The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Soon enough, we'll die -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valentine V. James
Fiche de personnage
Survit depuis le : 14/04/2018
Messages : 199
Age IRL : 26
MessageSujet: Soon enough, we'll die   Soon enough, we'll die EmptyJeu 17 Jan 2019 - 20:38

Soon enough, we'll die.

« Tends la bâche! Tends la ! » s’époumona la jeune française qui tenait de l’autre côté. Les préparations pour les gelés n’étaient pas de tout repos, et il y avait beaucoup de travail encore à amasser pour éviter que les plantations ne prennent un coup de froid, et que leur effort se retrouver réduits à de maigre récoltes passé l’hiver. Valentine avait toujours en tête cette fable de la Fontaine, la morale avait toujours été simple à comprendre, elle n’avait jamais compris à quel point. Elle ne se comparait pas à l’écervelée cigale, non loin de là, elle était même plutôt au contraire de l’autre côté de cette fameuse fable. Mais si elle ne faisait pas attention à tous les préparatifs, tout le monde risquait de lui tomber au coin de l’oeil, pour des raisons … qui malgré qu’elle fusse évidentes, ne pouvait pas être entièrement de sa faute. Pour autant, autant limiter l’influence du froid sur les récoltes, et considérer avec beaucoup de minuties la manière dont sont conservés les denrées distribuables. Le nombre considérable d’oignons et de pommes de terre avait quelques choses de rassurant, sans pour autant qu’elle ne se réjouisse de manger de la soupe à l’oignon tout au long de l’hiver. Elle soupire longuement, avant se frotter les mains. Elle se félicitait de l’avancée, même si beaucoup était encore à faire.

Les plantations avaient quelques choses de rassurants, autour d’une bâtisse, et avec au centre un arbre, l’endroit ressemblait beaucoup plus à une ferme de hippie qu’à une véritable pépinière, mais l’endroit donnait des résultats relativement inespérés, loin de la corne d’abondance, en élargissant les perpectives, il étaient peut être possible d’apercevoir la réduction d’expéditions pour récupérer une nourriture en conserve qui se faisait de plus en plus rare. Valentine s’était toujours demandé d’ailleurs, si personne n’avait essayé la chasse, bonne vieille traditions millénaires oubliés, loin des réflexes d’ancien citadins, mais qui pourrait devenir une nécessité. La jeune française s’intéressait par la même occasion à la nutrition, et certaine perpective n’étaient pas des plus encourageante à force de manger des pêches en boite. Elle soupire longuement, avant de bailler doucement pour s’étirer ensuite.

La petite communauté que l’horticultrice avait réussi à assembler était plus qu’investie. Certainement conscient de la nécessité de ne plus dépendre de la nourriture extérieure, prenant les conseils de Valentine comme ils venaient. La jeune française encourageait aussi la culture de plantes chez soi, l’abondance n’était pas quelque chose qu’ils atteindraient tout de suite, autant que chacun reprenne d’ancien réflexe oublié depuis l’arrivée des supermarchés. Ainsi, elle connaissait beaucoup des visages, des habitués pour la plupart, quelques timides qui arrivaient depuis quelques jours après avoir entendu la nouvelle d’une soupe au potiron chaude pour ceux qui venaient aider. Amadouer avec de la nourriture maison et chaude n’avaient jamais été aussi efficace. Mais elle remarquait une nouvelle arrivante en particulier, arrivée après la débandade de Renton, elle trouvait étrange qu’elle vienne … aider, ou à défaut d’aider, observer. Peut être voulait-elle mettre la main à la pâte, Valentine n’en était pas tout à fait certaine.

« Morgan, c’est ça ? Valentine. » déclara t-elle en se présentant. « Je ne m’attendais à voir les nouveaux arrivants aussi tôt dans les plantations. Aide ou observation ? » demanda t-elle.



    l'apocalypse
    APOCALYPSE [əˈpɒkəlɪps] n.f 1. an event involving destruction or damage on a catastrophic scale. 2. the complete final destruction of the world, as described in the biblical book of Revelation.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
Modératrice
Morgan R. Cole
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Glock 17 Gen4 - des fléchettes pro métalliques
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 9002
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Soon enough, we'll die   Soon enough, we'll die EmptyLun 21 Jan 2019 - 22:09
Les choses avançaient, tranquillement à leur rythme, et plus les anciens American Dream étaient là, plus elle arrivait à prendre l'habitude de jouer sa petite comédie en presque toutes circonstances. Morgan avait dit à l'un des militaire, Stanley, que le moment venu elle saurait apporté de l'aide en "remerciement" des soins prodigués. C'était simplement du blabla pour la rousse, mais elle mettrait cela à exécution, juste pour montrer qu'elle avait "changé". Le traumatisme de la perte de leur ancien refuge était encore présente et elle pouvait aisément jouer sur ce fait. Ca aidait bien.

Alors chose promise, chose due, Morgan allait bien mieux, sa jambe l'élançait par moment, notamment lors de sa première sortie hors de cette prison dorée. Elle avait des difficultés à avancer vite par moment, son genou gauche étant comme coincé, son articulation lui faisant sur le coup un vrai mal de chien. Mais la rousse n'était pas facile à abattre alors elle avait continué, prenant sur elle. Et aujourd'hui elle avait décidé d'aller aider au potager, mais aider signifiait aussi : observer. Morgan n'était absolument pas convaincu de ce que pouvait produire ce camp. Certes des légumes elle en avait bouffé à en faire pratiquement une overdose. les choux, les carottes, les navets, la soupe, elle en avait ras le pompon. Mais tant qu'à faire, autant constater de ses yeux vue, cette immense chose que devait être ce fameux potager.

Entendre les gens en parler, voir ces boîtes se troquer contre monnaie d'aide ou autre ça l'intriguait, et il faut dire, l'ancienne barmaid était d'un naturel curieux, et puis elle avait entendu dire que la "dirigeante des plantations" était d'origine française. Morgan, ayant vécu à New Orléans, connaissait un peu de français mais sans plus, sa langue natale était l'américain, alors elle parlait américain. C'était ses grands mères qui lui avaient appris quelques mots dans la langue de Molière.

L'hiver était là, ça lui faisait penser à une célèbre réplique d'une série à gros succès et fort budget, mais contrairement à l'hiver précédent les températures étaient douces, le verglas bien moins présent, la neige aux abonnés absents. Et tant mieux, Morgan et l'hiver ne faisaient pas bon ménage, mais cet hiver-ci s'annonçait meilleur. Alors parvenant enfin devant le lieu elle resta de marbre. C'était donc "ça". Il n'y avait pas grand chose, des gens, des sortes de carrés à légumes, une nana svelte, maigre donnant des ordres. Elle avait aussi entendu parlé de l'aide contre de la nourriture. Pff bande de nazes. Manger tant que vous le pourrez. Dehors pour manger il faut être le plus fort, il faut être le prédateur et non la proie. Puis la voix et la silhouette de la gonzesse se firent entendre dans sa direction. La rescapée de Renton, leva son regard vers elle et la sonda. Valentine. Ok. Elle s'en foutait de son prénom, mais ça elle ne lui dirait pas, et elle tendit sa main dans sa direction pour la serrer. Ne pas oublier, jouer la comédie, jouer la "sympathie".

"Enchantée. Je suis Morgan, oui."

Elle s'arrêtait dans sa phrase, observant à nouveau ce terrain et les gens plier en deux, travailleurs, paysans, surtout. Et ça se voulait être le plus grand camp et l'élite de la futur nation. Cette partie là ne valait pas mieux que le Ranch. Mais une fois de plus, Morgan garda son avis pour elle et enchaîna la suite.

"Pour aider et observer je dirai. Je vais mieux, alors il faut se rendre utile pour la société."

Aller, c'était parti pour l'emberlificotage en bon et due dorme. Morgan savait donner le change, cacher ses émotions, alors elle restait neutre. Mais elle observerait tout, pèserait ses mots.

"Vous avez beaucoup de monde ? Et de plantations non ? J'en ai entendu parler."

Etape une, se montrer curieuse et aimable du mieux qu'elle le pouvait. Il fallait garder le masque, encore un peu.


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Valentine V. James
Fiche de personnage
Survit depuis le : 14/04/2018
Messages : 199
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Soon enough, we'll die   Soon enough, we'll die EmptyMar 22 Jan 2019 - 22:11
Valentine n'avait pas encore bien compris ce que l’arrivée du nouveau groupe avait pu être accepté aussi « facilement ». Même si le terme n'était clairement pas le bon. La française n’avait pas bien suivi l’histoire, peut être l’aurait elle, vraiment, fait s’il elle s’y était réellement intéressée. Elle savait ce que tout le monde savait et pour elle c’était bien suffisant, elle ne voyait que très mal l’intérêt de bourrer son cerveau d’informations dont elle n’avait pas besoin et qu’il risquait de faire écho dans sa tête bien plus qu’elle ne le souhaiterait. Et à vrai dire elle en avait déjà bien assez dans son assiette pour s’occuper de celle des autres. Elle avait donc bien retenu le prénom de cette nouvelle arrivante, une prouesse selon elle, après tout, elle n’avait pas réellement pris la peine de se souvenir des prénoms de tout le monde, seulement des gens dans son cercle proche, et autant dire que ce n’était pas grand monde, ou plutôt qu’il s’agrandissait un peu contre sa volonté.

Morgan, donc, allait mieux. Tant mieux pour elle. Certainement une blessure liée à Renton, et June avait certainement du lui faire comprendre qu’on était pas héberger pour regarde l’herbe pousser. Mais connaissant la rousse, Valentine doutait qu’elle avait réussi à ne pas faire passer les plantations pour un camp de redressement pour pensionnaires récalcitrants. Malgré tout l’endroit restait, tout de même, sur une base de volontariat et il était préférable que cela reste ainsi. Si quelqu’un devait vomir sa frustration sur ce lieu c’était bien elle qui y mettrait le feu et personne d’autre. Pour autant, Morgan ne lui paraissait pas … Valentine sentait parfois tout de même la frustration que l’anglais n’était pas sa langue maternelle, et que malgré son maniement excellent de la langue, certains mots lui manquaient d’une manière qui n’arrivait pas en français. Il ne fallait pourtant pas croire qu’elle manquait de vocabulaire, mais certaine situation s’avérait frustrante, tant elle était incapable de faire passer le message de la même manière qu’elle pourrait le faire dans sa langue maternelle. « Utile à la société. Wow … l’altruisme, quelle … qualité fascinante. » souffla t-elle en se frottant les mains. Non sans un sourire léger au coin des lèvres.

Valentine les avait vu arriver. Les uns après les autres, parfois errer sur le camp, les traces de la vie extérieure sur le visage, et dans les yeux. L’altruisme ? Elle n’y croyait pas. pas une seconde. Elle même ne se considérait pas comme altruiste, pas dans ce monde. Et elle n’était pas certaine que l’altruisme était la motivation première de cet endroit, ni même sa motivation première. La jeune française à ce sujet était beaucoup plus pragmatique et terre à terre. Pour elle, il s’agissait de fournir de l’alimentation saine dans toutes les conditions pour éviter de se retrouver avec une insupportable rébellion sur les bras. L’estomac est le deuxième cerveau après tout, ne sous estimons pas son pouvoir. Et puis, il serait très facile de crucifier l’horticultrice en cas de pénurie alimentaire et de s’occuper de distribuer ses récoltes sans qu’elle ne puisse faire quoique ce soit. Instinct de préservation. De survie. « Il y a ce qu’il faut pour que l’endroit tourne correctement. La menace  du scorbut lors du discours d’introduction a eu son effet je pense. Vous pourriez vous rendre plus utile à la société sur les postes de surveillance non ? » l’interrogea t-elle. « Vous venez de l’extérieur, je me vois mal vous enfermez à l’intérieur pour récolter des carottes. Sans vouloir vous vexer, je ne vous cataloguerais pas comme une grande fan de légumes et autres plantes comestibles. Mais si vous êtes venue pour … jauger, je vous en prie, faîtes. Je n’ai jamais été une bonne menteuse de toute manière. ». Valentine se tourne vers elle, avec un sourire assez sincère pour qu’elle ne passe pas pour une pure psychopathe, ce qu’elle n’était pas. Simplement consciente du fait qu’elle devait soit prendre ses marques, soit jauger et juger l’endroit. Peut être même l’avait elle déjà fait. « Combien de temps avez vous vécu à l’extérieur ? » lui demanda t-elle, intéressée par ce qu’elle pourrait lui raconter.

« Une visite utile à la société vous irait-elle ?» ironisa t-elle en lui emboîtant le poids.



    l'apocalypse
    APOCALYPSE [əˈpɒkəlɪps] n.f 1. an event involving destruction or damage on a catastrophic scale. 2. the complete final destruction of the world, as described in the biblical book of Revelation.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
Modératrice
Morgan R. Cole
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Glock 17 Gen4 - des fléchettes pro métalliques
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 9002
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Soon enough, we'll die   Soon enough, we'll die EmptyVen 25 Jan 2019 - 22:33
Valentine paraissait naturelle, mais à la fois mystérieuse, comme si elle restait en retrait. Elle ne dégageait pas la même chose que le peuple américain de ce camp utopiste. C'était étrange mais en même temps elle ne connaissait aucune personne faisant des plantations pour son bon plaisir et nourrir tout un groupe. Après tout, chacun était fait pour quelque chose. Morgan avait découvert sa passion pour la mixologie, il y a plusieurs années, mais depuis, mis à part une fois à Renton pour "Noël", elle n'avait pas mixer des alcools et des softs pour créer des cocktails, ou faire des classiques. Ca lui manquait un peu à bien y penser, se retrouver derrière un comptoir, prendre des commandes, les faire, discuter avec les clients, puis les voir tous les deux arriver, aller dans un lieu paisible et sourire. Mais ça c'était du rêve, l'un n'était plus là, l'autre était encore présent mais elle devait prendre soin de lui.
Un soupire fila rapidement entre ses lèvres et la rousse sortie rapidement de ses souvenirs, tout en reportant son attention sur la jeune "jardinière de légumes". Elle parlait, prenant un drôle d'air un ton étrange à l'ouïe de la nouvelle venue dans les plantations et le jardinage.

"L'altruisme", une bonne blague. Une "qualité fascinante", mh, pourquoi pas, mais ça, ça ne la concernait pas. Ni l'altruisme, oh non. Morgan n'était plus altruiste, elle ne l'avait jamais été cependant. Passer après les autres, tout dépendait de qui il s'agissait et de la situation, mais non, ça n'était clairement pas dan sa nature. Mais dire que c'était fascinant oui, ça pouvait l'être, observer ces gens dévoués au bien être des autres, à leurs soucis, à tout un tas de trucs ne les concernant pas; fallait vraiment pas être très nette pour être ainsi. Mais la rousse ne formula rien de négatif, ni d'agressif à ce sujet, elle se contenta d'hausser vaguement les épaules et répondre simplement.

"Peut-être oui."

Peut-être était-elle réellement altruiste, peut-être ne l'était-elle pas. A la brune de se faire sa propre idée, en attendant l'ancienne barmaid continuait sa grande comédie. Elle jouait son rôle avec une légère justesse. Mais elle remarquait aussi chez sa vis-à-vis une chose semblable chez elle : la méfiance. Peut-être serait-elle moins facile à duper, mais Morgan aimait aussi les challenge. Un coup d'adrénaline après tout cela ne faisait pas de mal. Alors elle la scuta longuement avant d'arquer un sourcil. Un discours d'introduction avec la menace du scorbut, c'était fort joyeux, mais si cette "menace" avait réussit à faire venir plus de monde pourquoi pas. Elle-même utilisait la menace mais de façon bien différente. Ca faisait longtemps d'ailleurs qu'elle n'avait pas menacé une personne sérieusement, étant prête à mettre à exécution cette menace. Ca lui manquait, mais elle n'en dit rien, il n'en fut rien.

"La société est sûrement créée comme un puzzle ici, alors il faut tester plusieurs lieux pour savoir où va la bonne pièce."

Elle avait la sensation que son interlocutrice prenait avec ironie ses mots, bien, Morgan allait jouer les chose autrement, un peu de naïveté, un peu de réflexion, un peu un côté Barbie. Jouer sur plusieurs tableaux, ça n'était pas dérangeant, loin de là. Alors elle continua, toujours avec cette intonation neutre de femme un peu paumée, cherchant a place ici.

"Je ne pense pas que l'on nous accepte vraiment en surveillance, après tout, on vient de Renton. Et je ne suis pas vexée, je peu comprendre, alors j'observerai donc."

Morgan n'allait pas lui dire ce que les rumeurs courant à son sujet lui étaient parvenues aux oreilles. Non elle n'allait pas dire à cette inconnue, à l'allure aussi pète-sec que leur dirigeante, qu'elle était sous surveillance. Surveillance demandée par cette leader froide et sûrement vieille fille, parce que la barmaid était : dangereuse, imprévisible. Non, ça elle le gardait pour elle, et faisait comme si elle n'était au courant de rien, continuer sa vie, son bonhomme de chemin. Sagement.
Et comme elle venait de le dire, elle observerait. Mais la question de Valentine ne méritait pas tellement de réponse précise, Morgan ne répondit pas à l'instant même, la laissant lui faire cette proposition.

"Visiter votre potager ou bien le camp ? POur le second cas c'est fait."

Là c'était la touche Barbie, la nenette un peu concon et cul-cul-la-praline. Un peu niaise, mais sans le sourire qui va avec. Morgan était toujours dans cette incapacité de sourire, mais elle nota aussi le fait que la "jardinière de légumes" était mauvaise menteuse et ça c'était une information intéressante. La rousse garderait ça dans un coin de sa tête.

"J'ai vécu dehors longtemps. Et vous ? Vous avez toujours connu ce camp ?"

Autant relancer un peu les interrogations, cerner le personnage face à elle, observer les gestes, les enregistrer, se souvenir des détails importants. Observer c'était l'un de ses jeux favoris.

"Vous semblez avoir fait de belles récoltes déjà."

Et une banalité de plus, mais il fallait bien se montrer causante, ne pas tout ruiner. Se forcer à parler, même si garder le silence et observer plus intensément lui paraissait douze mille fois mieux.


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Valentine V. James
Fiche de personnage
Survit depuis le : 14/04/2018
Messages : 199
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Soon enough, we'll die   Soon enough, we'll die EmptyMar 29 Jan 2019 - 23:12
Valentine était une passionnée de plantes, de nature. Elle ne l’avait jamais cachée, au contraire, elle avait toujours su qu’elle ne pourrait pas s’écarter trop longtemps du chemin de l’horticulture quand elle était à Paris, à jouer les mannequins d’une après midi. Qu’elle soit au milieu des plantations n’avait rien d’étonnant, et au contraire, elle y était étrangement à sa place, malgré son allure frêle, sa silhouette élancée et filiforme, et ses cheveux longs de jais, attachés en queue de cheval qui tombait sur son épaule gauche. Mais elle était certaine d’une chose, elle mettait sa passion au service de sa survie et non pas le contraire. Aucun des volontaire n’avait eu de réelle formation, ou de réel intérêt pour faire pousser des choux à la mode de de chez nous.  mais tous y voyait la nécessité. Après tout, tout le monde devait être conscient que la date de péremption, même si indicative, indiquait tout de même qu’il allait falloir se débrouiller sans ces fameuses boites de conserves qui avaient trouvé refuge sur un grand nombre d’étagères des maisons du camp et de tous bons survivants qui se respectent.

Morgan parlait de puzzle. Qu’il fallait tester plusieurs endroit pour y trouver sa place. Valentine haussa les épaules, c’était peut être vrai. Si certains avait réussi à trouver leur place à genoux en faisant des trous dans le sol, alors tant mieux, pour le reste, Valentine connaissait sa place et sa responsabilité, et c’était déjà bien assez de poids à mettre sur ses épaules osseuses. « Après tout … vous venez de Renton. »  répéta t-elle, pensive, non sans se départir d’un sourire. « Je n’ai pas d’avis à ce sujet. Si vous êtes utile, là d’ou vous venez ne devrait pas avoir d’importance. Il y trop de choses dehors pour qu’on s’en formalise. Mais si vous préférez jouer à la pièce de carton, je ne peux pas vous en empêcher. » affirma t-elle en riant doucement.

Valentine regarda Morgan, quand celle ci lui demandait le camp ou le potager. Et la jeune française ne chercha même pas à relever. Elle eut un pouffement amusé. Les gens idiots se respirent à des kilomètres. C’est dans les yeux, ils ne sont jamais vides, et pourtant, quand ils parlent, ils résonnent, et Morgan, malgré ses efforts, ne résonnait pas aux oreilles de l’horticultrice. Elle marchait doucement, pensive. « J’ai fait quelques mois dehors … Au tout début, pendant la panique générale. »  commença t-elle en frottant l’intérieur de ses paumes qui portaient encore les cicatrices de son agression. Comme des cicatrices de crucifixion, elle avait toujours trouvé ça particulièrement ironique, avec du recul, elle qui n’était pas des plus fervente croyante. « Quand on a vécu aussi longtemps dehors que vous l’avez fait … Vous devez vous dire que le camp ressemble à un camp de hippies utopistes. C'est certainement ce que je me dirais. » énonça t-elle en lui montrant les potirons et autres courges qui avaient atteint des tailles plus qu’acceptables pour répondre à sa question sur les récoltes.

« Réussissez vous à dormir ? Je sais qu’en arrivant, j’en étais incapable … les râles des infectés pendant la nuit … C’est quelque chose qui reste quand on les entends ne serait-ce qu’une seule fois. » affirma t-elle, même s’il s’agissait plus d’une pensée à haute voix qu’une véritable question. Elle s’en fichait un peu de savoir si Morgan dormait bien ou non, ou du moins, ça ne l’empêcherait pas de dormir que son interlocutrice ne puisse pas le faire. Mais c’était ce qui lui avait posé le plus de problème, et qui aujourd’hui, encore certaine nuit, avec d’autre terreur nocturne,  parasitait son sommeil. La jeune française soupire longuement.  « Ne répondez pas. Je m’en fiche, à vrai dire. » se reprit-elle avec, toute la nonchalance et la franchise du monde, en se penchant en avant pour arracher une mauvaise herbe. « Vous êtes un personnage particulier, un pied dehors, un pied dedans. Préféreriez vous être dehors ? » demanda t-elle, sans détournez son attention de sa tâche et de sa plante. «  Essayez d’être honnête. Je le suis avec vous après tout.»  



    l'apocalypse
    APOCALYPSE [əˈpɒkəlɪps] n.f 1. an event involving destruction or damage on a catastrophic scale. 2. the complete final destruction of the world, as described in the biblical book of Revelation.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
Modératrice
Morgan R. Cole
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Glock 17 Gen4 - des fléchettes pro métalliques
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 9002
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Soon enough, we'll die   Soon enough, we'll die EmptyVen 1 Fév 2019 - 17:00
Morgan sentait une tension légère parcourant son échine. Elle n'avait jamais été à l'aise avec les gens depuis cet épisode de 2015. Elle avait développé une méfiance accrue envers autrui, sauf peut-être certains de son groupe d'origine. Elle ne pourrait pas s'identifier à un autre, ne pourrait pas se noyer dans la masse aussi facilement, elle le savait. Un jour où l'autre ça allait exploser. Elle se connaissait, et il vaudrait mieux pour elle et pour les autres qu'elle ne soit pas dans cet enceinte utopiste. Morgan écouta la jeune maigrichonne face à elle, elle était plus grande, mais maigre comme un coucou. On aurait dit un de ces mannequins proche de l'anorexie, où l'humain n'est que le porte manteau du vêtement présenté sur ce corps sans forme. A moins que cela ne soit les vêtements épais portés par cette Valentine qui donnaient cet effet de maigreur, ou peut-être était-ce un peu des deux.
Inspirant une nouvelle fois profondément, sentant l'odeur de la terre, de la fertilité des lieux, elle observa autour d'elles un court instant avant d'arquer un sourcil et venir ancrer son regard dans celui de sa vis-à-vis. Pas d'avis au sujet de Renton, ça sonnait étrangement aux oreilles de la rousse. La plupart pour ne pas dire la majorité des gens ici avaient une opinion sur Renton. Et elle n'était guère positive. Etre perçu comme des pièces rapportées dont on se passerait bien avait quelques chose de normal pour la rousse. Non pas qu'elle se victimise, non, mais les habitudes avaient parfois la vie dure. Et puis jouer, "la pièce de carton" ne lui disait rien en réalité. Mais Morgan retiendrait ces paroles, cette façon de comparer des êtres vivants à des objets. Petite sotte, en utilisant de tel propos, elle ne devait sans doute pas se rendre compte qu'elle alimentait le moulin de l'ancienne barmaid. Ces petits mots prononcés pouvaient cacher bien des choses, comme un point de vue particulier, où au final l'humain n'est qu'un pion. Si elle la voyait ainsi et qu'elle pensait qu'elle préférait être comme ça, alors grand bien lui fasse mais elle se trompait. Morgan, cependant n'en fit aucune remarque, autant continuer ce petit rôle de courge un peu peu paumée.

Le visage toujours neutre, elle l'avait interrogé simplement, répondant aussi à son tour. Mais après tout, c'était aussi une manière d'en apprendre plus sur "l'ennemi". Morgan avait hélas en travers de la gorge certaines choses, apprises au détour de conversation, d'écoute silencieuse et si se fondre dans la masse un cours instant lui permettait de mettre à profit son plan final, alors oui, elle jouerait ce jeux avant de déguster son plat froid.
La trentenaire posant ses questions et y trouvant réponse, trouva alors que cette brune ne connaissait en réalité rien à la vie en dehors de ces murs. Non. La destruction, la mort prête à tout raser, l'épée de Damoclès en permanence au dessus de la tête, tout ça, elle devait ne plus connaître. Et puis vivre dehors au moment des émeutes n'avait rien d'héroïque, ou bien rien qui ne sonnait comme être un survivant qui en était vraiment un. C'était pour elle un sauvetage de princesse en détresse de ce retrouver là si tôt. Mais elle n'était pas Valentine et elle se fichait bien d'être une telle personne. Elle paraissait aussi imbue de sa personne, avec cette nonchalance. A croire qu'elle pouvait se sentir mieux placé dans ce monde. Morgan ferait ses recherches. C'était donc une note à elle-même qu'elle se faisait.

"Je ne pense pas que vous êtes des hippies. Peut-être que certains pensent être utopiques. Mais l'êtes vous vraiment ?"

Oups; le masque de la nunuche venait de s’effriter. Tant pis. Morgan ne pouvait en réalité aussi niaise face à ses propos, et hocher la tête simplement serait encore plus idiot. Hors, elle n'était pas stupide, elle n'était pas May, après tout. Elle n'avait rien de la blonde bimbo trop stupide pour se faire engrosser en ces temps. Elle laissa alors filer un soupire et croisa ses bras sur sa poitrine et suivit des yeux ce que montrait la jardinière. Wow, génial, des soupes à tir larigot. Ca, elle ne comprenait pas. Morgan avait réussit au dehors à chasser des lapins en s'inspirant d'un livre qu'elle avait lu à Renton. Alors pourquoi ici, ils se contentaient de légumes !? Ils avaient des militaires, ils pouvaient bien en envoyer à la chasse.
Mais la question suivante la surpris, mais comme d'habitude, rien ne se remarqua sur le visage d'une neutralité absolue de la rousse, sauf peut-être la petite étincelle de surprise dans ses yeux. Si elle dormait ?! Morgan ne répondit pas immédiatement, écoutant ce que lui disait cette comparse. Mais ouvrant la bouche pour lui répondre une banalité elle fut stopper. Soit. Se taire ne la dérangeait pas, loin de là. Mais une fois de plus la brune l'interrogeait sur autre chose, lui demandant d'être honnête. Bien. Mais ça risquait de ne pas être plaisant. Elle était franche, pointait souvent du doigt les faiblesses ou bien s'infiltrait dedans avant d'attaquer. Elle voulait de l'honnêteté alors soit. Morgan mentirait et ça elle savait le faire.

"Je peux être honnête, n'en doutez pas, ce serait presque offensant."

Un nouveau silence, de courte durée, puis elle repris.

"Un pied dedans, et un pied dehors, ça n'est jamais confortable, mais parfois il faut faire avec et peut-être trouve t'on un équilibre suffisant à être sur un tel balancier. Alors ce n'est pas parce que j'ai vécu longtemps dehors que je souhaite y retourner pour toujours. Avoir un pied dedans et un pied dehors est mon équilibre."

Pieu mensonge, mais la rousse avait prononcé ses mots en en étant convaincue. Elle savait ce qu'elle faisait, pourquoi elle disait cela. Et même si la brune longiligne n'y croyait pas, les autres autour d'elles avaient pu entendre ses propos et ferait peut-être office de bon témoin si l'on remettait sa parole en doute.

"Vous êtes plutôt pied dedans non ? Cela fait longtemps que vous nourrissez le camp ?"

Essayez d'être honnête. Elle l'avait retenu de peu, mais ça lui brûlait la langue. Morgan restait neutre, sans condescendance, ni nonchalance, ni dédain, même si en elle, elle voyait Valentine avec dédain. Morgan avait effacer ses ressentis de son regard, hormis peut-être la surprise ou la curiosité. ca lui donnait l'air plus humain, mais aussi un peu affaiblie.


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Valentine V. James
Fiche de personnage
Survit depuis le : 14/04/2018
Messages : 199
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Soon enough, we'll die   Soon enough, we'll die EmptySam 2 Fév 2019 - 21:26
« Je ne suis pas sure de vouloir l’être utopiste. Ça me semble un chemin dangereux. » fit-elle en se redressant, époussetant le peu de terre qui était restée sur ses genoux. Valentine avait bien entendu réfléchi à la manière de survivre, et elle avait été toujours certaine d’une chose, elle n’aurait jamais été capable de survivre à l’extérieur, comme une amazone, certainement comme avait du le faire Morgan. Jamais. Elle n’en avait pas honte, mais plutôt que de jouer un rôle qui n’était pas le sien, elle avait réussi à savoir comment survivre aussi longtemps que la nouvelle arrivante de Renton. Elle n’en était pas peu fière, et ne se laisserait pas diminuer, ou déprécier, sous prétexte qu’elle n’avait pas survécu en dehors du camp l’air renfrogné pour cause de souffrance ultime; ou de caractère pourri. Toutes les deux étaient vivantes, et les moyens d’y arriver avait été complètement différents. Mais, Valentine était convaincue d’une chose, elles avaient en commun le fait de savoir ce dont elles avaient besoin pour survivre et vivre, et c’était déjà bien plus que tout ce qui avait crevé dans les premiers jours, pillant, violant, jouant les cow boys texan avec leur fusil à pompe dans les rues.

« Loin de moi l’idée de vous offenser. » affirma t-elle avec une pointe d’ironie. Valentine n’avait pas eu l’impression que Morgan était à défaut d’honnête, franche. Et Valentine n’appréciait pas cela, si Morgan se sentait offensée, qu’en était-il de la jeune française qui la regardait jouer les godilles, comme s’il était possible, tout simplement, qu’une idiote puisse survivre aussi longtemps qu’elle dehors. L’horticultrice se fichait de savoir ce qui s’était passé à Renton, elle avait la plus grande nonchalance au sujet de cet épisode, elle s’en fichait éperdument. Son équilibre ? Elle parlait comme une égérie de marque de yaourt bio qui rendait à la fleur intestinale son équilibre naturel. Valentine la regarde longtemps avant de lever les yeux au ciel en souriant. Les Américains avaient parfois une manière de parler qui malgré le temps qu’elle avait passé ici, lui échappait toujours. « C’est ça oui. Après, il ne faudra pas s’étonner de vous faire bouter hors des murs parce que vous jouer les équilibristes. Vous risquez de tomber d’un côté ou de l’autre, qui sait ? Mais à mon avis, vous devrez faire un choix, et en assumer les conséquences, peu importe celui qu’il est. Vous êtes une femme assez intelligente pour avoir survécu jusqu’ici après tout. »

La jeune française continue de marcher, pointant du doigt le nouveau projet de serre souterraine qui était prometteur, elle en parlait avec une vraie sincérité, un vrai enthousiasme. Peut être déplacé, mais Valentine n’avait jamais sacrifié sa passion sous prétexte de la survie. Bien sur, elle s’était lamentée sur son sort, pendant trop longtemps peut être. Mais jamais morfondue, ou rarement … Peut être que comme tout le monde, elle avait perdu tout le monde, et que cela ne la rendait pas plus spéciale qu’un autre. Et c’était ça qui l’avait fait sortir de chez elle, regarder le monde droit dans les yeux. Valentine se retourne et marque une pause, en réfléchissant.

« Je ne me fais aucune illusion sur mes capacités de survivre à l’extérieur. Je sais ce qu’il y a dehors certainement pas au même degré que vous, mais je sais ce que je dois fuir pour survivre. Ce n’est pas très héroïque, je suis d’accord, mais je me tiens devant vous, vivante. Alors les deux pieds dedans, sans l’ombre d’un doute. » fit-elle en riant doucement. « Nourrir ? Je n’en suis pas convaincue. Limiter les pots cassés certainement. Je ne pense pas que l’on puisse survivre seulement en se gavant de soupes et de légumes. Peut être que certain se sentiront inspiré d’aller jouer les chasseurs, pêcheurs. Que faisiez vous avant d’être une survivante, Morgan ? »



    l'apocalypse
    APOCALYPSE [əˈpɒkəlɪps] n.f 1. an event involving destruction or damage on a catastrophic scale. 2. the complete final destruction of the world, as described in the biblical book of Revelation.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Soon enough, we'll die   Soon enough, we'll die Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Soon enough, we'll die -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: