June prévoyait pas de les aider dans leur départ. En un sens, ils avaient débarqué ici sans rien, sans doute que le point de vue de la rousse se défendait, sauf qu’entre temps, eux aussi avaient contribué. Et qu’accessoirement, ils avaient ramené Collins, Ela et la baronne, ça devait leur valoir quelque chose, un coup de pouce même si certains diraient que les accueillir était déjà un remerciement.

« Là, j’t’en veux énormément … de parler … d’Atkins et ses copains, maintenant. » Son regard gris se porta un instant sur Evy, un sourire étirant ses lèvres. « Ça m’étonne pas d’toi, et … j’trouve pas ça débile. J’suppose qu’on peut leur faire confiance pour pas nous attirer d’emmerdes sinon June les aurait pas autorisés à repartir … Pour le reste, si ça s’corse, on aura qu’à voler une voiture et partir loin tous les trois … quatre ? » Fallait inclure belle-maman maintenant ou pas ? Il en savait rien, mais il avait pas envie d’y repenser là, tout comme il avait pas envie de se soucier du groupe de Zack ou des requêtes de June. Ça lui passait au-dessus du cigare. « T’fais sans doute ce qu’il faut Evy. » ajouta-t-il pour la rassurer avant de se retourner, la rattrapant dans le même geste pour éviter de l’envoyer valdinguer de l’autre côté du plumard.

Accompagnant sa chute sur le matelas, l’huile de massage déjà par terre, Donovan planta sa main près de son visage avant de s’appuyer sur son coude pour la surplomber. « J’ai pas tant envie de parler d’Atkins ou de June ou de qui que ce soit d’autre là … » Du bout des doigts, le tatoué vint dégager une mèche blonde prise dans ses cils avant de l’embrasser. « J’me demande Collins … côté massage, tu fais aussi les finitions ? »


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1337
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: The first days...   The first days... - Page 5 EmptyJeu 2 Mai 2019 - 12:53
The first days...


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Ses muscles roulaient sous ses doigts, chaque nerf, chaque pore de sa peau, chaque frisson qu'elle capturait, du bout des cils, en un sourire épris. Il était calme là, apaisé, à des kilomètres de ses doutes et craintes, peut-être pour de bon ? Peut-être que juste avec ses mots à elle, ses promesses sincères, Evelyn parvenait à lui arracher la noirceur qui, chaque fois un peu plus, tentait de s'infiltrer dans son cœur. Elle redoutait pourtant sa réponse, mais la demande de Morgan était, à son sens, légitime. Peut-être n'était-elle pas objective mais, si elle était là aujourd'hui, à caresser sa peau, à jouir de ses sourires et gestes tendres comme jamais elle ne l'avait cru capable de tendresse, c'était grâce à elle à eux. Lèvres pincées, ses mains glissèrent contre ses reins alors qu'elle se penchait un peu plus pour scruter ses traits. Là je t'en veux énormément. Merde, elle en cessa de respirer, du moins avant d'entendre la fin de sa phrase pour sourire. Un rictus nasal lui échappa, s'écrasant chaudement contre sa joue avant qu'elle n'enfouisse le nez, puis les lèvres, à sa gorge.

- Trop d'gens gravitent autour de nous et, enfin Morgan désirait que personne n'soit au courant, je lui ai dit que tu serais le seul à qui j'en ferai part. Argumenta la jeune femme en se redressant pour reprendre délicatement le massage. Il ne trouvait pas ça bête et ce qu'il suggéra en retour, si toutefois le groupe de Atkins leur faisait défaut, fit pulser son cœur sur des notes plus franches. Tous les quatre ? Un instant Evelyn se figea, songeant à leur discussion sur la plage, ce désir qu'elle avait gravé en elle et qui, malgré tout l'amour qu'il lui portait, ne verrait jamais le jour. Avait-il changé d'avis ? Interdite une seconde, elle vit bien son regard s'évader vers la porte close et mordilla sa lèvre inférieure. Oh... il parlait simplement d'Olivia. De qui d'autre sinon ? Il veut pas d'autre gamin, tu l'sais parfaitement. Elle savait oui, et ce désir qu'elle ensevelissait sous des couches et des couches de raisons, plus que louables à son regard et étant donné son passé, venait de lui faire oublier qu'un membre de sa famille, qu'elle imaginait disparue depuis des années, était réapparu dans son existence. Lentement, Evelyn cessa de frôler son dos et s'y allongea, glissant les mains le long de ses bras étendus près de ses traits, jusqu'à ses mains où elle entremêla leurs phalanges. Elle sentait son cœur rebondir contre lui, et le sien quasiment battre au creux de sa propre poitrine. Tu fais sans doute ce qu'il faut Evy. J'espère faire toujours ce qu'il faut … oui.

Pas que pour d'autres, pour lui, pour lui et Louisie avant toute autre chose. Les yeux clos, elle les rouvrit subitement en le sentant se mouvoir sous elle, l'agripper sans douleur aucune, pour mieux la river dos au matelas. Un rire claire fila ses lèvres sous la surprise. Déjà, et pour éviter d'engluer la couche, elle glissait les mains près de ses propres traits, paumes vers le plafond, tandis que son regard se noyait dans la grisaille du sien. Elle papillonna alors qu'il dégageait une mèche de ses cils, l'embrassait à l'en faire se cambrer, appelant déjà sa main libre à venir ceinturer ses reins qui, peut-être sans raison mais par son emprise, brûlaient déjà. Au diable les draps, l'huile sur ses mains, ses doigts s'emparaient déjà des deux coins de l'oreiller qu'elle serra puisque les sensations de la veille revenaient lui engourdir le corps. Les finitions...

- Les finitions ? Reprit-elle, haletante suite au baiser langoureux, avant de plisser le nez, reculant suffisamment la nuque, cette derrière ancrée dans le coussin, pour lire une certaine réponse dans ses prunelles claires. De quoi parlait-il au juste ? C'est toi qui t'es retourné et …. Ses yeux filèrent à ce sourire, ses joues s'empourprant parce qu'il n'avait pas besoin de lui expliquer, que juste l'esquisse à ses lèvres et la flammèche vacillante dans ses yeux lui donnaient une réponse claire et précise quant à ce qu'il venait de demander. Oooooh, les finitions, dieu c'est graveleux ..... Elle n'était pas outrée, mais la légère grimace contre ses traits, hantée par un rire aussi léger qu'il était vibrant de désir, devait lui filer cet air particulièrement drôle qu'il appréciait. Un instant, elle resta figée, à sa merci, jusqu'à relâcher le tissu de la taie pour ramener les mains, couverte d'une fine pellicule huileuse, à sa nuque, ses épaules, ses bras et ses flancs. c'est même …. pervers, mais.... C'est c'que tu veux ? Sa voix était plus suave malgré le rose qui poudrait ses pommettes, malgré les vibrations plus vives du cœur dans sa poitrine, malgré ses doigts qui courraient jusqu'à son bas ventre, sa ceinture qu'elle déboucla avant de lui ôter les pressions de son jeans pour mieux le frôler. Evy en mordit plus fort sa lèvre, redressant les cils de ses propres mains à ses traits, la respiration entrecoupée par le désir qui revenait embraser chacune de ses cellules. Je fais c'qu'il faut là aussi, tu crois ? Un rire étranglé se fit la malle avant qu'elle redresse la nuque pour lui voler un baiser bien plus explicite. La porte était close, Louisie dormait, personne n'allait débarquer.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The first days...   The first days... - Page 5 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- The first days... -
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» ABC-JUMPING DAYS au 1er RCP 1er AOUT 2015
» [UPTOBOX] Mother's Day [DVDRiP]
» MOEBIUS / GIR (JEAN GIRAUD)
» [JANUS] There are some days ... feat. MI AE ♣
» X-Men: Days of Future Past

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: