The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Play nice -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
June D. Phelbs
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 1180
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Play nice   Play nice - Page 2 EmptyMer 30 Jan 2019 - 18:53
Même dans ce genre de moment, Valentine l’impressionnait. Parce qu’elle réussissait à taper juste et à l’ébranler sur des positions qu’elle savait pourtant solide. L’avocat ne chercha pas à répondre de suite, elle observa un instant sa cadette de son regard fiévreux. Que cherchait-elle à lui faire comprendre ? D’abord, elle lui reprochait la façon dont elle s’était comportée à l’égard de certains survivants mais ensuite, elle accusait l’ingratitude de leurs alliés. Bien sûr que June ne s’amusait pas, qui pourrait prendre plaisir à se voir conspuer si régulièrement alors que ses simples intentions étaient de faire un monde brisé tourner rond ? L’apocalypse n’avait pas guéri les humains de l’individualisme et de la puérilité de leur mode de vie. Ils étaient à une ère charnière de leur existence mais se querellaient pour des ruptures affectives et des pelouses piétinées. La rouquine appréciait l’horticultrice car elle était l’une des rares honnête et clairvoyante. Personne n’aimerait ce qui se passait dehors ; et pourtant, trop nombreux étaient ceux qui fantasmaient une vie loin de Fort Ward et de ses règles…

- Alors qu’est-ce que tu proposes ? Demanda-t-elle soudainement, qu’est-ce que je devrais faire pour ne pas avoir à me justifier sur des points où je sais avoir raison.

C’était déjà un pas en avant, même si elle ne démordrait pas de ses certitudes. Lorsqu’Evelyn lui avait évoqué l’idée d’être plus « gentille », la quarantenaire l’avait pratiquement ignorée. Sans doute parce qu’en dépit de ses progrès, certains événements faisaient qu’elle n’arrivait plus à voir en la jeune femme autre chose qu’une gamine qui n’avait pas fini de grandir. Valentine n’était pas comme ça. Peut-être accusait-elle encore les failles de son jeune âge, mais sa maturité rivalisait de loin avec les élites encore en vie.

- Je ne peux pas subitement… laisser les gens faire ce qu’ils veulent, enfreindre les règles, faire preuve d’insubordination, ou distribuer généreusement des packs de voyage à tout ceux qui croient que leur avenir est ailleurs qu’ici, rappela-t-elle en faisant face à la française, on ne vit plus à une époque où la seule conséquente, si je me plante, c’est de perdre les élections suivantes. Si on fait une erreur, ça peut être la fin de tout.

Et ils l’avaient expérimenté d’ailleurs. A Renton, le manque de rigueur et d’audace leur avait coûté des ressources et beaucoup de personnes. La rouquine se pinça à nouveau l’arête du nez, les méninges essorées par la migraine. Elle ne se mentait pas et avait pleinement conscience de l’aspect autoritaire qu’avait pris leur régime au fil de l’année, particulièrement à partir du moment où l’israélienne avait été remisée à des kilomètres de l’île. Néanmoins, June ne croyait pas que la démocratie était leur porte de sortie. Le peuple était stupide, presque par définition, et il était de toute façon ravi de ne pas avoir à gouverner. C’était bien plus simple de se laisser porter ; le monarque était le parfait bouc émissaire une fois que le vent tournait.

- J’ai mis de l’ordre dans le bordel qu’avait laissé les Chambers et peut-être qu’ils ne m’aiment pas, parce que je suis trop dure comme tu dis, mais c’est ce qu’ils attendent ! Son index désigna vaguement le reste du camp en pointant à trois heure, ils ont besoin de quelqu’un de strict, ils en ont même envie, assura-t-elle sans douter, je sais ce qui m’attend à l’instant où je montrerai une faiblesse, elle dressa sa paume droite pour que Valentine voient les cicatrices qui la barraient, je ne me suis pas coupée sur un vase, c’était le mensonge qu’elle avait ressassé plusieurs mois, c’est le souvenir d’un homme de chez nous, qui a essayé de me violer ici, juste pour prouver qu’une femme n'était pas à sa place en dirigeant Fort Ward.

Il fallait qu’elle fasse énormément confiance à la jeune femme pour rétablir la vérité sur cette disparition jusque là admirablement bien déguisée. L’avocate ne s’estimait pas traumatisée mais cet événement avait certainement influencée sa manière de régner. Se faire agresser, dans sa propre maison, alors qu’ils n’étaient censés ne craindre que l’extérieur… elle n’oublierait pas la leçon. Montrer qu’elle était incassable et inébranlable, c’était monter à ceux qui souhaiteraient la voir tomber qu’ils pouvaient toujours perdre leur temps à essayer.


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Titres:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Valentine V. James
Valentine V. James
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/04/2018
Messages : 232
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Play nice   Play nice - Page 2 EmptyMar 5 Fév 2019 - 0:27
Valentine était tiraillée. Et elle savait à quoi cela était dû. Elle était parfaitement consciente, et se demandait comment y remédier. L’espoir la rendait irrationnelle. Comment pouvait-elle se laisser porter par une notion, certes plaisante, mais si dévastatrice. Elle s’était juré de ne jamais retomber dans ce travers. La survie n’était pas une affaire d’espoir. Ou peut être un peu. Ça semblait logique, on survit pour quelle raison ? Celle de simplement rester en vie ? Ou en croyant qu’un jour peut être tous ces sacrifices payerait un jour ? Valentine était calculatrice, elle ne s’en était jamais vraiment caché, ou peut être avait elle mis ce mauvais penchant au service d’une meilleure cause pour que l’on évite de lui reprocher un trait de caractère qui lui avait servit pour vivre jusqu’à maintenant. Elle n’en serait jamais désolée et ne présenterait jamais aucune excuse ni regret. Mais actuellement et malgré tous efforts, elle avait l’impression qu’une menace rôdait, lattante, rampante. Et elle s’était rendue compte que de perdre à nouveau, encore une fois, un peu de vie construite, risquait de la faire partir en vrille.

Elle regarde June. Longuement, l’écoutant. Elle lui sourit sans être désolée de ce qui lui était arrivé. June n’avait pas besoin de pitié ou de compassion. De toute manière, la jeune française était bien incapable offrir cela. Les plaies sont toujours béantes, et elle le savait mieux que quiconque. Ironique trouvait elle, la situation dans laquelle toutes les deux portaient dans les mains les traces d’une agression. Valentine ne se souvient pas en avoir parler à quiconque. Elle ne l’avait pas caché, puisqu’elle ne cachait pas ses cicatrices. Soignées du mieux que l’on pouvait avec les moyens alloués par l’apocalypse, elle avait laissé le temps faire ce qu’il faisait de mieux, floué ce moment où jamais elle ne s’était jamais sentie aussi impuissante de toute son existence.

« Je ne me souviens pas en avoir parlé à mon arrivée, ou même après. » commence t-elle, en réfléchissant. « Quand j’étais sur la route avec mon père, on s’était arrêté à une station de service et c’est ce jour là que j’ai eu des cicatrices. Il a planté son couteau dans mes mains, avant d’essayer de me violer. Tu vois, elles se superposent, l’une sur l’autre. » ajouta t-elle en faisant la démonstration avec une sourire ambigu, et inexplicable. Elle referme ses paumes, avant de se laisser tomber sur le dossier de la chaise.

« Combien de femmes s’en sont sorti avec plus que des paumes marquées ? » soupire t-elle. Elle se posait la question souvent. La réponse lui semblait bien trop effrayante. Ou elle voulait en venir ? Si elle devait prouver quelque chose parce qu’elle était une femme, le chemin risquait d’être long et dément. « Je t’assure que si tu cherches prouver quelques choses à des types comme ça. Tu leur donnes trop d’importance.  »

Valentine ferme les yeux. « Comment dire ... L’humanité est ... un concept que les gens aiment bien voir. Même s’il s’agit d’une.. illusion. Beaucoup l’ont sacrifié pour survire dehors. En montrer de temps en temps ne fait pas de toi quelqu’un de faible ou de vulnérable. Je n’ai pas de suggestions à te faire.  » Elle rouvre les yeux, se redresse. Avant de rire.

« Je n’ai pas l’ambition d’être conseiller du Roi, volontairement du moindre.»



    l'apocalypse
    APOCALYPSE [əˈpɒkəlɪps] n.f 1. an event involving destruction or damage on a catastrophic scale. 2. the complete final destruction of the world, as described in the biblical book of Revelation.
Revenir en haut Aller en bas  
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
June D. Phelbs
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 1180
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Play nice   Play nice - Page 2 EmptyMer 6 Fév 2019 - 22:32
June posa un regard indéchiffrable sur sa cadette. C’était effectivement la première fois qu’elle entendait cette histoire. Pourtant, elle se souvenait avoir très tôt tendu la main à la jeune femme fragile et affaiblie qui était arrivée sur l’île déboussolée, perdue entre sa langue maternelle et celle de ces terres désolées. Sans l’avouer, l’avocate se sentie affectée par ce récit. Derrière le masque qu’elle maintenait, elle fut frappée d’un élan d’aversion froide pour le coupable. Outre la question de principe, c’était personnel. Un symptôme avec lequel elle était trop peu familière.

Elle se doutait que Valentine n’attendait pas vraiment de réponse à sa question, alors elle n’en offrir aucune. Combien de femmes avaient subi le même sort ? Combien n’en avaient pas réchappé ? Combien n’y avaient pas survécu ? Sans doute beaucoup trop. Une fois de plus, leur présence sur ce camp était l’exemple même que Fort Ward était un havre d’humanité pour une civilisation en perdition. Quand les autres survivants sombraient dans l’animalité de leurs pulsions, ils pouvaient être libre ici. C’était sa responsabilité de faire en sorte que ça le reste – que d’autres ne soient pas mutilées plus encore.

Les mots de la française soutirèrent l’esquisse d’un sourire à la rouquine, malgré la migraine orageuse qui grondait dans sa boîte crânienne. Faire montre d’humanité ? Le plus difficile dans cela, c’était que June ne voyait pas ce que cela pouvait signifiée. Elle était sincèrement privée de l’organe censé générer de l’empathie, sans doute était-il atrophié par sa propension à tout traiter par la raison et la pratique.

- Et pourtant, souffla-t-elle, tu es là…

Ce n’était une remarque censée la brusquer cette fois, même au contraire. La quarantenaire constatait qu’en dépit de la distance qu’elle s’évertuait à conserver, qu’après toutes ses fois où elle avait assuré ne pas vouloir se mêler des affaires « politiques », Valentine était encore là, à essayer de distiller un peu de sa vision dans celle de la rouquine. Des efforts subtils mais obstinés pour, quelque part, lui sauver la vie. Comme si l’horticultrice avait déjà vue la fin tragique qui attendait l’avocate au bout de ce sentier autoritaire.

- Tu t’inquiètes pour moi, dit-elle plus comme un constat que comme une question.

Elle marqua une pause, sans réellement savoir quels mots choisir. June n’était pas habituée à discuter de sa relation avec une autre personne, elle n’était même pas capable d’admettre qu’elle ressentait quelque chose pour sa cadette ; que ce n’était pas uniquement une fascination intellectuelle et charnelle. Lentement, elle s’approcha jusqu’à être au niveau de son invité et posa un genou au sol. Ses doigts trouvèrent ceux de la jeune femme, sa paume balafrée se superposa à la suite.

- Qu’est-ce qu’on est ? Demanda-t-elle avec son incorrigible ton analytique, si tu ne veux pas être ma conseillère, alors pourquoi a-t-on cette discussion, Valentine ? Là était le nœud du problème, qu’y a-t-il entre nous ? Reformula la quarantenaire.


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Titres:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Valentine V. James
Valentine V. James
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/04/2018
Messages : 232
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Play nice   Play nice - Page 2 EmptyJeu 28 Fév 2019 - 18:40
La jeune française fronce les sourcils. L’impression d’être bloquée dans un coin ne semblait pas lui plaire. L'animal ne s'attendait pas à cela. Elle l’avait cherché d’une certaine manière, sans aucune intention volontaire, mais le résultat était le même. Et si elle ne considérait pas cela comme une erreur, elle ne considérait pas cela comme une réussite non plus. Elle devait se rendre à l’évidence que quelque chose avait changé, sans qu’elle ne le veuille vraiment, et ce qu’elle ne désirait pas volontairement, elle n’en voulait pas. C’était ainsi. Elle voulait bien se laisser à la nonchalance de certaines émotions, mais jamais plus, ne se laisserait-elle embarquée dans les tempêtes que sont les maux de coeur, dont personne ne veut vraiment, mais que tout le monde attend, pas elle.

Valentine voulait bien l’avouer, elle s’inquiétait pour June. Et l’horticultrice n’avait aucun problème à l’accepter. « Évidemment que je m’inquiète, sinon nous n’aurions pas eu cette conversation. » déclara t-elle, sans se défausser de sa franchise. Incapable de mentir, soit trop bien élevée, soit consciente que le mensonge et les faux semblants n’étaient qu’une bombe à retardement, et qu’elle avait bien mieux à faire que de s’occuper de conséquences fâcheuses qu’elle aurait elle même crées. Il n’étaient pas impossible qu’un jour elle est mentit, mais sur la couleur d’une robe ou la qualité d’un plat. Au delà de cela, elle n’avait jamais menti. Trop expressive, certainement. Il n’était pas difficile de la lire, elle n’avait rien à cacher, ses affections se lisaient sur ses sourires, ses colères dans ses yeux. C’était comme ça qu’elle se faisait aimer.

Qu’est ce qu’elles étaient ? Valentine eut un mouvement de recul, involontaire. Apeurée peut être, stupéfiée par la question. De son point de vue. Rien. Rien qui ne vaille une question comme celle ci. La française voyait cette relation avec la nonchalance des amour d’été dans un contexte d’apocalypse. Elle refusait de s’ancrer à quoi que ce soit, ni qui que ce soit. Elle était lâche, elle le savait, courir sans se retourner, ne demandait pas beaucoup de courage. Il ne fallait pas y voir un défaut de caractère, une manière détournée de se détester en se se considérant par cet adjectif peu glorieux. Elle en était simplement consciente, et ce trait de caractère s’était exacerbé tout au long de ces trois ans. Courageuse quand il le fallait, des plus lâches quand il était temps de l’être. Jamais de honte à fuir, toujours une fierté d’en être consciente. Pour autant, elle ne voulait pas de mal à June, au contraire.

En se plaçant de la manière dont elle venait de faire, dans sa cuisine inquiète, elle avait assumé une forme de lien qui les unissait. Un lien auquel elle ne chercherait ni excuses, ni justifications, ni fuite. Mais de là à mettre des termes dessus, elle préférait éviter tant l’idée lui semblait … vulgaire, d’une certaine manière. Elle n’était plus de celles qui se dérobaient mais s’il était une chose qu’elle était incapable de faire c’était de donner une réponse, une réponse qui pourrait satisfaire l’Américaine. « Mon but n’a jamais été d’être … proche du commandement. » reprit-elle.  « Tout comme ta question, en ce qui … « nous » concerne. Il n’y a que la chaleur d’une affection de circonstances. Je n’ai aucun intérêt à te blesser, mais mon inquiétude n’a pas le but d’un « nous ». »

La jeune femme n’avait pas voulu paraître si tranchante. Dans son visage il n’y avait ni froideur, ni quoique ce soit de tranchant, simplement, ce visage légèrement fatigué, un air un peu surpris, mais tout de même la franchise qui ne faisait que se déverser de ses lèvres. Elle ne cherchait pas l’affection, peut être égoïstement du réconfort. Mais elle hérissait la poil si on parlait du sacre saint pronom de la deuxième personne du pluriel. Trop nonchalante, trop insolente, trop franche, trop égoïste certainement. « Je n'ai pas d'autre réponse à t'apporter. »

/j'espère que ma réponse t'ira ! merci pour ta patience./



    l'apocalypse
    APOCALYPSE [əˈpɒkəlɪps] n.f 1. an event involving destruction or damage on a catastrophic scale. 2. the complete final destruction of the world, as described in the biblical book of Revelation.
Revenir en haut Aller en bas  
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
June D. Phelbs
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 1180
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Play nice   Play nice - Page 2 EmptyMar 5 Mar 2019 - 20:37
L’avocate avait lâché la main de Valentine après que celle-ci ait eu un mouvement de recul. Bien. Elle l’avait fait réagir. Pour être honnête, la rouquine ne présumait véritablement d’aucune réponse. Elle soupçonnait simplement que l’engagement de sa cadette soit d’une nature plus riche que la simple chaleur d’un lit, mais ne saurait dire jusqu’où il allait. L’entendre rétorquer alors qu’il n’y avait rien entre elles qui justifiait l’emploi du « on » ou du « nous » dessina un sourire énigmatique sur les lèvres pâles de June.

- Ok, répondit-elle simplement en se relevant.

Elle n’était pas blessée, pour quoi faire ? La quarantenaire aurait certainement été plus embarrassée que l’horticultrice lui dévoile sa flamme. Certes, il y avait bien quelque chose d’inhabituelle dans ce qu’elle éprouvait mais de là à assumer ce sentiment et à le nourrir, il y avait un monde. Elle tendait à détester tout ce qu’elle ne pouvait pas entièrement contrôler et le propre d’une relation amoureuse, c’était qu’elle était intuitive et imprévisible. Du coup, l’avocate préférait bien plus cette « affection de circonstance » qui se résumait à partager des moments intimes et d’intéressantes discussions.

- Ne t’en fais pas pour moi, déclara alors la rouquine qui recouvrait son expression détachée et neutre, ça ira, elle se pinça brièvement l’arête du nez – la migraine lui rappelait qu’elle n’avait pas fini de ronger ses méninges, merci d’être passée me dire ce que tu pensais.

C’était à la fois une façon de couper court à l’échange sur le sujet mais aussi une appréciation honnête. Les paroles de Valentine auraient un écho, elle le savait déjà, même si elle faisait de beaux efforts pour ne pas se laisser ébranler. June n’avait pas peur de mourir, c’était une éventualité qu’il fallait accepter pour ne pas devenir fou aujourd’hui, mais si possible, elle avait des choses à accomplir avant que ça n’arrive. Par simple fierté quelque part : elle voulait prouver que sa voie fonctionnait et fonctionnerait.

- Je n’ai rien à prouver à personne, reprit-elle doucement, en écho à ce que lui avait dit la cadette un peu plus tôt, mais je sais ce que je veux, je sais que c’est bien et je sais ce qu’il en coûtera d’y arriver, ses yeux d’émeraude se posèrent fugacement sur l’horticultrice puis elle laissa échapper un court soupir, enfin…

Elle n’avait actuellement pas les ressources intellectuelles pour relancer ce débat. La rouquine reculait rarement devant les discussions nourries mais sa cadette était une bien trop fertile interlocutrice pour éterniser l’échange avec un tel mal de tête.

- Tu n’étais venue que pour me sermonner ? Demanda-t-elle avec une pointe d’ironie.

HRP:
 


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Titres:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Valentine V. James
Valentine V. James
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/04/2018
Messages : 232
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Play nice   Play nice - Page 2 EmptyDim 17 Mar 2019 - 22:00
Valentine fut étrangement soulagée de voir que sa réponse ne semblait pas avoir offusqué ou blessé June. Elle n’en attendait pas moins d’elle, et même si le résultat avait été différent, elle n’aurait pas pu changer sa réponse ou son ressenti de toute manière. Elle était, aujourd’hui, incapable de mettre un quelconque nous, sur une quelconque possible relation. Sachant que ce n’était pas ce qu’elle cherchait. Au contraire, elle espérait plutôt que June continue dans son je m’en foutisme, et sa froideur, plutôt que de se complaire dans une relation. L’idée lui semblait des plus incongrues, improbables voire même déplacée. La jeune française n’avait plus de coeur à offrir de toute manière, puisqu’elle l’avait laissé en France avant d’arriver en terres américaines. C’était ainsi, c’était peut être un peu trop … dur, mais c’était ainsi. L’horticultrice ne mentirait pas, elle préférait éviter les attaches à tout prix, elle préférait rester comme elles étaient.

June ne s’en formalisa pas. Et Valentine haussa les épaules. Cette conversation l’avait bien plus fatiguée qu’elle ne le pensait … Ses journées étaient plus longues, pas forcément plus intenses que ceux qui surveillaient et protégeaient le camp. Si bien qu’il était assez rare qu’elle se plaigne. La française pousse un long soupir, au final, elle se rendait compte qu’elle avait faim, et qu’elle plus fatiguée qu’elle ne voulait bien l’admettre. Elle observe June, qui semblait elle aussi souffrir des frasques de la journée, et de cette scène que Valentine venait de lui faire. Quand, elle y réfléchissait, et quand elle refaisait les quelques minutes, ces quelques phrases balancées comme des tirades de théâtre dramatique lui semblait extrêmement embarrassantes. Et qu’elle ne referait pas pareille erreur à l’avenir, pour s’éviter la situation actuelle : elle n’avait plus envie que d’une chose, manger, rentrer et aller se coucher, pour ensuite se réveiller le lendemain et fournir assez d’information sur les plantations à son cerveau pour qu’il n’est pas à repenser à cette soirée de si tôt.

En effet, elle n’avait rien à prouver. Et elle avait surement raison. Peut être n’avait-elle plus rien à prouver. Après tout, on ne pouvait pas dire qu’elle ne tenait pas le camp d’une main de fer, et qu’elle faisait marcher tout le monde au pas et au même son de cloche. Et ceux qui ne rentrait pas dans la ligne allait comprendre rapidement qu’il ne s’agit pas de faire capoter l’harmonie trouvée au sein du camp. Non, elle n’avait rien à prouver. Mais elle avait tout de même beaucoup à perdre. « En effet, tu n’as rien à prouver. » répéta Valentine.

Elle ferme les yeux le temps de quelques secondes. Tout ceci lui rappelait les quelques querelles qu’elle avait eu avec son fiancé quand elle était encore en France à propos de son voyage jusqu’ici, et de la présence de son père à son mariage. Quand elle y repensait aujourd’hui, elle se disait qu’elle aurait certainement été beaucoup trop jeune pour se marier. Mais peu importait, peu importe. « Je pensais que nous pourrions manger ensemble. Mais je n’ai pas envie de m’imposer après tout cela, et je suis plus fatiguée que je ne le pensais.  » Elle ne cherchait pas à fuir, car elle n’avait rien à fuir.

« Et j’étais venue pour te sermonner. » affirma t-elle en réponse à l’ironie de son interlocutrice.



    l'apocalypse
    APOCALYPSE [əˈpɒkəlɪps] n.f 1. an event involving destruction or damage on a catastrophic scale. 2. the complete final destruction of the world, as described in the biblical book of Revelation.
Revenir en haut Aller en bas  
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
June D. Phelbs
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 1180
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Play nice   Play nice - Page 2 EmptyMer 20 Mar 2019 - 10:16
Elle plissa brièvement les paupières mais n’insista pas. Pas cette fois. Trop loin d’elle l’envie de relancer cette discussion inhabituelle, imprévue et… embarrassante – sous certains aspects. La française ne semblait pas non plus vouloir s’éterniser sur le sujet. Tant mieux. S’en retournant dans la cuisine, elle lançait par-dessus son épaule à son invité :

- On peut toujours manger ensemble. Tu pourras continuer à me passer un savon autour d’un plat chaud.

Le timbre laconique de sa voix contraste avec la pointe de dérision glissée entre ses mots. Après quelques ouvertures de placard et un tintement malencontreux de casseroles qui lui vrilla les tympans, June avait rassemblé une conserve de pulled pork, une autre de baked beans, et les ustensiles nécessaires à réchauffer ce déjeuner tout fait.

- Tu es fatiguée et j’ai… mal au crâne, avoua-t-elle dans souffle, du coup, je te propose de garder la grande gastronomie pour une prochaine fois.

Ainsi, elle serait encore dans ses cordes en termes de cuisine. Ce ne serait, certes, pas au niveau de ce que savait préparer Valentine, mais la rouquine avait accepté de ne pas être la meilleure dans ce domaine depuis un certain temps déjà. Tournant toujours le dos à la jeune femme, elle cherchait dans ses tiroirs s’il ne lui restait pas quelques cachets d’aspirine. Amelia lui avait bien dit que ce n’était pas une bonne idée d’en abuser et que le sommeil était le seul traitement fiable à ses états d’inconfort, mais l’avocate occultait ces conseils pour l’instant.

- D’après toi…, reprit-elle en abandonnant ses recherches infructueuses, est-ce que mettre en avant les conditions de vie des femmes pourrait être un autre axe d’approche lorsque l’on rencontre d’autres communautés ? Elle se retourna vers sa cadette ; il n’avait pas fallu plus de quelques minutes pour que son cerveau, même malade, récupère des éléments de leur discussion comme de potentielles armes diplomatiques, on peut leur garantir d’être respectée et en sécurité ici. Comme tu as dit, il doit y en avoir plein qui s’en sont sortie avec plus que ça.

June redressa brièvement sa paume pour que Valentine puisse clairement se souvenir à quoi elle faisait allusion, si ce n’était pas encore le cas. Ce n’était pas encore une méthode qu’elle avait envisagé de mettre en place jusque-là, la trame féministe étant facilement à double-tranchant, mais qui savait ? La dignité avait souvent encore plus de valeur que la vie et le confort.


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Titres:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Play nice   Play nice - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Play nice -
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Bérénice - Faris
» Paris-Nice (PT) >>> Avant mardi 16h00
» Play For Your Club
» Hentaï RP
» Pâte à tarte façon Bérénice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: