The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- I'm not just one of your many toys -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1397
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: I'm not just one of your many toys   I'm not just one of your many toys - Page 4 EmptyLun 25 Fév 2019 - 7:46
C’était un beau merdier, tout ça parce qu’un type avait pas les couilles de survivre en attendant de meilleurs jours. Donovan râlait en démontant les faces putrides des mochetés qui gambadaient dans le camp comme des cabris dans un champ. C’était l’horreur, il avait vu la merde dehors, mais ici c’était un havre de paix, c’était leur petit coin de civilisation, et là à y voir des morts trainer la patte, gratter aux portes et aux fenêtres de familles qui voulaient juste être tranquilles, ça foutait les boules format XXL. Les coups de feu faisaient écho aux râles, à ces foutus grognements du genre à faire faire des cauchemars aux plus costauds des adultes. Et là Donovan réalisait que Miss Canada habitait dans le coin, de ce qu’il lui semblait, parce qu’il était pas sûr, c’était pas non plus un stalker, juste qu’il avait dû la raccompagner chez elle une fois ou deux avant de se faire remballer.

Une série de coup de feu attira son attention, le genre où on vide son chargeur jusqu’à cliqueter dans le vide. La preuve qu’on avait aucune idée de ce qu’on foutait, c’était pas un de ses collègues ça parce que les gars étaient entrainés. C’était un civil qui avait besoin d’aide. Et quel civil, ou plutôt quelle civile ! Le tatoué débarqua arme en main pour voir Cain vautrée par terre sous le poids d’une charogne qui lui dégueulait son sang noirâtre dessus. « Joann ! » beugla-t-il en se rapprochant pour dégager le moche et s’accroupir près d’elle. Bordel elle chialait comme une gosse effrayée, elle était en panique totale. C’était ça qu’on gagnait à garder les civils loin de tout ça, ils faisaient dans leur froc à la première occasion. Encore une idée de con mais Donnie il était pas là pour discuter les ordres, simplement les appliquer et s’assurer que ses équipes les appliquer aussi.

« Joann ça va, allez du nerf, debout, suis-moi. » Il lui tendit sa main, pas trop de réponse dans les premières secondes, mais Cain était pas le genre à se laisser porter comme une princesse, alors il lui laissa une poignée de secondes de plus avant de s’en résoudre à ça. Levant son regard gris au-dessus des mèches brunes de Joann, Donovan releva rapidement son arme pour viser et tirer. Un cadavre ambulant s’écroula à deux pas d’eux. « C’est maintenant ou jamais ma belle ! » Il attrapa sa main et l’aida à se relever vivement, sans vraiment prendre soin d’elle, c’était pas ce genre de moment où il prenait soin des nanas. Là, il faisait juste son taf, c’est-à-dire la ramener vivante chez elle.

S’assurant qu’elle prenait la direction de sa baraque, Donovan la suivit – non mais vraiment, c’était pas un stalker - pour entrer à sa suite dans la maison. La porte claqua dans son dos. « Barricade-ça, tu mets pas le nez dehors, ça s’ra vite fini maintenant. » Déjà les coups de feu s’arrêtaient, ils étaient plus nombreux que les morts ici, contrairement à en dehors des murs du camp. Bon le truc c’était que là, ils allaient avoir un plus gros merdier à gérer, enfin du moins Chambers. C’était lui qui avait décidé de rien dire à la populace, maintenant il allait devoir leur expliquer ce qu’il s’était passé, et Donovan était content de pas être à sa place. Dans l’immédiat, il aurait bien descendu un verre de tequila pour faire descendre la pression.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
Joann Cain
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1544
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: I'm not just one of your many toys   I'm not just one of your many toys - Page 4 EmptyMar 26 Fév 2019 - 12:44
I'm not just one of your many toys


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Ça battait dans ses tempes, dans le creux de ses veines et artères, jusque dans ses paupières closes desquelles ruisselaient des foutues larmes qu'elle était incapable de contenir. Jamais elle n'avait pensé à ça, à dire vrai, personne n'aurait pu imaginer ça. Des morts vivants, des zombis …. Des cadavres ambulants dont l'unique besoin était celui de déchirer la carotide des vivants. La lourde dépouille contre elle, Joann déglutit et tenta de repousser ce poids mort en manquant de vomir au contact de l’espèce de mélasse brune qui s'écoulait de l'orifice dans le crâne de sa victime. Ce monstre pesait un poids de dingue et en rouvrant péniblement les yeux pour tenter d'y voir, parce qu'il n'était visiblement pas le seul à avoir pété un plomb dans le campement, Cain retint sa respiration. Bordel de merde.... Ce type là, ce mec qu'avait viré taré, avait bouffé la gueule du premier venu avant de se jeter sur elle, il vivait à deux pas à peine de chez elle. Cette révélation la fit redoubler d'effort pour le dégager d'elle alors qu'elle entendait son prénom résonner plus loin.

- J'suis là ! L'instinct de survie, tout simplement, loin d'elle l'idée de jouer les demoiselles en détresse même si là, pour le coup, elle rêvait de voir débarquer le premier troufion pour lui épargner une autre attaque de demeuré. Puis le poids mort disparut et elle put reprendre une inspiration sifflante en dégageant rapidement ses cheveux de la couleur dégueulasse sur sa joue. Merde.... p'tin d'bordel de.... Donnie ? Secouée, elle observa le corps qu'il venait de dégager d'elle, encore à l'ouest, à des kilomètres de cet endroit de merde ou un flot de bouse se déversait. Lorsqu'il lui tendit la main, la Canadienne fronça les sourcils, croisant rapidement son regard gris pour y lire ce qu'elle ne comprenait pas. C'était quoi ce bordel ? C'était quoi ces tarés qui bouffaient la gueule de leurs voisins sans craindre les balles ? Je l'ai..... j'lui ai vidé l'chargeur sur la gueule et......

Pas le temps d'en dire plus, ou d'obtenir de vagues réponses, le militaire lui agrippait la main pour la redresser et l'inviter à cavaler à sa suite. Soufflée, complètement dans le flou, la brune eut la présence d'esprit de dégager ses doigts de ceux de Floyd avant de filer en direction de sa baraque. Porte déverrouillée, elle se colla rapidement près de la fenêtre tandis que le sergent refermait derrière son passage. Barricader, pas aller dehors... ça allait se calmer. Les mots tournoyaient dans son crâne sans trouver de véritable sens, du moins jusqu'à ce qu'elle recule en voyant la gueule défaite d'un autre des civiles s'éclater sur le vitrage duquel elle relâcha le rideau.

- Putain Donnie c'est quoi ces merdes là ? Qu'est-ce qu'ils ont tous ces connards ?! Voilà que cet abruti de Chester léchait le carreau de sa bicoque et grognait comme une saloperie d'ours mal léché. Ses yeux allaient et venaient entre ce mec, avec lequel elle avait aucune affinité, puis le tatoué auprès d'elle. Pourquoi il répondait pas ? Pourquoi il avait pas l'air aussi choqué qu'elle au juste ? Les yeux ronds, le sang chaud dans le creux de ses veines, Joann jura à nouveau et fila un coup de pied dans le fauteuil qui ornait le hall pour que ce dernier s'encastre dans la porte d'entrée. V'la pour ta barricade d'mon cul Floyd, mais toi non plus tu sors pas, t'sortiras pas d'ici avant d'm'avoir dit c'qui s'passe ! Elle en avait mal à la gorge de hurler, larmoyante même, le sel des perles lui irritant les joues sur lesquelles elle passa rapidement les paumes avant de lui agripper le bras. Donnie ! Dis moi c'que tu sais putain sinon...... BOOM !!! Merde, elle en sursauta en se collant derrière son épaule, les yeux rivés sur la baie vitrée du jardin contre laquelle s’agglutinaient deux trois autres saloperies décérébrées.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1397
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: I'm not just one of your many toys   I'm not just one of your many toys - Page 4 EmptyJeu 28 Fév 2019 - 10:55
C’était le gros boxon, des mochetés qui trainaient leurs carcasses putrides dans les rues d’un lotissement fleuri, des cris, des coups de feu. Et du sang qui maculaient les rosiers et les dahlias, c’était comme regarder un rêve s’estomper, comme après la visite des enfoirés sur leurs bateaux quelques mois plus tôt. Cain pleurait, ça aussi c’était bizarre et une preuve de la merde ambiante, parce que la brune avait pas l’air du genre à geindre pour la moindre connerie. Mais là, c’était les nerfs, parce que comme tous les autres civils, elle savait rien de ce qu’il se passait vraiment, parce que les pillards avaient été soigneusement achevés avant que quiconque puisse voir la laideur de leur nouveau monde où la mort était vraiment, genre vraiment, très moche. Pas la peine de lui raconter que le gusse portait un gilet pare-balles, elle y croirait pas, il y avait aucun bobard pour camoufler cette réalité-là.

Dans l’immédiat le militaire préférait la mettre en lieu sûr, c’était sa mission ici dans ce camp, son rôle. Assurer la sécurité des civils, permettre à leur petit îlot de paradis de perdurer, bon là avec l’abruti qui s’était fait sauter le caisson en manquant la zone qui lui aurait donné le repos éternel, la mission était mise à mal. Dans la baraque, Donovan s’affaira à fermer à clé, une chance ils étaient trop cons pour tourner les poignées de porte, mais pas suffisamment abrutis pour arrêter de frapper dessus. Il en avait vu des meutes de moches enfoncer des portes à force de patience. « Joann bloque la porte et éloigne-toi de la fenêtre. » beugla-t-il au lieu de lui répondre, parce que là, il savait pas quoi dire de plus. Là il devait trouver un point pas trop dégueu’ pour assurer la sécurité des civils et de ses collègues à distance.

Sauf que Cain avait pas l’intention de le laisser filer et qu’elle attendait des réponses. Les bras ballants le long  de sa silhouette fine, Donnie passa sa langue sur ses lèvres, prenant le temps de la réflexion. « Ces trucs, c’est notre nouvelle réalité, bienvenue. » siffla-t-il, amer et en colère, pas contre elle, juste contre celui qui avait décidé de rien dire à la population. Garder les gens dans le flou, c’était le meilleur moyen d’en faire des cibles, rien de plus que des steaks sur pattes pour les rôdeurs. Ca s’agglutinait contre la baie vitrée, ça cognait, et le tatoué s’avança pour tirer le rideau. S’ils les voyaient pas, s’ils entendaient rien, alors ils finiraient par se lasser, ça aussi il l’avait vu.

« Suis-moi. » Le placard à balais ferait l’affaire, il aurait aimé l’y amener pour une autre raison, bien plus amusante, mais ça ferait l’affaire. Dans l’espace réduit, à la lumière de l’ampoule qui grésillait au-dessus de leur tête, le tatoué reprit à voix basse. « Ces trucs c’est … les gens quand ils se font mordre, ils se changent en ces trucs … y’a la fièvre, puis t’y passes, puis tu te relèves comme ça … Mais j’comprends pas, personne s’est fait mordre … on l’aurait su. » Il avait jamais vu de personnes se changer sans morsure, c’était une putain de nouveauté ça, comme si le monde était pas déjà assez merdique. « Ça sert à rien de leur vider un chargeur dans la peau, un tir bien passé en pleine tête, dans le cerveau. Faut viser le cerveau. » Il parlait toujours à voix basse, en faisant abstraction des coups contre la porte, contre la baie vitrée. Des coups qui se firent plus espacé, un peu plus à chaque coup de feu qu’il entendait. Les gars approchaient sans doute pour terminer d’achever les morts. Dans une autre situation, le brun aurait amplement profité, de la proximité de Miss Canada, de l’odeur de son shampoing, mais là, putain là c’était la merde intégrale parce que leur camp si sûr lui semblait plus si sûr.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
Joann Cain
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1544
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: I'm not just one of your many toys   I'm not just one of your many toys - Page 4 EmptyVen 1 Mar 2019 - 15:23
I'm not just one of your many toys


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Derrière lui, Cain fixa la baie vitrée où les membres du voisinage faisaient du lèche vitrine. C'était quoi ce comportement de merde ? Qu'est-ce qui leur prenait à ces cons pour être aussi hostiles, même abrutis au point de plus savoir comment on ouvrait une putain de porte ? Pas qu'elle se plaignait qu'ils soient incapables d'utiliser leurs mains pour autre chose que tambouriner, mais bordel tout ce merdier la dépassait cruellement au point de la statufier dans le hall tandis que Floyd allait tirer le rideau. Là, elle fronça les sourcils. Il se foutait d'elle ? Est-ce qu'en une journée elle avait viré blonde, ou peut-être changé de langue ?

- Tirer l'rideau ? T'es sérieux, t'penses que ces abrutis sont comme des piafs sur la gueule desquels on met un linge pour qu'ils arrêtent d'jacasser ? Un rictus mauvais fila ses pétales qui, malgré tout, terminèrent par se tordre légèrement lorsqu'il la força à rejoindre les entrailles de la penderie jouxtant l'entrée. Bordel Donnie, j'pas envie de jouer là et l'mystère des troufions me botte plus du tout alors accouche !

Par acquis de conscience, la Canadienne logea les doigts contre l'interrupteur pour permettre à l'ampoule, qui vacillait au dessus de leurs têtes, de les éclairer un minimum. Mais y avait pas que pour cette raison, non, elle voulait croiser son regard, y déceler un potentiel mensonge ou alors le tas de conneries qu'il serait capable de lui servir pour tenter de l'endormir, ou l'empêcher de l'interroger sur cette situation plus qu'étrange. Il murmurait maintenant, elle en fronça les sourcils avant de fixer la porte derrière laquelle se jouait une scène qui ressemblait à un scénario de film d'horreur. Les gens quand ils s'font mordre ? Lèvres pincées, la brune manqua de s'étouffer en riant. Il se foutait de sa gueule bordel, sans blague ? Mordre par qui, par quoi ?

- P'tin j'te jure même quand t'es sérieux tu m'faire rire. Lâcha-t-elle amère, avant de cesser parce que là, effectivement, le sergent était pire que sérieux. Il déconnait pas une seconde, y avait pas de drague sousjacente derrière ses susurres, et s'il murmurait c'était juste pour éviter aux connards, qui encerclaient la maison, de continuer à fracasser les vitres et portes pour tenter de rentrer. Malgré son scepticisme, Joann déglutit puis soupira. Ça faisait le tour là, et ce dont étaient atteints ses adorables voisins lui rappelait la rage à l'époque où y avait pas forcement de vaccin pour éviter aux gens, et aux bestioles, de baver et infecter le premier venu. Mordre, par d'autres gens débiles comme eux ? C'était pas vraiment une question, après tout si Donovan avait pas jugé bon de parler de bestiaux c'était qu'effectivement les morsures humaines, de gens infectés, rendaient les mordus aussi mauvais que les mordeurs. C'était donc ça que Chambers leur cachait depuis des mois en leur sommant de rester bien cloîtré ici ? Putain..... La Canadienne soupira et colla le dos au mur avant d'y cogner la nuque, écoutant malgré tout ce que bavait le tatoué. Pas de mordu ? La trentenaire en arqua un sourcil avant de croiser son regard gris. T'sûr que faut juste une morsure ? Mais t'sais c'est comme la rage, faut bien un virus pour créer l'patient zéro play-boy, ça tombe suffit pas juste de se faire pincer les miches. A nouveau elle soupira en passant les mains dans ses cheveux, peinant à comprendre et cherchant déjà à trouver une solution qui, malgré toute sa réflexion, ne ferait aucune différence. Pourquoi t'm'as rien dit s'tu savais espèce de connard ? Pourquoi cet abruti de Benji a fermé sa gueule tout c'temps s'il savait qu'ces merdes étaient dangereuses ? Elle lui logea le poing dans l'épaule avant de le rattraper par le col de veste. Visiblement tirer le rideau c'était pas si con, parce que derrière le battant clos, Jo n'entendait plus tant de tapage. Proche de lui, elle redressa les yeux dans les siens. Ils s'étaient tirés ? Sûrement, et elle était plutôt surprise de voir que le fait de juste tirer un rideau puisse lasser des cinglés pareils. Y a pas moyen d'enrayer ça, j'veux dire, y avait bien un vaccin pour la rage, ça y r'ssemble non ? Remarque, la rage on en crevait mais on se relevait pas à contrario de ce qui possédait une paire de gens dans le fort à l'heure actuelle.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1397
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: I'm not just one of your many toys   I'm not just one of your many toys - Page 4 EmptyDim 3 Mar 2019 - 16:09
Putain ça lui foutait les foins de voir ce merdier, de devoir expliquer à une nana qu’on avait tenue à l’écart de tout le merdier susnommé comment faire, quoi faire. Ca le faisait chier parce que si les gens avaient pas été tenus dans le noir concernant ce bon gros bordel qu’était devenu le monde en dehors de Bainbridge Island, alors ça serait pas un sombre ramassis d’emmerdes à l’instant présent. Donovan savait quoi faire lui, on lui avait expliqué, il avait appris sur le tas, mais dans leur cas, en dehors des rares survivants qui les avaient rejoints après le premier jour, c’était qu’un ramassis d’incapables qui flippaient en voyant les morts se relever. Et qui pourrait leur en vouloir ? Cain le prenait pour un abruti, elle était en colère et le tatoué avait aucune raison de lui en vouloir, parce que c’était la faute de Chambers et ses idées à la con.

Dans le calme relatif du placard à balais, le sergent Floyd tenta de lui expliquer, de lui dire ce qu’il se passait, ce qu’il savait, mais évidemment elle lui riait au nez. « C’est plus des gens Cain, ces trucs … ils sont déjà raides, pour ça que ça sert à rien de leur vider un chargeur même dans le palpitant, c’est pas là-dedans que ça crépite assez pour les relever. » Se faire mordre, y passer, se relever, mordre à son tour, c’était la putain d’histoire de la mort, et personne viendrait leur chanter une chanson pour enjoliver le tout. Parce que c’était laid, autant que les faces décharnées de tous les cadavres ambulants qu’il avait déjà croisé.

« La morsure … de ce que je sais y’a que ça. » Il avait jamais vu un type se relever sans s’être fait béqueter, et là ça l’inquiétait grave de se dire que le voisin avait juste pressé la détente. Il avait forcément été mordu, s’il y avait autre chose, ils l’auraient su. Davis et son armée de binoclards l’auraient su. « J’en sais rien Cain okay ?! » commença-t-il à s’agacer pendant que la brune émettait des possibilités avant de finalement lui demander pourquoi il avait rien dit. D’un geste qui se voulait vif mais pas menaçant, Donnie dégagea les doigts de fée de l’escort de son col.

« J’ai rien dit parce que c’était les ordres, parce que mon rôle ici c’est de protéger tes miches et celles de tous les autres. Si j’étais là pour faire les règles ça s’saurait, quand tu sais ce qui se passe dehors, y’a plus de retour possible. Tant que vous saviez pas, vous pouviez revenir … dans votre vie d’avant. » Cette vie d’avant qu’ils envisageaient de faire redémarrer, comme on redémarrait un ordinateur. Sans doute, dans le fond Floyd en savait foutre rien et il s’en foutait, il était vivant, il avait une mission, il suivait les ordres. S’il avait été payé pour se poser des questions, il l’aurait su. « Lawrence et les autres, ils y bossent, j’pense, mais merde … c’pas une grippe ce truc. Ca transforme des gens normaux en putain de bouffeurs de chair décomposés. » Les scientifiques bossaient pas assez vite, ou du moins ils arrivaient pas à des résultats assez vite, et le mensonge de Chambers allait mettre à mal tout ce qu’il voulait préserver en créant ce camp. Enfin pour c’qu’il en savait de toute manière.

Le bruit s’était calmé, les coups de feu se firent plus espacés également. C’était fini. Poussant la porte du placard, Donovan sortit, laissant la brune le suivre si elle le voulait. Beretta en main, Donnie traversa le couloir pour tirer le rideau, croisant le regard d’Alec. C’était fini. « T’as le droit d’m’en vouloir, ça m’empêchera pas de pioncer Cain, tant que ce camp tient debout, j’dormirai peinard. »


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
Joann Cain
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1544
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: I'm not just one of your many toys   I'm not just one of your many toys - Page 4 EmptyMar 5 Mar 2019 - 12:01
I'm not just one of your many toys


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Elle était agrippée à sa veste, dans quel but au juste ? En plissant les paupières, pour mieux sonder son regard, Joann savait parfaitement ses propres intentions. De base c'était pour lui en coller une, ou peut-être deux, parce qu'il ne lui avait rien dit malgré leur lien. Quel genre de lien au juste ? Prédateurs et proies ? Sûrement ouais, et au pluriel en plus de ça car l'un et l'autre étaient des prédateurs et celui leur faisant face prenait des allures de proie insaisissable, enfin surtout elle qui n'avait jamais daigné aller plus loin en sa compagnie. Alors, lorsqu'il agrippa ses doigts fins pour l'inviter à le lâcher, Cain se contenta de rouler des yeux en marmonnant quelques jurons de son cru, le tout bras croisés sous sa poitrine, la nuque heurtant doucement, et à maintes reprises, l'une des quatre parois de la penderie où vacillait encore l'unique source de lumière.

Protéger tes miches, elle en cracha un rictus en dardant l'un de ses yeux sur lui. Remarque là, et au plus elle revenait sur les faits et actes passés, tout lui semblait bien plus clair désormais. Son ex voisine qui tambourinait comme une barge les murs de son appartement, le sang qui maculait l'intérieur du logement jouxtant le sien, ou encore ce cinglé qui s'était jeté sur bobonne à lui en arracher d'ultimes hurlements de terreur. C'était là depuis plus d'un an, et c'était pas des conneries ce que bavaient ces grosses dindes fardées lors des dernières réceptions où on l'avait grassement payée pour sourire au bras d'un mec dégarnis. Donovan lui avait sauvé la vie ce jour là, encore aujourd'hui. Si à l'époque elle n'en avait pas eu conscience, uniquement parce qu'il avait ordre de lui cacher le merdier infâme dans lequel le monde disparaissait, juste à l'instant la Canadienne réalisait que oui, ce type là avait bon être le pire coureur que l'univers ait eu à son bord, il avait au moins des principes liés à son taf. Ou ex taf puisque, d'après ses mots, la vie n'avait plus rien à voir avec ce qu'elle imaginait encore deux heures plus tôt.

- J'sais pas c'qui m'retient d'te casser la gueule. Balança-t-elle avant de sourire de coin puis de se laisser glisser, assise contre le parquet de ce placard à manteaux.

C'était ça l'existence désormais ? Hors de l'enceinte y avait donc ces gens, enfin ces morts, qui se relevaient et tentaient de bouffer le moindre truc vivant qui leur passer sous le pif ? Les genoux fléchis, bras ballants dessus, elle ramena les doigts à ses tempes et dégagea ses mèches brunes avant d'inspirer plus posément malgré les tas de questions qui lui brûlaient la langue. Le bordel avait cessé dehors, ça pétaradait plus, ça grognait plus et Jo le laissa donc quitter la pièce étriquée sans encore le suivre. C'était la merde, plus encore d'imaginer que celui qui gérait ce putain de Fort avait trouvé judicieux de leur cacher ça. Personne pouvait survivre sans avoir à quoi il faisait face. Saoulée, elle se redressa malgré tout et revint dans le couloir. T'as le droit d'm'en vouloir. Oh non, il était pas responsable il avait juste fait bêtement son taf, mais en le faisant, elle pouvait encore témoigner de la mauvaise gérance de Chambers finalement, son cœur battait encore.

- C'dommage pour toi, si un d'ces trucs m'avait mordu, j'aurai pu t'sauter d'ssus play-boy. Elle descendait d'un cran, un sourire fiché à la commissure des lèvres, sa façon de le remercier même si, à son regard, il n'était encore qu'un mec utile avec lequel elle pouvait obtenir pas mal de choses sans savoir à se fouler pour. L'avenir changerait les choses entre eux, considérablement d'ailleurs mais ça elle l'ignorait pour l'heure. Un coup d’œil à la baie la fit grimacer, trois putains de mochetés gisaient dans son jardin, et déjà des troufions dégageaient les dépouilles, ne laissant d'elles que quelques éclaboussures de sang dans l'herbe encore couverte de rosée. Joann détourna le regard, préférant déboucher une flasque de bourbon dont elle ramena le goulot à ses lèvres avant de la lui tendre. J't'en veux pas, mais rêve pas beau gosse, j'vais pas m'jeter sur ta putain d'braguette pour t'remercier, mais l'coeur y est .... Tu restes une petite demie heure ? T'auras qu'à dire à ton chef qu'il fallait m'raisonner. S'tu veux j'peux même te griffer pour t'filer une excuse potable. Reprit-elle en se laissant retomber dans le sofa du salon.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: I'm not just one of your many toys   I'm not just one of your many toys - Page 4 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- I'm not just one of your many toys -
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» Votre prenom sous toute les formes !!
» SDA toys r us
» Produits dérivés Dragons
» Omnia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: