The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- The one that didn't stay -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1397
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: The one that didn't stay   The one that didn't stay - Page 5 EmptyLun 4 Mar 2019 - 7:52
Il se sentait putain de con, et totalement abruti. Donnie savait pas s’il avait peur ou si les peurs étaient le meilleur moyen d’éviter les trucs qu’il voulait pas. C’était pas ça, ça pouvait pas être ça parce qu’Evy, il la voulait, à cet instant et pour tous ceux qui suivraient, il lui avait dit. Mais c’était comme si sur ces mots, enfant, mariage, il y avait un truc qui rendait toute relation … moisie de l’intérieur. Ses parents ils avaient été heureux et amoureux avant que lui soit là, avant d’être mariés, ça se passait bien entre eux. Son père battait pas sa mère, il courait pas les jupons de toute la ville, et si ça avait changé, c’était sa faute, pour être là. Il voulait pas d’un mariage et d’un enfant qui tuerait ce que lui et Collins ils avaient. « Non j’ai pas … j’ai pas peur de toi Collins. » souffla-t-il avec un sourire, espérant que ça soit suffisant pour la rassurer et pour gommer la peine qu’il lui avait causée à l’instant.

Mais elle marquait un point important, Donovan avait peur de rien, il avait peur de rien qu’il puisse contrôler, jauger. Mais les relations, le futur, y’avait aucune notice, aucune façon de savoir si on faisait bien, si ça se passerait bien. Le tatoué savait y faire avec les nanas ouais, mais pour les coller dans son plumard et les rendre tellement amoureuses qu’elles verraient pas que sous le vernis, c’était qu’un vieux meuble dont le bois avait éclaté. Son regard gris regarda la blonde qui s’installait le cul dans le sable, donc on rentrait pas de suite, c’était sans doute mieux, manquait plus qu’une remarque d’Ella et ça aurait été la cerise sur le pompon.

Bon sauf que finalement là, en entendant Collins qui continuait et qui voulait comprendre, Donnie se demanda s’il aurait pas préféré rentrer et affronter l’humour décapant de la portoricaine. Le brun soupira avant de se laisser tomber le cul dans le sable à son tour, près d’elle. Elle voulait comprendre, elle voulait qu’il lui parle. « C’est pas facile … de parler, tu l’sais, j’t’ai pas caché que c’était pas le truc le plus facile de l’univers pour moi. » Son regard était rivé sur la surface d’encre du lac, comme s’il pouvait y trouver une réponse ou un début de réponse. Il cherchait pas à lui mentir, Donovan cherchait juste les mots justes à mettre sur ce qu’il était finalement.

« Ca a pas toujours été un connard … mon père j’veux dire. Y’a forcément un moment où il était cool, où c’était ce type bien dont elle est tombée amoureuse, assez pour se marier avec lui et avoir un gosse. » Et c’était quelque part ça le problème, son père et lui, c’était la même histoire. Pas un mauvais fond, ou alors suffisamment bien planqué pour pouvoir donner le change jusqu’au jour où le mal ressortait. « Elle aurait pas accepté tout ça pour un homme qu’elle aimait pas … sauf qu’à partir du moment où ils se sont mariés, et quand j’suis arrivé … ça a foutu le bordel dans leur vie. Sans ça, sans moi… » Elle aurait peut-être pas eu à supporter les coups, ils seraient restés ensemble et auraient vécu cette fin du monde comme un couple de petits vieux tranquilles et normaux. « J’ai pas envie que tout ça … que ça puisse gâcher ce qu’on a déjà … Et c’est pas une peur de toi ou que j’veux te cacher des trucs, tu sais déjà que ma vie c’était de la merde, y’a pas besoin de détails ou de dentelles pour t’en dire plus. » Donnie afficha ce petit sourire désolé, sa vie était merdique, elle l’était plus depuis quelques mois, il s’efforçait de prendre les bonnes décisions, pour elle et pour Louisie. Pour autant, il était pas sûr de pouvoir écraser cette crainte qu’un simple anneau change tout, qu’un bébé modifierait pas encore complètement sa vie à le faire vriller totalement.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1333
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: The one that didn't stay   The one that didn't stay - Page 5 EmptyLun 4 Mar 2019 - 14:52
The one that didn't stay


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Assise là, Evelyn glissa les doigts à ses cheveux pour replacer une mèche derrière son oreille. Parler n'était pas son fort, ou du moins lorsqu'il le faisait il était bien souvent proche du sarcasme, de l'humour grinçant ou même graveleux, mais très loin du sérieux dont faisaient preuve d'autres personnes. Jusqu'ici elle ne s'en était pas formalisée, pas une seconde parce qu'elle l'aimait et l'aimerait toujours ainsi, qu'il n'avait pas besoin de changer pour elle. Cependant Donovan avait des craintes qu'elle ne comprenait pas et qui venaient de transparaître dans ses paroles précédentes, tout autant que dans celles qu'il avait eu, à son encontre, à Renton lorsqu'ils pensaient qu'elle était enceinte. Le laissant s'installer, elle fixa la surface limpide devant eux, les bras entourant ses genoux fléchis.

- Je sais, mais tu peux tout me dire, même si tu penses que ce sera douloureux à entendre. Reprit-elle en tournant le regard dans sa direction. Même si elle n'avait aucune alliance à l'annulaire, elle pouvait tout entendre, il pouvait tout lui dire et ce même si ses mots étaient durs. Puisqu'elle l'aimait au delà de tout, Evelyn savait pouvoir encaisser et temporiser après quelques minutes, ou heures, de réflexion. Mieux valait qu'il parle plutôt qu'il taise des choses qui le rongeaient. J'suis pas auprès de toi juste pour les bons moments, j'espère que tu l'sais ? Enfin, même si je n'ai pas vraiment bien agi lorsque que.... Quand Beatriz a disparu.

Elle en était désolée, mais à l'idée de le perdre encore, ses réactions auprès de la dépouille de son ex petite amie l'avaient induites en erreur. Evelyn n'était pas fière d'elle, pas une seconde, parce que lorsqu'il avait eu besoin d'elle, elle s'était repliée sur elle même et l'avait laissé errer dans l'ombre sans lui offrir de lumière pour pouvoir revenir en surface. Sans doute pour cette raison, et en songeant à ce comportement puérile qu'elle avait eu, qu'aujourd'hui elle désirait lui prouver qu'elle ne referait plus ce genre de lamentable erreur. Bien que mal à l'aise, il parla enfin. Collins n'avait jamais été pour les psychologues ou autres psychiatres, mais elle imaginait sans mal que de vider son sac ne pouvait pas faire de mal, et jamais elle ne le trahirait en allant raconter, à qui voulait l'entendre, ce qu'il lui confiait. Sans moi... Alors il se jugeait responsable du comportement malsain et violent de son père ? La jeune femme en fronça les sourcils. C'était à cause de ça qu'il avait fui les premiers mois de sa fille, qu'il avait un mal de chien à s'ancrer totalement dans une relation stable et durable ? Juste parce que l'exemple de ses parents lui revenait en mémoire pour seul et unique modèle. C'était laid et malgré tout elle voyait bien mieux les choses sous cet angle, ses paroles précédentes étaient bien moins douloureuses après avoir entendu cela. Le silence se fit alors qu'elle déposait le menton contre ses genoux fléchis, puis Collins pinça les lèvres avant de se rapprocher de lui pour greffer sa main à l'une des siennes.

- Merci. Susurra-t-elle au creux de son oreille avant d'embrasser l'esquisse de sa mâchoire. Il avait simplement peur que tout se brise, comme tout s'était brisé pour ses parents parce que son père n'avait su assumer un rôle qu'il avait pourtant désiré en épousant sa mère, en lui faisant un enfant. Donovan avait été désiré et, malgré tout, une fois là, l'homme qui aurait dû lui apprendre des milliers de choses et le guider dans son existence ne l'avait pas fait. Ce type s'était lassé comme on se lasse d'un jouet, d'un objet. Elle étreignit plus fort sa main et glissa les doigts libres à sa joue pour lui offrir un baiser qu'elle lissa, ensuite, du bout du pouce tout contre ses lèvres. Ça n'arrivera pas, rien ne se brisera si tu es toujours honnête avec moi, si on vit pleinement ce qu'on construit doucement à deux, …. je t'aime et que toi tu m'aimes aussi c'était pas gagné d'avance. Lui sourit-elle en sondant ses billes grises. Mais y a rien d'insurmontable, pas avec toi. C'est rien si rien ne change pour nous, c'est rien du tout parce que je t'ai déjà toi, puis Louisie. D'accord ? Se marier, enfanter, ce n'était pas ce qu'il y avait de plus important. Lui l'était bien plus, sa fille l'était bien plus puisqu'ils étaient là, que c'était réel, pas juste de douces rêveries qui ne verraient peut-être jamais le jour, pas même s'il avait pu y penser lui aussi. Tu n'es la cause de rien, le seul responsable de l'échec c'est ton père, et même sans le connaître je le déteste pour t'avoir …. cassé. Ce qui me dépasse, c'est que dans tout ce que tu me dis, j'ai l'impression d'être la seule à pouvoir doucement te réparer, et ça.... J'arrêterai jamais c'est promis mon cœur.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1397
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: The one that didn't stay   The one that didn't stay - Page 5 EmptyMer 6 Mar 2019 - 21:52
Elle était là, Donnie le savait, il savait qu’il pouvait tout lui dire mais il pourrait jamais tout lui dire. Parce que tout lui dire c’était vraiment prendre le risque de l’effrayer, Collins était forte, plus qu’elle le montrait et plus que le monde le croyait, mais le tatoué était pas prêt à lui raconter tout ce qu’avait été sa vie. Tout le sordide, tout le difficile. Elle avait vu les cicatrices, celles encore visibles que les tatouages avaient pas réussi à cacher. Elle avait vu celle invisible qui lézardait son cœur de gosse. Mais tout ça c’était qu’une partie du truc, la face visible de ce putain d’iceberg qui avait coûté la vie à Jack – alors qu’il aurait pu monter sur cette putain de porte d’armoire, merde – et la partie cachée, elle l’avait juste entrevue. Le pire de lui, le pire de ce qu’il pouvait être. La blonde mentionna son attitude quand Beatriz était décédée, un truc qu’il balaya d’un geste de la main parce que ça lui importait peu, elle était là quand même. Elle avait été là quand même.

Mais finalement, Donovan prit sur lui, pour qu’elle comprenne, pour qu’elle sache que c’était pas sa faute à elle, que c’était juste son héritage à lui. Merci. Pourquoi est-ce qu’elle le remerciait ? Donnie haussa les sourcils, avec cet air de surprise collé sur la tronche, surprise rapidement gommée par ce baiser, cette douceur qu’elle savait avoir avec lui, toujours, cette douceur emplie de compréhension, d’amour, ce genre de geste que peu avaient eu avec lui. Il les comptait sur les doigts de la main les femmes de sa vie qui avaient été comme ça avec lui. Mais malgré tout ce qu’elle disait, c’était vraiment rien si rien changeait ? Le militaire esquissa un sourire, soufflant un simple « D’accord », espérant sincèrement que ça serait rien, que ça changerait rien, quoiqu’il arrive.

« T’es la seule vraiment décidée à essayer. » corrigea-t-il, pas pour amoindrir l’effet qu’elle avait eu sur sa vie, au contraire. Pour lui, tout le monde, chaque clampin qu’il avait rencontré aurait eu le pouvoir de l’aider, sauf que la plupart des gens avaient même pas essayé, ceux qui avaient essayé avaient jeté l’éponge. Ella avait jeté l’éponge, il lui en voulait pas, elle avait voulu se protéger de la bombe à retardement qui partageait sa vie sans vouloir s’y lier pour l’éternité et jusqu’à ce que la mort les sépare. « J’veux pas étouffer ta lumière … ma lumière. » Putain tu pouvais pas faire plus gonzesse comme conneries à débiter, tu sais y faire ducon. Sauf que c’était sincère, c’était pas pour arrondir les angles, pas pour lui faire oublier qu’il lui demandait sans le dire clairement de mettre en sourdine ce qu’elle, elle voulait. C’que t’as fait avec ta bomba latina et elle s’est barrée.

Il allait pas nier ça, mais il allait pas nier non plus qu’il voulait croire qu’Evy baisserait jamais les bras. Il faisait tout pour, tout pour arranger les choses, s’arranger lui, être davantage le genre de type qu’elle méritait, le genre de père que Louisie méritait. Mais pourtant y’avait toujours cette crainte que finalement, il gâche tout, sans le vouloir ou du moins sur le long terme, comme ça avait été le cas avec Ella. Ses doigts glissèrent à la joue de Collins, lissant ses traits de poupée du pouce. « Tu vas chopper froid ma belle … On devrait rentrer. » Sourcils froncés légèrement, le tatoué revint l’embrasser dans un petit sourire. Il voulait y croire ouais, comme cette nouille de Raiponce.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1333
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: The one that didn't stay   The one that didn't stay - Page 5 EmptyJeu 7 Mar 2019 - 9:47
The one that didn't stay


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


C'était pas une promesse en l'air, et jusqu'ici à part le petit hic de parcours, quand ils s'étaient séparés à cause d'une toute petite phrase, d'un aveu de sa part, Evelyn n'avait jamais failli aux promesses qu'elle lui avait faites. Parler c'était vraiment pas le truc de son homme, mais c'était le sien, elle pouvait bien partager ça avec lui et oui, en un sens et même si elle pouvait y songer, il avait raison. Y avait pas besoin d'alliance pour les rendre plus soudés ou heureux qu'ils l'étaient déjà. Sa main dans la sienne, la jeune femme lui offrit un sourire en réponse à cette correction qu'il faisait. La seule décidée à essayer. Peut-être, mais parce qu'elle l'aimait vraiment, au delà de tout, à s'en oublier elle pour son bonheur à lui. C'était cette vision qu'elle avait de l'amour, être capable de tout pour l'autre, s'offrir corps et âme au delà des limites que l'Être Humain pouvait se fixer par crainte du ridicule, par peur de souffrir. Celles qui avaient partagé sa vie, espéré qu'il change, rêvé d'un avenir plus doux auprès de lui, pensaient sans doute davantage à elles qu'à lui. Pas qu'elle jugeait Ella, certaine personne n'avait pas la même vision qu'elle sur les sentiments et l'échange dans un couple, mais en un sens Evelyn était peinée que personne n'ait eu assez d'aplomb, ou de force mentale, pour l'extirper de cet océan de noirceur dans lequel Donovan avait tendance à s'enliser.

- Je suis têtue, moins que toi peut-être mais j'me contente pas d'essayer. Répondit-elle avant de croiser son regard et d'entendre cette phrase, douce et sucrée, qui filait ses lèvres à en faire bondir son cœur sur des notes plus vives. Sa lumière. Émue, touchée même, Evy plissa le nez. Tu t'es choisis une sacrée lampe torche, … Enfin loupiote ce serait plus juste vu ma taille. Rit-elle, terminant par étrangler ce rire au creux de sa trachée puisque ses doigts, ses lèvres, revenaient choyer la sienne et sa peau réceptive au moindre de ses contacts.

Oh elle n'allait pas chopper froid finalement, sa chaleur l'enveloppait sans même qu'il ait à l'étreindre en ses deux ailes brisées, sombres, qu'elle raccommodait au fil des jours et débarrassait de la suie qui s'y était accumulée dans le passé. Un voile rose teinta ses pommettes, et quand elle recula, elle enfouit le nez contre son buste aux idées particulières qui inondaient son esprit. Finalement ils avaient réussi à parler sans se hurler dessus, sans fuir l'un et l'autre, sans taire ce qu'ils imaginaient devoir être passé sous silence pour ne pas briser l'autre, ne pas le blesser ou rouvrir des plaies qui ne cicatriseraient jamais totalement. Elle ne lui dirait pas, mais il venait de faire un autre pas vers elle, important et nécessaire pour consolider leurs fondations. Jusqu'ici ils n'avaient jamais vraiment parlé sérieusement, du moins pas sans pleurer, pas sans cris, pas sans craindre se perdre mutuellement. L'oreille à sa gorge, où résonnaient les échos de son cœur, la jeune femme rouvrit les yeux puis fixa l'étendue marine avant de déglutir.

- Je vais pas attraper froid, j'te le garantis. Souffla-t-elle contre sa peau avant de redresser les cils pour croiser son regard intrigué. La roseur à ses joues parlait pour elle sans doute, mais qu'importait qu'elle ne soit guère surprenante, même plutôt prévisible, et incapable de faire taire ses prunelles noisette lorsqu'elle le contemplait. Enfin …. Faut que tu coopères aussi. Un petit éclat de rire gêné fila ses lèvres qu'elle pressa contre les siennes en l'attirant contre elle, les doigts contre sa nuque, son dos rejoignant les grains ocres où ses cheveux s'étalèrent autour de son visage quasiment rubicond. Je sais que j'étais pas convaincue quand tu m'en as parlé la première fois mais, j'ai confiance. Souffla-t-elle. Un frisson graina sa peau alors qu'elle se hasardait, déjà, à parsemer des baisers plus éloquents contre sa mâchoire. Son cœur battait de travers, finalement elle avait aussi peur de se fiche du sable là où jamais il ne devait y en avoir mais, puisque lui savait, pourquoi ne pas tester ? Rien n'était laid, rien n'était ridicule, ça s'était ses mots, ce qu'il lui avait dit à Renton pour lui donner un peu plus confiance en elle, la familiariser un peu plus avec ce qu'elle ignorait jusqu'à lui. Bon, j'ai l'angoisse avec le sable mais …... Ce rire gêné mourut dans sa trachée alors qu'elle croisait son regard, cette lueur d'envie qui devait trouver source aux creux de ses yeux plus sombres. J'ai confiance en toi.... Ses mains glissèrent contre lui, sa nuque, ses épaules, sous les pans de sa veste où elle pouvait savourer sa chaleur. Rien n'était insurmontable avec lui, oui... C'était bien plus séduisant qu'autre chose d'ailleurs.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The one that didn't stay   The one that didn't stay - Page 5 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- The one that didn't stay -
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Oriane Ω stay alive. (finiiiiiiii)
» Do you mind if I stay with you? - Adonis NIGHTSPRINGS
» Oh darling stay with me | KALEY ♥
» (lily) stay strong, stay gold.
» — I can't stay with you

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: