The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- The Beauty and the Beast -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
Graphiste & modératrice
Roza Votiakova
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pistolet 9 mm avec silencieux ainsi que deux couteaux poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 2520
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: The Beauty and the Beast   The Beauty and the Beast - Page 3 EmptyDim 17 Fév 2019 - 19:42

La voilà maintenant comparée à Jésus Christ, le monde était vraiment devenu tordu. Elle s'était pourtant ouverte, elle avait joué la carte de la rêverie, celle qui la poussait à ne pas se trancher les veines depuis la chute du lycée, celle d'un monde empli de justice et de solidarité, celle qui viendrait avec la dispartion des vautours, après les Zack et maintenant, les June. La seule lumière qui éclairait sa route tracée vers la vendetta, celle qui relevait son menton pour défier ce monde, face to face.

"Et le monde... s'est érigé... sur quels.... principes.... June.... ?" La peste passait déjà la porte, pas de quoi lui en vouloir, le débat était assez stérile comme ça. "Les siens ? OU CEUX DES ROMAINS ?" C'était la dernière pointe d’insolence pour la Russie. La porte se referma pour teinter à nouveau l'atmosphère de son voile obscur et la russe à bout de force s'écroula contre le sol. Ce n'était pas rien de tenir une conversation dans son état, alors tenir sur ses deux jambes aussi longtemps, ça en relevait presque du miracle. Elle pouvait être fière d'elle, mais pour l'heure, elle devait plutôt s'inquiéter pour le dernier frisson qui secoua son échine contre le sol glacial de sa cellule. Il fit instantanément taire la migraine, ses pensées et ses maux, c'était le messie d'un long repos, d'une mise en pause de son organisme qui cessait maintenant de lutter dans des conditions aussi déplorables...

**************

16/02/2019

Cela faisait déjà quarantaine-huit heures qu'on l'avait déporté, lavé et piqué. La transfusion n'allait pas faire de mal, le confort d'un lit non plus, c'était l'occasion de reprendre des forces.

Il faisait chaud, les flammes rugissaient de toute part et grignotaient lentement les chairs de l'encrée dont les complaintes restaient aussi efficaces qu'un pet dans l'eau. La douleur bien trop vive souleva sa poitrine et ses lourdes paupières. Elle fut aussitôt éblouie par la lumière qui brûla ses iris clairs. La sainte lumière ? Le paradis, le voilà ?! ENFIN ! Sauf que ses bras étaient retenus contre le métal du lit d’hôpital, de même pour ses jambes. Le paradis avait un drôle de goût. Elle tira, un peu, en vain, elle n'en faisant que plus de bruit, assez pour éclairer son esprit et lui rappeler les derniers événements vécus récemment : Morgan, Nathan, Michelle, June, Clayton, la cabane...Ses paupières refusaient néanmoins toujours de s'ouvrir, non pas par peur de constater la vérité, c'était juste encore et toujours cette fichue lumière omniprésente qui lui brûlait la rétine. "Hivno*..." L'instinct parlait de lui même et le russe sortit naturellement, elle était littéralement dans la merde ainsi clouée sur place. Ses muscles étaient encore engourdis et rigides, elle n'avait plus un pet de graisse à l'horizon après un tel régime. Elle pourrait faire la une d'un magazine de mode si on oubliait les tatouages, à condition de retoucher également le teint de cette peau rendue livide.

La pleine réalité de sa condition mit un temps avant de retrouver toute sa pertinence, les bruits de pas vers elle aidaient aussi en ce sens. "June, sérieux... les menottes ? C'est pas un peu ..." .... tôt ? Elle ne finit pas sa phrase, la bouille à porté n'était pas celle de la rousse, pour sûr, c'était une brune, et pas n'importe laquelle. Son esprit embrouillé peinait encore à lui trouver un rôle dans le tableau catastrophique qu'était devenue sa vie. La seule chose dont elle était certaine concernant ce visage, c'était qu'il n'annonçait rien de bon. Son instinct la poussa à se redresser, ce qu'elle tenta de faire jusqu'à ce que son bras - dont les os à nouveau meurtris par l'intervention du duo Nate/Morgan - lui rappela en une pique de douleur la cause perdue dans laquelle elle baignait. Elle s'en retourna alors au fond du lit dans un lourd soupir pour étouffer sa complainte. Tout était clair maintenant, c'était la pute à la batte, celle qui était censée s'être mangée en pleine face la même grenade que Zack. Un élan coupé qui lui rappela également cette cote meurtrie par la seconde rousse timbrée du coin, Morgan. Décidément, les gens du coin aimaient briser toujours et encore les mêmes choses... "Merrrde. Je te crrroyais morrrte." Quel élan de franchise.... La russe se croyait encore en plein délire, fallait pas lui en vouloir, c'était devenu monnaie courante dans son état. Même sa parenthèse avec Clayton lui semblait tenir plus du rêve que d'autre chose, elle avait encore du mal avec la réalité et la fiction.




" Hivno : merde.


JUST A ROSE, ROOTED IN THE DIRT.

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The Beauty and the Beast   The Beauty and the Beast - Page 3 EmptyMer 20 Fév 2019 - 19:08
Holy fuck. C’était bien elle. La russe à qui elle avait bousillé le bras pour sauver Nabila et qui leur avait envoyé un feu d’artifice à la gueule. Dire que la pigiste pensait toute cette histoire mise de côté depuis l’automne, mais fallait croire que le monde était sacrément petit. Elle n’était pas allée voir cette tarée quand elle était en cabane – littéralement – mais là… elle se trouvait sur son chemin et la tentation était trop forte. Massant machinalement son poignet raidi par la cicatrisation, Victoria pénétra dans la pièce en poussant la porte entrouverte. Le regard qu’elle posa sur la prisonnière était neutre, analytique. Son œil de journaliste évaluait les dégâts, devinait les traitements qu’elle avait subi – celui de survivante estimait s’il serait plus facile de la stranguler ou de lui injecter des merdes jusqu’à ce que mort s’en suive. Un grand sourire narquois étira les lèvres charnue de la trentenaire lorsqu’elle constata que la convalescente ne s’attendait pas à sa visite.

- Morte ? Please, à cause d’ton p’tit pétard 3000 ? Mon paternel m’ach’tait les mêmes pour l’4 juillet quand j’avais 12 ans.

Pour ne pas montrer à sa cadette qu’elle boitait, la pigiste choisit tout simplement de ne pas bouger. Elle était assez proche du lit d’hôpital pour savourer le spectacle : la gladiatrice de Renton clouée dans un pieu avec des airs de déterrés. A peu de chose près, elle était dans l’état idéale aux yeux de Victoria : clouée sur un pieu avant d’être enterrée. Remarque, elle avait le temps de changer cette réalité. Personne n’avait l’air de se pointer.

- En vrai, merci à toi et tes potes peq’nauds ! En attaquant Renton, on a pu s’retrouver ici. C’est plutôt cosy, non sans une expression mesquine sur son visage pâle, elle enfonça son index dans les côtes de Roza, aïe-aïe. J’ai entendu dire qu’Momo-la-dingo t’avais collé une raclée. J’voulais voir s’si c’était vrai.

En vrai, elle s’en foutait, ça avait juste été un excellent prétexte d’appuyer là où ça faisait mal – encore un double sens, héhé. Les mains de la trente se refermèrent alors sur la rambarde métallique qui ceinturait le lit – et permettait accessoirement de menotter la prisonnière. C’était du sérieux putain, ils déconnaient pas ici. Mais comme la charité avait ses limites et que le serment d’Hippocrate avait du plomb dans l’ailes, Victoria supposait qu’ils ne la retapaient pas que par bonté d’âme. Ou au moins, avec la même sympathie qui faisait les centres carcéraux faire des check up médicaux aux condamnés à mort avant leur exécution. Marrant l’ironie au degré fédérale.

- J’me pose une question du coup…, fit-elle en feignant réfléchir, vu qu’t’es attachée là, t’peux pas aller pisser. Qu’est-c’qu’y s’rait l’plus humiliant : qu’on t’laisse te faire d’ssus ou qu’ce soit un d’tes enn’mis qui t’tienne la main jusqu’à ton pot ?

Sacré dilemme de son point de vue.
Revenir en haut Aller en bas  
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
Graphiste & modératrice
Roza Votiakova
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pistolet 9 mm avec silencieux ainsi que deux couteaux poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 2520
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: The Beauty and the Beast   The Beauty and the Beast - Page 3 EmptyVen 22 Fév 2019 - 12:28
Le délire semblait bien poussé, y avait de l'humour la dedans, ou alors, c'était une interlocutrice bien réelle revenue des enfers qui avait avalé un clown en route. Son petit pétard - comme elle disait - était censé avoir arraché la vie au connard de Zack, tout du moins, aux dernières nouvelles. Remuer le couteau et jouer la grande gueule sur le sujet, elle le sentait moyen pour le coup, et puis, elle n'était pas en position de le faire. Elle préféra lever ses iris clairs au plafond dans un lourd soupir qui quitta avec lourdeur ses lèvres gercées.

L'information suivante tiqua dans sa petite caboche, les connards n'étaient donc pas les bienvenues dans le coin ? En quel honneur ? Devaient-ils faire leur preuve et rackettant purement et simplement d'autres survivants avant d'avoir le droit de stagner dans un coin plutôt cosy ? Ne formaient donc t-ils pas une seule et même unité ? Étrange comme fonctionnement. Bien décidée à y voir plus clair, elle tourna doucement la tête vers son aînée et entrouvrit ses lèvres pour prendre la parole mais seul un sifflement douloureux se faufila entre ses dents maintenant serrées alors qu'elle se tortillait sur place dans un grimace qui en disait long : ça faisait mal. Et le pire, c'était que son acte était juste gratuit en fin de compte, cette meuf, c'était vraiment la pire des chiennes, à ne pas en douter. Elle avait envie de monter les dents, de l'insulter, de lui faire des promesses de mort, mais pouvait-elle vraiment se permettre un tel écart dans sa situation ? Non, c'était évident. Elle décida alors de jouer son jeu, de lui répondre en évitant l'insolence quitte à enterrer profondément cette haine qui s'éveillera peut-être un jour.

"Vsyo govno... krrome mochee.." L'instinct, la fatigue, le cerveau en vrac, ça ne l'aidait pas à choisir la bonne langue et la mine de son interlocutrice lui suffit à réaliser son erreur qu'elle corrigea aussitôt : "Pourrr un peu de pisse... l'monde est déjà rrrempli d'merrrde...." Inutile de préciser qui étaient les excréments, le regard qu'elle lui portait en disait long. Quant à sa situation, elle avait connu assez d'humiliation pour ne pas rougir du peu de pisse que son corps rejetait. Inutile de rentrer dans son jeu.

"Vous étiez donc juste des chiens d'garrrde ? D'la bonne pâturrre d'prrremières lignes ?" Un petit rire la quitta mais il lui rappela aussitôt l'état de ses côtes et s'étouffa bien vite dans une petite complainte. "Intérrressant... M'd'rrrien du coup, le plaisirrr est parrrtagé." Un petit sourire en coin se dessina sur son visage, pour cause, elle avait pu en tuer pas mal ce jour là, du coup, la satisfaction était bien là. Même en crevant comme une merde ici, elle avait au moins pu en crever quelques-uns dans son sillage. "S'fairrre déloger par une bande de ferrrmiers d'type peq'naud... On vous a pas trrrop trroll en rretourr ?" Sacré ironie de son point de vue.




JUST A ROSE, ROOTED IN THE DIRT.

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The Beauty and the Beast   The Beauty and the Beast - Page 3 EmptyLun 25 Fév 2019 - 20:45
Victoria poussa un long soupir, les lèvres déformées par une expression dépitée. Ça faisait un peu pitié non ? Cette envie de faire la badass en continuant de tacler, même sur un lit d’hôpital, mais de rien avoir de mieux à sortir que des punchlines de maternelles. C’était un peu comme sortir son zizi en étant persuadé d’en avoir un gros et… aaaah (exclamation de profonde déception) ; sortez la loupe.

- Putain d’merde, vous vous partagez l’même arsenal d’vannes pourries chez les ploucs ? J’me souviens qu’les deux nanas nous sortaient les mêmes trucs aussi…, elle fit frénétiquement claquer ses doigts en essayant de se souvenir des prénoms des cheftaines en mousse du ranch, j’suis censée faire quoi, m’mettre à pleurer ?

Ses yeux blasés se posèrent sur le visage blême de la convalescente. La pigiste n’irait pas nier qu’ils avaient pris une branlé à l’automne – c’était le cas – mais à quoi bon ruminer ça comme une gamine ? C’était bon pour les cons ça, les gens malins évaluaient les nouvelles opportunités et s’engouffraient dans la brèche des bons plans. Au final aujourd’hui, elle pouvait se doucher, s’habiller en Prada et se parfumer au Channel n°5. Est-ce que les « fermiers » pouvaient en dire autant ? A tous les coups ils se torchaient encore le cul avec des orties et allaient se choper une bonne épidémie de gale avant la fin de l’hiver.

- Allez, fais monter l’niveau, raconte-moi plutôt pourquoi on t’garde, petit haussement de sourcil un brin narquois, vois ça comme une interview exclusive. J’me tâte à ouvrir un p’tit journal local, t’vois ? Comme au bon vieux temps. J’pourrai faire un r’portage exclusif sur la russkof en détention : les gens ont b’soin d’potins pour s’distraire ! C’était une connerie mais le pire… c’était que ce serait pas si mal, si ? Victoria Lily Raven, première rédactrice en cheffe post-apocalyptique, ça en jetait pas mal, en plus, laisse-moi d’viner, t’es une broute-minou ? Les gens sont toujours plus sensibles quand on parle des minorités, j’vais t’transformer en célébrité.

Ses yeux olive ne reflétaient au fond que moquerie et indifférence. Un peu comme un chat profondément mesquin devant une souris salement amochée. La trentenaire n’avait pas besoin de jouer des menaces, d’autant qu’elle sentait que ce serait inutile. L’état de fait était là : n’importe quand, ni’mporte comment, elle pourrait décider de se pointer pour lui rendre l’explosion de la grenade.

- Déjà, comment t’t’appelle duconne ?
Revenir en haut Aller en bas  
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
Graphiste & modératrice
Roza Votiakova
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pistolet 9 mm avec silencieux ainsi que deux couteaux poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 2520
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: The Beauty and the Beast   The Beauty and the Beast - Page 3 EmptyLun 4 Mar 2019 - 13:11
Mais de quoi elle parle cette conne ? Ça va vite, elle a un putain de débit celle-là quand il s'agit d'agiter sa langue. C'est perturbant, à un tel point que s'en est dur de la suivre au réveil, sans café et petit dej' pour se mettre en forme. Lentement, la russe passe le bout de sa langue sur sa lèvres gercée pendant qu'elle prend sur elle pour essayer de se focaliser sur les mots soufflés. Si elle le pouvait, elle se frotterai les paupières pour s'assurer de ne pas nager dans un nouveau délire. Malheureusement, elle doit juste se contenter de rester de marbre et de ce qu'elle comprend, elle ne trouve rien de mieux qu'un lourd et profond soupir à répondre pour l'intéressée. Y a de toute façon pas moyen d'en caler une, la brunette enchaîne et doit sans nul doute exceller dans les monologues, on sent bien l'habituée.  

"Doucement... p'tain..." Sérieusement, elle voit pas qu'elle cause à un squelette tout cerné au visage bleuté ? Sur quelle planète elle vit cette allumée ? Bon, du coup, remettons les choses à leur place : interview, broute-minou, minorité, célébrité. C'est que ça fait mal au crâne que d'essayer de relier tout ça. Est-ce que ça servait vraiment à quelque chose de rebondir là dessus ? Nan, elle en doute pour le coup et se focalise plutôt sur la dernière question posée. Elle a envie de lui répondre, ne serait-ce que pour éviter de porter le sobriquet de "duconne" ad vitam, mais y a comme une petite voix qui lui souffle de ne pas rentrer dans son jeu, de ne rentrer dans celui de personne en fait. Quitter à se taper un surnom débile, y a quand même de plus grand malheur dans ce monde.

"C'est intérrressant... ce manque de communication..." Enfin, si la femme dit vrai et qu'elle ignore vraiment pourquoi elle est là, bien entendu. Sur ce point, elle ne va pas jusqu'au fond de sa pensée et la garde bien pour elle. "Ça prrrouve bien ce que ça prrrouve : y a rien de bien crrroustillant à grrratter ici." Qu'il la laisse donc crever dans un coin, c'est finalement un bon sort déjà presque accepté par la concernée. "T'perrrds ton temps... Mais merrrci pour la visite." Sur ses mots, elle tourne lentement la tête vers la fenêtre, espérant silencieusement que la pseudo-reporter reparte sagement d'où elle vient et la laisse à nouveau seule avec ses songes. Maintenant qu'elle est éveillée, c'est l'occasion de se pencher sur la vie au dispensaire, sur les tours de ronde de la garde, sur les murmures portés derrière sa porte et sur ses liens qu'elle espère - à tort - pouvoir défaire une fois seule.


JUST A ROSE, ROOTED IN THE DIRT.

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The Beauty and the Beast   The Beauty and the Beast - Page 3 EmptySam 9 Mar 2019 - 14:02
Long – trèèèès long – soupir de la part de Victoria. A croire que c’était vraiment la seule répartie valide du côté des pouilleux du ranch : celui de pointer du doigt un « manque de communication » ou des « pions utilisés par les chefs », ce genre de chose. C’était quoi ces gens en fait, le syndicat des survivants ? Ils avaient pour vocation de défendre les membres de camp de l’oppression du patronat des leaders ? Ridicule. A qui ils essayaient de faire croire qu’ils vivaient dans un monde parfait sans non-dit, dissimulations et rapports de force ? Bien sûr que les hautes sphères avaient ses secrets et heureusement d’ailleurs ! Comme si la pigiste avait envie de se prendre la tête à gérer 200 personnes.

- Ouai s’tu l’dis, rétorqua-t-elle en balayant la claire demande à être laissée seule d’un geste de la main, j’sais pas s’tu t’sens héroïque ou cool ou… badass à être là dans ton p’tit lit à faire du boudin mais…, la trentenaire haussa les épaules avec une petite moue nonchalante, t’as juste l’air conne. J’te promets. Tu m’fais un peu d’peine.

Histoire de l’emmerder jusqu’au bout, elle lui tapota la joue d’une façon infantilisante. Peut-être que la prisonnière venait d’un endroit où ses manières de rebelle, tatouage et tronche de gouine en prime, faisaient leur petit effet. On ne peut pas en vouloir à certaines personnes d’être éblouis par un peu de poudre aux yeux. Mais ici, quand on connaissait Bainbridge comme Victoria avait appris à le connaître, on savait que le comportement de la femme alitée était vain. C’était comme essayer de retenir un rouleau compresseur à mains nues. Elle pouvait cesser ses conneries et le laisser tracer sa route en progressant dans son sillage, ou bien se faire aplatir. Il n’y avait pas d’autres choix.

- T’sais, on est pas dans un blockbuster 'vec Bruce Willis, reprit-elle en s’éloignant à reculons – non elle ne boitait pas, c’était un effet d’optique, y’aura pas d’sauv’tage à la dernière s’conde ou d’épingle à ch’veux oublié dans ta cellule pour qu’tu puisses t’évader, un demi-sourire moqueur arqua ses lèvres charnues, tout l’monde s’en ballec’ d’toi ici. T’vas juste crever entre l’fromage et l’dessert, pis on t’balanc’ra dans une fosse et… tout c’que tu croyais assurer d’cool en f’sant ta crise d’ado, on l’aura oublié avec l’digestif.

Elle en était à la porte. La pigiste se doutait que ces « conseils » ne seraient pas écoutés – et d’ailleurs, elle l’espérait même. Son intérêt n’était pas d’encourager sa Némésis à assumer son instinct de survie ou d’arrêter de jouer l’emo dépressive, c’était juste de lui faire sentir à quel point tout ce cirque était vain. Tragiquement vain. Les punchlines, des grimaces, les gémissements étouffés, les visage renfrognés… c’était bon pour les caméras et l’américain moyen. La réalité, c’était qu’elle était dans la merde jusqu’à ses tifs mal lavés et que ses options se réduisaient au néant absolu.

- J’étais toi, j’causerai. Un survivant c’fait pour vivre. Pas pour s’laisser crever pour rien.

Sur ces mots, elle quitta la pièce. Son expression narquoise demeura un moment accroché à son visage pâle. Quoique fasse la gouine maintenant, ça ne pourrait qu’aller dans son sens. Et le plus drôle dans tout ça… c’était qu’elle s’en battait les couilles !
Revenir en haut Aller en bas  
Roza Votiakova
Motherrr Rrrrussia
Graphiste & modératrice
Roza Votiakova
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pistolet 9 mm avec silencieux ainsi que deux couteaux poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 2520
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: The Beauty and the Beast   The Beauty and the Beast - Page 3 EmptyMer 3 Avr 2019 - 18:25
Mais quelle chienne celle là, elle n'avait pas son prénom mais sa face, putain, elle était mémorisée ad vitam et si un jour l'occasion se présentait de lui éclater la tête, elle serait prise aussitôt. C'était rageant de se faire cracher autant de vérités en pleine face, qui plus était, des vérités connues, elle n'était pas non plus l'adolescente naïve du coin, elle n'avait pas besoin des lumières de cette curieuse aux allures de Terminator. Quant à ses conseils, elle pouvait bien se les carrer bien profond, l'encrée ne causerait pas, elle n'apportera rien à ce groupe de colonisateurs fêlés, c'était justement sa raison de crever en silence et si possible dans l'oubli, sans torture, ce serait cool. "Pauvre conne.." Marmonna t-elle tout bas pour elle même alors que la porte se refermait enfin. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle ne se repointe jamais.

Son départ se fit presque rose, on lui accorda une toilette complète et muette juste derrière. C'était pas refus et passer la gêne, c'était même agréable de sentir à nouveau autre chose que sa propre sueur. Ce petit havre de paix n'allait sans doute pas durer et elle avait beau essayer de questionner le personnel quant à la suite de son aventure, l'on ne daignait jamais lui répondre. Elle était comme une fantôme et prit par la suite le réflexe de la fermer et de ne plus poser de questions, elle n'avait plus qu'à attendre que le temps passe.

Le soir venu, elle jeta un coup d’œil vers la porte qui grinça à nouveau, c'était la grande cheffe qui pointait enfin le bout de son nez. Ironiquement, c'était aussi la seule à lui accorder un semblant d'humanité, sans menaces, sans coups, sans moqueries gratuites, juste du dialogue qui se voulait parfois enrichissant comme bien peu constructif, ça dépendait des sujets.

"June, en perrrsonne. Bonsoirrr." La grande gueule était requinquée, la petite parenthèse infirmerie, perfusions, repos, toilettes et repas avait fait son oeuvre. "On parrrt donc surr un autrre tête à tête ?" Elle pencha légèrement la tête sur le côté, comme pour s'assurer qu'elle soit bien seule. "Tu peux me détacher ? Ce serrrait un bon déparrt pourr une discussion entrrre perrrsonnes civilisées." Qui ne tente rien...



JUST A ROSE, ROOTED IN THE DIRT.

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The Beauty and the Beast   The Beauty and the Beast - Page 3 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- The Beauty and the Beast -
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: