The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- The one that didn't stay -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The one that didn't stay   The one that didn't stay - Page 2 EmptyMar 5 Fév 2019 - 9:49
The one that didn't stay


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Elle en frissonna encore en filant, en fuyant vers les marches qu'elle s'empressa de gravir. Fuir c'était pas son truc pourtant, c'était le sien. Donovan fuyait les problèmes, c'était sa façon de se protéger ou c'était sa manière de penser qu'il se préservait en le faisant. Il n'avait pas fui malgré tout, pas même après lui avoir parlé sèchement le matin même, pas même en réalisant que son ex petite-amie avait été invitée, par sa copine actuelle, à passer le temps chez eux en attendant qu'on leur trouve une bicoque digne de ce nom. Les larmes aux yeux, mille films désagréables, quasiment cauchemardesques même, dans le crâne, la jeune femme logea la main à ses lèvres pour les retenir encore jusqu'à pousser la porte de la salle de bain qu'elle referma pour y ancrer le dos. Les valves étaient ouvertes désormais. Ici, à l'abri des jugements et des regards, elle pouvait bien se laisser aller. Une première perle dévala la courbe de sa joue, puis une autre et encore une autre. Une fois encore sa confiance en elle s'étiolait, elle s'effritait comme une couche de peinture de mauvaise qualité. Ce n'était que du vernis tout ça, toute cette assurance qu'elle prenait doucettement avec lui, une couche de vernis trop fine, trop peu résistante, qu'il suffisait de gratter pour voir réapparaître la faible petite Evelyn dissimulée derrière les artifices.

Dans son crâne, les choses étaient étrangement limpides. Il lui tenait la main quand elle était rentrée. Il avait pas eu le temps de lui dire au-revoir à l'époque, Ella ne lui avait pas laissé le choix, encore moins l'opportunité d'essayer de la retenir encore, de lui prouver qu'il pouvait être l'homme qu'elle recherchait. Il pouvait le faire aujourd'hui... Le soir même, le lendemain ou surlendemain, Donovan aurait l'occasion de s'expliquer avec Vasquez et de comprendre que, malgré les choix qu'Ella avait fait, malgré l'eau qui avait coulé sous les pont et les regrets passés, il pouvait encore avoir ce qu'il désirait construire avec elle autrefois. Il lui avait parlé d'elle, et Evy avait compris qu'elle était sans doute la plus importante de toute son existence...

La blondinette déglutit de travers, incapable de retenir ses larmes qui devenaient des sanglots hoquetant. Mal, et à imaginer des choses qui n'avaient de sens que dans sa tête, la jeune femme appuya les mains sur la vasque, fit couler un peu d'eau pour se rafraîchir le visage avant de retirer ses vêtements, puis s'engouffra sous la douche. L'eau chaude ne fut qu'une maigre consolation, trop rapide aussi puisqu'elle n'y prit aucun plaisir et s'en extirpa au bout de cinq petites minutes pour s'enrouler mollement dans un peignoir d'éponge en passant des doigts tremblants dans le creux de ses mèches trempées. Un poing sur la porte l'obligea à s'essuyer les yeux, étalant le rymel que la courte douche n'avait su effacer. Elle pouvait lui interdire de franchir le seuil, se préparer pour mieux s'effacer et quitter le tableau plus coloré de son existence. Mais, trop tard, ce peu de réflexion l'empêcha de répondre, laissant loisir au tatoué de franchir le seuil de la pièce. Merde Evy. Il pouvait le dire oui, merde, et autres jurons fleuris parce qu'elle n'allait pas bien et que c'était sa faute à elle. Pourtant quand il enroula les bras autour d'elle, elle lova le visage contre son cœur en se raccrochant à ce qui lui couvrait le buste. Elle avait droit d'envoyer paître qui elle voulait... ? La blondinette en haussa les épaules avant de redresser les yeux quand il engloba ses joues. Un rictus débile fila sa gorge. Tu fonds toujours devant tout ça. Oui, et même si elle se sentait mal, le simple fait qu'il ait abandonné son ex et son frère l'invita à souffler un coup. Ses deux mains englobèrent ses poignets.

- J'ai pas pensé que c'était ….. elle, parce que j'imaginais pas ça possible, mais maintenant, Elle haussa une épaule et y passa maladivement le menton avant de se remettre à pleurer et à expliquer les choses de manière….. Et bien Donovan avait beau avoir un bon décodeur intégré, c'était simple, il n'y comprendrait strictement rien. Là, ses mots étaient entrecoupés de sanglots, le genre de larmes que versaient les enfants qui avaient un gros chagrin. Elle hoquetait, pleurait, haletait même. elle est …... ici et ….... tu peux arranger les choses et …......... tu waaa nartir anec eeeeellle..... Sa propre conscience écarquilla ronds les yeux. La contemplant elle, puis le militaire. C'était même pas des phrases ou explications, juste de la marmelade de mots. j'le sais..... tu veux pas ….... Le hoquet en chapelet fit vibrer ses épaules. tu veux …. pas …... donner Sssserge à Looouisie alors …...... si tu t'en vas encore, j'te jure j'vais vraiment finir nonne....... Parce que j'peux pas vivre sans toi.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The one that didn't stay   The one that didn't stay - Page 2 EmptyMar 5 Fév 2019 - 20:18
Bien joué Donovan. Il avait encore réussi, sans le vouloir, sans le prévoir, à faire de la peine à la seule personne sur cette île, sans doute sur cette planète, qui le jugeait pas. Qui le jugeait jamais. Evy était là, les yeux rougis, le mascara qu’avait coulé sur ses joues sans doute dans une pluie de larmes que la douche avait pas effacées. Après l’avoir serrée dans ses bras, Donnie chercha à ancrer son regard dans celui de la blonde, bonne ou mauvaise idée ? Okay mauvaise, elle pleurait encore plus. Putain t’es vraiment pas doué avec elle hein … Le tatoué la ferma, laissant Collins vider son sac, même s’il comprenait rien. Ou plutôt il comprenait, il comprenait qu’elle avait pas fait exprès d’inviter Ella et son frère, parce qu’elle savait pas que c’était cette Ella, et après tout même lui aurait pas tilté, il aurait pas voulu tilter.

Et puis elle parlait, plus Donnie comprenait pourquoi elle était dans cet état-là, pour si peu. Parce qu’Ella c’était pas si peu pour lui, il avait été sincère en lui racontant son histoire avec la brune. Mais Ella c’était pas non plus son présent, c’était encore moins son futur, c’était juste un fantôme de son passé. Le plus joli, parmi les plus agréables et aussi les plus douloureux de ses souvenirs, de cette vie d’avant. Lorsqu’Evy termina son discours, entrecoupé de sanglots qui le rendaient dur à comprendre, Donovan fronça les sourcils, pinçant les lèvres un instant avant de se mettre à sourire. « T’auras pas besoin de finir nonne Collins … j’m’assurerai que t’en ais pas besoin. » souffla-t-il en penchant son visage vers le sien, déposant un baiser rapide sur ses lèvres.

Laissant ses mains dévaler son cou, ses courbes, le militaire enroula ses bras autour de sa taille pour la ramener contre lui, ancrant le bassin contre le meuble dans son dos. « Je sais que … t’es au courant pour Ella et moi, le passé il s’effacera pas mais … c’est fini maintenant, c’est justement que ça, un passé. Un passé commun avec ses bons et ses mauvais côtés, je sais pas … j’suis pas jouasse à l’idée qu’elle soit là, mais on va pas la foutre à la porte, et dans le fond j’suis content qu’elle ait survécu et son crétin de frère aussi. » Du regard, il caressait chaque trait de son visage dans un sourire avant de reprendre. « J’vais pas t’laisser Evy … j’vais plus t’laisser, je te l’ai dit, promis, cette fois c’est sûr. » Le jour où il la laisserait, ça serait qu’il revenait d’une sortie les pieds devant ou qu’il revenait pas.

« Et Ella me connaît assez pour le savoir. » La portoricaine avait fait son choix plus de trois années en arrière, elle l’avait expliqué dans cette lettre. C’était dur, douloureux, mais dans le fond Donovan avait compris. Leurs souhaits étaient différents, leurs idéaux l’étaient tout autant. La seule chose qu’ils avaient en commun finalement, c’était le poker et leur indépendance. On construisait pas une vie ensemble là-dessus, elle s’en était rendu compte avant lui. « Je sais que c’est sans doute … difficile pour toi … c’est aussi merdique pour moi … mais … c’est temporaire, alors ça ira. On va faire comme tout le monde dans ce camp et aider les nouveaux, indépendamment de qui ils sont. » Il aurait aimé la détester, il aurait aimé la foutre dehors en lui gueulant dessus comme ils savaient si bien s’engueuler par le passé, mais Ella c’était pas ça à ses yeux. C’était la nana qui avait eu les couilles de faire ce que lui savait pas faire, partir parce que c’était voué à l’échec et arrêter de se laisser bercer d’illusions.

Ramenant ses doigts à sa joue, Donnie esquissa un sourire en replaçant une mèche blonde derrière son oreille. « Ça ira ? » Un air inquiet traversa son visage avant qu’il reprenne. « Non parce que sinon on reste ici et j’m’assure que ça aille … » Forcément, un sourire, une connerie – qu’en était pas nécessairement une – et il savait que ça irait mieux.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The one that didn't stay   The one that didn't stay - Page 2 EmptyMar 5 Fév 2019 - 22:11
The one that didn't stay


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Elle finirait pas nonne parce qu'il s'en assurerait. Sa conscience amère, et encore moqueuse d'avoir été témoin d'un tel chagrin de chouineuse compulsive, en roula des yeux derrière ses verres en demie lune. Bien sûr qu'il s'en assurera, il s'en est assuré déjà depuis six mois. Si t'escomptais rejoindre le paradis, quand tu casseras ta pipe... Fais une croix dessus Evelyn. Elle déglutit et frissonna. Elle avait froid là, nue sous l'éponge du peignoir pour seule couverture. Elle était gelée parce qu'elle avait peur surtout, peur que cette fille en bas, qu'elle pouvait même pas détester pleinement parce qu'elle était loin d'être une garce, puisse reprendre ce qu'il lui avait remis entre les doigts quand elle s'était réveillée de ses blessures : son cœur. Voilà d'où il venait le surnom qu'elle lui donnait. Ce n'était pas anodin, ni même un petit nom qu'elle lui donnait à la légère, mais il l'était vraiment à ses yeux. Son cœur battait car il vivait, car il était bien, avec elle, qu'il avait surpassé mille problèmes et démons passés pour pouvoir se laisser vivre un peu, vivre comme elle et non comme il le faisait, comme il avait tenté de lui apprendre alors qu'elle savait déjà être amoureuse de lui. Elle opina mollement en pinçant les lèvres, ramenée vers lui parce qu'il l'invitait à se lover. Ses bras autour d'elle, les battements de son cœur, tout proches, tout ça la rassurait déjà. S'il avait été en colère, s'il n'avait plus voulu d'elle, qu'il avait eu peur comme quand elle lui avait lâché qu'elle l'aimait sans pouvoir encore retenir ces mots, Donovan serait même pas venu la rejoindre dans cette salle de bains.

- J'm'excuse, juste que …. J'ai l'impression que y a toujours des merdes qui me clouent au sol, qui font s'écrouler toute la confiance en moi que j'obtiens doucement grâce... Collins ravala un sanglot en redressant les yeux vers lui. à toi. Sans toi j'suis pas grand chose tu le sais.

Cette crainte de l'abandon lui venait de loin, des prémices de l'apocalypse à la mort supposée de Warren, au fait qu'elle n'avait jamais revu ses parents. A Swann qui l'avait délaissée pour une autre, au tas de personnes qu'elle appréciait et qui n'étaient plus là, à lui plus encore qui lui avait déchiré la poitrine en ne pouvant accepter qu'elle l'aime vraiment. Il ne savait pas ça, il pouvait pas le savoir parce qu'elle s'en rendait compte juste à l'instant, maintenant, en ayant la crainte qu'il s'en aille, qu'il la délaisse alors que oui, il le lui avait promis. Elle les aiderait oui, ils avaient droit de vivre plus que survivre, Ella n'était pas mauvaise, peut-être pouvait-elle l'apprécier puisque, la veille, sans faire le rapprochement, c'était déjà le cas. Perdue dans la grisaille de son regard, la jeune femme émit un rictus étranglé à sa conclusion puis reporta elle aussi la main contre sa joue pour lisser, du bout du pouce, les quelques rides qu'avaient creusé l'inquiétude, la douleur, la tristesse, sa vie bien loin de la douceur de la sienne.

- Oui, ça ira. De ses doigts libres elle dégagea ses dernières larmes et se lova rapidement contre lui en riant d'elle même. Ridicule, vraiment. Mais elle savait pourquoi, la peur d'être à nouveau seule et sans repère. Pire encore depuis qu'elle le connaissait lui et qu'il la guidait vraiment en tous points. L'oreille à son cœur, Evelyn inspira une grosse goulée d'air et remonta les mains dans son dos pour y esquisser quelques sillons invisibles. Des tatouages qui n'avaient d'existence que dans sa tête. Les yeux clos, elle ravala sa salive avant de redresser le nez pour l'embrasser dans le cou, puis sur les lèvres en se hissant, ou même en se vautrant un peu plus sur lui, appuyé à la vasque, pour y parvenir. Ella est agréable en plus, j'peux même pas la détester ….. Mais, le truc le plus con qu'elle ait fait c'est t'laisser. Après j'devrais la remercier puisque t'es... à moi. Un voile rosé lui grignota les joues. Donc elle a bien fait, même si c'est moche d'le dire comme ça, et ridicule à souhait. Un rire nasale lui échappa avant qu'elle recule, glissant les mains dans les siennes en l'observant de pieds en cape. Son militaire, ce gros chat errant qui errait plus vraiment. C'était encore une belle preuve de son attachement pour elle là, le fait qu'il soit venu, qu'il soit là. Son cœur battit un peu plus fort et elle lui sourit enfin. je sais que tu m'aimes, tous les jours un peu plus... Moi aussi, alors oui, ça ira parce que j'suis plus forte quand t'es avec moi. Et même si c'est tentant, y a une princesse qui doit manger en bas. Elle avant nous deux ... Les lèvres toutes proches des siennes, Evelyn se pendit néanmoins à son cou, lui promettant d'y revenir plus tard sans doute. Sept lettres et une apostrophe …. Trois mots si tu préfères.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The one that didn't stay   The one that didn't stay - Page 2 EmptySam 9 Fév 2019 - 16:01
Donovan fronça les sourcils, il comprenait pas pourquoi et comment cette fille en face de lui, cette jeune femme magnifique dans ses bras, pourquoi et comment elle avait pas davantage confiance en elle. Evelyn était belle, elle était plus forte que beaucoup, elle était très loin d’être bête, et là où certains étaient qu’une bande d’égoïstes qui malheureusement iraient loin, la blonde avait le cœur sur la main. Pour ça sans doute qu’elle avait invité Ella et Ric à rester avec eux au lieu de rester entassés avec les autres dans les maisons qui leur avaient été allouées. « Dis pas ça ma belle … t’es pas rien, t’es bien plus que je serai jamais. » Lui, il avait trop merdé, il avait trop de bagages à trainer pour être vraiment quelqu’un en dehors d’elle, en dehors du regard de sa fille. Evelyn, elle serait toujours quelqu’un, et c’était pas que l’assistante de Phelbs, elle était bien plus. « T’es magnifique, t’es vachement plus futée que moi, et t’es une des personnes les plus altruistes que je connaisse, c’est plus que beaucoup dans ce groupe. »

Le tatoué colla un baiser sur son front après avoir dégagé une mèche rebelle de sa peau à la teinte porcelaine. Ca la représentait bien la porcelaine, c’était fragile mais robuste en même temps, ça savait encaisser jusqu’à ce que ça casse. C’était beau et soigné, finement travaillé. Ses yeux gris la quittaient pas, un mince sourire étirant désormais ses lèvres fines. Elle était belle, ouais, carrément, et elle était à lui, autant qu’il était à elle. La présence d’Ella, aussi étrange soit-elle, y changerait rien. Oui ça ira. Le militaire l’espéra, qu’elle mentait pas, et qu’elle allait pas fondre en larmes entre le fromage et le dessert, ça risquait de faire brouillon et vu le caractère et le franc parler de la latina au rez-de-chaussée, ça allait pas forcément bien finir.

Les paroles de la blonde lui arrachèrent un mince éclat de rire. « Même moi j’ai pas réussi à la détester … » confessa-t-il avec une moue désolée et un froncement de sourcils, souriant finalement parce que dans le fond, si Ella s’était pas barrée, il en serait pas là aujourd’hui non plus, pas là avec elle. Louisie serait pas là non plus. Glissant ses mains un peu plus à sa taille, pour la lover un peu plus contre lui, Donovan reprit. « A toi, et rien qu’à toi, je te l’ai promis ça aussi. » Dieu seul savait pourtant que c’était galère pour lui de résister à toutes les jolies poulettes qui lui passaient sous le nez, certaines avec lesquelles il avait déjà partagé plus qu’une garde ou une ronde et qui avaient du mal à assimiler qu’il était plus sur le marché. Dure la vie d’un queutard rangé hein …

« C’est que partie remise alors Collins … » Un nouveau baiser, pour lui assurer que cette fois il se barrerait pas, il suivrait pas Ella si elle décidait que finalement elle avait fait une erreur, il resterait près d’elle. « Idem. » souffla-t-il finalement avant de la laisser se changer, profitant d’être là pour virer les frusques poussiéreuses et pour certaines tâchées de sang noirci qu’il portait. Plus présentable, le tatoué prit la main de la blonde avant de lui adresser un haussement de sourcils. Elle était prête à redescendre et recroiser sa Némésis ? Ca parlait espagnol en bas, une manie qu’avait Ella quand elle était avec son frère et qu’elle avait pas perdu. Ça sentait aussi foutrement bon. « J’pense qu’elle prépare le seul truc qu’elle sait préparer. » Il se moquait gentiment de la brune qui était en réalité plutôt bonne cuisinière, pour le peu qu’elle savait préparer, mais ça rassurerait peut-être Collins.

« Ah enfin vous êtes là. J’ai essayé de faire mon ragoût portoricain mais … bon c’est sans viande, désolée gato, par contre j’sais pas ce que mange la petite. » Petite d’ailleurs occupée par les grimaces et mimiques de Ricardo. Donovan eut presque ce réflexe d’éloigner l’abruti de frère d’Ella de la gamine, mais elle lui avait dit quelques minutes auparavant qu’il avait perdu sa femme et sa fille, alors voir Louisie c’était sans doute … une consolation autant qu’un coup de couteau dans une plaie déjà douloureuse. « Ric’ aide moi on va installer tout ce qu’il faut de l’autre côté, vous essayez de pas foutre le feu ici, Ella tu la surveille, j’ai pas envie qu’elle se fasse mal. Collins, fais gaffe à ton cul en cuisine. » Le brun colla un baiser sur sa tempe, lui adressant un sourire rassurant avant de disparaître avec plusieurs assiettes et verres et tout le bordel pour installer la table dans la salle à manger. Louisie pourrait manger avec eux, enfin en même temps mais sans doute pas la bouillie caliente de la portoricaine. « T’aimes vivre dangereusement Donovan, tu laisses ton ex, ma sœur, avec ta nana dans la cuisine ? J’admire ton courage. » Le militaire haussa les épaules. « J’pense qu’Evy me connait assez maintenant, y’a pas grand-chose qu’Ella pourrait lui dire pour la faire fuir. » Du moins il espérait.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The one that didn't stay   The one that didn't stay - Page 2 EmptyLun 11 Fév 2019 - 14:03
The one that didn't stay


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Sans lui Evelyn avait conscience de n'être qu'une simple survivante peu capable. C'était le cas bien avant de le connaître réellement, de l'approcher et de tenter de déceler du bon chez un homme que d'autres ne faisaient que rabrouer car il avait cette aura particulière, ce bagout terrible et une faculté surhumaine à tirer avantage de nombreuses situations ou faits qu'on savait reprocher lorsqu'on en était incapable soi même. Derrière les artifices, car lui aussi avait cette touche de superficialité visant à masquer toutes ces choses horribles qu'il avait vues, vécues ou faites, il y avait cet homme là. Ce grand brun marqué par les épreuves dans le regard duquel toute une vie pénible se reflétait, face à elle ici dans cette salle de bain. C'était cet homme là qu'elle aimait au delà de tout, ce type là qu'elle avait peur de perdre comme elle l'avait perdu de trop nombreuse fois car il se laissait envahir par la colère, la crainte ou les doutes que son masque d'assurance, là pour briller au regard d'autres qu'elle, lui incombait comme un fardeau duquel il était persuadé ne pas pouvoir se sortir. Alors l'entendre lui confier encore qu'elle n'était pas rien, mais bien quelqu'un d'important et de meilleur que bien d'autres présents dans ce camps était un peu comme s'il réchauffait son cœur, y passait du baume, le protégeait encore comme il le lui avait promis le faire des mois en arrière.

Maladroitement, elle essuya ses larmes pour éviter de tacher davantage son t.shirt et étrangla un rictus en l'entendant lui dire toutes ces choses rassurantes. Elle était à lui, lui à elle, personne n'y changerait quoi que ce soit pas même cette femme là, en bas, pas même elle qui avait sans doute été un tournant dans la vie qu'il avait autrefois. Y a pas que lui qui t'as ensorcelée, on dirait bien que c'est réciproque. Puis tu crois vraiment qu'il serait venu te voir s'il en avait rien à foutre de toi, Evy ? La blondinette haussa les épaules avant de ramener les mains à ses traits. Idem. Tout était comme nouveau entre eux, si inespéré qu'elle imaginait ce lien trop fragile pour résister à une énième épreuve que leur imposait le destin. Un dernier baiser volé puis elle s'attachait les cheveux à la va vite pour ensuite virer le peignoir et enfiler un jeans et un ce T. shirt, dix fois trop grand pour elle, qu'il lui avait offert à Renton. Si ça ne dit pas « il est à moi » qu'est-ce que ça dit alors ? Bon elle allait la fermer la vieille rombière là. Et à ses nouveaux mots, elle huma l'air et en saliva presque. Ça sentait bon oui, finalement y avait pas que du mauvais à imaginer son ex vivre ici quelque temps, Ella aidait sans qu'on lui demande.

Sa main dans le sienne, elle descendit les marches et rejoignit la cuisine où la langue avait changé au profit d'une qu'elle maîtrisait pas du tout hormis des bases que tous devaient connaître. Gato... Elle en fronça les sourcils en jetant un regard à son homme qui lui collait un baiser sur la tempe. Pourquoi elle l'appelait comme un biscuit au juste ? Enfin ça voulait peut-être pas dire ce qu'elle pensait mais, finalement peu importait parce que le militaire emportait le nécessaire, avec l'aide de Ricardo, pour les laisser seules toutes les deux dans la cuisine. Ambiance de la mort ! Elle n'avait pas tort l'autre emmerdeuse, c'était pas top top, mais au lieu de laisser un blanc monstrueux peser au dessus de leurs têtes, Evelyn s'activa pour préparer le repas du bébé.

- Alors, vous vous êtes rencontrés comment ? Collins en déglutit. Voilà qu'elle voulait savoir des choses qu'elle même avait du mal à expliquer. Y a un moment ?

- Il..... Je l'ai rencontré après avoir été enterrée vivante il m'a ai... sauver la vie. Ella sourcilla en tournant la spatule dans le faitout. Ce n'était pas très clair, c'était même glauque expliqué de la sorte mais après avoir évoqué le séisme, la latina sembla plus apte à comprendre. Puis, il m'a aidé après, j'savais pas faire grand chose avant de suivre des entraînements avec lui. Ensuite ….. Pour être honnête j'en sais rien, A réchauffer quelques légumes, qu'elle écrasait méticuleusement pour préparer une véritable purée à la demoiselle qui gazouillait encore dans sa chaise haute, Evy haussa une épaule en un sourire gêné. c'est venu comme ça, avec le temps ou... je sais pas exactement comment ou quand, peut-être huit mois, ou plus mais ...... Enfin c'était pas forcément simple. Elle avait droit de dire merde, elle avait droit de s'exprimer, Donovan venait de le lui dire. Aussi Evelyn soupira en réduisant le feu de la plaque pour redresser le nez dans les yeux de ce qu'elle imaginait n'être qu'une rivale de plus contre laquelle elle n'avait aucune arme pour se défendre, ou remporter un combat qui n'existait que dans son crâne. Je l'aime, vraiment et plus que ça alors ….... J'me fiche de ce qu'il a fait, ou ce que tu as fait, je sais comment il est et je sais que je compte pour lui même si …...... Pfff laisse tomber, je veux juste qu'il ait pas mal, que le fait que tu sois là lui fasse pas mal au cœur ou quoi que ce soit d'autre. Chose dite, ce n'était pas comme marquer son territoire mais tout de même un peu. Le repas de la petite prêt, Evelyn vit cette dernière tendre les bras dans sa direction et s'approcha pour pousser la chaise haute jusqu'à la salle à manger où la table était dressée. Ricardo hélé par sa sœur, sans doute pour servir, Evelyn glissa les doigts dans les cheveux bruns du bébé avant de redresser le nez vers son militaire. Pourquoi elle t'appelle gato, ça s'est vraiment l'pire surnom du monde. Personne a jamais surnommé quelqu'un « son petit biscuit ». Petite pointe de jalousie ? Pas vraiment, uniquement la crainte qui perdurait mais ficherait le camps au grès des jour. Affairée à placer le bavoir au cou de Louisie,la jeune femme agrippa la manche de son militaire pour sceller ses lèvres aux siennes, pile au moment où les invités ramenaient le plat.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The one that didn't stay   The one that didn't stay - Page 2 EmptyMer 13 Fév 2019 - 7:56
« Ça fait longtemps qu’t’es avec la gringuita ? » Donovan haussa un sourcil, il allait être obligé de faire la causette avec Ricardo ou quoi ? Bon en vrai, il l’appréciait un minimum le hermanito de son ex, ils s’étaient déjà bien entendus à l’époque même forcément ils avaient pas le même style, pas la même façon de penser. Pour Ric’, Donnie c’était juste un nid à emmerdes dans lequel Ella s’était jetée parce qu’ils avaient eu le coup de foudre, enfin surtout lui, elle lui fallut du temps pour s’en rendre compte c’tout. « Trois mois. » Parce qu’avant, il pouvait pas compter ça comme une relation. Ça lui faisait mal d’y repenser mais ouais, pendant les mois qu’avaient précédé, Donovan avait été ce sombre connard qui profitait d’elle, même si une part de lui pensait quand même à la protéger. « Et la niña, elle a quel âge ? »

Tout en déposant les assiettes, les verres et tout le bordel qu’Evy tenait toujours à coller sur la table alors que lui se serait contenté d’une assiette et d’une fourchette, Donovan baissa les yeux. « Dix mois. » Vu la tête que tira Ricardo, le tatoué se sentit obligé de rajouter. « C’est pas … Evy est pas sa mère … Sa mère est morte. » Beatriz était morte, la preuve par deux que les latinas c’était pas son truc, ou que même si ça l’était, ça lui réussissait pas puisque c’était dans les bras d’une blonde bien nord-américaine qu’il trouvait finalement le calme dont il avait besoin, la confiance, l’amplitude d’être lui sans la blesser. « C’est compliqué et j’ai pas assez bu pour te raconter tout ça. » Le portoricain esquissa un sourire avant d’afficher un air triste. « Mec j’suis désolé pour ta famille … » souffla le tatoué, sincère, avant de voir arriver toute la clique. Trois femmes importantes dans sa vie, dont une qui bavait sur sa chaise haute.

Son regard gris aimant se posa sur Louisie, sur Evy, Ella le verrait qu’il avait changé, et d’un côté ça lui faisait mal de lui infliger ça à elle, cette confirmation que finalement Donnie avait pas été prêt à changer pour elle. Mais le monde était différent et Vazquez était pas du genre à revenir sur le passé ou à se morfondre, c’était ce qu’il avait toujours aimé chez elle. La remarque de Collins lui arracha un sourire avant qu’il se mette à rire. « Gato ça veut dire chat mais pour les portoricains c’est aussi pour parler de quelqu’un sexy as hell, comme toi, gata. » souffla-t-il à son oreille avant de lui sourire. Pendant ce temps le plat arriva finalement, et même si c’était sans viande, ça sentait putain de bon. « Tu vois y’a un avantage à ce qu’ils soient là, Ella cuisine bien, tu pourras lui laisser la cuisine et toi et moi on pourra s’occuper ailleurs … à autre chose … » Il sentait bien que l’attitude d’Evy était pas des plus détendue, alors il tentait de la détendre autant que possible.

Tout le monde s’installa à table, Donnie garda la petite dans sa chaise haute à côté de lui pour pouvoir lui donner à manger pendant qu’Ella s’occupait de servir toutes les assiettes. « Il est plutôt terrible votre camp … J’crois que depuis que tout a commencé, on a jamais vu de groupe aussi important. » La portoricaine échangea un regard avec son frère puis reposa ses yeux noirs sur le tatoué. « Ouais, ça a été compliqué d’en arriver là, mais avec d’aussi bons éléments que moi, ça pouvait que rouler. » Ella leva les yeux au ciel avant de s’adresser à Collins. « T’arrives à le supporter au quotidien ? Monsieur Jsuislemeilleuretjmanquepasdelefairesavoiralaterreentière ? » Oh elle se foutait ouvertement de la gueule du militaire, et elle se priva d’ailleurs pas d’enchainer en évoquant son aversion pour tout ce qui ressemblait de près ou de loin à des légumes, mais Donovan se contenta de sourire en donnant la becquée à Louisie qui frappait de ses paumes sur la tablette de la chaise haute. Evy le connaissait et l’acceptait pour ce qu’il était, Ella allait avoir du mal à la dégoûter. T’espère hein …
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The one that didn't stay   The one that didn't stay - Page 2 EmptyMer 13 Fév 2019 - 18:50
The one that didn't stay


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Chat, Gato ça voulait donc dire chat. Elle en piqua un fard magistrale de s'être ainsi moqué. Dans le genre ridicule on ne faisait mieux, exactement le genre de bassesse qu'étaient foutues de se faire les filles de la sororité dans laquelle elle avait évolué à son entrée en Faculté. Enfin, ça voulait donc dire chat et autre chose aussi. Cette autre chose qui lui fit froncer les sourcils en observant la jeune femme qui entrait dans la pièce, guillerette, pour servir son ragoût Portoricain. Sexy, y avait bien que dans d'autres pays que les mots avaient différentes significations. Comme toi, là en revanche, le militaire s'était plutôt bien rattrapé, lui arrachant un sourire neu-neu au passage tandis qu'elle s'installait à table. Ça sentait bon oui, ça avait l'air délicieux cependant l'allusion de Donovan ne fit pas mouche dans le crâne de la jeune femme. Certes il y avait bien la suite, cette fin alléchante qui miroitait monts et merveilles si, toutefois, Ella se coltinait les fourneaux, mais la manière dont résonnait la proposition dans le creux de son crâne n'avait rien d'agréable. Son assiette remplie, Evy ne toucha pas ses couverts, préférant les observer tour à tour. Ricardo qui n'avait d'yeux que pour la petite auprès de son père, Ella qui discutait encore sans qu'elle écoute vraiment ce qui quittait ses lèvres, et Lui. Lui qui semblait se régalait avec de simples légumes alors qu'il n'était franchement pas emballé par le végétarisme.

Fallait le dire s'il n'aimait pas ce qu'elle lui préparait depuis des mois, des mois oui puisque même lorsqu'ils n'étaient pas ensemble, en l'étant malgré tout à son propre regard, Collins se collait volontiers aux fourneaux. Un peu amère, ses doigts fins glissèrent aux couverts et elle se hasarda à piquer ce qui devait être une aubergine pour ramener la bouchée à ses lèvres. C'était bon en plus, vraiment bon, alors autant dire qu'elle n'avait rien à critiquer... Un long soupir fila son nez, soulevant ses épaules, tandis qu'elle reprenait le fil de la conversation. Le campement, le confort, la civilisation... Des banalités, du moins, jusqu'à ce qu'elle s'adresse directement à elle au point de l'en faire cesser de manger. Evelyn observa les deux personnes autour d'elle, jusqu'à comprendre que c'était bien à elle que s'adressait Ella. Si elle le supportait. Sans doute était-ce là toute la différence entre elles deux. Evelyn ne le supportait pas, elle l'aimait, elle ne subissait pas ses humeurs ou ses frasques, elle les surmontait avec lui pour que son existence soit celle qu'elle aurait dû être même lorsqu'il était enfant, adolescent et jeune adulte. Surprise, la blondinette avala ce qu'elle avait dans la bouche et redressa les cils pour croiser les prunelles de Vasquez.

- J'le supporte pas. Lâcha-t-elle avant de hausser les épaules. Ce n'était qu'une plaisanterie sans doute, néanmoins elle n'avait pas envie de rire sur ce sujet. Je veux pas le changer ou …. Dur de parler du concerné lorsqu'il était juste là, à coté de vous, à avaler un plat qu'elle n'imaginait pas le combler si elle l'avait préparé elle. Mais là, l'assistante était comme piquée au vif, comme si tout ce que pouvait demander, ou même dire, son ex copine était un test, une pique désagréable qu'il fallait à tout prix contrer de la meilleure manière. Enfin je l'aime comme ça, il me fait rire et ….. Et il a pas tort, sans lui plein de gens n'en seraient pas là, puis il a confiance en lui c'est important, il me donne confiance en moi.

Et parce qu'elle se rendait compte de son sérieux, Evy ponctua ses dires d'un petit sourire forcé. Histoire de donner le change, de sembler naturelle même si Donovan ne serait pas dupe une seconde. La situation était inédite et peu évidente à gérer pour elle depuis qu'elle savait que cette fameuse Ella n'était autre que celle qui lui avait brisé le cœur en l'abandonnant avec, pour seuls au-revoir, une lettre et une peluche qui, encore à l'heure actuelle, partageait leur chambre.

- C'est juste lui, si j'devais juste le supporter alors je pense pas qu'on serait ensemble. Reprit-elle en glissant la main sur la cuisse de son homme, sous la table. Il savait tout ça, il savait tout ce qu'elle ressentait pour lui mais Ella n'avait pas à connaître tout ce qu'elle avait endurée pour en arriver là, pour qu'il s'ouvre enfin et qu'il voit le positif derrière cette montagne de négatif n'ayant d'existence que dans le creux de son cœur rongé par un passé déplorable. Mais on dirait que ça va mieux pour les légumes, hein mon cœur ? Reprit-elle, en un sourire légèrement abusif, ses yeux allants de son assiette à son regard gris. Là c'était une pique, une perche tendue quant au fait qu'il appréciait peut-être mieux sa cuisine à elle que celle de sa petite amie. Tu vas peut-être devoir me donner ta recette Ella, avant de partir. Merde, nom d'une pipe Evy, doucement. Et alors hein ? Elle était chez elle.... La jeune femme se racla la gorge, première fois que ça la prenait ça. Première fois qu'elle se sentait véritablement menacée. Parce que quand il en sautait quatre dans la semaine et revenait pour te passer dessus, y a pas quatre mois de ça, tu te sentais pas menacée ? Si, mais c'était différent parce que toutes ces autres n'étaient que des jouets pas celle qui l'avait blessé. C'est très bon en tout cas. Mieux, oui, après avoir craché de l'acide il valait mieux saupoudré de sucre, histoire que ça passe.

made by LUMOS MAXIMA

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The one that didn't stay   The one that didn't stay - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- The one that didn't stay -
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Oriane Ω stay alive. (finiiiiiiii)
» Oh darling stay with me | KALEY ♥
» (lily) stay strong, stay gold.
» guitatre electrique!!!
» Recrutement Staff

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: