The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Electro-choc -
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Casey Summer
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Marteau, poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/03/2014
Messages : 2379
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Electro-choc   Electro-choc - Page 2 EmptySam 9 Mar 2019 - 16:01
Se coincer le dos, c’est qu’un truc de vieux ça. Tu risques plus que moi. Retorqua-t-elle.

Coup de pelle, terre rabattue sur la tranchée et entreprise mécanique, la petite blonde tâcha de se concentrer pour éviter de s’enterrer avec. Et puis aussi pour ne pas se blesser en faisant un faux mouvement, parce que l’idée de se rendre à l’infirmerie sur le dos de Roy n’était pas non plus pour l’enchanter. Elle ne fit qu’une brève pause pour relever un peu plus haut ses cheveux et les coincer en un chignon. Pour se dégager le visage, s’éviter de transpirer pour rien. Il n’y avait de toute façon pas à dire, elle aurait besoin d’une douche en rentrant.

Un petit tas formé plus tard, elle sortit de sa tranchée pour venir bien tasser la terre du plat de la pelle. Difficile de dire si ça fut suffisant, donc elle piétina un peu son travail en essayant d’égaliser le tout. Et vu comment Roy se moquait d’elle à côté, elle poussa un soupir.

Ouais ouais, merci pour rien quoi, grinça-t-elle entre ses dents, avant de soupirer de plus belle.

La remarque cynique de l’homme sur tout ça lui arracha un froncement de sourcil. Il avait raison sur un point : l’installation électrique avait pour vocation de pouvoir accueillir plus de personne dans le coin, et d’augmenter drastiquement le confort. Elle allait en profiter pour charger ses consoles et reprendre ses vieux jeux, plus ceux que ses copains lui ramenaient de l’extérieur. Cependant, elle mettait un peu moins d’enthousiasme dans l’idée de devoir agrandir les rangs. L’arrivée massive d’il y a quelques semaines la laissait pour le moins songeuse sur tout ça. Avaient-ils les capacités de s’étendre à ce point, et parviendraient-ils à nourrir tout le monde lors des saisons très froides ?

Ah bah j’ai trouvé ma vocation alors, mieux vaut tard que jamais. Commenta-t-elle. Fossoyeur de l’extrême, il y avait de l’avenir là-dedans, pas vrai ? surtout avec tous les morts qu’envisageaient sérieusement Roy en parlant sans doute plus pour lui qu’autre chose. Toujours à portée de voix, mais concentré sur ce qu’il faisait, Casey le regarda longuement avant de reprendre sa tâche : Si tu sais qu'y'aura des morts, cycle de la vie, de la civilisation, tout ça, pourquoi t'y participes ?

Et elle ne parlait pas des coups de jus à prévoir ou des fourchettes qui allaient être planté dans les prises défectueuses, à l’évidence :

Non mais j’pose juste la question comme ça, c’juste que ça a pas l’air de te rendre jouasse qu'ça rameute du monde alors… Si c’est te tirer une balle dans le pied qu’tu veux, tire-toi juste une balle dans le pied quoi, se justifia-t-elle en poussant du pied une motte de terre. Des cailloux rentrèrent dans sa chaussure, elle pesta en la retirant en coinçant le talon. Et sautillant sur elle-même pour la vider sur le sol, la blonde avait l’air d’une idiote qui s’assumait très bien comme ça.




Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough, I don't know why. Keep making me laugh, let's go get high : The road is long, we carry on, try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Electro-choc   Electro-choc - Page 2 EmptyLun 11 Mar 2019 - 21:36
En voyant Summer s’activer après son éloge de la vieillesse, Roy s’interrogea sur la future condition physique de la « jeune » génération américaine. Combien de ces post-ados arrogants et saturés d’hormones atteindront son âge canonique ? Le quadragénaire aurait aimé survivre assez longtemps pour satisfaire sa curiosité, mais ses poumons infestés de goudron et d’autres saloperies lui laissaient autant d’espoir qu’un seau rempli de merde.
Il pourrait s’estimer chanceux s’il franchit le cap du demi-siècle.

L’ingénieur accroupi promenait ses pinces crocodiles en divers endroits du transformateur électrique quand Summer le tança de nouveau. Plus têtue et pénible qu’un moustique dans une chambre à coucher, cette bête-là.
Loin de s’irriter, Roy resta immobile un instant, comme pétrifié, avant de répondre sur son habituel ton monocorde.

— Je fais tout ça pour la même raison que tu creuses dans le froid au lieu de te la couler douce dans ta suite royale, Princesse.

L’ingénieur se releva avec lenteur, comme si le temps ne s’écoulait plus pour lui de la même façon.
Il pivota sur lui-même comme dans une vidéo passée au ralenti, ancra son regard sur Summer, puis continua de sa voix rauque :

— Parce que j’obéis à la même programmation depuis qu’un gogol avec une paire de couilles plus grosses que les autres a brandi un os de mammouth dans sa caverne (Roy lève le bras qui tient son multimètre, puis l’agite doucement), en poussant des grognements qui disaient « Voyez ce que notre groupe a accompli ! Ensemble nous sommes forts, ensemble nous survivrons, ensemble nous dominerons ! »
Et si je reste dans ce putain de jeu débile, c’est parce que je n’ai pas le cran d’éteindre l’interrupteur comme une bonne fois pour toutes
(De sa main libre, Roy claque des doigts au niveau de la tempe), de mettre fin à cette foutue programmation qui nous donne l’illusion de nos propres choix dans ce mensonge collectif qu’on appelle la vie.

Un des volontaires se mit à pouffer à rire. Le visage de Roy se tourna aussitôt dans sa direction, plus vif qu’une mitrailleuse sur tourelle automatique. Il le fusilla du regard.

— C’est ça, marre-toi, petit. (Roy désigna le reste du groupe du doigt.) Marrez-vous tous, bande de branleurs. Vous rigolerez moins au moment du grand passage, quand les lumières s’éteindront et que vous réaliserez la futilité de cette existence dont vous êtes si fiers. Manger, baiser, ne pas se faire manger, ne pas se faire baiser, toute la vie repose sur ces quatre principes comme une bagnole lancée sur ses deux paires de roues. Et tôt ou tard, soit on percute un arbre, soit on tombe à court d’essence. Il n’y a pas de destination finale, pas de paradis avec des connards d’emplumés coiffés d’une auréole pour nous accueillir. On retourne au vide qui nous a vus naître, indifférent à tout ce que nous avons accompli.

L’attention de Roy se porta à nouveau sur Summer. Tout en fixant l’experte ès pelle d’un air songeur, il arracha une nouvelle tige du paquet rangé dans sa poche de veste.

— En attendant, il faut bien creuser des trous, enterrer les câbles et les morts. Qu’on profite de notre bref séjour sur Terre sans la puanteur des cadavres pour embaumer nos narines. Mais tu as peut-être d’autres projets d’avenir. Étonne-moi, pour voir.

Il alluma sa cigarette en la protégeant du vent qui commençait à se lever.
Revenir en haut Aller en bas  
Casey Summer
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Marteau, poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/03/2014
Messages : 2379
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Electro-choc   Electro-choc - Page 2 EmptyJeu 28 Mar 2019 - 10:43
Parce que t’as envie d’pouvoir recharger les piles de ta gameboy color ? Rétorqua-t-elle comme suggestion.

Le pire dans tout ça, c’était qu’elle était sérieuse. Ça semblait être une réponse tout à fait viable à son sens, mieux que ça même. Les gens qui le faisaient pour autre chose – faire fonctionner du matériel médical, une lampe, un réveil même – étaient probablement des fous. Tout ça n’avait d’intérêt que si elle pouvait s’éclater sur Pokémon version rouge ou Zelda au passage. Et puis, il y avait tellement de cartouches que ses copains lui avaient ramenés de l’extérieur qu’elle n’avait pas encore pu user !

Alors forcément, les histoires de programmation génétique, de désir d’évolution, de progression ou de domination, ça lui passait tellement au-dessus que ça en était presque vertigineux. Casey le fixa, figée dans son mouvement, essayant de bien suivre tout ce qu’il disait. Au-delà du cynisme évident de son existence même, il y avait quelque chose d’encore plus sombre sur lequel la blonde se refusait à mettre le doigt. Des fois que ça soit contagieux.

Tu sais qu’tu vas finir d’me faire regretter d’pas mettre foudroyé sur place ? Fit-elle à sa remarque, à sa question, à son besoin d’être étonnée. C’est chaud d’être dans ta tête, ça fonctionne pas comme il faut, analysa-t-elle presque comme une pro.

Soit Roy était dans son marasme, incapable de s’en dépêtrer, soit il était totalement dans le vrai et dans ce cas, c’était juste flippant. Et elle ne voyait vraiment pas comment elle pourrait l’étonner à dire vrai, Casey était bien trop simplette pour être un minimum intéressante sur ces sujets philosophiques.

T’sais moi j’fais tout ça juste parce qu’il faut que je charge une gameboy, le reste, ça me parle pas trop, souffla-t-elle en reprenant sa tâche. Le pire, c’était sans doute qu’elle l’admettait trop facilement : Toute façon, notre vie n’a aucun sens, l’amour dure trois ans, et tout le monde meurt à la fin. J’imagine qu’il vaut mieux se trouver un but pas trop chiant pour pouvoir s’dire que tout ça, c’était p’t’être pas si mal.

Finalement analysé ?

Donc finir tous les zelda à 100%,, ça passe au moins le temps, termina-t-elle.

Oh, elle avait d’autres buts, sans doute. Sauf que Casey les prenait pour elle lorsqu’ils lui venaient dans les pattes. La survie de Maddison en premier lieu. Puis, Stanley avait été l’un d’entre eux, il était central dans son existence. Ce petit bout qui naissait sous son nombril en deviendrait un ensuite. Pouvait-on définir d’autres personnes, aussi éphémères que soit, comme des buts ? Pour elle, oui.

T’as toujours été comme ça, elle le désigna de l’index, de haut en bas. Ou tu l’es devenu que récemment ?




Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough, I don't know why. Keep making me laugh, let's go get high : The road is long, we carry on, try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Electro-choc   Electro-choc - Page 2 EmptySam 30 Mar 2019 - 11:08
Roy plissa les yeux face à cette demeurée qui s’esquintait le dos pour recharger sa console de jeux, à la recherche d’une marque d’ironie dans ses paroles.
Il n’y en avait pas.

— Quelle bande de branleurs, maugréa-t-il.

La réaction de Summer le confortait dans sa piètre opinion de la jeunesse en général, et de cette grande gueule en particulier. Au mieux, si rien n’était fait pour lui mettre un peu de plomb dans la cervelle, elle servirait de mère porteuse pour se joindre à la reconquête démographique des États-Unis. Elle chiera des avortons à son image, d’autres mongols qui baratteront le sol pour terminer leur jeu vidéo à la con. Car parier sur une descendance un peu plus éveillée que la mère était un pari audacieux : les gènes de la débilité supplantaient ceux de l’intelligence comme cette saloperie de chiendent dans un parterre de fleurs, selon l’expérience de Roy.

— Une tête où il fait chaud, ça empêche le cerveau de givrer, dit-il en se tapotant la tempe. C’est un signe d’activité intense, toujours préférable à une putain de morbidité cérébrale.

L’ingénieur désigna ensuite les tranchées qu’elle et d’autres volontaires avaient creusées puis remblayées, semblables à des tombes alignées les unes derrière les autres.

Au moins, la gamine était consciente de l’inéluctabilité de la mort. L’Apocalypse avait eu ce mérite d’enfoncer cette absolue vérité dans les crânes des plus récalcitrants.
Autrefois, beaucoup agissaient comme s’ils avaient l’éternité devant eux, détruisant l’environnement et leur propre corps sans se soucier des conséquences. Certains pariaient même sur le transhumanisme, la congélation et autres chimères pour prolonger leur misérable existence.

— Ce qui est clair, c’est que je suis l’un des rares Homo Sapiens à ne pas être barge à des kilomètres à la ronde, affirma-t-il avec un lent geste circulaire. Cela dit, tu n’as pas faux sur toute la ligne, Summer. Une horloge casey cassée donne l’heure juste deux fois par jour, pas vrai ? Mais avec des « buts pas trop chiants » comme le tien, on serait encore à tremper les mains dans un mélange de cendres et de merde pour en recouvrir les parois des cavernes. Et on appellera ça de l’art rupestre, le summum du génie humain. Ou on ne le nommerait pas, parce qu’on serait encore trop débiles pour construire un langage évolué.

Summer questionna l’ingénieur sur l’ancienneté de sa santé mentale. Elle supposait peut-être que l’Apocalypse l’avait rendu ainsi, comme elle avait rendu dingue un paquet de monde.
Roy tira longuement sur sa cigarette, fixant la gamine avec ce qui ressemblait à une expression narquoise. L’impassibilité du quadragénaire n’autorisait guère plus que des variations très subtiles.

— Je suis comme ça depuis que mes neurones se sont mis à former des liens, à fonctionner comme un cerveau qui chie autre chose que de la merde. Chez la plupart des gens, ça n’arrive pas avant l’instant de grâce qui précède le dernier soupir. Et là, quand l’ombre glacée de la Faucheuse obscurcit leur horizon, ils réalisent que toute leur vie a été une succession d’illusions, d’échecs et d’occasions manquées. Qu’il est trop tard pour rectifier le tir, parce qu’il faut payer la dernière putain d’addition et que la vie ne fait pas crédit. Un coup pareil au moral, ça doit les achever encore plus vite, si on y réfléchit bien.

Les volontaires achevaient leur besogne ; certains écoutaient d’une oreille distraite en raclant la terre de leur pelle.
Roy se frappa les mains et haussa le ton, tel un chef de chantier au terme d’une longue journée de labeur.

— Hé, les gars, au  lieu de perdre votre temps à écouter une conversation dont vous n’avez rien à foutre, rentrez chez vous et faites vos conneries habituelles.

On murmura de façon indiscrète que ce connard de Nilson aurait pu au moins dire merci. Si les travailleurs espéraient une parole amicale de l’intéressé, ils en furent pour leurs frais. Roy ne pipa mot, sans un geste de gratitude à leur égard.

Il termina sa cigarette, l’écrasa sur le sol meuble, puis récupéra la pelle des mains de Summer.

— On verra quand même ce que tu feras, lorsque tu auras fait le tour de tes jeux de merde. Ton enculé de Link ne va pas faire de petits à Zelda, à moins qu’une équipe de développeurs débarquent à Fort Ward et nous pompent de l’électricité pour sortir un « Zelda Apocalypse ».
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Electro-choc   Electro-choc - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Electro-choc -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» La musique Electro Acoustique
» Event (Rempart est) : Le choc des titans
» Chic-choc [PV Elyin]
» LE CHOC DES TITANS 1981
» LE CHOC DES TITANS 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: