The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Modératrice
Ethan B. Saddler
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 1398
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux   La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux - Page 2 EmptyMar 5 Mar 2019 - 14:25
La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Bon, au moins elle venait de tendre les bras vers eux, enfin vers Flores qui l'aidait déjà à se remettre sur pieds, du moins le plus utile des deux pour le coup. Ça le fatiguait cette lutte incessante pour espérer obtenir du bon sens de la part de cette fille, ça le fatiguait parce que finalement, même si elle n'en avait que le nom, il repensait à McMurray, son caractère bien trempé, sa manière de le taquiner, de le chercher continuellement, de le tester. Il en inspira plus fort en dardant un regard assez sévère sur la trentenaire. Ce n'était pas sa faute, elle ne savait rien d'eux, ou le stricte minimum, de quoi se faire une vague idée des caractères de chacun, mais rien de plus. Pas étonnant qu'elle le zieute donc avec une touche de mépris dans le regard, un peu comme Frances à l'époque. Remarquez, la Coréenne répliquait au moins, sans doute pour ça qu'il parvenait à la cerner, qu'il y était parvenu, contrairement à la jeune femme, épaulée par Luisa, qu'il suivait jusqu'à l'infirmerie.

Ethan a de l'humour. Et le gloussement amusé de la Mexicaine le fit rouler des yeux. Bha voyons, d'ici le lendemain matin elle s'attendrait peut-être à ce qu'il enfile une perruque rousse, frisée, et aille jouer des claquettes devant son plumard ? De l'humour... Il en secoua la tête. Certes il n'en était pas dénué, mais ces derniers temps c'était plutôt compliqué de trouver du positif alors qu'ils portaient tous encore le deuil de la plus jeune de leur groupe. Silencieux, le long du court trajet, il pressa la clinche du battant devant eux puis tourna les traits, intrigué par le timbre mielleux, vers Hannah qui lui quémandait quelque chose. Elle se foutait de lui ? Non parce que ça en avait l'air, mais visiblement elle aussi avait de l'humour, du genre qui s'apparentait aux sarcasmes. Finalement elle lui ressemblait un chouïa, du moins, elle était semblable à l'homme qu'il avait été durant un temps, un sacré temps même, à préférer la solitude au reste du monde qui, très rapidement, s'était cassé la gueule.

- Bien sûr. Ce n'était même pas faux, pas faux une seconde puisque Luisa voulait bien jouer les nourrices à sa place, autant lui filer le rôle et ne pas avoir à se prendre le bec avec elle sur ce qui était bon ou non. Du moins, sur ce qu'il pensait être mieux pour elle que de se renfermer dans un coin où les végétaux seraient ses seuls amis. Un sourire pincé fila les traits tu trentenaire qui termina par ouvrir, feignant même une petite révérence pour que Mâdame la princesse fugueuse daigne bien rentrer. Peu importait que Flores le fusille du regard, ou le réprimande à coups d’œillades appuyées. Billy prit le relais tandis que lui se collait dans un coin de la pièce à fixer les quelques fioles et autres bocaux dans lesquels séchaient des plantes. C'était pas là avant l'arrivée d'Hannah ça... Il en fronça les sourcils, agrippant l'un des récipients de verre pour y lire l'étiquette collée par les soins du vieux Doc. Lentement, sentant presque le regard de la trentenaire peser contre sa stature, il redressa les cils et arqua les sourcils à ce qu'elle lui disait. Désolée. Au moins ça de pris, mais ce n'était pas qu'il perdait son temps, simplement que malgré ce qu'il pouvait dire à Frances, malgré ce qu'il lui avait confié pour la rassurer, le wedding-planer avait du mal à envisager la suite des événements. Ils avaient perdu Hannah, Nigel peinait à s'en remettre et le nom de cette fille n'avait pas arrondi les angles, et possiblement s'attacher à elle, qui n'espérait sans doute pas rester auprès d'eux étant donné son désir de fuir le moindre contact, la moindre conversation, ne lui semblait pas judicieux ni même utile. Un soupir fila ses lèvres contre lesquelles il passa la langue tandis que Flores partait chercher ce qu'elle lui avait promis plus tôt. Billy s'évada une seconde lui aussi, peut-être pour une partie d'échecs avec l'autre vieux, donc, par acquis de conscience, Saddler fit le pied de grue jusqu'à croiser, de nouveau, le regard clair de la patiente qui ne l'était pas le moins du monde. C'est juste l'ennui ou, l'besoin d'être loin de tout ? Il pouvait bien parler un peu avec elle, tenter de comprendre puisque personne ne pourrait l'entendre. C'besoin de pas rester en place, …. Ca vient d'où ? T'étais une gosse hyperactive ? Rit-il, légèrement moqueur, avant de se racler la gorge. J'sais qu'je peux être casse noix, mais j'ai été dans ton cas et ils étaient tous aussi chiants, puis c'était vraiment pas évident de rester tranquille. Peut-être que la conversation n'irait pas au delà de son propre monologue puisque, après ces quelques minutes, il sentit l'odeur du repas que ramenait la Mexicaine. Hannah parlerait ou non, ou au pire des cas – ce qui ne le dérangerait pas plus que ça – elle l'enverrait chier comme Frankie avant elle.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise, so I'm living it all & I'm giving it all. I heard him say gotta find me a future move out of my way.
No pain, no gain
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Luisa Soriano-Flores
Recovery Grove
Luisa Soriano-Flores
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 23/05/2018
Messages : 166
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux   La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux - Page 2 EmptyMer 6 Mar 2019 - 12:08

Luisa soutenait Hannah comme elle le pouvait. A se souvenir de ce nom, elle pensait indirectement à la petite blonde disparut. Elle remplaça ses pensées par l’aide dont héritait la nouvelle jeune femme de sa part. Ethan, non loin d’elle avait un regard plutôt je m’enfoutiste. La mexicaine ne tenait pas rigueur de son attitude car elle le connaissait plutôt bien maintenant. Il n’était pas difficile à vivre, seulement si cela n’allait pas dans son sens. Frances en avait un peu bavé avec lui. Elle lui racontait quelques fois certaines histoires qui étirait plusieurs fois les lèvres de la jeune femme. D’ailleurs en parlant d’humour et de mauvaise tête, elle croisa le regard de ce dernier. Elle avait le regard amusée et aurait très bien pu lui tirer la langue à cet instant. Peut-être que cela aurait fait rire leur patiente.  

La trentenaire évitait certains contacts avec Hannah non pas par peur de la brusquer mais pas respect. Elle avait aussi un besoin d’espace évident et la mexicaine n’était pas du genre à lui en prendre. Près de l’infirmerie, elle se tenait alors assez proche d’elle juste au cas-où sans la brusquer. Elle lui proposait quelques activités peut-être un poil barbant pour la jeune fille. Elles étaient assez différentes sur bien des points. Luisa l’était avec pratiquement tout le monde ici. C’est celle qui avait le moins de gueule mais qui osait quand ça dépassait les bornes. Elle était trop douce, parfois trop romantique à inonder ses paroles de ses histoires avec Kerwan auprès des personnes qui n’avaient rien demandé. Elle était maladroite, timide et emprisonnée dans son passé. Et elle croyait ses amis même si ce n’était que des mensonges qui sortaient de leur bouche. Un petit mélange très spécial qui n’avait pas fait l’unanimité au départ. Avec un peu de patience et cette nouvelle relation qui était naît, Luisa était plus simple et plus heureuse qu’auparavant. Et cela se ressentait.

Tu pourras même y aller plus tard si tu veux
, répondit-elle renvoyant un même sourire franc d’Hannah. D’abord Billy contrôle et rend son verdict, tu manges un peu et je t’y emmènerai si tu le souhaites. Une fois Billy en vue, il s’empressa de prendre la main. Il l’aida à s’installer alors que Luisa lança un Je reviens, elle appuya ses mots d’un sourire et d’un regard pour chacun d’ente eux avant de quitter l’infirmerie direction la cuisine. Elle s’empressa de faire le nécessaire avec quelques restes. Des légumes feront l’affaire avec tout ça. Il lui restait un peu de poivre encore bon et une ou deux épices. Rien de bien méchant mais c’était pour relever un peu le goût des plats. Elle croisa Alainna et lui raconta un peu l’histoire d’Hannah pendant sa préparation. Il faudrait peut-être penser à faire des paris sur le prochain endroit où on la retrouvera. La trentenaire riait. Ce n’était pas si mal, ça pourrait être amusant. Peut-être pas pour Hannah par contre. Il fallait juste qu’elle s’adapte. Elle la comprenait entre dehors et ici, il fallait s’adapter. Mais à l’inverse d’Hannah, Luisa c’était plutôt bien intégrée. Elle cherchait la sécurité avant tout, un endroit où se poser pour réfléchir en paix. Dehors, cogiter et prendre les bonnes décisions était un défi de tous les jours. Mais chacun le vivait à sa manière.

Une fois l’assiette prête, elle prit des couverts pour les emmener à l’infirmerie. Une fois sur les lieux, Ethan était toujours présent. Elle déposa l’assiette non loin d’Hannah. Prend un peu de force, tu en as besoin. Elle soutint le regard de Billy qui la remercia avec un sourire dissimulé. Elle se redressa et se rendit compte qu’elle avait coupé court à une conversation, balayant la salle de ses yeux. Billy n’avait pas encore fini le bandage alors elle dit toute timide Oh pardon, je vous ai coupé ? Elle se rendit vers la sortie, un poil mal à l'aise, en rasant presque les murs Je vais ranger la serre et préparer quelques petits trucs pour toi là-bas, fit-elle en posant ses yeux sur la plus jeune. Je reviens ! Elle ferma la porte ...

... pour la rouvrir la seconde d'après. Luisa avait oublié de signaler Et en cuisine il y a des restes ! ça valait pour Billy et Ethan.



I'm not a perfect person
   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Hannah Hogan
Recovery Grove
Hannah Hogan
Fiche de personnage
Survit depuis le : 08/10/2018
Messages : 74
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux   La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux - Page 2 EmptyMer 6 Mar 2019 - 15:48


   La patience est un arbre dont la racine est
           amère, mais dont les fruits sont très doux









     Une fois dans son lit, assise les bras croisés et les yeux clos à attendre que le temps passe, Hannah avait fini pour rouvrir ses yeux pour suivre les gestes de chacun, ce qui attirait son attention, n’ayant rien de mieux à faire pendant que Billy changeait son bandage après l’avoir aidé à s’installer, ne disant rien car elle en avait déjà assez fait comme ça. Elle était un peu comme un animal dont le regard était attiré par le mouvement. Elle regarda Luisa qui quittait la pièce, sûrement pour aller chercher le fameux plat qu’elle lui avait promis. Catastrophe. Allez estomac, un petit effort, faut avoir faim là fait pas l’idiot. Elle voulait être gentille avec la mexicaine qui lui avait dit qu’elles pourraient aller à la serre ensemble dans l’après-midi mais qui tenait à ce qu’elle mange avant. Hannah en serait très heureuse, oubliant peu à peu ses contrariétés. Une fois Luisa hors de son regard, elle le tourna sur Billy qui était penchée sur sa cheville en grommelant à nouveau on ne savait quoi, lui tirant un sourire doux et amusée. Puis elle se souvint de la présence d’Ethan qui, étrangement, n’était pas parti maintenant son boulot accompli. Elle avait l’impression d’être un paquet dit comme ça. Elle n’avait pas mal prit son comportement à l’entrée et aurait même put trouver ça amusant dans d’autres circonstances. Il semblait concentré sur des petites fioles contenant des végétaux. Avec Billy, ils avaient commencés quelques expériences médicinales avec des plantes. Pour extraire l’essence de certaines, ou en sécher d’autres pour en faire des médicaments, baume et infusion par la suite. Ça pouvait prendre du temps, mais le médecin semblait ravit de tout ce qu’il apprenait ces derniers jours avec elle. Bien qu’elle le faisait tourner en bourrique et lui causait du soucis, une fois la réprimande passée et l’examen terminé montrant que tout allait bien, il redevenait doux avec elle, semblant l’apprécier malgré tout. Hannah était vraiment désolé de lui faire ça et espérait vraiment que les choses s’arrangent pour qu’elle ai une chance de prouver qu’elle n’était pas si casse pied en temps normal. Elle voudrait bien se dire « je devrais vraiment arrêter mes conneries », mais si elle fuguait, c’était bien parce qu’elle en avait besoin, de ces petits moment dans les serres au calme, seule. L’attention d’Ethan avait été détourné par ses paroles, semblant…. Apprécier ses excuses ? Ou bien l’exaspérer ? Hannah n’était pas aussi à l’aise que Luisa ou Francès pour interpréter les réactions de l’homme.

       Alors qu’ils se retrouvaient soudainement seuls, Ethan soupira pour ensuite entamer, à sa plus grande surprise, la conversation. Un peu comme-ci il voulait en savoir un peu plus, comprendre son comportement, la comprendre tout simplement, voir arrondir les angles. Hannah le regarda en coin avec une légère moue qui voulait tout dire. Devait-elle le prendre au sérieux ? C’était si soudain, lui qui avait toujours été désagréable avec elle à lui râler dessus comme à une gosse. Hannah ouvrait la bouche pour lui répondre elle ne sait qu’elle bêtise quand la porte s’ouvrit à nouveau, refermant sa bouche aussi vite. Pas qu’elle ne voulait pas parler en présence d’autres personnes, surtout qu’Ethan était bien la dernière personne avec qui elle se verrait échanger sa vie, mais elle préférait voir qui c’était avant. C’était Luisa qui revenait avec une assiette pleine de couleur. C’est vrai que vu comme ça, ça donnait un peu envie et son estomac se fit légèrement moins serré là où elle avait blanchit une minute avant en sentant l’odeur arriver à ses narrines. Elle la remercia d’un sourire.

       «  Merci Luisa. »

       Mais cette dernière fixa Ethan et se rendit compte qu’elle avait peut-être interrompu quelque chose. La mexicaine sembla vouloir prendre la poudre d’escampette pour les laisser tranquille. Hannah ne comprenait pas trop pourquoi elle partait, elle ne considérait pas sa présence comme une gène. Oh please ! Seule avec lui ?! Blague à part, Luisa prétexta aller préparer la serre pour pouvoir l’y emmener. Hannah en eut un sourire tandis qu’elle partait en vitesse, la faisant sursauter lorsqu’elle revint soudainement pour annoncer qu’il y avait des restes, avant de repartir. Luisa amusait beaucoup Hannah. Elle pétillait de vie et son comportement adoucissait un peu la sauvageonne. Elle semblait tellement enthousiaste à l’idée de l’emmener à la serre qu’Hannah se sentait plus confiante pour les choses à venir. On ne pouvait pas jouer la comédie à ce point n’est-ce pas ? Luisa sentait la sincérité.

       Cette petite coupure permis à Hannah de réfléchir sur les questions d’Ethan. Grâce à l’intervention de Luisa, Hannah put prendre du recule plutôt que de lâcher une autre bêtise. Elle qui savait faire preuve de patience se précipitait un peu trop en présence d’Ethan qui attaquait ses nerfs trop facilement. Elle inspira, gardant un léger sourire, les yeux clos, avant de fixer à nouveau son regard bleu perçant sur l’homme, semblant encore une fois sonder le personnage. Elle avait souvent ce regard, pas seulement envers lui, avec tout le monde, comme réfléchissant et cherchant quelque chose avant de répondre. Après avoir vu Luisa de si bonne humeur alors qu’elle s’occupait encore d’elle, Hannah en était d’ailleurs désolé qu’ils prennent autant de temps pour elle, elle se dit que s’ouvrir un peu, juste une fois, ne ferait peut-être pas de mal. Juste un tout petit peu, pas grand-chose, rien qui ne pourrait être utilisé contre elle. Après tout, tout ceux qu’elle aimait sont morts alors raconter un peu sa vie ne pouvait rien apporter de mauvais, du moins elle essayait de s’en convaincre. Hannah sembla chercher ses mots avant de parler. Elle eut un léger sourire légèrement gênée en répondant à sa première question.

       «  Un peu des deux je dois avouer. D’un côté, je me retrouves soudainement et constamment entourée alors que j’ai passé des mois seule dehors. C’est… comment dire… un peu étouffant… non, stressant. Ou les deux. De base bien avant tout ça j’étais pas très sociable si on peut dire, je vivais un peu à l’écart de la ville seule avec mon grand-père, ça m’angoisse un peu tout ces changements. C’est trop soudain et, je vais pas te mentir, un peu contre ma volonté. C’était pas prévu que je m’incruste chez vous… et je suis désolé de vous causer des ennuis. »

       Ce qu’il ne savait pas, c’est que déjà le premier soir où elle était venu, elle avait fait une petite crise de panique à l’idée de s’enfermer avec des inconnus. Et ça c’était de sa propre volonté. Hannah ne voulait pas énerver Ethan, elle était sincère et savait qu’elle était une source de soucis. Elle le voyait bien dans leurs échanges de regards. Soit ils s’inquiétaient de savoir qui elle était, de savoir à quoi ça va mener tout ça, soit c’était ce foutu regard triste qu’Hannah ne comprenait pas.

      « Tu sais… je suis pas une gosse hyperactive comme tu le penses. Je peux rester des heures dans la nature sans bouger, à observer le monde, mais dans une pièce fermée, y a rien à écouter, et on fait vite le tour. J’ai grandit avec un grand-père de la vieille école où flemmarder ne faisait pas partit de son vocabulaire. Pas de télé, pas de console, pas d’internet, on s’occupait autrement. C’est lui qui m’a tout appris, tout ce que je sais. Et c’est lui qui m’a rendu comme ça. C’est juste inconcevable de rester là, couché, à rien faire, alors que je pourrais être utile. C’est qu’une entorse, je suis pas invalide de mes mains. Tu l’as bien vu, à chaque fois, j’étais assise à m’occuper tranquillement des plantes, pas à courir à droite et à gauche. »

       En parlant et pour appuyer ses paroles, elle avait levé ses mains devant elle. Elles étaient légèrement abîmées par sa vie dehors, les ongles courts, la peau durcit, le contour des ongles naturellement noircit par sa vie extérieure et son travail de la terre, mais pas blessées, totalement prêtes à être utiles. Ça allait prendre un peu de temps de les remettre en état celles là, si seulement elle s’en souciait, mais elles étaient fonctionnelles, elle pouvait aider. Hannah sembla nostalgique en parlant de son grand-père. Elle était tout ce qu’il lui avait appris. Sa façon d’être, c’est l’héritage qu’il lui a donné. Autant ses connaissances que sa façon d’être, son caractère à la fois tranquille et buté. Hannah se laissa retomber contre le lit redressé pour rester assise. Elle avait retrouvé son calme. Elle ne doutait pas un instant qu'Ethan avait dû être difficile à ses débuts lui aussi.

       « Tu devrais me comprendre alors. Qu'est-ce qui t'as fait venir ici? Et pourquoi tu es resté s'ils étaient si chiants pour toi? »

       Peut-être qu’en apprenant son arrivée ici, ça lui permettrait de mieux entrevoir ce qu’elle allait faire quand elle serait guérit. Après tout, bien que c’était encore trop tôt et chaotique, elle était plutôt bien tombée et c’était… agréable de pouvoir dormir sans craindre une morsure, de voir des gens, de les voir sourire… Et oui, tout le monde finissait par tomber dans le piège, même une asociale comme elle. Hannah s’était redressée pour être mieux assise, prenant son assiette sur ses genoux. Elle était bien remplit, du moins à ses yeux c’était beaucoup trop. Elle regarda Ethan, incertaine.

       «  On partage ? Tu dois te souvenir que dehors, on mange pas autant qu’ici, et aussi bon que ce soit, mon estomac a du mal à suivre votre rythme alimentaire. »

       Hannah sembla vouloir s’expliquer avant qu’Ethan ne la réprimande à nouveau pour qu’elle mange. Si elle comprenait bien, si elle apprenait à… communiquer, ils comprendraient mieux pourquoi elle agissait comme elle le faisait et seraient peut-être plus compréhensibles. Hannah piqua dans un bout de légume qu’elle mit en bouche, mâchant lentement pour voir comment réagissait son corps à ce nouvel apport alimentaire. Elle avait le temps de manger à son rythme, pas préoccupée à surveiller les alentours, et puis Luisa allait sûrement en avoir pour un petit moment. Elle se demandait bien ce qu’elle lui préparait d’ailleurs. Elle était vraiment trop gentille avec elle. Hannah n’avait rien fait pour le mériter. Celle-ci s'arrêta dans ses gestes, fronçant des sourcils à une pensée, sa voix se faisant à nouveau hésitante, semblant fuir son regard en fixant son assiette.

       «  Tu sais, c’est pas que je vous fuis ou que je pense qu’à reprendre ma route, mais j’ai toujours été assez solitaire et j’ai vu assez de connards pour pas me dire dans l’immédiat « tiens et si je tentais ma chance avec eux? ». C’était beaucoup trop tôt pour me faire une idée sur vous, et vous sur moi d'ailleurs. Et puis de base, j'y pensais même pas. C’est assez logique pourtant, vous non plus vous ne faites pas confiance au premier venu, suffit de voir comment tu me regardes, sauf que vous êtes un groupe, et moi je suis seule. C’est moi qui risque le plus dans l’histoire. Vous aviez l’air tous super sympa au premier regard, et vous l’êtes je dis pas le contraire, mais ça pouvait cacher autre chose. Enfin je sais pas si tu comprends, je suis pas douée pour tout ça. Mais voilà, les choses se sont passés comme ça et maintenant, vous devez me supporter. Remercie Alainna et Francès. »

       Hannah semblait avoir du mal à trouver ses mots. Pourtant, elle avait dit ces deux dernières phrases d’un ton plus léger et moqueur pour montrer qu’elle n’en voulait à personne. La vie était ainsi faite, avec des enchaînements d’évènements qui les amenaient d’un point A à un point B. Heureusement pour elle, apparemment, elle était bien tombée. Mais ils étaient des inconnus, un point c’est tout, comme elle l’était pour eux. Puis son regard se fut plus douloureux et elle mit un peu de temps à extérioriser ce qu'elle avait en tête, comme perdu dans un souvenir, quelque chose qu'elle n'avait jamais eu le courage de raconter jusqu'à aujourd'hui, parlant d'une voix plus basse.

      «  Et puis, pour te dire la vérité, je n'ai pas toujours été seule. J'étais moi aussi dans un groupe, au tout début, à pas trop savoir quoi faire et où aller. Ils étaient très gentille, peut-être même trop. On est pas resté longtemps ensemble, juste quelques mois, juste le temps d'un hiver trop froid et trop long, avant qu'un autre groupe nous tombe dessus. J'étais dans les bois, à cueillir des plantes comestibles quand... enfin quand je les ai vu au loin se faire tuer les uns après les autres. Alors, tu peux comprendre qu'après ça, on ai un peu de mal niveau sociabilité. »

       Elle fit une pause, ne sachant pas trop comment s’expliquer, ne sachant même pas pourquoi elle lui disait tout ça.  Elle avait toujours l’impression de dire n’importe quoi et qu’on allait mal prendre ses paroles. Elle ne voulait aucunement froisser ou blesser quiconque ici, mais elle ne savait pas comment expliquer tout ça autrement, en espérant qu’Ethan comprenne ce qu’elle voulait dire dans l'ensemble. Il n’était pas le premier à lui dire qu’il était passé par là. Tout le monde s’est retrouvé dehors à un moment ou à un autre. Tout le monde avait eu son lot d'horreur, et c'est pourquoi elle savait, au fond d'elle, qu'il comprendrait. Qu'ils comprendraient tous si seulement elle apprenait à leur parler, à se confier. Luisa semblait avoir fait le choix de venir ici, comme Frankie, Alainna, Billy. Hannah n’avait pas eu le temps de se faire à l’idée. C’était pas spécialement prévu. C’était pas l’idée de base que de séjourner à Recovery Grove quand elle avait rencontré Frankie et Alainna.Son regard était figée sur son assiette, sombre, semblant se refaire la scène dans son esprit. Puis elle sembla se faire violence pour oublier, piquant un nouveau légume qui lui parut plus difficile à manger bien qu'elle n'en montra rien. Elle en avait déjà trop dévoilé, fallait bien qu'elle se reprenne un peu.

       C'est alors qu'elle remarqua la présence de Billy et Luisa dans l'encadrement de la porte. Elle ne les avait pas entendu arriver et ils n'avait semblent-ils pas souhaiter les interrompre. Hannah se racla la gorge, gênée, ses joues prenant une belle couleur rouge tandis que son assiette semblait être la chose la plus intéressante du monde. Qu'est-ce qu'ils avaient entendu? Hannah se sentait honteuse d'avoir raconté tout ça. Elle était convaincu qu'elle n'était pas à plaindre et ne souhaitait pas l'être de ce fait. Elle ne craignait pas la réaction d'Ethan, froid, dur, mais craignait celle de Billy et Luisa. Elle allait bien, elle vivait bien, elle se portait bien, il y avait bien plus à plaindre qu'elle et ce n'est pas ce qu'elle recherchait en racontant tout ça. C'était juste pour qu'Ethan comprenne pourquoi elle agissait ainsi à la base. Elle avait sentit qu'elle pouvait lui dire, qu'il pouvait comprendre. C'était un truc dans son attitude, dans son regard si distant et glacial, qui lui disait qu'il n'aurait pas pitié d'elle, car Hannah n'en voulait pas. Mais elle avait honte que Luisa ai entendu une partie de cette histoire. Elle qui était si douce avec elle malgré les petites réprimandes, elle ne voulait pas que son regard change. Ni celui de Billy qui lui rappelait Aaron. Ce dernier serait surement déçu d'elle. Ou juste triste. Elle ne voulait pas y penser à vrai dire. Elle voulait juste se faire oublier.


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Modératrice
Ethan B. Saddler
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 1398
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux   La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux - Page 2 EmptyJeu 7 Mar 2019 - 11:14
La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


S'il la comprenait ? Un minimum oui, et le trentenaire aurait fait preuve d'une sacré mauvaise foi s'il avait juré ne pas avoir eu envie de prendre l'air, ou qu'on lui foute la paix, lorsqu'il était revenu de cette ferme avec le bras en charpie. Frances l'aurait fait elle... Songer à la Coréenne le fit sourire, mais l'esquisse disparut à peine Luisa revint dans la pièce pour servir la convalescente. Légumes de saison et leurs épices relevées. L'odeur était alléchante, mais pour l'heure il y avait bien plus important que de se remplir la panse avec les bons petits mets concoctés par la Mexicaine qui, malgré son départ, revint en coup de vent pour les prévenir, Billy et lui, qu'ils pouvaient jouir des restes en cuisine. Il n'avait pas l'intention de lever le camp, à contrario du Québecois et de la jeune femme qui venaient de quitter la salle. Après tout il l'avait interrogée, désormais il attendait une réponse, qu'elle soit construite ou totalement vaine, comme un « fous moi la paix Ducon ». Les réactions des gens en disaient long sur eux, il l'avait fait avec Frances qui était plus difficile à décoder que n'importe qui dans ce camp, il pouvait le faire avec elle pour tenter de comprendre son comportement, jusqu'ici, jugé puérile. Saddler la laissa avaler quelques bouchées, et agrippa le dossier d'une chaise pour s'y installer, les bras croisés au sommet de cette dernière, le regard rivé sur elle et ce que pouvait révéler ses traits.

Un peu des deux. Oh miracle, au moins elle ne lui avait pas craché à la gueule, finalement elle ne ressemblait pas tant que ça à la brunette au caractère bien trempé. Ouais, pour pas dire totalement merdique quand ça lui prend. Un rictus fila ses lèvres, pour autant le wedding planer se reprit. Fallait pas qu'Hannah pense qu'il se payait sa tête. Il se racla la gorge puis l'invita à poursuivre en prenant un air plus sérieux, concentré. Elle aussi avait erré seule un temps, par la force des choses ou par désir de le faire ? Ça, Ethan n'en savait rien, bien qu'il puisse mieux piger qu'être entourée de la sorte, par des gens désireux de bien faire, puisse être vraiment pesant. Elle était désolée de leur causer des ennuis... Il en émit un autre rictus. Même si c'était pète noisettes de devoir la chercher, Ethan n'était pas au point de se dire qu'il s'agissait d'ennuis. Des ennuis il en avait eu, le groupe en avait eu, et ça n'avait rien avoir avec les fugues d'une des leurs. Mais au grès de son récit, ses sourcils se froncèrent, puis s'arquèrent tandis que sa langue glissait sur ses lèvres. Il avait donc faux sur toute la ligne. C'était pas à Frankie que cette fille ressemblait, mais à lui.

De ce qu'elle racontait de sa vie, de ce passé avant que les choses ne foirent copieux, le trentenaire se retrouvait légèrement. Alors certes sa mère avait vécu jusqu'à ce qu'il soit en âge de piger ce qu'était le cancer, la mort, le deuil, mais lui aussi avait eu son père pour unique repère après le décès de Rachel. Lui aussi avait bossé dur pour devenir quelqu'un, lui aussi n'avait jamais aimé se tourner les pouces, il en avait même mis entre parenthèses ce qui, finalement, était plus important que tout, ce qu'il avait perdu quelques mois – à peine – après le début de cet infâme merdier qu'était devenu leurs vies.  Mais aux questions d'Hannah, il se contenta d'opiner sans ouvrir la bouche. S'il la coupait maintenant, il n'était pas sûr qu'elle se livre encore, le silence avait parfois du bon et ce même s'il aurait pu rebondir, avec humour, sur certains de ses dires. Mais là, à la dernière interrogation, il soupira et passa la main sur ses traits.

- Comment j'suis arrivé ici ? Reprit-il en fixant le plafond une seconde. Ma chienne a trouvé bon de courser un chat en compagnie du chien de Nigel, on les a cherché ensemble et... Il haussa les épaules avant de revenir fixer son regard clair. voilà. Ce qui m'a fait resté c'est..... Elle j'suppose. Frances, sa peine, sa douleur, la même que celle qu'il avait ressentie à la disparition d'Alyson, puis à la mort de Théo. Les deux choses qui l'avaient fait prendre le large, abandonner son père et ce groupe auquel croyait Adrian. C'était très égoïste aussi, autant que ce qu'elle devait penser d'elle et de sa manière d'agir à leur encontre alors qu'ils ne désiraient que l'aider. Un vague sourire fila ses lèvres lorsqu'elle lui proposa de partager. Merci non, mais t'es pas obligé d'manger à t'en rendre malade, j'comprends même si je peux laissé penser qu'je suis qu'un con borné. Plaisanta-t-il avant de la laisser poursuivre si, toutefois, elle le désirait, s'il n'avait pas étouffé dans l’œuf ce qu'elle voulait lui confier en répondant lui même aux questions posées.

Ses doutes, sa réserve les concernant, c'était légitime, eux mêmes agissaient de la sorte puisque les gens n'étaient plus ce qu'ils avaient pu être, mais parfois pire que les grognards. La preuve étant les siphonnés religieux, ou encore ceux qui étaient tombés sur les membres de Island Freedom avant qu'ils puissent reconstruire ce qu'ils avaient perdu sur Mercer, encore ces autres dont leur avaient parlé Roza et Markus. Ethan opina, les lèvres pincées. Il pigeait bien mieux, même si Hannah avait du mal à s'exprimer, au moins sa franchise n'était pas agrémentée de dentelles pour endormir quiconque l'écoutait. Ça allait droit au but, sans fioriture. Pourtant, quand elle redressa les cils sur les deux qui revenaient de leur périple cuisine et serre, elle sembla gênée, peu désireuse de poursuivre. Ça l'intrigua un minimum, puisqu'il l'imaginait bien plus ouverte envers le Doc et la Mexicaine. A juger son regard, ce malaise soudain, Ethan arqua les sourcils avant de rouvrir la bouche.

- Okay... Il n'en avait pas rien à foutre, mais poursuivre avec les deux autres dans le coin semblait la mettre sur les nerfs. Les raisons lui échappaient mais, il pouvait au moins lui épargner le mal être. En se redressant, il agrippa l'assiette qu'elle paraissait avoir du mal à finir. Et peu importait ce qu'en dirait la cuisinière en chef. Que ça finisse dans une cuvette ou à la poubelle c'est la même chose. Reprit-il en un sourire, plus compréhensif, à l'intention de la jeune femme. Ma mère disait ça quand mon père m'forçait à finir. Si t'as besoin d'autre chose, Il appuya ces deux mots pour qu'elle comprenne là qu'il s'agissait de reprendre la discussion, parler, à l'abris des oreilles qu'elle voulait épargner ici. Même si ça le surprenait qu'elle se soit tue en voyant Billy et Luisa rentrer, il pouvait bien lui tendre la main autrement qu'en la forçant à demeuré ici, à s'ennuyer et remuer mille et une choses désagréables dans le creux de son crâne. demandes Hannah, jusqu'ici j'ai pris du temps pour jouer à cache cache, j'peux en prendre pour autre chose..

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise, so I'm living it all & I'm giving it all. I heard him say gotta find me a future move out of my way.
No pain, no gain
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Luisa Soriano-Flores
Recovery Grove
Luisa Soriano-Flores
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 23/05/2018
Messages : 166
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux   La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux - Page 2 EmptyJeu 7 Mar 2019 - 21:47

Le silence qu’elle avait provoqué l’avait un peu agacée. Retournant dans la serre, elle voulait laisser Hannah discuter avec les hommes. Peut-être qu’elle en avait besoin. Elle s’était déjà exprimée avec Billy, à sa manière, étant un peu introvertie ou intimidée par ce petit monde. Mais avec Ethan, la mexicaine aurait pas cru qu’il l’intéresserait à voir ses expressions. Luisa était comme ça, maladroite et par son manque de confiance en elle, elle n’osait pas faire les choses. Sauf si c’était nécessaire. Elle se sentait de trop et préférait s’éclipser un temps. Malgré tout, elle savait que pour Hannah ou pour Ethan ce n’était pas facile. Recevoir une personne de l’extérieur, les ramenaient bien souvent à leur arrivée et leur début à Recovery. Au passé, et le pourquoi du comment ils avaient atterri ici. Chacun avait leur raison. La raison de Luisa était simple : l’exterieur la fatiguait. Elle n’arrivait plus à survivre seule car elle était toujours collée à un groupe. Son expérience seule dehors aura duré quelques mois. Et en hiver. C’était une période douloureuse et fragile pour la trentenaire. En rentrant ici, elle n’avait pas imaginé le bonheur que c’était de pouvoir dormir enfin sur ses deux oreilles. La sécurité, un besoin primaire qu’elle avait assouvi, lui avait permis de s’ouvrir et de voir les choses en grand. Se permettre des réflexions qu’elle n’avait pas eu auparavant. Rattachée à un groupe bien souvent, ils étaient néanmoins des nomades et bougeaient constamment. Ici, avoir un pied à terre changeait tout. Sa perception de la vie mais aussi de son avenir …

Une fois à l’intérieur de la serre, son temple, Luisa souffla un bon coup et rangea le matériel qu’Hannah avait laissé. Elle préparait des petits sacs de terres, des graines et autres activités qui pourrait correspondre à la jeune femme. Il y avait aussi pas mal de rangées à remettre en place et des mauvaises herbes à enlever. Si leur patiente acceptait la présence de la serveuse, elle lui apprendrait quelques recettes qu’elle pourra même faire à l’extérieur, en trouvant les bonnes plantes. Elles ne servaient pas qu’à la médecine. C’est comme cela que Luisa arrivait à ne pas à avoir de carences alimentaire pendant ces nombreux mois à l’extérieur.

Une fois tout cela fait et mis en place, Luisa sourit et se frotta les mains sur ses cuisses. Pas grave, ce jogging allait suivre une pile de vêtements prêts à être lavés d’ici ce soir. Elle croisa Billy qui avait pris un encas. Rictus de satisfaction, Luisa sait que lorsqu’il y a à mangé dans le coin Billy était-là pour goûter et donner son avis. Alors, qu’ils se dirigèrent à l’infirmerie, ils s’arrêtèrent net à l’embrasure de la porte. Hannah discutait avec un Ethan particulièrement posé et attentif. Luisa ne savait pas si elle devait repartir ou non. Elle chercha une réponse dans le regard de Billy mais lui non plus n’en savait rien. La jeune fille adoptait un discours assez particulier comme si elle devait se justifier. La mexicaine pinça les lèvres le regard désolé, lorsque cette dernière fit mention d’une étape de son passé. Les trois présents dans la pièce ne pouvaient que comprendre. Elle aussi avait dû, en plus de cette histoire, vivre des choses tragiques à l’extérieur. Elle a sauvé sa propre vie sans le vouloir en étant curieuse et en allant cueillir des plantes. Une situation qui nous amène souvent à penser à « Pourquoi moi ? ».

Alors que les deux protagonistes regardaient dans la direction de ceux qui n’étaient pas invités à la discussion, la trentenaire sentit ses joues se réchauffer. Billy partie pour les laisser seul. La seule chose qui retînt Luisa à ce moment là était le comportement d’Ethan en se levant et en récupérant l’assiette. De l’embarra, elle passa automatiquement à la rogne Non c’est pas pareil ! Ça n’ira ni chez l’un ni chez l’autre. Elle lui prit l’assiette des mains et planta son regard dans le sien. Et je ne forcerais pas Hannah à finir ! Après l’invitation caché d’Ethan en direction d’Hannah, Luisa posa l’assiette sur le lit, la moitié faillit déborder et atterrir sur les draps. Elle se posa quelques minutes pour lui dire Je suis désolée d’avoir écouté à la porte ... Elle fixa le sol quelques secondes avant de relever les paupières Tu sais ici on est un groupe tout ce qu’il y a de plus normal. On est tous très différents. On s’entend plutôt bien. Et j’ai bien dit « plutôt » dit -elle en regardant du côté d’Ethan, un fin sourire moqueur sur son visage. On a tous des histoires très … compliquées, surtout avant de venir ici. On a tous perdu des êtres chers. Mais on est là les uns pour les autres dans cette petite communauté, c’est pour ça que tes fuites nous ont au début, étonné et bousculé. Tu n’es pas prisonnière ici sache le. Et si tu veux reprendre la route une fois guérit, si c’est ton souhait alors tu repartiras.

Mais si elle voulait réfléchir et peser le pour et le contre, elle pouvait rester ici pour le faire. Frances ne verrait aucune objection et Luisa non plus.



I'm not a perfect person
   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Hannah Hogan
Recovery Grove
Hannah Hogan
Fiche de personnage
Survit depuis le : 08/10/2018
Messages : 74
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux   La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux - Page 2 EmptyJeu 7 Mar 2019 - 23:52


   La patience est un arbre dont la racine est
           amère, mais dont les fruits sont très doux








       Concentrée à chercher ses mots, Hannah ne vit pas réellement les multiples petites réactions d’Ethan tandis qu’il l’écoutait, assit en face d’elle sur une chaise, silencieux. Il semblait ne pas vouloir l’interrompre de peur de la couper dans son élan, bien qu’il le dut pour répondre à ses questions. Hannah fronça ses sourcils. Se rendait-il compte que son histoire de chat et de chiens étaient flous pour elle, et encore plus le rapport avec Francès, car elle devinait qu’il parlait d’elle ? Et puis, ça restait vague et au final, Hannah ne se retrouvait pas dans son histoire à lui. Elle avait espéré trouver un indice pour voir s’il y avait une chance qu’elle réussisse à s’intégrer. Les premiers jours chaotiques n’allaient pas spécialement l’amener dans ce sens, mais comme elle en avait pour un bon mois, elle avait le temps de s’adapter. Comme la raison de Luisa était juste qu’elle préférait la vie d’ici à dehors, elle ne pouvait pas du tout comparer avec elle. Et vis à vis de l’histoire d’Ethan, Hannah ne les connaissait pas vraiment, elle n’avait pas de réelles attaches, personne à aimer à en mourir, bien qu’elle sentait son attachement grandir pour ce petit groupe qu’était Recovery Grove, mais pas encore assez pour l’empêcher de reprendre sa routine à l’extérieure. Il la rassura ensuite sur le fait qu’elle n’avait pas à se forcer à finir son assiette tant qu’elle mangeait un peu.

       Hannah avait un peu repris son histoire et ses révélations, Ethan semblant comprendre des choses dans ce qu’elle racontait, mais elle fini par se taire en remarquant Billy et Luisa. Lorsque le médecin partit, Hannah en avait eu le regard triste, elle espérait que l’homme ne partait pas en se sentant de trop, elle avait juste peur qu’il la prenne en pitié, c’est juste pour ça qu’elle n’avait rien dit jusque là, à personne. Elle espérait qu’il ne se sente pas blessé. Hannah tenait beaucoup à lui, tellement il lui rappelait Aaron, ce vieil homme à qui raconter ses peines le mettait mal à l’aise. Elle semblait vraiment prendre Billy pour le grand-père qu’elle avait perdu et ne voulait pas le blesser. C’était malsain de faire ça, après tout Billy n’était pas Aaron, et elle les distinguait très bien, mais elle n’avait jamais eu le temps de faire son deuil, et en un sens, Billy lui apprenait à tourner la page, à fermer la porte du ranch, sa maison, sa vie d’avant, qu’elle avait quitté prématurément.

       Puis, Ethan se releva soudainement, créant la distraction dont elle avait besoin pour se remettre de ses émotions en prenant l’assiette dont le contenu ne l’intéressait plus du tout depuis déjà quelques minutes. Ce qu’il en dit semblait plus s’adresser subtilement à Luisa pour l’énerver plutôt qu’à rassurer Hannah. Devant la réaction de la mexicaine, la fugueuse sembla amusée au vu de son expression. Lorsqu’Ethan, à sa grande surprise, l’invita à venir le voir si elle avait besoin de quoi que ce soit, elle hocha de la tête pour le remercier silencieusement, se disant en même temps qu’elle le ferait peut-être jamais. Elle avait un peu de mal avec Saddler père. Elle n’arrivait pas trop à savoir ce qu’il pensait, l’ayant très peu vu au final et il l’intimidait un peu de ce fait, Hannah ne savait pas comment être avec lui. Elle ne voudrait pas le déranger. Il avait l’air très gentil mais aussi avec un bon caractère et peut-être un peu exaspéré par son attitude. Peut-être qu’en apprenant par la suite à se connaître justement, elle serait plus à l’aise avec l’homme. En tout cas, elle savait de qui tenait Ethan. Et à cette pensée, elle se rendait compte que ce casse pied était plutôt chanceux. En général, très peu avait ce bonheur de pouvoir encore discuter avec un père, une mère, un frère, une sœur. Elle espérait sincèrement que ce bonheur dure pour eux, pas uniquement pour père et fils, mais aussi pour tout les autres. Après tout, il avait aussi Francès et son bébé à présent. A eux quatre, c’était comme-ci le monde continuait de tourner. Un grand-père, des parents et un enfant. Le cycle continuait. C’était plutôt motivant pour la suite.  

         Hannah suivit Luisa du regard, toujours amusée de la voir crier ainsi sur Ethan. Pas de doute que l’homme l’avait fait exprès, sachant très bien qu’il fallait choisir ses mots en ça présence quand il s’agissait de nourriture. Puis, elle vit au regard de son aînée que la discussion tournerait sur quelque chose de plus sérieux, en somme ce qu’elle avait raconté à Ethan. Lorsqu’elle s’excusa, Hannah se redressa vers elle, le regard désolé elle aussi, ne voulant pas qu’elle se sente blessée de n’avoir rien dit.

      « Luisa... »

         Mais cette dernière continua, ne souhaitant pas être interrompu avant de lui dire ce qu’elle avait à lui dire. Hannah secoua de la tête négativement, puis posa une main douce sur le poignet de la mexicaine, exerçant une faible pression. Elle faisait rarement preuve de contact.

      «  Ne t’excuse pas, tu n’as pas à le faire.C’est bien que vous ayez entendu finalement. C’est plutôt à moi de m’excuser. Je sais que ces derniers jours, j’vous ai un peu cassé les pieds avec mes fugues et  de ne pas vous expliquer pourquoi, je peux comprendre que vous doutiez un peu de mes intentions. Vous ne pouviez pas vraiment comprendre au final si je ne vous disais rien. »

      Elle jeta un regard vers Ethan qui était celui qui avait été le plus méfiant envers elle. L'avantage avec Hannah, c'est qu'elle savait avouer ses tords, bien qu'elle continuait à dire que la balle était au centre sur ce coup là.

       «  J’ai mes tords, et je dis pas que je vais soudainement devenir loquace et expliquer tout ce que je fais, c’est pas mon truc les discussions à cœur ouverts. Mais comme je suis lancée, allons-y. Le truc c’est que vous êtes tous si gentils que j’avais peur que vous changiez d’une manière ou d’une autre envers moi si j’vous racontais tout ça. J’veux dire, ça explique mon comportement envers vous, ça vous permet de mieux comprendre, mais je préfères être engueulée comme une casse pied que regardée avec pitié ou tristesse. Enfin je dis n’importe quoi j’suis sûr. Et avant ça, je me voyais pas trop m'ouvrir à des inconnus, vous non plus je parie. On a tous eu nos histoires, c’est tout, c’est comme ça. Et, vous me répétez toujours que je ne suis pas prisonnière, mais je le suis de ma cheville blessée, et ça m’a pas aidé à bien agir. »

       Hannah fit une pause, enlevant sa main du bras de Luisa pour se laisser tomber dans le lit, sentant sa cheville se réveiller légèrement dans cette position, bien qu’elle n’en montra rien, comme d’habitude.

       «  Je sais pas encore ce que je vais faire une fois guérit, c’est pas pour demain, je suis pas devin sur les évènements à venir. Alors on verra d’ici là. C’est pas mon genre de partir du jour au lendemain comme une ingrate. A la base, j’pensais peut-être retourner chez moi, au ranch, espérant que les rôdeurs soient partis, mais je sais pas ce que j’y trouverai à part des fantômes alors… j’en sais rien, c’est pas une question actuelle. »

       Hannah eut un regard vers la porte, le regard inquiet. Elle pouvait être très réservée, mais elle se préoccupait vraiment de son entourage malgré que son comportement des derniers jours pouvaient indiquer le contraire. C’était bien là une raison du pourquoi elle parlait peu, elle avait toujours peur de blesser, et là elle s’inquiétait pour Billy, peut-être pour rien, mais tant qu’elle n’en avait pas la preuve,tant qu’elle ne le verrait pas, elle s’inquiéterait. Elle regarda Luisa et Ethan à tour de rôle.

       «  Dites, vous…. vous pourriez... Je veux dire, Billy était pas obligé de partir. J’veux pas qu’il pense… enfin je sais pas. »

       Hannah ne trouvait plus les mots. Elle soupira, abandonnant. Sa manière de bouger en se redressant pour mieux s’asseoir montrer une forme de petit agacement envers elle même. Pourquoi se forçait-elle à parler déjà ? Ah oui,pour que les choses s’améliorent. Elle avait trop parlé, bien assez pour au moins une demi année. Elle manquait d’entraînement et d’endurance dans ce genre d’exercice.

      « J’voudrais qu’il revienne, qu’il termine mon bandage. »

       Et comme ça elle verrait si l’homme lui en veut ou non. Après tout, il était celui avec qui Hannah avait passé le plus de temps ici. La blessée pouvait être une stressée de la vie. Sa solitude était un bon échappatoire à toutes ces contrariétés et inquiétudes qu’elle ressentait malgré elle. Et puis comme-ça, elle profiterait qu’Ethan soit encore là pour aller à la serre avec Luisa si celle-ci le voulait toujours et si ce n’était pas trop tôt. Elle avait peut-être autre chose à faire. Billy aussi était occupé cette aprem par d’autres tâches, la savoir avec eux le rassurerait sûrement et lui permettrait d’avoir la conscience tranquille.


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Modératrice
Ethan B. Saddler
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 1398
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux   La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux - Page 2 EmptyLun 11 Mar 2019 - 20:29
La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Dire qu'il la considérait comme la moins chieuse du groupe, mais en ce qui concernait la bouffe, Flores pouvait montrer les dents. Blanches et inoffensives d'ailleurs, l'invitant à lui répondre en un sourire légèrement abusif, parce que peu importait ce qu'elle pouvait dire, si Hannah finissait par rendre son petit déjeuner, ça ne lui serait d'aucune aide, bien au contraire. Néanmoins il lâcha la porcelaine, l'abandonnant aux mains fines de la jeune femme, sondant les traits, visiblement moins crispés, de la convalescente avant d'émettre un rictus quand au « plutôt » insistant de la Mexicaine.

- Pluto c'est l'ami d'Mickey. Lâcha-t-il, s'obtenant un regard désabusé de la brunette avant de rire plus franchement.

Ça faisait bien marrer que lui, mais qu'importait, sa discussion avec Hannah l'avait convaincue d'une chose, elle n'était pas hostile, ni même prompt à leur faire des crasses. Si elle quittait la pièce dans laquelle on lui demandait pourtant de rester, ce n'était que pour vaincre la monotonie, des idées peut-être sombres, et l'ennuie qui menaçait chaque personne encore en vie et libre d'agir sans devoir regarder, par dessus son épaule, si une poignées de goules n'avait pas dans le crâne de lui bouffer le train arrière. Cependant, durant le monologue de Luisa, il sentit son cœur se pincer puis détourna le regard quelques secondes. Ils avaient perdu énormément, pas que des proches, mais leur existence en effet. Le trentenaire les laissa s'exprimer l'une et l'autre, retenant chacun des mots de l'étrangère, les imprimant dans un recoin de son crâne, espérant peut-être, au delà de la première impression qu'elle lui avait faite, qu'elle saurait se suffire d'eux et ne pas se complaire dans cet extérieur macabre où elle pourrait très bien ne pas survivre davantage qu'elle l'avait fait jusqu'à présent.

- Tu f'ras ce que tu auras envie de faire, peu importe c'que j'en pense de toute évidence, mais ça n'empêchera personne de tenter d'te faire changer d'avis, de te conseiller au mieux. Une moue pensive glissa contre ses traits, avant qu'elle ne reprenne au sujet de Billy. Saddler dévia les yeux vers la porte que le vieux avait préféré ne pas passer et esquissa un sourire plus franc. Uhm, j'pense qu'il avait affaire avec son copain du club des As, c'était pas contre toi ou pour ne pas gêner. Mais, si tu y tiens, j'vais le tirer de sa partie d'échecs. Prêt à lever le camp pour aller quérir le Quebécois, Ethan dressa l'index avant de le déposer sur ses lèvres. Mais si j'me fais engueuler par mon vieux, c'sera ta faute. Plaisanta-t-il avant de passer le seuil. Adrian n'allait pas l'emmerder pour si peu, lui même demandait quelques nouvelles de la sauvageonne, comme il aimait le dire, néanmoins il n'était pas comme son fils, sans doute bien moins doux, plus dur et, pour cause, il avait vu son propre groupe se faire décimer sans pouvoir agir. Saddler senior n'était donc pas aussi apte à s'attacher que lui le devenait depuis Frances, depuis la naissance de Aaron, mais ça n'en faisait pas moins un homme bon prêt à suer sang et haut pour chacune des personnes présentes dans ce campement. A l'extérieur, il fila à la recherche de Billy, le trouvant sans mal auprès de son paternel qui se contenta de soupirer, préférant darder un regard particulier sur son compère du troisième âge, avec dans l'idée d'avancer un pion de plus sans que ce dernier le voit. Triche pas, tu sais c'qu'en dirait maman.

Le soupir du vieux le fit rire tandis que le Doc le suivait jusqu'à l'infirmerie. Un court trajet certes mais un trajet durant lequel Ethan put parler de Hannah, et de ses besoins, pour inviter le vieux à entendre raison. Ce n'était pas en enfermant un oiseau, et en lui fournissant les meilleures graines au monde, qu'on le rendait forcément heureux malgré les soins et l'amour qu'on lui prodiguait, pas vrai ?

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise, so I'm living it all & I'm giving it all. I heard him say gotta find me a future move out of my way.
No pain, no gain
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux   La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- La patience est un arbre dont la racine est amère, mais dont les fruits sont très doux -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Relation Dominicano-Haitienne
» Je plante en ta faveur cet arbre de Cybèle... {Victoire}
» Jean Racine
» Saule Newell (l'arbre sadique!) [validée]
» arbre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: